Agir moralement,
est-ce faire
ce que bon nous semble ?
Agir moralement,
est-ce faire ce que bon nous semble ?
Difficulté du sujet:
s’en tenir au sens courant de l’expression
« f...
Agir moralement,
est-ce faire ce que bon nous semble ?
Le but de l’exercice est de parvenir à une conception
solide de l’a...
Agir moralement,
est-ce faire ce que bon nous semble ?
Seront partiellement hors-sujet les dissertations qui:
-parleront e...
Agir moralement,
est-ce faire ce que bon nous semble ?
Il ne suffit pas de répondre à la question:
« En quoi consiste l’ac...
Agir moralement,
est-ce faire ce que bon nous semble ?
Introduction:
La morale délimite le bien du mal. Agir moralement,
c...
Introduction (suite):
On ne peut sans doute pas exiger que chacun sache
parfaitement, en toute circonstance, en quoi consi...
Introduction (fin):
En considérant qu’agir moralement, c’est
faire son devoir, on élève la moralité au
dessus de l’arbitra...
PLAN:
1)L’arbitraire du jugement personnel est
incompatible avec l’exigence morale
2)Ce qui semble bon ne suffit pas, le
j...
1) L’arbitraire du jugement personnel est
incompatible avec l’exigence morale
a) Confusion entre bon et bien
Dans son sens...
Respecter autrui réclame souvent de
renoncer à son intérêt personnel. On fait
son devoir non parce qu’on y voit son
intérê...
b) ce qui semble bon moralement :
l’apparence du bien
Pour que « FBS » constitue la moralité, il faut
évidemment présuppos...
b) ce qui semble bon moralement:
l’apparence du bien
Or ce qui est tenu pour bon moralement dans notre
société nous semble...
b) Ce qui semble moralement bon:
l’apparence du bien
Ainsi il ne suffirait pas de faire ce qui nous semble bon
pour agir m...
c) Véracité du sentiment moral
Mais n’y a-t-il pas une source plus fiable, moins
fluctuante, moins arbitraire que notre ju...
c) Véracité du sentiment moral
Ce sentiment semble parler au cœur des
hommes depuis un lieu qui les dépasse, comme
une par...
c) Véracité du sentiment moral
Et s’il fluctue et nous trompe parfois, ce n’est
peut-être que parce qu’on ne possède plus ...
c) Véracité du sentiment moral
Comment blâmer celui qui fait manifestement
preuve de « bonne volonté » ? Et cependant,
ne ...
2) Ce qui semble bon ne suffit pas, le
jugement moral doit être fondé en raison
a) L’exigence d’un accord universel
Commen...
a) L’exigence d’un accord universel
Il ne suffit pas de se contenter de ce qui est tenu
pour bon dans sa communauté, il s’...
a) L’exigence d’un accord universel
Mais peut-on admettre l’idée que seules
les actions motivées par un jugement
moral fon...
b) l’exigence kantienne de l’exercice
de la raison pratique
Kant explique qu’il ne s’agit pas là d’actions
authentiquement...
b) l’exigence kantienne de l’exercice
de la raison pratique
Ce qui est juste dans l’expression « FBS », c’est
l’idée que l...
b) l’exigence kantienne de l’exercice
de la raison pratique
Mais « FBS » ne saurait suffire si cela revient à agir
par con...
b) l’exigence kantienne de l’exercice
de la raison pratique
Il est nécessaire que le sujet moral soit autonome, càd que
sa...
c) la loi morale
Que me dicte ma raison ?
Il faut se demander: le principe de mon action pourrait-il être
érigé en loi uni...
c) la loi morale
Mais peut-on s’en tenir à cette exigence formelle ? La
loi morale définit la moralité en général, mais
co...
3) Agir moralement, c’est faire de son
mieux pour réaliser vertueusement ce
qui nous semble bon
a) La responsabilité moral...
a) la responsabilité morale
L’intention ne suffit donc pas, l’attention portée aux
circonstances concrètes est aussi requi...
b) les vertus comme condition à la
moralité de l’action
Or la justesse de ces choix se gagne au fil de l’expérience
pratiq...
b) les vertus
De telles disposition à discerner le juste milieu, entre l’excès
et le défaut, dans un domaine particulier, ...
b) les vertus
Alors ce qu'il nous semble bon de faire ne découle pas
•d'une évaluation sujette à l'arbitraire du sentiment...
Ainsi arrive-t-il d’agir moralement spontanément, sans y
avoir réfléchi, sans se demander si cela semble bon ou
profitable...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Corrigé synthétique - Agir moralement

1 350 vues

Publié le

Corrigé synthétique de la dissertation sur la morale: Agir moralement, est-ce faire ce que bon nous semble ?

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 350
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Corrigé synthétique - Agir moralement

  1. 1. Agir moralement, est-ce faire ce que bon nous semble ?
  2. 2. Agir moralement, est-ce faire ce que bon nous semble ? Difficulté du sujet: s’en tenir au sens courant de l’expression « faire ce que bon nous semble », ne pas l’analyser davantage. Or le moteur de la dissertation sera au contraire l’analyse de cette expression, dont les différentes compréhensions feront apparaître les problèmes et les différentes conceptions envisageables de l’action morale.
  3. 3. Agir moralement, est-ce faire ce que bon nous semble ? Le but de l’exercice est de parvenir à une conception solide de l’action morale grâce à l’examen approfondi de tout ce que peut recouvrir l’expression « faire ce qu’on bon nous semble ». Cette expression délimite le cadre de la réflexion, elle fournit l’objet sur lequel doit porter l’ensemble de la dissertation, il faut sans cesse y revenir jusqu’à en épuiser entièrement le sens. Il est vrai qu’elle représente un détour alors qu’on pourrait directement dire ce qu’est la moralité, mais ce sont les paysages et les obstacles rencontrés tout au long de ce détour qui offrent matière à une réflexion approfondie intéressante, tandis qu’une réponse directe serait plate et creuse.
  4. 4. Agir moralement, est-ce faire ce que bon nous semble ? Seront partiellement hors-sujet les dissertations qui: -parleront en général de la moralité (ils traiteront le sujet: Qu’est-ce qu’agir moralement ?) -remplaceront cette expression par une autre, plus commode, et n’y reviendront plus -> la singularité du sujet est négligée -répondront négativement dans la 1ère partie puis envisageront d’autres conceptions de la moralité dans les parties suivantes, en s’estimant définitivement quitte de l’expression « faire ce que bon nous semble » -négligeront de rapporter constamment leurs analyses de l’expression à l’idée de l’action morale.
  5. 5. Agir moralement, est-ce faire ce que bon nous semble ? Il ne suffit pas de répondre à la question: « En quoi consiste l’action morale » ou « A quelles conditions peut-on dire qu’on agit moralement ? » Il faut établir si, lorsqu’on « FBS », on remplit toutes les conditions nécessaires à une action vraiment morale (ou si l’action n’est morale qu’en apparence, ou si elle ne l’est pas du tout)
  6. 6. Agir moralement, est-ce faire ce que bon nous semble ? Introduction: La morale délimite le bien du mal. Agir moralement, c’est faire le bien. Mais comment sait-on ce qui est bien ? On se pose rarement la question, pourtant on ne cesse de juger de la moralité des actions. S’il est si pénible qu’on nous fasse la morale, c’est que nous pensons tous savoir ce qui est bien ou mal. Pourtant les avis divergent, ce qui met en question la fiabilité de notre jugement moral. Suffit-il d’avoir l’intention de faire le bien pour agir moralement ? Autrement dit, agir moralement, est-ce faire ce que bon nous semble ? Ou bien d’autres conditions que le jugement moral personnel sont-elles nécessaires ?
  7. 7. Introduction (suite): On ne peut sans doute pas exiger que chacun sache parfaitement, en toute circonstance, en quoi consiste le bien, puisqu’on ne cesse de s’interroger et de se disputer sur sa nature et même sur l’existence d’un bien absolu. Alors si un individu agit en suivant ce qu’il juge sincèrement être le bien, son action n’est-elle pas morale, même s’il se trompe, contrairement à celui qui agit avec indifférence, sans réfléchir, ou avec l’intention de nuire ? On peut cependant craindre que c’est prendre le jugement moral trop à la légère que de le réduire à un simple avis personnel. Une conception relativiste de la morale, en plus de se heurter à la manifeste exigence qu’ont les hommes de s’entendre en la matière et de trouver des critères communs, paraît également dangereuse: se protéger derrière ses bonnes intentions et son idée personnelle de la moralité est une excuse bien commode, qui permet de justifier toutes les fautes, même les pires atrocités.
  8. 8. Introduction (fin): En considérant qu’agir moralement, c’est faire son devoir, on élève la moralité au dessus de l’arbitraire du jugement personnel, le devoir s’imposant à l’individu. Mais échappe-t-on pour autant au relativisme ? Il s’agit de comprendre quel rôle jouent le jugement personnel et l’intention morale au regard de la moralité de l’action et d’établir si elles suffisent à en constituer l’essentiel là où l’incertitude demeure quant au contenu du devoir.
  9. 9. PLAN: 1)L’arbitraire du jugement personnel est incompatible avec l’exigence morale 2)Ce qui semble bon ne suffit pas, le jugement moral doit être fondé en raison 3)Agir moralement, c’est faire de son mieux pour réaliser vertueusement ce qui nous semble bon
  10. 10. 1) L’arbitraire du jugement personnel est incompatible avec l’exigence morale a) Confusion entre bon et bien Dans son sens courant, l’expression « FBS » signifie suivre ses envies, « agir selon son bon plaisir ». Or il est évident que faire ce qui nous plaît n’est pas moral et s’oppose à l’idée de faire son devoir (qui est souvent pénible). Ce qui est bon, c’est ce qui est relatif à l’intérêt personnel, tandis que le bien réside dans l’intérêt commun, il prend en compte autrui et exige le respect de sa
  11. 11. Respecter autrui réclame souvent de renoncer à son intérêt personnel. On fait son devoir non parce qu’on y voit son intérêt mais parce qu’il le faut: c’est une obligation. La moralité de l’action requiert une volonté désintéressée – ce qu’on veut, c’est Le Bien - qui s’oppose au désir de ce qui semble bon – on considère telle chose comme bonne, comme moyen de notre satisfaction personnelle. a) Confusion entre bon et bien
  12. 12. b) ce qui semble bon moralement : l’apparence du bien Pour que « FBS » constitue la moralité, il faut évidemment présupposer le souci moral de distinguer le bien du mal. Cela ne suppose pas qu’on s’interroge à chaque fois sur l’idée du Bien, mais seulement qu’on établisse dans chaque situation ce qu’il est bon de faire pour respecter autrui. Il s’agit de comprendre en quoi consiste son devoir. Comment en juge-t-on ? En se référant à ce que prescrit ou proscrit (commandements, interdits) explicitement le système moral socialement admis et que l’éducation nous a inculqué.
  13. 13. b) ce qui semble bon moralement: l’apparence du bien Or ce qui est tenu pour bon moralement dans notre société nous semble bon au premier abord, mais n’arrive-t-il pas qu’on en juge autrement et que l’apparence de moralité soit dénoncée et qu’on en révèle la perversité, la violence masquée, une discrimination qui n’est plus tolérable ? Le fait est que les systèmes moraux varient selon le lieu et l’époque. Ce qui a semblé bon à nos ancêtres peut nous paraître abjecte aujourd’hui (ex.: torture) ou inversement, ce qui a semblé mauvais peut être devenu respectable (ex.: la dissection scientifique).
  14. 14. b) Ce qui semble moralement bon: l’apparence du bien Ainsi il ne suffirait pas de faire ce qui nous semble bon pour agir moralement, il faudrait faire ce qui est vraiment bon. Mais peut-on l’établir ? L’idée d’un bien en soi, absolu, n’est-elle pas qu’une idée sans contenu ? N’est- elle pas toujours relative à des valeurs, qui dépendent elle-même d’une représentation du monde, donc d’un contexte religieux, historique, politique, etc. ? Qu’il soit personnel ou appuyé sur l’autorité d’un système moral, le jugement moral semble donc sujet à l’arbitraire et par là insuffisant pour fonder une moralité incontestable, sa variabilité demeure incompatible avec l’exigence d’un ordre durable et parfaitement harmonieux que permettrait le règne du Bien.
  15. 15. c) Véracité du sentiment moral Mais n’y a-t-il pas une source plus fiable, moins fluctuante, moins arbitraire que notre jugement personnel, qui nous renseigne spontanément sur le bien: la conscience morale ? Ce qu’elle nous présente comme étant bon ou mauvais, avec fermeté et constance, semble beaucoup moins sujet à discussion que le fruit d’un jugement dont on peut toujours discuter les raisons et les sources: le sentiment moral, la foi dans la valeur de ce qu’on entreprend comme la culpabilité du fautif, se présentent à la conscience comme une évidence.
  16. 16. c) Véracité du sentiment moral Ce sentiment semble parler au cœur des hommes depuis un lieu qui les dépasse, comme une parole divine ou la voix de la nature. On peut objecter qu’il est sujet à variation comme tout sentiment, pourtant il semble le moins capricieux et le moins influençable des sentiments. cf. arguments de Rousseau
  17. 17. c) Véracité du sentiment moral Et s’il fluctue et nous trompe parfois, ce n’est peut-être que parce qu’on ne possède plus la naïveté nécessaire pour le saisir dans sa pureté naturelle, c’est que nos cœurs sont pervertis. Mais y être autant que possible attentif, avoir le souci de suivre scrupuleusement sa conscience afin de faire ce qui nous paraît être le bien, cela ne suffit-il pas à constituer la moralité de nos actions, même s’il nous arrive de faire fausse route ?
  18. 18. c) Véracité du sentiment moral Comment blâmer celui qui fait manifestement preuve de « bonne volonté » ? Et cependant, ne dit-on pas que « l’enfer est pavé de bonnes intentions » ? Ne se laisse-t-on pas dangereusement égarer par l’évidence ? Les plus assurés de leur bonne foi et de la pureté de leurs intentions ne sont-ils pas aussi de potentiels fanatiques qui refusent toute discussion et peuvent faire preuve de la plus grande violence au nom de l’idéal moral qui parle à leur cœur plutôt qu’à leur raison ?
  19. 19. 2) Ce qui semble bon ne suffit pas, le jugement moral doit être fondé en raison a) L’exigence d’un accord universel Comment « ce qui nous semble bon » doit-il être constitué pour qu’il ait une réelle valeur morale et motive une bonne action ? L’ordre harmonieux de respect mutuel que vise la morale exige un accord universel. Même si un tel accord est un idéal, il demeure l’horizon vers lequel doit tendre le souci moral. Or le sentiment moral, chaque fois singulier, ne saurait le fonder, pas plus que les normes qui définissent les actions convenables au sein d’un société particulière, i.e. les mœurs, trop diverses d’une société à l’autre. Seule la raison peut fonder un tel accord en formulant les principes universels du respect mutuel.
  20. 20. a) L’exigence d’un accord universel Il ne suffit pas de se contenter de ce qui est tenu pour bon dans sa communauté, il s’agit de concevoir ce qui doit nécessairement être tenu pour bon par tout être raisonnable = le devoir Il s’agit d’agir en respectant les prescriptions sur lesquelles tous les esprits rationnels seraient susceptibles de s’accorder, i.e. des règles morales universelles. •Non pas: « faire ce que bon nous semble » -> apparence, sentiment, opinion •mais: « faire ce que nous jugeons bon selon la raison »
  21. 21. a) L’exigence d’un accord universel Mais peut-on admettre l’idée que seules les actions motivées par un jugement moral fondé en raison seraient morales ? Le sentiment, l’opinion, l’imitation voire le hasard ne donnent-ils pas lieu à de très belles actions morales ? -> ex.: héroïsme, action humanitaire, dévouement, générosité spontanée…
  22. 22. b) l’exigence kantienne de l’exercice de la raison pratique Kant explique qu’il ne s’agit pas là d’actions authentiquement morales, elles ne le sont que par accident et d'autres circonstances donneraient lieu à d'autres actions. agir conformément au devoir <> agir par devoir L’action morale exige l’exercice de la raison pratique, par laquelle l’individu se représente son devoir et le prend pour motif.
  23. 23. b) l’exigence kantienne de l’exercice de la raison pratique Ce qui est juste dans l’expression « FBS », c’est l’idée que l’évaluation morale qu’on fait de sa propre action est le motif de celle-ci et constitue sa moralité. N’est morale qu’une action qu’on accomplit parce qu’on a estimé préalablement qu’elle l’était, i.e. une action intentionnellement morale, à laquelle le sujet se détermina activement. Ceci exclut les conduites sous la contrainte, les actions par accident ou inconscientes, les comportements coutumiers (l’automatisme de la politesse par ex.)
  24. 24. b) l’exigence kantienne de l’exercice de la raison pratique Mais « FBS » ne saurait suffire si cela revient à agir par conformisme, à se soucier seulement d’être dans les normes parce que c’est le plus commode (attitude intéressée), au lieu d’agir seulement par respect pour la loi morale qu’on se représente par l’exercice de sa raison. Le conformiste a peut-être le souci moral de l’accord entre les hommes, son action est également valable moralement, mais son intention n’est pas purement morale. Kant considère qu’elle est hétéronome, càd motivée par des éléments étrangers à la morale, tandis que l’agent moral se détermine en toute autonomie, à partir de la seule loi morale qu’il se représente.
  25. 25. b) l’exigence kantienne de l’exercice de la raison pratique Il est nécessaire que le sujet moral soit autonome, càd que sa décision soit libre et fondée en raison, ce qu’il ne faut pas confondre avec la simple indépendance, qui masque souvent un conditionnement passionnel. Autonome, le sujet moral « FBS » en vertu de sa raison et comme le ferait n’importe quel être raisonnable. Il suit le devoir que lui dicte sa raison, ce qui peut s’opposer à ce qui lui semble bon selon ses passions. D’un côté il ne semble pas libre, puisqu’il suit une obligation, mais d’un autre il est délivré par là du conditionnement passionnel et de toute forme de contrainte naturelle: seule sa raison lui dicte la voie à suivre.
  26. 26. c) la loi morale Que me dicte ma raison ? Il faut se demander: le principe de mon action pourrait-il être érigé en loi universelle ? La loi morale se présente à la raison comme un impératif catégorique que Kant formule de la manière suivante: « Agis toujours de telle sorte que la maxime de ton action puisse être érigée en règle universelle » Ou encore: « Agis toujours de telle sorte que tu traites l'humanité en toi et chez les autres comme une fin et jamais simplement comme un moyen » = se rapporter à l’autre comme à un être qui se donne à lui-même ses propres fins rationnellement, i.e. respecter sa liberté.
  27. 27. c) la loi morale Mais peut-on s’en tenir à cette exigence formelle ? La loi morale définit la moralité en général, mais comment l’appliquer dans chaque cas particulier ? La pureté de l’intention morale ne semble pas résisté à la nécessité de choisir les moyens de sa réalisation de manière « impure », càd incertaine, en mobilisant d’autres ressources que la seule raison. Alors le pb du relativisme ressurgit: quant aux moyens et à la manière, il revient à chacun de « FBS ». Mais la fin justifie-t-elle les moyens ? Ou l’arbitraire dans le choix des moyens menace-t-il à nouveau la moralité ?
  28. 28. 3) Agir moralement, c’est faire de son mieux pour réaliser vertueusement ce qui nous semble bon a) La responsabilité morale La pure obéissance à la loi morale constitue l’idée de la moralité mais l’action morale requiert d’autres éléments plus concrets. Un automate ne saurait être moral ou immoral. Il faut que l'individu intervienne réellement, qu’il engage sa personne dans l’action: il le fait en établissant ce qui lui semble bon (les bons moyens, le bon moment, la bonne mise en œuvre), avec l'incertitude et la faillibilité qui lui appartiennent en tant qu’être fini dans un monde contingent. On n’agit moralement que si sa responsabilité est engagée, et elle ne l’est que s’il y a possibilité de se tromper et de trahir son intention par des choix inappropriés.
  29. 29. a) la responsabilité morale L’intention ne suffit donc pas, l’attention portée aux circonstances concrètes est aussi requise: on attend de celui qui agit moralement qu’il le fasse consciencieusement, qu’il soit entièrement présent à son action, du début à la fin. Il doit prendre soin d’assurer la cohérence des moyens au regard de la fin. (c’est l’objet de l’éthique de discuter de cette cohérence dans ses différents domaines d’application -> médecine, économie, etc.)
  30. 30. b) les vertus comme condition à la moralité de l’action Or la justesse de ces choix se gagne au fil de l’expérience pratique guidée par l’exigence morale. Peut-on dire de celui qui l’atteint par accident qu’il a agit moralement alors qu’il agit la plupart du temps contrairement à la morale? Aristote répond qu’il faut ajouter, en plus de l’autonomie de l’intention, une autre condition à la moralité: elle doit découler d’une ferme disposition, acquise par l’individu grâce à son exigence morale.
  31. 31. b) les vertus De telles disposition à discerner le juste milieu, entre l’excès et le défaut, dans un domaine particulier, Aristote les appelle des vertus (ex: courage, tempérance, générosité, équité…). Elles sont le fruit de l’habitude: ici l’acte précède la puissance. La possession des vertus suppose un exercice antérieur, comme c'est aussi le cas pour les autres arts. C'est en les faisant que nous les apprenons : par exemple, c'est en jouant de la cithare qu'on devient cithariste ; ainsi encore, c'est en pratiquant les actions justes que nous devenons justes. ARISTOTE, Ethique à Nicomaque On les acquiert au fil d’une discipline des désirs, qui est d’abord non délibérée (on suit les mœurs, les lois) puis on les cultive délibérément, motivé par le désir supérieur de l’excellence morale. C’est alors seulement qu’on agit vraiment moralement même si jusque là on agissait conformément à la morale.
  32. 32. b) les vertus Alors ce qu'il nous semble bon de faire ne découle pas •d'une évaluation sujette à l'arbitraire du sentiment (partie 1) ou •à la froide indifférence de la loi (partie 2), mais •s'enracine dans le puissant désir de toujours faire de son mieux, qui revient en somme au désir de renforcer sans cesse sa raison et sa résolution (= force morale, sans quoi aucune bonne intention ne peut être menée à bien) en acceptant leur imperfection constitutive et le caractère incertain du monde dans lequel elles s'exercent.
  33. 33. Ainsi arrive-t-il d’agir moralement spontanément, sans y avoir réfléchi, sans se demander si cela semble bon ou profitable ou dangereux, mais parce qu’on s’est volontairement préparé à agir de la sorte. C’est d’ailleurs surtout quand elle est spontanée que l’action révèle la moralité de l’agent et engage profondément sa personne. Ici la raison est incarnée, elle a forgé la personnalité et s’appuie sur sa singularité. Et « ce qui nous semble bon » est ouvert à toute discussion raisonnable tout en étant fermement ancré dans un ensemble de dispositions qui écartent l’arbitraire de l’opportunisme, du conformisme ou du formalisme.

×