Iconcept Mission Cacao

10 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
10
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Iconcept Mission Cacao

  1. 1. iConcept Title of proposed Intervention: Production de chocolat d’origine, biologique et équitable avec le cacao des Provinces de l’Equateur et Nord Kivu How is this intervention related to the impact and outcomes of ELAN RDC? La mission d’exploration conduite sur le secteur cacaoyer de provinces de l’Equateur et du Nord Kivu, conduite entre Avril et Mai 2014, a montré que les producteurs sont confrontés à des situations monoposonistes ou, dans le meilleur des cas, oligopsonistes. La raison pour ceci est que, dans les deux provinces, il y a eu un étroit lien entre les cultivateurs de cacao (a’ l’Equateur ils font seulement la cueillette) et l’acheteur car les acheteurs ont fait la promotion du secteur depuis son démarrage (en Equateur plus une relance de l’achat que du secteur lui-même) et ont une prise sur les producteurs. Ceci produit que les prix payés aux producteurs soit bas et, dans le cas de l’Equateur, ne reflètent pas du tout les prix du marché mondial. L’introduction de nouveaux acheteurs dans les deux provinces est donc un impératif pour améliorer les revenus des cultivateurs de cacao. Un autre problème, auxquels sont confrontees les cultivateurs de cacao, surtout en Equateur, est la faible fiabilite’ de l’acheteur international. pendant la phase de lancement du secteur. ces commerciales améliorées localement produites. Jusqu’à présent, toutes les quantités produites sont consommées par les producteurs à cause de l’indisponibilité permanente des semences de base, de leur présentation (packaging) qui n’est pas toujours attirante et des producteurs qui ne sont pas convaincus de leurs performances. La présente intervention vise à rendre disponible les semences de base en vue d’augmenter les productions agricoles et le revenu des petits producteurs, ce qui est le résultat attendu du projet ÉLAN RDC. Who are the beneficiaries (who will be impacted)? Les premiers bénéficiaires de l’intervention sont les agriculteurs multiplicateurs des semences qui pourront produire plus des semences de base et/ou des semences commerciales. Ceux qui produisent les semences de base, ils pourront les vendre aux producteurs des semences certifiées. Ceux qui produisent les semences certifiées, ils pourront les vendrent aux producteurs agricoles. Les semences certifiées seront utilisées pour accroître les productions et le revenu des ceux qui les utilisent. Le second groupe des bénéficiaires sont les stations de recherche qui verront leur carnet des commandes de semences de pré-base gonfler. Le troisième groupe de bénéficiaires est constitué de tous les utilisateurs des semences certifiées. What systemic constraint does this intervention address? Cette intervention voudrait lever la contrainte qui entrave le bon fonctionnement du marché des semences notamment le manque des semences de base des variétés localement améliorées. Elles manquent parce qu’il n’ y a pas d’opérateurs qui s’appliquent à les produire.
  2. 2. Describe the cause of this constraint. La cause de cette contrainte est l’inexistence des opérateurs semenciers spécialisés qui sont un maillon indispensable entre la recherche et les utilisateurs. En RDC et dans la province du Katanga en particulier, seuls les centres de recherche publics sont opérationnels. Il s’agit de l’Institut National pour l’Etude Agronomique (INERA) et l’UNILU (Université de Lubumbashi) à travers la Faculté des Sciences Agronomiques. Ces opérateurs ne reçoivent pas les ressources financières de l’Etat pour multiplier davantage des semences de base. A cela s’ajoute que le Service National de Vulgarisation et l’Administration du Ministère de l’Agriculture qui assuraient la multiplication et la vulgarisation des semences des variétés améliorées auprès des utilisateurs sont également inopérantes. Les opérateurs privés ne prennent pas les risques d’investir dans le secteur car il n’existe pas un cadre réglementaire et législatif qui sécurise les détenteurs des obtentions végétales . How will this intervention address the cause of constraint? Cette intervention vient en appui aux agriculteurs multiplicateurs des semences de base qui ont reçu plusieurs formations sur les techniques de production des semences grâce aux appuis des différents projets des coopérations étrangères en particulier la coopération technique belge et le gouvernement provincial du Katanga. Il existe aujourd’hui au Katanga, des opérateurs semenciers regroupés au sein du COPROSEM (Conseil Provincial des Semences), de l’APSK (Association des Producteurs des Semences du Katanga) et de la Société Coopérative Agropastorale du Katanga (SCAK). Ils peuvent produire la semence de base sous la surveillance du Centre de Recherche de l’INERA ou de la Faculté des Sciences Agronomiques de l’Université de Lubumbashi et sous le contrôle et la certification du SENASEM. Who will implement this intervention (e.g. potential partners)? Les agriculteurs multiplicateurs des semences: -F.A.D.I.P. Femmes en Action Pour le Développement Intégral ONG -MAYDIVE Management et Initiatives pour le Développement Equilibré ONG -Ferme MIMOSA, Entreprise Agricole -Ferme Agro Pastorale BON BERGER, Entreprise agricole -Ferme SAFARI International, Entreprise Agricole -Ferme NSENGA LUTANGA, Entreprise Agricole -INERA, Station de Kipopo -UNILU/Faculté des Sciences Agronomiques/Université de Lubumbashi -SENASEM Service National des Semences/Ministère de l’Agriculture -ÉLAN RDC
  3. 3. How will this contribute to stability? Nourrir la population surtout lorsqu’elle concentrée dans des agglomérations urbaines est un élément qui contribue à la paix sociale. Cette intervention soutient la production agricole en produisant des semences de base qui sont utiles à la production agricole. How will this contribute to women’s economic empowerment? Quatre des structures agri-multiplicatrices sont dirigées par les femmes. Sicette initiative atteint les objectifs qui lui sont assignés, ces femmes et leurs structures vont accroître leur pouvoir économique. Les femmes sont fortement impliquées dans les travaux de production agricole ; elles pourront grâce à cette intervention produire davantage et disposer ainsi d’un supplément des produits à vendre afin d’augmenter leur revenu Will the intervention be feasible given the system context? La faisabilité de l’intervention dépend de la volonté des acteurs identifiés et aussi de la concurrence causée par l’importation des semences de la Zambie, de la Tanzanie et de l’Afrique du Sud. En ce qui concerne la culture du maïs, les semences importées sont souvent celles des variétés hybrides et elles coûtent plus cher que les semences des variétés à pollinisation ouverte qui sont localement produites. Les semences importées sont peu accessibles aux petits producteurs. La production locale des semences améliorées est une intervention qui a bien de chances d’aboutir dans le contexte du Katanga :70% des semences produites par l’UNILU sont consommées par les petits producteurs. What are the perceived risks? Les risques éventuels que l’intervention peut rencontrer sont : -le refus des centres de recherche de vendre les semences de pré-base aux agri- multiplicateurs. Afin de réduire ce risque, des contacts et des échanges ont été entrepris avec les responsables de deux centres de recherche (INERA et UNILU) pour discuter de la mise en œuvre d’une telle entreprise. -la mauvaise surveillance des agriculteurs multiplicateurs par les techniciens des centres de recherche. Chaque centre de recherche signera une convention de collaboration qui définira les responsabilités des parties prenantes dans le but de minimiser ce risque - la faible demande des semences de base par les agriculteurs multiplicateurs ou les utilisateurs des semences de base. C’est pour cette raison que les superficies à emblaver lors de la saison culturale 2014-2015 est ramenée pour chaque partenaire à 1 (un) hectare. What will be the benefit for the poor? Le producteur agricole à faible revenu pourra accéder aux semences de qualité à un prix à la portée de sa bourse. Is this intervention sustainable? L’intervention est durable dans la mesure où chacun des acteurs tire un profit. L’agriculteur multiplicateur produira une semence qu’il pourra vendre à profit ; les centres de recherche vendront les semences de pré-base avec profit et si la demande des
  4. 4. agriculteurs multiplicateurs est soutenue, ils vont accroître leur chiffre d’affaire ; les autres agri-multiplicateurs trouveront les semences de base et produiront beaucoup de semences certifiées ; les petits producteurs auront des bonnes semences pour augmenter leurs productions. Dans une action ultérieure en appui à cette intervention, des actions de promotion des variétés améliorées localement pourront être entreprises. Par ailleurs, on a noté lors des échanges avec les agriculteurs multiplicateurs, leur volonté à partager les risques en investissant dans cette activité en même temps de le projet ÉLAN RDC et leur engagement à tout faire bien marcher. What will the outputs of this intervention be? Production des quantités suivantes des semences de base sur 1ha de champ par culture: Culture Production Qté de semences de base Maïs 6.000 kg 2.000 kg Arachide 1.500 kg 1.050 kg Riz 2.500 kg 1.750 kg Haricot 800 kg 560 kg Soja 600 kg 420 kg Expected timeline (give start and finish dates). Négociations avec les centres de recherche et les agriculteurs multiplicateurs : 20/9/2014 Travaux pré-culturaux :maïs, soja, riz, arachide :Octobre 2014 Travaux culturaux :maïs, soja, riz, arachide :Novembre 2014 Travaux culturaux :haricot : Janvier, Février 2015 Récolte et conditionnement : Février-Mars 2015 (haricot, soja, arachide) ; Juin (maïs, riz) Evaluation de la campagne : 31 Juillet 2015

×