Autofluorescence du fond d’œil                                      et                     DMLA atrophique(s)I Audo, M Ben...
Qu’est-ce que l’autofluorescence (AF) du fond d’œil?  = visualisation de la LIPOFUSCINE (LF), marqueur fonctionnel durenou...
Technique(s) d’imagerie                            Non invasive+++                         • SLO confocal, type HRA2      ...
Limites de la technique• Opacité des milieux (cristallin+)• Absence de quantification absolue => approche plutôtqualitativ...
Autofluorescence normaleVon Rückman et al., 1999
Atrophie géographique= perte bien délimitée d’autofluorescence + anomalies de       l’autofluorescence dans la zone de jon...
Différents aspects d’AF jonctionnelle = différentes DMLA atrophiques Bindenwald et al., 2005                         (FAM ...
Différents aspects d’AF jonctionnelle = différentes DMLABindenwald et al., 2005 atrophiques89,13% même aspect entre les 2 ...
Progression de l’atrophie                                       vers les zones d’anomalies                                ...
Corrélation   structure/fonction         Fine Matrix Mapping:         baisse de la sensibilité photopique<scotopique dans ...
Corrélation AF/SD-OCT     Hyper AF en bande OCT: hyper-réflexivité, irrégularité, épaississement et perte de la LEE       ...
Corrélation AF                                                                     Kellner et al., 2009            bleue A...
= corrélation intéressante   pour le suivi d’essai      thérapeutique            mais     nécessité d’étudeslongitudinales...
Perspectives• Développement de logiciels pour quantifier la surface d’atrophie et lesanomalies de la zone de jonction• App...
Corrélation avec l’optique adaptativeARM 75ans                    Témoin 38ans                                            ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

[Jeudi de la Retine] Autofluorescence et DMLA atrophique (I. Audo)

12 820 vues

Publié le

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
12 820
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
511
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

[Jeudi de la Retine] Autofluorescence et DMLA atrophique (I. Audo)

  1. 1. Autofluorescence du fond d’œil et DMLA atrophique(s)I Audo, M Benchaboune, JF Girmens, S Mohand-Saïd, K Nakashima, M Paques, JA Sahel
  2. 2. Qu’est-ce que l’autofluorescence (AF) du fond d’œil? = visualisation de la LIPOFUSCINE (LF), marqueur fonctionnel durenouvellement des segments externes des photorécepteurs (=PR/EPR) Segments externe des photorécepteurs• AF: reflète l’accumulation de LF, principalement A2E, dans les cellules de l’EPR 1 1 1• Associée au renouvellement Epithélium cyclique des segments externes 2 Lipo- pigmentaire des photorécepteurs fuscine rétinien• = « déchets » de la phagocytose incomplète, soumis à l ’ auto- 1 Phagocytose oxydation 2 Autophagie• Accumulation dans les cellules post-mitotiques• Augmente avec l’âge• Modifiée dans les pathologies rétiniennes (DMLA, SGDT, Best…) Delori FC, et al. 2001 http://webeye.ophth.uiowa.edu/DEPT/images/Mullins/index.htm
  3. 3. Technique(s) d’imagerie Non invasive+++ • SLO confocal, type HRA2 Filtre 488 nm > 521 nm Autofluorescence (AF) Laser/488 nm in vivo Détecteur Après sommationRückmann et al. 1995 • Rétinographe, type Topcon, avec filtres spéciaux
  4. 4. Limites de la technique• Opacité des milieux (cristallin+)• Absence de quantification absolue => approche plutôtqualitative• +/- absence de fixation stable
  5. 5. Autofluorescence normaleVon Rückman et al., 1999
  6. 6. Atrophie géographique= perte bien délimitée d’autofluorescence + anomalies de l’autofluorescence dans la zone de jonction
  7. 7. Différents aspects d’AF jonctionnelle = différentes DMLA atrophiques Bindenwald et al., 2005 (FAM study- reading center Bonn) normal focal patchy banded DIFFUSE reticular branching Fine Fine granular with granular peripheral punctate spots
  8. 8. Différents aspects d’AF jonctionnelle = différentes DMLABindenwald et al., 2005 atrophiques89,13% même aspect entre les 2 yeux: bonne corrélation intra-individuelle Facteurs génétiques ?
  9. 9. Progression de l’atrophie vers les zones d’anomalies d’AF jonctionnelle FAM study Holtz et al 2001, 2007 Schmitz-Valckenberg et al 2009Rythme de progression fonction de la zone jonctionnelleMoindre progression si pas ou peu de modification d’AF jonctionnelle ≠ modifications diffuses
  10. 10. Corrélation structure/fonction Fine Matrix Mapping: baisse de la sensibilité photopique<scotopique dans la zone de jonction Scholl et al., 2004 Micropérimétrie: Perte de sensibilité dans les cas d’hyperautofluorescence dans la zone de jonction Schmitz-Valckenberg et al 2004
  11. 11. Corrélation AF/SD-OCT Hyper AF en bande OCT: hyper-réflexivité, irrégularité, épaississement et perte de la LEE Pas d’hyper AF OCT: bords abruptes Conjonction des 2 aspects Brar et al., 2009
  12. 12. Corrélation AF Kellner et al., 2009 bleue Argon vs proche IR(Ex 488nm/Em >500nm) (Ex 787nm/Em >800nm) (évite la lumière bleue) (SE PR/EPR) Mélanine des mélanosomes, principalement pôle apical EPR  Diminution: blocage ou déplacement des mélanosomes ou perte cellulaire de l‘EPR  Augmentation: déplacement ou augmentation de la mélanine, mélanolysosomes, mélanolipofushine
  13. 13. = corrélation intéressante pour le suivi d’essai thérapeutique mais nécessité d’étudeslongitudinales et meilleures connaissances de la pathophysiologie Kellner et al., 2009
  14. 14. Perspectives• Développement de logiciels pour quantifier la surface d’atrophie et lesanomalies de la zone de jonction• Approche de quantification des anomalies de l’autofluorescence…• Poursuite des corrélations avec des techniques d’imagerie haute résolutionpour une meilleure compréhension des anomalies de la zone de jonction etdéterminer les meilleurs indicateurs pronostiques et thérapeutiques
  15. 15. Corrélation avec l’optique adaptativeARM 75ans Témoin 38ans 200µm 200µm

×