Journal de-guile-4

490 vues

Publié le

Fondation Guilé oeuvre pour le Pacte Mondial de développement durable

Publié dans : Immobilier
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
490
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Journal de-guile-4

  1. 1. JOURNAL DE GUILÉ « R ESPONSIBILITY CREATES VALUE » Mars 2011EDITORIAL sociétés dans lesquelles elle investit, il SOMMAIRE n’a pu répondre !Chers lecteurs, Ça laisse perplexe … QU’EST-CE QUE L’ENGAGEMENT? L’approche d’engagement des acteursD’après l’une des plus grandes … mais ça appelle aussi une réflexion européens, étudiée par le centre deétudes1 jamais réalisées, auprès sur les possibilités d’être un recherche de Novethicd’environ 1000 hauts responsables investisseur responsable. L’étuded’entreprises, 93% des CEOs bisannuelle d’Eurosif montre une LES FACTEURS DE SUCCÈSconsidèrent désormais la durabilité progression toujours impressionnante DE L’ENGAGEMENT DEScomme un élément critique du succès du marché des Investissements ACTIONNAIRESde leur société. Socialement Responsables (voir article Depuis de nombreuses années, des page 3), mais elle met l’accent au- études cherchent à déterminer lesD’importants investisseurs institution- jourd’hui sur l’évolution des pratiques critères essentiels pour exercernels suisses sont, depuis plusieurs de ce marché, qui draine en Europe l’influence des actionnairesmois, en réflexion pour mettre en 5’000 milliards d’euros ! sur les entreprisesplace une politique d’investissementqui prend clairement en compte les Les approches d’engagement et LE MARCHÉ ISR EN EUROPEfacteurs de développement durable et d’intégration prennent le pas sur les L’étude 2010 d’Eurosif montre unleur responsabilité d’actionnaire à premières méthodes d’investissement marché des Investissementslong terme. qui étaient basées sur le choix des Socialement Responsables toujours «meilleurs élèves» (best in class) ou aussi dynamique en EuropeMais sur les deux fronts, les sur des thèmes d’investissemententreprises et les caisses de pensions (comme le climat). Une recherche LE GLOBAL COMPACT APPELLE Àbuttent souvent sur la mise en approfondie publiée par Novethic en UNE ACTION RÉVOLUTIONNAIREpratique de cette vision. Ainsi des 88% février confirme cette tendance et Au World Economic Forum, lade CEOs qui pensent que leurs dissèque l’approche de l’engagement réunion organisée par la Fondationcritères de responsabilité devraient actionnarial (voir article qui suit). Guilé a accueilli un discoursêtre intégrés tout au long de leur déterminé de M. Ban Ki-moonchaîne de fournisseurs, plus d’un tiers La démarche d’engagement répondose admettre que cet objectif n’est certainement le mieux aujourd’hui àpas du tout atteint. la difficulté, à la fois pour les entreprises et pour les caisses deQuant aux caisses de pensions, on voit pensions, de mettre en œuvre une L’APPROCHEdavantage d’institutions publiques se vision de responsabilité d’entreprise D’ENGAGEMENT SOUS LAdoter d’un code de conduite et d’actionnaire : l’engagement a en LOUPE DE NOVETHICd’actionnaire responsable que de effet pour mission, à nos yeux,caisses de pensions des grandes d’accompagner l’entreprise dans la Publiée il y a un mois, cette étudeentreprises. mise en place de pratiques de l’agence française dresse un responsables tout en préservant la panorama des approches d’enga-Une anecdote, rapportée par le création de valeur économique pour elle et pour ses actionnaires. gement en Europe.Financial Times, raconte que le CEOd’Unilever ne souhaite voir que des Les définitions de l’engagementinvestisseurs motivés par une Par contre, l’engagement est certainement, dans l’univers des pouvant varier selon les acteurs et lescroissance durable et responsable à pays, Novethic propose la suivante :long terme, rejoindre les rangs de ses Investissements Socialement Respon- sables, la méthode qui nécessite le «L’engagement actionnarial désigne leactionnaires. Un de ses hauts fait pour un investisseur de prendredirigeants se plaignait d’ailleurs, lors plus de compétences spécifiques et surtout de légitimité (voir article page position sur des enjeux ESG etd’une conférence, que les d’exiger des entreprises viséesinvestisseurs ne posaient que 3) pour obtenir un réel impact. qu’elles améliorent leurs pratiquesrarement des questions sur la gestion dans la durée. Ces exigences sontsociale et environnementale de formulées via une démarchel’entreprise et restaient obsédés par Bonne lecture Doris Rochat structurée comprenant un dialogueles profits. Mais lorsqu’un membre de direct avec l’entreprise et un suivil’assistance a demandé comment la dans le temps.» 1 A New Era of Sustainabilitycaisse de pensions d’Unilever UN Global Compact-Accenture CEO Study 2010appréhendait les facteurs ESG des (suite page 2)
  2. 2. D’après l’étude d’Eurosif 2010, la de vote et un dialogue suivi avec les La SECONDE ÉTAPE du processus méthode d’engagement au sens large dirigeants. d’engagement est la «formulation des représente désormais 30% des 5000 attentes aux entreprises». Là encore, milliards d’euros du marché des Toutefois, la mise en œuvre est encore l’étude de Novethic2 relève des Investissements Socialement Responsa- relativement différenciée selon le pays, différences de pratiques. De façon bles en Europe à fin 2009. le type d’investisseur et de gérant, et la générale, les investisseurs ou leur représentant commencent par écrire au Président, au DG ou aux 2828 responsables adéquats pour leur communiquer leur analyse et leur demande d’amélioration. Mais le plus délicat et le plus efficace est de réussir à rencontrer les Directeurs en charge des questions ESG pour mettre en place 1514 un dialogue réellement constructif afin 1196 que – justement – le premier contact 986 ne reste pas «lettre morte». Ce dialogue est le cœur de l’action d’engagement. Sa réussite dépend à la fois de la légitimité de l’intervenant, et de la valeur ajoutée que l’entreprise perçoit dans l’analyse et les attentes rapportées au nom de ses actionnaires. Cet échange est obligatoirement encré Source: Eurosif European SRI Study 2010 dans le temps car la transformation des entreprises ne peut être instantanée. Le succès croissant de cette démarche structure mandatée pour l’engage- C’est la TROISIÈME ÉTAPE c’est-à-dire le est certainement lié à la sophistication ment. Certains sont plus activistes, «suivi» des réponses apportées et des des connaissances et des exigences des déposant des résolutions aux actions entreprises par la société. Il est investisseurs ISR. En effet, le recours Assemblées Générales, d’autres, donc essentiel que le dialogue se fasse jusqu’à présent fréquent aux notations tentant de remédier à l’absence des sur une base de respect et de pour choisir les meilleurs élèves, thèmes sociaux et environnementaux partenariat à long terme, sinon on est n’apportait ni la possibilité d’agir pour dans les ordres du jour des AG, y reçu une fois … pas forcément deux. responsabiliser une entreprise et prennent la parole publiquement pour fructifier son investissement à long aborder ces sujets. Par ailleurs, dans Les défis de l’engagement terme, ni l’assurance d’un quelconque certains pays comme la France, le impact en restant ostensiblement à gérant a l’obligation d’exercer les droits Les échanges fructueux avec les l’écart de la société. de vote ou d’expliquer ses motifs pour sociétés, ceux qui amènent année ne pas le faire, alors que dans d’autres après année la prise de conscience des L’intérêt, pour un actionnaire, de pays ce n’est pas encore une obligation attentes des investisseurs et choisir un gérant ou un véhicule de légale mais les meilleures pratiques l’amélioration de la gestion des enjeux placement qui pratique l’engagement, tendent vers ce résultat. ESG, se font donc dans un cadre réside principalement dans la gestion quelque peu confidentiel et privilégié. ACTIVE des enjeux extra-financiers qui Au-delà de l’exercice des droits de vote, peuvent représenter : il y a l’essence de l’engagement : le En même temps, si les investisseurs - des risques qu’il faut prévenir, dont dialogue direct avec la société. La demandent une grande transparence celui essentiel de la réputation (on a vu PREMIÈRE ÉTAPE de ce long processus aux entreprises, ils se doivent de la récente mobilisation des actionnaires consiste dans l’établissement des s’appliquer la même exigence. Le autours des risques liés à l’exploitation «thèmes d’engagement» ou en reporting des démarches d’engage- des sables bitumineux) ; d’autres termes, l’information ou ment est donc un défi de taille puisqu’il - des opportunités de développement l’analyse sur laquelle l’investisseur va se doit à la fois préserver le dialogue avec d’un positionnement concurrentiel baser pour engager le dialogue. Là les sociétés et restituer aux investis- dominant, en intégrant cette nouvelle aussi, les pratiques sont diverses: seurs la teneur de ces discussions. donne sociale et environnementale. certains gérants comme F&C vont prendre un sujet d’actualité ou défendu Enfin le défi ultime est de réussir à La mise en pratique de l’engagement par une ONG (comme la production évaluer l’impact, année après année, d’huile de palme), d’autres comme du dialogue auprès des entreprises, en L’engagement combine de plus en plus Guilé vont baser leur analyse sur un fonction des objectifs de départ. deux démarches, principaux vecteurs cadre normatif exhaustif comme les d’influence des actionnaires sur les principes du Global Compact des 2 Engagement actionnarial, une approche ISR2 entreprises: l’exercice actif des droits Nations Unies. Prometteuse – Recherche Novethic février 2011
  3. 3. LES FACTEURS DE de la société. Mais ce facteur est celui LE MARCHÉ ISR ENSUCCÈS DE qui a le plus évolué avec l’expérience, EUROPE depuis la théorie de Mitchell et al.L’ENGAGEMENT DES (1997), car il s’est révélé moinsACTIONNAIRES Le communiqué de presse d’Eurosif pertinent. L’analyse de Gifford propose d’y refléter plutôt «l’intensité de annonce que «le marché européenUne étude rafraîchit la théorie des l’engagement et les ressources qui lui de l’ISR a presque doublé depuisfacteurs essentiels au succès de sont dédiées ». 2008, malgré la crise financière. »l’influence des parties prenantes, en Le marché de l’ISR a donc fait preuveparticulier celle des actionnaires. Les facteurs modérateurs d’une grande capacité de résilienceEn 1997, Mitchell, Agle and Wood3 face à la crise financière puisque les Gifford propose d’ajouter aux troisdéveloppent un modèle sur «la actifs sous gestion sont passés de 2’700 facteurs dominants, trois autresprégnance des parties prenantes», milliards d’euros en 2008 à près de facteurs qui peuvent conditionner ledéfinie comme le degré de priorité que 5’000 milliards fin 2009 5. succès de l’engagement : le premier estles dirigeants donnent aux requêtes des la taille de l’actionnaire, facteur quidifférentes parties prenantes, y Manifestement la crise financière a été n’affaiblit pas forcément la démarche sicompris celles de leurs actionnaires. corrélée à l’augmentation de la la partie prenante n’est pas un grand demande de transparence vis-à-vis des investisseur, mais qui à l’inverse peutLes investisseurs devenant de plus en produits et des entreprises, en ligne lui donner plus d’influence siplus des actionnaires actifs à travers donc avec la philosophie de l’ISR. l’investisseur est un «poids lourd».l’exercice des droits de vote et ledialogue avec les sociétés, une étude Le marché de l’ISR continue à être Le second facteur est celui de lade E. James M. Gifford4 a cherché à dé- porté par les investisseurs institu- coalition, ou collaboration, avecterminer les facteurs qui contribuent au tionnels, particulièrement actifs dans d’autres parties prenantes. Il apparaîtsuccès de la démarche d’engagement les pays comme la Hollande, la Suisse, assez évident qu’une démarchedes actionnaires. les pays nordiques et la Grande- conjointe avec une ONG (comme Bretagne. Greenpeace) ou un représentantBasée sur la théorie de Mitchell et al. législatif/normatif (comme le Global(1997), cette étude part des trois Par ailleurs, la grande majorité des Compact des Nations Unies) contribueattributs définis alors comme les plus acteurs interrogés prédisent que la à renforcer l’influence globale sur laproéminents pour attirer l’attention croissance du marché de l’ISR société.des dirigeants : LE POUVOIR, LA continuera à être alimentée par laLÉGITIMITÉ ET L’URGENCE. Elle affine demande des investisseurs institu- Le troisième facteur est le pluset complète ces trois éléments de base, tionnels, mais aussi par les grandes pertinent : les valeurs des dirigeantsmais valide toujours le concept général initiatives globales d’investisseurs interpelés. On observe souvent quede la théorie de départ, datant de plus comme les Principes pour l’Investis- lorsqu’un engagement peine à trouverde 10 ans. sement Responsable (UNPRI). un écho au sein de la société, un changement de membres de laLes trois facteurs dominants Direction ou le relais de dirigeants Les 4 facteurs principaux de croissance partageants les mêmes valeurs peuvent du marché de l’ISR pour les 3 pro-Le pouvoir détermine dans quelle faciliter et encourager le changement. chaines années:mesure l’actionnaire va pouvoirimposer sa volonté à l’entreprise. Ce Conclusionpouvoir peut être la capacité de nuire àla réputation de la société, d’affecter Cette étude conclut donc à l’impor-son cours boursier par un tance de ces facteurs de succès dansdésinvestissement ou encore d’exercer l’engagement des actionnaires avec:un lobbying législatif pour lui forcer la une prédominance de la légitimitémain. comme facteur essentiel d’influence, la proposition de modifier l’urgence dansLa légitimité couvre en premier lieu un sens d’intensité de l’engagement, etévidemment l’expertise et donc la la prise en compte des valeurs decrédibilité des représentants des l’entreprise et de ses dirigeants. Source: Eurosif European Survey, 2010actionnaires, la cohérence des requêtesavec la réalité de l’entreprise, la validité 3 Toward a theory of stakeholder identification L’étude montre par contre le défides arguments exposés voire le cadre and salience: defining the principle of who and croissant de définir et de segmenter lelégislatif et/ou normatif qui les what really counts Mitchell, Agle & Wood, 1997 marché ISR étant donné son lien desoutiennent. plus en plus étroit avec la gestion 4 Effective shareholder engagement: the factors classique voire son intégration dans unL’urgence est concrétisée par that contribute to shareholder salience seul et unique processus.l’immédiateté de l’attention que E. James M. Giffordl’actionnaire réussit à attirer de la part Université de Sydney, 2009 5 European SRI Study, 2010 - Eurosif 3
  4. 4. LA FONDATION GUILÉ Le Global Compact : CHAQUE ANNÉE À DAVOS « Appel à une action révolutionnaire pour le développement durable » World Economic Forum les gouvernements et la société civile. Entre sécurité mondiale et pérennité mondiale. C’est bon pour les affaires, pour les politiques, pour la société », a ajouté Ban Ki-moon. C’est lors de cet événement qu’a été lancé le «Global Compact LEAD», initiative inspirée par la Fondation Guilé dans le cadre de la stratégie du Global Compact pour les dix prochaines années. Ce programme regroupe une cinquantaine de sociétés à l’avant- garde des efforts du secteur privé pour lutter contre les déséquilibres sociaux, le changement climatique et promou- voir une croissance verte, et qui veulent donner l’exemple en tirant vers le haut le reste des entreprises signataires du Global Compact. Lors de la traditionnelle conférence Nous avons besoin d’une révolution. déjeuner de la Fondation Guilé le 28 Une révolution de la pensée. Une «Quand des sociétés prennent en main janvier dernier à Davos, le Secrétaire révolution de l’action. Une révolution des problèmes de développement général de l’ONU, Ban Ki-moon, devant du libre échange pour un durable en les intégrant à leurs près de 100 décideurs, a appelé à une développement mondial durable. Pour opérations et leurs stratégies, année «action révolutionnaire» pour assurer que cela se produise, nous devons être après année, vous envoyez un signal un développement durable, estimant prêts à des changements majeurs – fort», a souligné Ban Ki-moon. que le modèle économique du siècle dans nos modes de vie, notre passé, fondé sur une consommation organisation sociale et notre vie «J’attends de ce réseau qu’il soit un irréfléchie des ressources naturelles, politique », a-t-il estimé. facteur indispensable et fondamental était suicidaire. pour mobiliser et développer des Mais le problème pour Ban Ki-Moon, solutions durables. A l’ONU, nous «Au cours du siècle dernier, la c’est que le monde «manque de ferons de notre mieux pour soutenir croissance économique a été alimentée temps». «Du temps pour lutter contre vos efforts, mais nous reconnaissons par ce qui semblait être une vérité: le changement climatique. Du temps aussi que la plupart du travail est entre l’abondance des ressources naturelles. pour construire une croissance verte vos mains. Merci pour votre Nous avons miné notre chemin vers la pérenne. Du temps pour générer une engagement», a-t-il conclu. De croissance. Nous avons brûlé nos révolution de l’énergie propre». nombreux représentants d’entreprises ressources vers la prospérité. Nous se sont tournés vers la Fondation Guilé avons cru à la consommation sans « Mettez en œuvre ces 10 principes (du lors des débats, en demandant de conséquences. Ces jours sont révolus», Global Compact) dans vos stratégies, l’assistance dans l’application concrète a répété Ban Ki-moon devant les vos opérations, vos chaînes de ces grandes intentions. La Fondation participants du quatrième séminaire d’approvisionnement. Ensemble, abat- va tenter, au cœur du LEAD, d’assister déjeuner de la Fondation Guilé dans le tons les murs. Les murs entre dévelop- ces entreprises, dans la mise en place cadre du World Economic Forum de pement économique et changement de leurs stratégies de développement Davos. climatique. Entre le monde des affaires, durable. «Au 21ème siècle, les ressources commencent à baisser, alors que le Journal publié par de Pury Pictet Turrettini & Cie S.A. thermomètre mondial est en train de Fonds Guilé - 12 rue de la Corraterie - 1204 Genève - +41 22 317 00 30 - monter. Le changement climatique Contacts: nous montre que l’ancien modèle est Mme Doris Rochat (rochat@ppt.ch) et M. Melchior de Muralt - www.ppt.ch devenu obsolète. Qu’il est devenu Les trois premiers Nos du Journal de Guilé sont accessibles sur le site internet dans la extrêmement dangereux. Ce modèle rubrique Documentation des Fonds Guilé. est une recette pour des désastres nationaux. C’est un pacte pour un La Fondation Guilé - Domaine de Guilé - Route du Mont Renaud 19-21 suicide mondial», a-t-il poursuivi, avant 2926 Boncourt - www.guile.net de s’interroger publiquement sur la Parution: 25 mars 20114 réponse à apporter à cette situation.

×