Les Programmes
d’inclusion sociale
et de lutte contre la
pauvrete extreme
du Gouvernement
Martelly-Lamothe
GOUVERNEMENT DE...
Production graphique : Groupe IBI/DAA
Les Programmes
d’inclusion sociale
et de lutte contre la
pauvrete extreme
du Gouvern...
1	 HAITI AP VANSE /1
2	 À PROPOS DE EDE PÈP /2
3	 PANYE SOLIDARITE et KANTIN MOBIL
LES PROJETS SOCIAUX DU GOUVERNEMENT /6
...
VI
Je suis contente d’avoir reçu un
Panye Solidarité car à présent,
j’ai des provisions alimentaires
pour toute la famille...
1
1	 HAITI AP VANSE
Suite à la volonté marquée de l’administration Martelly-Lamothe de
combattre l’extrême pauvreté en Haï...
2
2	 À PROPOS DE EDE PÈP
L’initiative gouvernementale EDE PÈP regroupe 15 projets d’assistance
sociale et touche des domai...
3
En utilisant les expériences vécues par les pays voisins d’Haïti qui ont
pu voir une réelle évolution dans leurs situati...
4
STRUCTURES DES PROGRAMMES EDE PÈP
PSUGO
KANTIN ESKOLÈ
KORE ETIDYAN
ALPHABÉTISATION
CAPITAL HUMAIN
KORE FANM NAN AGRIKILT...
« Pèp la Jwenn. »
5
LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME
DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAM...
6
Les programmes « Panye Solidarite » et « Kantin
Mobil » distribuent plusieurs milliers de kits
alimentaires et de plats ...
7
ZOOM SUR LES FOURNISSEURS LOCAUX
« Je m’étonne toujours d’entendre les gens dire
qu’il n’y a pas de riz dans l’Artibonit...
8
4	 Le réseau d’AGENTS SOCIAUX
et LE RUB
LES AGENTS DE TERRAIN
La création d’un réseau d’agents sociaux contribue à l’ide...
9
Le « RUB » est prioritaire pour que la stratégie EDE PÈP, assure que
les ressources assignées aux différents programmes ...
10
Etang
Ladimette
Etang
Bois
Neuf
Etang De
Miragoane
Trou Caiman
Etang
Laborde
Etang
You
Lagon Chien
Grand
Lagon
Petit
Et...
11
CIBLAGE EN DEUX ÉTAPES
A/  	 GÉOGRAPHIQUE ET TERRITORIAL
Identification des zones et localités prioritaires de part leu...
12
OUTILS DU « RUB »
A/  	 QUESTIONNAIRE « RUB »
Questionnaire court recueillant toutes les informations de base
sur les m...
13
RÉVISION, CONTRÔLE, SAISIE ET ÉVALUATION
La révision et l’évaluation des formulaires est réalisée pour faire le suivi d...
14
J’adore le programme « Ti Manman
Cheri ». Parfois, on n’a pas les
moyens d’assurer nos besoins
et tout-àcoup,on reçoit ...
15
5	 TI MANMAN CHERI
CONDITION
Pour bénéficier du programme, il faut être une mère dont l’enfant est
inscrit dans une éco...
16
6	 KORE ETIDYAN
QUI EST QUALIFIÉ ?
L’équipe de « Kore Etidyan » vérifiera que les potentiels bénéficiaires
remplissent ...
17
« Kore Etidyan » est un programme de transfert
de cash créé par le gouvernement Martelly/
Lamothe. Lancé le 17 octobre ...
18
Le programme de « Kore Etidyan »
est un avantage financier énorme
car cela me permet de payer mes
trajets en transport ...
19
RAISONS DE DISQUALIFICATION
1/	 Si le bénéficiaire n’a opéré aucune transaction financière sur une
période de 90 jours,...
20
7	 BON DIJAN SOLIDARITE
Haïti se trouvant dans une situation de pauvreté qui touche la majorité de sa population,
elle ...
21
Mon commerce s’est écrasé lors du passage du cyclone Sandy.
C’est avec l’argent que j’ai reçu du programme « Bon Dijans...
22
« Kore Moun Andikape » est un programme
de transferts de cash à l’échelle nationale.
Il vise les personnes à mobilité r...
23
8	 KORE MOUN ANDIKAPE
« Kore Moun Andikape » est un programme de transferts de cash à
l’échelle nationale. Il vise les ...
24
PROCÉDURE DE PAIEMENT
Chaque deux (2) mois, le bénéficiaire recevra un SMS sur son téléphone
de l’opérateur de transfer...
25
9	 KORE TI GRANMOUN
LES OBJECTIFS POURSUIVIS PAR CE PROGRAMME
»» Augmenter les ressources financières des personnes âgé...
26
TRANSFERT DE CASH
Chaque deux (2) mois, le bénéficiaire recevra un SMS de l’agent de
transfert sur son téléphone l’info...
27
 10	 KORE FANM NAN AGRIKILTI
Afin de faire face à cette situation de pauvreté qui se féminise de plus
en plus, le Minis...
28
LES OBJECTIFS VISÉS SONT LES SUIVANTS
»» Faciliter l’accès au microcrédit aux femmes vivant dans les
milieux ruraux imp...
29
QUI SONT LES INSTITUTIONS FINANCIÈRES ?
Le Ministère à la Condition Féminine et aux Droits de la Femme (MCFDF)
a signé ...
30
« Panye Solidarite » est l’une des initiatives de protection
sociale du Gouvernement Martelly-Lamothe qui vise à
répond...
31
11	 PANYE SOLIDARITE
CE PROGRAMME VIENT RENFORCER DEUX ASPECTS
1/	 Lutter contre la faim, dans un pays ou plus de 50 % ...
32
COMPOSITION DU PANIER
Le panier alimentaire est composé de riz, mais, poids, spaghetti, pate de
tomâtes et d’huile. Dan...
33
12	KORE PEYIZAN
En vu de permettre à ces gens défavorisés de mieux s’exprimer,
d’inclure leurs préoccupations à l’ordre...
34
LES BÉNÉFICIAIRES DU PROGRAMME SERONT
PRIORITAIREMENT
»» Les agriculteurs, les pêcheurs, les apiculteurs ou autres pays...
35
APPUI À LA PRODUCTION ARTISANALE DE SEMENCES
ET FORMATION DES AGRICULTEURS
Le MDPP entend contribuer en collaboration a...
36
13	DISTRIBISYON BET POU ELV AJ
BÉNÉFICIAIRES
La répartition des bénéficiaires est ainsi faite :
»» 70 % des bénéficiair...
37
CONDITIONS
Les familles recevront un versement de 6000 mille gourdes pour
acheter 2 chèvres et pour préparer un enclos,...
38
14	 PROGRAMME DE
	 SCOLARISATION UNIVERSELLE 		
	 GRATUITE ET OBLIGATOIRE
La mise en œuvre du Programme de Scolarisatio...
39
BÉNÉFICIAIRES
Les bénéficiaires du programme sont répartis en six (6) grands groupes :
»» Le Groupe A comprenant les en...
40
DURÉE DU PROGRAMME
Le programme s’étend sur une période de cinq (5) ans, allant d’octobre
2011 à septembre 2016. Au cou...
WI, Mwen kapab.WI, Mwen kapab.
ALFABETIZASYONKANPAY NASYONAL
APRANN LI AK EKRI
POU AYITI KA VANSE
PI LWEN
Enèji pou Inyon ...
42
Le Programme National des Cantines
Scolaires (PNCS) et le Programme
Alimentaire Mondial (PAM) ont lancé
officiellement,...
43
16 KANTIN ESKOLÈ
L’alimentation scolaire reste une solution concrète afin de remédier à
la fois aux problèmes liés à la...
44
17 RESTORAN KOMINOTÈ
Ce programme de création de restaurants communautaires fait parti
du programme national d’assistan...
Présentation des programmes d'inclusion sociale.
Présentation des programmes d'inclusion sociale.
Présentation des programmes d'inclusion sociale.
Présentation des programmes d'inclusion sociale.
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Présentation des programmes d'inclusion sociale.

963 vues

Publié le

Présentation des programmes d'inclusion sociale et de la lutte contre la pauvreté extrême du gouvernement Martelly-Lamothe.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
963
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Présentation des programmes d'inclusion sociale.

  1. 1. Les Programmes d’inclusion sociale et de lutte contre la pauvrete extreme du Gouvernement Martelly-Lamothe GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAÏTI
  2. 2. Production graphique : Groupe IBI/DAA Les Programmes d’inclusion sociale et de lutte contre la pauvrete extreme du Gouvernement Martelly-Lamothe GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE D’HAÏTI
  3. 3. 1 HAITI AP VANSE /1 2 À PROPOS DE EDE PÈP /2 3 PANYE SOLIDARITE et KANTIN MOBIL LES PROJETS SOCIAUX DU GOUVERNEMENT /6 4 LE RÉSEAU D’AGENTS SOCIAUX ET LE RUB /8 5 TI MANMAN CHERI /14 6 KORE ETIDYAN /16 7 BON DIJAN SOLIDARITE /20 8 KORE MOUN ANDIKAPE /22 9 KORE TI GRANMOUN /25  10 KORE FANM NAN AGRIKILTI /27 11 PANYE SOLIDARITE /30 12 KORE PEYIZAN /33 13 DISTRIBISYON BET POU ELV AJ /36 14 PROGRAMME DE SCOLARISATION UNIVERSELLE GRATUITE ET OBLIGATOIRE /38 15 ALPHABÉTISATION /41 16 KANTIN ESKOLÈ /42 17 RESTORAN KOMINOTÈ /44 TABLE DES MATIÈRES
  4. 4. VI Je suis contente d’avoir reçu un Panye Solidarité car à présent, j’ai des provisions alimentaires pour toute la famille ! « Panye Solidarite » m’a permis de ne pas débourser mon argent pour ces produits dont j’avais besoin. J’aimerais que ce programme continue.» Solange, 38 ans, Grand-Anse 1 HAITI AP VANSE LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE
  5. 5. 1 1 HAITI AP VANSE Suite à la volonté marquée de l’administration Martelly-Lamothe de combattre l’extrême pauvreté en Haïti, le Gouvernement a lancé un programme d’assistance sociale sur tout le territoire national, nommé EDE PÈP. Ce programme vise à soutenir les plus démunis et à les aider à sortir de leur situation précaire. Conscient que 56 % de la population haïtienne vit avec moins de 1 $ USD par jour, le Gouvernement a montré à travers EDE PÈP qu’il fait des couches défavorisées, une priorité. Administration Martelly/Lamothe LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 1 HAITI AP VANSE
  6. 6. 2 2 À PROPOS DE EDE PÈP L’initiative gouvernementale EDE PÈP regroupe 15 projets d’assistance sociale et touche des domaines variés. Lancés par le Gouvernement haïtien, ils visent à améliorer directement le niveau de vie des bénéficiaires. Les projets décrits ci-dessous, s’inspirent des expériences des pays proches d’Haïti au niveau de la zone de l’Amérique Latine et les Caraïbes. En effet, dans l’ensemble de ces pays, des programmes d’assistance sociale ont été lancés et un réel impact a pu être enregistré sur la réduction graduelle de la pauvreté de la population. Le Gouvernement haïtien a ainsi décidé de se donner les moyens d’améliorer les conditions de vie de sa population en mobilisant plusieurs leviers: En allouant un budget important pour les programmes d’assistance sociale. Par cela le Gouvernement montre sa bonne volonté d’action. En utilisant ses organes d’exécution compétentes en matière de gestion des projets de développement pour Haïti: le Fonds d’Assistance Economique et Sociales (FAES), le Ministère de l’Intérieur, le Ministère des Affaires Sociales et du Travail, le Ministère des Droits Humains et la Lutte contre la Pauvreté Extrême, le Ministère Délégué à la Promotion de la Paysannerie, le Ministère de l’Agriculture, le Ministère à la Condition Féminine, le Ministère de l’Education Nationale, le Bureau du Secrétaire d’Etat à l’Intégration des Personnes Handicapées, le Programme National des Cantines Scolaires (PNCS), le Programme de Scolarisation Universelle Gratuite et Obligatoire (PSUGO). L’initiative gouvernementale EDE PÈP regroupe 15 projets d’assistance sociale et touche des domaines variés. Lancés par le Gouvernement haïtien, ils visent à améliorer directement le niveau de vie des bénéficiaires. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 2 À PROPOS DE « EDE PÈP »
  7. 7. 3 En utilisant les expériences vécues par les pays voisins d’Haïti qui ont pu voir une réelle évolution dans leurs situations, suite à la prise en charge de leurs populations. En adoptant une approche volontaire et en se dotant des meilleurs experts pour pouvoir adapter au mieux les programmes aux besoins d’Haïti, conscient que chaque pays à sa propre culture et ses propres spécificités, les programmes doivent voir le jour en prenant en compte les demandes de la population et les expériences précédentes. De plus, il est important d’attirer l’attention sur un point clef qui est la force de collaboration de l’ensemble des unités gouvernementales. En effet, par la coordination entre les différents services, l’assistance pourra atteindre plus facilement les personnes dans le besoin. Ainsi, est-il prioritaire d’insister sur l’importance de chacun des services qui sont des éléments essentiels dans l’approche des populations, car ils sont présents pour orienter les actions vers les sites les plus nécessiteux et peuvent apporter leur contribution dans le travail communautaire. Le Gouvernement Martelly-Lamothe est heureux de pouvoir présenter le programme EDE PÈP et l’ensemble de ses composantes mises en œuvre en son sein. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 2 À PROPOS DE « EDE PÈP »
  8. 8. 4 STRUCTURES DES PROGRAMMES EDE PÈP PSUGO KANTIN ESKOLÈ KORE ETIDYAN ALPHABÉTISATION CAPITAL HUMAIN KORE FANM NAN AGRIKILTI KORE PEYIZAN DISTRIBISYON BETAY BOURAD EKONOMIK PANYE SOLIDARITE KORE MOUN ANDIKAPE KANTIN MOBIL KORE TI GRANMOUN BON DIJANS- SOLIDARITÉ ASSISTANCE SOCIALE URGENCE STRUCTURANT TI MANMAN CHERI RESTORAN KOMINOTE LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 2 À PROPOS DE « EDE PÈP »
  9. 9. « Pèp la Jwenn. » 5 LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 2 À PROPOS DE « EDE PÈP »
  10. 10. 6 Les programmes « Panye Solidarite » et « Kantin Mobil » distribuent plusieurs milliers de kits alimentaires et de plats chauds chaque jour. Au delà d’une solution transitoire apportée aux familles, ils appuient la production nationale. Une approche qui à première vue, pourrait être perçue comme insatisfaisante vu qu’elle ne réponde pas à 100 % aux problèmes d’insécurité alimentaire que connait le pays. Ces programmes ne résolvent peut-être pas tous les problèmes mais ils sont incontestablement le début d’une partie de la solution. 3 PANYE SOLIDARITE ET KANTIN MOBIL LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE
  11. 11. 7 ZOOM SUR LES FOURNISSEURS LOCAUX « Je m’étonne toujours d’entendre les gens dire qu’il n’y a pas de riz dans l’Artibonite ! De 2006 jusqu’à nos jours, nous avons livré plus de 15 mille tonnes de riz à la Coopération Française. Donc du riz, il y en a !  ». C’est pour la première fois après 1986, qu’un Gouvernement a contracté les vrais producteurs de riz haïtien et non des spéculateurs. Grâce à cela, nos produits sont valorisés, ce qui nous encourage à être plus productifs. Si l’état injecte de l’argent dans l’agriculture, cela poussera les jeunes à cultiver la terre et ainsi augmenter le taux d’emploi. C’est un bon commencement avec EDE PÈP ! A.P.M.P, Association des Planteurs de Moreau Peye, Artibonite, Fournisseur de riz à EDE PÈP depuis octobre 2012. « Avant mon partenariat avec EDE PÈP, mon entreprise n’employait que cinq personnes ! Grâce à EDE PÈP, Ce nombre a triplé ! Aujourd’hui, je fournis au programme, 5 mille poules du terroir haïtien, par cycle de quarante- cinq jours. Le fait que le gouvernement achète les produits locaux, a un impact positif dans ma ville, Gressier. En effet, le programme a incité les autres personnes de la communauté à rejoindre le travail de la terre sur leurs terrains non exploités. Si l’on continue sur cette lancée, avec ce projet EDE PÈP, dans cinq ans, il y aura un impact encore plus grandiose et direct sur les coûts de la production locale. Ce qui entrainera la hausse du pouvoir d’achat des Haïtiens et une concurrence plus loyale sur le marché. » Mamoune Poulailler, Gressier, Fournisseur de volaille à EDE PÈP depuis octobre 2012. « Je suis le chef d’entreprise de RACE. Depuis le début de mon partenariat avec EDE PÈP, c’est-à-dire de octobre 2012 jusqu’au mois de mars, j’ai déjà livré 30 tonnes de poids et 20 tonnes de maïs issues de ma région. Grâce à ce partenariat le marché est sûr. Je suis à l’abri des risques que comporte la vente à crédit aux clients, les trajets entre les transports publics et la Croix-des-Bossales... J’ai remarqué que depuis la venue de EDE PÈP dans les zones rurales, beaucoup de personnes, surtout des jeunes, sont intéressés à cultiver la terre. Le gouvernement Martelly-Lamothe est en train de faire un grand pas vers la vraie relance de la production nationale ! » Réseau des Agro-Entrepreneurs du Centre (RACE),Plateau Central/Mirebalais Fournisseur de poids et de maïs à EDE PÈP depuis octobre 2012. 3 PANYE SOLIDARITE et KANTIN MOBIL LES PROJETS SOCIAUX DU GOUVERNEMENT LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 3 PANYE SOLIDARITE ET KANTIN MOBIL
  12. 12. 8 4 Le réseau d’AGENTS SOCIAUX et LE RUB LES AGENTS DE TERRAIN La création d’un réseau d’agents sociaux contribue à l’identification de la demande, la diffusion d’information aux bénéficiaires et au public en général, ainsi qu’à la transparence et la validation des différentes activités à réaliser. Ainsi pour rendre plus opérationnel le programme EDE PÈP, un réseau social est en train d’être créé afin de : »» Fournir des informations à la population sur les programmes sociaux et comment y accéder; »» Servir de liaison entre les structures régionales du FAES et la population; »» Agir comme agent social des bénéficiaires des programmes sociaux. La création d’un Registre Unique de Bénéficiaires (RUB), permet d’identifier et de sélectionner les ménages vivant dans des conditions d’extrême pauvreté. Le « RUB » est prioritaire pour que la stratégie EDE PÈP, assure que les ressources assignées aux différents programmes sociaux arrivent effectivement à la population la plus vulnérable. De cette façon, le « RUB » est un mécanisme transparent et objectif qui permet de diriger les ressources publiques vers les ménages les plus pauvres. tifier et de sélectionner les ménages vivant dans des conditions d’extrême pauvreté. Le Registre Unique de Bénéficiaires « RUB » est un registre national des familles pauvres pour la sélection des bénéficiaires des programmes sociaux. C’est un ensemble de procédures pour l’enregistrement et la mise à jour des informations économiques relatives aux familles vivant dans la pauvreté et leur identification. On estime que la population totale enregistrée dans le « RUB » atteindrait environ 1 million de ménages. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 4 LE RÉSEAU D’AGENTS SOCIAUX ET LE RUB
  13. 13. 9 Le « RUB » est prioritaire pour que la stratégie EDE PÈP, assure que les ressources assignées aux différents programmes sociaux arrivent effectivement à la population la plus vulnérable. De cette façon, le « RUB » est un mécanisme transparent et objectif qui permet de diriger les ressources publiques vers les ménages les plus pauvres. POURQUOI LE « RUB » ? »» Identifier et prioriser les familles extrêmement pauvres »» Sélectionner facilement les bénéficiaires tenant compte du degré de pauvreté, les caractéristiques et la composition des ménages pauvres »» Réduire la déviation des ressources vers les zones géographiques et secteurs non-prioritaires »» Offrir aux institutions d’exécution un mécanisme de transparence et d’efficacité dans le transfert de subsides »» Faciliter le suivi des programmes sociaux de manière à ce qu’ils atteignent les objectifs de réduction de la pauvreté définis LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 4 LE RÉSEAU D’AGENTS SOCIAUX ET LE RUB
  14. 14. 10 Etang Ladimette Etang Bois Neuf Etang De Miragoane Trou Caiman Etang Laborde Etang You Lagon Chien Grand Lagon Petit Etang De Miragoane Etang Douat Etang Flangieux Lagon Petit Paradis Etang Saumatre Lagon Aux Boeufs Lac De Péligre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . .. . . .. . . . ... . .. . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . )! )! )! )! )! )! )! )! ARTIBONITE NORD-EST NORD CENTRE SUD NORD-OUEST GRANDE-ANSE OUEST SUD-EST NIPPES ST. JEAN DU SUD TIBURON LES IROIS ANSE-A-PITRE ANSE-A-GALET ILE A VACHE FORT LIBERTE CARACOLLIMONADE PLAINE DU NORD BAS LIMBE PORT MARGOT ST. LOUIS DU SUD ABRICOTS BELLE ANSE CAVAILLON GRAND-GOAVE PETIT TROU DE NIPPES BARADERES GRAND BOUCAN PESTEL AQUIN CORAIL CABARET CROIX-DES-BOUQUES MIRAGOANE FONDS-VERRETTES PLAISANCE PORT-A-PIMENT THIOTTE PERCHES PORT-SALUT CAMP PERRIN GANTHIER ARNIQUET ROCHE-A-BATEAU LA TORTUE TROU DU NORD BONBON CORNILLON / GRAND-BOIS SAUT-D'EAU CHARDONNIERES GRESSIER GRAND GOSIER COTEAUX MAISSADE LES ANGLAIS MOMBIN CROCHU BELLADERE LA CHAPELLE SAVANETTE DONDON ANSE ROUGE LA VICTOIRE MARIGOT MIREBALAIS DESDUNES GROS MORNE ANSE A FOLEUR L'ESTERE MARMELADE CHAMBELLAN ANSE-D'AINAULT THOMASSIQUE GRANDE RIVIERE DU NORD BAIE DE HENNE CARREFOUR LEOGANE MILOT ROSEAUX POINTE A RAQUETTE COTE-DE-FER TORBECK ENNERY MOLE SAINT NICOLAS QUARTIER MORIN JEAN RABEL BOUCAN CARRE LIMBE RANQUITTE DAME-MARIE PILATE BORGNE BOMBARDOPOLIS MONT ORGANISE FERRIER OUANAMINTHE THOMAZEAU TERRIER ROUGE CAPOTILLE BASSIN BLEU SAINT LOUIS DU NORD MORON CARICE VALLIERE SAINTE SUZANE CERCA CARVAJAL GRANDE SALINE CHANTAL VERRETTES PETITE RIVIERE DE L'ARTIBONITE BAHON PIGNON DESSALINES / MARCHANDES TERRE NEUVE SAINT-MICHEL SAINT-MARC ST. RAPHAEL CECA LA SOURCE ACUL DU NORD MANICHE CAYES-JACMEL CHANSOLME L'ASILE PLAISANCE DU SUD ARNAUD FONDS DES NEGRES PAILLANT PETITE RIVIERE DE NIPPES ANSE-A-VEAUBEAUMONT PETION-VILLE KENSCOFF TABARRE CITE SOLEIL PORT-AU-PRINCE DELMAS ARCAHAIE THOMONDE LASCAHOBAS PETIT-GOAVE BAINET LA VALLEE LES CAYES CAP-HAITIEN JACMEL GONAIVES JÉRÉMIE HINCHE PORT-DE-PAIX FORT-LIBERTÉ REPUBLIQUE DOMINICAINE JÉRÉMIE LES CAYES CAP-HAITIEN JACMEL GONAIVES HINCHE PORT-DE-PAIX FORT-LIBERTÉ LÉGENDE Limites administratives Chef Lieu Département Chef Lieu Commune Département Limite Commune Réseau routier (classification) Route nationale Route départementale Route communale Réseau hydrographique Plan d’eau Indice de vulnérabilité (classification) Très vulnérable Vulnérable Moins vulnérable Non vulnérable LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 4 LE RÉSEAU D’AGENTS SOCIAUX ET LE RUB
  15. 15. 11 CIBLAGE EN DEUX ÉTAPES A/  GÉOGRAPHIQUE ET TERRITORIAL Identification des zones et localités prioritaires de part leur situation de pauvreté sur base de la carte de pauvreté et/ou de l’insécurité alimentaire. B/  INDIVIDUEL ›› Identification des chefs de ménages pauvres 1/ Collecte d’information à travers l’administration d’une enquête socio-économique 2/ Saisie et évaluation des données collectées 3/ Evaluation de la pauvreté avec l’aide d’un système de catégorisation de ménages ›› Ciblage individuel : Collecte d’informations Un formulaire de registre et classement socioéconomique des ménages et individus est l’outil utilisé par le « RUB » pour recueillir des données essentielles pour le ciblage individuel. Ce formulaire a été structuré en 5 sections : 1/ LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE DU MÉNAGE Ces informations permettent d’obtenir la localisation exacte de chaque ménage sur le terrain. 2/ INFORMATION GÉNÉRALE DU DEMANDEUR Cette section a comme objectif de recueillir des informations générales sur le demandeur d’assistance publique. 3/ STRUCTURE FAMILIALE DU DEMANDEUR Les données d’identification démographique, éducative et économique de chaque membre du ménage sont enregistrées. 4/ ONDITIONS DE VIE Cette section a comme but d’enregistrer les données relatives au logement, l’accès aux services de base et les actifs du ménage. 5/ CONTRÔLE DE L’ENTRETIEN Cette section a comme objectif de registrer des données qui permettent contrôler les résultats de l’entretien. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 4 LE RÉSEAU D’AGENTS SOCIAUX ET LE RUB
  16. 16. 12 OUTILS DU « RUB » A/  QUESTIONNAIRE « RUB » Questionnaire court recueillant toutes les informations de base sur les ménages et leur conditions de vie, mais permettant une enquête agile/rapide et sans besoin de mises à jour fréquentes. ›› Une page recto-verso ›› 36 questions ›› Interview d’environ 10-15 min ›› Capitalisation sur l’expertise locale : formulation de questions sur base du RGPH et autres enquêtes ménages existantes, testées et reconnues ›› Modélisé sur les registre d’éligibles dans d’autres pays de la région (République dominicaine, Équateur…) ›› Outil générique pour la catégorisation des ménages: applicable pour tous les programmes ›› Outils du « RUB » (2) B/  ANNEXES ›› Questionnaire Personnes Handicapées WHODAS 2.0 ›› Une page recto-verso, 12 questions, interview d’environ 5 minutes ›› Outil international développé par l’OMS qui évalue le degré d’handicap de la personne ›› Questionnaires spécifiques aux programmes partenaires (voir stratégie de mise en œuvre) ›› Programme de Scolarisation Universelle Gratuite et Obligatoire (PSUGO) LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 4 LE RÉSEAU D’AGENTS SOCIAUX ET LE RUB
  17. 17. 13 RÉVISION, CONTRÔLE, SAISIE ET ÉVALUATION La révision et l’évaluation des formulaires est réalisée pour faire le suivi de qualité de l’information; celle-ci comprend le sous-processus suivants : 1/ Réception des fiches recueillies 2/ La révision de consistance (« codification » ou « critique ») - série de vérifications et contrôles pour améliorer la qualité de la saisie d’information, éviter les omissions d’information sur des variables spécifiques et établir une correspondance entre elles. 3/ La saisie des données sur une matrice de saisie dédiée 4/ L’évaluation de l’information saisie et élaboration des tableaux de résultats - vérification et correction des erreurs commises lors du processus de saisie ou de ventilation des données. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 4 LE RÉSEAU D’AGENTS SOCIAUX ET LE RUB
  18. 18. 14 J’adore le programme « Ti Manman Cheri ». Parfois, on n’a pas les moyens d’assurer nos besoins et tout-àcoup,on reçoit un SMS, nous avertissant que l’argent est disponible sur notre compte. C’est vraiment un soulagement.J’aimerais que ce programme ne s’arrête jamais !  Sandia, 23 ans, 2 enfants, Carrefour–Feuilles. « Ti Manman Cheri » m’aide beaucoup dans mes dépenses. C’est mon unique revenu fixe. Cela me permet d’acheter des livres scolaires, ou des souliers pour mes enfants ou encore de préparer leurs boites à lunch le matin pour aller à l’école. Ce programme est vraiment intéressant !  Marie-Carmelle, 48 ans, 2 enfants, Port-au-Prince « Ti Manman cheri » est un programme de protection sociale du Gouvernement Haïtien qui aide les mères à supporter leurs familles et à investir dans l’éducation de leurs enfants. 5 TI MANMAN CHERI LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE
  19. 19. 15 5 TI MANMAN CHERI CONDITION Pour bénéficier du programme, il faut être une mère dont l’enfant est inscrit dans une école et doit y assister régulièrement, cet élément sera vérifié quatre fois par an, chaque six mois, une mère pourra être renouvelée ou sortira du programme si elle ne répond plus aux conditions. BÉNÉFICIAIRES Les mères doivent être issues des zones défavorisées et chacune doit avoir au moins un enfant inscrit dans une école. LE TRANSFERT D’ARGENT Le transfert d’argent se fait mensuellement aux mères, les « Ti Manman Cheri », enregistrées dans le programme. Cet argent peut alors être collecté chez n’importe quel Agent de transfert autorisé dans la ville. DURÉE Chaque maman est inscrite et approuvée pour 6 mois de transfert. Elle a complètement la garantie d’être reçue tous les 6 mois sauf en cas de fraude ou de disqualification au moment de l’inscription. RAISONS DE DISQUALIFICATION 1/ Si le participant n’utilise pas l’argent dans les 90 jours qui suivent le transfert, l’argent sera retourné au gouvernement haïtien. 2/ Si lors des contrôles, le programme découvre qu’une mère a présenté des faux documents, partagé de mauvaises informations ou exagéré sa situation en aucune façon, elle sera immédiatement disqualifiée du programme sans aucune chance de renouvellement. 3/ Ce programme vient donc soutenir directement les objectifs du gouvernement en termes de promotion de l’éducation et de la volonté de faciliter son accès dans un pays où nous connaissons les coûts élevés pour les familles que représente le fait d’envoyer son enfant à l’école. 4/ Aujourd’hui ce programme vise à enrôler 100 000 mères vulnérables dont au moins 1 enfant est à l’école. Exécuté par : MINISTRE DÉLÉGUÉ AUX DROITS DE L’HOMME ET LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ EXTRÊME LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 5 TI MANMAN CHERI
  20. 20. 16 6 KORE ETIDYAN QUI EST QUALIFIÉ ? L’équipe de « Kore Etidyan » vérifiera que les potentiels bénéficiaires remplissent les conditions suivantes: »» Être étudiant d’une faculté de l’UEH ou de l’UPR ou d’une École Nationale d’enseignement supérieur ; »» Assister régulièrement les cours pendant l’année académique 2013-2014; »» Avoir une Carte d’Identité Nationale (CIN) ; »» Posséder un téléphone. QUI EST DISQUALIFIÉ? Sont disqualifiés tous ceux qui ne répondent pas aux critères de qualification sus- mentionnés, et qui  : »» N’ont pas une performance académique avec une moyenne égale ou supérieure à 65 au cours des années précédentes (pour les anciens) ; »» Sont immatriculé à l’université au-delà de 5 ans; »» Sont des mémorants ou déjà gradués; »» Reprennent l’année ou qui ont été sujets à des sanctions disciplinaires. Exécuté par : MENFP LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 6 KORE ETIDIAN
  21. 21. 17 « Kore Etidyan » est un programme de transfert de cash créé par le gouvernement Martelly/ Lamothe. Lancé le 17 octobre 2012, ce programme cible les étudiants du premier cycle de l’UEH et ceux des facultés publiques en région urbaine. Ce programme fait partie du grand Programme National d’Assistance Sociale EDE PÈP qui représente l’engagement du gouvernement haïtien de contribuer à la formation d’une nouvelle génération de citoyens aptes à renforcer les institutions du pays. Pour l’année académique 2012-2014, Kore etidyan compte élargir son programme en finançant un plus grand nombre d’étudiants sur le territoire national, soit 30 000. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 6 KORE ETIDIAN
  22. 22. 18 Le programme de « Kore Etidyan » est un avantage financier énorme car cela me permet de payer mes trajets en transport publique, mes livres, mes fournitures scolaires, mes photocopies et d’autres dépenses imprévues. Avec « Kore Etidyan », je suis disposé pour mes études !  Bernard, 22 ans étudiant LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 6 KORE ETIDIAN
  23. 23. 19 RAISONS DE DISQUALIFICATION 1/ Si le bénéficiaire n’a opéré aucune transaction financière sur une période de 90 jours, les fonds retourneront automatiquement dans les caisses du gouvernement haïtien. Ce bénéficiaire pourra réactiver son statut s’il contacte le centre d’appel et prouve qu’il a rempli les critères d’adhésion au programme. 2/ Si un bénéficiaire a fourni de fausses informations, (documents falsifiés ou dénaturés sa situation), il/elle sera automatiquement disqualifié(e) et exclu(e) du programme, sans droit de recours pour un éventuel renouvellement. 3/ Si un bénéficiaire s’inscrit dans deux entités ou avec deux numéros de téléphone ou encore avec deux identités, il/elle sera automatiquement disqualifié (e) et exclu (e) du programme, sans droit de recours pour un éventuel renouvellement. 4/ Si l’étudiant ne possède pas encore de Carte d’Identification Nationale (CIN), il doit se rendre au bureau de l’Office Nationale d’Identification (ONI) de sa région pour en avoir une. NOUVELLE MODALITÉ DE PAIEMENT Pour la seconde année de mise en œuvre du projet « Kore Etidyan », 2 nouvelles modalités sont proposées : »» l’accès à une carte de débit : « Kore Etidyan » va doter chaque étudiant d’une carte prépayée, dénommée la carte « Kore Etidyan », portant le nom, le prénom, le numéro de compte bancaire de l’étudiant ainsi que le logo de EDE PÈP et de « Kore Etidyan ». La carte respecte les standards inter-nationaux propres à ce type de carte. »» l’accès à un ordinateur portable  : les étudiants inscrits au programme ont le choix entre recevoir la subvention des 2 000 HTG par mois durant 9 mois ou recevoir un ordinateur portable et un seul versement de 2 000 HTG. Ce volet vise à faciliter l’accès aux technologies et surtout l’accès aux moyens d’apprentissage. MODE D’UTILISATION DE LA CARTE « KORE ETIDYAN » Les étudiants munis de leur carte « Kore Etidyan » pourront faire leurs retraits à partir : 1/ des succursales de la SOGEX-PRESS gratuitement ; 2/ des ATM de la SOGEBANK ; un frais de 2,5 % du montant sera prélevé. Lesétudiantspourronteffectuerdesachatscheztouslescommerçants affiliés à la SOGECARTE à travers le pays dans la mesure où les fonds sont disponibles. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 6 KORE ETIDIAN
  24. 24. 20 7 BON DIJAN SOLIDARITE Haïti se trouvant dans une situation de pauvreté qui touche la majorité de sa population, elle se voit également soumise aux aléas climatiques et géologiques. En effet, comme observé dans le passé, les tremblements de terre, les épidémies, les cyclones, ouragans, glissements de terrain et autres événements viennent régulièrement détériorer les conditions de vie de la population. Ainsi comme vu précédemment lors du passage d’ISAAC en août 2012 et du passage de SANDY, en octobre 2012, le Gouvernement veut pouvoir apporter un soutien à sa population. Donc, ce programme a vu le jour et vient apporter un soutien ponctuel en réponse à un événement non prévisible. « Bon Dijans » est un programme de transfert d’espèces qui vise à fournir une aide financière d’urgence suite aux catastrophes naturelles afin de soutenir les personnes affectées le temps qu’ils puissent recouvrir leurs moyens de subsistance. Le subside du programme consiste en un transfert unique de 1 000 gourdes par ménage. Ces subsides de soutien en urgence ont pour objectif d’amortir le choc immédiat des désastres naturels. Le programme est activé suite aux urgences dans les lieux où l’ampleur des désastres est non connue. De ce fait, une collaboration avec la Direction de la Protection Civile (DPC) sera réalisée. BÉNÉFICIAIRES En tant que fond d’urgence, les bénéficiaires de ce programme pourraient être de n’importe quelle zone géographique étant donné que mis à part les différents niveaux de risques tout le pays est vulnérable à ces évènements. Les Centres d’Operations d’Urgence (COU), en tant qu’instances opérationnelles décentralisées du Plan National de Gestion des Risques et Désastres en charge de la coordination des différentes institutions dans la réponse aux urgences et aux catastrophes, seront chargés d’identifier et d’enregistrer les bénéficiaires de « Bon Dijans » dans les zones respectives. Composé de différents secteurs et d’organismes communautaires, le COU est l’instance appropriée pour pouvoir échanger et réunir les informations et emplacements nécessaires afin d’assurer une réponse immédiate aux besoins de la population. CONDITIONS DE PARTICIPATION Les participants devront être munis d’une Carte d’Identification Nationale (CIN) et un numéro de téléphone. Environ200000personnesbénéficierontdeceprogramme, ce dernier apportera un soulagement à la charge financière des familles des zones les plus vulnérables. Au cours de l’opérationnalisation de ce programme, il porte le nom de « Bon Solidarité ». Seul en période d’urgence décrétée par le Gouvernement, ces bons sont dénommés « Bon Dijans. » TRANSFERT Un montant de 1  000 HTG sera versé à chaque foyer. Cette subvention se fera par l’intermédiaire d’une agence de transfert ayant une large couverture sur le territoire national. Chaque bénéficiaire recevra un SMS avec un code PIN de sécurité et un voucher, permettant à la personne de récupérer son transfert dans n’importe quel bureau de service de l’opérateur de transfert. Cette subvention restera valide durant trente jours, passé ce délai l’argent retournera sur le compte du FAES et une autre personne en bénéficiera. Les personnes bénéficiant de cette aide ponctuelle entreront ainsi dans la base de données des programmes EDE PÈP. Cette base de données permettra ensuite d’ajuster les actions et de permettre à ces bénéficiaires ponctuels d’intégrer prioritairement les programmes de longue durée de cash transfert. Exécuté par : Ministère de l’Intérieur et des Collectivités LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 7 BON DIJAN SOLIDARITE
  25. 25. 21 Mon commerce s’est écrasé lors du passage du cyclone Sandy. C’est avec l’argent que j’ai reçu du programme « Bon Dijans » du Gouvernement Martelly-Lamothe que j’ai pu le remettre sur pied. Je tire mon chapeau pour le Gouvernement ! Anatus, 54 ans, Baie-de-Henne « Bon Dijans » est un programme de transfert d’espèces qui vise à fournir une aide financière d’urgence suite aux catastrophes naturelles afin de soutenir les personnes affectées le temps qu’ils puissent recouvrir leurs moyens de subsistance. 7 BON DIJAN SOLIDARITE LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE
  26. 26. 22 « Kore Moun Andikape » est un programme de transferts de cash à l’échelle nationale. Il vise les personnes à mobilité réduite, faisant partie d’un foyer vivant dans la pauvreté extrême, et qui sont dans l’incapacité d’intégrer le marché du travail. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 8 KORE MOUN ANDIKAPE
  27. 27. 23 8 KORE MOUN ANDIKAPE « Kore Moun Andikape » est un programme de transferts de cash à l’échelle nationale. Il vise les personnes à mobilité réduite, faisant partie d’un foyer vivant dans la pauvreté extrême, et qui sont dans l’incapacité d’intégrer le marché du travail. Ainsi, les objectifs poursuivis par ce programme sont les suivants : »» Augmenter les ressources financières des personnes à mobilité réduite et améliorer leur condition de vie; »» Soutenir leurs autonomisations en leur permettant de contribuer au foyer où elles vivent; »» Informer cette communauté des différents services médicaux et paramédicaux existants afin d’améliorer son accès aux soins de santé. Chaque bénéficiaire recevra un montant de 800 gourdes chaque deux mois, durant 12 mois, cette allocation vise à apporter une aide financière à une des couches les plus vulnérables de la population. En augmentant les ressources financières, le programme permettra d’améliorer les conditions de vies ainsi qu’à soutenir l’autonomisation des personnes handicapées qui n’ont aucune autre source d’assistance financière institutionnelle. CONDITIONS D’ADMISSION En collaboration avec le Bureau du Secrétaire d’État à l’Intégration des Personnes Handicapées (BSEIPH) et les agents sociaux EDE PÈP, les bénéficiaires seront retenus selon les critères suivants: »» Être âgé entre 18 et 65 ans ; »» Vivre dans une maison résidentielle et non dans un centre pour personnes handicapées ; »» Avoir une personne de confiance ; »» Avoir un handicap qui le rend incapable de travailler ; »» Vivre dans des conditions d’extrême pauvreté ; »» Posséder une carte d’identification nationale ; »» Ne pas bénéficier d’une pension pour incapacité. Exécuté par : Ministère des Affaires Sociales et du Travail LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 8 KORE MOUN ANDIKAPE
  28. 28. 24 PROCÉDURE DE PAIEMENT Chaque deux (2) mois, le bénéficiaire recevra un SMS sur son téléphone de l’opérateur de transfert l’informant que l’argent est disponible ainsi qu’un PIN qui lui permettra de récupérer le montant. Dans le cas où le bénéficiaire ne puisse pas se déplacer, le bénéficiaire devra désigner une personne de confiance possédant un CIN qui pourra, le cas échéant, récupérer le montant à sa place. Si la personne de confiance récupère le montant à la place du bénéficiaire deux (2) fois de suite, un agent EDE PÈP fera une enquête pour s’assurer que le montant arrive toujours au bénéficiaire. RAISONS DE DISQUALIFICATION »» Si le participant n’utilise pas l’argent dans les 60 jours suivant le transfert, l’argent sera retourné au gouvernement haïtien. »» Si un bénéficiaire a présenté des faux documents, partagé de mauvaises informations ou exagéré sa situation en aucune façon, elle sera immédiatement disqualifié du programme sans aucune chance de renouvellement. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 8 KORE MOUN ANDIKAPE
  29. 29. 25 9 KORE TI GRANMOUN LES OBJECTIFS POURSUIVIS PAR CE PROGRAMME »» Augmenter les ressources financières des personnes âgées et améliorer leurs conditions de vie. »» Soutenir l’autonomisation des personnes âgées en leur permettant de contribuer au foyer. CONDITIONS POUR ÊTRE BÉNÉFICIAIRE Le bénéficiaire sera retenu selon les critères suivants : »» Être âgé de 66 ans et plus ; »» Être à la retraite ; »» Vivre dans des conditions d’extrême pauvreté ; »» Posséder une Carte d’Identification Nationale (CIN) ; »» Ne pas bénéficier d’une pension de retraite ; »» Vivre dans une maison résidentielle et non dans un hospice; »» Ayant une personne de confiance. NB : Une priorité sera donnée aux anciens bénéficiaires du programme « Kore Moun Andikape ».  Les bénéficiaires recevront leur premier paiement le mois de leur enregistrement et par la suite recevront un paiement chaque deux mois. « Kore Ti Gran Moun » est un programme qui prend en charge les personnes âgées les plus vulnérables de la population n’ayant pas la capacité d’avoir des revenus fixes. Exécuté par : Ministère des Affaires Sociales et du Travail LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 9 KORE TI GRANMOUN
  30. 30. 26 TRANSFERT DE CASH Chaque deux (2) mois, le bénéficiaire recevra un SMS de l’agent de transfert sur son téléphone l’informant que l’argent est disponible. Un numéro de PIN lui sera également communiqué afin de récupérer ce montant. Dans le cas où le bénéficiaire se trouve dans l’incapacité de se déplacer, un agent de la maison de transfert livrera l’argent à domicile. Le choix se présentera lors de l’enregistrement. Le bénéficiaire devra également remplir et signer un mandat désignant une personne de confiance possédant un CIN qui pourra, le cas échéant, récupérer le montant à sa place. Si la personne de confiance récupère le montant à la place du bénéficiaire deux (2) fois de suite, un agent EDE PÈP fera une enquête pour s’assurer que le montant arrive toujours au bénéficiaire. PAIEMENT DES BÉNÉFICIAIRES Les bénéficiaires recevront leur premier paiement le mois de leur enregistrement et par la suite recevront un paiement chaque deux (2) mois. Les conditions d’éligibilité seront vérifiées lors de la collecte de l’argent par les bénéficiaires. En cas de décès du bénéficiaire, une nouvelle personne éligible du programme pourra être ajoutée. Lorsque le bénéficiaire ira récupérer son transfert, il remplira également un questionnaire permettant d’évaluer le programme afin de pouvoir effectuer les ajustements nécessaires. Cela permettra aussi de savoir si l’argent donné est bénéfique effectivement au bénéficiaire. Lors des vérifications, un participant peut être renvoyé du programme si : »» Le participant n’utilise pas l’argent dans les 60 jours suivant le transfert ; l’argent sera automatiquement retourné au Gouvernement Haïtien. »» Un bénéficiaire a présenté des faux documents, partagé de mauvaises informations ou exagéré sa situation de quelque façon, il sera immédiatement disqualifié du programme sans aucune chance de renouvellement. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 9 KORE TI GRANMOUN
  31. 31. 27  10 KORE FANM NAN AGRIKILTI Afin de faire face à cette situation de pauvreté qui se féminise de plus en plus, le Ministère à la Condition Féminine et aux Droits de la Femme (MCFDF), en collaboration avec le FAES a convenu de lancer la campagne agricole de printemps 2013 avec le programme d’assistance sociale intitulé « Kore Fanm nan Agrikilti». Ce programme vise à porter une amélioration sur le plan économique pour les femmes vivant dans les milieux ruraux en leur facilitant l’accès au microcrédit et à financer des activités productives créatrices d’emplois favorisant leur intégration aux circuits de production, transformation et de commercialisation dans des filières agricoles. Le secteur agricole représente 26 % du Produit Intérieur Brut en Haïti. Au cours de l’année 2012, les communautés rurales haïtiennes dont l’économie est basée sur l’agriculture ont été rudement touchées par la sécheresse et deux cyclones. Les femmes qui habitent ces zones sont particulièrement affectées. En plus d’être victimes des conditions climatiques et des catastrophes naturelles, elles font face à des inégalités quant à l’accès aux ressources et leur contrôle mais également aux opportunités économiques. Exécuté par : Ministère à la Condition Féminine LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 10 KORE FANM NAN AGRIKILTI
  32. 32. 28 LES OBJECTIFS VISÉS SONT LES SUIVANTS »» Faciliter l’accès au microcrédit aux femmes vivant dans les milieux ruraux impliquées dans les secteurs de la production, transformation et dans le commerce agricole. »» Faciliter l’accès à des produits financiers adaptés à des petites et moyennes entreprises dirigées par des femmes du secteur agricole en milieu rural. »» Faciliter l’établissement de contrats de fourniture de produits de qualité aux programmes de protection sociale et environnementaux du gouvernement et à de grandes entreprises agro industrielles. »» Promouvoir des investissements publics et privés nationaux et internationaux pour la création d’un Fonds d’appui à l’entrepreneuriat féminin en milieu rural. QUI SONT LES BÉNÉFICIAIRES ? Environ 10 000 femmes issues d’organisations légalement constituées sont sélectionnées. Parmi elles, 80 % ont déjà une activité génératrice de revenu (production, transformation et commerce de produits agricoles) et 20 % ont un projet jugé viable par le MCFDF et les institutions financières. Des associations de femmes des zones ciblées ont été identifiées et sélectionnées par la Coordination départementale du MCFDF en concertation avec des réseaux et regroupements des organisations de femmes bien établies. Ces derniers faciliteront l’identification de groupements et associations de femmes impliqués dans les secteurs de production, transformation et commercialisation de produits agricoles. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 10 KORE FANM NAN AGRIKILTI
  33. 33. 29 QUI SONT LES INSTITUTIONS FINANCIÈRES ? Le Ministère à la Condition Féminine et aux Droits de la Femme (MCFDF) a signé des protocoles d’accords avec des organismes et institutions financières déjà impliqués dans le microcrédit et offrant des services de proximité dans des zones rurales ciblées, notamment avec des coopératives reconnues et des membres de réseaux de coopératives établis et reconnus, les caisses populaires reconnues par le Conseil National des Coopératives (CNC) et la Banque de la République d’Haïti (BRH) et des institutions de micro finance (IMF) qui ont l’expérience dans le domaine de financement avec une population ne disposant pas de garanties réelles ni de revenus réguliers (Desjardins, Association Nationale des Caisses d’épargne et de Crédit, Conseil National des Coopératives, etc.). Ces institutions ont été retenues car elles peuvent offrir des produits et services dans les zones ciblées et des prêts à des conditions préférentielles. Les institutions démontrant un intérêt à se renforcer pour l’intégration de femmes dans des fonctions de prise de décision ont été priorisées. Cette démarche aura pour objectif précis l’augmentation des revenus des femmes et le développement de leur esprit d’entreprise et gestion financière. QUELLE PRISE EN CHARGE POUR CES FEMMES ? Un atelier de formation (recyclage de cadres) de 3 jours sera organisé pour les institutions de micro finance associées à l’action qui y délégueront des dirigeants et des responsables d’opérations de crédit de sexe féminin. Cette formation vise à renforcer les capacités de prise de décision des femmes au sein des institutions de micro finance et à former leurs cadres de sexe féminin qui à leur tour formeront et encadreront les bénéficiaires de crédit en vue d’une meilleure gestion de leurs avoirs financiers. Les objectifs spécifiques de cette formation sont de : 1/ Contribuer à la maîtrise des participantes des concepts et techniques clefs en éducation financière. 2/ Doter les participantes de connaissances et outils nécessaires pour organiser des séances de formation auprès des bénéficiaires et les encadrer. NB : Une vidéo, un CD et un guide en créole seront développés afin d’assurer la démultiplication et la vulgarisation de l’éducation financière par des radios communautaires, des leaders d’associations de femmes et les responsables de crédit des groupes solidaires formés. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 10 KORE FANM NAN AGRIKILTI
  34. 34. 30 « Panye Solidarite » est l’une des initiatives de protection sociale du Gouvernement Martelly-Lamothe qui vise à répondre à l’urgence alimentaire et nutritionnelle des familles vulnérables, et également d’apporter une aide alimentaire directe à la population. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 11 PANYE SOLIDARITE
  35. 35. 31 11 PANYE SOLIDARITE CE PROGRAMME VIENT RENFORCER DEUX ASPECTS 1/ Lutter contre la faim, dans un pays ou plus de 50 % de la population vit avec moins de 1 $ USD par personne par jour. 2/ Renforcer la production nationale : en faisant le choix de constituer ses kits de 100 % de produits locaux. L’ensemble des produits constituant le kit est issu de la production locale; cela garantit par la même occasion un écoulement certain des produits locaux, ce qui aura pour effet d’augmenter la production nationale. BÉNÉFICIAIRES Le gouvernement compte distribuer 60 000 paniers chaque mois à des familles vulnérables localisées dans les zones les plus touchées par l’insécurité alimentaire déterminées par la Coordination Nationale pour la Sécurité Alimentaire (CNSA). Un ménage ne pourra participer qu’une seule fois au programme dans sa phase de mise en place, par la suite les mêmes bénéficiaires pourront de nouveau bénéficier du panier. La sélection des familles bénéficiaires se fera selon un double critère de ciblage, territorial et individuel. Ainsi, les bénéficiaires du programme doivent être : 1/ Membres des ménages qui résident dans les communes sélectionnées, 2/ Être âgé entre 18 et 65 ans, 3/ Avoir une Carte d’identité Nationale, 4/ Posséder un téléphone. Exécuté par : MDPP LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 11 PANYE SOLIDARITE
  36. 36. 32 COMPOSITION DU PANIER Le panier alimentaire est composé de riz, mais, poids, spaghetti, pate de tomâtes et d’huile. Dans le choix des produits alimentaires, les habitudes de consommation des familles haïtiennes à faible revenu et la capacité de production nationale et les besoins nutritionnels d’un individu ont été prises en compte. MODE DE DISTRIBUTION Toutes les communes du pays sont concernées par ce programme, un quota sera attribué par département en fonction du niveau de pauvreté et d’insécurité alimentaire. Le comité de sélection des bénéficiaires devra se procurer des listes des bénéficiaires au FAES contenant les numéros de la Carte d’Identification Nationale (CIN) et le numéro de téléphone des bénéficiaires à qui il sera remis un voucher qui leur permettra de retirer un kit alimentaire le jour de la distribution. Chaque famille recevra un panier. Notons que ce programme peut également se voir attribuer des ressources supplémentaires en cas d’urgence et permet de couvrir une population sinistrée. Ainsi, suite à l’ouragan Sandy 38 400 kits ont été distribués en plus des ressources initialement allouées et en plus des dons de riz en nature des gouvernements amis d’Haïti. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 11 PANYE SOLIDARITE
  37. 37. 33 12 KORE PEYIZAN En vu de permettre à ces gens défavorisés de mieux s’exprimer, d’inclure leurs préoccupations à l’ordre du jour des débats d’orientation et d’améliorer leur bien-être économique, le gouvernement Martelly- Lamothe a mis en place le Ministère Délégué à la Promotion de la Paysannerie (MDPP) pour intervenir en partenariat avec les autres instances étatiques et non gouvernementales de façon à atteindre les moindres détails de la vie des communautés rurales. Pour déboucher sur des résultats rapides, le MDPP a formulé un ensemble de mesures dont la mise en place d’un programme «KORE PEYIZAN » priorisant les axes d’intervention dont : »» Les filières agricoles; »» Le secteur de la pêche; »» La formation des agriculteurs ; »» L’achat des produits locaux. Les données du dernier recensement en Haïti indiquent que la population est d’environ 10 millions d’habitants, près de 60 % de cette population vie en milieu rural et dépend de l’agriculture. L’agriculture demeure l’activité économique et sociale la plus importante, elle embauche plus de 60  % de la population active et représente 25  % du PIB. En dépit de son apport dans l’économie du pays, ce secteur est marginalisé et par conséquent les paysans attachés au milieu rural sont très vulnérables. On enregistre depuis quelques décennies un déplacement massif des habitants de ces lieux vers les grandes villes. Exécuté par : MDDP LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 12 KORE PEYIZAN
  38. 38. 34 LES BÉNÉFICIAIRES DU PROGRAMME SERONT PRIORITAIREMENT »» Les agriculteurs, les pêcheurs, les apiculteurs ou autres paysans qui ont été décapitalisés par les désastres naturels survenus au cours de l’année 2012 »» Les femmes exploitantes et chefs de ménage »» Les paysans sans terre nécessitant d’un appui financier Le nombre total de bénéficiaires directs sera de 50 000 et 35 associations de femmes marchandes de produits de mer. DISTRIBUTION DE KITS D’INTRANTS ET OUTILLAGES AGRICOLES L’initiative consiste à faciliter aux agriculteurs des zones ciblées des semences et autres intrants capables de satisfaire une partie des besoins pour la mise en place d’une parcelle couvrant au maximum 0,25 ha. En vue d’atteindre les effets escomptés, des Kits d’intrants seront distribués à temps pour respecter le calendrier cultural des différentes zones agro-écologiques. Au total ,15 000 ha de terre seront mise en valeur en appuyant 45 000 agriculteurs par la mise à leur disposition d’intrants. Des semences de céréales et légumineuses seront achetées sur place en vue d’encourager la production artisanale de semences par les agriculteurs locaux. SECTEUR PÊCHE Grâce à la distribution de 5 000 kits de petits matériels et de 35 congéla- teurs, ce projet va apporter une contribution consistante dans: »» Le renforcement des capacités technologiques et organisationnelles de la pêche maritime dans le pays. »» L’augmentation des revenus des pêcheurs à travers une meilleure organisation de la conservation et commercialisation des fruits de mer et de la promotion des filières créatrices de valeur ajoutée. Il permettra aussi : 1/ d’augmenter significativement la production et la disponibilité nationale de poisson en passant de 15 000 TM production actuelle à 17 000 TM sur une période de trois (3) années; 2/ de renforcer le cadre institutionnel et légal; 3/ de dynamiser le développement socio-économique de la filière à travers des alliances stratégiques durables entre le secteur privé et les organisations de pêcheurs; 4/ d’améliorer le système de conservation, de transformation et de la commercialisation des produits de la pêche par l’installation de centres communautaires de traitement de produits de pêche. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 12 KORE PEYIZAN
  39. 39. 35 APPUI À LA PRODUCTION ARTISANALE DE SEMENCES ET FORMATION DES AGRICULTEURS Le MDPP entend contribuer en collaboration avec la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) au renforcement de ces structures et propose d’appuyer dans le cadre de ses actions, les Groupements de Production Artisanale de Semences (GPAS) existants pour la production de semences légumineuses et de céréales. Les groupements cibles pourront bénéficier alors, d’une subvention pour la réhabilitation des infrastructures (glacis, dépôt), l’acquisition de matériels de stockage (silos), etc. Un contrat de production sera établi avec les agriculteurs membres des Groupes de Production Artisanale de Semences (GPAS) qui pourront bénéficier de : »» la totalité des semences et fertilisants à l’emblavement de 0,25 ha. »» la formation sur les techniques de production. Le bénéficiaire doit s’engager en retour à vendre la totalité de sa récolte au groupement pour garantir la disponibilité des produits dans le cadre des activités du MDPP. ACHAT PRODUIT LOCAUX Ce volet sera charpenté par une structures de cinq (5) réseaux départementaux (Sud, Nippes, Ouest, Artibonite et Nord) à raison d’un par département avec le MDPP à sa tête. Ce programme vise à contribuer à l’amélioration des conditions de vie des familles vulnérables par l’augmentation des productions nationales que par l’accroissement des revenus des paysans (agriculteurs, pêcheurs, apiculteurs etc.) pour agir sur les problèmes d’insécurité alimentaire. ZONES D’INTERVENTION Le programme compte toucher environ quatre-vingt six (86) communes sur l’ensemble des dix (10) départements géographiques du pays et particulièrement les principales zones de concentration des cultures céréalières comme le maïs et le sorgho, des légumineuses telles que : le haricot, le pois de souche, le vigna et le pois Congo, des espèces maraîchères comme l’amarante, le chou, la carotte et le gombo et les zones marines. Pour répondre aux besoins des agriculteurs, des pêcheurs, des apiculteurs et faciliter l’amélioration de la production agricole, du miel et de la pêche maritime. Le ciblage des zones se fera sur la base des critères suivants : Pour le secteur agricole »» Disponibilité des ressources (terre, eau...) et infrastructures pour la mise en œuvre des activités. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 12 KORE PEYIZAN
  40. 40. 36 13 DISTRIBISYON BET POU ELV AJ BÉNÉFICIAIRES La répartition des bénéficiaires est ainsi faite : »» 70 % des bénéficiaires devront être des femmes »» 10 % des bénéficiaires devront être des handicapés (des deux sexes) »» 20 % des bénéficiaires devront être des hommes De plus le bénéficiaire doit : »» Être un sinistré ; »» Être dans le besoin ; »» Avoir la capacité de s’occuper des chèvres ; »» Être prêt à participer aux séances de formation organisées par le projet; »» Être disposé à signer un contrat avec le GSB de sa section. NB : Le GSB est un comité qui réunit, au niveau des sections communales, les agents vétérinaires communautaires, les Casecs et des éleveurs pour gérer les campagnes de vaccination et les programmes d’appui à l’élevage. « Distribisyon bet pou elevaj » est un programme procédant à la distribution de chèvres à environ 5 000 familles paysannes à travers les 10 départements du pays. Ce projet entre dans le cadre de la production animale en vue de recapitaliser les personnes ayant subi des pertes dues à la sécheresse de l’année 2012 ou lors du passage des tempêtes tropicales Isaac et Sandy. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 13 DISTRIBISYON BET POU ELV AJ
  41. 41. 37 CONDITIONS Les familles recevront un versement de 6000 mille gourdes pour acheter 2 chèvres et pour préparer un enclos, les animaux doivent être achetés sur le marché de la même localité. Elles seront accompagnées des vétérinaires qui les aideront à choisir des chèvres en bonne santé. Au bout de deux (2) ans, ces familles auront multiplié au moins par cinq (5) le capital de départ. Cependant, les bénéficiaires remettront à leur tour deux (2) chèvres qui seront distribuées à une nouvelle famille et ainsi de suite. Chaque année, à partir de ce même investissement de départ du gouvernement, entre 5 000 à 7 500 nouvelles familles intégreront le programme. Exécuté par : LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 13 DISTRIBISYON BET POU ELV AJ
  42. 42. 38 14 PROGRAMME DE SCOLARISATION UNIVERSELLE GRATUITE ET OBLIGATOIRE La mise en œuvre du Programme de Scolarisation Universelle Gratuite et Obligatoire (PSUGO) se fait dans le but de scolariser 5 00 000 enfants qui n’ont pas accès à l’éducation gratuite. Selon la Constitution de 1987, l’éducation fondamentale est à la charge de l’Etat et des collectivités territoriales. C’est dans ce contexte que le Président de la République, Michel Joseph Martelly, a mis l’accent non seulement sur la gratuité de l’éducation, mais aussi sur l’obligation scolaire. A cet effet, le Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP) vise à faciliter l’accès gratuit de tous les enfants à l’éducation fondamentale du 1er et 2ème cycle. Au cours de l’exercice 2011-2012, le programme a pu toucher 1 023 073 enfants à travers 9 853 écoles (publiques et non publiques) réparties dans les dix départements, à partir des fonds décaissés uniquement par le trésor public (1 927 103 189,40 HTG). Pour l’année scolaire 2012-2013, le MENFP entend faciliter l’accès à l’éducation de base à 1 300 écoles. Un montant de 353 879 294,65 HTG a déjà été distribué à 3478 des 9 853 institutions scolaires bénéficiaires du programme. Au total, 329 nouvelles écoles publiques dans les huit (8) départements ont été créées. Le département des Nippes arrive en tête avec 61 nouvelles écoles publiques, ensuite le Sud-est avec 42 nouvelles écoles publiques. 14 PROGRAMME DE SCOLARISATION UNIVERSELLE GRATUITE ET OBLIGATOIRE LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE
  43. 43. 39 BÉNÉFICIAIRES Les bénéficiaires du programme sont répartis en six (6) grands groupes : »» Le Groupe A comprenant les enfants de 6 à 12 ans scolarisés dans les dix départements, sauf l’Ouest et l’Artibonite; »» Le Groupe B fait référence aux enfants de première année du fondamental (1e AF) qui sont accueillis dans des écoles non publiques dans les départements de l’Ouest et de l’Artibonite suivant une subvention 90 dollars américains par enfant; »» Le Groupe C se compose de l’ensemble des écoles publiques dont les enfants sont pris en charge intégralement par l’État en éliminant les contributions scolaires habituellement payées par les parents d’élèves; »» Le Groupe D concerne les écoles des quartiers défavorisés bénéficiant d’une subvention pour les enfants de la première (1e AF) à la sixième (6e AF); »» Les Groupes E et F regroupent les enfants bénéficiant d’une subvention des Députés (E) et Sénateurs (F) dans les dix départements du pays. OBJECTIFS Fondamentalement, le programme entend favoriser l’accès gratuit à l’éducation de base à tous les enfants des dix (10) départements du pays. De manière spécifique, le programme vise à : 1/ Faciliter l’accès gratuit à l’enseignement fondamental à 1 500 000 enfants âgés de 6 à 12 ans; 2/ Assurer la gratuité de l’éducation de base à tous les enfants dans les écoles publiques en éliminant les contributions scolaires; 3/ Créer 800 nouvelles écoles publiques; 4/ Recruter et former de 8 500 nouveaux enseignants. Les résultats attendus sont les suivants : »» 1 500 000 enfants de 6 à 12 ans touchés par le programme de gratuité scolaire; »» 8 500 enseignants du fondamental recrutés et formés ; »» Une base de données a été mise en place pour faciliter la gestion et le suivi du programme ; »» De nouveaux cadres recrutés pour renforcer la coordination du programme ; »» 300 salles de classe réhabilitées ; »» 800 nouvelles écoles créées. LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 14 PROGRAMME DE SCOLARISATION UNIVERSELLE GRATUITE ET OBLIGATOIRE
  44. 44. 40 DURÉE DU PROGRAMME Le programme s’étend sur une période de cinq (5) ans, allant d’octobre 2011 à septembre 2016. Au cours de sa première année de mise en œuvre, un ensemble d’activités a été réalisé pour permettre de faciliter l’accès à l’éducation à plus d’un million d’enfants. Durant les quatre années restantes le Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP) continuera à renforcer ses capacités en vue d’atteindre les objectifs visés. COMPOSANTES ET ACTIVITÉS DU PROGRAMME Dans le cadre du PSUGO, plusieurs activités sont réalisées dans le but d’atteindre les objectifs visés. Ces activités sont décrites par quatre (4) composantes : Composante 1: Appui à la scolarité 1/ Identification des enfants à scolariser; 2/ Élimination des frais scolaires pour les enfants des écoles publiques; 3/ Octroiement de subventions pourles enfants des écoles non publiques; 4/ Dotation pour les élèves en kits scolaires; 5/ Dotation pour les élèves en uniforme. Composante 2 : Amélioration des infrastructures scolaires et des conditions d’apprentissage 1/ Dotation pour les écoles en mobiliers scolaires ; 2/ Dotation pour les écoles en matériels didactiques ; 3/ Réhabilitation de 300 salles de classe ; 4/ Création de 800 nouvelles écoles. Composante 3 : Recrutement et Formation des enseignants, suivi pédagogique et développement des programmes pédagogiques. 1/ Sélection et formation des formateurs; 2/ Recrutement et formation de 8 500 enseignants du fondamental; 3/ Formation des conseillers pédagogiques; 4/ Elaboration des contenus d’enseigne- ment; 5/ Production et distribution des fiches pédagogiques aux écoles. Composante 4 : Mise en place d’une base de données. 1/ Gestion du programme, mise en place d’un dispositif de suivi et d’évaluation ; 2/ Mise en place d’un système d’information pour le pilotage du programme. Depuis décembre 2012, des kits scolaires ont été distribués à plus de 295 000 élèves dans plus de 1 389 écoles. Des kits enseignants ont également été offerts à 7 853 enseignants. De plus, en vue d’accueillir les enfants non scolarisés dans les huit départements où la plupart des écoles publiques existantes n’avaient plus de places assises, le Ministère a été obligé de prendre des mesures en vue d’augmenter l’offre publique. Exécuté par : MENFP LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 14 PROGRAMME DE SCOLARISATION UNIVERSELLE GRATUITE ET OBLIGATOIRE
  45. 45. WI, Mwen kapab.WI, Mwen kapab. ALFABETIZASYONKANPAY NASYONAL APRANN LI AK EKRI POU AYITI KA VANSE PI LWEN Enèji pou Inyon Énergie pour l’Union Energía para la Unión Energy for Union 41 15 ALPHABÉTISATION »» Lutter contre l’analphabétisme des adultes constitue une priorité pour le gouvernement, ainsi soutenu par ses partenaires, le Gouvernement a lancé le 21 mars 2014 sa campagne nationale d’alphabétisation. »» Ce programme vise à alphabétiser 450 000 personnes sur une période de vingt quatre (24) mois. La présente campagne sera réalisée sur l’ensemble du territoire national avec une concentration d’activités au niveau des zones concernées par les plans spéciaux du Gouvernement. »» Un Comité mixte de pilotage a été mis en place pour accompagner la Secrétairerie d’État à l’Alphabétisation dans le processus de mise en œuvre de cette campagne. »» Le programme d’alphabétisation se met en œuvre via des classes contenant 30 personnes sur une durée de 4 mois. »» Les bénéficiaires sont sélectionnés après un dépistage qui permet d’identifier les personnes analphabètes. Ce programme vise à alphabétiser 450 000 personnes sur une période de vingt quatre (24) mois. La présente campagne sera réalisée sur l’ensemble du territoire national avec une concentration d’activités au niveau des zones concernées par les plans spéciaux du Gouvernement. Exécuté par : MENFP LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 15 ALPHABÉTISATION
  46. 46. 42 Le Programme National des Cantines Scolaires (PNCS) et le Programme Alimentaire Mondial (PAM) ont lancé officiellement, en octobre 2010, les activités nationales de cantines scolaires. 16 KANTIN ESKOLÈ LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE
  47. 47. 43 16 KANTIN ESKOLÈ L’alimentation scolaire reste une solution concrète afin de remédier à la fois aux problèmes liés à la pauvreté et aux difficultés scolaires des enfants mal nourris. En effet, les raisons économiques sont les plus souvent invoquées par les parents afin d’expliquer la non-inscription de leur enfant à l’école ou l’interruption précoce de leur scolarité. De plus, une mauvaise alimentation diminue non seulement les capacités d’apprentissage des enfants mais augmente également de manière significative le taux de maladies et d’absentéisme. Les cantines scolaires gratuites, permettent ainsi de réduire les dépenses en l’alimentation des ménages et améliorent la situation nutritionnelle des enfants vulnérables. Le PNCS prévoit de nourrir plus d’un million d’écoliers du cycle fondamental, soit la moitié des élèves de ce degré à travers tout le pays, la priorité étant accordée aux écoles publiques. Actuellement, ce programme distribue quotidiennement un plat chaud à plus de 35 000 écoliers. Le programme ambitionne d’atteindre les 1,5 millions de bénéficiaires dans les mois à venir. Par ce biais, le PNCS vise aussi la promotion des produits locaux à travers les cantines scolaires, cela, en achetant certaines denrées auprès des producteurs qui se regroupent en association. Aujourd’hui, près de 30 % à 40 % des produits consommés dans les cantines scolaires proviennent du marché local. Exécuté par : MENFP LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 16 KANTIN ESKOLÈ
  48. 48. 44 17 RESTORAN KOMINOTÈ Ce programme de création de restaurants communautaires fait parti du programme national d’assistance sociale EDE PÈP et a pour but d’améliorer les conditions de vie de la population haïtienne. Le gouvernement Martelly - Lamothe offre au peuple le bénéfice d’avoir un repas chaud tous les jours pour seulement dix gourdes (10 gourdes). Ce programme d’assistance sociale vise à aider ceux qui ne peuvent pas manger à leur faim, répondre aux besoins fondamentaux du pays, et ainsi contribuer à réduire le problème de famine en Haïti. Pour seulement dix gourdes par personne, 500 repas par jour seront distribués dans 300 restaurants à travers le pays et ce, du lundi au vendredi. Il est important de pouvoir répondre aux problématiques graves et importantes qui affectent le pays. Le gouvernement Martelly- Lamothe souhaite impérativement, par tous les moyens possibles encadrer la population haïtienne et créer ainsi un filet de sécurité. Pour seulement dix gourdes par personne, 3 millions de plats seront distribués par mois, soit 150 000 personnes à termes recevront un plat chaud du lundi au vendredi. Exécuté par : MAST LES PROGRAMMES D’INCLUSION SOCIALE ET DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE EXTREME DU GOUVERNEMENT MARTELLY-LAMOTHE 17 RESTORAN KOMINOTÈ

×