Lettre sfmc n°77_octobre_2014

1 490 vues

Publié le

Lettre N° 77 de la société Française de médecine de catastrophe (SFMC)

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 490
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Lettre sfmc n°77_octobre_2014

  1. 1. Société Française de Médecine de Catastrophe la Lettre de la SFMC N ° 7 7 - O c t o b r e 2 0 1 4 - 1 6 e a n n é e La vie de la SFMC..........................................................................................................................................................2 L’actualité des événements et informations générales.......................................5 Congrès et réunions...............................................................................................................................................18 Bibliographie.....................................................................................................................................................................18 Rétrospective et leçons du passé....................................................................................................20 Annexe - Les agences sanitaires françaises et internationales......... 21 38, rue Dunois - 75637 Paris Cedex 13 Téléphone : (33) 06 43 26 81 51 medecine.cata@gmail.com w w w . s f m c . e u 77 La lettre de la SFMC n°77 - 1 -
  2. 2. La vie de la SFMC Le mot du président Ébola J’avais préparé un éditorial de rentrée bien classique afin de relancer quelques projets de la SFMC qui nous tiennent à coeur et puis voilà que l’actualité nous bouscule: Ébola frappe à notre porte à grands coups assourdissants. Il n’est pas possible de ne pas partager quelques réflexions à ce sujet et prévoir quelques changements dans le programme de l’exercice 2014-2015. 1. Le constat d'immobilisme Ébola, nous en parlons depuis 1976 avec les premiers cas identifiés au Zaïre. Depuis lors - près de 40 ans ! - aucun essai civil de mise au point d’un vaccin, de traitement médicamenteux potentiel. Du cadre civil le risque passe dans le champ militaire avec l’émergence du risque NRBC. Démarrent les seules études sé-rieuses qui ont été américaines. Ces travaux ont été financés dans un but de recherche sur l’arme B, les virus dangereux étant considérés comme possible arme de guerre. Des millions de dollars ont été investis par le NIH et le Département de la Défense Américain (DOD) pour la mise au point d’un vaccin. Cela aura le mérite de peut-être disposer d’un vaccin dis-ponible fin 2014? Certes détenir un vaccin serait idéal. Mais quand, combien de doses et pour qui ? La gestion de la vaccination ne se fera pas sans problème et d’ici là le nombre de morts aura décuplé. Il faut penser aux mesures efficaces d’hygiène élémentaire: l’épidémie de SRAS a été arrêtée, non pas par une vaccination mais par l’observance de mesures prophylactiques et d’hy-giène élémentaires rigoureuses. Le retard pour ne pas dire le désintérêt pour l’épidémie a eu la conséquence dramatique d’une perte de confiance de la po-pulation pour la médecine occidentale et le développement d’une culture anti-médicale: refus d’abandonner les pratiques rituelles et les recours magiques, méfiance et rejet des mesures et des soins occidentaux. Crise sociétale qui s’ajoute aux difficultés de travail déjà très grandes des personnels de santé, et aggrave la situation. A l’heure où sont écrites ces lignes cinq pays sont concernés : Libéria, Sierra Leone, Guinée, Nigéria, République Démo-cratique du Congo, auxquels il faut ajouter le Sénégal pour un cas isolé. Le cap de 13000 malades est dépassé, celui de 5000 morts également. Voir sur la page d’accueil de notre site www.sfmc.eu dans Actualités la page Ébola n° 8 à la date du 2 novembre 2014. 1000 nouveaux cas par semaine sont à déplorer, avec un taux de mortalité évalué à 70 % dans les pays les plus touchés : Ébola est en train de gagner la course1. 2. La pagaille organisationnelle : la nécessité de réagir et proagir Ébola crise sanitaire ou catastrophe? Dans la classification classique des catastrophes naturelles, technologiques, socié-tales se sont rajoutées les crises sanitaires : Grippe, SRAS, Chikungunya. Ébola semble bien entrer de plain-pied dans la catastrophe: inadéquation entre la brutale augmentation des besoins de santé et l’offre de soins, nécessité d’organisation de la réponse à la situation délétère. Il s’agit bien d’une catastrophe sanitaire qui répond aux critères classiques : - Inadéquation entre une offre de soins inappropriée en qualité et en capacité de soins, - Impréparation et incohérence de la réponse organisationnelle locale et internationale, - Réaction inappropriée d’une population désemparée et insuffisamment informée, - Lourd handicap logistique avec large insuffisance de matériels de protection individuelle, d’intervention et de traitement, Devant cette situation de catastrophe, seules les solutions éprouvées peuvent avoir une efficacité: - Unité d’organisation, - Unité de commandement, - Unité d’action. La communauté internationale est capable de se mettre d’accord pour intervenir contre un risque terroriste, il faut qu’elle ait la même détermination contre cette épidémie, qui comme le terrorisme, finira par menacer les pays développés. Depuis quelques jours les grands pays se sont engagés sur le terrain s’attribuant une zone géographique de responsabilité. Il reste à coordonner ces actions, le virus et les mouvements de population, en Afrique peut-être plus qu’ailleurs, ne connaissent pas de frontières. Il faut donc anticiper, planifier, former, intervenir sous commandement unique international. Mobiliser recherches et équi-pements spécialisés, investir dans des moyens pré-hospitaliers (dispensaires, télésanté, laboratoires) et hospitaliers adap-tés (services référents, unités spécialisées) en nombre et qualifications suffisantes. Et le faire rapidement. Ce n’est pas le cas : MSF a dénoncé une sorte de coalition mondiale de l’inaction2 alors que l’épidémie progresse3 re-connaît l’OMS qui n’a décrété l’urgence mondiale de santé publique que le 8 août, devant la constatation de l’explosion des cas recensés. La lettre de la SFMC n°77 - 2 -
  3. 3. 3. La prise en compte SFMC Votre association, bien que scientifique non opérationnelle, a pris plusieurs initiatives : • Les actualités Ébola : Depuis le mois de juillet la progression de l’épidémie fait l’objet d’une actualité sur le site de la SFMC. Elle est l’idée d’un membre, le Dr Jan-Cédric Hansen, membre n° 1161, aidé le Dr Eidvin Hansen, autre membre de la SFMC n° 1339. Qu’ils en soient chaleureusement remerciés. L’actualisation des données a été tout d’abord réalisée par l’étude bibliographique, elle est aujourd’hui complétée par des données en provenance directe des pays infectés. En effet un partenariat a été signé avec l’Organisation Ouest Africaine de Santé (OOAS) qui se trouve fortement impliquée et qui nous adresse des données de première main. Ces points d’ac-tualité sont cadencés tous les 10 jours environ et leurs courbes témoignent de l’avancée inexorable de l’épidémie. • Le réseau Ébola : Un réseau franco-anglophone dédié à l’épidémie Ébola a été créé sur Linkedin. Aujourd’hui près de 350 médecins échan-gent des informations, des idées, soumettent leurs réflexions, essaient de faire progresser idées et projets. Ce réseau est ouvert. C’est dire que tout adhérent de la SFMC, comme tout personnel de santé même non-membre peut y prendre part. Son accès est très simple: pour cela par internet il suffit de se connecter à : https://www.linkedin.com/groups/French-Society-Disaster-Medicine-7455501/about La SFMC offre ainsi un plateau virtuel de discussion et d’échange qui, à ma connaissance n’a pas d’autre équivalent au-jourd’hui. • La session Ébola de la SFMC: Le 23 janvier 2015 une session de la SFMC devait être consacrée à établir un bilan de 10 ans de loi de modernisation de la Sécurité Civile et des mesures de planification diffusées par le ministère de la santé pour la prise en compte des crises sanitaires, le bilan d’étape de l’EPRUS etc. Ce thème est reporté. En lieu et place nous ferons un point d’étape sur l’épidémie Ébola : le virus, la maladie, la transmission, l’épidémie, le trai-tement, la vaccination, la protection individuelle des soignants et de la population, les mesures d’hygiène publique, la qua-rantaine, l’organisation des services référents, le rôle des SAMU et SMUR de la réception des appels aux interventions et aux transports, la place des sapeurs-pompiers et des ambulanciers, l’intervention des associations médicales non gouver-nementales, de sécurité civile (Croix Rouge, FNPC, OHM…), les règles et matériels d’évacuation et de transport (housses en pression négative). Nous inviterons tous les experts : militaires et civils, ONG et étatiques, de terrain et de laboratoire, médecins et autres per-sonnels de santé. Nous essaierons de faire témoigner nos confrères africains, de donner la parole à quelques experts étrangers. Nul doute que l’échange sera passionnant et instructif. Nous demanderons à nos amis industriels et des laboratoires phar-maceutiques de venir nous présenter l’état de leurs réalisations de leurs recherches. • La création de fiches pratiques : Elles seraient destinées aux populations et aux personnels soignants (très exposés) pour répondre à des questions simples : lavage de main: quand, avec quoi, combien de temps? Et si je n’ai pas d’eau? Eau propre ou n’importe quelle eau? Masque facial : sur qui ? Personnel soignant ou malade? Lequel ? Combien de temps ? Tenue de protection: laquelle? Comment la mettre? Comment l’enlever ? Produit désinfectant : lequel, comment, combien de temps ? Bien d’autres questions non évo-quées pour ne pas alourdir le propos. Pour cela nous vous proposons de créer rapidement un groupe de travail. Tout adhérent compétent et/ou volontaire est appelé à le rejoindre. Se manifester en envoyant un mail à medecine.cata@gmail.com. Un beau programme qu’il nous reste à mettre en musique. D’où appel à communications et idées, à signalement de compétences et d’expertises. Que ceux qui peuvent amener une contribution envoient leurs idées ou propositions à medecine.cata@gmail.com Elles seront les bienvenues. La lettre de la SFMC n°77 - 3 - Henri Julien Président de la SFMC 1. BANBURRY Anthony, chef de la mission des États Unis chargé de coordonner la réponse d’urgence à Ébola. 14 oct 2014. 2. LIU Joanne, présidente internationale de MSF, citée par Le Monde, 5 septembre, Page 5. 3. CHAN Margaret, directrice de l’OMS, déclaration devant les Nations Unies
  4. 4. La vie de la SFMC Le mot du secrétaire général 391 membres actifs, à jour de cotisation. 9 adhérents institutionnels (organismes ou sociétés). Une dynamique d’insertion dans le monde actuel, avec plusieurs actions majeures. Le conseil européen de médecine de catastrophe a vu le jour, les statuts ont été déposés en Belgique, le détail des règles de fonctionnement est en cours de finalisation, ce conseil (ECDM: european council for disaster medicine, en anglais di-mension européenne oblige…) a pour vocation première de fédérer au mieux les actions nationales dans le domaine de la médecine de catastrophe. Les sessions scientifiques sont en train de trouver leur rythme de croisière (deux sessions annuelles), et ont reçu l’agrément vis-à-vis du développement professionnel continu, ce fameux DPC (toute ressemblance avec l’usine à gaz qui trônait à Saint- Denis en bordure de l’autoroute A1 avant la construction du stade de France étant naturellement fortuite). De nombreuses coopérations et sessions d’enseignement sont en cours, finalisées et actives ou bien en phase finale de concrétisation. Et que dire de notre président ? Il est devenu académicien, à l’académie de médecine. Belle reconnaissance de son ac-tion au profit de la médecine de catastrophe, et cet honneur rejaillit sur la SFMC. Notre société savante est également très concernée par l’actualité. Ébola. Rien que le nom déclenche actuellement une réaction d’inquiétude voire d’effroi. Ce filovirus, identifié en 1976 et qui était retombé ensuite dans un oubli relatif (seuls quelques chercheurs confinés dans des laboratoires P4 le fréquentaient assidûment et prudemment) vient de faire une ré-apparition fracassante. Nous sommes passés du stade d’alerte à celui de catastrophe sanitaire selon l’OMS. Et, hasard du calendrier, la SFMC a participé activement à la rédaction d’un dossier thématique « Éthique et résilience » à la demande de l’Institut des hautes études de sécurité et de justice. Quels sont les thèmes de ce dossier ? Complexité des principes éthiques en contexte de crise, critères de priorité, responsabilité et appréciation du risque, conflits de cultures, secret médical. Ces thèmes sont au coeur de l’épidémie actuelle d’Ébola. L’actualité vient comme souvent se confronter aux principes fondamentaux. L’éthique garde tout son sens, même au milieu d’une catastrophe de cette ampleur. La SFMC, une société dynamique en prise directe avec l’actualité. La lettre de la SFMC n°77 - 4 - Luc Ronchi Secrétaire général de la SFMC Bienvenue à nos nouveaux membres ! AMAND Elise 10200 BAR SUR AUBE ASENCIO Renaud 30000 NIMES ATTRAIT Xavier 83177 BRIGNOLES Cedex BAKOWIEZ Nicolas 78150 LE CHESNAY BEAUVAIS Michel G1S 3C9 QUEBEC BERGZOLL Stéphane 20200 VILLE DI PIETRABUGNO BERTRAND / MICHAELLI Pascale 57370 PHALSBOURG BOTTINO Aldo 36021-660 JUIZ DE FORA BOUFFAUT Patrick 91460 MARCOUSSI BOULANGER Daniel 92230 GENNEVILLIERS CAMBE Jérôme 10200 BAR SUR AUBE CAMPOS TELLES Diogo 24330-325 NITEROI- RJ CASTELLANI Jean-Charles 20132 ZICAVO DA SILVA SOITO Isabel Cristina 22240-380 RIO DE JANEIRO DAMEME / VERGNAIS Anne 22120 QUESSOY DE MOURA FERREIRA Leonardo 28970-000 ARAMAMA RJ DESANLIS Cyril 08000 CHARLEVILLE MEZIERES DIAS DA SILVA Tania 11045-540 SANTOS SP DUPONT Cyrille L-7347 STEINSEL EL YAAGOUBI Abdelkrim RABAT ENCINAS de MUNAGORRI /JACQ Marie 78000 VERSAILLES E-SEMBLE Société 2624 AK DELFT FRANKLIN. Jr Ney 21941-310 RIO DE JANEIRO FUSE Riki 113-8603 TOKYO GABA Marc-Emmanuel 30700 UZES GANDRA Sara 4510-042 GONDOMAR GONCALVES DIAS Rodrigo 20271-050 RIO DE JANEIRO LE DOUARIN Stéphane 13009 MARSEILLE LE GUEN Bernard 93282 SAINT DENIS CEDEX LESSA DE VASCONCELOS Leandro 25660-271 PERNOPOLIS MAHOUNGOU GUIMBI Kryste Chancel 41500 ORLEANS MALADIN René 91000 EVRY MANTEL René 62190 LESPESSES MARQUES NETO José Henriques 20755-260 RIO DE JANEIRO MATISEC Société 38081 ISLE D'ABEAU MICOURAUD Philippe 92100 BOULOGNE BILLANCOURT MOTTA LUCCHESI Regina 22051-001 RIO DE JANEIRO NEMITZ Bernard NGUYEN Jean-Claude 29480 LE RELECQ KERHUON NICOL / ROY Francoise 44330 VALLET OLIVERO DE SOUZA Manuela 41820-180 SALVADOR BA OMLOR Sabine 57350 SCHOENECK PETITJEAN Bruno 26200 MONTELIMAR PINHEIRO ALVES Mauro Gil 20725-050 RIO DE JANEIRO POURRET Didier 01440 VIRIAT PREVOR Société 95760 VALMONDOIS RAJAU Bernard 92360 MEUDON LA FORET RICART RIBEIRO Neidson 21210-030 RIO DE JANEIRO ROSATI Jean-Antoine 03140 CHANTELLE SCHWEITZER Benoit 97354 REMIRE-MONTJOLY TAVARES Tavira THUEZ Laurent 73470 AYN TRAVERS Nicolas 91190 VILLIERS LE BACLE VEYRAT Vivien 78520 GUERNES VEZIA Véronique 74540 ALBY sur CHERAN VILLAR DE QUEIRO NETO Edmar 2222-1011 RIO DE JANEIRO WEINMANN Société 91430 IGNY YOUNG Silvia. B 24230-220 NITEROI - RJ
  5. 5. L’actualité des événements et informations générales Les catastrophes et accidents naturels René Noto Séismes et éruptions volcaniques, tempêtes, ouragans et cyclones, inondations et glissements de terrain représentent pour les derniers mois passés l’essentiel des événements naturels qui ont atteint les collectivités humaines dans le monde. Tous les événements ne seront pas cités, seulement une sélection des plus significatifs. • La saison cyclonique 2014 La saison cyclonique est prévisible dans trois régions : l’océan l’atlan-tique Nord, l’océan pacifique Nord- Est et l’océan pacifique Nord-Ouest. Après Arthur, Bertha, Cristobal et Dolly, le 5e système cyclonique de la saison a été baptisé Edouard le 12 septembre sur l'Atlantique et tous ces cyclones de la saison 2014 n’ont causé que très peu de dommages matériels limités aux maisons mobiles, à la végétation et aux panneaux de si-gnalisation. Mais chaque fois les alertes cyclo-niques ont permis de mettre en place des mesures de protection des popu-lations résidantes. Ainsi sur les côtes américaines, en Caroline du nord au début du mois de juillet, des mesures d’évacuation ont été réalisées par les autorités locales. http://www.cyclonextreme.com/cyclonemondeba ssinhemispherenordsaison14.htm http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/201407 04.OBS2714/etats-unis-l-ouragan-arthur-se-renforce- a-la-veille-de-la-fete-nationale.html • Tornades aux États-Unis, juin, aout, septembre 2014 Plusieurs tornades très violentes ont atteint diverses régions des États Unis occasionnant des dégâts matériels considérables et plusieurs dizaines de victimes. http://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/ 2014-06-18-07h02/double-tornade-meurti ere-aux-etats-unis-ce-lundi-25464.php Analyse Les tornades sont des phénomènes mé-téorologiques très particuliers, peu pré-visibles à long terme et souvent très destructeurs. Les États-Unis sont le pays le plus tou-ché par ces phénomènes. La principale politique de sécurité est une alerte des populations et des incitations de mises à l’abri, mais se pose aussi l’adéquation de la résistance des constructions à ces phénomènes natu-rels. http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/04/ 28/les-etats-unis-pays-le-plus-touche-au-monde-par- les-tornades_4408629_3244.html • Inde, pluies et glissements de ter-rain le 30 juillet 2014 À Ghodegaon (Inde), à la suite des pluies torrentielles de la mousson sur-venue La lettre de la SFMC n°77 - 5 - d’un glissement de terrain,le bilan pourrait dépasser les 150 morts. http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/ article/2014/07/30/inde-un-village-ens eveli-par-un-glissement-de-terrain_ 4464518_3216.html http://french.xinhuanet.com/societe/2014- 07/30/c_133520826.htm Analyse Il s’agit d’un village isolé dans lequel plus de 40 habitations ont été enseve-lies et les secours ont été difficiles au-tant par les conditions météorologiques que par la situation géographique. L’Inde dispose d’une « Force d'interven-tion nationale en cas de catastrophes (NDRF ou National Disaster Reponse Force ( http://www.ndrf.res.in ) qui est in-tervenue sur cet événement. • Le Japon typhon Phanfone, octo-bre 2014 Ce typhon est survenu le 6 octobre, il a traversé Tokyo avant de quitter l'ar-chipel, provoquant sept morts et dis-parus, et près de 60 blessés. http://fr.euronews.com/2014/10/06/le-typhon-phanfone- s-abat-sur-le-japon • Le mécanisme et les conséquences des tornades L'intensité des tornades et l'importance des dommages qu'elles provoquent peuvent être quantifiées par la force du vent au niveau de la surface. T. T. FUJITA a ainsi défini, en 1981, l'échelle F regroupant les tornades en six classes de puissance croissante. Elle permet cependant d'estimer l'énergie mise en jeu à l'aide de critères relativement simples à observer. Les régions tempérées de l'Europe de l'Ouest n'échappent pas aux tornades, même si les conditions de formation sont plus difficiles à cerner, donc à prévoir. Ce type de mani-festation reste malgré tout assez rare. La France, par exemple, a subi seulement 14 tornades de forte puissance (F4 et F5 sur l'échelle de FUJITA) entre 1680 et 1988, essentiellement dans le Nord et le Centre- Ouest. On estime à environ 180 le nombre moyen de tor-nades se produisant par an sur la France métropolitaine. Les probabilités d'intensité sont d'à peu près 80 % pour l'échelle F0, 15 % pour F1, 4 % pour F2, l % pour F3, 0,1 % pour F4, 0,01 % pour F5. Ainsi, il doit se produire en moyenne deux tornades faibles (F0 ou Fl) par an et par dé-partement. Les risques de tornades fortes (F4 ou F5) sem-blent limités à quelques régions (Nord-Ouest, Jura, Languedoc), avec une fréquence moyenne d'environ une tous les cinq ans. La plupart des tornades (70 %) sont ob-servées de mai à septembre, période pendant laquelle les orages sont les plus nombreux. Ses effets dévastateurs sont peu prévisibles. Très localisée, elle prend naissance en quelques minutes, à tout moment et n'importe où. Son déplacement aléatoire ne peut être modélisé de nos jours. Seule une alerte imprécise sur le lieu et la date peut être délivrée lorsque les conditions at-mosphériques sont propices à la formation de tornade. Mais comment se préparer lorsqu'aucun paramètre n'est connu, et que le déplacement se fait dans un couloir étroit et de manière aléatoire?
  6. 6. Niveau F0 F1 F2 F3 F4 F5 Catégorie Dommages Dommages Dommages Dommages Dommages Dommages légers modérés importants sévères dévastateurs incroyables Vitesse du vent 60 à 110 km/h 120 à 170 km/h 180 à 250 km/h 260 à 330 km/h 340 à 410 km/h 420 à 510 km/h Détail Antennes TV tordues, Caravanes renversées, Toitures soulevées, Murs de maisons Maisons bien construites Fortes structures envolées, petites branches arbres arrachés, objets légers transformés renversés, rasées, gros projectiles, arbres emportés d'arbres cassées, dépendances soufflées en projectiles, arbres cassés quelques arbres brisés par le vent, caravanes déplacées structures légères brisées dans les forêts, emportés par le vent projectiles à grande vitesse projectiles de grandes dimensions Échelle de T. T. FUJITA http://www.assemblee-nationale.fr/rap-oecst/risque/R1540-02.asp • Les conséquences des ouragans et des tempêtes On est quelquefois surpris de l’importance des dégâts que peuvent causer ouragans et tempêtes. Ce site fournit des images prises pratiquement juste après l’événement.Ces images permettent d’objectiver tout à la fois l’importance des phénomènes et la vulnérabilité structurelle des habitations. https://fr.news.yahoo.com/photos/cyclones-ouragans-typhons-ces-tempetes-meurtrieres-1413189907-slideshow/ • Inondations en France, septembre 2014 Au cours du mois de septembre les alertes « météo » se sont multipliées dans de nombreux départements du sud-est et du sud-ouest, les inondations furent importantes à la fois inondations par débordement fluvial, inondations de plaines, inondations urbaines. Les dégâts matériels considérables ont justifié la parution de décrets « catastrophes naturelles » pour assurer les in-demnisations des sinistrés. http://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2014-10-10-07h13/le-risque-inondation-en-france---dossier-24027.php http://www.lexpress.fr/actualite/societe/meteo/orages-intemperies-inondations-en-france_1578080.htm Analyse Il s’agit du premier phénomène méditerranéen de cette fin d’été encore appelé « épisode cévenol » qui comme chaque année atteignent ces régions provoquant souvent des dégâts considérables. Il faut rappeler les événements du 8 septembre 2002 dans le Gard, où ces intempéries avaient causé la mort de 22 per-sonnes (et plus de 830 millions d’euros de dégâts). Dans les conséquences matérielles on retrouve les mêmes faits : difficultés de circulation routière en raison des destruc-tions des routes et des ponts, des habitations endommagées plus ou moins gravement nécessitant quelquefois des relo-gements, un manque d’eau potable et les missions de secours s’inscrivent donc dans cette perspective. Dans l’ensemble des remarques et commentaires des médias- journaux comme télévisions on n’a jamais entendu évoquer les concepts de plan communal de sauvegarde(PCS), de réserve communale de sécurité civile(RCSC) tels qu’ils ont été en-visagés il y a 10 ans par la loi de modernisation de sécurité civile. À signaler, la dernière mise à jour pour les RCSC en mai 2014 : http://www.interieur.gouv.fr/A-votre-service/Mes-demarches/Papiers-Citoyennete/Viecitoyenne/Volontariats/Participation-a-la-securite-civile/R • Les inondations en Europe centrale Dans l’Europe centrale des inondations du littoral ont causé d’importants dégâts matériels qui sont venus s’ajouter à ceux causés par les inondations survenue en avril et mai 2014. Pays des Balkans, Autriche ont dû faire face vers le 13 septembre à des inondations et des glissements de terrain. http://www.rts.ch/video/info/journal-continu/6142288-inondations-en-europe-centrale.html • Indonésie, glissement de terrain, le 6 octobre 2014 Dans le province de Kalimantan un glissement de terrain dans une mine d’or a entrainé la mort de 18 mineurs. http://www.alvinet.com/actualite/articles/dix-huit-mineurs-tues-dans-un-glissement-de-terrain-en-indonesie-22998016.html Analyse Accident naturel ou technologique ? La situation habituelle de sécurité dans les mines d’or clandestine de ce pays objective les liens de causalité entre deux ac-tivités, il s’agit là d’une catastrophe duale. Ces accidents sont fréquents et les conséquences d’autant plus graves que l’organisation des secours est rudimentaire. La lettre de la SFMC n°77 - 6 -
  7. 7. Protection des populations contre les inondations du littoral L’Union européenne a pris en compte la « Protection contre les inondations » des communautés littorales. Deux projets financés par l’UE permettent d'assurer la sécurité des populations et de leurs maisons dans les zones côtières grâce à un système d’alerte précoce contre les tempêtes et à un système destiné à aider les autorités lo-cales, les constructeurs et les promoteurs à mieux planifier les zones de construction. Les zones côtières sont particulièrement menacées par les inondations, dont l'impact est accru par les fortes den-sités de population, l’érosion et la montée du niveau de la mer provoqué par le changement climatique. Les dommages peuvent cependant être réduits si les communautés sont en mesure de se préparer à l’avance à des conditions météorologiques extrêmes et à d'éventuelles inondations et si le risque d’inondation est pris en consi-dération dès la conception et la construction des infrastructures et des habitations. C’est là l'objectif des projets MI-CORE et THESEUS, financés par l'UE. Dans le cadre de MICORE, un système d'alerte précoce a été créé en simulant les dangers liés à l'érosion côtière provoquée par les houles de tempête. Ce logiciel a vocation à améliorer les méthodes de prévision et de réaction aux catastrophes, ce qui permettra d'accroître la sécurité publique. La côte atlantique, au sud de l'Espagne (Cadix) et au Portugal (Algarve), est également incluse, de même que le lit-toral http://europa.eu/rapid/press-release_IP-14-1046_fr.htm Exposition de la France aux catastrophes de la mer d’Irlande. En terme de catastrophes naturelles, la France est un pays relativement exposé, notamment si l'on prend en compte les départements et collectivités d'Outre-Mer. Au niveau mondial, elle serait classée au 40e rang des pays les plus exposés aux risques. Cependant, sa capacité d'y faire face (infrastructures, niveau de développement...) place la France métropolitaine aux alentours du 150e pays à risque (mais la Guyane française se situe au 24e rang mondial), alors que les Pays- Bas sont au 12e rang d'exposition et au 51e rang pour le risque (1). Alors que certains pays sont davantage menacés par les risques sismiques ou industriels, la France est particuliè-rement exposée aux risques climatiques et océanographiques, souvent liés donc à des risques essentiellement d'ordre météorologique. Pour réaliser ce "TOP 5", non exhaustif, nous avons étudié les régimes climatiques, la récurrence d'événements mar-quants et leurs impacts sur la société (dégâts, victimes). On aboutit ainsi à un "indice d'exposition au risque". Il en résulte que les villes d'Outre-Mer détiennent la palme d'exposition aux risques, tandis qu'en Métropole, ce sont les villes du sud de la France qui s'avèrent être les plus dangereuses. À l'image du continent Européen, c'est en allant vers le nord que l'on est le plus en sécurité face aux aléas météo-rologiques. Les risques qui reviennent fréquemment en France sont majoritairement les inondations, qui représentent 56% des coûts en termes d'assurance et de réassurance (état de catastrophe naturelle). Il convient néanmoins de nuancer ce risque, car une crue éclair n'a pas le même effet qu'une crue fluviale lente. Les tempêtes et ouragans viennent ensuite, notamment pour les départements d'Outre-Mer qui battent de nom-breux records mondiaux d'exposition aux risques naturels (en particulier les Antilles, fortement exposées aux oura-gans, tandis que La Réunion fait plutôt face aux plus fortes pluies de la planète). Enfin les risques liés à la mer (surcote, submersion, fortes vagues) sont en relation avec les conditions météo, même si le lien de cause à effet est moins direct : nous en avons tenu compte dans ce TOP 5. http://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2014-10-13-06h40/catastrophes-meteo---top-5-des-villes-les-plus-a-risque-en-france-26405.php • Avalanches en Amérique du sud C’est l’hiver dans cette région du monde et en Argentine plusieurs avalanches meurtrières sont déjà survenues. http://www.kairn.com/fr/activites-montagne/93174/serie-noire-d-avalanches-en-amerique-du-sud.html Analyse Probablement les mêmes comportements des skieurs entrainent les mêmes conséquences sur la sécurité. Un site d’information sur la survenue des séismes dans le monde http://fr.earthquake-report.com Ce site signale toutes les activités sismiques importantes dans le monde. La lettre de la SFMC n°77 - 7 -
  8. 8. • Alger, séisme, le 1er août 2014 Six personnes sont mortes et 420 ont été blessées dans la panique provoquée vendredi par un séisme de magni-tude 5,6 sur l‘échelle de Richter à Alger et dans les dé-partements limitrophes, “Selon un bilan hospitalier définitif, il y a eu six morts ainsi que 420 blessés”, pour la plupart des blessés légers, a annoncé à l’AFP un mem-bre de la cellule de crise du ministère de la Santé. Parmi les blessés, “21 personnes sont encore hospitalisées dont sept doivent subir des interventions chirurgicales aujourd’hui (vendredi)”, a-t-il précisé. Sur les six morts, quatre personnes ont péri en se jetant de leurs balcons ou de leurs fenêtres et deux sont décé-dées d’arrêts cardiaques, selon la même source. Les victimes sont d’Alger, de Boumerdes, (50 km à l’est d’Alger) et de Blida, (50 km au sud-ouest d’Alger). Toutes les victimes sont liées au mouvement de panique provoqué par le séisme. Réveillées par la secousse, des personnes se sont jetées de leurs balcons et de nombreux habitants se sont précipités dans les rues, craignant des effondrements de bâtiments. http://fr.euronews.com/depeches/2624246-seisme-au-large-dalger-6- morts-et-420-blesses-a-cause-de-la-panique/ Analyse Dernier bilan: 6 morts et plus de 400 blessés. Les phénomènes de panique lors de certains événements naturels sont bien connus, ils sont de nature à augmenter le nombre de victimes en raison de comportements individuels et collectifs : mouvements de foule, fuites précipitées, défe-nestrations… Ils ont été constatés surtout lors de séisme en raison de la ci-nétique dans les habitations, les ERP Ils peuvent être limités voire évités par l’information préalable des populations et leur entraînement pour faire face à l’évé-nement. Dans les zones « d’endémie » de séismes comme le Japon cette politique de prévention est régulièrement appliquée. Quelques exemples d’événements récents pour les catas-trophes naturelles mais ces phénomènes de panique sur-viennent aussi lors d’autres accidents industriels et technologiques. - Rwanda, 3 février 2008 Les tremblements de terre sèment la panique au sein des po-pulations des districts Rusizi et Nyamasheke au Sud-Ouest du Rwanda. - Kirghizstan, juillet 2011 Les habitants de la vallée de Ferghana, en Asie centrale, ont été pris de panique à la suite d'un séisme de magnitude 6,2 qui a secoué cette région de l'Est de l'Ouzbékistan et le Sud du Kirghizstan, selon des témoignages recueillis par des jour-nalistes de l'AFP. Un exemple d’effets de dominos : la panique dans les catas-trophes urbaines. http://cybergeo.revues.org/2991 • Maroc, nombreuses secousses sismiques depuis le 11 octobre 2014 Selon l’ING qui relève du Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST), relayant le réseau de surveillance sismique, la secousse s’est produite à 09h14. Quelques jours auparavant, la ville avait également enre-gistré La lettre de la SFMC n°77 - 8 - pas moins de trois secousses en 48 heures sans faire de dégâts. http://www.h24info.ma/maroc/seisme-le-nord-du-maroc-tremble-depuis-deux- jours/27841 Analyse À noter des secousses les mois précédents : - Le 31 août, une secousse tellurique de magnitude 5,7, dans la province d'Agadir. - Le 12 août, une secousse sismique de magnitude 3,2 dans la ville de Hassi Berkane (province de Nador). Que devraient être les attitudes de protection des popula-tions devant cette brusque augmentation de la sismicité? • Séismes en Chine, le 3 août 2014 Tremblement de terre de magnitude 6,1 qui a atteint les régions montagneuses du sud-ouest du pays. Le bilan officiel – encore provisoire – est d'au moins 381 morts et 1801 blessés. Les dégâts sont considérables : plus de 12000 maisons se sont effondrées et quelque 30000 ont été endomma-gées. Plus de 7000 soldats et secouristes dépêchés sur les lieux. Dernière heure… Éruptions solaires intenses, fin octobre 2014 Solar Dynamics Observatory (SDO) est un observatoire solaire développé par l'agence spatiale américaine, la NASA, dont le lancement a eu lieu en février 2010. Sa mission qui s'inscrit dans le programme Living With a Star (Vivre avec une étoile), consiste à étudier toutes les manifestations solaires et en particulier celles qui peuvent affecter la Terre. Grâce à ces observations, il a été constaté que depuis quelques jours, le soleil connaît une activité très importante. On peut donc envisager des perturbations dans les communications satellitaires. Quelques sources d’informations sur les activités so-laires. Webastro, le site de la communauté astronomique, toutes les données de SDO: http://www.webastro.net/index.php?wapedia=soleil La presse galactique: http://lapressegalactique.net/category/themes/changement-planetaire/ solaire/ Site, le Cosmographe: http://www.lecosmographe.com/blog/tag/activite-solaire/ Notre planète-Info: http://www.notre-planete. info/actualites/actu_2913_affronter_tempete_solaire.php
  9. 9. Les catastrophes et accidents de transport René Noto Les accidents de train Quelles que soient les circonstances de survenue et les causes principales, les conséquences géné-rales dépendent essentiellement du « contenu transporté » : accidents de train de voyageurs dans les-quels les victimes sont les voyageurs et accidents de train de marchandises pour lesquels l’impact est représenté principalement par les populations avoisinantes et l’environnement immédiat en fonction des matériaux transportés. • Canada, accident de train de marchandises, le 6 oc-tobre 2014 Un train de marchandises du Canadien National transpor-tant des produits dangereux a déraillé dans le centre de la Saskatchewan. L’incendie apparu quelques instants après a nécessité l’évacuation des populations avoisinantes. http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/faits-divers/ 201410/07/01-4807182-un-train-de-marchandises-deraille-en Analyse Ce type d’accident est devenu maintenant récurrent au Ca-nada, l’accident le plus important étant survenu en juil-let 2013 à Lac-Mégantic avec comme conséquences la destruction de nombreuses habitations et une trentaine de morts et disparus. Des nouvelles informations récentes ont été publiées sur cet accident : http://www.24hmontreal.canoe.ca/24hmontreal/actualites/national/archive s/2014/10/20141008-035013.html • États-Unis, accident de train, le 5 octobre 2014 Un train de marchandise a heurté un camion en panne sur un passage à niveau dans le village de Mer Rouge, en Louisiane. Deux blessés graves et l’évacuation des populations avoi-sinantes dans l’éventualité de l’explosion des wagons de gaz sous pression. http://www.tdg.ch/monde/faits-divers/train-percute-camion-deraille-yeux/ story/15873119 • Inde, accident de train de voyageurs, le 5 octobre 2014 L’accident s’est produit dans l’État d’Uttar Pradesh, à la gare de Gorakhpur, quand le Barauni Express a déraillé et s’est renversé après avoir été embouti par le Krishak Ex-press, La lettre de la SFMC n°77 - 9 - bilan de 12 morts et une vingtaine de blessés. http://journalmetro.com/monde/567269/un-accident-de-train-fait-12-morts-en- inde/ Analyse Les accidents de train en Inde sont à la fois fréquents et graves. Pour mémoire: - Juillet 2010, collision, 61 morts, - 4 mai 2014, collision, 18 morts et 112 blessés, - 26 mai 2014,10 morts, - 29 juillet 2012, 40 morts. • Tunisie, accident de train, le 17 juillet 2014 Déraillement d’un train de voyageurs sur la ligne reliant Tunis à la ville du Kef, bilan initial de 5 morts et une ving-taine de blessés. http://www.tap.info.tn/fr/index.php/regions/33158-siliana-cinq-morts-dans-le- deraillement-d-un-train-a-gaafour • France, Pau (commune de Denguin), accident de train, le 17 juillet 2014 Collision entre un TER et un TGV près de la commune de Denguin, Bilan quelques blessés légers. Analyse Selon les premiers résultats de l'enquête il ne s’agissait pas d’une erreur humaine mais d’une cause « animale, « des rats seraient responsables de la dégradation des conducteurs électriques défectueux. • Russie, accident de métro, le 15 juillet 2014 Un accident de métro est survenu dans le métro de Moscou, les informations à partir de diverses dépêches d’agence permettent d’établir un bilan succinct. "Au total, 120 personnes ont été hospitalisées, dont 50 dans un état grave. Cinq personnes ont trouvé la mort", a indiqué la source. De son côté, le ministère russe des Situations d'urgence parle de 10 morts. http://www.liberation.fr/monde/2014/07/15/l-un-des-plus-graves-accidents-de-l-histoire-du-metro-de-moscou_1064115 Analyse Le métro est un transport « voie ferrée » ayant des caractéristiques particulières voire totalement spécifiques à ce type de transport : - C’est un transport en grande partie en circulation souterraine et circule dans des galeries situées à des profondeurs va-riables ; - C’est un transport dédié uniquement aux voyageurs ; - C’est un transport essentiellement urbain et péri urbain. Du fait de ces caractéristiques les accidents de métro sont donc très spécifiques : - Par leur survenue en galerie souterraine qui entraîne des contraintes opérationnelles importantes (accessibilité, visibilité,
  10. 10. communication, ventilation…) - Par leur survenue en milieu urbain avec: - Rapidité de l’alerte et de l’engagement des secours, - Abondance des moyens de secours tant au plan pré-hospitalier qu’au plan hospitalier, - Retentissement médiatique important, voire politique en raison de l’impact immédiat sur la population (mise en cause de la sécurité des transports urbains). - Concerne un public de voyageurs relativement homogène (habitant de la ville), - Multiplicité des sources d’information qui fournissent des données différentes, voire contradictoires. L’accident survenu le 15 juillet dans la matinée illustre ces spécificités : 1. Il s’agit d’un déraillement de trois wagons entre deux stations On peut supposer qu’un wagon a dû se renverser puisqu’on parle de wagon » abimé » et de voyageurs « incarcérés ou blo-qués ». Cependant la notion de fumée est évoquée: incendie? 2. Le nombre de victimes est incertain (et la notion de coefficient multiplicateur est importante) ainsi que la gravité initiale: - 3 morts, 5 morts, 10 morts, puis 21 morts, - 120 blessés, puis 150 blessés, - 10 personnes hospitalisées puis 42 dans un état grave. On ne possède aucune donnée sur la nature des lésions, mais on peut penser que la dominante lésionnelle a été d’ordre traumatique. 3. La nature des victimes semble importante dès qu’il y a possibilité de touristes étrangers. 4. Les plus hautes autorités de l’état présentent leurs condoléances, viendront peut-être plus tard le deuil national et ensuite les commémorations. 5. Dans les situations « d’instabilité sécuritaire » les autorités locales précisent toujours que cet accident n’est pas un acte de terrorisme. Conclusions Les accidents de métro qui rentrent dans la catégorie des ACEL sont rares, parmi les plus graves ayant entraîné plusieurs morts il faut citer: - Chicago, (États Unis), le 4 février 1977: un déraillement bilan onze morts et 180 passagers blessés. - Tokyo, (Japon), le 5 décembre 1988: une collision entre deux rames fait 2 morts et plus de 100 blessés. - Toronto (Canada le 11 août) : une collision entre deux rames de métro sur la ligne Yonge-University-Spadina fait 3 morts et 30 blessés. - Tokyo (Japon), le 8 mars 2000: une collision entre deux rames après déraillement fait 5 morts et 63 blessés. - Valence (Espagne), le 3 juillet 2006: une rame de métro déraille entre deux stations España; 43 morts et 47 sont blessés. - Washington (États-Unis) le 22 juin 2009: une collision entre deux rames de métro fait 9 morts et 80 blessés. Les accidents d’avion Le transport aérien collectif est actuellement le transport le plus sécuritaire, cependant tous les acci-dents graves ont une répercussion émotionnelle et psycho affective considérable quelquefois hors de proportion par rapport au nombre de victimes en comparaison avec d’autres événements destructeurs, les deux accidents survenus en Ukraine et au Mali au mois de juillet 2014 en témoignent. • Ukraine, accident d’avion, le 17 juillet 2014 Le 17 juillet 2014 un Boeing 777 de la Malaysia Airlines, vol MH 117 s'est écrasé l'est de l’Ukraine (actuellement zone de combat).L’avion parti des pays bas(Amsterdam) se dirigeait vers la Malaisie avec 298 passagers de plusieurs na-tionalités différentes. Toutes les données actuelles permettent d’affirmer qu’il a été abattu par un missile sol-air. Analyse - Cet accident est en fait un événement de guerre et devrait être pris en compte dans ce contexte cependant compte tenu des circonstances on peut légitimement le considérer comme une catastrophe aérienne ne serait-ce que par le nombre de victimes (il n’y aucun survivant). - Cet accident met en évidence une catégorie particulière « d’impliqués » : ils ne sont pas sur les lieux de la catastrophe mais leur implication est liée aux liens affectifs qui les unissaient aux victimes. Ces impliqués vont « se recruter » d’une part parmi les attendants(en Malaisie) et les accompagnants (aux Pays Bas pour certains) ou dans d’autres régions en fonction de la nationalité des voyageurs et de leur origine géographique. En effet dans les vols touristiques il est fréquent qu’un pays, qu’un aéroport servent de plate-forme de départ d’une com-pagnie aérienne empruntée pour ses destination. La lettre de la SFMC n°77 - 10 -
  11. 11. Les images fournies montrent la complète fragmentation de l’avion qui aurait explosé à 10000 mètres d’altitude, dans ces conditions les opérations d’identification des restes humains seront très difficiles et longues. Ces images montrent aussi l’absence d’organisation des secours : périmètres de sécurité, absence de sécurisation des lieux pour l’enquête à venir, manipulation des débris… Une étape « organisationnelle » importante est représentée par la prise en charge des familles, puis l’organisation de l’en-quête suivant les règles internationales de l’OACI et enfin les manifestations de deuil et des rites que funéraires et plus tard les commémorations… Les catastrophes aériennes par destruction de l’avion en vol par un engin balistique ou par un avion de chasses sont rares. - Le 1er septembre 1983: le vol 007 Korean Air Lines (KE 007) est un vol régulier de la compagnie sud-coréenne Korean Air Lines (avec et 269 passagers et membres d'équipage) fut abattu, par l’aviation russe, il n'y eut aucun survivant. - Le 3 juillet 1988 vol 655 d'Iran Air assurant la liaison entre Téhéran, et Dubaï aux avec 290 passagers est abattu au-des-sus du Golfe Persique par un tir de missiles provenant du croiseur américain USS Vincennes, il n’y eut aucun survivant. - Le 21 février 1973, le vol 114 Libyan Arab Airlines de Tripoli au Caire avec 113 passagers est abattu par des avions de com-bat israéliens, il y eut 5 survivants. Compléments d’informations http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/07/17/le-crash-du-boeing-de-la-malaysia-est-un-acte-forcement-volontaire_4459209_3214.htm http://www.lefigaro.fr/international/2014/07/17/01003-20140717LIVWWW00286-en-direct- -un-avion-de-ligne-malaisien-s-ecrase-dans-l-est-de-l-ukraine. php http://www.lepoint.fr/monde/le-boeing-de-la-malaysia-airlines-a-bien-ete-abattu-par-un-missile-en-ukraine-18-07-2014-1847068_24.php http://fr.euronews.com/2014/07/17/un-avion-de-ligne-malaisien-secrase-en-ukraine/ On notera: Les différences sur le nombre de passagers, donc de victimes. • Taïwan, le 23 juillet 2014 Un ATR-72 de la compagnie taïwanaise TransAsia Airways, transportait 58 personnes, 54 passagers et quatre mem-bres d’équipage s’est écrasé à sa deuxième tentative d’at-terrissage à proximité de l’aéroport de Magong sur l’île isolée de Penghu. Le bilan serait de 48 morts et il y aurait 10 survivants. http://fr.euronews.com/2014/07/23/crash-d-un-avion-a-taiwan-une-cinquantaine- de-morts Analyse Il s’agit là d’un accident aérien qui s’inscrit dans une norma-lité autant causale que circonstancielle: accident à l’atterris-sage à proximité immédiate de l’aéroport. Les données statistiques montrent que 51 % des accidents se produisent à l’atterrissage, mais le nombre de victimes est plus important pour les accidents liés au décollage, on dé-nombre 37 % de victimes à l’atterrissage contre 53 % au dé-collage et pendant la montée. Dans cet accident la mortalité avec 77 % de passagers dé-cédés est donc nettement plus importante que la moyenne. Les informations révèlent que deux ressortissants français se trouvaient à bord (soit 3 %) et cette catastrophe que l’on pour-rait qualifier de « banale » quant à ses origines objective comme la suivante le concept « d’impliqués indirects » re-présentés par les familles et les proches des victimes. • Nord du Mali, le 24 juillet 2014 Un avion de la compagnie Air Algérie un McDonnell-Dou-glas 83 affrété à la compagnie espagnole Swiftair parti de Ouagadougou avec 116 passagers à bord, dont 50 Fran-çais, s’est écrasé dans le nord du Mali, les recherches pour le retrouver commencées très tôt par voie aérienne ont permis de localiser les débris de l’appareil au nord de Gao au Mali. http://fr.euronews.com/depeches/2613274-air-algerie-lavion-espagnol-controle- sans-probleme-en-france-cette-semaine/ Analyse - Il s’agit là d’un accident aérien dont les causes et les cir-constances ont été difficiles à établir - On a assisté pendant une douzaine d’heures sur tous les médias, télévisés en particulier, à un véritable déferlement d’avis et d’analyses par des experts nombreux avis et ana-lyses souvent contradictoires. - Cette catastrophe aérienne est donc et par ses origines (in-certaines) et par ses conséquences déjà évidentes très dif-férentes de la précédente. - Les opérations qui ont suivi se sont heurtées à des difficul-tés inhérentes aux lieux de survenue (situation très instable au plan sécuritaire), récupération des restes de l’avion, re-cherche et transport des corps puis identification (nom-breuses nationalités différentes). - Les problèmes psychosociaux furent également au premier plan justifiant la mise en place de plusieurs cellules de crise en raison de la dispersion géographique des « attendants », de nombreux passagers étant en transit à Alger, point d’arri-vée du vol. - Par ailleurs cette catastrophe comme celle survenue en Ukraine met en évidence un autre concept d’implication: im-plication identitaire nationale justifiée par la présence de nombreux ressortissants nationaux (Hollandais dans l’acci-dent en Ukraine, Français dans celui survenu au Mali). - Cette implication nationale se concrétise par les actions di-verses des autorités d’un pays, et dans de nombreux cas par un deuil national. Ces suites accidentelles ne sont pas une fatalité et ne cor-respondent pas à la «loi des séries invoquée » par plusieurs médias, il y a eu d’autres années au cours desquelles les ac-cidents d’avion se sont « succédé » à intervalles rapprochés. Quelques exemples page suivante. La lettre de la SFMC n°77 - 11 -
  12. 12. - Le 9 septembre 1969: le vol 853, un McDonnell Douglas DC-9, qui réalisait la liaison Cincinnati-Indianapolis entre en collision avec un avion de tourisme, bilan 82 morts. - Le 20 septembre 1969: le vol Air Viet-nam entre en collision avec un F-4 Phan-tom de l'US Air Force près de Da Nang et s'écrase tuant 74 ainsi que 2 personnes au sol, 1 survivant. - Le 26 septembre 1969: le vol Lloyd Aéreo Boliviano s'écrase à l’atterrissage contre le mont Choquetanga à 176 km de La Paz (Bolivie), bilan 74 victimes. Année 1973 - Le 3 juin 1973, un Tupolev 144, au cours du meeting aérien salon du Bourget, s’écrase à Goussainville, 14 morts (6 membres d’équipages et 8 personnes au sol), 28 blessés dont 20 graves. - Le 11 juillet 1973: le vol 820 Varig, un Boeing 707, lors de son approche de l’aé-roport d’Orly effectue un atterrissage forcé dans la vallée de Saulx-les-Chartreux après qu’un incendie déclaré en cabine. 123 morts et 11 survivants ayant trouvé refuge dans le poste de pilotage. - Le 22 juillet 1973: le vol 816 Pan Am, un Boeing 707, s'abîme en mer peu après son décollage de Papeete, un seul survi-vant parmi les 79 personnes à bord. - Le 31 juillet 1973: le vol 723 Delta Air Lines s'écrase à l'atterrissage à Boston. Le DC-9 s'écrase et prend feu sur la piste, bilan de 89 morts. - Le 13 août 1973: le vol Aviaco s'écrase dans une maison lors de son approche de La Corogne en Espagne. L'accident fait 86 victimes dont 1 au sol. - Le 18 août 1973: le vol Aeroflot tente de retourner à Bakou (Azerbaïdjan) après qu'un des moteurs soit tombé en panne. L'avion s'écrase et fait 56 victimes. - Le 3 décembre 1995: le vol 3701 Ca-meroon Airlines s'écrase lors de son ap-proche La lettre de la SFMC n°77 - 12 - de l'aéroport international de Douala au Cameroun. Il y aura 5 survi-vants parmi les 76 passagers. - Le 5 décembre 1995: le vol Azerbaijan Airlines s'écrase après son départ de Na-khitchevan, il y 52 victimes parmi les 82 personnes à bord. - Le 7 décembre 1995: le vol 3949 Aero-flot Khabarovsk Airlines s'écrase dans une zone inhabitée en Russie. Bilan 98 morts. - Le 13 décembre 1995: un Antonov An- 24 s'écrase peu après son décollage de l'aéroport de Vérone, bilan 49 morts. - Le 18 décembre 1995: le vol Trans Ser-vice Airlift, s'écrase peu après son décol-lage de Jamba en Angola faisant 141 morts et 3 survivants. - Le 20 décembre 1995: le vol 965 Ame-rican Airlines s'écrase l'aéroport de Cali en Colombie et percute une montagne à Buga. Bilan 160 morts et 4 survivants. OACI et la prévention des accidents de piste Dans un séminaire qui s’est déroulé à Dakar (Sénégal) au mois de septembre 2014, OACI a souhaité la mise en place d’une politique de prévention des accidents de piste. « Les accidents des pistes de plus en plus récurrents en Afrique, sont dus souvent à plusieurs facteurs. C’est pourquoi ils sont difficiles à gérer ». http://www.sudonline.sn/des-acteurs-de-l-aviation-civile-africaine-formes-a-l-ernam_a_21327.html Analyse Les pays d’Afrique ne sont pas les seuls où les accidents de piste représentent un risque aéroportuaire considérable, le récent accident survenu à un avion privé sur un aéroport de Moscou en témoigne. Certes beaucoup de ces incidents sont sans conséquences notables mais ils témoignent d’un niveau d’insécurité latent. Quelques exemples : - 21 octobre: New York (New York/USA) - Un avion de la compagnie aérienne canadienne Air Canada a provoqué plu-sieurs blessés lors de son roulage sur l'aéroport international LaGuardia de New York (New York). - 12 octobre Krasnodar (Russie) - Un avion de la compagnie aérienne russe Redwings Airlines a fait une sortie de piste la-térale sans gravité lors de son atterrissage sur l'aéroport international de Krasnodar (Russie) dans des circonstances en-core indéterminées. - 8 octobre Montréal (Canada) - Un avion de la compagnie aérienne canadienne Air Canada a fait une légère sortie de piste latérale lors de son atterrissage sur l'aéroport international de Montréal (Canada) sur environ 150 mètres avant de revenir sur la piste. - 7 octobre Dublin (Irlande) - Deux avions de la compagnie aérienne low-cost irlandaise Ryanair se sont heurtés de l'ex-trémité de l'aile sur l'aéroport international de Dublin (Irlande). - 6 octobre New York (New York/USA) - Un avion de la compagnie aérienne jordanienne Royal Jordanian Airlines a heurté de l'aile l'arrière d'un appareil de la compagnie aérienne régionale américaine Chautauqua Airlines. http://www.crash-aerien.aero/www/news/news.php relate tous les accidents et incidents aeriens On rappelle que la plus grande catastrophe aérienne en nombre de morts a été provoquée par une collision sur piste (Teneriffe, 27 mars 1977, 563 morts). Accidents d’avions et statistiques du BAAA (Bureau d'archives des accidents aéronautiques) En près d'un siècle, entre 1918 (début des statistiques) et 2014 il y a eu 21733 accidents d'avion tous degrés de gravité confondus. Plus de la moitié (11506) a eu lieu dans un rayon de 10 kilomètres autour d'un aéroport. En moyenne 225 accidents par an, dont 113 près d'un aéroport. http://www.baaa-acro.com/Presentation BAAA.htm
  13. 13. • Norvège, accident de car de touriste suisse, le 31 juillet 2014 Accident de car de touristes suisses en Norvège, bilan de 4 morts et plusieurs blessés. http://www.lematin.ch/suisse/faits-divers/La-Rega-envoie-un-avionambulance- en-Norvege/story/21292983 Analyse Événement que l’on pourrait qualifier de banal au vu des conséquences limitées. Dans ce type d’accidents relative-ment fréquents concernant des touristes étrangers on re-trouve les mêmes enchainements de « préoccupations « et d’actions : Quel le niveau de responsabilité ? Le pays de survenue, les personnels de conduite du car ? Quel niveau « d’émotion » nationale ? Simple constat ? Sur-enchère médiatique ? Deuil national ? Il est probable que les semaines à venir, période de plus grande activité touristique en Europe verront apparaitre d’au-tres accidents de ce type. • France de bus en France, le 22 juillet 2014 Collision frontale d'un minibus avec un poids lourd surve-nue le 22 juillet dans l'Aube avec un bilan global de 6 morts, dont 4 enfants, et une quinzaine de blessés. La collision initiale a entrainé un sur- accident expliquant le nombre de blessés, les plans ORSEC et NOVI ont été dé-clenchés. http://fr.euronews.com/2014/07/22/france-six-morts-dont-cinq-enfants-dans- un-accident-de-la-route-dans-laube/ http://www.boursorama.com/actualites/transport-d-enfants-les-accidents-les- plus-graves-depuis-1982-a3d21799a7d62a968dfebf92e16 http://www.bfmtv.com/societe/accident-minibus-troyes-une-collision-questions- 817335.html Analyse Cet accident, est l'un des accidents les plus graves de véhi-cules transportant des enfants depuis le l’accident de Beaune en 1982: - Le 31 juillet 1982, vers 02H00 du matin, incendie du car de colonie de vacances, après une collision avec plusieurs vé-hicules sur l'autoroute A6, près de Beaune (Côte-d'Or), bilan de 53 personnes, dont 44 enfants. - Le 15 janvier 1990 dans l'Aube, accident du car scolaire, sur la RN77 entre Troyes et Arcis-sur-Aube, bilan de trois morts. - Le 8 avril 1993, collision entre un train et leur minibus sco-laire à un passage à niveau, près d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône).bilan de quatre personnes dont trois en-fants. - Le 18 décembre 2000, quatre morts, dont trois collégiens, sont tuées dans une collision entre un poids-lourd et un mi-nibus de ramassage scolaire sur la RN60 entre Orléans et Montargis. - Le 2 juin 2008, sept enfants sont tués à Allinges (Haute-Sa-voie) dans la collision entre un TER et un car scolaire à un passage à niveau au lieu-dit Mésinges. Mais les accidents plus ou moins graves se poursuivent en France comme en Europe • France, accident de car scolaire, le 16 juillet 2014 Un bus transportant des adolescents venus de Bretagne en colonie de vacances dans les Pyrénées est entré en collision mardi soir avec une voiture à Aragnouet (Hautes- Pyrénées), faisant plusieurs blessés. http://tempsreel.nouvelobs.com/faits-divers/20140716.OBS3834/hautes-pyrenees- La lettre de la SFMC n°77 - 13 - un-accident-de-car-fait-une-douzaine-de-blesses.html • Allemagne, accidents de car, le 19 juillet 2014 La collision entre un deux autocars un petit bus sur l'auto-route près de Dresde,vers 2h du matin et transportant tous des touristes polonais et ukrainiens. le bilan initial faisait état de neuf morts et 43 blessés, dont certains graves, ce samedi 19 juillet. http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/video-allemagne-au-moins-10- morts-dans-un-impressionnant-accident-de-car_651281.html • France, accident de car, le 18 octobre 2014 Sur l'autoroute A64, collision entre une bétaillère et un car transportant des touristes philippins qui partaient en pèle-rinage à Lourdes. Bilan de 1 mort et une dizaine de bles-sés. • Brésil, accident de car scolaire, le 18 octobre 2014 Collision frontale suivie de feu entre un car (42 passagers, des élèves en déplacement touristique avec leurs profes-seurs) et un camion transportant de l’huile végétale. Le bilan est de 11 morts et 31 blessés. Deuil national de trois jours. http://www.rtbf.be/info/monde/detail_bresil-10-morts-et-des-dizaines-de-blesses- dans-un-accident-de-car-scolaire?id=8388778 • France, accident de car de touristes, le 1er septem-bre 2014 Un car qui avait quitté Casablanca dans la journée, a été percuté très tôt ce matin par un camion frigorifique. Parmi les 49 passagers marocains à bord, une vingtaine de bles-sés ont été admis à l’hôpital. « À la suite de l’accident de la circulation dans lequel des passagers marocains d’un car ont été blessés, la France tient à exprimer sa solidarité aux victimes de cet accident. Le ministère des Affaires étrangères et du développe-ment international, en lien avec les autorités locales, tra-vaille en étroite coordination avec les services consulaires du Maroc à Marseille, pour la prise en charge des blessés ». http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/maroc/la-france-et-le-maroc/ evenements-3361/article/maroc-accident-de-car-en-france-01 • France, accident de car scolaire, le 1° septembre 2014 accident, à 7 h 30, à Bailleul-le-Soc, , dans l’Oise, entre un véhicule léger et un car scolaire, transportant des col-légiens et un véhicule léger. Bilan de 4 blessés. http://www.courrier-picard.fr/region/bailleul-le-soc-60-un-accident-de-car-scolaire- fait-ia201b0n442970 Les accidents de car
  14. 14. Analyse France et Europe, minibus ou cars plus importants, touristes ou enfants, les accidents de car représentent la situation la plus importante d’accident collectif du transport routier. Les deux facteurs de gravité principaux sont représentés par la vitesse au moment de l’accident et l’incendie. Les autres facteurs de gravité étant liés à la cinétique de l’événement : renversement, chute d’un pont , chute dans un ravin, une rivière, dans un tunnel. Certes ces accidents ne sont pas des catastrophes dans un contexte d’inadéquation des moyens mais des ACEL ayant un impact psychosocial souvent considérable et l’organisation des secours doit donc tenir compte : - des lieux de survenue (autoroute, route secondaire, tunnel.) - des circonstances de l’accident avec collision frontale, collision arrière, reversement et du positionnement du véhicule pour l’accessibilité aux victimes, leur dégagement ou leur désincarcération, leur transport vers le PMA, - du risque évolutif en cas d’incendie ou de collision avec un poids transportant des matériaux dangereux, - du nombre et de la nature des voyageurs transportés, touristes étrangers, enfants des transports scolaires, des colonies de vacances, personnes âgées ou handicapées, - du type de transport, transport local, régional, international, - des lieux de survenue, proximité d’une grande agglomération, comme des heures de survenue, Toutes ces données sont autant de caractéristiques qui devront induire des réactions particulières donc des actions et des décisions opérationnelles spécifiques : - touristes étrangers, prise de contact avec les autorités consulaires, problème linguistique, - enfants et adolescents, prise en compte des réactions émotionnelles et psychoaffectives, - accidents locorégionaux, présence rapide sur les lieux des familles et des proches, - heure de survenue comme lieux de survenue nécessitant des mesures d’hébergement, - nombre de morts nécessitant la mise en place d’une « chapelle ardente », - prise en charge matérielle et psychosociale des « rescapés-impliqués », - gestion de la communication avec les médias sur l’identité des victimes, leur gravité, leur devenir.., - gestion de la coordination de l’ensemble des services participants aux secours, secours, sécurité, santé, services des au-toroutes, justice… etc. Dernière heure, dernière heure… Cameroun, accident de car, le 30 octobre 2014 Un car de transport, communément appelé cargo, transportant 28 passagers est tombé dans la rivière. Le bilan provisoire, est de 4 morts, 11 rescapés, 13 disparus. Compte tenu de l’heure de survenue, du type de rivière il est probable que les sujets disparus ne seront pas retrouvés vivants ; donc 17 morts au total. http://koaci.com/cameroun-bassa-transport-retrouve-dans-riviere-kondi-avec-passagers-96018.html Les accidents industriels et technologiques René Noto Dans cette rubrique on constate une très grande variété d’événements et la plupart ne sont pas des ca-tastrophes mais de « simples » accidents collectifs. L’intérêt de leur survenue est de permettre de mesurer à la fois le niveau global de sécurité dans un do-maine donné et les capacités de réaction dans le domaine de l’organisation des secours d’un pays donné. • Chine explosion dans une usine, le 2 aout 2014 Une explosion dans une usine de fabrication de pièces automobiles pour des constructeurs américains a fait au moins 68 morts et quelque 200 blessés samedi. D'après les premiers éléments de l'enquête, il s’agirait d’une explosion de poussières (?). • Chine, explosion dans une usine de feux d’artifices, le 7 octobre 2014 Cinq personnes ont été tuées, et une autre blessée à la suite d'une explosion survenue dans une usine de feux d'ar-tifice illégale de la province du Guizhou (sud-ouest). http://french.peopledaily.com.cn/VieSociale/n/2014/1008/c31360-8791459.html Analyse L’utilisation des feux d’artifices en Chine s’inscrit dans un cadre culturel ancien et important, aussi les accidents sont-ils fré-quents et souvent importants, dans la fabrication, le stockage et le transport, l’utilisation. La lettre de la SFMC n°76 - 14 -
  15. 15. • Mali, accident dans une mine d’or, le 17 septembre 2014 Effondrement d’une mine artisanale d’or à environ 130 ki-lomètres au sud de Bamako. Le bilan est variable suivant les sources. Selon l’agence Reuters, le ministère malien des Mines évoque au moins 16 morts d’après les autorités locales, 30 pour des agences étrangères dont une dizaine de Guinéens. Analyse. L'exploitation non structurée des mines d'or est à l’origine d’accidents récurrents, notamment durant la saison des pluies de juin à octobre, lorsque les sols sont fragilisés. Ces exploitations non contrôlées expliquent le peu d’infor-mations sur les personnels engagés, donc sur le nombre réel de victimes en cas d’accidents graves. http://www.lavoixdelamerique.com/content/mali-lourd-bilan-dans-leffondrement- dune-mine-artisanale/2453135.html • Chine accident minier, le 25 octobre 2014 Effondrement d’une mine de charbon dans la province chi-noise du Xinjiang. Bilan seize morts, onze blessés et six rescapés. Analyse Les accidents miniers sont fréquents en Chine, grand pro-ducteur de charbon au monde, 20 % de la production mon-diale mais 80 % de la mortalité par accident de travail. http://fr.euronews.com/2014/10/25/chine-accident-minier-meurtrier/ • Allemagne, explosion dans une usine chimique, le 9 septembre 2014 Explosion dans la soirée dans une usine chimique aux alentours de Ritterhude dans le nord de l'Allemagne, près de Brème. Plusieurs blessés parmi les personnels de l’usine les riverains et une trentaine d’habitations ont été endommagées. http://www.industrie.com/chimie/accident-industriel/ Analyse Cet événement et ses conséquences à l’extérieur de l’usine illustrent le concept de « population avoisinante » qui est di-rectement menacée par les effets d’un accident industriels. • Bulgarie, explosion dans une usine d’explosifs, le 6 octobre 2014 Explosion accidentelle dans une usine d'explosifs au nord-ouest de la Bulgarie, employant une quinzaine de per-sonnes. Le premier bilan faisait état de plusieurs morts sans autre précision, d’autres sources évoquent 15 morts. http://www.lantenne.com/notes/Bulgarie-accident-mortel-dans-une-usine-d-explosifs_ b7043499.html http://fr.euronews.com/tag/bulgarie/ • Canada, accident industriel, le 26 octobre 2014 Explosion suivie d’incendie dans une usine de traitement de produits industriels de Sarnia, dans la province de l’On-tario au Canada. Bilan plusieurs blessés parmi les personnels de l’usine. http://fr.euronews.com/2014/10/26/accident-industriel-au-canada/ • Turquie, effondrement dans une mine de charbon, le 28 octobre 2014 Puits de charbon du sud de la Turquie inondé accidentel-lement La lettre de la SFMC n°77 - 15 - avec effondrement des galeries de sortie, dix-huit mineurs se sont trouvés bloqués et les chances de survie apparaissent très faibles du fait de la montée importante des eaux, une dizaine d’ouvriers ont se dégager rapide-ment. http://fr.euronews.com/depeches/2762344-turquie-20-mineurs-prisonniers- dune-mine-de-charbon-apres-un-effondrement/ Analyse Ce type d’accident semble être lié aux mauvaises conditions de sécurité générale dans toutes les mines en exploitation, au mois de mai 2014 dans une autre mine de charbon de Soma, une explosion puis l’effondrement avaient provoqué la mort de 301 mineurs. • Égypte, effondrements d’immeubles, le 26 juillet 2014 Effondrement de deux immeubles dans la province égyp-tienne de Minya, dans le centre du pays, le bilan serait de 10 morts (tous de la même famille) et une dizaine de bles-sés. http://mali-web.org/afrique/egypte-dix-morts-dans-leffondrement-de-deux-immeubles http://www.linfo.re/monde/afrique/648373-egypte-10-morts-dans-l-effondrement- de-deux-immeubles Analyse L’explosion serait due à l’explosion d’une bouteille de gaz, explosion qui a également endommagé le 3° immeuble fa-milial. On peut noter une sorte de disproportion entre l’im-portance des destructions de la charge explosive (une seule bouteille) ce qui laisse envisager une faiblesse structurelle dans la construction des bâtiments (voir photos des lieux). D’autres événements analogues sont survenus au cours des derniers mois. • Casablanca (Maroc), effondrement d’immeubles, juillet 2014 Effondrement de trois immeubles survenus dans la nuit du 12 au 13 juillet à Casablanca, le bilan initial de 8 morts et une soixantaine de blessés fut revu à la hausse à plusieurs reprises. Le bilan final fut de 23 morts. http://www.liberation.fr/societe/2014/07/11/casablanca-quatre-morts-et- 55-blesses-dans-l-effondrement-d-immeubles_1062399 • Madras (Inde), effondrement d’une construction, le 29 juin 2014 Effondrement d'un bâtiment en cours de construction, après des pluies torrentielles qui se sont abattues sur l'état du Tamil Nadu (sud). Plusieurs ouvriers du chantier se trou-vaient sur les lieux lorsque l'accident s'est produit. Bilan initial de 11 morts. La veille un accident identique était survenu à New Delhi. http://www.leparisien.fr/faits-divers/nouvel-effondrement-d-un-immeuble-en-inde- au-moins-9-morts-29-06-2014-3962425.php Analyse Les immeubles qui s'effondrent sont devenus un problème national. Selon des statistiques recueillies par le quotidien britannique The Guardian, 2651 personnes ont été tuées en Inde en 2012 en raison de l'effondrement de 2737 construc-tions dont des maisons et des ponts.
  16. 16. • New York, effondrement d’un immeuble, le 14 mars 2014 Effondrement de deux immeubles après une explosion due au gaz, le bilan de la catastrophe a fait état de huit morts. Les opérations de dégagement ont duré plus de 36 heures http://www.ledauphine.com/france-monde/2014/03/14/effondrement-a-new-york-le-bilan-porte-a-au-moins-huit-morts Conclusions - Les effondrements d’immeubles, quelles qu’en soient les causes, sont des accidents fréquents en milieu urbain dans les régions et les pays où les normes de construction et de sécurité ne sont pas établies et /ou respectées. Cependant ces pays ne sont pas les seuls à être le théâtre de tels événements et en Europe ces accidents surviennent plu-sieurs fois par an. - Le nombre de victimes dépend à la fois de la densité d’occupation lieu de travail ou d’habitation de l’heure de survenue et de l’importance des destructions. - L’organisation des secours est théoriquement facile du fait de la rapidité de l’alerte en milieu urbain, les autres opérations de repérage et dégagement des victimes dépendent de l’importance et de la qualité des moyens matériels dont disposent les équipes locales. - L’heure de survenue la nuit est un facteur aggravant car le taux d’occupation est maximal, c’est dans ce type d’accident que le concept de coefficient multiplicateur trouve son intérêt opérationnel Après chaque accident, constat des mêmes polémiques sur les causes, les circonstances et les responsabilités indivi-duelles et collectives. Les accidents infectieux et toxiques René Noto • Madagascar, épidémie de peste, septembre 2014 Une épidémie de peste qui sévit à Madagascar depuis le mois de septembre a déjà fait 39 victimes. Il s’agit d’une peste pulmonaire dont le vecteur essentiel est le rat noir. Cette nouvelle épidémie fait suite à celle survenue en dé-cembre 2013 qui avait fait plus de 50 morts. Madagascar est actuellement le pays désormais le plus touché au monde par la peste pulmonaire. http://reunion.la1ere.fr/2014/09/29/une-nouvelle-epidemie-de-peste-deja-tue- 39-personnes-madagascar-193428.html • Lutte conte la dengue, Brésil 29 juillet 2014 Un premier élevage à grande échelle de moustiques gé-nétiquement modifiés vient d’être créé au Brésil, Ces in-sectes doivent servir à combattre la dengue, une maladie tropicale virale. Ces moustiques, lâchés dans la nature en quantité deux fois supérieure à celle des moustiques non transgéniques, attireront les femelles pour copuler mais leur progéniture n'atteindra pas l'âge adulte, ce qui réduira la population de l'Aedes aegypti, vecteur de la maladie dont les formes hé-morragiques sont graves (plus de 20000 morts par an). http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/07/30/le-premier-elevage-a-grande- echelle-de-moustiques-ogm-ouvre-au-bresil_4464398 Analyse Ces mesures ont fait preuve de leur efficacité lors des phases expérimentales. On note par ailleurs l’opposition systématique de plusieurs ONG écologistes. • Ouganda, épidémie de fièvre de Marburg, septem-bre 2014 Le ministère ougandais de la Santé a annoncé le début d'une épidémie de fièvre hémorragique de Marburg au centre du pays et dans le district occidental de Kasese. Au moins une personne est décédée de cette maladie jusqu'ici et 80 autres sont sous surveillance. Parmi les 80 personnes sous surveillance figurent plus de 60 travailleurs de la santé qui ont contacté le patient, alors qu’une vingtaine d'autres personnes surveillées ont été im-pliquées La lettre de la SFMC n°77 - 16 - dans le processus de l'enterrement du défunt. http://french.cri.cn/621/2014/10/06/562s404275.htm • Russie, « épidémie » d’intoxications Les autorités ont indiqué que la propagation de l'épidé-mie de mélanges à fumer, par lesquels plus de 700 Russes ont été intoxiqués, avait été stoppée. avec l’arrêt des trafiquants. http://french.ruvr.ru/news/2014_10_06/Le-Service-federal-de-controle-des- drogues-russe-a-arrete-une-epidemie-de-spices-2521/ Analyse Vingt-cinq morts et sept cents personnes contraintes d'avoir recours à une assistance médicale. C'est le bilan affiché par Spice, une nouvelle drogue de synthèse apparue en Russie il y a peu de temps. Le Spice est ce que l'on appelle un "cannabinoïde de syn-thèse" et fait donc partie de la même catégorie de drogue que le cannabis. Si sa composition exacte reste encore in-connue, le Service fédéral russe de contrôle des stupéfiants (FSKN) estime qu'elle comporte "deux composants". Le « Spice « viendrait d'Asie du sud-est et s'achèterait sur In-ternet et elle surtout consommée dans plusieurs régions russes, telles que la Sibérie occidentale, l'Oural, le centre du pays et Moscou. Outre la mort de vingt-cinq de ces consommateurs, la presse russe relate des faits de violence, des tentatives de suicide et évoque des cas « d’accidents cardiaques ». • Pakistan, intoxication collective par alcool frelaté Au moins 18 personnes sont mortes cette semaine à Ka-rachi, au Pakistan, après avoir bu de l'alcool frelaté à l'oc-casion fêtes religieuses. http://www.lessentiel.lu/fr/news/story/28396405
  17. 17. Analyse Bien que de religion musulmane où la consommation d’al-cool est interdite ces intoxication sont fréquentes au Pakis-tan. Il s’agit presque toujours s de contamination par de l’alcool méthylique et aux morts doivent s’ajouter les nom-breuses et graves séquelles neurologiques. • Europe, épidémie d’hépatite A L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a coordonné une enquête pour retracer les produits ali-mentaires liés à une épidémie d'hépatite A ayant touché plusieurs états européens évoluant depuis janvier 2013. L’enquête a permis d’identifier la consommation de fruits congelés (mûres et groseilles rouges) comme étant la source de l'épidémie. La Pologne est le plus grand pro-ducteur de groseilles rouges en Europe, et la Bulgarie est un important exportateur de mûres congelées.Plus de 1400 ca ont été recensés. https://www.mesvaccins.net/web/news/5887-epidemie-d-hepatite-a-dans-l-union- La lettre de la SFMC n°77 - 17 - europeenne-liee-a-la-consommation-de-fruits-congeles • France, épidémie régionale de typhus du chat, octo-bre 2014 Depuis l’automne 2012, le typhus du chat semble être ré-apparu et le 21 octobre une alerte a été lancée sur des réseaux sociaux. Cette maladie virale est très souvent mortelle pour les chats non vaccinés et elle est très contagieuse, le virus étant très résistant et facilement transportable. Analyse Certes cette affection n’est pas transmissible à l’homme mais une épidémie parmi les 10 millions de chats vivant un France entrainerait une mortalité importante susceptible de faire nai-tre des « craintes » chez les propriétaires, le temps de faire passer et admettre l’information que cette maladie n’est pas dangereuse pour l’homme. Ébola , quelques « positions « des pays européens au 30 juillet 2014 La position de la France La France « a les moyens de faire face à Ébola » mais une « extrême vigilance s'impose ». « À l'heure actuelle, le risque d'importation du virus en Europe et en France est faible ». http://www.20minutes.fr/ledirect/1424161/touraine-france-moyens-faire-face-a-ebola La position de la Belgique http://www.rtbf.be/info/societe/detail_ebola-tres-peu-de-risques-de-voir-debarquer-un-malade-chez-nous?id=8240334 La position du Royaume Uni Le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond, a déclaré mercredi que le virus Ébola qui touche l'Afrique de l'ouest était « une menace » pour le pays. « Pour l'instant aucun ressortissant Britannique (à l'étranger) n'a été infecté et nous sommes assez confiants sur le fait qu'il n'y a pas de cas (du virus) au Royaume-Uni », a déclaré Philip Hammond sur la BBC. Le virus Ébola « constitue tout de même une menace à laquelle nous devons répondre », a-t-il ajouté alors qu'il va tenir une réunion interministérielle de gestion de crise dans la journée. La position de l’Italie L’Italie incitée à prendre des mesures de protection. L'afflux d’immigrés de ces derniers jours sur les côtes italiennes pourrait représenter les points d’entrée d’un virus contre lequel il n’existe aucun remède. Le ministère italien est catégorique: plus de 6000 candidats à l’immigration clandestine en Europe attendent en Libye l’occasion propice pour sauter dans le premier navire en direction de Lampedusa. La petite île sicilienne est devenue la première des étapes pour les désespérés, majoritairement africains, qui font la traversée de la Méditer-ranée au péril de leur vie. Chiffres confirmés ou contestés notamment par les associations humanitaires qui crient à la surenchère délibérée, il demeure que la question de l’arrivée massive des immigrés en Italie pose problème. http://www.adiac-congo.com/content/ebola-litalie-incitee-prendre-des-mesures-de-protection-10970 La position de l’Espagne Valence: Les autorités espagnoles ont mis en quarantaine sanitaire dans un centre hospitalier de la ville de Valence, un ressortissant guinéen, qui serait arrivé dans l’aéroport de la ville, en provenance du Maroc. http://www.lemag.ma/L-Espagne-en-alerte-Un-Guineen-atteint-d-Ebola-serait-arrive-du-Maroc_a84113.html À lire aussi Ébola: l'épidémie de fièvre fait au moins 59 morts au sud de la Guinée (22-03-2014) Épidémie de fièvre Ébola en Guinée: il ne faut pas s'inquiéter, dit MSF (25-03-2014) Guinée: Ébola, bilan de la propagation du virus (31-03-2014) Ebola reste impossible à traiter mais on peut y survivre, explique MSF (08-04-2014) L'épidémie Ebola est celle qui "pose le plus de défis" selon l'OMS (08-04-2014) Ebola: les humanitaires multiplient leurs campagnes en Afrique de l'Ouest (10-04-2014) L'épidémie de fièvre Ebola "sous contrôle" en Guinée (14-04-2014) http://www.news-medical.net/health/What-is-Ebola-%28French%29.aspx
  18. 18. Les accidents de société René Noto • Inde, bousculade et panique de foule Bousculade a lors d’un festival religieux dans l’est de l’Inde, l’accident s’est produit sur le retour à l’annonce de la chute (présumée) d’une ligne électrique. Le bilan est de 32 morts et plusieurs dizaines de blessés. http://journalmetro.com/monde/568809/une-bousculade-fait-32-morts-en-inde/ • Conakry (Guinée), bousculade et panique, le 29 juillet 2014 Sur la plage de Taouyah au large de Conakry à l’occasion d’un concert de musique survenue d’un phénomène de pa-nique et de bousculade, bilan de 32 morts et une vingtaine de blessés. Ouverture d'une enquête judiciaire suite au drame à la plage de ... Plus de 32 morts dont 13 filles et 5 survivants dans une bousculade. http://fr.starafrica.com/actualites/ouverture-dune-enquete-judiciaire-suite-au-drame-a-la-plage-de-taouyah-en-guinee.html Analyse Peu d’informations sur les circonstances de cet accident mais on imagine mal sur une plage aux limites éloignées, diffé-rentes d’un lieu fermé comme un stade, comment une bousculade peut survenir à moins qu’il y ait eu bagarres et violences. Le nombre de morts est variable suivant les sources, 24, 32, 33? Les autorités « ont décrété une semaine de deuil national sur l’ensemble du territoire national. » Congrès et réunions, formations… René Noto • 11 décembre, Forum des 10 ans de la loi de modernisation de la sécurité civile. École militaire Paris Ce forum co-organisé par le Conseil National de la Protection Civile, et l'Institut français de sécurité civile (IFRASEC). • Forum de l'Urgence 2014 Cité Centre de Congrès – Lyon, 10 au 11 décembre 2014. Bibliographie René Noto « Tueurs de masse » : une malédiction américaine ? 1984 – 2014, trente ans de tueries de masse aux Etats-Unis. » Xavier Raufer. http://www.geolinks.fr/sans-categorie/une-analyse-du-phenomene-des-tueries-de-masse/ La France et toute l’Europe ne connaissent pas « les tueries de masse » dont les États Unis ont le quasi-monopole avec plus de 65 % des événements survenant dans le monde. Fièvres hémorragiques virales. Un dossier de l’OMS La survenue de l’épidémie de fièvre Ebola est l’occasion de faire le point sur ces maladies infectieuses, souvent très contagieuses et dont la mortalité est souvent importante puisqu’il n’y pas de traitement spécifique . http://www.who.int/topics/haemorrhagic_fevers_viral/fr/ Sauvetage au combat. Un dossier présenté par le Service de santé des armées dans sa revue. Dans l’ensemble des études présentées celle consacrée à « l’utilisation des garrots type tourniquets ». Médecine et Armées, tome 42, n° 4, octobre 2014 Des techniques bien sur indispensables en situation de catastrophe. Barriers to Pediatric Disaster Triage: A Qualitative Investigation. Les difficultés lors du triage pé-diatrique dans les catastrophes. Koziel JR, Meckler G, Brown L, Acker D, Torino M, Walsh B, Cicero MX. Prehosp Emerg Care. 2014 Oct 28 Les auteurs analyse les difficultés du triage pédiatrique réalisé par les » paramedics » dans les catastrophes et citent les principaux obstacles à la réalisation d’un triage efficace dont la non connaissance de la physiologie des les défis avec triage enfants ayant des besoins de soins de santé spéciaux, , les réactions émotionnelles de liées à la La lettre de la SFMC n°77 - 18 -
  19. 19. présence des parents, y compris une mère tenant un enfant blessé / mort et enfin les limitations avec les situations offerte par la simulation. Superficial and invasives infections following flooding disasters. Les Infections lors des catas-trophes par inondations. Diaz JH. Am J Disaster Med. 2014 Summer;9(3). pii: ajdm.2014.0169. doi: 10.5055/ajdm.2014.0169 Les auteurs analyse les complications souvent méconnues survenant chez des victimes d’inondations, les infections liées aux blessures diverses survenant dans les catastrophes par inondations, comme par l’exemple le tsunami de 2004. Ils proposent donc compte tenu de la perte ou de l’absence fréquente de l’infrastructure de laboratoire une straté-gie de traitement. Publications « Ébola » Plus de 2000 publications sur Ébola au cours de l’année 2014 et concernant tous les secteurs d’activité, clinique, microbiologie toutes en langue anglaise sur le site http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed. On n’en retiendra que la publication du mois d’avril 2014: Baize S1, Pannetier D , Emergence of Zaire Ébola Virus Disease in Guinea - Preliminary Report New England Journal Medical, N Engl J Med. ,16 avril 2014 Ce travail précise les conditions de survenue et de propagation de l’épidémie de fièvre Ébola qui sévit en Guinée de-puis le mois de décembre. Pour l’essentiel ont été retenus les points suivants : Il s’agit d’une nouvelle souche virale de la souche Ébola Zaïre qui était habituellement en cause. Les formes cliniques observées sont marquées par des diarrhées, des vomissements et de la fièvre, mais les hémor-ragies n’ont pas été constatées et devant ce constat l’OMS suggère que l’appellation « fièvre hémorragique soit rem-placée par fièvre Ébola. Les premiers cas sont apparus en décembre 2013 et la propagation rapide semble être liée à trois causes principales dans les chaînes de transmission: - Pas de prise en charge efficace des premiers cas qui étaient en milieu familial sans isolement et sans examen de confirmation; - Erreur des personnels de santé dans leur action de soins favorisant la dispersion des cas ; - Maintien des rassemblements familiaux lors des funérailles assurant la dispersion des cas à partir de sujets déjà at-teints ; - Mortalité évaluée pour les cas confirmés à 86 %. Les réactions de stress après les tueries de masse Differential predictors of transient stress versus posttraumatic stress disorder: evaluating risk following targeted mass violence. Miron L, Orcutt HK, Kumpula MJ ; Behav Ther. 2014 Nov;45(6):791-805. doi: 10.1016/j.beth.2014.07.005. Epub 2014 Aug 1. A l’occasion des phénomènes de tueries de masse fréquentes aux États Unis et qui se manifestent par des fusillades dans des établissements scolaires les auteurs analysent les capacités de résiliences des élèves impliqués et la fré-quence des états de stress post traumatique. Les mythes aux cours des catastrophes Disaster myths after the Great East Japan Disaster and the effects of information sources on belief in such myths. Nogami T1, Yoshida F. Disasters. 2014 Jul; 38 Suppl 2:S190-205. doe: 10.1111/disa.12073. Les auteurs analysent la présence et la solidité des mythes au cours d’une catastrophe (panique, choc psycholo-gique, le pillage, l'augmentation du taux de criminalité, et la convergence de matériel), La lettre de la SFMC n°77 - 19 -
  20. 20. Rétrospective ou leçons du passé René Noto Cette rubrique rappelle quelques événements survenus il y 10, 20,30 ans… Pour ne pas oublier que des accidents plus ou moins graves accompagnent toutes les évolutions industrielles et technologiques. Il y a 220 ans en 1794 Le 31 août 1794 : Explosion de la poudrière de Grenelle à Paris, en pleine zone urbaine, après la mise en place de nou-velles méthodes de travail permettant d'augmenter sa capacité de production. Le bilan fait état de mille morts environ parmi les employés et la population avoisinante aine et le quartier est entièrement dévasté. Cette catastrophe fut la première prise de conscience des risques que peuvent créer les activités de nature industrielle a contribué au fondement de la réglementation française sur les établissements dangereux par le décret impérial de 1810, prélude aux directives Seveso. Il y a 100 ans en 1914 - Août septembre 1914: Pillage et incendie de Louvain en Belgique, par les Allemands au début de la Première Guerre mondiale. Le tiers fut détruit et 1074 immeubles disparurent. Il y 70 ans en 1944 - 17 juillet 1944 À Port Chicago, dans la baie de San Fran-cisco (États-Unis), explosion accidentelle de deux cargos de munitions. Bilan de 320 morts, 400 blessés et de très im-portants dégâts matériels. Cela rappelle la catastrophe d’Halifax, au Canada en 1917 (la ville dévastée et plus de 2000 morts). - 31 juillet 1944: l’avion de Saint Exupéry disparaît en Médi-terranée au cours d’une mission de reconnaissance. - Octobre 1944, début de la période de famine au Vietnam qui fit entre 400000 et 2 millions de morts. Il y 60 ans en 1954 - Juin 1954, l’URSS est le premier pays à produire de l’élec-tricité nucléaire en ouvrant la première centrale à Obninsk. - Juillet 1954 deux alpinistes italiens atteignent le deuxième plus haut sommet de la planète. Le K2, ou mont Godwin Aus-ten, culmine à 8611 mètres et s’élève dans la chaîne du Ka-rakorum. - 3 juillet 1954, un train de marchandises éperonne l'autorail Lyon/Nîmes à la hauteur de Châteaubourg. Bilan 35 morts, près de 50 blessés. - 13 août 1954 France, au bas de la descente de Mayres, à 60 km du Puy, accident de car qui fit 19 morts et 26 blessés. - JORF du 2 septembre 1954 page 8505, Décret n° 54-856 du 13 août 1954 relatif à la protection contre les incendies et de panique dans les établissements recevant du public. - 9 septembre 1954, tremblement de terre Orléansviile (Al-gérie, actuellement El Asnam), 1340 morts et plus de 5000 blessés. - 26 septembre 1954, le typhon Marie atteint le Japon, plu-sieurs ferries font naufrage dont le Toya Maru ferry japonais à la sortie du port d'Hakodate. Environ 1150 morts. Le naufrage incita à la construction du tunnel du Seikan sous le détroit de Tsugaru. - Automne 1954, vague OVNIS qui a eu lieu au cours de l’an-née La lettre de la SFMC n°77 - 20 - 1954 et plus particulièrement dans le courant de l’au-tomne a été la plus forte jamais constatée dans le monde. - Été et automne 1954, « catastrophe sanitaire » du Stalinon. Le Stalinon, médicament à base d’étain contre la furoncu-lose, ayant obtenu son visa en 1953 pour être commercia-lisé, provoqua en 1954 une catastrophe sanitaire, (survenue d’une encéphalite toxique) avec 100 morts et 117 malades avec des séquelles paralytiques importantes. Il y 50 ans en 1964 - En France après la vague de froid du mois de mars, cani-cule en juillet et août sur une partie du pays. - 22 août 1964 l'ouragan Cleo (classe 3) engendre 14 morts lors de son passage sur Marie-Galante, les Saintes et sud Basse-Terre. Il y 40 ans en 1974 -15 septembre, Paris : attentat contre le Drugstore Saint, bilan, deux morts et 34 blessés. - 24 septembre 1974, Corse, débordement de la rivière Ta-vigorno à Corte, bilan de 8 morts dans un camping. Il y a 30 ans en 1984 Le 25 août 1984, catastrophe environnementale avec le nau-frage, après collision au large des côtes belges, du cargo Mont Louis qui transportait 150 tonnes d'hexaflorure d'ura-nium. Il y 20 ans en 1994 Le 27 septembre 1994: naufrage du ferry-boat Estonia dans la mer Baltique. Bilan de 852 morts. Il y 10 ans en 2004 - 1er août 2004: Incendie du supermarché das Ycuá Bola-ños, de Asunción, au Paraguay, bilan de 394 morts et 500 blessés. - 30 juillet 2004: Ghislenghien (Belgique), explosion de gaz de 24 morts 132 blessés graves. - 16 septembre, Nigeria, explosion et incendie sur une pipe-line au cours d’un siphonage clandestin, une cinquantaine de morts et plusieurs dizaines de brûlés graves. - 3 octobre : Thaïlande, explosion dans une usine de feux d’artifices, 14 morts et des dizaines de blessés. - 5 octobre: Chine explosion dans une usine de feux d’arti-fices, 24 morts et 28 blessés. - Août 2004: Loi de 2004, modernisation de la sécurité ci-vile, le plan NOVI (nombreuses victimes) remplace le plan Rouge créé en 1974 et officialisé en 1986.
  21. 21. Annexe Les agences sanitaires françaises et internationales René Noto En France, les agences sanitaires interviennent dans l’élaboration et la dynamique du concept de santé publique : sécurité, contrôle, recherche… leurs missions sont nombreuses et diverses. En situation de catastrophe et/ou de crise sanitaire majeure il est évident que plusieurs d’entre elles ver-ront leurs missions et leurs rôles prendre une importance nouvelle. Il apparait donc opportun que les acteurs des secours et des soins puissent déjà dans le « quotidien « connaitre les missions de ces agences et se projeter dans leur rôle du secours et des soins en situa-tion exceptionnelle. Au sein du ministère chargé de la santé, la Direction générale de la santé (DGS) est responsable des politiques de prévention et de sécurité sanitaire. Les expertises et les professionnalités qui sont né-cessaires à l’exercice de cette mission lui sont apportées par des opérateurs nationaux spécialisés, souvent désignés sous le terme générique d’agences sanitaires. Toutes les agences sanitaires sont des établissements publics placés sous la tutelle du ministère chargé de la Santé et leur création est du domaine législatif. Sources : http://www.sante.gouv.fr/agences-sanitaires(par date de création) En ce qui concerne les agences internationales elles interviennent pour les « crises sanitaires » mondiales ou régio-nales. http://www.eufic.org/article/fr/artid/panorama-des-organisations-internationales-et-europeennes-securite-sanitaire-aliments-nutrition • Les agences en France lnstitut de veille sanitaire(InVS) Créé par la loi du 1er juillet 1998 relative au renforcement de la veille sanitaire et au contrôle de la sécurité sani-taire des produits destinés à l’homme il réunit les missions de surveillance, de vigilance et d’alerte dans tous les domaines de la santé publique. L’InVS a vu son champ d’action complété et renforcé par la loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, afin de répondre aux nouveaux défis révélés par les crises sanitaires récentes et les risques émergents. Les missions de l’InVS s’appliquent à l’ensemble des domaines de la santé publique: - Les maladies infectieuses, - Les effets de l’environnement sur la santé, - Les risques d’origine professionnelle, - Les maladies chroniques et les traumatismes, - Les risques internationaux et tropicaux. Les missions confiées à l’InVS recouvrent : - La surveillance et l’observation permanentes de l’état de santé de la population; L’InVS participe au recueil et au traitement des données sur l’état de santé de la population à des fins épidémiologiques, en s’appuyant notamment sur des correspondants publics et privés constituant le réseau national de santé publique; - La veille et la vigilance sanitaires : L’lnVS est chargé de rassembler, analyser et actualiser les connaissances sur les risques sanitaires, leurs causes et leur évolution; de détecter de manière prospective les facteurs de risque susceptibles de modifier ou d’altérer la santé de la population ou de certaines de ses composantes, de manière soudaine ou diffuse; d’étudier et de répertorier, pour chaque type de risque, les populations les plus fragiles ou menacées ; - L’alerte sanitaire, une contribution à la gestion des situations de crise sanitaire L’InVS propose aux pouvoirs publics toute mesure ou action nécessaire. L’InVS participe, dans le cadre de ses missions, à l’action européenne et internationale de la France, notamment à des réseaux internationaux de santé publique dédiés à la surveillance et à l’alerte sanitaire. www.invs.sante.fr La lettre de la SFMC n°77 - 21 -

×