Family business news_mars2013

227 vues

Publié le

La newsletter du Family Business Group

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
227
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Family business news_mars2013

  1. 1. Le FBG a le plaisir de vous annoncer l’arrivée de TatsianaSemashkevich, 24 ans, au poste d’Ingénieur Financier.Tatsiana, a suivi une partie de son cursus à l’Université Jean-Moulin Lyon 3. Elle est titulaire de la Licence Droit-Economie-Gestion et du Master 1 Finance et Contrôle spécialité Banque etBourse de l’IAE de l’Université Lyon 3. Elle est égalementdiplômée du Master Spécialisé en Gestion Patrimoniale etImmobilière de l’IMPI, BEM Bordeaux Ecole de Management.Après une année passée à la Banque Privée 1818 en qualité debanquier privé junior, Tatsiana rejoint Equatis Finance, uncabinet de gestion de patrimoine indépendant, en tant queconseiller .Chez Family & You, Tatsiana travaille en relation directe avecEdmée Chandon-Moët.CONFERENCES A VENIR : 23 mai 2013 : Le FBG co-organise, avec plusieurspartenaires une conférence à Lille, sur le thème :« Entreprise familiale : Revisitons les idées reçues ».Frédéric Lucet, présidera la séance et fera uneprésentation sur « l’utilité réelle de la charted’actionnaires ». Juin 2013 : Le FBG co-organise avec plusieurspartenaires une conférence à Rennes, qui aura lieu mi-juin sur le thème :« Actionnaires familiaux : De quoi êtes-vous riches ? »Retrouvez plus d’informations sur ces conférences dansla prochaine édition de la newsletter et trèsprochainement, en vous rendant sur notre site internet,rubrique « Actualités ».
  2. 2. Depuis début 2013, les marchés boursiers réalisent des performances positives : lindicejaponais gagne 18 %, après une forte baisse du yen, les indices américains sont à leurs sommetshistoriques. Cette progression est moins importante en Europe.En recul de près de 5 % en 2013 et de 17 % par rapport à son record historique de 2011(1 900 $ lonce), lor reste impacté par le manque de confiance des investisseurs.Le « fiscal cliff » aux Etats-Unis (entraînant 85Mrd $ de coupes budgétaires), le décèsdHugo Chavez et le résultat des élections italiennes nont pas impacté les places financières.Les investisseurs attendaient la décision de la FED sur la poursuite de la politiquemonétaire. Ben Bernanke a confirmé que la FED allait maintenir sa politique de « quantitativeeasing », en attendant que le taux de chômage aux Etats-Unis soit inférieur à 6.5 %.En Europe, linstabilité consécutive aux élections italiennes prouve que la poursuite desréformes ne se fera pas sans laccord des populations. Linflation ne dépassant pas le taux de2 %, la BCE a laissé son taux directeur inchangé à 0.75 %.LEurope risque de rester en récession en 2013, les USA devraient avoir une croissancepositive, mais impactée par le « fiscal cliff ». Seuls les pays émergents vont tirer la croissancemondiale vers le haut.Dans ce contexte, nous continuons à privilégier les investissements actions plutôt enEurope, mais sur des sociétés saines, exportatrices ou qui disposent dune trésorerie abondanteComme chaque année, nousavons communiqué à Valériane,son tableau de dépensesannuelles.Sur lannée 2012, cela a permisde renégocier certains de sescontrats, ce qui a conduit à uneéconomie annuelle de 25 000 €sur les postes «assurances» et surses abonnements téléphoniques.Pashmina fait plus que régler la«paperasse» ; le service permetdeffectuer de réelles économies.Le Coin du FinancierPar Tatsiana Semashkevich et Edmée Chandon-Moët
  3. 3. BOFiP-Impôts : simplicité, mais insécurité(s)L’administration a créé une base de données « BOFiP-Impôts », disponible uniquement en ligne depuis le 12 septembredernier. Cette base, régulièrement mise à jour, est destinée àregrouper l’ensemble des commentaires administratifs en vigueurpour parer aux inconvénients générés par la multiplicité desanciennes sources.Concomitamment, l’administration a abrogé expressément leséléments de sa doctrine non repris dans ce BOFIP, au risque de créerune insécurité résultant du silence des nouvelles dispositions surcertains points ; ainsi (entre autres exemples) la prise en chargedes droits de donation par le donateur, qui n’était pas qualifiée dedonation indirecte dans les anciens textes, n’était plus traitée dans leBOFIP initial…Il aura fallu attendre le 14 janvier 2013 pour quel’administration rompe son mutisme et reprenne cette mesure danssa nouvelle base, mettant ainsi un terme à l’insécurité juridiquefrappant les donations consenties entre ces deux dates.Reste entière la question de l’opposabilité à l’administration desmesures anciennes qui n’ont pas été reprises, pour l’instant, dans leBOFIP.Un effort louable, mais facteur d’insécurités ponctuelles.Par Frédéric LucetFamily Business, quand tu nous tiens…Autrefois réputées désuètes (il y 5 ans à peine…), lesentreprises familiales font désormais l’objet de fort nombreusesattentions :- Eclosion de formations dans toutes les écoles de commerce, qui yvoient (un peu tard, sauf exceptions ?) un mode d’entreprendreperformant et enviable,- Proposition de séminaires divers, présentant l’entreprise familialecomme un modèle (entendons « le modèle» ?) d’avenir,- Parutions de nouveaux périodiques dédiés à l’entreprise familiale,- Multiplication de centres de recherches universitaires,- Promotion de départements spécialisés au sein de grands cabinets,- Publications d’ouvrages et autres livres blancs sur la gouvernance,- Remises de multiples prix de l’entreprise familiale…Quel foisonnement ! Ne boudons pas notre plaisir.Attention tout de même que tant d’honneurs et d’égards n’attentent àla qualité du résultat. Dieu y reconnaîtra sans doute les siens.ZOOM SURLe Coin du Juriste et du fiscalistePar Kawtar Joua
  4. 4. Vous remercie d’avoir pris letemps de la lecture

×