FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	1/77	
		
PRESS	BOOK	
	
2014-2016
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	2/77	
1...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	3/77	
F...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	4/77	
2...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	5/77	
3...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	6/77	
4...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	7/77
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	8/77	
	...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	9/77	
	...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	10/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	11/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	12/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	13/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	14/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	15/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	16/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	17/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	18/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	19/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	20/77
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	21/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	22/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	23/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	24/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	25/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	26/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	27/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	28/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	29/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	30/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	31/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	32/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	33/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	34/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	35/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	36/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	37/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	38/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	39/77
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	40/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	41/77
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	42/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	43/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	44/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	45/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	46/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	47/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	48/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	49/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	50/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	51/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	52/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	53/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	54/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	55/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	56/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	57/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	58/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	59/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	60/77	
...
PRESS	BOOK	–	2014/2016	
	
FlameFy	–	une	solution	éditée	par	la	société	M.E.I.	Group	–	SIRET	79058946900010	 	 Page	61/77	
...
Pressbook FlameFy [EN]
Pressbook FlameFy [EN]
Pressbook FlameFy [EN]
Pressbook FlameFy [EN]
Pressbook FlameFy [EN]
Pressbook FlameFy [EN]
Pressbook FlameFy [EN]
Pressbook FlameFy [EN]
Pressbook FlameFy [EN]
Pressbook FlameFy [EN]
Pressbook FlameFy [EN]
Pressbook FlameFy [EN]
Pressbook FlameFy [EN]
Pressbook FlameFy [EN]
Pressbook FlameFy [EN]
Pressbook FlameFy [EN]
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Pressbook FlameFy [EN]

308 vues

Publié le

Every article mentioning FlameFy to the 15th of November 2016

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
308
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Pressbook FlameFy [EN]

  1. 1. FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 1/77 PRESS BOOK 2014-2016
  2. 2. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 2/77 1. ON THE 18TH OF NOVEMBER 2014, CÉDRIC MONNIER, CEO OF FLAMEFY, WAS INTERVIEWED BY FRENCH ONLINE NEWSPAPER ATLANTICO AND INTRODUCED FLAMEFY’S DEVELOPPMENT STRATEGY AND ITS INTERNATIONAL GROWTH PLAN. L'interview Atlantico Business Publié le 18 Novembre 2014 Cédric Monnier - FlameFy : "Nous sommes au seuil d’une vraie révolution dans l’univers du web" FlameFy est un logiciel permettant de créer des stratégies marketing numériques grâce aux nombreux outils du web. Lancée au printemps dernier, la start-up française existe depuis un an et demi et peut se targuer de discuter déjà avec clients et investisseurs chinois et américains. Dans quel contexte de marché intervient la solution FlameFy ? Notre volonté, c’est d’aider toutes les entreprises à communiquer de façon numérique. Ces canaux numériques (web, applications, réseaux sociaux…) se développement à vitesse grand V et sont très segmentant. Lorsqu’une entreprise a un message à faire passer, il faut donc trouver un chemin à travers tous ces canaux afin de toucher les bonnes personnes. FlameFy permet de revenir au concept fondamental du marketing : le storytelling. Le but de notre plateforme, c’est d’aider nos clients à faire abstraction des difficultés technologiques de ces canaux et de recentrer leur attention sur le message. On va donc leur proposer, grâce à notre logiciel, de tracer une histoire, ce que l’on appelle des "arcs narratifs", à l’aide de tout ce qu’ils veulent, un livre, un tweet, un site web, des vidéos…et on s’occupe du reste. Quel est le business model ? Nos clients, comme toutes entreprises, ont besoin de seulement 4 ou 5 données pour prendre des décisions au jour le jour. Notre business model est basé sur cette notion. Derrière l’offre du logiciel FlameFy, notre cœur de métier c’est de manipuler des données sur ce que l’on récolte des utilisateurs. On va faire ce que l’on appelle de la smart data, c’est-à-dire utiliser des informations pertinentes. Collecter des milliers d’informations c’est facile, donner du sens à ces données, c’est plus difficile. On va faciliter le storytelling et on va récolter des données permettant de construire automatiquement ce storytelling. Plus on amène des gens dans l’interaction, plus on rapporte des données, de la notoriété, du trafic. C’est cette offre globale que l’on monnaie aux entreprises.
  3. 3. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 3/77 FlameFy œuvre dans le secteur du "transmédia", quelles sont les perspectives de ce marché ? Est-on en train de franchir une nouvelle étape de l’internet ? Je pense que nous sommes au seuil d’une vraie révolution dans l’univers du web, dans le sens où la technologie elle-même est suffisamment avancée pour que l’on puisse en faire abstraction et donc de revenir sur des notions de base, comme les notions de service. En effet, le "transmedia" est un peu le nouveau mot à la mode, mais derrière il y a une idée très précise : collecter tous les points de contact qu’ont les gens avec un annonceur ou une marque et être capable de redonner du sens à cela afin de créer de la proximité. Bien loin de ce big-bang, votre première difficulté n’est-elle pas de devoir évangéliser le marché tout en essayant de vendre la solution ? C’est extrêmement compliqué en effet. Nous rencontrons chaque jour beaucoup d’entreprises qui se cachent derrière la technologie et ont perdu la finalité originelle de leur stratégie marketing. Dès lors qu’on leur propose avec FlameFy de se recentrer uniquement sur leur métier, elles se retrouvent devant "une page blanche". Certaines industries se sont égarées dans la technologie et ont oublié que la priorité de base, c’est d’expliquer à leurs clients pourquoi ils sont différents, quelle est leur valeur ajouté sur le marché. On leur explique donc que notre offre, c’est avant tout de revenir sur une communication plus simple, plus vertueuse basée sur l’engagement, la volonté. Vous avez lancé FlameFy simultanément en France et sur le marché chinois. Vous tentez à présent une implantation aux États-Unis. A quoi doit-on cette internationalisation accélérée ? Tout d’abord parce que nous sommes une start-up, nous avons besoin de trouver une croissance rapidement. Ensuite, parce que la plupart de ces mécanismes sont nés aux États-Unis. Quand on parle avec des Américains, au bout de 2 minutes ils comprennent de quoi on parle. Les US, c’est un marché beaucoup plus mature. En France on voit beaucoup de possibilité mais c’est un plus long et la culture marketing est un peu différente…Je vais clore un deal aux US en une semaine et ça va me prendre 4 mois en France. Ces relais de croissance nous permettent d’aller plus vite, on a besoin de construire rapidement pour valoriser rapidement et attirer des investisseurs. Enfin la Chine parce que mon associée est chinoise et parce que le marché mobile devient le premier du monde, les opportunités sont très importantes. Quelles sont vos perspectives de développement ? Nous venons d’ouvrir nos bureaux FlameFy à Pékin et à Shangaï. Nous pourrons annoncer d’ici quelques mois un certain nombre de gros comptes intéressants. En France, nous nous développons notamment grâce à PI France et à Cap Digital. Certains clients intéressants sont dans les cartons, nous allons notamment lancer une opération avec HEC. Nous avons aussi été contactés par une très grosse agence de publicité. Notre équipe va continuer de grandir. Nous sommes pour l’instant 8 et devrions passer à 10. 2015 devrait nous offrir de beaux relais de croissance. Source : http://www.atlantico.fr/decryptage/cedric-monnier-flamefy-sommes-au-seuil-vraie- revolution-dans-univers-web-atlantico-business-1860084.html - 2eYYIXJz4tyZL3Zz.01
  4. 4. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 4/77 2. ON THE 20TH OF NOVEMBER 2014, FRENCH NEWSPAPER LE JOURNAL DU GRAND PARIS PUBLISHED AN ARTICLE INTRODUCING FLAMEFY AND ITS INTERNATIONAL DEVELOPMENTS. Source : https://www.lejournaldugrandparis.fr/2014/11/20/flamefy-plateforme-communication- paris-chine/
  5. 5. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 5/77 3. IN NOVEMBER 2014, FRENCH INCUBATOR WELCOME CITY LAB (SPECIALIZED IN TOURISM INNOVATION) PUBLISHED AN ARTICLE REPORTING FLAMEFY’S INVOLVMENT IN THE INTERNATIONAL WEB SERIES FESTIVAL IN MARSEILLE AND ITS PARTICIPATION OF THE ROADSHOW NEWYORK 2014. Source http://incubateurs.parisandco.com/flamefy-storytelling-transmedia-exporte-international
  6. 6. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 6/77 4. ON THE 8TH OF MARCH 2014, CÉDRIC MONNIER (CEO) WAS QUOTED IN THE ONLINE NEWSPAPER TOURMAG FOR HIS EXPERTISE ABOUT BRAND CONTENT IN ASIA
  7. 7. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 7/77
  8. 8. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 8/77 Source : http://www.tourmag.com/Brand-Content-les-pays-asiatiques-experts-de-la-seduction-de- masse_a72607.html
  9. 9. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 9/77 5. ON THE 14TH OF APRIL 2015, DURING THE LAUNCH OF THE WHITE PAPER TITLED PRODUCTION 2.0-THE REVOLUTIONARY IMPACT OF DIGITAL ON MEDIA PRODUCTION BY AENA (FRENCH DIGITAL BUSINESS ASSOCIATION FOR AUDIOVISUAL), FLAMEFY WAS IN THE WEEKLY PUBLICATION OF ECRAN TOTAL (THE EQUIVALENT OF WIRED FOR FRENCH BROADCASTING INDUSTRY).
  10. 10. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 10/77 6. IN APRIL 2015, AENA’S WHITE PAPER RECORDED THE INTERVIEW OF CÉDRIC MONNIER, CEO OF FLAMEFY. HE INTRODUCED FLAMEFY’S DATA-DRIVEN STORYTELLING SOLUTION AND ANSWERED THE QUESTION: HOW ARE NEW TOOLS REVOLUTIONIZING THE MEDIA PRODUCTION?
  11. 11. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 11/77 Source : http://www.lepole.org/livre-blanc-production-numerique/
  12. 12. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 12/77 7. ON THE 30TH OF APRIL 2015, FRENCH ONLINE NEWSPAPER OFFRE MEDIA REPORTED THE LATEST PROGRESS OF “THE START-UP/AGENCIES PAIRING PROJECT ” LAUNCHED BY AACC (FRENCH ASSOCIATION OF COUNCIL AND COMMUNICATION AGENCIES), UDECAM (FRENCH ASSOCIATION OF MEDIA AGENCIES) AND CAP DIGITAL (FRENCH CLUSTER OF DIGITAL TRANSFORMATION). AFTER A FEW SELECTIONS, FLAMEFY SUCCESSFULLY FORMED A PARTNERSHIP WITH MEC FRANCE (GROUP M). Source : http://www.offremedia.com/voir-article/havas-media-mindshare-et-mec-parmi-les-12- duos-agencesstartups-selectionnes-pour-le-startup-project-de-laacc-ludecam-et-cap- digital/newsletter_id=201115/
  13. 13. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 13/77 8. IN JUNE 2015, FOLLOWING OUR PARTNERSHIP WITH THE BIG DATA LAB OF PARIS 8 UNIVERSITY (LA SORBONNE), FLAMEFY PUBLISHED ON I2D ITS FIRST ARTICLE "THE DATAVISUALISATION: DATA TO KNOWLEDGE", JOINTLY WRITTEN WITH DR. HAKIM HACHOUR. IN THIS ARTICLE, WE EXPLAINED HOW DOES DATA VISUALIZATION HELP TO DECRYPT THE BEHAVIOR OF DIGITAL AUDIENCE.
  14. 14. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 14/77 Source : http://www.adbs.fr/i2d-information-donnees-documents-147521.htm
  15. 15. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 15/77 9. ON THE 23RD OF JUNE 2015, FLAMEFY WAS INVITED TO SPEAK AT THE DATA PANEL OF SUNNY SIDE OF THE DOC FESTIVAL (THE BIGGEST INTERNATIONAL DOCUMENTARY FILMS AND INTERACTIVE PROJECTS MARKET IN FRANCE) AT LA ROCHELLE. WE HAD A BRIEF PRESENTATION IN THE OFFICIAL PROGRAM DISTRIBUTED TO THE VISITORS.
  16. 16. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 16/77 10. ON THE 7TH OF JULY 2015, DURING SUNNY SIDE OF THE DOC FESTIVAL IN LA ROCHELLE, CÉDRIC MONNIER, CEO OF FLAMEFY, WAS INTERVIEWED BY FRENCH MAGAZINE SATELLIFAX. Source : http://www.satellifax.com/2015/07/09/focus-sur-flamefy Start-up _____________________________________________________________________________________________________________ Satellifax –Tél.: 01 44 78 04 78 –www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences Jeudi 9 juillet 2015 Focus sur… FlameFy Face à une offre de programmes presque infinie, comment « donner à un contenu l'audience qu'il mérite » ? FlameFy propose aux auteurs, producteurs et diffuseurs de les aider à résoudre cette équation, en allant chercher sur le web, les réseaux sociaux, les applications mobiles, ceux qui s'intéressent à un sujet. Une quête qui passe par l'analyse automatique de grands volumes de données (big data). Cédric Monnier, cofondateur de FlameFy, vient de l'univers de la télévision interactive : c'est un ancien de Canal+ Technologies, puis de NDS où il avait en charge le marketing du logiciel pour décodeurs TV MediaHighway pour ensuite lancer les solutions multi-écrans d'Irdeto. Son associée, Jessica Xu, vient, elle, du jeu vidéo (Ubisoft, Gameloft). « Mieux comprendre l'audience, c'est une problématique que nous avons rencontrée l'un et l'autre. Nous nous sommes rendu compte qu'il n'existait pas d'outils pour atteindretouslespoints decontacts »,expliqueCédricMonnier. Trouver le potentiel d'audience d'un programme Pour illustrer le service que peut rendre FlameFy, il prend l'exemple – fictif – d'un projet de documentaire animalier en Afrique. « On écoute le web, les réseaux sociaux… et on peut dire au producteur où trouver les fans de nature africaine, identifier un sujet qui suscite un fort intérêt, disons la girafe… Cela peut donner, au stade de l'écriture, une indication à l'auteur pour accrocher le public », détaille-t-il. Cette photographie en temps réel d'une audience potentielle peut aider un auteur à valider l'existence d'un intérêt pour son sujet, et donner au producteur des arguments pour convaincre un diffuseur. Au stade de la diffusion, cela permet de sensibiliser la communauté repérée en amont et en aval pour faire vivre le programme dans la durée. En mars 2015, pour Lune, documentaire de 90 minutes, pour France 5 et Planète+,le producteur Camera Lucida aeu recours aux outils de FlameFy. Ce fut aussi le cas pour The Reward – Tales of Alethrion,courtmétragefilmd'animation franco-danois, qui a cherché un financement participatif sur le site Kickstarter. « Outre Facebook, Twitter, Tumblr, Kickstarter et YouTube, nous avons détecté que la musique du film avait des fans sur SoundCloud (service de partage de son) et pu inciter ceux-ci à aller vers la vidéo, qu'ils ne connaissaient pas nécessairement », indique Cédric Monnier qui décrit FlameFy comme une plate-forme de marketing digital, de gestion de l'attention et de l'audience. Spicee, le nouveau service de SVOD pour les grands reportages, utilise FlameFy, pour optimiser son audience selon les sujets traités. Les données, anonymes, n'appartiennent pas à FlameFy. Rassemblées en un lieu unique, chacun – réalisateur, producteur, diffuseur – en tire les enseignements en fonction de son métier. L'accès à la plate-forme se fait sur abonnement, à des tarifs qui varient de 500 à 5 000 euros par mois, selon le nombre de sources scannées, le volume de données, etc. Le producteur au centre du jeu de données L'analyse des données nécessite « du bon sens, une connaissance de la ligne éditoriale du contenu et une sensibilisation à la culture du marketing de données », selon Cédric Monnier. Ces compétences se trouvent souvent dans les départements numériques des sociétés de production, les directions marketing/audience des diffuseurs. FlameFy peut apporter un accompagnement mais n'accède pas aux données. « C'est souvent le producteur qui est au centre du jeu, cette expertise nouvelle lui donne une corde de plus à son arc » indique le fondateur. Selon Cédric Monnier, à court terme, FlameFy génère un surcroît de trafic à chaque étape de l'exploitation d'un programme – diffusion TV, vente DVD, application mobile – qu'il évalue au minimum à +20 %. Enfin dans la durée, il aide à mieux connaître son audience, à repérer les vrais fans, les influenceurs de la communauté, voire à amener vers des achats de produits dérivés correspondant aux comportements et goûts identifiés chez les fans. « Un précieux atout pour garantir la meilleure audience à une nouvelle production », insiste Cédric Monnier. FlameFy a été incubée à Paris au Labo de l'édition (Paris 5e), car elle proposait aussi ses services à des journaux. Elle a bénéficié du soutien de Bpifrance (25 000 puis 30 000 €). Prochainement, elle rejoindra Le Cargo, hôtel d'entreprise et incubateur du nord-est parisien, dédié en partie aux start-up du secteur des médias et industries créatives, qui ouvre en novembre. FlameFy est aussi implantée en Chine, avec une équipe de deux personnes, incubée au sein de l'université de Pékin. Outre ses fondateurs, elle compte deux business angels chinois à son capital. Si l'activité de la société a été lancée avec l'audiovisuel, aujourd'hui la moitié de ses quelque 40 clients viennent d'autres secteurs. Marques, écoles comme HEC, artistes musicaux ou leurs agents… tous ceux qui peuvent rassembler une communauté autour d'eux et veulent optimiser leurs contacts avec elle. Repères Création : janvier 2013 Fondateurs et dirigeants : Cédric Monnier, Jessica XU Siège : Paris. Bureau à Pékin. CA : NC. Equilibre attendu fin 2015 Effectif : 10 Activité : logiciel d'aide à la construction, à la connaissance, à la fidélisation de l'audience d'un programme, de l'écriture à l'exploitation sur le long terme. Accompagnement des producteurs et diffuseurs sur le bon usage des données. Modèle économique : abonnement ! Rubrique réalisée par Isabelle Repiton pour Satellifax
  17. 17. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 17/77 11. ON THE 9TH OF JULY 2015, FRENCH MAGAZINE STRATEGIES PUBLISHED AN ARTICLE MENTIONING THE COLLABORATION BETWEEN FLAMEFY AND SPICEE MEDIA, “A PROMISING 100% PURE DIGITAL VIDEO PRODUCER”. Source : http://www.strategies.fr/actualites/medias/1019644W/spicee-le-sel-de-la-tv.html
  18. 18. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 18/77 12. THE 18TH OF OCTOBER 2015, FLAMEFY WAS MENTIONED BY THE NEWSPAPER OUEST-FRANCE AS A “TECHNOLOGICAL GOLDEN NUGGET” FOR DEVELOPING THE DIGITAL ASPECT OF TOURISM TO MONT SAINT-MICHEL Source : http://www.ouest-france.fr/normandie/entreprises-numeriques-le-mont-saint-michel- phare-numerique-3776467
  19. 19. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 19/77 13. ON THE 2ND OF NOVEMBER 2015, FRENCH NEWSPAPER LE PARISIEN WROTE AN ARTICLE ABOUT PARISIAN START-UPS SETTLING IN NEW YORK, AND INTERVIEWED CÉDRIC MONNIER, CEO OF FLAMEFY Source : http://www.leparisien.fr/economie/business/des-start-up-parisiennes-a-l-assaut-de-new- york-02-11-2015-5240171.php
  20. 20. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 20/77
  21. 21. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 21/77 14. ON THE 30TH OF NOVEMBER 2015, MIND PRESENTED FLAMEFY ALONGSIDE 7 OTHER START-UPS CHOSEN BY THE N°1 FRENCH NETWORK TF1 FOR A BUSINESS INCUBATION PROGRAM
  22. 22. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 22/77 15. ON DECEMBER, FLAMEFY PARTICIPATED TO THE TALENT DAY EVENT AND GAVE A CONFERENCE ABOUT BIG DATA. THE EVENT WEBSITE REPORTED IT Plus de 500 inscrits, 22 talks, 40 speakers, 23 zones de démo et près de 1200 tweets : la 6ème édition qui s’est déroulée du 02 au 03 décembre 2015 à l’Embarcadère – Lyon a confirmé le positionnement unique du Talent Day comme lieu de partage, d’échange et d’effervescence autour de l’innovation, de la créativité et d’opportunités business ! Evénement incontournable pour anticiper les usages et construire de nouveaux modèles, rendez vous prochainement pour en savoir plus sur la prochaine édition: stay tuned ! Le Talent Day 2015 s’immerge dans les images et les données Cette année 2015 aura marqué un tournant dans l’histoire du Talent Day avec la mise en exergue d’un axe éditorial fort autour de deux thématiques en vogue dans l’univers de l’innovation et de la création numérique : la DATA et l’IMMERSION. Cela se traduisait par une forte fréquentation dès les premières heures de la manifestation à l’occasion d’une conférence de haute volée consacrée aux enjeux de la nouvelle industrie des images immersives co-animée par deux experts Marc Bourhis (Istorylab.com) et Alexandre Jenny, cofondateur de Kolor. Ce dernier, dirigeant d’une société grenobloise rachetée au printemps 2015 par GoPro, pilote désormais la destinée des logiciels édités par le leader mondial des « action-cams ». Lors du Talent Day, il a pu distiller auprès d’un public de professionnels avertis un peu de sa connaissance très fine du marché actuel des images 360. Pour Alexandre Jenny : « tous les ingrédients sont notamment réunis pour que l’année 2016 soit celle de l’explosion de la vidéo 360 et d’un réel marché des contenus immersifs de qualité qui pourront être vu à l’aide de casques virtuels grand publics plus que confortables que jamais ».
  23. 23. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 23/77 Les images immersives dans lesquelles le spectateur plonge et déambule à sa guise nécessitent également une nouvelle forme de narration, qu’elle ait la forme linéaire du récit ou celle plus interactive du jeu. Le Talent Day 2015 a aussi permis d’explorer cette nouvelle grammaire des images au travers des témoignages de pionniers du genre comme Pierre Zandrowicz, cofondateur d’Okio Studio sans doute l’agence de production audiovisuelle la plus en pointe sur les tournages de documentaires et fictions basées sur des prises de vues à 360 ou encore celui de Sylvain Joly, Directeur artistique d’Apelab, un studio d’animation genevois qui peaufine actuellement une fiction animée interactive de plusieurs épisodes dont le scénario varie selon les actions du « spect-acteur » à l’intérieur des scènes. Les images immersives étaient aussi au cœur de l’espace d’exposition via différentes démonstrations comme celle du logiciel Klynt qui, après avoir permis pendant plusieurs années aux professionnels de réaliser des vidéos interactives sur le web en HTML5, offre dorénavant la possibilité de construire une navigation interactive parmi des vidéos 360. De même, le talent Day 2015 était l’occasion de découvrir les dernières innovations techniques en matière de simulation de mondes virtuels évolutifs et collaboratifs réservées aux applications industrielles via le démonstrateur Nucleus VR. Les utilisateurs de Nucleus VR situés d’un bout à l’autre de la planète peuvent en effet se réunir et interagir au cœur d’un environnement virtuel via l’une des plateformes VR en ligne déjà disponibles comme Oculus, Gear VR, Android VR, Google Tango VR ou castAR. La Données au cœur de la valorisation des contenus Un autre domaine investi autant par les acteurs de la création de contenus numériques que de l’industrie est celui de l’analyse et de la visualisation des données. Les éditeurs de contenus ont aujourd’hui recours à des algorithmes d’analyse d’audience de plus en plus sophistiqués et
  24. 24. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 24/77 dynamiques permettant de disposer de Dataviz qui facilitent la valorisation des contenus en temps réel et via une multitude de vecteurs de distribution. La start-up Flamefy, présente au Talent Day 2015, offre de ce point de vue une des approches les plus avancées en la matière, car sa plateforme SaaS n’occulte aucun medium dans son corpus d’analyse algorithmique. Flamefy propose une approche globale de monétisation des contenus comme récemment au portail VOD dédié aux reportages Spicee. Autres acteurs de ce domaine de la monétisation des audiences, Righster, et Vidcoin étaient venu quant à eux au Talent Day pour montrer chacun leurs approches respectives plus ciblées sur le datamining des audiences respectivement des réseaux de partage vidéo et des plateformes de jeux en ligne. Il était intéressant en particulier de voir comment, d’acteur traquant les usages illicites des vidéos de grandes marques sur youtube, Righster est devenu un agrégateur de contenus capable de créer de véritables portails audiovisuels autour des thématiques fortes du web en se basant principalement sur les performances des « youtubeurs »… Les données sous forme de Dataviz facilitent également le travail des grands acteurs de l’industrie traditionnelle. Ainsi, l’agence Bakasable, spécialisée dans le design d’interactivité et les Dataviz sur- mesure, présentait au Talent Day sur un grand écran tactile ses dernières cartographies dynamiques d’interactions qui relient les acteurs d’un marché ou les participants d’un événement entre eux. Sur la base de ces visualisations, Bakasable propose ensuite aux institutions publiques ou aux entreprises d’optimiser leur prospection commerciale, de cartographier des compétences ou de faire de la recherche documentaire plus efficacement. Pour mieux faire connaître ses « Smart Data », Bakasable vient d’ailleurs de lancer un nouveau service en ligne opensource baptisé Backamap qui permet de tester gratuitement ses outils à partir de ses propres données. Le Talent Day 2015 était un véritable « hub » pour les acteurs de l’analyse et de la visualisation des données, puisque d’autres agences talentueuses spécialisées dans la Dataviz comme 10h11, auteur entre autres d’un Livre blanc de la DATAVIZ étaient venues à Lyon parler de leur métier. De même, le spécialiste de l’analyse sémantique et de la rédaction automatique Syllabs venu expliquer le fonctionnement de ses robots rédacteurs qui furent utilisés récemment par le Journal Le Monde lors des élections régionales afin de rédiger une bonne partie des articles de synthèse autour des résultats. Pas de doute, le Talent Day 2015 était le lieu de confluence des données et des contenus… Marc Bourhis Vous voulez aller plus loin ? Découvrez le billet d’étonnement de notre partenaire l’ARDI Rhône- Alpes sur le Talent Day 2015. La vidéo
  25. 25. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 25/77 Source : http://www.talentday.fr/retrospective-2015/ 16. DURING THE MONTH OF DECEMBER, THIS PRESS RELEASE ABOUT THE BUSINESS INCUBATION PROGRAM CREATED BY TF1 HAS BEEN PUBLISHED ON MANY MEDIA Here is the list of the articles : Business Immo, CBNews, Digital Business News, FrenchWeb, ITespresso, ITRNews, Offre Media, Next Finance, Top Outremer HUIT START-UPS SELECTIONNEES POUR INTEGRER LE PROGRAMME D’INCUBATION LANCE PAR LE GROUPE TF1 ET PARIS&CO Huit start-ups ont été sélectionnées dans le cadre de l’appel à candidatures du programme d’incubation « Nouveaux produits et services de TF1 ». Les start-ups de cette première promotion seront accueillies dès la mi-décembre 2015 dans le tout nouvel incubateur de Paris&Co, LE CARGO, dédié aux industries numériques culturelles et créatives. Les huit entreprises sélectionnées proposent des services ayant tous une résonnance forte avec au moins l’une des divisions métiers du groupe : Beyable, amélioration, conversion et optimisation du trafic e-commerce : BEYABLE est une suite d’outils d’engagement et de reciblage sur-site qui permet aux e-commerçants et aux marques d’augmenter la conversion de leur site web/mobile grâce à une personnalisation d’offres en temps réel, y compris pour les visiteurs inconnus. La technologie de BEYABLE offre des solutions Big Data d’analyse comportementale et prédictive. Flamefy, solution de recommandation et diffusion d’audience transmédia :
  26. 26. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 26/77 Insightful Audience Activation – Flamefy développe une solution logicielle pour permettre de mieux comprendre son audience pour l’engager avec intelligence. Face à une audience de plus en plus fragmentée, comment trouver les utilisateurs qui s’intéressent véritablement et durablement à vos contenus ? FlameFy répond à cet enjeu en détectant et convertissant, depuis les canaux online et offline, les intérêts de multiples audiences. Le secret réside dans l’analyse de smart data permettant la distribution en temps réel de vos contenus contextualises et personnalisés. L’ensemble de ces données récoltées est accessible dans notre plateforme SaaS afin de vous permettre de piloter votre communication, prendre les bonnes décisions et optimiser votre monétisation. Gaminho, le mobile gaming pour communiquer différemment : Gaminho est un studio de développement de jeux de sport sur mobile fondé par deux frères entrepreneurs et grands amateurs de sport. La société souhaite devenir un acteur majeur de ce marché, en développant des jeux innovants et immersifs, au plus proche de l’écosystème sportif. Le studio met d’ailleurs ses jeux à disposition des acteurs et annonceurs du sport qui souhaitent profiter de l’essor exponentiel du mobile gaming pour communiquer, vendre leurs produits ou faire vivre leurs communautés. Plusieurs partenariats ont été conclus dans le cadre d’événements sportifs majeurs avec des médias français (ex : l’Equipe, TF1) ainsi que plusieurs clubs professionnels (ex : Top 14). Au-delà des sports dits traditionnels (ex : football, rugby, tennis), Gaminho reste très attentif aux tendances sportives émergentes (ex : e-Sport, foot à cinq..) et leurs écosystèmes spécifiques. Les projets de demain sont déjà en préparation ! Glory4Gamers, conjuguer la passion du sport, du jeu vidéo et des nouvelles technologies Glory4Gamers est le spécialiste des compétitions de jeux vidéo en ligne dites « e-sport ». Concrètement, il s’agit d’une transposition de l’univers des compétitions sportives au monde des jeux vidéo. Grâce à la technologie développée depuis plus de 3 ans, Glory4Gamers propose à tous les joueurs de découvrir l’e-sport dans les mêmes conditions que les joueurs professionnels. Glory4Gamers est en charge de l’e-sport de Sony PlayStation et de Micromania en France et touche déjà plusieurs millions de joueurs. Lucette, cosmétique & beauté pour une communauté qualifiée : Lucette.com est le premier site qui propose des recommandations de produits cosmétiques et de routine beauté personnalisées et indépendantes, grâce à un algorithme. Notre algorithme calcule le score d’affinité de chacune de nos utilisatrices avec tous les produits cosmétiques des différentes marques pour les aider à choisir ceux qui leur correspondent le mieux. My Hobby Box, de l’initiation à la formation en passant par le coffret découverte : La start-up My HobbyBox veut devenir l’acteur de référence sur différents segments du marché des loisirs : la dégustation de vin, la cuisine, le théâtre, le chant, la danse, l’aventure. Elle propose pour cela 3 types de produits et services à ses clients : le discovery e-commerce (abonnement box), les cours et ateliers en présentiel, et l’e-learning. My HobbyBox a commencé par se lancer sur la verticale Oenologie et s’est déjà imposé en 3 ans comme le leader de l’initiation à la dégustation de vin en France avec trois activités : les abonnements vins My VitiBox, les cours d’oenologie Prodégustation, et l’e-learning My VitiAcademy (au total, 20 000 clients formés à la dégustation de vin en 2015).
  27. 27. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 27/77 Nunki, vivre et partager l’information autrement Grâce à son application mobile, Nunki propose au grand public de vivre l’actualité aux côtés de ceux qui sont sur place, au cœur des événements. La technologie repère, agrège et organise en temps réel les meilleurs contenus visuels qui font l’actualité. Au-delà de son application mobile, Nunki propose une technologie de détection de contenus postés sur les réseaux sociaux ayant une valeur informative ou un intérêt marketing à destination des entreprises. Tiltology, la vidéo interactive et partageable : « Créez & Partagez des vidéos interactives » Tiltology est une solution vidéo qui permet d’interagir et de créer une nouvelle expérience.
  28. 28. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 28/77 17. ON JANUARY 2016, SILEX-ID MAGAZINE PRESENTED FLAMEFY AMONG A “START- UP PANORAMA”
  29. 29. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 29/77 18. THE 18TH OF JANUARY 2016, THE WEBSITE NEWSTANK PUBLISHED THE BETTER QUOTES OF THE CONFERENCES OF THE INTERNATIONAL MUSEUMS, CULTURE AND TOURISM EXHIBITION ORGANIZED BY MUSEUMEXPERTS, WHERE WE WERE INVITED AS SPEAKERS. Source : http://culture.newstank.fr/fr/article/printable/59980/sitem-inscrire-musee-territoire- dehors-expositions-temporaires-pierre.html
  30. 30. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 30/77 19. THE 28TH OF JANUARY 2016, THE ONLINE NEWSPAPER SPECIALIZED IN ECONOMICS AND INTERNET LE JOURNAL DU NET PUBLISHED AND EXCLUSIVE ARTICLE ANNOUNCING FLAMEFY’S 700 000 EUROS FUNDRAISING. Source : http://www.journaldunet.com/ebusiness/crm-marketing/1172023-confidentiel-flamefy- leve-700-000-euros-pour-automatiser-les-campagnes-marketings/
  31. 31. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 31/77 20. THE 29TH OF JANUARY 2016, THE WEBSITE ECRAN TOTAL PUBLISHED ABOUT OUR FUNDRAISING Source : http://ecran-total.fr/flamefy-leve-700-000e-pour-son-developpement/
  32. 32. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 32/77 21. THE 29TH OF JANUARY 2016, MADDYNESS PUBLISHED TWO ARTICLES SPEAKING ABOUT FLAMEFY: ONE TO ANNOUNCE THE FUNDRAISING, AND ANOTHER SUMMARIZING HOW MANY MONEY FRENCH STARTUPS RAISED THIS WEEK.
  33. 33. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 33/77 Source : http://www.maddyness.com/finance/levee-de-fonds/2016/01/29/flamefy/ #MaddyMoney : L’écosystème startup français a levé près de 42 millions d’euros cette semaine Chaque vendredi, Maddyness vous propose un récapitulatif des levées de fonds qui ont agité l’écosystème startup français durant la semaine. Cette semaine, 14 opérations ont permis de lever 41,78 millions d’euros, notamment grâce à la plus importante levée de la semaine : celle de Cedexis. La plus importante levée de la semaine est donc celle de Cedexis, avec 22,8 millions de dollars. La solution de monitoring et d’amélioration de la qualité d’expérience des sites et applications web entend bien accroître sa présence internationale avec ce tour de table auquel ont participé des investisseurs comme Ginko Ventures, la branche financière de Foxconn Technology, NGP, Citrix Systems Ventures mais également les investisseurs historiques que sont Advanced Technology Ventures et Madrona Ventures. Viennent ensuite celles de Weekendesk (5 millions d’euros) pour devenir le leader européen de la réservation de courts séjours, d’Aircall (2,75 millions de dollars) pour développer son call center en cloud, ou encore celle d’ECO GTB (2,3 millions d’euros) pour que ce spécialisée de l’efficacité énergétique des bâtiments et de leurs équipements poursuive son développement commercial. La plus récente est la levée de Cariboo – une société qui met en relation touristes et locaux – que les fondateurs ont annoncée à Maddyness aujourd’hui avec 170 000 euros obtenus auprès de trois investisseurs dont Sébastien Forest, fondateur d’Allo Resto et Klaus Nyengaard (ex-pdg de Just Eat).
  34. 34. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 34/77 Les autres actualités financières qui ont marqué la semaine : • Programmatique : AOL a annoncé l’acquisition de la plateforme programmatique AlephD, spécialisée dans l’optimisation de la monétisation publicitaire et l’analyse des données pour les éditeurs • Après ISAI, un autre fonds d’entrepreneurs a vu le jour : Side Capital, qui embarque 17 entrepreneurs tels que Charles Egly (Prêt d’Union), Olivier Mathiot (PriceMinister), Frédéric Mazzella (BlaBlaCar) ou encore Thierry Petit (ShowroomPrive.com). Leur premier investissement : la startup Regaind avec un apport de 400 000 euros • Le groupe HighCo a fait l’acquisition de la jeune entreprise innovante CapitalData, spécialiste de la data marketing automation • Le Français JohnPaul fusionne avec l’Américain Les Concierges pour développer davantage les services de conciergerie • Le groupe Menway rachète la start-up Yupeek, une société lorraine dédiée à l’insertion professionnelle des étudiants et jeunes diplômés français. • IdInvest partners participe à un tour de 4 millions d’euros pour la startup Peakon, une plateforme qui permet de mesurer et d’améliorer l’engagement des employés • BrandTech : FiftyFive, l’agence spécialisée dans le data marketing, rejoint le projet You & Mr Jones, premier groupe de BrandTech au monde, lancé il y a moins d’un an.
  35. 35. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 35/77 Source : http://www.maddyness.com/finance/levee-de-fonds/2016/01/29/maddymoney-29- janvier/ 22. THE 29TH OF JANUARY 2016, THE WEBSITE STARTUP365 PUBLISHED ABOUT OUR FUNDRAISING
  36. 36. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 36/77 Source : http ://www.startup365.fr/France-marketing-la-startup-flamefy-leve-700-000-euros-pour- aider-les-producteurs-de-contenus/ 23. THE 29TH OF JANUARY 2016, THE WEBSITE WIDOOBIZ PUBLISHED ABOUT OUR FUNDRAISING FlameFy lève 700 000 euros pour asseoir son leadership à l’international La startup franco-chinoise FlameFy annonce une levée de fonds, d’un montant de 700 000 euros pour accélérer sa croissance et se développer à l’international. FlameFy fait rêver les médias du monde entier. La startup créée en 2013 a conclu en décembre 2015 une levée de fonds de décollage (seed funding) de 700 000 euros auprès de plusieurs serials entrepreneurs asiatiques. L’objectif : consolider la R&D et développer les ventes à l’international. Soutenue par BPI, FlameFy est également lauréate de Scientipole. Elle est incubée au sein de la nouvelle structure de Paris & Co, lancée en partenariat avec TF1. Elle intègre également l’incubateur de Pékin. Une double culture qui l’a poussée à développer ses équipes à la fois à Paris et à Pékin. La startup prévoit d’ouvrir un bureau à Singapour dans les mois à venir. La plateforme SaaS FlameFy permet aux médias de mieux comprendre leur audience. Sa technologie basée sur les smart data calculée en temps réel, identifie les différentes communautés en un temps record. Résultat, les chaînes peuvent automatiser l’orchestration de stratégie marketing sur tous les canaux mis à sa disposition. En clair, elle distribue le bon contenu, à la bonne personne, au bon moment. Alibaba et The Economist au comité stratégique de FlameFy Ce qui donne à la startup franco-chinoise une force de frappe exceptionnelle. Aujourd’hui, FlameFy a déjà séduit de nombreux médias, agences, marques et producteurs de contenus TV, web et cinéma, tels que France Télévisions, Canal+, Spicee, l’INA, BFM TV, MEC, Glory Paris. Avec cette levée de fonds, d’autres chaînes devraient succomber à l’offre de FlameFy. C’est en tout cas ce qu’on lui souhaite. Fondée par Jessica Xu et Cédric Monnier, vétérans de l’industrie du jeu et de la télévision, FlameFy s’est dotée d’un comité stratégique constitué de personnes influentes du métier des médias et des nouvelles technologies. On retrouve notamment l’entreprise Alibaba de Jack Ma et le journal The Economist.
  37. 37. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 37/77 Source : http://www.widoobiz.com/a-la-une/flamefy-leve-700-000-euros-pour-asseoir-son- leadership-a-linternational/66181 24. THE 1ST OF FEBRUARY 2016, THE WEBSITE IT-ESPRESSO PUBLISHED ABOUT OUR FUNDRAISING Source : http://www.itespresso.fr/levee-fonds-flamefy-affine-connaissance-audience-120245.html
  38. 38. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 38/77 25. ON THE 1ST OF FEBRUARY 2016, THE STARTUP INCUBATOR PARIS&CO PUBLISHED THE NEWS OF OUR FUNDRAISING ON ITS WEBSITE Source : http://incubateurs.parisandco.com/FlameFy-annonce-levee-700000-euros-pour-se- developper-en-asie
  39. 39. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 39/77
  40. 40. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 40/77 26. ON THE 5TH OF FEBRUARY 2016, THE FRENCH NATIONAL RADIO STATION FRANCE INTER MENTIONED FLAMEFY IN A RADIO CHRONIC AND ON THEIR WEBSITE, FOR PARTICIPATING IN A WEBDOC CALLED CONSPIHUNTER.
  41. 41. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 41/77
  42. 42. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 42/77 Source : http://www.franceinter.fr/emission-les-legendes-du-web-conspi-hunter-ou-les- traqueurs-de-complot
  43. 43. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 43/77 27. ON THE 12TH OF FEBRUARY 2016, MEDIAKWEST WROTE AN ARTICLE ON THEIR WEBSITE ABOUT OUR FUNDRAISING Source : http://www.mediakwest.com/communaute/item/flamefy-consolide-son- internationalisation.html
  44. 44. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 44/77 28. ON THE 17TH OF FEBRUARY 2016, THE BLOG UNIVERSDOC MENTIONED FLAMEFY IN AN ARTICLE ABOUT DATAVIZUALISATION Visualiser pour mieux comprendre La visualisation des données est un processus ancien, dont la cartographie est l'une des disciplines fondatrice. Le développement du big data et de l'open data ont apporté un nouvel engouement pour datavisualisation qui devient un outil incontournable d'accès aux données, d'analyse de l'information et de la communication. Les camemberts statistiques et autres représentations graphiques ont fait place aux graphes de connaissances et cartes heuristiques... Les outils de visualisation facilitent l'exploration et l'interprétation des résultats des données de masse dans tous les domaines. Comment contribue-t-elle à améliorer la prise de décision, à communiquer plus clairement, à faciliter la médiation documentaire, à développer la stratégie marketing ou l'e-réputation ? La revue I2D a fait un état des lieux très complet qui présentent les principes, les usages et les outils. La formalisation et l'accessibilité des données s'est fortement développée : les données deviennent de nouvelles entités à comprendre et explorer grâce aux outils de datavisualisation dont l'enjeu principal est de traduire des données sous forme visuelle pertinente, simple et didactique. La datavisualisation est très répandue en entreprise pour l'aide à la prise de décision. Les graphiques permettent aux décideurs d'examiner rapidement les données et de réduire le temps de compréhension des informations essentielles. La startup Flamefy développe un service marketing pour assister la prise de décision grâce à la collecte, corrélation et consolidation de tous les contenus accessibles sur un média numérique afin de les analyser dans le cadre d'un modèle économique de valorisation et de monétisation des données. Comme le dit Etienne Armand Amato "la démultiplication des gisement de données, impose de rendre tangibles et utilisables toutes ces informations que produit la complexité des mondes numériques et physiques". La recherche de créativité dans la représentation des données se retrouve dans l'essor du journalisme de données ou datajournalisme inspiré de l'infographie. La presse s'empare de ces nouvelles écritures comme The Guardian ou Le Parisien qui a mis en place au sein de sa rédaction une équipe chargée de datavisualisation. La plateforme IRL des Nouvelles Ecritures de France Télévisions propose un programme court hebdomadaire également disponible sur YouTube exemplaire : "Datagueule". En quelques minutes, chaque vidéo utilise des données animées pour décrypter un fait de société méconnu ou qui dérange. Le mécanisme d'un problème est déconstruit pour comprendre pour quoi nous en sommes arrivés là, le tout traité avec un humour incisif. Le 11 avril prochain sera l'occasion de faire le point sur ces enjeux de traitement de l'information : le GFII propose son 5ème séminaire DIXIT consacré au panorama des usages de visualisation de données. Les professionnels de la veille et de la business intelligence partagerons leurs expériences. Les compétences mobilisées seront également questionnées : de l'ergonomie de l'information à la qualité des données choisies ? Comment faire le bon choix entre simplification des données et compléxité des phénomènes ? Comment articuler ces nouveaux livrables avec les livrables traditionnels de l'analyse stratégiques ? La démocratisation des données ouvertes et des outils implique une attention capitale à la transparence et à la fiabilité des données et à leur interprétation. La dataviz est un regard avec un point de vue et ouvre des perspectives de connaissances immenses. Pour les Parisiens quelques exemples parlants : DataParis et Apur. Source : http://bloguniversdoc.blogspot.fr/2016/02/visualiser-pour-mieux- comprendre.html
  45. 45. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 45/77 29. ON THE 10TH OF MARCH 2016, ZUMA PARIS INTERVIEWED US AND PUBLISHED IT ON THEIR BLOG FLAMEFY UTILISE LA SMART-DATA POUR FACILITER LE STORYTELLING Article du 10 Mar 2016 par Marie Frezel Rencontre avec Cédric Monnier, CEO de FlameFy, start-up franco-chinoise qui a lancé en 2013, une solution optimisée pour la construction d’une audience durable. 1. Bonjour Cédric, peux-tu nous expliquer comment vous est venu l’idée de créer Flamefy et pour répondre à quels besoins ? FlameFy est né d’une immense frustration dans notre travail quotidien, lorsque notre co-fondatrice et moi même travaillions dans d’importantes sociétés éditant du contenu (TV et jeux en ligne). Tous les jours, nous voyions disparaître des parts d’audience, aspirées par le web et les nouveaux usages mobiles. La surabondance de contenus gratuits (Youtube, Facebook, etc) concurrençait en permanence notre cœur de métier et les ad-blockers mettaient en péril notre business model. Nous nous sommes aperçus du réel manque de solutions qui s’offraient à nous, c’est pourquoi nous avons fait le choix de créer nous même un outil pour redonner du sens et une vraie valeur à la relation entre les entreprises et leurs clients lors de leurs actions de communication. Education, information, divertissement, jeux, tous les contenus vidéo et interactifs ont une valeur qui doit justifier le coût de leur production. Nous avons alors adopté et transformé en logiciel le vieil adage : « on ne peut pas plaire à tout le monde » : notre idée étant d’utiliser des technologies big
  46. 46. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 46/77 data pour trouver les bonnes audiences et les engager intelligemment, sur tous les réseaux et plateformes numériques. 2. Quels sont vos principaux clients et sur quelles problématiques travaillez-vous ? À l’image de mon associée et moi-même, nos clients peuvent venir d’horizons très larges. La problématique à laquelle répond FlameFy se pose à toutes sortes d’organisations d’univers et de tailles très différentes car aujourd’hui tout le monde est producteur de contenu ! Toutefois, notre principal marché vise les médias professionnels (TV, radio, presse, cinéma, plateforme VaD), ainsi que, de plus en plus, des marques qui font produire par ces même medias du contenu dédié (brand content). La solution FlameFy s’adresse alors à chaque acteur de la chaine de valeur : auteurs, créateurs, producteurs, diffuseurs, etc. Notre objectif principal est de rendre les milliers de données collectées « intelligentes » pour permettre à nos clients de les exploiter sans avoir besoin d’être des experts en informatique. En simplifiant l’aspect technologique, le logiciel permet à nos clients de se reconcentrer sur leur message et de construire un storytelling cohérent, multi-canal, et qui intervient au plus proche de chacun de leurs consommateurs. Nous travaillons à rendre cela de plus en plus simple et rapide, et à imaginer de nouveaux moyens d’enrichir le besoin d’information de nos clients, notamment en axant nos recherches sur la prédiction. 3. Flamefy vient d’annoncer avoir levé 700 000 euros dans le but d’atteindre son objectif : la croissance à l’étranger. C’est une success story ? Sans doute est-ce précipité de parler de success story. Nous sommes avant tout une startup, et nous tâchons d’apporter des solutions innovantes dans un environnement sans cesse plus complexe. Jusqu’à aujourd’hui nous nous sommes développés depuis l’Île-de-France, avec le fort soutien de BPI, de notre incubateur Paris & Co et nous sommes depuis décembre entrés dans l’incubateur du groupe TF1. Cette assise française nous permet de construire l’avenir en étendant notre offre à l’international sur les marchés les plus prometteurs. D’abord à l’Est en Asie : car mon associée chinoise connaît bien le contexte local, la spécificité de ses réseaux, des usages, et les opportunités croissantes. Nous avons ouvert un bureau à Pekin et Shanghai en 2015, avons des liens privilégiés avec les réseaux sociaux locaux et voyons les premiers gros projets se développer. Ensuite à l’Ouest avec les USA : car si la France n’est pas en reste quand il s’agit d’innovation, les grands groupes restent frileux et peinent à sortir de l’immobilisme de recettes traditionnelles. La culture marketing est différente aux Etats-Unis, mais au-delà de ça, le marché est bien plus concurrentiel ! Cela les rend à la fois plus ouverts aux nouvelles solutions innovantes mais aussi intransigeants en terme de résultats.
  47. 47. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 47/77 En faisant ce pari de l’international, FlameFy s’enrichit d’expériences, de pratiques, d’idées diverses et nouvelles. Cela développe notre expertise et notre logiciel pour proposer une solution qui s’adapte aux technologies et aux usages en direct ! Nous sommes confiants pour le futur, et la levée de fonds traduit la même confiance des investisseurs envers le logiciel. Grâce à ces fonds notre société va grandir plus vite, et peut-être alors pourrons nous parler de success story ! 4. Un mot pour la fin ? Je dirais simplement que nous sommes en train de vivre une réelle révolution dans l’univers du digital. Il me semble essentiel pour les marques et les médias (qui n’ont de cesse de se confondre) de comprendre et de s’adapter aux changements qui s’opèrent. Les audiences se fragmentent, les contenus et leurs canaux se multiplient, la tension publicitaire se fait de plus en plus forte, les consommateurs en rejettent les formes traditionnelles. Mais ils n’ont cependant sans doute jamais autant éprouvé le besoin d’exprimer qui ils sont au travers de leurs choix ! Quelles séries ils regardent, quelles chaussures ils portent… Les identités des consommateurs se structurent grâce à de petits récits spécifiques aux différentes tribus, qu’elle soit culturelle, sportive, musicale, etc. On comprend alors l’importance pour les marques de soigner leur storytelling. Elles doivent apporter une réponse à cette demande et construire un rapport nouveau avec leurs audiences. Ce changement de relation incite les marques à innover, à communiquer autrement, à jouer la transparence et le parler vrai, à créer une connexion avec empathie et générosité afin de fidéliser leurs clients. Elles cessent d’interrompre seulement les contenus que les consommateurs apprécient, elles doivent devenir ce que les gens apprécient. Mais tout cela n’est possible que si l’on connaît son audience, et si l’aspect technique des smart data se simplifie et laisse la place à imaginer les scénarios qui tisseront les liens avec elle. Somme toute une belle feuille de route pour FlameFy ! Twitter : @flamefycorp • http://flamefy.com Source : http://info.zumaparis.com/blog/interview-flamefy
  48. 48. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 48/77 30. ON THE 22TH OF MARCH 2016, THE WEBSITE MY BUSINESS PLAN INTERVIEWED US ABOUT OUR FUNDRAISING EXPERIENCE Un facteur humain à ne pas sous-estimer pour une levée de fonds Pour obtenir une levée de fonds, la valorisation relève d'un caractère important. Elle constituera la base des discussions et des montants apportés par les investisseurs. Selon les entreprises, les critères de la valorisation seront différents. Flamefy a par exemple effectué cette démarche. Startup spécialisée dans l'édition d'un logiciel en mode SaaS offrant une solution de marketing prédictif pour les médias et des marques, elle a levé 700 000 € en début d'année. Leur technologie, basée sur l’analyse temps réel de smart data, permet de gérer et optimiser les audiences multi canales. Cédric Monnier, CEO et fondateur de Flamefy, nous livre les secrets de cette levée de fonds. Pas d'intermédiaire dans l'accompagnement de la levée de fonds Pour notre levée de fonds pre-A, nous avons géré nous même le processus, mon associée fondatrice ayant un background en finance. Nous avons privilégié notre réseau et ciblé des entrepreneurs ayant réussi dans le monde digital. La nécessité d’un contact direct avec nos futurs investisseurs, afin d’établir une forte confiance, nous a convaincu de ne pas prendre d’intermédiaires. Une levée de fonds pour le développement à l'international Cette levée s’inscrit dans le plan classique de la croissance d’une startup : ayant fait la preuve de notre marché dans notre pays, nous levons pour commencer l’internationalisation. La croissance étant liée directement au ‘time to market’, notre levée a pour principal but stratégique de pouvoir recruter à l’étranger. C’est pour nous la dernière étape avant une levée ‘serie A’ où nous nous adresserons alors à des capital risqueurs, pour une logique et des attentes de forte croissance. Pour le moment, nous n'avons pas eu de propositions de rachat. Pas seulement une relation d'argent avec les investisseurs Sur toute levée, les apports doivent être multiples : l’argent bien sûr est important (et la valorisation est donc extrement importante) mais il faut aussi que les investisseurs puissent apporter conseils
  49. 49. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 49/77 et donner un accès à leur carnet d’adresse. Nous établissons une relation à long terme, donc les apports seront multiples et différents années après années. La valorisation de l'entreprise qui dépend de l'équipe et du produit offert La valorisation est toujours un calcul complexe et dépend largement du marché, de l’étape de croissance dans la vie de l’entreprise (start-up, scale-up, etc). Outre les assets de base (revenus, propriété intellectuelle, produit), il convient de bien démontrer la traction et de bien connaître son marché. Il n’y a pas de formules miracles (seulement des bases de calcul !). Donc il faut bien valoriser l’équipe et démontrer que la traction annoncée est non seulement réelle, mais due à la qualité de l’équipe et au produit offert. C’est un couple gagnant et souvent indissociable. Un facteur humain à prendre en compte pour réussir Pour conclure, dans une levée de fonds, ce sont deux parties qui se choisissent ! Ne pas hésiter à « être difficile » car l’association va durer plusieurs années, donc l’adéquation entre les parties doit être forte. C’est une aventure humaine, donc il est impératif de bien estimer le facteur humain. Source : http://www.my-business-plan.fr/levee-de-fonds-startup-flamefy
  50. 50. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 50/77 31. ON THE 6TH OF APRIL 2016, DURING THE MIPTV THE WEBSITE THE RABBIT HOLE INTERVIEWED US ON VIDEO ABOUT OUR ATTENDING TO THE EVENT. The video is on our YouTube channel : https://www.youtube.com/watch?v=W9XjhTtSZ84
  51. 51. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 51/77 32. ON THE 6TH OF APRIL 2016, WE HAVE PRESENTED FLAMEFY AT THE INNOVATION SHOW OF THE MIPTV. Source : https://www.youtube.com/watch?v=CPGBnnDbq8o&feature=youtu.be
  52. 52. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 52/77 33. ON THE 18TH OF MAY, DURING CANNES FILM FESTIVAL, THE CNC HAS INVITED FLAMEFY TO PARTICIPATE TO THE CONFERENCE : New distribution and marketing models in the on- demand age Cannes Film Festival May 18, 2016 from 3pm to 6pm The emergence of Video on Demand has been a growing theme at the Cannes Film Festival and the Marché du Film for the last two or three years. Everyone knows it will be an essential part of the film economy and major global VOD platforms have begun to exert their influence over sales and distribution. But the final shape of the market is not yet clear and the balance between threats and opportunities for rights-holders is still hotly debated. The French National Cinema Centre (CNC) brings together publishers, producers, aggregators, distributors, international sales agents and marketing agencies to discuss the emerging distribution and marketing models in the on-demand age. Traditional theatrical distribution is no longer a high road to launch a film. Cinema is unique in its way, but not necessarily more important to film audiences than any of the emerging video-on- demand services. While the VoD marketing is maturing, the appetite for original content is increasing. In that context, the line between the old world order and the VoD industry is blurring. This phenomenon creates great opportunities for rights-holders, but also challenges. Windows are collapsing and producers need to have a far better understanding of how and where their work could be exploited in the best way. First, direct distribution becomes an increasingly popular model that is now set against traditional distribution through distributors. Secondly, new players emerge between producers and VOD platforms, like content aggregators. How do sales agents and distributors respond to the growing on-line market, and how do content aggregators and digital platforms anticipate further growth? What is their impact on release strategies? If audience demand for content is higher, it is also much more fragmented. In this context, it becomes challenging to reach the right audience at the right moment. What are the best marketing and promotional tools to build a digital audience? What are the key indicators to take into account? How to use data to create targeted marketing campaigns? What is the future of branded content? What about guerilla marketing? Who is speaking? Moderator Michael Gubbins (Sampomedia, Film Agency for Wales) Speakers Bobby Allen (Mubi, VP of Content) Ariane Buhl (Gaumont, Digital Sales Manager) Jérôme Chung (Under The Milky Way, Co-Founder) Ira Deutchman (Deutchman Company, professor at Columbia University) Tristan du Laz (TF1 Studio, Manager) Cédric Monnier (FlameFy , CEO) Ridhima Lulla or Pranab Kapadia (Eros Itl) Source : cnc_conference_-_new_distribution_and_marketing_models_in_the_on-demand_age.pdf
  53. 53. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 53/77 34. ON THE 21RD OF MAY, « CINEUROPA » MENTIONNED FLAMEFY IN A REVIEW OF THE CNC CONFERENCE. “The medium is the message.” This stirring quote by visionary crackpot Marshall McLuhanopened multi-talented Ira Deutchman’s enlightening introduction to a strategic discussion on new distribution and marketing models in the on-demand age. The focus of this new meeting organised by the CNC was on the media themselves, rather than the content they carry, and a quick excerpt from Woody Allen’s Annie Hall was all it took for Deutchman to gain the audience’s attention. His academic approach was key to an in-depth analysis of how HBO first, and Netflix and Amazon later, revolutionised the way we think of television and how film distribution works. As Frank Rose theorised: “If stories are universal, the way we tell them changes with the technology at hand. Every new medium has given rise to a new form of narrative.” The transition from invention to art has proven to require approximately 25 years, but new data-driven services such as Amazon or Netflix have much more information to work with, so they will need less than that to complete the cycle – 27 years after HBO was founded, The Sopranos set the stage for what everybody called “the television renaissance”, which was not television any more; it was HBO.
  54. 54. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 54/77 To showcase the diversity of VoD services available on the market, experienced analyst, journalist and consultant Michael Gubbins moderated the panel focusing on how we get onto these channels, how we integrate VoD into the way we sell, produce and make the films accessible, and finally, how we connect to audiences once we are out of the festival markets. The starting point is to think differently about content because, just like water, it will sit at a different level according to the platform. New business models and delivery technology will inevitably lead to new forms of content but also to a re-categorisation of content. Within Europe, the rules put in place to protect theatrical distribution are going to be an issue as VoD grows. But it is not a theatrical-vs-VoD or old-world-vs-new-world type of market. In fact, Bobby Allen, VP content and business development at MUBI, uses the momentum generated by the theatrical release to get a 30-day exclusive on his platform, adhering to the belief that “great cinema has to exist both in the cinema and in your household, giving you the chance to choose”. Jason Ropell, worldwide head of motion pictures at Amazon Studios and Prime Video, knows only too well that windows will evolve over time, and Amazon needs to look for strategies that work for its customers and overcome the legal restrictions and variations within Europe. Gubbins joked about the fact that “Amazon knows what my wife wants for Christmas better than I do”, introducing the key to success in the VoD market: data that can be used to measure the interest of the audience. Cédric Monnier, CEO of FlameFy, works in the area of empowering media to build and manage a solid audience, and optimise their marketing strategy using data calculated in real time. His business model is based on the notion that his clients need only four or five data references to make decisions on a daily basis, and while collecting data is quite easy today, using it to reach your audience can be very intricate. To facilitate the process of releasing and exploiting feature films, Jérôme Chung co- founded Under the Milky Way, a feature-film aggregator that ensures the operational, editorial, marketing and financial interfaces between the rights holders and the VoD platforms. In a complex and crowded international system with several distribution options like iTunes, the Sony Entertainment Network, Google Play, Amazon Instant Video, Netflix and Xbox, to name the most commonly used, it’s becoming very profitable to look at the domestic markets and use the data one collects to address a specific niche, which sometimes means millions of people. Tristan Du Laz, deputy CEO at TF1 Studios, launched a new label called E-Cinema, dedicated to the internet release of feature films. Supported by Wild Bunch, one of the world’s leading players in the field of international sales, E-Cinema aims to reach French film enthusiasts, wherever they may be, and allow them to enjoy a film without having to worry about its fleeting theatrical life. VoD releases have become increasingly strategic, and even big players like Spike Lee(Chi- Raq via Amazon) and Paul Thomas Anderson (Junun via Mubi) have decided to make use of these platforms. While a quick VoD release can help filmmakers to make the most of the momentum generated by the awards and reviews received at film festivals, there is still a lot of scepticism from sales companies that would rather try to maximise their deals. Many guests in the audience also pointed out that, while DVDs took off extremely quickly, the small players in the VoD market are still struggling to generate any profit. In order for this powerful system to really work, all the professionals in the film industry have to look beyond the current models and be open to innovation, understanding that, in Marshall McLuhan’s words, “The user is content.” Source : http://cineuropa.org/nw.aspx?t=newsdetail&l=en&did=309788
  55. 55. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 55/77 Thomas qui êtes-vous ? Je suis journaliste depuis 2002. J’ai commencé au départ par la presse. Au fur et à mesure de mes pérégrinations, je me suis retrouvé à faire de l’image à la fin des années 2000. J’ai toujours travaillé sur internet. Et finalement, pour moi, le média n’a pas beaucoup d’importance. L’important ce sont les sujets que l’on arrive à porter et les histoires que l’on arrive à raconter. Internet permet tout ça : du son, de l’image, de la photo et de l’écrit. Sur internet, il n’y pas que des choses géniales et merveilleuses mais il y en a aussi. Depuis un an et demi, je travaille pourSpicee.com. C’est un nouveau média totalement digital qui ne fait que de la vidéo. Nous avons l'outrecuidance de penser que les gens sont intelligents et qu’ils veulent de l’intelligence. Ils veulent des reportages intéressants qui vont au bout du monde. En plus, on est persuadé qu’ils sont d’accord de payer pour s’informer. C’est pour dire à quel point on remet en cause le discours dominant actuel mais aussi l’image d’Epinal des journalistes du XIX ème siècle. Dans cette petite bande de punks un peu utopiste, qui essaye de réinventer le métier de journaliste, surtout le métier de grand reporter, et chercher à lui rendre ses lettres de noblesse, je m’occupe d’un projet un peu particulier. C’est, à la fois un documentaire, à la fois une série de documentaires et un projet pédagogique. Il s’appelle Conspi-hunter et on ambitionne de donner des outils afin de mieux se prémunir et potentiellement lutter contre les théories du complot qui se développent sur internet. Un journal c’est une identité, une histoire et une personnalité. Est-ce que vous pourriez nous donner une définition de ce qu’est Spicee, nous expliquer comment le projet est né et à quels besoins il répondait ? TH : Spicee répond à plusieurs demandes de la société française et du monde car on essaye d’exister en dehors de nos frontières. Premièrement, c’est du grand reportage international. Il y en a de moins en moins sur nos écrans télévisuels. C’est donner une vision du monde qui ressemble un peu plus aux valeurs républicaines et citoyennes de notre pays. On souhaite, surtout, apporter une petite «french-touch» sur le documentaire. On n’a pas la même manière de faire de l’information que les anglo-saxons. Ils dominent très largement les médias et le marché international. Nous, on essaye de raconter le monde avec nos yeux de français. Spicee, ce sont des vidéos épicées pour pimenter votre esprit. En interne, nous avons la certitude que le public est intelligent et qu’il faut lui donner des choses en conséquence. Il faut travailler le fond des sujets, travailler très dur sur le terrain pour obtenir des infos. Il faut raconter les choses avec beaucoup de liberté. Chez Spicee, tu as la liberté du ton, du sujet et surtout du temps. Tu peux produire un cinq minutes, un trente minutes ou un une heure trente. Pour les journalistes, c’est un immense espace de liberté et en même temps d’une d'extrême exigence. “Chaque petit pas de liberté que nous faisons en plus, nous oblige à faire trois pas d’exigence de plus aussi.” On nous enlève des contraintes souvent très désagréables quand on a un peu d’expérience dans ce métier. On arrive à trouver cet espace mais cela a un prix. Pour nous, c’est celui de la qualité et pour nos abonnés le fait de payer pour s’informer. Quelle est la philosophie de Spicee ? TH : Spicee c’est avant tout une communauté, nous, on travaille en interne pour produire du documentaire. On a beaucoup de collaborateurs à travers le monde. On est “marié” avec Babel press qui a 45 journalistes sur la 35. ON THE 31RD OF MAY, FLAMEFY WAS MENTIONNED IN AN INTERVIEW OF SPICEE’S JOURNALIST THOMAS HUCHON.
  56. 56. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 56/77 planète avec 4 bureaux : Islamabab, New Dheli, Rio de Janeiro et Miami. Tous ces gens qui travaillent très, très dur sur le terrain, il faut les payer. On compte sur notre communauté, on compte sur les gens qui sont abonnés à Spicee : déjà pour regarder nos documentaires mais aussi pour nous soutenir. Spicee est une expérience, une tentative de donner un coup de pied dans la fourmilière et de réinventer le journalisme. On est persuadé, même si on nous traite d’utopiste, qu’il y a de la place pour cela et donner réellement du contenu de très grande qualité au public. Il attend cela. Le fait que le site soit sans pub reflète votre éthique de journaliste ? TH : L’un des fondateurs de Spicee Jean Bernard Schmidt, ancien rédacteur en chef de complément d’enquête et des magazines de M6, a créé Spicee pour se libérer de la contrainte de l’audimat. De l’autre côté Antoine Robin, l’autre fondateur de Spicee, a fondé Havast production qui était un outil de communication. Ils ont décidé de faire leur truc avec leurs savoir-faire, leurs qualités, leurs défauts et retrouver une forme de liberté en tant que producteur et patron de média. C’est, aussi, donner la possibilité à tout un tas de gens qu’ils voyaient autour d’eux d’exister et de se révéler. On va lancer très bientôt une nouveauté qui va s’appeller : Spicers. “Spicers : ce sera le premier réseau social de journaliste au monde.” C’est une partie de Spicee sur lequel n’importe qui va pourvoir proposer ses sujets qui seront financés par la communauté via du crowdfunding mis en place sur la page. Les meilleurs sujets, tous les mois, seront poussés sur la plateforme, seront accompagnés éditorialement par le rédacteur en chef et notre équipe en interne, par nos monteurs comme techniciens ou comme moi le cas échéant. Cela risque de créer un petit bouleversement très prochainement. Vous êtes en train de créer une nouvelle forme de journalisme ? TH : Oui, même si beaucoup de gens ont tenté de créer cette nouvelle forme de journalisme depuis quinze ans. Je pense à Acrimed et à tout un tas de sites indépendants d’informations ou d’informations citoyennes. La différence chez Spicee, derrière les manettes, il y a de très grands professionnels de l’information et surtout de la vidéo. On s’en est tous rendu compte. C’est peut-être ce qu’internet a apporté de mieux à la presse audiovisuelle. Tous les collègues qui ont monté des sites internet pour leurs journaux papiers ou radio se sont aperçus que faire de l’image est un vrai métier. Ils n’arrivent pas à en faire. Produire de la vidéo sur internet, ce n’est pas aussi facile que ça. Cela demande de vraies compétences et à chaque fois qu’ils ont été là-dessus, ils ont échoué. C’est rassurant, cela nous rend nos lettres de noblesses et nous donne une forme de légitimité par rapport au reste de la profession. L’avantage et l’inconvénient du journalisme digital c’est la multiplication des spécialistes et pas des journalistes. L’avantage de Spicers, ne serait ce pas de professionnaliser les spécialistes pour les rapprocher du journalisme? TH : J’ai fait partie de la création de Rue89 en 2007. L’esprit du journal c’était : “L’info à trois voies : journalistes, experts et internautes : parce qu’il faut plus qu’un bon journaliste pour faire un bon papier”. J'adhère à cela. Je crois que Rue89 a essayé de le faire mais qu'ils n’a pas réellement réussi. Nous aussi on considère qu’il faut plus qu’un bon journaliste pour faire une bonne enquête et un bon sujet. Quelque part Conspi-hunter s’inscrit dans cette démarche. C’est une équipe de journalistes derrière moi, c’est une équipe de rédacteurs en chef et de directeurs de publication au-dessus de moi pour cadrer tout cela.
  57. 57. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 57/77 Ce sont des techniciens de l'audiovisuel comme dans n’importe quel “doc”. Mais c’est aussi une “dream team” de spécialistes : Rudy Reichstadt, Gérald Bronner, Sophie Mazel, Donia Bouzar et Flamefy notre spécialiste de l’audience sur le web avec qui on a beaucoup travaillé en data journalisme. “Ce sont les intérêts qui font les communautés et qui rapprochent les gens et non pas le hasard ou la force du destin.” C’est l’alliance de tout cela qui est très propre au web et qui est très propre à l’univers du digital. Comme le dit Dominique Wolton au début du XXI siècle, ce sont les intérêts qui font les communautés, pas le web. Ce sont eux qui rapprochent les gens et non pas le hasard ou la force du destin. Si on n’a pas ce quelque chose en commun, c’est quasiment impossible que l’on se croise sur internet. C’est notre intérêt commun qui nous a rapproché. C’est un peu vrai sur tous les sujets. Dans notre manière de fonctionner, y compris dans notre communication, on essaye de cibler une communauté plutôt que de parler à la totalité des internets. L’enjeu est de donner plus d’outils professionnels aux experts pour qu’ils puissent s’exprimer. L'horizontalité totale crée des déformations dans le monde de l’information et l’une de celles-ci est le conspirationnisme. Je suis en train de lire le livre de Boris Cyrulnik : Ivres au Paradis, bonheurs héroïques. Un passage me fait penser à ce que vous me dites sur la création de communautés et des déformations que peut provoquer l’horizontalité “L’autre n’est pas donné quand on arrive, il faut cheminer vers lui”. TH : Il y a quelque chose de cet ordre là, d’une nouvelle forme de lien social qui est pourtant dématérialisé. C’est très bizarre mais cela existe vraiment et l’on peut le voir ressurgir. Le web est très étrange. On n’a pas fini de l’analyser et surtout on n’a pas terminé de le comprendre. On parle souvent de crise de la presse ou est-ce plutôt une mutation des médias ? TH : Qu’est ce que cela veut dire crise du journalisme et crise des médias ? On parle de crise économique ou culturelle ? Je parle de crise économique car on dit que la presse papier va disparaître et d’une crise culturelle car il y a beaucoup de journalistes qui sont en difficulté. TH : Il y a plusieurs éléments. Il y a un ralentissement économique dans tous les secteurs d’activités. Depuis le début des années 2000, les chiffres de la presse ne sont pas considérés comme de bon augure, les journaux se vendent de moins en moins. L’audience télé baisse. Je pense qu’il y a un élément qu’on ne prend jamais en considération quand on fait cette analyse-là. La presse est malgré tout un produit culturel. Dans les années 90, dans le panier d’achat il y avait un pourcentage pour le culturel. De temps en temps, on achetait un disque, un bouquin, une BD. A la fin des années 90, on a vu arriver des DVD et de nouveaux produits culturels : les consoles de jeux vidéos, la consommation de produits en ligne et le téléphone portable. L’enveloppe dont disposait, pour acheter des biens culturels, les citoyens français ainsi que ceux du monde entier, n’a pas augmenté depuis quinze ans. Le problème est qu’il y a une multiplication des produits à consommer. Ce n’est pas totalement anormal qu’au moment où toutes les autres industries culturelles tirent la langue que la presse le fasse aussi. La presse n’a pas mieux géré le virage du numérique que l’industrie du disque ou du cinéma. Pour continuer ce parallèle, est-ce que les théoriciens du complot qui font des “sites d’informations” sur internet ne sont pas l’équivalent, pour la presse, de Napster pour l’industrie de la musique ou Kasa pour l’industrie du cinéma ? Je pense que tous ces gens sont des pirates de la presse quelque part ! Il faut ajouter une dimension supplémentaire d’influence politique. Il y a une motivation politique à écrire des mensonges sur internet. La presse est un enjeu stratégique ? Bien sûr, il faut s’interroger sur les motivations de chacun et être conscient du monde dans lequel on vit. Qu’est-ce qui vous a amené à travailler sur le complotisme spécifiquement ?
  58. 58. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 58/77 TH : J’ai toujours travaillé sur internet, je m’occupais du 18 heures qui était le quotidien de l’économie en ligne du mensuel l'Expansion. Internet a toujours été un champ d’investigation pour moi. Les conspis vient de ma rencontre avec Rudy Reichstadt. Tout cela, c’est né d’une prise de conscience politique : comment les idées d'extrême droite se répandent aujourd’hui et comment elles prennent autant de place dans notre société. Est-ce que vous pourriez nous dresser un portrait robot du complotiste ? TH : On va le faire de deux manières. Il est impossible de dire : il est de gauche, il est de droite ou autre chose. On peut dire que ce sont plutôt des hommes, de classe moyenne. Ils partagent trois choses : une vision totalement paranoïaque du monde, le sentiment de ne pas être ce qu’ils devraient devenir et enfin une forme de radicalité quelle que soit l’obédience politique. Ils peuvent être de gauche, de droite, d’extrême gauche ou d’extrême droite. C’est certain que dans les courants de radicalité politique, il y a une sur-représentation des personnes croyant aux théories du complot. En y réfléchissant, il n’y a pas un mais des complotismes ? TH : On ne peut pas dire voilà un conspi. Il y a énormément de théories du complot qui sont très différentes et parfois même contradictoires. Elles sont crues et digérées un peu de la même manière par ces personnes. La théorie du complot : c’est la croyance permanente qu’un petit groupe de gens prend des décisions dans le secret et nous impose un monde dans lequel nous ne voulons pas être et où ne nous ne sommes pas heureux. Quelque part, ce petit groupe qui nous enlève la part du lion, il nous fait vivre un monde “pourri”. De plus il m’empêche, moi, de devenir ce que je dois devenir. Le conspirationnisme devient une posture d’excuse sociale, c’est une manière de dire : “Voilà pourquoi j’ai raté ! Ce n’est pas parce que je n’ai pas bossé ou parce que je n’ai pas fait d’efforts. J’ai raté à cause de ce groupe. Ce n’est pas juste, il faut lutter contre cela”. Toute cette rhétorique peut parler à tout le monde. Ça nous est tous arrivé à un moment de notre vie, dans une situation que l’on ressent comme injuste. C’est une vision complètement paranoïaque qui correspond à notre époque. Le conspirationnisme ne pourrait pas proliférer, prospérer et exister de cette manière si il n’était pas venu remplacer d’autres idéologies. Je crois très fort que celui-ci est, quelque part, le remplaçant dans une époque tordue et bizarre, du marxisme. L’avènement des théories du complot correspond à la fin des idéologies positives de transformation de la société. Et il y a une dimension de foi et de prosélytisme ? TH : Il y a effectivement une dimension de croyance. Les conspirationnistes sont des croyants, ce phénomène se nourrit de la fin des religions. Ce n’est pas anodin de voir, depuis cinq ans, le complotisme prendre de l’ampleur alors que, dans le même temps, on assiste à un retour du fait religieux et à une augmentation des populismes dans les sociétés occidentales. Il me semble qu’il existe un business modèle du complot, des cibles. Sur quels processus et outils s’appuie-t-il ? TH : Il y a un bon article sur conspiracy watch sur le business des complots faciles. Cela concerne des personnes comme Rihanna, qui sont déclarées comme illuminati. Ceux qui diffusent ce genre d’information se “gavent” grâce aux clics et gagnent beaucoup d’argents en faisant ces vidéos. Les “conspis” se déclarent comme “truthers” et inversent les rôles en quelques sortes et nous déclarent comme complotistes. TH : Le conspirationnisme est le rêve américain du journalisme. Le coup du document déclassifié par Bush en 2003, qui révélerait des scoops et que personne n’aurait vu depuis 13 ans… c’est fou. N’importe qui pourrait devenir le meilleur journaliste de la planète. C’est un peu comme l’histoire de la personne qui sort d’un casino et qui va devenir millionnaire. Il va gagner l’Amérique. Il y a le rêve américain et il y a le rêve du conspi : une personne seule chez elle peut trouver la vérité et prouver ce que nombre de journalistes n’ont pas été capables
  59. 59. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 59/77 de trouver depuis 15 ans. Je trouve ça aberrant d’un point de vue intellectuel : les sauts de raisonnement, les trous dans l’enquête pour certains ce n’est pas grave. On va tous devenir fous car on pourrait ne plus faire confiance à personne. C’est un vrai problème dont on n’a pas totalement saisi l’ampleur en terme de société. Pour les élections de 2017 en France, il va y avoir un truc très fort pour tous ceux qui n’ont pas les yeux ouverts là-dessus. Ils vont prendre une grosse claque ! Un conspi-hunter ne serait-ce pas l’apprentissage de la rigueur ? TH : Oui et ça a d’abord été l’apprentissage de la rigueur pour moi ! Cette histoire m’a changé. Je pense qu’il faudrait demander à ceux qui m’ont connu dans le courant de l’année dernière et qui me voient maintenant. Moi, j’ai changé, je suis beaucoup plus humble par rapport à mon travail et mesuré dans mes prises de position. “J’ai appris à penser contre moi-même en permanence et du coup cela me rend un peu moins idiot.” D’un autre coté, je suis devenu beaucoup plus exigeant. Effectivement chez Spicee, c’est Jean-Bernard Schmitt et Matthieu Firmin qui m’ont apporté cela. Dans nos métiers, on a parfois la chance de trouver des personnes qui vont être un peu ton mentor. Moi, il m’aura fallu 13 ans pour les trouver et ils s’appellent : Antoine Robin, Jean- Bernard Schmitt et Matthieu Firmin. Ces trois personnes qui ont fait le travail l’année dernière, il n’aurait pas existé sans eux. La qualité du travail, c’est leur talent qui l’a apportée. Conspi-hunter, c’est une aventure humaine ? TH : Exactement, c’est mon idée d’aller “chasser” les conspis et je la propose à Antoine et Jean-Bernard. On est à peu près en novembre 2014. Je le date précisément car c’est important de comprendre que tout cela naît avant “Charlie”. Beaucoup de gens se sont intéressés aux conspis à ce moment là, alors que je travaillais sur la complosphère depuis un an et demi. Je sais à peu près ce qui se passe au moment de l’attentat. Je suis capable de mesurer l’ampleur du phénomène. Nombre de personnes voient sortir des théories du complot à ce moment-là et paniquent. Antoine et Jean- Bernard prennent la décision de “coincer” les conspirationnistes et de produire une série de documentaires afin de déconstruire les théories du complot; cette décision est prise le jour de Charlie. On était déjà en train d’y penser mais les évènements précipitent la décision. On soulève le capot et ce que l’on découvre est pire que ce que l’on pouvait imaginer. L’idée du faux film ce n’est pas moi, c’est Antoine Robin. Moi, je n’aurais jamais osé faire une truc pareil. C’est marrant car même si je suis plus jeune, j’étais beaucoup trop coincé dans des modes de narration du passé et des modes d’enquêtes très rigoureuses mais sans me permettre cela. Antoine avait raison, cela a marché du point de vue de l’enquête et du travail. Cela a eu un retentissement médiatique qui dépassait toutes nos espérances. C’était assez culotté de tenter ce coup là. Il a fallu me convaincre qu’éthiquement on pouvait le faire sans que cela nous explose à la figure. Un article intitulé “Bye-Bye Belgium, radiographie d'un canular”, écrit par Sylvie Kerviel et Jean-Pierre Stroobants en 2006 pour le Monde, présentait les critiques face au docufiction du même nom. On pouvait y lire : “ Insupportable canular pour les uns, indispensable tentative en vue d'impliquer des citoyens dans un débat crucial aux yeux des autres, le faux journal télévisé de la RTBF diffusé le mercredi 13 décembre n'a, en tout cas, pas fini de diviser les politiques, les journalistes et l'opinion belge. " Est-ce que l’on vous a fait ce même reproche éthique sur l’enquête ? TH : Bien sûr et il est légitime ce reproche. On a menti et on ne va pas se cacher ! La critique, on l’accepte totalement. On n’a jamais été des censeurs de qui que ce soit. On ne veut même pas censurer les propos conspis, à aucun moment, on l’a demandé. Effectivement, on a décidé d’utiliser une méthode de dissimulation qui n’est pas prévue dans la Charte des journalistes de Munich. D’ailleurs, les conspis nous le reprochent beaucoup sur internet. Quelle barrière éthique vous vous êtes imposée ? TH : Nous, on n’a déjà pas fait tout seul. On a réuni un comité scientifique de haut vol : Gérald Bronner sociologue spécialiste de la crédulité. Rudy Reichstadt est le fondateur de l’observatoire du conspirationnisme en France en 2007. C’est le plus grand spécialiste francophone des conspis et peut-être même anglophone. Je ne
  60. 60. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 60/77 suis pas sûr qu’il ait un équivalent dans le monde. Sophie Mazel est une enseignante qui depuis 6 ans fait des cours d’autodéfense intellectuelle dans son lycée, bénévolement, afin de développer l’esprit critique chez les jeunes. Donia Bouzar est la seule qui est capable de nous expliquer, dans le processus de radicalisation et de déradicalisation, à quel moment et comment le conspirationnisme entre en ligne de compte. On s’est entouré de personnes très précises qui ont mis en place avec nous des outils de surveillance. En plus Flamefy, spécialiste du Big Data, a suivi à la trace notre vidéo sur internet. J’ai passé 3 semaines collé à mon ordinateur à surveiller cela comme du lait sur le feu. Si jamais cela nous avait échappé un tout petit peu des mains, on aurait arrêté tout de suite. Je comprends la critique légitime sur notre méthode de travail, j’ai envie de mettre en avant les gardes fous que l’on s’était mis. De toute façon, tous les reproches faits par les conspis sur nos méthodes, ils auraient pu les éviter de manière très simple. Il leur suffisait d’envoyer un mail à Lionel Perrotin en demandant “Qui êtes vous et comment avez- vous eu vos infos sur Cuba et le SIDA ?” On n’aurait pas menti et dit : “Nous sommes une fausse identité, vous n’êtes pas tombé dans le panneau. Bravo Monsieur !” Personne ne nous l’a demandé. Qui est Lionel Perottin ? TH : C’est moi en conspi. Lionel a eu 6 mois d’existence avant la publication de la vidéo. Durant cette période, on a travaillé un réseau de conspi en leur faisant croire que l’on partageait leurs idées. Sans jamais leur mentir, encore une fois, on n’a fait que dire des choses. A chaque fois qu’ils nous ont posé une question, on y a répondu. Ils n’ont jamais posé la bonne question. Ça aurait été très facile d’envoyer un mail pour ces 10 000 personnes et demander “Où est ce que vous avez eu vos infos ?” Le problème c’est l’esprit critique ? TH : Le problème c’est ça, il faut se méfier de ce que l’on a envie de croire. Ils ne l’ont pas fait. Du coup, nous, on se méfie beaucoup de ce que l’on a envie de croire. Que se passe-t-il au moment où vous dévoilez votre stratagème ? TH : Cela a entraîné une réaction de haine très violente, des attaques sur mon nom de famille. Là où, nous, on s’attendait à voir poindre la critique sur la méthode utilisée, encore une fois elle est légitime, on a vu apparaître des attaques antisémites sur ma personne. J’étais un sioniste vendu au système et je profitais de l’argent de l’Etat, de la CIA, du Mossad ou du Bilderberg. Cela n’a, à aucun moment, créé une forme de réaction critique. Ils ne se sont pas dit que la prochaine fois ils feraient plus attention et qu’ils vérifieraient l’information. D’ailleurs, même après plus de 40 interviews, certains n’arrivent toujours pas à admettre que “Cuba, SIDA la vérité sous le blocus” est un faux. Le complot se nourrit du complot ? TH : C’est ça et c’est ce que l’on craignait. Qu’est-ce que vous dites à quelqu’un qui dit que le complotisme ce n’est pas bien grave et que cela ne va pas bien loin ? TH : Je ne leur dis rien, je leur envoie une vidéo qui dure quatre minutes et qui s’appelle : comment sombrer dans le complot en trois clics. Elle raconte l’histoire vraie de deux lycéennes qui vont faire un exposé en sciences naturelles en classe de seconde sur la “mal bouffe”. Ces deux jeunes filles sont de la classe moyenne, de culture catholique et n’ont aucun lien avec l’Islam. Notre doc montre le processus qui conduit, de vidéo en vidéo, à ce qu’elles soient à la frontière syrienne trois mois plus tard pour faire la guerre avec DAESH. Rien que pour les 1 000 enfants, sauvés par Donia Bouzar, qui sont tous entrés dans la radicalisation djihadiste par les théories du complot, il faut faire face à elles. C’est un phénomène qui a une ampleur colossale sur la société. Il permet la propagation de la haine en ligne. Au-delà de la haine, il crée un phénomène de paranoïa généralisée chez les gens. Du coup, cela nous empêche
  61. 61. PRESS BOOK – 2014/2016 FlameFy – une solution éditée par la société M.E.I. Group – SIRET 79058946900010 Page 61/77 de vivre ensemble. Ceux qui veulent penser que c’est un phénomène qui n’a pas de portée sociale, sociétale ou qui reste un phénomène marginal, je les invite à venir avec moi dans une classe pour voir comment les élèves réagissent. Quand 60 % des jeunes dans une classe d’un lycée lambda, disent que c’est la CIA qui a inventé le SIDA car ils l’ont vu sur internet. On comprend le danger d’autant plus que ce sont leurs enfants ! Comment procédez-vous pour déconstruire le complot en classe ? TH : Je me rends seul dans les classes. J’essaye de transmettre à la classe ce que j’ai appris avec l’équipe d’expert du Conspi-hunter. J’essaye de faire une séance pédagogique Stand-up qui permet de casser la barrière générationnelle afin qu’ils nous écoutent. On essaye de les aider à trouver des outils qui leur permettent de développer un esprit critique. C’est eux qui doivent le développer. On essaye de faire de la pédagogie des médias, de l’image et de l’information. Pourquoi les adolescents sont-ils des cibles aujourd’hui ? TH : En fait, ils ne sont pas des cibles. Ce n’est pas lié, à mon avis, a une volonté délibérée des producteurs conspis et des gens qui diffusent de “coincer” les jeunes. Cela ne se passe pas comme cela. La réalité est liée à la manière que l’on a de s’informer. Elle joue énormément à l’adhésion ou pas aux théories du complot. Aujourd’hui pour les moins de vingt cinq ans, leur moteur de recherche principal n’est pas google mais Youtube. 40 % des moins de 25 ans croient totalement ce qu’ils lisent sur les réseaux sociaux. Ce n’est pas lié à une question sociale ou géographique mais à une classe d’âge. La clé de compréhension est la manière dont cette génération s’informe. Le numérique, c’est le problème et la solution ? TH : Exactement, c’est le problème et c’est la solution. Cela restera le problème tant que l’on ne voudra pas mettre les mains dans le cambouis et tant que tous ceux qui ont les moyens d’agir ne chercheront pas une solution. On ne peut pas séparer cette question de comment les industries culturelles ont géré l’avènement d’internet. L’industrie du disque n’a jamais réussi à faire son retard après l’avènement d’internet, l’industrie du cinéma non plus. L’industrie de l’information, ce sera la même chose. C’est inquiétant, mais il y a des choses rassurantes. Quand on va dans les classes, le travail pédagogique fonctionne. Quand on cherche des sources d’informations, on peut en trouver de très grandes qualités sur internet. Je ne vais pas prêcher pour ma paroisse : il y a aussi Spicee. Sans internet, nous n’aurions pas pu créer notre média. On va essayer de s’occuper du problème et d’être une part de la solution. Le problème quand on fait face au complotisme, n’est-il pas qu’il y ait eu de vrai complot. Le plus dur pour les élèves comme pour les adultes est de différencier complot et complotisme, savoir discerner le vrai du faux ? TH : Dire que des vrais complots, il y a en a eu, il y en a et il y en aura, c’est la première chose que l’on dit dans les classes. Nous sommes là pour les dénoncer aussi. Si je m’estime légitime à aller dans les classes et à faire ce travail sur les conspis, c’est parce que j’ai passé 10 ans de ma carrière à travailler sur le complot de la CIA visant à déstabiliser Allende en 1973. Je ne suis pas si vieux, j’ai 34 ans. Étrangement, il n’a jamais intéressé les milieux conspirationnistes alors que c’est un vrai complot avec de vraies preuves. Pour finir cet entretien, est ce que le complotisme, n’est pas lié à une confusion entre savoir disponible et capacité à comprendre le monde dans toute sa complexité ? TH : C’est certainement plus rassurant d’imaginer que l’on comprend le monde dans lequel on vit plutôt que de réaliser que l’on a du mal à le comprendre. Pourtant, c’est la vie ça. C’est l’humilité de comprendre que l’on ne peut pas tout comprendre et pas tout savoir. Source : http://cursus.edu/article/27390/eduquer-face-complotisme-interview- thomas-huchon/ - .V01Lc5OLS_h

×