SYSTEMES AGRICOLES EN DANGER:
ACTIONS PRIORITAIRES POUR L’ADAPTATION
AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
STATUT BESOINS ET PRIORITES ...
INTRODUCTION
De 1960 jusque dans les années 1980 , la Côte d’Ivoire a bénéficié de
conditions climatiques favorables et de...
FACTEURS DE LA DEGRADATION DES TERRES EN COTE D’IVOIRE
FACTEURS DIRECTES
1. La mise en valeur anarchique des terres sans t...
FACTEURS DE LA DEGRADATION DES TERRES EN COTE D’IVOIRE
FACTEURS INDIRECTES
1. La méconnaissance de l’aptitude culturale de...
BESOINS
1. Renforcer et faire respecter par tous les citoyens la loi sur le foncier rurale
pour d’une part garantir les pr...
BESOINS
5. Améliorer la disponibilité et accessibilité des intrants agricoles par la
subvention et la mise en place d’un m...
PRIORITES
1. Faire un diagnostic de la fertilité actuelle des sols pour déceler les
problèmes de fertilité caractéristique...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Systèmes agricoles en danger: actions prioritaires pour l'adaptation au changement climatique: Statut, besoins et priorités en matière de gestion durable des sols en côte d'Ivoire, Kassin Koffi Emmanuel

382 vues

Publié le

http://www.fao.org/globalsoilpartnership
This presentation was made during the regional conference on the West and Central Africa soil partnership that took place in Agra, Ghana 4-6 April 2013. This presentation was made by Kassin Koffi Emmanuel, and it presents the priority actions for adaptation to climate change in Cote D'Ivoire.

©FAO: http://www.fao.org

Publié dans : Formation
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
382
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Systèmes agricoles en danger: actions prioritaires pour l'adaptation au changement climatique: Statut, besoins et priorités en matière de gestion durable des sols en côte d'Ivoire, Kassin Koffi Emmanuel

  1. 1. SYSTEMES AGRICOLES EN DANGER: ACTIONS PRIORITAIRES POUR L’ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE STATUT BESOINS ET PRIORITES EN MATIERE DE GESTION DURABLE DES SOLS EN COTE D’IVOIRE Dr KASSIN KOFFI EMMANUEL
  2. 2. INTRODUCTION De 1960 jusque dans les années 1980 , la Côte d’Ivoire a bénéficié de conditions climatiques favorables et de la rente forestière pour accroître sans apport d’intrants sa production agricole par extension des surfaces cultivées. Cette pratique agricole extensive et itinérante a fortement contribué à la destruction du couvert forestier et à la dégradation des sols. En conséquence la productivité des sols a baissé au cours du temps. Les terres les plus fertiles sont occupées par les cultures de rente à savoir: le cacao, le café, le palmier à huile et l’hévéa en zone forestières et pré-forestières et le coton, l’anacarde et la mangue dans la zone savanicole. L’extension des cultures de rente réduit chaque année les terres réservées pour les cultures vivrières. Cette situation risque à la longue de provoquer la pénurie alimentaire en Cote d’ivoire. Des mesures pour augmenter la productivité, à la fois des terres actuellement cultivées et des nouvelles terres, sont nécessaires pour assurer la sécurité alimentaire
  3. 3. FACTEURS DE LA DEGRADATION DES TERRES EN COTE D’IVOIRE FACTEURS DIRECTES 1. La mise en valeur anarchique des terres sans tenir compte de leur vocation agricole. Les paysans mettent en valeur leurs propriétés sans consulter les spécialistes, 2. La surexploitation des terres cultivables due à la croissance démographique. Les jachères sont de plus en plus de courte durée. En conséquence les rendements baissent. 3. La faible utilisation d’ intrants du fait de leur coût élevé. La cote d’Ivoire est l’un des pays de la sous-région ou les intrants sont chères 4. La non adoption des méthodes de gestion durable des terres agricoles par les producteurs pour deux raisons principales :  La non implication des producteurs dans la mise au point de ces technologies  Ces technologies nécessitent des coûts supplémentaires pour leur mise en œuvre.
  4. 4. FACTEURS DE LA DEGRADATION DES TERRES EN COTE D’IVOIRE FACTEURS INDIRECTES 1. La méconnaissance de l’aptitude culturale des sols (exemple : la cacaoculture s’est étendue dans le sud-ouest sur des sols sont peu favorables à cette culture : la dégradation précoce des vergers à partir de 15 ans). 2. La pauvreté qui emmène les populations rurales à cultiver les terres fragiles pour survivre. Ce qui entrainement de nouvelles dégradations de l’environnement et une baisse de la productivité agricole. 3. Le manque de volonté des producteurs à investir dans l'amélioration des sols parce qu’ils ne sont pas sûrs qu'eux et leurs héritiers garderont leurs droits d'utiliser la terre. 4. La forte croissance démographique qui exerce une pression continue sur les ressources foncières disponibles conduisant à leur épuisement.
  5. 5. BESOINS 1. Renforcer et faire respecter par tous les citoyens la loi sur le foncier rurale pour d’une part garantir les propriétés agricoles et d’autre part inciter les producteurs à investir dans une agriculture durable. 2. Faire un diagnostic de la fertilité actuelle des sols pour déceler les problèmes de fertilité caractéristiques des zones agro-écologiques afin d’y apporter des solutions adaptées. 3. Mettre en place un système de surveillance de la santé des sols pour évaluer les taux de dégradation et de récupération de différents types de sol dans des environnements variés. 4. Associer les exploitants agricoles à la recherche de solutions à la dégradation des sols et à la baisse de la productivité agricole pour une meilleure adoption des technologies élaborées.
  6. 6. BESOINS 5. Améliorer la disponibilité et accessibilité des intrants agricoles par la subvention et la mise en place d’un mécanisme de distribution efficace. 6. Améliorer l’efficacité de la fertilisation en adaptant au climat, aux sols et aux cultures, les types et quantités d'engrais ainsi que la période et la méthode d'application. 7. Développer/promouvoir l’agroforesterie en mettant l’accent sur les arbres - et autres espèces utilisés comme sources d'amendement organique. Bien que les légumineuses aient été favorisées en raison de leur capacité de fixation d'azote, les non-légumineuses ont souvent d'autres dispositifs intéressants tels que la capacité de récupérer le phosphore du sol, comme le fait Tithonia diversifolia qui est une espèce utilisée pour les haies. 8. Mettre en commun la connaissance entre la recherche, les services de vulgarisation et les organisations commerciales; les informations doivent être échangées avec les organisations d’agriculteurs. Des informations importantes sont disponibles au sujet des méthodes de gestion des sols destinées à augmenter la productivité. Mais l'information manque concernant l'adaptation des méthodes et les meilleures politiques pour les rendre socialement acceptables et économiquement viables
  7. 7. PRIORITES 1. Faire un diagnostic de la fertilité actuelle des sols pour déceler les problèmes de fertilité caractéristiques des zones agro-écologiques afin d’y apporter des solutions adaptées. 2. Associer les exploitants agricoles à la recherche de solutions à la dégradation des sols et à la baisse de la productivité agricole pour augmenter l'intérêt des agriculteurs et comprendre la façon de faire les meilleurs choix à partir des options disponibles. 3. Améliorer la disponibilité et accessibilité des intrants agricoles par la subvention et la mise en place d’un mécanisme de distribution efficace. 4. Renforcer la loi sur le foncier pour garantir les propriétés foncières des populations rurales.

×