PAYSAGES DE
LA SCIENCE
CITOYENNE
FLORENCE PIRON
UNIVERSITÉ LAVAL ET ASSOCIATION
SCIENCE ET BIEN COMMUN, 2013
DEUX VISIONS
DIFFÉRENCIÉES DE LA
SCIENCE CITOYENNE
But de la communication : montrer qu’il existe, au sein des
paysages (d...
VISION 1 (MAJORITAIRE) : LA SCIENCE,
DEVENUE HOSPITALIÈRE, INVITE DES
PROFANES EN SES MURS
Cette science citoyenne fait un...
VARIÉTÉ DE CETTE
SCIENCE
COLLABORATIVE
Les bénévoles doués et généreux peuvent:
- Collecter des données pour contribuer à ...
LES SITES DE
SCIENCE CITOYENNE
En général, des sites très conviviaux, très bien conçus,
séduisants:
- National Garden biob...
PROMOTION DE LA
SCIENCE CITOYENNE
CAREN COOPER
Citizen science refers to public participation in genuine scientific resear...
EXEMPLE DU RÉSEAU
TELA BOTANICA
Analyse de Florence Millerand, Lorna Heaton et Serge Proulx, 2011 dans Connexions: communi...
UN CONSERVATISME
CACHÉ
Ma lecture:
- Tela Botanica, comme ces autres projets de science citoyenne
collaborative, contribue...
VISION 2 : LA SCIENCE CITOYENNE EXIGE
PLUS DE JUSTICE COGNITIVE ET UNE
TRANSFORMATION DE LA SCIENCE
HÉGÉMONIQUE
La justice...
L’ADJECTIF
« CITOYEN »
Une erreur grammaticale ? Peut-être…
Mais surtout un usage politique, non neutre, dans les mouvemen...
L’AGRICULTURE EN
INDE
- Graves problèmes d’insécurité alimentaire en Inde
- La solution Bayer-Monsanto: les cultures génét...
UNE AUTRE SCIENCE
CITOYENNE
En sciences sociales, il existe des projets avec une visée de
justice sociale et un effort con...
PROJET PHOTO-VOICE « JUSTICE
ENVIRONNEMENTALE ET RECHERCHE À VISÉE
PARTICIPATIVE : LA CROISÉE DES CHEMINS »
Question très ...
RÉSULTATS DE
PHOTOVERT
La prise de photo s'est avérée un moyen efficace pour
déceler et documenter six problèmes environne...
L’exposition Photo-vert lors de sa première présentation
(20 février 2013, Tamtam café)
HACKER LA SCIENCE
Biohackerspace – La Paillasse : donner des outils scientifiques
aux « citoyens » en colère, en tant que ...
BOUTIQUE DE
SCIENCES
Un dispositif original qui fait le pont entre
- les organismes de la société civile, les associations...
WIKIPEDIA
Le site le plus cité…
Anonymat des auteurs (vs focus sur le nom et le cv des
auteurs)
Révision et discussion per...
POLITIQUES
SCIENTIFIQUES
Ouvrir le débat sur les orientations de la science, pour qu’il
n’appartienne à aucun groupe ou lo...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Paysages de la science citoyenne

458 vues

Publié le

Conférence présentée au Forum mondial des sciences sociales, Montréal, octobre 2013

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
458
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Paysages de la science citoyenne

  1. 1. PAYSAGES DE LA SCIENCE CITOYENNE FLORENCE PIRON UNIVERSITÉ LAVAL ET ASSOCIATION SCIENCE ET BIEN COMMUN, 2013
  2. 2. DEUX VISIONS DIFFÉRENCIÉES DE LA SCIENCE CITOYENNE But de la communication : montrer qu’il existe, au sein des paysages (discours, pratiques, produits web) de la science citoyenne, deux visions qui ne sont pas compatibles, même si elles partagent un idéal d’ouverture et de participation collective à la connaissance en vue du bien commun. La première vision : la science citoyenne désigne la contribution de citoyens qui ne sont pas des chercheurs professionnels à différents corpus de connaissances scientifiques, notamment en biologie, en astronomie, en génomique, en botanique, etc. La deuxième vision : la science citoyenne désigne une exigence, celle de transformer la pratique scientifique dominante pour qu’elle s’ouvre à d’autres pratiques, d’autres types de savoirs, pour qu’elle transforme les principes de légitimation des savoirs et ses rapports à la démocratie et au politique en général.
  3. 3. VISION 1 (MAJORITAIRE) : LA SCIENCE, DEVENUE HOSPITALIÈRE, INVITE DES PROFANES EN SES MURS Cette science citoyenne fait une place à la participation de citoyens définis ici en creux comme des non-professionnels de la science, des profanes, des non- experts. - ne gagnent pas leur vie comme chercheurs - n’ont pas le statut social et les exigences de reconnaissance publique, de salaire et de carrière des chercheurs. - Sont passionnés, motivés par leur contribution à l’édifice de la science Innombrables exemples passionnants de projets de science citoyenne, centrés sur deux buts: - Améliorer les connaissances du monde naturel (tela botanica, observatoire des oiseaux, des chauve-souris, des forêts, etc.) - Résoudre collectivement des problèmes scientifiques: - Polymaths - Foldit (optimisation de la structure de certaines protéines dans un jeu vidéo_ - Galaxy Zoo (coder des données astronomiques) Pour plus d’exemples, voir ce tableau tiré de l’excellente synthèse de Franzoni et Sauermann 2013 sur la Crowd science
  4. 4. VARIÉTÉ DE CETTE SCIENCE COLLABORATIVE Les bénévoles doués et généreux peuvent: - Collecter des données pour contribuer à des corpus qui seront analysés par des chercheurs - Analyser des données qui leur sont fournies par des chercheurs et qui sont, de plus en plus souvent, accessibles sur le web - Résoudre des problèmes que leur posent des chercheurs L’utilisation d’Internet a acceléré le processus et le rend hi tech, grâce aux App pour téléphone intelligent (même en veille!), tutoriels, wikis et autres documents collaboratifs, énormes bases de données, etc. Le web 2.0 permet de mobiliser et de gérer les tâches de nombreux participants qui peuvent utiliser leurs outils numériques sans beaucoup de difficulté, avec la satisfaction de contribuer à la science. Des articles dans de grandes revues ont même été signés par des « citoyens »!
  5. 5. LES SITES DE SCIENCE CITOYENNE En général, des sites très conviviaux, très bien conçus, séduisants: - National Garden bioblitz - Forests watchers (surveiller des forêts) - Citizen Cyberlab Toutefois, ce sont surtout des sites qui servent au recrutement des citoyens et à la gestion et l’animation des communautés épistémiques qui se construisent autour des projets de science citoyenne. Peu d’informations sur la source du financement et le versant « bureaucratique » de ces projets, alors qu’il est énorme. Ce sont aussi des outils de promotion de la science – d’une science qui peut se rendre plus hospitalière et ouverte à tous.
  6. 6. PROMOTION DE LA SCIENCE CITOYENNE CAREN COOPER Citizen science refers to public participation in genuine scientific research, as simple as sharing observations of birds in backyards to as complex as tracing brain neurons online. Citizen science is the stress-free side of science: the games and hobbies of discovery that people enjoy in their leisure. Citizen science works because we are a curious species. From the last decade of studying the phenomena of citizen science, we have learned that citizen science co-creates highly reliable scientific knowledge and builds social capital. Co-created knowledge via citizen science is a hybrid: as quick and extendable as professional scientific knowledge and potentially integrated into our culture somewhat like traditional knowledge. Citizen science re- locates science into our daily lives, our hobbies, and our shared human culture. I work at one hub of citizen science, the Cornell Lab of Ornithology. Leave the Einstein hair to me and bring science out to you through the doors opened by citizen science. The sooner we learn to co-create knowledge, the better our chance to pull humanity through the complex challenges we face to create an environmentally, socially, and economically sustainable society.
  7. 7. EXEMPLE DU RÉSEAU TELA BOTANICA Analyse de Florence Millerand, Lorna Heaton et Serge Proulx, 2011 dans Connexions: communication numérique et lien social « La participation du grand nombre rend possible la production de nouveaux types de savoirs et contribue à redéfinir la communauté botanique en offrant une nouvelle visibilité au travail des amateurs » : • Le nom des citoyens amateurs est cité, à l’égal de celui des chercheurs : on visibilise, sur la plateforme, les amateurs en leur donnant une sorte de statut inédit, celui d’amateur-expert-contributeur apprécié. « Plus généralement, c’est la production de nouvelles connaissances, sur la base de critères scientifiques, qui a permis d’asseoir la compétence scientifique de la communauté épistémique, contribuant ainsi à établir sa crédibilité et sa légitimité dans le domaine de la botanique » • Le réseau Tela Botanica a été invité comme expert par le gouvernement français; les enseignants le donnent en référence dans les écoles, etc. Le fondateur de la communauté dit avoir eu le modèle de l’entreprise comme point de départ et, effectivement, cette communauté génère des revenus qui permettent l’embauche de 15 salariés, qui se consacrent à l’animation du réseau : une innovation sociale qui s’inscrit parfaitement dans l’économie du savoir. La conclusion de l’analyse: Tela Botanica, bien que composé de citoyens (= non professionnels) a permis la création d’une communauté épistémique qui a été reconnue comme experte, à l’égal des experts habituels.
  8. 8. UN CONSERVATISME CACHÉ Ma lecture: - Tela Botanica, comme ces autres projets de science citoyenne collaborative, contribue, bien que de manière originale, à l’édifice de la science « normale », conventionnelle. - Il ne remet en cause ni le modèle dominant, ni même la hiérarchie de l’expertise qui s’y manifeste (les catégories, les méthodes, les concepts). - Il s’agit en fait d’un nouveau mode de production de connaissances, d’une nouvelle méthodologie de recherche qui reste dans le paradigme dominant – même s’il conteste la fermeture de la science de laboratoire et veut lui faire prendre l’air. - L’insertion revendiquée de Tela Botanica dans l’économie du savoir est ici révélatrice d’un conservatisme caché derrière cette innovation sociale.
  9. 9. VISION 2 : LA SCIENCE CITOYENNE EXIGE PLUS DE JUSTICE COGNITIVE ET UNE TRANSFORMATION DE LA SCIENCE HÉGÉMONIQUE La justice cognitive : un concept qui vient de Shiv Visvanathan (1997) et qui a inspiré le Knowledge Swaraj Manifesto et qui exige la science occidentale moderne reconnaisse comme légitimes et valables différents types de savoirs, liés aux différents milieux de vie et accepte la dialogue entre les savoirs. Cognitive justice recognizes the right of different forms of knowledge to co-exist but adds that this plurality goes beyond tolerance or liberalism to an active recognition of the need for diversity. It demands recognition of knowledge: not just as method, but also as a culture and a way of life. This pre-supposes everything this Manifesto has argued for: that we need a pluralistic view of expertise, of science and technology, of knowledge and craft; that we recognize that knowledge is embedded in culture, that every knowledge has its own cosmology; […] that we need new engagement of civil society to build a social democracy with the knowledge democracy.
  10. 10. L’ADJECTIF « CITOYEN » Une erreur grammaticale ? Peut-être… Mais surtout un usage politique, non neutre, dans les mouvements sociaux des dernières années. « Citoyen » (comme « populaire ») = critique, engagé contre un ordre établi jugé insupportable, qu’il s’agisse du néo-libéralisme, de la mondialisation, de la corruption des élites, du désengagement de l’État, de la reproduction sociale fermée sur elle-même, des inégalités nord-sud, etc. Les projets « citoyens » expriment une c olère partagée par une communauté « politique » ou un mouvement social. Dans un contexte où les problèmes sociaux et environnementaux appellent à grands cris davantage de connaissances, il existe une science citoyenne qui exprime aussi une colère et un ras-le-bol contre une certaine manière de faire la science, imposée comme modèle unique – en particulier, l’économie du savoir et sa préférence pour la Big science et la science appliquée à l’innovation industrielle.
  11. 11. L’AGRICULTURE EN INDE - Graves problèmes d’insécurité alimentaire en Inde - La solution Bayer-Monsanto: les cultures génétiquement modifiées et tous les problèmes subséquents - La solution Bhoo Chetana (Bengaluru, Inde): régénérer les sols (affaiblis par la sécheresse) par un emploi judicieux, localisé, de nutriments. - 95 000 échantillons de sols envoyés par les fermiers de tout l’État du Karnataka à un centre de recherche qui, en échange, leur indique quels nutriments utiliser. - 10 000 facilitateurs engagés dans les villages - Production augmente de 20 à 30% - Les experts mondiaux du riz n’en reviennent pas… - “Bhoo means land and Chetana means rejuvenation. This initiative is to revive our agriculture which involves farmers, farm facilitators, extension workers, universities, research institutes and government,” explained S.V. Ranganath, Chief Secretary of Karnataka State Government, according to a release here on Monday by ICRISAT.
  12. 12. UNE AUTRE SCIENCE CITOYENNE En sciences sociales, il existe des projets avec une visée de justice sociale et un effort conscient pour subvertir le rapport social hiérarchique entre chercheurs et population étudiée : la recherche-action participative, surtout en santé communautaire et en travail social. Les « citoyens » co-chercheurs sont ceux qui sont étudiés; leur réflexivité peut nourrir la recherche si les chercheurs acceptent l’écoute. Ex: ARUCI – santé mentale Québec Brésil, avec un comité de pilotage paritaire. Projet de recherche de Thais Mikie de carvalho Otanari (Brésil) : dans quelle mesure cette participation à la gouvernance de la recherche et de la subvention se retrouve-t-elle dans les productions scientifiques?
  13. 13. PROJET PHOTO-VOICE « JUSTICE ENVIRONNEMENTALE ET RECHERCHE À VISÉE PARTICIPATIVE : LA CROISÉE DES CHEMINS » Question très large au départ : « Quelles sont les influences de l’environnement physique sur la santé des personnes en situation de pauvreté dans la région de Québec? » -8 à 10 rencontres avec un groupe de 15 citoyens d’un quartier défavorisé de Québec pour Cadrer les concepts, Développer la méthode et les outils, Clarifier les enjeux éthiques, Documenter, Analyser, Produire et Diffuser. -ParticipantEs: co-chercheurs ou de co-chercheuses, animatrice experte en gestion collective, photographe, saisie des données en temps réel, transcription rapide des verbatims. -Matériel : Appareils photos, impression des photographies, projection -Productions : Une installation artistique (Forêt d’arbres à photos) et cartes postales pour sensibiliser les décideurs municipaux.
  14. 14. RÉSULTATS DE PHOTOVERT La prise de photo s'est avérée un moyen efficace pour déceler et documenter six problèmes environnementaux majeurs qui affectent la santé dans le quartier pauvre: • La construction mal planifiée • L’ accès limité à la nature en ville • Le difficile accès à une saine alimentation • L’insalubrité des milieux de vie • La mauvaise qualité de l’air • Les entraves à la circulation des piétons et des cyclistes Résultats similaires à d’autres études plus conventionnelles.
  15. 15. L’exposition Photo-vert lors de sa première présentation (20 février 2013, Tamtam café)
  16. 16. HACKER LA SCIENCE Biohackerspace – La Paillasse : donner des outils scientifiques aux « citoyens » en colère, en tant que moyen de faire contrepoids à des expertises en laquelle ils ont perdu confiance. • Le DNA barcoding est une méthode d’analyse biologique très utile pour déterminer une signature génétique. Grace au DNA barcoding il vous est possible de connaitre de l’espèce d’une plante, d’un animal, d’un champignon, d’une bactérie,… Il vous est également possible de déterminer si un aliment est OGM ou pas. Et il est enfin possible de déterminer l’origine des viandes alimentaires (morceaux crus ou cuits) dans des produits agro- alimentaires et la présence de mélange de viande venant d’animaux d’espèces différentes. Le DNA barcoding est une méthode très utile pour toutes personnes souhaitant obtenir des réponses à ses questions. Hack your PhD / bidouille ton doc : faire une thèse en communauté, avec du financement collectif. Pb : trouver une université qui accepte cette expérience…
  17. 17. BOUTIQUE DE SCIENCES Un dispositif original qui fait le pont entre - les organismes de la société civile, les associations, les organismes communautaires ou d’économie sociale, mais aussi des organismes para-publics comme des écoles - Les étudiants universitaires des 3 cycles Dans le cadre de leur formation, ces derniers réalisent des projets qui répondent aux demandes des organismes pour des produits, des synthèses, mais aussi de la recherche. La demande vient de l’organisme, les étudiants y répondent sous la supervision de leur professeur. Ils sont payés en « crédits d’études ». Du transfert de connaissances dans les deux sens, du dialogue, ébranlement du mur entre la société et l’université. Un réseau international, Accès savoirs à l’Université Laval
  18. 18. WIKIPEDIA Le site le plus cité… Anonymat des auteurs (vs focus sur le nom et le cv des auteurs) Révision et discussion perpétuelle des articles Traductions dans toutes les langues Etc. = Subversion de la présentation classique du savoir…
  19. 19. POLITIQUES SCIENTIFIQUES Ouvrir le débat sur les orientations de la science, pour qu’il n’appartienne à aucun groupe ou lobby - Dans l’espace public - Dans l’espace parlementaire - Dans l’espace gouvernemental Une science qui n’est pas déconnectée de la société qui la finance et qui appuie ses institutions.

×