Communication interne 
Enquête 2012 
Profil, métiers et organisation 
de la communication interne 
dans les collectivités ...
1 Profil et Organisation 
Âge, ancienneté : la fonction est encore jeune au 
sein des collectivités 
La communication inte...
Mieux considérée, la communication interne n’est 
pas encore suffisamment perçue comme stratégique. 
Globalement les commu...
(10% du temps réel passé contre 19% souhaité). Ce décalage entre 
activités réelles et activités souhaitées est sensibleme...
Profil, métiers et organisation 
de la communication interne 
dans les collectivités publiques 
La fonction Communication ...
Les outils de communication interne papier et intranet 
restent fondamentaux mais peuvent s’améliorer 
Cap’Com Plus 
n’exi...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Profil métier organisation de la com interne dans les collectivités publiques

1 496 vues

Publié le

Communication interne

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 496
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
876
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Profil métier organisation de la com interne dans les collectivités publiques

  1. 1. Communication interne Enquête 2012 Profil, métiers et organisation de la communication interne dans les collectivités publiques initiative créativité rédaction animation Réalisée avec écoute neutralité stratégie Curiosité adaptation diplomatie empathie Autonomie Rigueur Esprit pratique dialogue Les principales qualités du communicant interne public
  2. 2. 1 Profil et Organisation Âge, ancienneté : la fonction est encore jeune au sein des collectivités La communication interne est une profession « jeune ». 68% des communicants internes ont moins de 44 ans, 31% moins de 34 ans. 50% avaient moins de 40 ans dans l’enquête de 2006. L’ancienneté dans la fonction communication interne date de moins de 5 ans pour un peu plus de la moitié des agents. Seulement 20% occupaient précédemment un poste de chargé de communication interne en collectivité (et 11% dans une entreprise privée). Les communicants internes disposent d’une solide formation en communication. 43% d’entre eux ont un niveau d’études bac+5 et plus et 53% d’un diplôme en communication. Cette « jeunesse » de la fonction, et malgré le niveau de formation, explique les rémunérations que l’on pourrait qualifier de faible. La moitié des communicants internes territoriaux gagne moins de 30 000 € bruts par an et seulement 16% plus de 40 000€. Le salaire médian devant se situer aux environs de 35 000 €. Mais ces rémunérations sont quasi identiques à celles de l’ensemble des communicants territoriaux relevées dans l’enquête métier 2011 Cap’Com / Occurrence. Les femmes sont très majoritaires dans ce métier au sein des collec-tivités territoriales (79%), un pourcentage légèrement en hausse par rapport à 2006. Cette féminisation est constatée de façon récurrente dans les métiers de la communication : 69% des communicants territoriaux (enquête Métier 2011 Cap’Com/Occurrence), 75% des communicants internes en entreprise (baromètre Inergie-AFCI 2012). La fiche d’identité du communicant interne public Entre 35 et 44 ans Niveau Bac+5 ou plus Entre 1 et 5 ans d’ancienneté Diplôme de communication Titulaire catégorie A ou contractuel Poste antérieur : communication interne Femme Salaire : moins de 30 000 € 79% 53% 53% 37% 43% 50% 34% 31% Base : 201 répondants La fonction communication interne se généralise dans les grandes collectivités territoriales mais les effectifs restent faibles. De plus en plus de collectivités territoriales ont mis en place une fonction opérationnelle en communication interne. Sur les collec-tivités de plus de 5000 habitants, soit celles comptant plus de 100 agents environ, plus des 3/4 disposent d’une direction, d’un service ou d’une personne en charge du pilotage opérationnel de la com-munication interne, contre la moitié en 2006. Pour 50% des collectivités de l’échantillon, cette fonction com-munication interne a été créée durant ces 5 dernières années. La généralisation de la communication interne au sein des collectivités est donc un phénomène récent et qui s’est accéléré dans les toutes dernières années. Ces chiffres sont bien évidemment à nuancer en fonction de la taille de la collectivité. Ainsi pour les communes de moins de 20 000 habitants qui comptent moins de 500 agents en moyenne, 57% disposent de cette fonction et le nombre d’agents ayant une activité de communication interne y est faible, (en moyenne guère plus d’une seule personne par collectivité). Les collectivités de plus de 20 000 habitants sont quant à elles 86% à disposer d’une direc-tion ou d’un service de communication interne qui compte de 4 à 5 agents en moyenne. Pour les collectivités qui ne disposent pas d’une personne ou ser-vice en charge de la communication interne (principalement des collectivités de moins de 500 agents), l’argument avancé demeure le manque de ressources humaines ou financières pour 57% d’entre elles. Toutefois 21% ont en projet la création de la fonction commu-nication interne au sein de leur collectivité. En quelle année la fonction communication interne a-t-elle été créée dans votre collectivité ? La communication interne est de moins en moins souvent rattachée aux ressources humaines. Le service ou la personne en charge de la communication interne est rattachée pour 40% à la communication (externe), 32% à la direction générale et 17% aux ressources humaines. L’évolution la plus marquante par rapport aux études similaires de 2001, 2003 et 2006 est le basculement d’un rattachement de la DRH vers un rattachement au DG. Le rattachement à la direction générale est de l’ordre de 30% contre environ 10% il y a une dizaine d’années. La communication interne semble être prise de plus en plus en considération en étant rattachée plus directement à la direction générale. Disposerait-elle enfin d’un positionnement plus straté-gique et transversal ? 50% 14 % Entre 1996 et 2001 19 % Entre 2002 et 2006 39 % Entre 2007 et 2011 11 % En 2012 17 % Avant 1996 Base : 201 répondants À qui est rattaché le service ou la personne en charge de la communication interne ? Au cabinet du maire ou du président Aux ressources humaines 17% Autre À la direction générale À la communication 32% 40% 10% 1% Enquête métier 2011 : 32 % inergie 2012 : 39 % inergie 2012 : 23 % Base : 201 répondants Cap’Com Communication interne - Enquête 2012 décembre 2012
  3. 3. Mieux considérée, la communication interne n’est pas encore suffisamment perçue comme stratégique. Globalement les communicants internes se sentent largement sou-tenus par leur direction générale, par la communication « externe » et par les ressources humaines. En revanche, et sans que cela soit une surprise, le sentiment de soutien en provenance du cabinet politique ainsi que des élus est moins important particulièrement dans les plus grandes collectivités (seulement 45% des communi-cants internes se sentent soutenus par le cabinet ou par les élus, dans les collectivités de plus de 20 000 habitants). Les chargés de communication interne des conseils généraux et régionaux sont ceux qui se sentent les moins soutenus et tout par-ticulièrement par la direction des ressources humaines, seulement 55% se déclarent soutenus par celle-ci contre 80% pour l’ensemble de l’échantillon. Diriez-vous que vous vous sentez soutenu dans vos actions et démarches de communication interne par... ? oui tout à fait oui plutôt non plutôt pas non pas du tout La direction générale La communication Les Ressources Humaines Les managers / l’encadrement Le maire ou le président Le cabinet Les élus en général 55% 32% 10%3% 55% 28% 12% 5% 42% 38% 18% 2% 20% 55% 23% 2% 26% 39% 25% 10% 21% 35% 25% 19% 11% 38% 36% 15% Base : 201 répondants Les communicants internes sont près d’1/3 à assister, parfois ou toujours, aux comités de direction de leur collectivité. Et si l’on prend en considération la fonction communication interne portée directement par un DG, le dircom ou le DRH, on constate que dans la moitié des collectivités la fonction est toujours représentée dans le comité de direction. Les taux de représentation au sein des comités de direction sont plus faibles dans les grandes collectivités, 31% dans les conseils généraux et régionaux, 38% dans les collectivités de 1 000 à 5 000 agents. Sans doute ces comités de direction de grandes collectivités sont réservés à un nombre limité de cadres mais la communication interne, de par sa dimension transversale et d’accompagnement, pourrait être davantage associée le plus en amont possible à la stratégie et aux projets mis en place ? Un budget spécifique rarement identifié et une culture de l’évaluation encore faible. Dans moins de la moitié des collectivités de l’échantillon, la com-munication dispose d’un budget dédié (44%). Ceci ne signifie pas, bien entendu, que la communication interne ne bénéficie pas de ressources financières. Observons qu’un budget dédié, géré par le responsable de la communication interne, favorise la profession-nalisation de la fonction et permet de présenter au moment de l’élaboration du budget une stratégie, un argumentaire, pour son attribution. Seulement 48% des communicants internes disent avoir évalué au moins une fois leur communication interne durant ces 3 dernières années. Comme en communication externe, l’évaluation est encore loin d’être systématique, car même pour ceux qui ont répondu avoir effectué une évaluation, celle–ci, pour un cas sur deux, portait sur l’évaluation d’un outil ou d’un support et non pas sur la stratégie globale. Toutefois l’évaluation semble progresser - mais lentement - au regard des enquêtes précédentes, ce qui va dans le sens d’une professionnalisation grandissante et d’un positionnement de plus en plus stratégique de la communication interne. Avez-vous mesuré ou évalué au moins une fois votre communication interne durant ces trois dernières années ? 34% 51% Oui Évaluation spécifique d’actions ou d’outils Évaluation globale Tableaux de bord Autre 48% 52% 10% 5% Non Base : 201 répondants Base : 97 répondants Une stratégie de communication interne peu formalisée. Seulement 53% des communicants internes disposent d’objectifs formalisés. Un chiffre en hausse régulière sur les dernières années qui traduit la structuration de la fonction. Mais pour presque la moitié des grandes collectivités locales, la communication interne ne dispose encore ni de plan d’action formalisé, ni de budget bien identifié. Disposez-vous d’objectifs, d’une stratégie et/ou d’un plan de communication interne formalisés ? oui non 31% 69% 2001 44% 56% 2006 53% 47% 2012 Si oui, qui valide ? Le directeur général des services Le maire ou le président Le directeur de communication (externe) Le directeur des Ressources Humaines Le directeur de cabinet Personne Un autre élu Autre 53% 13% 10% 8% 3% 1% 1% 11% Base : 201 répondants Base : 106 répondants 2 Missions et outils Trop de temps consacré aux outils au détriment de la réflexion stratégique. La plus grande partie du temps de travail du communicant interne est consacrée à la mise en oeuvre des outils de communication. Les communicants internes aspirent à une répartition plus équili-brée de leurs activités. Il souhaitent consacrer moins de temps à la coordination et la mise en oeuvre des outils et supports d’informa-tion (51% du temps réel passé contre 35% souhaité) et disposer de plus de temps pour des fonctions de conseil auprès des décideurs Cap’Com Communication interne - Enquête 2012 décembre 2012
  4. 4. (10% du temps réel passé contre 19% souhaité). Ce décalage entre activités réelles et activités souhaitées est sensiblement le même que pour les communicants des entreprises, selon le baromètre Inergie/AFCI 2012. Comment votre temps de travail se répartit-il entre ces 5 principales activités d’un responsable de communication interne, temps réellement passé à chaque activité et temps souhaité ? temps réel temps souhaité Coordination, mise en oeuvre et réalisation d’outils et de supports (+16 pts) Animation, mise en relation et réseau (-3 pts) 19% Fonction d’écoute et d’observation de votre institution (-4 pts) Gestion, budget, personnel du service communication interne (=) Fonction de conseil (DGS, élus) (-9 pts) Base : 201 répondants 51% 35% 16% 15% 19% 10% 8% 8% 19% Les objectifs assignés à la communication interne restent traditionnels : informer, donner du sens, valoriser. Dans le classement des 5 objectifs considérés comme fondamentaux pour la communication interne, se retrouvent quasiment les mêmes réponses qu’en 2006. Le trio de tête reste inchangé : « répondre aux besoins d’information des agents », « valoriser leur action », « créer et développer une culture, une identité commune ». Plusieurs écarts importants apparaissent avec les résultats du baromètre 2012 auprès des entreprises. L’accompagnement des personnels dans le changement semble davantage une priorité dans le secteur économique (78% contre 26% dans le secteur public) alors même que les changements organisationnels et contextuels dans le secteur local sont de plus en plus importants et peuvent s’avérer anxiogènes. L’accompagnement au changement devrait être une priorité croissante dans les prochaines années pour les communicants internes des collectivités. De nombreuses études ont révélé la faible appropriation par les agents des objectifs et des grands enjeux des politiques publiques de leur collectivité. Pourtant l’explication des décisions et choix politiques semble plus difficile dans le secteur public que dans le privé. (23% des répondants en font l’une des cinq priorités de la communication interne contre 75% dans l’enquête AFCI auprès des entreprises). La volonté d’une certaine neutralité politique conduit peut-être les communicants publics à moins fortement porter en interne l’explication du projet du territoire qu’expriment les élus, bien que cela donne du sens au travail des agents. Sensibiliser, conseiller et former les cadres à la communication est aussi une priorité moins affichée par les communicants publics (7% contre 50% dans le privé). Cela peut sembler assez surprenant quand on connaît le rôle primordial du management dans la circulation de l’information et dans l’appui à la communication interne. De même lorsque l’objectif « développer l’expression du personnel » n’est cité que par 10% des répondants de l’enquête, on mesure bien les difficultés du dialogue interne dans les collectivités. Dans la liste ci-dessous, quels sont les 5 objectifs de commu-nication interne que vous considérez comme fondamentaux ? 55% 55% 49% 44% 40% Créer une idenlité commune, une culture « d'entreprise » Sensibiliser le personnel aux enjeux et aux projets Valoriser les métiers et les compétences Donner du sens à l'action de chacun Répondre au besoin d'information du personnel Base : 201 répondants Garantir la diffusion des informations 30 %, Favoriser le décloisonnement 30 %, Valoriser la contribution de chacun 28 %, Accompagner le personnel dans le change-ment 26 %, Informer prioritairement tous les agents 25 %, Contribuer au bien-être des agents au travail 25 %, Expliquer les décisions et choix politiques 23 %, Participer et contribuer à l’image de la collectivité 18 %, Développer la communication mana-gériale 16 %, Permettre à chacun de se situer dans l’organisation 16 %, Mobiliser les énergies, dynamiser 16 %, Améliorer le service public à la population 13 %, Dévelop-per l’expression du personnel 10 %, Sensibiliser, conserner et former les cadres à la com 7 %, Contribuer à la fluidité du dialogue social 6 %, Favoriser l’innovation 4 %, Éviter et prévenir les conflits sociaux 4 % 3 Attentes Une volonté de développer des actions en s’appuyant sur un engagement plus fort de la collectivité. Conscients de l’évolution technique des outils et des attentes crois-santes des agents, les responsables de communication interne souhaitent, pour les années à venir, pouvoir créer et développer de nouveaux outils et supports d’information (47%). Mais ils expri-ment aussi une demande d’une plus grande reconnaissance de leur métier, d’un engagement plus important de l’encadrement (33%) et d’objectifs plus précis (31%). Des demandes en cohérence avec celles exprimées en 2001 ou 2006. Bien que les services de com-munication interne se soient développés ces dernières années, la revendication de moyens humains et financiers supplémentaires reste forte, malgré - ou à cause - de cette période budgétaire tendue. Les grands sujets à aborder sont liés aux futures réorganisations et aux grands enjeux de la collectivité. Pour 2 communicants internes des collectivités sur 3, les réorga­nisations internes sont aujourd’hui le sujet à traiter en priorité. Des thématiques plus générales, impliquant les collectivités, apparaissent en seconde position, notamment celles directement liées au territoire (les grands projets : 51%, le projet politique : 41%, la situation financière : 38%), ou celles concernant des enjeux plus généraux (le développement durable : 58%, la réforme des collectivités locales : 31%, la réforme des retraites 22%). Quelles évolutions souhaiteriez-vous pour les années à venir en matière de communication interne dans votre collectivité ? 47% 33% 31% 29% 29% 28% 24% 22% 14% 13% 3% Le développement de nouveaux outils, actions et supports Plus d'engagement et d'implication des cadres La formulation d'objectifs précis Plus de moyens financiers et techniques Recrutement de personnel dans le service Meilleure complémentarité avec la DRH Meilleure participation et implication du personnel Plus d'engagement et d'implication de la direction générale Plus d'engagement et d'implication des élus Montée en compétence des personnels dans le service Rattachement à une autre direction Base : 201 répondants Cap’Com Communication interne - Enquête 2012 décembre 2012
  5. 5. Profil, métiers et organisation de la communication interne dans les collectivités publiques La fonction Communication interne se développe depuis quelques années au sein des organismes publics. Les collectivités sont des employeurs importants, souvent le premier de leur territoire. Les quelques 800 grandes collectivités locales qui comptent plus de 350 agents, regroupent 2/3 des 1,8 million d’agents de la fonction publique territoriale. Longtemps cantonnée à l’accompagnement de la gestion des ressources humaines, la communication interne se professionnalise, se structure en relation avec la communication, et étend ses missions. Les élus, et surtout l’encadrement des grandes collectivités locales, ont aujourd’hui intégré la communication interne comme un élément indispensable dans la conduite des politiques publiques. Et les agents publics en attendent d’autant plus que les réformes organisationnelles et les évolutions techniques bousculent leurs métiers et imposent de redonner du sens à leurs missions. L’enquête Métier 2012 Cette enquête a été conduite par Cap’Com avec l’expertise de l’Institut d’études Occurrence. Le questionnaire et les analyses ont été menés sous la direction de Didier Rigaud, maître de conférence associé à l’université de Bordeaux 3 ISIC, Yan Froment, directeur d’étude à Occurrence et Bernard Deljarrie, délégué général de Cap’Com, avec un groupe de travail au sein de Cap’Com qui a rassemblé : Stéphane Aguilera (Essonne), Jérôme Barbarin (Val de Marne), Anne Debaillie (Agglo de Montpellier), Éric Fauconnier (Angers), Nadège Franch (Colomiers), Anne Lyonnet (Cap’Com), Nicolas Moulin (Paris), Isabelle Mouquet (Rouen), Julie Vigne (Communauté Urbaine de Bordeaux). Les résultats de l’enquête ont été présentés lors du 24e Forum Cap’Com de Montpellier, le 12 décembre 2012. Cette enquête fait suite à des études similaires, notamment en 2001, 2003 et 2006 sur la communication interne et l’enquête Métier de Cap’Com sur l’ensemble des communicants territoriaux de 2011. Cap’Com , depuis bientôt 25 ans, fédère, anime et représente le réseau des 20 000 professionnels de la communication publique et territoriale : Forum annuel, rencontres thématiques, groupes de réflexion, études, formation professionnelle, outils d’échange, d’information et de mise en réseau. Occurrence est un institut d’études indépendant, fondé en 1995, spécialisé dans l’évaluation de la communication. Sa double expertise Études et Communication lui permet de conjuguer la maîtrise des techniques d’évaluation et l’expertise dans la fonction communication. Méthodologie Une enquête auto-administrée par Internet L’enquête auto-administrée par Internet a été lancée auprès des communicants internes de collectivités locales et d’organismes publics. Le questionnaire a été mis en ligne du 11 au 28 septembre 2012. Au total, 275 communicants internes, représentant autant de collectivités différentes, ont répondu à l’enquête soit un échantillon très représentatif sur la tranche des collectivités locales de plus de 20 000 habitants et susceptible d’une plus grande marge d’erreur sur les collectivités de moins de 20 000 habitants dont la plupart ne disposent pas de personnel référent pour la communication interne.
  6. 6. Les outils de communication interne papier et intranet restent fondamentaux mais peuvent s’améliorer Cap’Com Plus n’existe pas 100% 50% 100% organisation d’activités extraprofessionnelles Le bouquet de services destiné à accompagner les professionnels de la communication publique tout au long de l’année. Pour les organismes abonnés, Cap’Com Plus offre pour une durée d’un an : +Un accès illimité à la base documentaire en communication publique Les outils à fort potentiel Benchmark de 700 campagnes de communication et publications territoriales et plus de 500 documents thématiques et études. +Une veille juridique sur la communication publique Aide juridique bimestrielle : droit de la communication publique et territoriale, des éditions et web, marchés publics, +communication en période électorale, droits à l’image. Un accès privilégié à la formation professionnelle 30% de réductions sur toutes les formations Cap’Com et 10% sur l’inscription au Forum annuel. Abonnement selon la taille de la collec tivité ou la nature de l’organisme Renseignements : www.ca p-com.org / contac t@ca p -com.org / 04 72 65 64 99 Cap’Com 3 cours Albert Thomas - 69003 Lyon tel 04 72 65 64 99 - fax 04 72 65 66 80 email contact@cap-com.org le réseau de la communication publique et territoriale a n i m e r • p a rta g e r • accompa g n e r • v a l o r i s e r Création : • www.atelier-des-giboulees.com • Imprimeur : Reboul • Imprimé avec des encres végétales sur papier 100% recyclé. Eco-label européen - Iso 14001 • Cap’Com adhère à EcoFolio pour le recyclage des papiers Les outils les plus utilisés sont identiques à ceux de l’étude de 2006 : le journal interne périodique papier, l’affichage, l’intranet, la cérémonie des voeux au personnel et l’organisation d’événements (accueil des nouveaux, visite d’équipements,…). Ces outils bien installés n’en demeurent pas moins susceptibles de se développer, de s’améliorer, même pour la cérémonie de voeux pour laquelle il semble parfois difficile d’innover. D’autres outils ont des usages qui restent peu connus comme les web radios internes. Si l’intranet classique est très présent, les réseaux sociaux internes n’existent encore que très rarement dans les collectivités même si leur pertinence et leur création sont à l’étude. Mais si les nouveaux outils digitaux issus du web 2.0 restent embryonnaires l’une des raisons provient du faible taux d’accessibilité aux outils numériques dont disposent les agents du fait de leurs métiers. En moyenne 35% des agents des collectivités n’ont pas un accès individuel à l’outil informatique. Les principaux outils de communication interne selon leur existence dans les collectivités et selon le développement envisagé de chacun d’eux. Les outils à étudier Les outils bien installés à entretenir Les outils moins pertinents à développer ne pas développer existe 0% 0% affichage externe visite d’équipements groupe de travail avec l’encadrement journal interne groupe de travail général avec le personnel cérémonie des voeux réseau social interne boîte à idée borne intéractive d’information journaux multimédia journal interne ciblé web radio interne organisation d’animation internes intranet

×