LE PATRIMOINE
SCIENTIFIQUE ET
LES AUTRES
SAVOIRS – 1ÈRE
PARTIE
MARS 2015
FLORENCE PIRON, UNIVERSITÉ LAVAL
FLORENCE.PIRON@C...
QU’EST-CE QUE LE
SAVOIR SCIENTIFIQUE?
Vos réponses :
QU’EST-CE QUE LE
SAVOIR SCIENTIFIQUE?
Vos réponses :
Ma réponse : Un savoir qui obéit au cadre normatif de la
science, à s...
QUELLE EST LA DIFFÉRENCE
ENTRE LA VÉRITÉ ET LA RÉALITÉ?
Vos réponses :
QUELLE EST LA DIFFÉRENCE
ENTRE LA VÉRITÉ ET LA RÉALITÉ?
Vos réponses :
Un enjeu épistémologique fondamental : La vérité es...
QUELLE EST LA DIFFÉRENCE
ENTRE LA VÉRITÉ ET LA RÉALITÉ?
Vos réponses :
Un enjeu épistémologique fondamental : La vérité es...
QUELLE EST LA DIFFÉRENCE
ENTRE LA VÉRITÉ ET LA RÉALITÉ?
Vos réponses :
Un enjeu épistémologique fondamental : La vérité es...
THÉORIES DE LA VÉRITÉ : LES
POSITIVISTES
La vérité est la correspondance exacte
entre les mots (langage) et les choses (le...
THÉORIES DE LA VÉRITÉ : LES
CONSTRUCTIVISTES
La correspondance exacte entre les mots
(langage) et les choses (le réel, la ...
THÉORIES DE LA VÉRITÉ : LES
CONSTRUCTIVISTES
• La science est un savoir humain parmi bien d’autres,
mais qui a des prétent...
LE CADRE NORMATIF DOMINANT
DE LA SCIENCE ACTUELLE
Démarche scientifique à vocation universelle :
• Revue de littérature
• ...
L’ÉVALUATION PAR LES
PAIRS
• Au début de l’histoire de la science : création de
sociétés savantes auxquelles étaient annon...
LE PROCESSUS
D’ÉVALUATION
En anglais : Peer-review
Toute revue qui reçoit un article le soumet à deux ou trois
experts rec...
LE CADRE NORMATIF DOMINANT
DE LA SCIENCE ACTUELLE
Cette démarche scientifique à vocation universelle
s’accompagne des norm...
SCIENCE OU RECHERCHE?
Comment distinguer entre science et recherche?
- La recherche scientifique, c’est le processus de
fa...
UNE AUTRE SCIENCE EST POSSIBLE
Il est possible de remettre en question le cadre normatif
dominant et de proposer un cadre ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Patrimoine scientifique 1ère partie

473 vues

Publié le

Première partie du cours Le patrimoine scientifique et les autres savoirs

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
473
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Patrimoine scientifique 1ère partie

  1. 1. LE PATRIMOINE SCIENTIFIQUE ET LES AUTRES SAVOIRS – 1ÈRE PARTIE MARS 2015 FLORENCE PIRON, UNIVERSITÉ LAVAL FLORENCE.PIRON@COM.ULAVAL.CA Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la licence creative commons attribution 4.0 canada
  2. 2. QU’EST-CE QUE LE SAVOIR SCIENTIFIQUE? Vos réponses :
  3. 3. QU’EST-CE QUE LE SAVOIR SCIENTIFIQUE? Vos réponses : Ma réponse : Un savoir qui obéit au cadre normatif de la science, à ses critères de scientificité. Un savoir produit par des scientifiques, selon une méthode scientifique, dans des institutions scientifiques, publié dans des revues scientifiques, selon des conventions d’écriture scientifique, pour un public de scientifiques (et autres) : les traces du processus de recherche mené par les scientifiques
  4. 4. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE LA VÉRITÉ ET LA RÉALITÉ? Vos réponses :
  5. 5. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE LA VÉRITÉ ET LA RÉALITÉ? Vos réponses : Un enjeu épistémologique fondamental : La vérité est souvent présentée comme un idéal de correspondance exacte entre les mots (langage) et les choses (le réel, la réalité) : est-ce possible?
  6. 6. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE LA VÉRITÉ ET LA RÉALITÉ? Vos réponses : Un enjeu épistémologique fondamental : La vérité est souvent présentée comme un idéal de correspondance exacte entre les mots (langage) et les choses (le réel, la réalité) : est-ce possible? • Oui pour les « positivistes » (cadre normatif dominant de la science actuelle)
  7. 7. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE LA VÉRITÉ ET LA RÉALITÉ? Vos réponses : Un enjeu épistémologique fondamental : La vérité est souvent présentée comme un idéal de correspondance exacte entre les mots (langage) et les choses (le réel, la réalité) : est-ce possible? • Oui pour les « positivistes » (cadre normatif dominant de la science actuelle) • Non pour les « constructivistes » (nourris par les travaux d’études sociales des sciences ou STS) : ma position
  8. 8. THÉORIES DE LA VÉRITÉ : LES POSITIVISTES La vérité est la correspondance exacte entre les mots (langage) et les choses (le réel, la réalité) • Position positiviste (ambition scientifique classique): trouver un langage qui décrirait le monde tel qu’il est « en lui-même », hors de tout point de vue ancré dans une culture, dans l’histoire. • Il y a une vérité qu’on peut « découvrir » à l’aide de la méthode scientifique. • Elle seule permet d’avoir accès à la vérité, car elle ne souffre d’aucun biais. Son langage doit être « épuré » de tout ce qui est local et culturel. • Elle est neutre.
  9. 9. THÉORIES DE LA VÉRITÉ : LES CONSTRUCTIVISTES La correspondance exacte entre les mots (langage) et les choses (le réel, la réalité) est impossible : le langage scientifique reste un langage issu de la culture. • Les discours (textes, énoncés, démonstrations, etc.) qui prétendent décrire la vérité font toujours partie des médiations du langage et de la culture: ils restent une production humaine ancrée dans l’histoire et l’espace. • Ce sont des énoncés, au même titre que des vers de poésie ou des paragraphes de romans, qui obéissent à des conventions et à une rhétorique. Ils font partie de la « construction sociale de la réalité ». • Un fait scientifique est un artefact (fabriqué par l’humain) pour rendre compte de manière très précise d’un aspect de la réalité qui intéresse son auteur (le chercheur ou la chercheuse), tout comme n’importe quel savoir.
  10. 10. THÉORIES DE LA VÉRITÉ : LES CONSTRUCTIVISTES • La science est un savoir humain parmi bien d’autres, mais qui a des prétentions universelles et qui bénéficie de ressources énormes et d’un prestige social très élevé (même s’il y heureusement des débats publics sur la science). • Un savoir scientifique n’existe que dans des formes concrètes qui sont toujours situées : un article dans une revue, un chapitre d’un livre, une conférence, un cours, etc. • Actuellement, ces formes obéissent au cadre normatif dominant de la science. • Mais il y a des cadres alternatifs qui apparaissent : la science ouverte, les épistémologies des Suds. • Les leaders de la science actuelle ont du mal à les reconnaître…
  11. 11. LE CADRE NORMATIF DOMINANT DE LA SCIENCE ACTUELLE Démarche scientifique à vocation universelle : • Revue de littérature • Question de recherche • Enquête ou expérience • Résultats • Évaluation par les pairs • Publication (en anglais) dans une revue reconnue et bien cotée • Citation par les pairs pour prouver la qualité • Stop, on passe à autre chose
  12. 12. L’ÉVALUATION PAR LES PAIRS • Au début de l’histoire de la science : création de sociétés savantes auxquelles étaient annoncés les travaux scientifiques. Ces sociétés existent toujours et publient désormais des revues. • Au 19e siècle, les scientifiques publiaient aussi dans les grands journaux. Aujourd’hui, c’est le rôle social des journalistes scientifiques. • Depuis la Seconde guerre mondiale : instauration du processus d’évaluation ou d’expertisation par les pairs dans les revues qui se consacrent à la science. Cette expertisation est devenue le critère de la « scientificité » de la publication.
  13. 13. LE PROCESSUS D’ÉVALUATION En anglais : Peer-review Toute revue qui reçoit un article le soumet à deux ou trois experts reconnus du domaine, en cachant le nom de l’auteur. Ce dernier ne connaît pas non plus le nom des évaluateurs (double-aveugle), de manière à assurer l’impartialité de l’évaluation. Les évaluateurs font des recommandations à l’auteur et à la revue. C’est sur cette base que le comité éditorial de la revue accepte ou non la publication de l’article. Exemple dans le EMBO journal (biologie) Le taux de rejet peut être élevé selon la place de la revue dans la hiérarchie des facteurs d’impact (nombre de citations dans d’autres textes) Processus fragile : fraude, mensonge, complaisance, préjugé, etc.
  14. 14. LE CADRE NORMATIF DOMINANT DE LA SCIENCE ACTUELLE Cette démarche scientifique à vocation universelle s’accompagne des normes suivantes : • Éthos de la science moderne : publier, partager, mettre en commun, pas d’ingérence du pouvoir ni de hiérarchie sociale au sein de la science : une « communauté » • Mais coupure fondamentale entre la science et les autres savoirs - division abyssale selon Santos • Les études universitaires sont la voie d’accès à la science : on doit souffrir, ça doit être long et difficile… Rituel d’intronisation dans la communauté scientifique. Tout ce qui obéit à ce cadre normatif = la science (en fait : la science qui revendique le statut de savoir universel sur la base de ce cadre normatif)
  15. 15. SCIENCE OU RECHERCHE? Comment distinguer entre science et recherche? - La recherche scientifique, c’est le processus de fabrication des connaissances au sein de l’institution scientifique, impliquant des acteurs, des organisations, des lieux et objets, une certaine culture de travail, etc. - Une publication scientifique, c’est la trace publique et pérenne d’un processus de recherche particulier, sous la forme d’un texte (en général, un article publié dans une revue scientifique). - La science, c’est l’ensemble de tous les textes ainsi produits et publiés qui obéissent au cadre normatif dominant. - Une science ou une discipline, c’est un ensemble de textes qui se citent et se répondent de génération en génération et qui sont enseignés à ceux et celles qui se forment à cette science.
  16. 16. UNE AUTRE SCIENCE EST POSSIBLE Il est possible de remettre en question le cadre normatif dominant et de proposer un cadre alternatif, surtout dans les pays du sud : le but de ce séminaire • Ouvrir la science • publier en libre accès • Faire de l’évaluation ouverte • Partager ses travaux, ses données et ses ressources sur le web et avec les médias sociaux • dialoguer, commenter (au lieu du secret et de la peur) • Ouvrir la recherche • intégrer des non-scientifiques au processus de recherche • Intégrer des savoirs autres que scientifiques : savoirs locaux traditionnels, expérientiels, politiques, etc. • Décider de l’agenda de la recherche selon les priorités de la société, le bien commun • Vos exemples et les miens

×