19 
1993 â g e d e r a i s o n 
LIVRE_FDefi_2_OK.indd 44 15/10/09 15:03:11
Il fallait un professionnel expérimenté pour faire mûrir 
France Défi : René Ricol a choisi Gérard Petiteau. 
97 
LIVRE_FD...
46 
Rigoureux, rigide, sévère… la réputation 
de Gérard Petiteau tranche avec celle de 
son ami René Ricol. Certes, ils on...
47 
P e t i t e a u 
À cette époque, il est déjà très proche de 
René Ricol dont il loue « l’intelligence, la 
rapidité d’...
o n t r e v e n t s 
1993-1997 
Redresser la barre du navire France Défi : 
Sa feuille de route 
l’unanimité, loin s’en fa...
49 
e t m a r é e s telle fut la mission de son nouveau capitaine, Gérard Petiteau. 
– optimiser et rationnaliser – récusé...
50 
développer la solidarité entre les 
cabinets via une plus grande implication 
des adhérents, mettre en place une polit...
Lors des élections législatives, 
la droite remporte une large 
victoire. Nommé Premier ministre 
par François Mitterrand,...
52 
commune : acquérir des compé-tences 
et des savoir-faire pour recher-cher 
des missions auprès des collectivités 
loca...
Dans le monde... 
1994 
Le sens du partage Le Conseil constitutionnel censure 
120 pays signent l’acte 
de naissance de l’...
54 
Donner de l’envergure Une nouvelle méthode : 
Adhérent de la première heure, 
comment défi nissez-vous le réseau ? 
C’...
Dans le monde... 
1994 
LA FRANCE AU RWANDA 
Turquoise, intervention « militaire 
et humanitaire » au Rwanda. 
Le 6 avril,...
56 
nouveau départ afi n de proposer des programmes 
par catégorie d’effectifs selon leur ancienneté 
professionnelle, leu...
Dans le monde... 
1995 
INAUGURATION DE LA BNF 
Bibliothèque nationale de France 
(BNF) est inaugurée. Voulue 
par Françoi...
En 1993, afi n de supprimer la communication 
papier entre les cabinets et la direction du réseau, 
rechercher des compéte...
En juin 1996, Élisabeth Jaquin présente au Conseil des associés 
un projet informatique destiné à être déployé dans l’ense...
1993-1997 
60 
Recentré sur ses activités « coeur de métier » et en bonne voie 
vers l’équilibre fi nancier, France Défi p...
61 
À la nécessaire période de rigueur, 
sans concession, succèdent des 
temps plus apaisés qui vont per-mettre 
de récolt...
62 
est décliné en trois formules : « Tréso-rerie 
» pour les TPE, « BNC » pour le 
médical et paramédical, et « Engagemen...
Dans le monde... 
1995 
ASSASSINAT 
D’’YITZHAK RABIN 
63 
réfl exion stratégique et la pérennité de 
leur entreprise. Ce s...
1993-1997 
64 
VIDÉOTRANSMISSION : CLAP DE FIN 
Le rendez-vous annuel des 
adhérents du réseau avec 
la vidéotransmission ...
Dans le monde... 
1996 
FIN DE LA GUERRE CIVILE AU GUATEMALA 
65 
(CCI), au terme duquel quinze man-dats 
reviendront à de...
t é m o i n 
Pour préparer son plan d’actions 
1995/1996, Gérard Petiteau ana-lyse 
le réseau tel qu’il fonctionne et 
se ...
67 
La force de liens solides 
Lors de la discussion menée à la suite de la 
présentation de l’analyse de Gérard Petiteau,...
L e s v o y a g e 1993-1997 
68 
L’étude de la profession 
comptable, au Maroc (1994) 
Pour le tout premier voyage France ...
69 
s d ’ é t u d e 
Des hiéroglyphes aux NTIC, en Égypte (1997) 
Croisière exceptionnelle de Louxor à Assouan, sur un bat...
70 
De l’écoute 
et du soutien 
Quel a été le rôle de France Défi 
dans l’évolution de votre cabinet ? 
Il a été prépondér...
Dans le monde... 
1997 
VICTOIRE DE LA GAUCHE 
lors des élections législatives 
anticipées avec 319 sièges contre 257 
à l...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Ouvrage 20 ans de France Défi - Acte 2 : 1993-1997 / ÂGE DE RAISON

498 vues

Publié le

Ouvrage 20 ans de France Défi - Acte 2 : 1993-1997 / ÂGE DE RAISON
Contre vents et marées
Optimiser et rationaliser le fonctionnement de France Défi : c’est la mission de son nouveau capitaine, Gérard Petiteau, qui changera le cap du réseau…
En 1989, nous avions lancé le premier groupement français d’experts-comptables et de commissaires aux comptes. Ce livre, édité en 2009 pour le 20e anniversaire du groupement, était dédié à tous ceux qui ont fait, font et feront le succès de France Défi. En 2014, France Défi, est 1er Groupement Français d'Experts-Comptables et de Commissaires aux Comptes Indépendants en France. Cet ouvrage constitue toujours l’ADN du groupement, le socle de son développement. www.francedefi.fr

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
498
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ouvrage 20 ans de France Défi - Acte 2 : 1993-1997 / ÂGE DE RAISON

  1. 1. 19 1993 â g e d e r a i s o n LIVRE_FDefi_2_OK.indd 44 15/10/09 15:03:11
  2. 2. Il fallait un professionnel expérimenté pour faire mûrir France Défi : René Ricol a choisi Gérard Petiteau. 97 LIVRE_FDefi_2_OK.indd 45 15/10/09 15:03:11
  3. 3. 46 Rigoureux, rigide, sévère… la réputation de Gérard Petiteau tranche avec celle de son ami René Ricol. Certes, ils ont pour points communs la droiture et la fi délité. Mais c’est sans doute parce que le reste les oppose que le fondateur de France Défi l’a choisi pour adapter son rêve à la réalité. Interrogé sur sa vie, son parcours, Gérard Petiteau est peu prolixe. « Tout est dans le Who’s who... », sourit-il. Réservé, il ne s’étend ni sur sa vie familiale ni sur son goût de la peinture contemporaine. Il passe même sous silence sa Légion d’honneur. Point de sentiment, seuls semblent importer les faits et sa détermination à faire évoluer la profession. C’est donc à travers une bio-graphie factuelle que s’esquisse le portrait de Gérard Petiteau. Né en 1934 en Vendée, ce fi ls de comptable s’est d’abord destiné au Barreau. Mais la condamnation à mort du client de l’un de ses meilleurs copains – jeune avocat commis d’offi ce peu armé pour un procès aux Assises – a changé son plan de carrière. Son doctorat en Droit en poche, il s’oriente fi na-lement vers l’expertise comptable, précur-seur sans le savoir de la pluridisciplinarité… En 1960, après deux ans passés sous les drapeaux, la vie professionnelle de Gérard Petiteau débute sous le signe de la chance. G é r a r d Il s’embarque pour Paris à bord de sa 2 CV, direction l’Ordre des experts-comptables. L’après-midi même, il décroche un ren-dez- vous à la Fiduciaire Continentale et dans la foulée un poste. « Une époque formi-dable, où tout était possible », se souvient-il. Patron dans l’âme, il fonde trois ans plus tard son premier cabinet, à Nantes. Puis il se rapproche d’un cabinet de Tours et d’un autre d’Angers. Les trois structures, fusion-nées en une seule, donneront naissance à Foréo, entité la plus importante de l’ouest de la France. « Nous étions alors un certain nombre de jeunes experts-comptables à avoir le sentiment que notre profession devait évoluer et s’émanciper des pratiques très circonscrites de nos prédécesseurs et confrères. » Une intuition collective confi rmée au début des années 1970 lors d’un voyage d’étude aux USA, et plus précisément lors d’un rendez-vous dans le saint des saints avec le directoire d’Arthur Andersen. Lequel, réuni au grand complet, non seulement défl ore ses velléités d’expansion mondiale « en démarrant par l’Europe et la France ( !) » ; mais, surtout, transmet de bonne grâce, à la deman de des Français, ses méthodes de travail. Une aubaine autant qu’une révélation pour Gérard Petiteau. Analysées et adaptées, ces nouvelles techniques vont bouleverser les pratiques et enrichir les cabinets qui souhaitent partir à l’assaut des grands comptes. À l’instar d’Helios France, dont il prend la direction générale en 1973. Six ans plus tard, il la quitte pour créer Petiteau Scacchi. Ses res-ponsabilités dans le cabinet, devenu membre de Price Waterhouse, le conduiront à intégrer le comité de direction européen du réseau anglo-saxon. « Nous avons alors complètement changé d’image et d’échelle. En termes de vision globale, de qualité, de formation, de techniques, l’apport de Price Waterhouse a été considérable. » Des chiffres et des lettres QUAND J’AI PRIS LA DIRECTION GÉNÉRALE DE FRANCE DÉFI, MA CARRIÈRE PROFESSIONNELLE ÉTAIT TRÈS AVANCÉE. J’AI ACCEPTÉ LA PROPOSITION DE RENÉ RICOL CAR JE SAVAIS QUE C’ÉTAIT POUR MOI L’OPPORTUNITÉ DE MIEUX CONNAÎTRE UN SECTEUR D’ACTIVITÉ - L’EXPERTISE COMPTABLE - TOUT EN OFFRANT AU RÉSEAU MES COMPÉTENCES EN GESTION DE CABINETS. 1993-1997 LIVRE_FDefi_2_OK.indd 46 15/10/09 15:03:11
  4. 4. 47 P e t i t e a u À cette époque, il est déjà très proche de René Ricol dont il loue « l’intelligence, la rapidité d’analyse et la fi ne connaissance des relations humaines ». Lorsque ce dernier lui propose en 1992 de structurer et de pro-fessionnaliser France Défi , il accepte et sera l’homme de la situation. « Qu’elles soient bonnes ou mauvaises, je suis un homme capable de prendre des décisions. Ce fut un atout déterminant pour le réseau qui cherchait son identité et son positionnement. » Sa mission accomplie, en 1998, le jeune retraité Gérard Petiteau n’entend pas se reposer. Il propose bénévolement son savoir-faire d’auditeur au Comité de la Charte du don en confi ance, organisme chargé de contrôler les comptes d’associa-tions caritatives. Depuis 2007, il préside également l’Institut pour l’emploi (IPE). Homme de chiffres parvenu au faîte de son secteur professionnel, il n’en n’est pas moins un homme de lettres qui distille sa vision et ses conseils au gré de ses ouvrages. Le prochain est annoncé pour 2010. QUAND JE SUIS ARRIVÉ, LES GENS ÉTAIENT PLUTÔT RÉSERVÉS À MON ÉGARD. JE LES AI BEAUCOUP SECOUÉS, BRUTALISÉS, MAIS NOUS AVONS CONSTRUIT AU FIL DES ANS UNE RELATION DE CONFIANCE, FRANCHE ET RESPECTUEUSE. CELA ÉTANT, LES MEMBRES DU RÉSEAU N’ONT PAS SU APPLIQUER UNE STRICTE DISCIPLINE PROFESSIONNELLE ; NOUS SOMMES ALORS PASSÉS À CÔTÉ DE QUELQUE CHOSE... LIVRE_FDefi_2_OK.indd 47 15/10/09 15:03:12
  5. 5. o n t r e v e n t s 1993-1997 Redresser la barre du navire France Défi : Sa feuille de route l’unanimité, loin s’en faut. J’ai dû convaincre les membres que je n’allais pas faire un copié-collé de méthodes que j’avais déjà expéri-mentées avec succès mais du cousu-main afi n de calibrer l’offre de France Défi à leurs besoins réels », se souvient l’intéressé. Car si offi - ciellement le nouveau directeur général doit professionnaliser le réseau, sa mission initiale se résume, surtout les deux pre-mières années, à « dégraisser le mam-mouth » pour reprendre la célèbre expres-sion de Claude Allègre. Autrement dit, tailler dans le vif des effec-tifs et des frais de fonctionnement avec comme maîtres-mots rationalisation et discipline. Pour donner du corps, de la tenue, à la vision de René Ricol. Réorganiser en profondeur et manager par projet Plus qu’un changement, l’ère Petiteau fut une révolution culturelle ! En succédant à Jean-Charles de Lasteyrie, qui devient vice-président, Gérard Petiteau se voit confi er trois objectifs majeurs : appro - fondir les compétences Métier, La tâche fut aussi ing r a t e qu’ardue. Afi n de conduire France Défi – structure polymorphe en quête d’identité – vers la maturité, il a fallu toute l’expérience, les compétences et la détermination sans faille de Gérard Petiteau. Adoubé le 1er octobre 1992 par René Ricol, qui le présente comme « le professionnel le plus compétent de France », cet expert-comptable et docteur en droit rôdé aux usages de la vie de réseau sait que cette recommandation élogieuse n’est qu’un habit d’apparat. Sa nomination fait jaser – c’est un transfuge du concurrent anglo-saxon Price Waterhouse – de même que sa réputation d’homme de rigueur peu versé dans l’art du consensus, mana-gement par défaut du France Défi de l’époque. « René Ricol m’a imposé à la di-rection opérationnelle du réseau. J’ai accepté de bonne grâce, par amitié et respect pour lui. Mais je savais que mon arrivée ne faisait pas allait pourtant permettre au réseau ••• LIVRE_FDefi_2_OK.indd 48 15/10/09 15:03:12
  6. 6. 49 e t m a r é e s telle fut la mission de son nouveau capitaine, Gérard Petiteau. – optimiser et rationnaliser – récusée par bon nombre de membres, Devant une assemblée nombreuse, à nouveau réunie au Méridien Montparnasse, l’intronisation de Gérard Petiteau a lieu au cours de la quatrième convention. de retrouver le bon cap. LIVRE_FDefi_2_OK.indd 49 15/10/09 15:03:12
  7. 7. 50 développer la solidarité entre les cabinets via une plus grande implication des adhérents, mettre en place une politi-que de missions. Se recentrer pour gagner en effi cacité Le plan d’actions qu’il présente au printemps 1993 traduit bien le recentrage de France Défi vers une organisation technique. Les axes prioritaires sont le redécoupage régional, le renforcement de la formation, la mise en place d’une charte graphique, l’amélioration de la lettre d’information clients Conseil Expert. Il revoit la liste et la composition des comités de pilotage et redéfi nit également le rôle de la direction du réseau (l’équipe des « permanents »). Cette dernière, déjà appelée DR, n’échappe pas au plan de rigueur orchestré avec une volonté de fer par Gérard Petiteau. La PME, qui avait 1993-1997 La direction du réseau se réduit encore fi n 1993. Elle passe de quatorze à huit personnes : Élisabeth Jaquin devient responsable du fonctionnement de cette équipe au plan administratif, en plus de ses fonctions Métier. Elle reste assistée par Katya Ponza pour la formation, Conseil Expert et France Défi Info. Jean Cambouris est le comptable unique. Gérard Petiteau assure la Direction générale à temps partiel. Gérard Petiteau Directeur général Élisabeth Jaquin Responsable administrative, de la formation et de la méthodologie Nicole Roddier Collabore à temps partiel à l’animation des régions Jean Cambouris Chef comptable Gilles de Courcel En charge de dossiers ou actions ponctuelles Marc Pierre Responsable de l’informatique, dans tous les projets du réseau et du projet TPE Véronique Bicheron-Ricol En charge de la communication Erik Gendre-Ruel En charge du développement du réseau et du recrutement de nouveaux associés LA DIRECTION DU RÉSEAU EN 1993 ••• Frédérique Godfrin Responsable juridique Katya Ponza Assistante d’Élisabeth Jaquin pour la formation, Conseil Expert et France Défi Info Christelle Proust Isabelle Rivière Nathalie Thomas s’occupent du secrétariat et de la gestion de certains outils. Pascale Verneuil LIVRE_FDefi_2_correcs.indd 50 19/10/09 10:45:07
  8. 8. Lors des élections législatives, la droite remporte une large victoire. Nommé Premier ministre par François Mitterrand, Édouard Balladur prend la tête du deuxième gouvernement de cohabitation de la Ve République. 51 21-28 mars Le suicide de l’ancien Premier ministre Pierre Bérégovoy crée en France une immense émotion. Figure à part dans le paysage politique, les circonstances de sa mort restent, aujourd’hui encore, controversées. 1er mai Entrée en vigueur du grand marché unique européen. Il autorise la libre circulation des marchandises et des capitaux, créant ce qui deviendra le plus grand marché commun du monde. 1er janvier MARCHÉ UNIQUE EUROPÉEN ACCORDS ISRAÉLO-PALESTINIENS À Washington, Israéliens et Palestiniens, représentés par Yitzhak Rabin et Yasser Arafat, se reconnaissent mutuellement, et engagent l’autonomie des territoires occupés par Israël en Palestine. C’est la conclusion de négociations secrètes menées depuis le début de l’année, à Oslo. 9-13 septembre Le traité de Maastricht sur l’Union européenne entre offi ciellement en vigueur. 1er novembre connu une croissance quasi-exponentielle, devient une TPE.« Une très petite équipe de quatorze personnes toujours animée par une farouche volonté d’innovation et d’expertise », indique Élisabeth Jaquin, à l’époque res-ponsable administrative et Métier de cette DR revisitée (voir l’organigramme ci-contre). Le Comité stratégique est rebaptisé Conseil exécutif et comprend désormais vingt personnes (coordinateurs, responsables des projets ou présidents de Comités de pilotage et membres ès qualités). Plus de performance pour les régions Une commission de contrôle des cotisa-tions est mise en place avec un repré-sentant par interrégion. Un autre est présent dans chaque Comité de pilotage. Pour irriguer d’un sang neuf le réseau et responsabiliser les cabinets, les trente régions françaises sont regroupées en neuf interrégions, chacune animée par un coordinateur élu par les cabinets de la région, et travaillant en collaboration avec un « correspondant » de l’équipe de direc-tion. Cette réorganisation structurelle sera optimisée deux ans plus tard avec une nouvelle réduction du nombre d’inter– régions (qui seront donc fi nalement sept), et la mise à disposition de deux coordina-teurs pour chacune d’entre elles. Le dispositif de Gérard Petiteau invite égale-ment les cabinets d’une même région dis-posant d’une communauté d’intérêt et partageant la volonté de développer de nouvelles clientèles à se regrouper en société indépendante. Les deux premières à voir le jour sont, en 1993, celles de Fabrice Trinh (France Défi Méditerra-née) et de Jean-François Laffont (France Défi Midi-Pyrénées). Leur ambition ••• Dans le monde... 1993 , LIVRE_FDefi_2_OK.indd 51 15/10/09 15:03:13
  9. 9. 52 commune : acquérir des compé-tences et des savoir-faire pour recher-cher des missions auprès des collectivités locales. « France Défi est un réseau d’indé-pendants qui veulent le rester, formant un ensemble hétérogène à forte représentation géo-graphique. L’ambition essentielle est d’assu-rer la pérennité et le développement de ses membres dans un environnement de plus en plus concurrentiel », explique Gérard Petiteau dans le numéro de mars de la lettre d’information France Défi Info, désor-mais – austérité oblige – bimestrielle, moins luxueuse, mais diffusée plus lar-gement afin de favoriser la communi-cation interne. Une nouvelle société, pour développer l’activité audit C’est aussi dès 1993 que la société ano-nyme Junon est créée. Elle regroupe tous les cabinets France Défi ayant une activité audit signifi cative auprès de belles PME et souhaitant développer leurs compétences en la matière. Dans la foulée, cette nouvelle structure constitue une association technique avec Arthur Andersen appelée A2A (co-présidée par Alain Cheval) afin de permettre à la clientèle de commissariat aux comptes de bénéficier d’une signature inter-nationale. Une démarche de bench-marking entre les cabinets concernés 1993-1997 Charte graphique : dès la fi n de l’année 1992, le réseau, en recherche de cohérence, optimise ses outils. Adopter son identité visuelle devient obligatoire pour les cabinets membres. ••• est rapidement mise en oeuvre par Junon. Elle servira de modèle aux ateliers Mana gement animés par Gérard Petiteau à partir de 1995. Au doigt et à l’oeil… Le régime sec, imposé plus que proposé par le directeur général, s’accompagne d’une nouvelle règle d’or devant, selon lui, être « suivie sans faille car c’est la seule solution, en l’absence de lien hiérarchique et capitalistique, pour développer le réseau ». Que dit cette règle ? Que chaque mem-bre doit appliquer les décisions de la direc-tion du réseau, même s’il n’a pas été partie prenante de celles-ci. En d’autres termes, que chacun doit accorder sa confi ance aux décisions prises et accepter l’autorité ! Cette nouvelle pilule prescrite sur une ordonnance déjà bien fournie passe mal. Adieu les sacro-saints tours de France « à la Ricol » pour expliquer, débattre et convaincre ! Désormais, la tête de réseau impulse les dynamiques, orchestre les grandes orientations. Un nouveau mode de calcul des cotisations élaboré avec le Conseil exécutif sur la base du chiffre d’affaires (et non plus sur le nombre d’associés) est soumis pour acceptation aux membres. Seuls cent vingt cabinets sur deux cent cinquante approuveront cette nouvelle modalité. L’utilisation de la première charte graphique de France Défi est obligatoire. Des exemples parmi d’autres qui illustrent un fonctionnement du réseau vécu par certains comme autocratique. Résultat, les départs de France Défi sont nombreux entre 1993 et 1994. ••• LIVRE_FDefi_2_OK.indd 52 15/10/09 15:03:14
  10. 10. Dans le monde... 1994 Le sens du partage Le Conseil constitutionnel censure 120 pays signent l’acte de naissance de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), qui siège à Genève. Un Organe de règlement des différends (ORD) est institué pour sanctionner les États irrespectueux du principe de la liberté du commerce et de la concurrence. 53 Selon vous, France Défi a révolutionné l’approche du métier d’expert-comptable. Quel a été l’apport de Gérard Petiteau ? Je suis de ceux qui pensent qu’il faut rêver, mais qu’il est ensuite important de savoir quitter cet état pour mettre en oeuvre les idées. René Ricol a créé l’appétence, a défi ni l’horizon. Gérard Petiteau a labouré le sillon. Il l’a fait avec une force tranquille emprunte de fermeté et de délicatesse. Ce fut pour moi l’homme du pragmatisme. Si France Défi peut aujourd’hui parler de son avenir avec sérénité, c’est certes parce qu’il est dirigé par un homme responsable – Alain Cheval – mais aussi parce qu’il y a eu un Gérard Petiteau aux commandes ! France Défi était une grande idée. C’est devenu une belle entreprise. Vous avez quitté le réseau en 1995. Quels sont les souvenirs forts que vous conservez en mémoire ? Le respect mutuel et partagé entre les associés ; la relation d’amitié qui s’est très rapidement créée à l’intérieur de France Défi et qui perdure toujours. Sur le plan professionnel, cela m’a donné le sens de l’ouverture et de l’échange avec des confrères d’autres régions. Et mes différentes fonctions au sein du réseau m’ont mis le pied à l’étrier de la représentation professionnelle collective puisque j’ai ensuite été élu dans un certain nombre d’instances, et même été président. France Défi est-il toujours utile en 2009 ? Oui, car cette plate-forme collaborative accessible à tous qu’est France Défi constitue une solution souple, peu contraignante et d’un excellent rapport qualité/prix pour développer la performance et la productivité de son cabinet. On intègre le réseau pour des raisons techniques. On y reste pour ce « supplément d’âme » qui fait sa force et sa richesse, et brise la solitude du professionnel qui exerce à titre individuel. Pouvez-vous conclure cet entretien en un mot ? France Défi – en conclusion provisoire, car la pérennité est assurée, en ce qu’il est une réponse à un besoin réel – c’est René Ricol, et je reconnais en lui un inventeur de grand talent, un homme qui sait défi nir les horizons et donne envie de le suivre. Je lui dis donc, avec amitié, merci. la disposition principale du texte modifi ant la loi Falloux. L’abrogation de la loi, semblant favoriser l’école privée, avait provoqué l’ire des défenseurs de l’école publique, qui manifestèrent nombreux le 16 janvier. 14 janvier La publication des décrets d’application de la loi sur le Contrat d’insertion professionnelle (CIP), qui prévoyait de rémunérer les jeunes de moins de 25 ans à 80 % du SMIC, provoque un mouvement social soutenu. Édouard Balladur sera contraint de retirer son projet le 30 mars. 23 février le Code pénal impérial français de 1810 est abrogé et remplacé par un nouvel opus. 1er mars Inauguration du tunnel sous la Manche, qui place Londres à moins de deux heures de train de Paris… et rompt (presque) l’isolement insulaire de la Grande-Bretagne ! 6 mai TUNNEL SOUS LA MANCHE 15 avril NAISSANCE DE L ’’OMC Pôl Lavefve Associé au cabinet KPMG Membre-fondateur de France Défi dont il a assuré une des vice-présidences à l’époque de René Ricol LIVRE_FDefi_2_OK.indd 53 15/10/09 15:03:16
  11. 11. 54 Donner de l’envergure Une nouvelle méthode : Adhérent de la première heure, comment défi nissez-vous le réseau ? C’est un projet élaboré au nom de valeurs, qui a servi d’écrin à de belles réussites opérationnelles. Comme par exemple Dexfi , les Ateliers du management – une démarche volontaire des cabinets de régions différentes réunis en petits groupes homogènes pour engager une réfl exion sur leur stratégie et leur gestion – et plus récemment de « RevGed » et son alter ego « RevCac » [dématérialisation des « Référentiels » Expertise comptable et Commissariat aux comptes, voir p. 92, ndlr], des produits et services innovants qui permettent aux cabinets d’être performants en intégrant les technologies les plus récentes. Vous avez été l’un des acteurs clés de l’animation régionale en PACA. En quoi la restructuration mise en oeuvre sous la direction de Gérard Petiteau a-t-elle contribué à la redynamisation de la vie du réseau ? La réorganisation a permis d’avoir des interrégions qui sont en quelque sorte la cheville ouvrière de la direction du réseau (DR). Les actions menées par les coordinateurs régionaux ont petit à petit renforcé la cohésion, la solidarité et la motivation des cabinets membres de France Défi . Cet échelon régional a donné une nouvelle envergure à la formation et permis aux cabinets de petite et moyenne taille de se regrouper en sociétés régionales [Fabrice Trinh a créé France Défi Méditerranée en 1993, ndlr] pour postuler à des mandats qui leur seraient restés inaccessibles à titre individuel. Quel est l’héritage transmis par René Ricol, Gérard Petiteau et Alain Cheval à France Défi ? Le premier a apporté le romantisme et le rêve en nous permettant de vivre des moments inoubliables. Le deuxième, au travers de sa reprise en main nécessaire, a fait tourner la boutique en lui instillant du réalisme et de l’effi cacité. Le troisième incarne l’ère de la maturité. Celui qui consolide et inscrit dans la pérennité. Un trio d’exception ! le management par projet Concurremment à ces nouvelles orienta-tions et obligations plus contraignantes que par le passé, Gérard Petiteau met de l’huile dans les rouages du réseau en intro-duisant une logique de gestion par projet. L’enjeu est double : susciter les initiatives – une autre manière d’essayer de respon-sabiliser les membres du réseau qui, depuis sa création, rechignent à le faire – mais aussi se donner les moyens de ne pas aban-donner ou reporter une idée sous prétexte qu’elle n’intéresse pas l’ensemble de la collectivité France Défi . Le principe est simple. Un cahier des charges défi nit pour chaque nouveau développement les cabinets concernés, la procédure d’étude et le bud-get assumé par les membres intéressés, la coordination étant assurée par la DR. Comme l’explique Gérard Petiteau à l’époque, « France Défi est une ‘‘ solution origi-nale’’ mais son succès présent et à venir repose sur sa capacité à raisonner par projet pour faire face à l’hétérogénéité de son réseau ». Multiplier les initiatives Plusieurs projets sont ainsi lancés dès 1993. Le projet Audit (Junon), qui concerne un nombre restreint de cabinets pour lesquels le maintien de l’activité audit est vital. Le projet Réseau Clients, qui va initier la démarche Franchise, destinée à conclure des missions avec des réseaux nationaux de franchise. Le projet Conseil, qui vise à doter les cabinets d’outils de conseil de direction et d’aide à la décision. C’est le projet TPE, qui prendra plus tard le nom de Production Comptable et fi nale-ment de « Dexfi », qui est jugé prioritaire 1993-1997 ••• Fabrice Trinh Associé du cabinet Ecofi à Avignon Membre jusqu’en 2006 du Conseil des associés de France Défi Co-concepteur des produits « Dexf i », « Une Journée pour Gagner » et « Piloter pour Réussir » LIVRE_FDefi_2_OK.indd 54 15/10/09 15:03:18
  12. 12. Dans le monde... 1994 LA FRANCE AU RWANDA Turquoise, intervention « militaire et humanitaire » au Rwanda. Le 6 avril, les présidents rwandais et burundais avaient perdu la vie dans un attentat, provoquant de violents affrontements et le début du « génocide » des Tutsis et des Hutus modérés par des extrémistes Hutus. Les conditions de cette intervention restent controversées. 55 par Gérard Petiteau. Son objectif est de renforcer la productivité des cabinets sur les dossiers TPE au travers d’une meilleure organisation du traitement tant de leur côté que du côté client. Pour le cabinet, « Dexfi » comprend un référentiel, un kit d’orga nisation et un logiciel. Pour le client, un kit d’organisation administrative et comptable. Ce projet doit être accom-pagné d’actions de lobbying commercial et de communication externe. En outre, Gérard Petiteau se déplacera en personne dans chaque cabinet utilisateur du pro-duit « Dexfi » pour réaliser un « contrôle qualité » de son application. Le coût de conception, estimé à un million de francs (environ 197 000 euros en monnaie constante), doit être fi nancé par vingt membres qui seront copropriétaires du produit avec France Défi . Le résultat sera proposé aux autres, qui paieront alors un droit d’entrée destiné à rembourser pro-gressivement les cabinets « fondateurs ». Projet phare et constitutif du renouveau de France Défi , le lancement de « Dexfi » sera offi ciellement annoncé en avril 1994. Ainsi que le souligne Élisabeth Jaquin, « c’est une nouvelle approche produit qui se met en place, répondant aux impératifs du marché. En effet, attitude inédite, les clients commencent à cette époque à négocier les honoraires. Dexfi doit permettre d’accorder cette réduction ••• 12 juin En France, les élections européennes sont marquées par le succès de Bernard Tapie, qui devance Michel Rocard. 22 juin la France engage l’opération 8 juillet En Corée du Nord, Kim Jong-il, succède sans nomination offi cielle à feu son père, Kim Il-sung. Le régime refuse toujours tout rapprochement avec la Corée du Sud, mais signe des accords avec les États-Unis pour éviter une crise nucléaire. 8 août La loi française supprime toute référence au comptable agréé et élargit le champ d’intervention des experts-comptables. APPARITION DES TAL IBANS 29 octobre En Afghanistan, le mouvement fondamentaliste sunnite des Talibans voit le jour. Ces « étudiants en religion », menant une guerre sainte (djihad) contre le gouvernement de Kaboul et les autres ethnies, s’emparent de Kandahar le 5 novembre. LIVRE_FDefi_2_OK.indd 55 15/10/09 15:03:21
  13. 13. 56 nouveau départ afi n de proposer des programmes par catégorie d’effectifs selon leur ancienneté professionnelle, leur qualifi cation et leurs spé-cialités ». En cohérence avec la démarche de rationalisation menée, le nombre de thèmes proposés est réduit et recentré sur la mise en oeuvre des orientations straté-giques et des outils France Défi. Des journées collaborateurs sont organisées dans les régions et les Journées Experts-comptables regroupées sur Paris. Aux cabinets d’établir un plan triennal, chaque collaborateur devant suivre au minimum une journée de formation par an. Il faudra près de trois ans pour que l’activité forma-tion enregistre des résultats à la hausse. Vers les premiers fruits de la rigueur ? Au fi l de l’année 1993, France Défi appli-que ces nouvelles règles du jeu. Certains cabinets toussent. D’autres manifestent ouvertement leurs réticences quant au mode de fonctionnement de Gérard Petiteau, jugé trop directif, antithèse du consensuel René Ricol. Ce dernier écoute sans sourciller les mécontentements qu’on lui exprime quotidiennement – d’aucuns n’hésitaient pas à qualifi er le directeur général de « fou dangereux », se souvient-il –, tout en approuvant avec constance la dé-marche conduite par Gérard Petiteau pour remettre France Défi à fl ot. « Y compris quand il a viré ma femme de la DR ! », confi rme en souriant le président du ré-seau, sûr de son choix. Car le capitaine Gérard Petiteau sait y faire et redresse progressivement la barre du navire France Défi . Mieux, en tenant compte des problèmes de stratégie des cabinets, en harmonisant les méthodes de travail et en institutionnalisant la gestion par projet, il lui donne un cap. Cependant, la route choisie ne le met pas à l’abri de quelques gros grains. Au premier rang desquels on trouve les diffi cultés fi nanciè-res de France Défi : en dépit d’une grande rigueur, le budget 1993 reste défi citaire de 600 000 francs (soit environ 118 000 euros en monnaie constante). en contrepartie d’une meilleure organisa-tion du client. Pour le cabinet, le gain de produc-tivité est estimé à 30 %. Grâce à lui, les experts-comptables sont en mesure de proposer des tarifs concurrentiels et se dégager du temps pour déve-lopper des services de ‘‘ conseil ’’ . Dexfi est aussi innovant car il va au-delà de la seule méthodo-logie pour se préoccuper d’organisation, de com-munication et de marketing ». « Dexfi » sera, dès sa commercialisation, plébiscité par les clients qui apprécient sa logique « clé en main ». La formation, toujours fer de lance du réseau Dernier volet du plan d’actions Petiteau : la formation, qui doit selon lui « prendre un 1993-1997 ••• Innovation : dépassant la seule méthodologie pour prendre également en considération l’organisation, la communication et le marketing, « Dexfi » est un symbole de la capacité d’innovation signée France Défi . LIVRE_FDefi_2_OK.indd 56 15/10/09 15:03:22
  14. 14. Dans le monde... 1995 INAUGURATION DE LA BNF Bibliothèque nationale de France (BNF) est inaugurée. Voulue par François Mitterrand et conçue par l’architecte Dominique Perrault, la BNF est constituée de quatre tours en forme de livres ouverts qui abritent 10 millions de volumes. C’est la seconde plus grande bibliothèque du monde. JACQUES CHIRAC 57 Rester à l’avant-garde Quel regard portez-vous sur la mandature de Gérard Petiteau ? Après une période assez fastueuse et un démarrage dans des conditions hors normes, l’arrivée du nouveau directeur général a permis de passer à une phase opérationnelle, indispensable pour la pérennité de France Défi . Gérard Petiteau nous a demandé de nous retrousser les manches pour générer de nouveaux produits et intégrer des groupes de travail qui, depuis cette date, contribuent à la qualité du réseau. Les produits de type « Dexfi », quinze ans après leur lancement, nous sont toujours très utiles. Les voyages d’étude annuels, instaurés à cette période, constituent un rendez-vous important qui permet de solidifi er les relations entre les membres. Dans votre cabinet, vous avez quasiment un associé par groupe de travail. Pourquoi une telle implication, y compris des jeunes recrues ? Je crois beaucoup à ce mode de fonctionnement et j’essaie de transmettre cette conviction à tous mes associés. Preuves à l’appui, cela nous donne une longueur d’avance sur les autres cabinets en termes d’apport technique et de performance. Je pense par exemple à la dématérialisation des produits France Défi ou à l’Intranet, une sorte de cabinet ouvert 24h/24, qui est à la fois un formidable outil de communication interne et un espace d’échanges directs, personnalisé, et sécurisé avec nos clients. Une réalité rendue possible grâce à une équipe de permanents à notre écoute qui travaillent avec enthousiasme et professionnalisme. Quels ont été les apports de France Défi en matière de communication et de marketing ? La prise de conscience de leur nécessité pour le développement de nos activités. Là aussi, France Défi a toujours pris des initiatives originales et avant-gardistes pour la profession. En 2008, grâce notamment au soutien actif d’Élisabeth Jaquin, nous avons gagné le trophée Marketing de la Profession comptable dans la catégorie « stratégie de communication des cabinets de plus de 50 personnes ». Une belle récompense, que l’on doit en grande partie à France Défi ! 30 mars Quartier Tolbiac, à Paris, la ÉLECTION DE 7 mai Au terme d’une campagne haletante, Jacques Chirac accède à la présidence de la République française, en remportant 52,8 % des suffrages contre Lionel Jospin. Il prendra ses fonctions le 17 mai. 31 juillet Le Parlement adopte la révision constitutionnelle portant sur l’extension du champ d’application du référendum, l’instauration d’une session parlementaire unique de neuf mois pour les deux assemblées et la réduction de l’immunité des députés et des sénateurs. 5 septembre Le premier essai nucléaire, à Mururoa, de la dernière campagne de tir française soulève un tollé dans le monde et des émeutes à Papeete. Après un dernier tir, fi n janvier 1996, la France signera un traité d’interdiction des essais nucléaires. Jean-Pierre Gorsse Président du Cabinet Bgh à Toulouse Adhérent de la première heure Membre du Conseil des associés jusqu’en 2006 LIVRE_FDefi_2_correcs.indd 57 19/10/09 10:16:10
  15. 15. En 1993, afi n de supprimer la communication papier entre les cabinets et la direction du réseau, rechercher des compétences particulières, aider aux recrutements des collaborateurs des cabinets, France Défi décide de démocratiser l’utilisation du Minitel. L’objectif : chaque membre doit consulter sa « boîte aux lettres » au minimum tous les premiers jours ouvrables de la semaine afi n de prendre connaissance des dernières informations émanant à la fois de la DR et des cabinets. Une dématérialisation avant l’heure qui, de nouveau, prouve l’avance technologique du réseau. Bien sûr, le réfl exe n’est pas facile à prendre pour tout le monde. Mais, petit à petit, les membres apprécient ce moyen de communication rapide et fi able. LIVRE_FDefi_2_OK.indd 58 15/10/09 15:03:44
  16. 16. En juin 1996, Élisabeth Jaquin présente au Conseil des associés un projet informatique destiné à être déployé dans l’ensemble du réseau qui donnera naissance, quelques mois plus tard, à l’Intranet de France Défi . Le Conseil des associés donne son aval. Parallèlement, les grandes lignes des premiers sites web de France Défi et d’Euro Défi se défi nissent. Mi-1997, les développements sont bien avancés. Cégid fait la meilleure proposition et est retenu comme prestataire. Le Minitel est défi nitivement arrêté en juillet 1997. L’Intranet France Défi sera mis en ligne en 1998. En 1994, le Comité de pilotage Communication présente un projet de Minitel Clients réalisé avec le groupe SID, fournisseur d’information bien connu de la profession et tout nouveau partenaire de France Défi . L’idée de permettre aux clients des cabinets d’accéder à une banque de données fi scales, juridiques, économiques et fi nancières est là aussi innovante pour l’époque. Ce projet ne fait pourtant pas l’unanimité au sein du Conseil exécutif qui, contrairement à l’avis du comité de pilotage, décide de consulter les associés pour évaluer l’attractivité du produit. Et non leur imposer, malgré son faible coût. Le projet est fi nalement abandonné et se limite à l’obtention de tarifs préférentiels auprès de SID pour les cabinets intéressés par cette offre. LIVRE_FDefi_2_OK.indd 59 15/10/09 15:03:45
  17. 17. 1993-1997 60 Recentré sur ses activités « coeur de métier » et en bonne voie vers l’équilibre fi nancier, France Défi poursuit sa progression. es méritesdu travail d’équipe LIVRE_FDefi_2_OK.indd 60 15/10/09 15:03:46
  18. 18. 61 À la nécessaire période de rigueur, sans concession, succèdent des temps plus apaisés qui vont per-mettre de récolter les fruits des efforts accomplis. La sixième convention de France Défi , qui se tient le 21 octobre 1994, en constitue une preuve tangible. Très axé sur l’avancement des projets mis en route l’année précédente (« Dexfi », Secteur public, Sociétés régionales, Junon), le rassemblement annuel est aussi l’occasion d’évoquer de nouveaux thèmes émergents pour le réseau. Entre autres, un possible accord avec le réseau de franchise Quick et l’externali-sation de la fonction administrative et comptable (produit « Gexfi »), projet phare des années 1994-1995. « Gexfi », soutenu par plus de soixante-dix cabinets, aura pour objectif de proposer aux petites entre prises de se « décharger » totalement de leur comptabilité ou d’autres fonctions telles que le secrétariat, la facturation, etc. La communication est également à l’hon-neur avec la présentation de plusieurs Au congrès des experts-comptables, Gérard Petiteau, Alain Cheval, Franck Didier, Jacques Diemer, Pascale Verneuil et Élisabeth Jaquin représentent France Défi . outils dont le kit de présentation du cabi-net et le kit d’organisation de réunions clients sur deux thèmes, la SCI et la ges-tion pratique des impayés. Dexfi ou le précurseur d’une nouvelle logique produit Poursuivant la démarche de responsabili-sation et de prise d’initiative des cabinets, lancée sous l’impulsion de Gérard Petiteau, un nouveau groupe de travail dédié au secteur de la pharmacie se crée à la fi n de l’année 1994. Les sept cabinets spécia-lisés qui le composent ont pour objectif de concevoir un manuel sur les spécifi - cités du secteur ainsi qu’un module de formation pour les cabinets. Et, sur le plan marketing, d’animer une formation de « conseil en gestion » destinée aux pharmaciens. « Dexfi », outil d’organisation et de pro-duction comptable qualifi é par Gérard Petiteau de « moyen de renforcer la producti-vité et la discipline dans le groupement », ••• LIVRE_FDefi_2_correcs.indd 61 19/10/09 10:17:20
  19. 19. 62 est décliné en trois formules : « Tréso-rerie » pour les TPE, « BNC » pour le médical et paramédical, et « Engagement » pour les entreprises n’entrant pas dans le champ d’application de la comptabilité de trésorerie. L’objectif ? Permettre à chaque version d’intégrer les innovations techni-ques des différentes étapes de traitement du dossier. Préalable formel à l’utilisation du produit, un contrat est signé entre le cabinet et France Défi . Il prévoit l’utilisa-tion de la marque, le respect des compo-santes du produit, l’acceptation du « contrôle qualité », des engagements fi nan ciers et la participation active à la vie du projet. En 1995, quarante-sept cabinets utilisent « Dexfi », qui s’enrichira l’année suivante de deux nouvelles extensions pro-duits, « Dexfi Informatisation comptable » et « Dexfi Tableau de bord/Résultat Flash ». Inciter les cabinets à faire du conseil Le projet Conseil, trop ambitieux tel que confi guré lors de son lancement en 1993, prend une nouvelle dimension. En 1995, Patrick Dossetto, adhérent de la région PACA, propose d’organiser un groupe France Défi au sein du Club des experts consultants créé par l’Institut français des experts-comptables (IFEC) dont il est un membre actif. Vingt associés suivent le séminaire organisé par le Club en juin de la même année. La volonté du Comité de pilotage « Conseil » de France Défi est d’aider les cabinets à adopter les outils développés par le Club pour soutenir leur évolution vers l’ac-compagnement de leurs clients dans la 1993-1997 Se former et progresser Pour quelles raisons vous êtes-vous tant investi dans la formation ? J’ai un parcours atypique. Passionné d’informatique, j’ai dirigé une société dans ce secteur d’activité pendant dix ans tout en poursuivant ma formation d’expert-comptable. Quand j’ai repris le cabinet de mon père, membre de France Défi de la première heure, je suis rapidement devenu formateur sur Excel et Word. En 1995, Gérard Petiteau est venu me voir pour me demander d’intégrer le Comité de pilotage Formation. J’en suis ensuite devenu président en 1999. Quelles sont les points forts des formations du catalogue France Défi ? Elles répondent aux attentes et aux besoins, et ce sans doute parce que la grande majorité d’entre elles s’appuie sur les savoir-faire de membres compétents dans le domaine. Ce sont donc des hommes de terrain qui forment d’autres hommes de terrain. Notre autre grande force, c’est d’organiser des sessions entre des cabinets issus de différents départements et régions. Cela enrichit considérablement les échanges. J’ajouterais que la réactivité du comité de pilotage permet de coller à l’actualité, comme par exemple lors du passage à l’euro. Quelle importance le réseau revêt-il pour vous à titre personnel ? Mon implication m’apporte beaucoup en termes d’échanges techniques et amicaux. J’apprécie aussi que chacun, quelle que soit la taille de sa structure, puisse contribuer aux débats, apporter son grain de sel et ses idées. C’est une des grandes richesses de France Défi . Si Sodecc a pu progresser de la sorte en quelques années, c’est que nous avons bénéfi cié d’outils et de services à la pointe de ce qui se fait, comme un gros cabinet. Gilles Cordier Associé du Cabinet Sodecc à Audincourt Membre du Conseil des associés Président du Comité de pilotage Formation Animateur de la région Franche-Comté ••• LIVRE_FDefi_2_correcs.indd 62 19/10/09 10:18:12
  20. 20. Dans le monde... 1995 ASSASSINAT D’’YITZHAK RABIN 63 réfl exion stratégique et la pérennité de leur entreprise. Ce sera chose faite un an plus tard avec la conception de dispositifs clé en main tels que « Une Journée pour Gagner pour la PME », des kits Conseils TPE et des outils de gestion automatisés pour les PME. De son côté, le groupe de travail Secteur public, animé par Jean-Michel Moreau (adhérent désormais installé à Toulouse et développant une activité totalement dédiée à ce secteur) et constitué d’une trentaine de membres, personnes physi-ques ou sociétés régionales, poursuit les travaux initiés avant l’arrivée de Gérard Petiteau avec une forme de fi nancement originale destinée à permettre aux petits cabinets de se regrouper au plan local pour accéder aux produits et services qu’il développe. Louis Lalanne, préfet en retraite, qui réalise une étude sur les missions potentielles des experts-compta-bles sur ce secteur et les axes de déve-loppement des actions, rejoint le groupe. Lequel se fi xe comme plan d’actions la diffusion d’une revue de presse, la mise en oeuvre d’une veille juridique et de forma-tion interne, la parution (fi n avril 1995) aux Éditions du Moniteur du Guide de l’élu local dirigeant de SEML (Société d’économie mixte locale) ou d’association, la réalisation d’un « Référentiel Associa-tions », le partage des expériences et la recherche de missions communes. En ressort la réponse à l’appel d’offres sur la désignation de commissaires aux comptes dans les Chambres de commerce et d’in-dustr ie ••• 17 octobre À Paris, un attentat commis entre les stations RER du musée d’Orsay et de Saint-Michel fait une trentaine de blessés. Offi ciellement attribués au Groupe islamique armé (GIA) algérien, plusieurs autres avaient eu lieu depuis juillet. LE PLAN JUPPÉ 5 décembre Le chef d’état-major de l’armée française reprend sa place au sein du Comité militaire de l’OTAN, vingt-neuf ans après que le général De Gaulle s’en fut retiré. 21 décembre À Matignon, un sommet social se conclut par le retrait du « Plan Juppé », mettant fi n à l’agitation. 15 novembre L’annonce de la réforme de la Sécurité sociale, ou « Plan Juppé », provoque le début d’un mouvement social de grande ampleur. Le 24 novembre, les cheminots se joignent à la contestation. S’ensuivra une grève totale de la fonction publique, jusqu’au 18 décembre. 4 novembre Lors d’une grande manifestation pour la paix à Tel-Aviv, un jeune extrémiste israélien assassine Yitzhak Rabin. La communauté internationale craint pour la paix dans la région. Shimon Peres lui succède à la tête du gouvernement. LIVRE_FDefi_2_OK.indd 63 15/10/09 15:03:49
  21. 21. 1993-1997 64 VIDÉOTRANSMISSION : CLAP DE FIN Le rendez-vous annuel des adhérents du réseau avec la vidéotransmission évolue avec les techniques. D’année en année et de plateau en plateau, chacun des participants se rôde à son rôle. De gauche à droite : Michel Taly, Élisabeth Jaquin et Jérôme Turot, René Ricol préparant son intervention, Michel Giraud, l’équipe de la DR, et Nicole Catala. La formidable réussite de la première journée organisée le 13 janvier 1992 (voir p. 38-39) ne rend que plus fl agrant le semi-échec du deuxième opus de janvier 1993. D’un point de vue technique et logistique, la maîtrise est parfaite. En revanche, l’équipe a eu grand peine à convaincre les cabinets d’y participer. Avec seulement mille quatre cents participants contre trois mille espérés pour atteindre l’équilibre budgétaire, la pérennité du dispositif est remise en cause. L’année suivante, pour mobiliser les troupes, la DR choisit le thème porteur « La gestion dynamique pour l’emploi : aujourd’hui pour demain ». L’objectif de la journée, destinée plus particulièrement aux chefs d’entreprise, est d’exposer les nombreuses mesures destinées à optimiser la gestion sociale des PME, notamment la fl exibilité et l’aménagement du temps de travail. Autour de René Ricol, animateur des débats : Michel Giraud, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Bernard Bruhnes, consultant, trois chefs d’entreprise, Bernard Boubli, conseiller à la chambre sociale de la cour de Cassation, et Jean Néret, universitaire, Nicole Catala clôturant la journée. Les deux mille cinq cents participants apprécient la qualité des débats, même s’ils considèrent certains échanges parfois trop éloignés des préoccupations pratiques des petites entreprises. Cette troisième opération clôturera défi nitivement les aventures vidéotransmission de France Défi , malgré des demandes régulières des associés en faveur d’une reconduite de cette action d’image et de notoriété pour les cabinets. LIVRE_FDefi_2_OK.indd 64 15/10/09 15:03:52
  22. 22. Dans le monde... 1996 FIN DE LA GUERRE CIVILE AU GUATEMALA 65 (CCI), au terme duquel quinze man-dats reviendront à des cabinets d’Agen, d’Albi, d’Avignon, de Foix, de Brive et du département de l’Essonne. Développer la clientèle des franchisés Autre projet qui se concrétise en cette année 1995, fructueuse pour France Défi : le premier contrat avec le réseau fran-chisé de restauration rapide Quick, grâce aux négociations menées à la demande de Gérard Petiteau par Dominique Teixier, associé du cabinet Ecofi d’Avignon et Jean-Claude Pétament, associé bour-guignon du cabinet Enerys. France Défi intervient dans le cadre de la formation des futurs franchisés pour présenter les cabinets et les prestations négociées avec Quick. Quatre-vingts cabinets se décla-rent candidats pour participer à cet accord. Le premier dossier est signé à Paris en juillet 1995. C’est au total une trentaine de Quick qui seront suivis par des cabinets France Défi . Pour avancer dans la structuration de cette opération d’approche des réseaux de com-merce organisé, un groupe de travail est constitué en juin 1996 avec un consultant externe spécialisé, Jean Samper. Quarante membres de France Défi s’inscrivent dans cette démarche. Au-delà de la convivialité et de la confra-ternité tant appréciée au sein de France Défi se développe une participation active, concrète, constructive au développement du réseau. La méthode de Gérard Petiteau fait son chemin dans les mentalités, récolte des émules. « Petit à petit, les personnes ont constaté que je connaissais bien leur métier et que mon ambition était de les aider à en optimiser la pratique. D’où l’in-troduction de règles de rigueur méthodologique et le renforcement actif des groupes de travail. Même si certains n’étaient pas en accord avec mes actions et mes convictions, j’ai tou-jours veillé à maintenir une relation de respect entre nous », précise-t-il. Sillonnant régulièrement les régions pour aller à la rencontre des cabinets-membres, il ne manque jamais de pratiquer en début de réunion ce qu’il appelle la « gonfl ette réseau » afi n de mettre en valeur France Défi et rappeler l’ensemble des services et produits mis à leur disposition. ••• 8 janvier Décès de François Mitterrand. Une journée de deuil national sera proclamée le 11 janvier, jour des obsèques de l’ancien président de la République, inhumé en son fi ef de Jarnac. 22 février Jacques Chirac annonce la suspension du service militaire dans un délai de 6 ans. 29 mai En Israël, le Likoud remporte les élections à la Knesset. Benyamin Netanyahou devient Premier ministre. Rompant avec son prédécesseur travailliste Shimon Peres, il donne le feu vert à l’extension des colonies juives en Cisjordanie et pose de nouvelles conditions à l’autonomie de la Palestine, bloquant le dialogue. LOI ROBIEN 11 juin La loi Robien permet aux entreprises de réduire le temps de travail de leurs salariés soit pour effectuer de nouvelles embauches, soit pour éviter un plan de licenciement. Elles bénéfi cient en contrepartie d’un allègement des charges patronales de sécurité sociale. 29 décembre Des accords de paix mettent fi n à 36 ans de guerre civile au Guatemala. On estime à près de 150 000 personnes, en grande partie des Mayas, les victimes de ce confl it. LIVRE_FDefi_2_OK.indd 65 15/10/09 15:03:52
  23. 23. t é m o i n Pour préparer son plan d’actions 1995/1996, Gérard Petiteau ana-lyse le réseau tel qu’il fonctionne et se développe après six ans d’existence. Ses forces ? Indéniablement sa démarche for-mation, les projets Conseil, Secteur public et « Dexfi », les sociétés régionales Midi- Pyrénées et Méditerranée, le quasi-équilibre fi nancier (atteint en 1996), la trésorerie. Et les liens formels et informels tissés entre ses membres qui lui confèrent beaucoup d’originalité. Gérard Petiteau considère par ailleurs que France Défi dispose d’opportu nités réelles via Juris Défi , la franchise avec l’enseigne Quick et les projets d’externa lisation. Ses faiblesses ? Entre autres, l’érosion des effectifs, l’ani-mation terrain qui manque de cohérence et de rigueur, le manque d’« esprit d’en-treprise », la détention de 25 % du capital par Altus, société fi nancière du groupe Thomson, le Conseil exécutif. assage d e 1993-1997 Réorganisé, France Défi a désormais toutes les cartes en main pour se développer et croître sereinement. Reste à bien gérer le changement annoncé à la tête du réseau. LIVRE_FDefi_2_OK.indd 66 15/10/09 15:03:55
  24. 24. 67 La force de liens solides Lors de la discussion menée à la suite de la présentation de l’analyse de Gérard Petiteau, les membres du Conseil exécutif réaffi r-ment leur réel attachement à France Défi . « La fonction R&D instaurée au sein de France Défi est effi cace parce qu’inscrite dans une vraie dynamique de groupe. Elle a per-mis une réelle avancée dans l’évolution et l’organisation des cabinets et a provoqué une réfl exion stratégique qu’ils n’auraient jamais engagée seuls. Cette externalisation de la R&D permet également aux cabinets de se consacrer à leur métier, c’est-à-dire la gestion administrative, fi nancière, comptable, fi scale, juridique et sociale des entreprises », com-mente Jean-Paul Marcou. Gérard Petiteau propose alors que les cabinets prennent un engagement de maintien d’adhésion pour trois ans afi n de garantir la pérennité de France Défi . Tous les membres du Conseil exécutif (à l’exception d’un qui quittera le réseau) acceptent sa proposition. Après les efforts, les réconforts Lors de la septième convention d’octobre 1995, à laquelle participent 69 % des cabi-nets, le plan d’actions de Gérard Petiteau est approuvé à l’unanimité. En conclusion de la journée, René Ricol donne sa vision de l’avenir et des enjeux de la profession, démontrant ainsi que France Défi « a pris des orientations anticipant ses évolutions notam-ment en matière de gestion déléguée ». ••• Jacques Chirac, Didier Kling, René Ricol,Yves Medina et Nicole Briot, en 1997. LIVRE_FDefi_2_OK.indd 67 15/10/09 15:03:55
  25. 25. L e s v o y a g e 1993-1997 68 L’étude de la profession comptable, au Maroc (1994) Pour le tout premier voyage France Défi , trente participants découvrent Rabat, Casablanca et... la thalassothérapie ! Avant-première en Tunisie (1993) Ancêtre des voyages France Défi , une escapade à Tozeur est l’occasion d’une petite récréation... L’évolution de la profession, en Russie (1996) Froid et vodka étaient au rendez-vous à Saint Pétersbourg. Programme de jour des quatre-vingts-dix participants : Palais de Pavlosk, Musée de l’Ermitage, cathédrales Saint-Izaac, Saint-Sauveur sur le sang versé, Saint-Nicolas-des-Marins et Saint-Pierre-et-Paul. Le soir, croisière sur la Néva, Gisèle interprété par les ballets du Kirov et casino. Ambiance extraordinaire malgré un hôtel typiquement russe, mais très excentré et un peu décevant : depuis, la DR fait systématiquement des repérages pour sécuriser... LIVRE_FDefi_2_OK.indd 68 15/10/09 15:03:55
  26. 26. 69 s d ’ é t u d e Des hiéroglyphes aux NTIC, en Égypte (1997) Croisière exceptionnelle de Louxor à Assouan, sur un bateau 5* réservé aux cent-dix participants de ce quatrième voyage France Défi . Un programme de huit jours réalisé en cinq, des nuits très courtes et des journées très chargées : feloukes vers les îles Éléphanttines, vallées des Rois et des Reines, son et lumières à Philaë, et l’incroyable temple d’Abou Simbel. Istanbul éternelle (1995) Pour le second voyage France Défi , soixante participants mettent le cap sur la Turquie. Quatre jours sous un ciel bleu magnifi que mais par un froid épouvantable : le temps d’une croisière très brumeuse sur le Bosphore, de la découverte de la grande mosquée et des souks. Séville (1992) Organisée par le Comité de pilotage formation, la visite de l’Exposition universelle est un prélude aux voyages France Défi . LIVRE_FDefi_2_OK.indd 69 15/10/09 15:04:01
  27. 27. 70 De l’écoute et du soutien Quel a été le rôle de France Défi dans l’évolution de votre cabinet ? Il a été prépondérant. Et, à titre personnel, le réseau a été essentiel pour moi. J’ai pris la direction du cabinet en 1996, une fonction pour laquelle je n’étais pas a priori destiné et pour laquelle je n’avais ni la culture ni la formation. J’ai trouvé auprès de France Défi de l’écoute, de l’entraide, de la réassurance et des amis. Le réseau m’a fait rêver et soutenu pour passer les caps diffi ciles. Membre depuis 1989, mon cabinet est très actif au sein de France Défi depuis près de quinze ans. Cette implication est particulièrement prégnante dans le domaine de l’animation régionale... Effectivement, nous avons beaucoup contribué à la vie de la région Centre, une « petite région » qui compte une douzaine de cabinets-membres. Dès la réorganisation régionale conduite par Gérard Petiteau, nous avons mené des actions communes comme, par exemple, l’organisation de Carrefours Formation destinés aux collaborateurs dont la première édition a eu lieu en 1996. Je constate aujourd’hui qu’un renouvellement de génération des cabinets-membres donnerait une nouvelle impulsion à l’animation de notre région. Quelles sont vos ambitions pour le réseau en qualité de membre du Comité de direction ? Mes ambitions sont un peu celles que je formule pour notre cabinet. À savoir, accompagner la dématérialisation en cours, inciter à la déclinaison d’outils et d’actions de communication. Je souhaite également que France Défi conserve ce précieux mélange de compétences au service d’une vision d’avenir. Gérard Petiteau engage, dans les mois qui suivent, une démarche d’ana-lyse comparée de France Défi avec les autres groupements d’experts-comptables en France selon cinq critères : apport technique, formation, contrôle qualité, marketing et échange de clientèle. Les résultats sont présentés à la convention du 7 novembre 1996 dont le fi l conduc-teur est « la démarche Marketing entre-prise par France Défi pour ses membres ». Lors de ce huitième rendez-vous est éga-lement abordé pour la première fois le thème du management des cabinets, rendu nécessaire par les nouveaux projets initiés. En 1997, le réseau a atteint sa maturité. 1993-1997 France Défi fait parler de lui L’arrivée d’Alain Cheval à la tête du réseau est amplement relayée par la presse : un signe qu’en moins d’une décennie, le réseau a su asseoir sa notoriété. ••• Christian Baudouin Président du Cabinet Michel Creuzot à Gien Membre du Comité de direction et du Conseil des associés de France Défi Co-concepteur de l’autodiagnostic Management LIVRE_FDefi_2_OK.indd 70 15/10/09 15:04:05
  28. 28. Dans le monde... 1997 VICTOIRE DE LA GAUCHE lors des élections législatives anticipées avec 319 sièges contre 257 à la droite. Lionel Jospin devient Premier ministre. Le retour de la gauche au pouvoir entraîne immédiatement une mobilisation des associations de chômeurs pour l’augmentation des minima sociaux. 71 Regroupant 120 cabinets (210 bureaux), 290 experts-comptables, 2 500 collabora-teurs et affi chant 900 millions de francs (soit environ 172 000 euros en monnaie constante) de chiffres d’affaires et 7 mil-lions de francs (soit environ 1,33 million d’euros en monnaie constante) de capitaux propres sans endettement, France Défi peut se satisfaire de ses résultats. Premier réseau français d’experts-comptables indé-pendants, il peut également compter sur des effectifs stables, les cabinets membres trouvant manifestement l’essentiel de ce qu’ils sont venus y chercher. Une page se tourne En septembre, René Ricol juge oppor-tun de passer le fl ambeau et fait part de sa décision de quitter la présidence de France Défi . Il présente au Conseil exé-cutif son successeur « pressenti », Alain Cheval. Son départ entraîne celui de Gérard Petiteau, ce dernier ayant rempli ses missions même s’il déplore « n’avoir pas réussi à instaurer une dose suffi sante de normalisation des actions et de rigueur métho-dologique, qui, reconnues par les clients, auraient permis à France Défi de prendre une place déterminante ». Lors d’une session exceptionnelle tenue le 13 octobre 1997, les membres du Conseil exécutif décident à l’unanimité d’apporter leur soutien à Alain Cheval, dont la dési-gnation sera soumise à la prochaine convention, avec une réserve portant sur la compatibilité des fonctions de président de France Défi et de Junon. Il est décidé dans un premier temps de surseoir à la no-mination d’un directeur général, le temps qu’Alain Cheval prenne ses fonctions. Les bases du futur tandem Alain Cheval-Élisabeth Jaquin sont ainsi posées. De sa complémentarité – à lui la connaissance du terrain, à elle celle du réseau, à chacun sa part des opérations et de la stratégie – naîtra le France Défi d’aujourd’hui. Une organisation unique en son genre et lea-der sur son champ d’action. Une initiative qui dote les cabinets à taille humaine de toutes les ressources « des grands ». Et porte les valeurs communes et partagées que sont l’indépendance, la qualité, la proxi-mité, le service et l’innovation. Après le rêve (nécessaire) de René Ricol, la professionnalisation (indispensable) de Gérard Petiteau, place à la démocratie au service d’une démarche d’entreprise selon Alain Cheval. En quelque sorte, la conti-nuité dans le renouveau. 21 avril Le président de la République Jacques Chirac annonce la dissolution de l’Assemblée nationale afi n d’anticiper les élections législatives. 1er juin Victoire de la gauche plurielle 1er juillet La Grande-Bretagne rétrocède Hong-Kong à la République populaire de Chine, après 155 années de colonisation. 2 juillet Partie de Thaïlande, une importante crise boursière s’étend à toute l’Asie du Sud-Est, faisant craindre un krach mondialisé. 2 octobre Signature du traité d’Amsterdam. PROTOCOLE DE KYOTO 1er décembre Conférence des Nations unies sur l’effet de serre à Kyoto : 160 pays décident une réduction de 5,2 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2012. LIVRE_FDefi_2_OK.indd 71 15/10/09 15:04:10

×