Frederic Lacave

368 vues

Publié le

TOE, Théâtres d'Opérations Economiques : le décryptage de Frédéric Lacave

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
368
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Frederic Lacave

  1. 1. Communication & Influence N°29 - JANVIER 2012 Quand la réflexion accompagne l’action TOE, Théâtres dOpérations Economiques : le décryptage de Frédéric LacavePourquoi Comes ?En latin, comes signifie compagnonde voyage, associé, pédagogue,personne de l’escorte. Société crééeen 1999, installée à Paris, Torontoet São Paulo, Comes publie chaquemois Communication & Influence.Plate-forme de réflexion, ce vecteurélectronique s’efforce d’ouvrirdes perspectives innovantes, à laconfluence des problématiquesde communication classique etde la mise en œuvre des stratégiesd’influence. Un tel outil s’adresseprioritairement aux managers encharge de la stratégie généralede l’entreprise, ainsi qu’auxcommunicants soucieux d’ouvrir de Coordonnateur ministériel à Dans lentretien quil a accordé ànouvelles pistes d’action. lintelligence économique à Bercy, Bruno Racouchot, directeur de ComesÊtre crédible exige de dire Frédéric Lacave voit linfluence communication, Frédéric Lacaveclairement où l’on va, de le faire comme une priorité et une noble invite les décideurs civils à sinspirersavoir et de donner des repères.Les intérêts qui conditionnent les ambition qui sinscrit dans une des stratégies déployées par nosrivalités économiques d’aujourd’hui stratégie bien identifiée, fondée sur forces armées sur les TOE – théâtresne reposent pas seulement sur des un ensemble d’actions visant à la dopérations extérieurs pour les adapterparamètres d’ordre commercialou financier. Ils doivent également reconnaissance de nos savoir-faire à léconomie sur ce que lon peutintégrer des variables culturelles, à travers un savoir-être, destinée à également qualifier de TOE : théâtressociétales, bref des idées et des donner à nos acteurs économiques des dopérations économiques, tant il estreprésentations du monde. C’està ce carrefour entre élaboration avantages concurrentiels sur la scène vrai que les conflits du XXIème siècle sedes stratégies d’influence et internationale. Aux yeux de Frédéric sont en partie déplacés sur ce domaine.prise en compte des enjeux de la Lacave, "linfluence intègre donc une Rien ne se fera sans une volonté de fairecompétition économique que sedéploie la démarche stratégique nouvelle gouvernance relationnelle évoluer radicalement les mentalités,proposée par Comes. ainsi que sa perception par nos nous dit-il. Un entretien riche, qui ouvre différents partenaires commerciaux." des perspectives innovantes en matière de développement à linternational.www.comes-communication.com
  2. 2. Communication & Influence N°29 - Janvier 2012 - page 2 ENTRETIEN AVEC FREDERIC LACAVE Quelle place occupe linfluence dans le domaine de son action et dans son organisation comme un véritable lintelligence économique ? En quoi consiste votre mission laboratoire de la modernisation de lEtat. Cette nouvelle à Bercy ? ingénierie permet de mesurer lentretien des connaissances Pour accompagner le triptyque de la stratégie de mais aussi den évaluer limpact à linternational. développement économique de l’Etat qui s’inscrit dans Linfluence a encore une mauvaise image en France, une nécessité de ré-industrialisation, de renforcement du comment faire évoluer ce ressenti ? tissu d’entreprises de tailles intermédiaires (ETI), et d’une La France a intégré dans son arsenal juridique un terme meilleure capacité de positionnement de nos forces à qui relève du domaine pénal : le "trafic dinfluence". Cette l’international, il est indispensable de disposer de réseaux référence très négative vient immédiatement à lesprit de structurés, dynamiques et dirigés pour permettre un accès lhomme de la rue quand on évoque ce vocable. Autant dire aux informations utiles. Celles-ci doivent être recoupées, quun saut qualificatif vers une influence conçue comme vérifiées et valorisées pour la connaissance qui permettra une action bienveillante et positive nest pas une mince laction. Linformation économique dont il est question est affaire ! majoritairement ouverte et disponible. Dans la complexité Or influence, dans lacception originelle du terme et dans des systèmes modernes, seule une structuration son concept anglo-saxon renvoie plutôt au lobbying ou à coordonnée et une détermination sans faille permettent lintermédiation. Il y a donc un obstacle dordre sémantique de bâtir une économie de la connaissance. Or, comme le à lever en préalable quand on aborde cette question. disait fort bien Richelieu : "Pour agir un peu il faut connaître Disons-le nettement : linfluence est une nécessaire et noble beaucoup". Il faut donc penser linfluence dans le cadre ambition, qui vise à soutenir les objectifs stratégiques au dune stratégie et dune architecture globales cohérentes profit de notre pays, à travers des réseaux, des maillages, et efficientes. des outils, bref tout un travail de terrain, concret et au Pour bien comprendre en quoi linfluence constitue une service de la compétitivité de nos entreprises. Plutôt que clé majeure de lintelligence de cantonner linfluence à sa seule signification délictuelle,La connaissance, ce nest économique, revenons à la genèse il conviendrait au contraire de lui redonner ses lettres depas seulement recueillir de la naissance de ce concept en noblesse en mettant bien en valeur ce quelle a de positif. France, sous limpulsion dhommesdes informations, cest comme Bernard Carayon, Rémy Alain Juillet définit linfluence comme la capacité à ameneraussi faire leffort de son interlocuteur à modifier son paradigme de pensée, en Pautrat et Alain Juillet. Il fallait lui présentant des arguments dont il peut vérifier le bien-comprendre la culture de d’abord sensibiliser les entreprises fondé et la valeur…lautre, de se familiariser à des questionsen engageant des confidentialité, de sécurité et de Il a raison. Cest ce que jappelle lintelligence culturelle.avec son univers mental, process concrets pour protéger leur Linfluence est un moyen, qui peut sexprimer de différentesses référents sociétaux, patrimoine matériel et immatériel. façons en reposant sur la capacité de lintelligence humaine de pouvoir convaincre la personne qui se trouve en face deses codes et ses valeurs, Au-delà de la mise en œuvre de soi, dans un climat de confiance et dans un écosystème ces bonnes pratiques, il convenaitsa manière de décrypter détendre le champ daction de culturel souvent fort complexe. Linfluence intègre doncson environnement lIE et de ne plus se contenter de la capacité à jeter des passerelles entre des mondeset de sy adapter. cette posture défensive, désormais différents. Elle implique de faire leffort de sortir de son insuffisante pour atteindre les biotope, pour aller vers l’action de connaissance de l’autre. nouveaux objectifs fixés par le gouvernement. A cet égard, Cette démarche n’est pas évidente et sera différemment linfluence est consubstantielle à lintelligence économique, appréhendée en fonction de léducation, du parcours et du et surtout, elle simpose comme un élément majeur de la caractère de chacun. Rappelons-nous à cet égard que lon a compétitivité de nos entreprises à linternational. toujours peur de ce que lon ignore. L’action dinfluence fait donc partie intégrante de notre société de la connaissance. Cest pourquoi, dans le cadre de la nouvelle politique La connaissance, ce nest pas seulement recueillir des publique dintelligence économique, les missions du informations, cest aussi faire leffort de comprendre la Service de coordination à lintelligence économique (SCIE) culture de lautre, de se familiariser avec son univers mental, rattaché au secrétaire général des ministères économique ses référents sociétaux, ses codes et ses valeurs, sa manière et financier sont essentiellement tournées vers la veille de décrypter son environnement et de s’y adapter. stratégique, l’influence et le soutien à la compétitivité des entreprises et des établissements de recherche. Notre rôle Cette intelligence culturelle doit permettre de briser la est celui dun facilitateur, ayant pour objectif premier de barrière de linconnu, de trouver avec son interlocuteur détecter, soutenir et accompagner les structures innovantes des points de convergence. Une fois cette étape franchie notamment dans les pôles de compétitivité. qui correspond à la construction du premier pilier, il est alors possible de bâtir ensemble des passerelles pour se Cest dans cet esprit que nous entendons mener des rapprocher de l’autre et pour commencer les échanges. Il actions dinfluence – notamment auprès des organisations convient donc tout à la fois de rechercher chez son futur internationales et ONG – en accompagnant le partenaire ce qui nous ressemble, ce que lon partage, et développement des PME au travers des différentes étapes simultanément, de faire preuve dune large ouverture de leur évolution et en favorisant leur accès aux marchés à desprit, en respectant ses valeurs, ses codes culturels lextérieur de nos frontières. Nous sommes engagés dans une et cultuels. La démarche vise à intégrer les principes dynamique ayant pour but danticiper et daccompagner fondamentaux qui permettent de comprendre et vivre au les mutations scientifiques, technologiques, économiques quotidien avec ceux que nous allons rencontrer. Celui qui et sociétales de notre pays. En cela, le SCIE simpose dans
  3. 3. Communication & InfluenceN°29 - Janvier 2012 - page 3 ENTRETIEN AVEC FREDERIC LACAVEveut pénétrer les marchés du monde arabo-musulman doit parcours diversifiés, faire en sorte que leurs connaissancesainsi garder en permanence à lesprit que le Prophète était et compétences irriguent notre administration et lesaussi un commerçant et que le commerce doit sentendre entreprises de moyenne importance pour le plus grandavant tout comme un vecteur de prospérité et de paix par bien de notre pays et de sa compétitivité.la meilleure connaissance de lautre. Alors, que proposez-vous ?Cest ainsi que lappréhension correcte de lhistoire permet Tout dabord, il nous faut Il nous faut nous ouvrir àde mieux se situer dans le contexte culturel et géopolitique renouer avec un nouvel état ce nouveau monde pourque lon découvre. Prenons un autre exemple qui va au-delà desprit de conquête, retrouverdu seul cadre arabo-musulman ou judéo-chrétien, avec la le goût du courage et du risque saisir les opportunitéspercée du bouddhisme dans nos sociétés. Ce phénomène assumé. La généralisation du qui soffrent, êtreva avoir un effet sur nos savoir-être, avec des répercussions principe de précaution sest réceptifs aux attentes dessur nos manières de dialoguer, déchanger, dagir avec malheureusement trop viteceux qui ont fait ce choix de spiritualité qui conditionne appliquée au comportement autres peuples, retrouverun mode de vie. Là aussi, il nous faudra apprendre dautres et finit par démobiliser les plus un brin dhumilité,codes pour établir un contact, faire passer une information vaillants, qui osent encore prendre savoir reconstruire avecpuis vendre un produit. le risque daller se frotter aux patience et ténacité nosCette démarche dintelligence culturelle permet aux réalités de terrain... Il nexiste passciences humaines de réintégrer la sphère de léconomie… de fatalité, seules les volontés stratégies, nos tactiquesElle permet surtout de repenser la place de lhomme dans saffrontent. Lenvie dentreprendre et nos outils dans cetteléconomie. Nous devons repenser larticulation de nos est liée à une soif dagir, de créer, de guerre économique.modèles économiques de manière globale, en resituant connaître les autres, de découvrirlhomme au cœur de ces écosystèmes. de nouveaux territoires à explorer et à faire fructifier. Cette dynamique doit dabord prendre dans nos esprits, ce quiCette intelligence, reconnue à linternational comme implique que nous nous retrouvions en accord avec nous-une sorte de modèle français, la "french touch", devra mêmes. La "french touch", cest notre manière bien à nousnous permettre de conserver ce savoir-être si spécifique, dêtre au monde, elle a permis à lesprit français de souffleralliance subtile de culture, dintelligence des situations, longtemps sur lEurope et sur le monde. Cest, commereposant prioritairement sur la qualité des relations le disait le général de Gaulle, faire vivre et rayonner "unehumaines établies dans le cadre de relations partenariales certaine idée de la France". Si la croissance est molle, voiredécomplexées avec nos interlocuteurs privilégiés. Pour ce plate ou négative chez nous, ayons laudace daller lafaire, il faut partir sur des bases saines, ce qui implique que chercher dans les zones où elle fleurit.nous nous délestions de nos préjugés, de nos anciennestoxines post et néo-colonialistes, que nous en finissions Pour cela, il nous faut nous ouvrir à ce nouveau mondeaussi avec une suffisance technocratique et une arrogance pour saisir les opportunités qui soffrent, être réceptifs auxdont une frange de nos élites use et abuse. attentes des autres peuples, retrouver un brin dhumilité, savoir reconstruire avec patience et ténacité nos stratégies,A cet égard, le service public doit être irréprochable ! Lar- nos tactiques et nos outils dans cette guerre économiquerogance de certaines catégories de nos élites est révélatrice dun nouveau genre.de léchec dun modèle socioéducatif. Il serait grand tempsde remettre les pendules à lheure et de rappeler que les Dans ce cadre, il sagit désormais denvisager des relationssavoir-faire managériaux doivent sappliquer au profit de commerciales équilibrées, nouées dans un mouvementlensemble de la collectivité, non pour satisfaire le goût du ascendant gagnant/gagnant, basées sur une réciprocitépouvoir de certains corps qui se sont érigés en castes au partenariale. Cest cette posture que je nomme intelligencefil des décennies. Le service public, ce nest pas se servir culturelle mais que lon peut aussi appeler influence.soi-même, cest servir cette communauté humaine et de Cette intelligence culturelle – ou stratégie dinfluencedestin quest la France. En tout cas, ce nest certainement – peut-elle être mise en œuvre au niveau de PME ou depas se renferner confortablement dans sa tour divoire structures de moyenne importance ?pour préserver son petit intérêt personnel. Cette "noblesse Bien sûr et cest une nécessité. Aujourdhui, une PME na ded’Etat", contraire à lhéritage de la Révoution française, chance de survivre et de croître que si elle sort de lisole-consanguine, déconnectée des réalités, et incapable de ment. Elle doit dabord sappuyer sur un réseau partenaire,comprendre et daccompagner les défis du XXIème siècle, qui va laider à accéder aux informations utiles, lui per-na plus à propérer et les talents issus de la méritocratie ré- mettre davoir une vision synoptique de son développe-publicaine doivent être mis au service de nos concitoyens ment et donc de trouver de nouvelles opportunités de dé-et de nos entreprises. veloppement. On est plus fort ensemble que seul. Les PMEOr, force est de constater quen France, il est très difficile doivent donc apprendre à travailler en réseau, à partagerde mettre en œuvre les politiques publiques, sous linformation, et surtout accepter de se faire soutenir dansquelque gouvernement que ce soit. La force dinertie de leur compétitivité et accompagner dans leur croissance.ladministration dans son organisation managériale actuelle, En dautres termes, linfluence, cest la capacité demalgré les efforts du gouvernement pour moderniser lEtat reconnaître dans lautre une valeur ajoutée complémentaireet la compétence des fonctionnaires, fait que la paralysie qui constitue un avantage compétitif. Nous devons doncrisque à terme de gagner lensemble du corps social. Il faut sortir de cette logique de repli sur soi qui paralyse la sociétéau plus vite remédier à ce cancer et favoriser une meilleure française. Nayons plus peur de nos voisins, recréons ducirculation des élites issues de profils, de formations et de lien intergénérationnel, redonnons du sens à nos activités,
  4. 4. Communication & Influence N°29 - Janvier 2012 - page 4 ENTRETIEN AVEC FREDERIC LACAVE sortons de cette morosité qui ronge la société française, une multitude de paramètres nécessitant une adéquation extirpons-nous de cet égoïsme individuel et collectif dans permanente aux spécificités du terrain. On a ainsi plusieurs lequel nous nous sommes enfoncés et qui représente un temps qui coexistent et se superposent. Ce qui implique piège mortel ! que lon soit tout à la fois extrêmement réactifs à linstant T Nous avons de la ressource, des atouts, il nous faut juste de et simultanément capables danticiper puis daccompagner la volonté. Il faut se garder de sombrer dans le mirage du les mutations économiques au plus près des territoires, tout-technologique. Lhumain reste prépondérant. En dépit dans une parfaite cohérence daction et dans la durée. des apparences, dans les nouvelles alliances ou partenariats La stratégie doit donc se décliner à plusieurs niveaux de demain, savoir connaître son interlocuteur comme simultanément tout en restant cohérente sur le long savoir se faire reconnaître par lui, le percevoir comme un terme… homme dans toute sa complexité et être perçu comme tel, Oui. Et surtout, je pense quil est grand temps de définir – constitue un atout-maître. ou redéfinir – une stratégie dinfluence globale. Cette tâche Tout ne se résout pas en équations, séries statistiques incombe au politique et à l"Etat stratège". Cest ensuite ou algorithmiques. Lesprit de conquête nest pas affaire à ladministration de se mettre en cohérence avec cette de chiffres ou de modèles mathématiques, cest une volonté, en bonne coordination, sans esprit de chapelle, disposition intérieure, une faculté douverture au monde dans la mutualisation et la complémentarité, afin que cette qui a longtemps été une vertu française, que nous avons noble ambition, vitale pour notre pays, se traduise enfin délaissée et que nous devons coûte que coûte recouvrer. dans les faits. Vous avez développé lacronyme de TOE, pour Théâtres Or, cette nécessité de construire et dappliquer des stratégies dOpérations Economiques. Quid de cette analogie avec le dinfluence ne se traduisant pas encore suffisamment par TOE – Théâtres dOpérations Extérieures – bien connu des des contenus pédagogiques dans les cursus des universités militaires ? et des écoles denseignement supérieur, jai proposé la On peut conquérir un territoire création à Bercy du Centre des hautes études en intelligenceA linstar des stratégique. Il sagit là dun "think tank" de formation comme lon peut conquérir unopérations militaires, cœur. Une relecture des opérations partenariale public/privé aux enjeux et à lingénierie desles opérations menées par Gallieni à Madagascar stratégies, notamment dinfluence mais aussi dune boîteéconomiques ou Lyautey au Maroc éclairera à outils au service de la compétitivité de la France. Il faut efficacement le lecteur sur ce conquérir ou reconquérir les réseaux et les organisationsdeviennent chaque supposées défendre nos intérêts à linternational, comme point. A condition de respecterjour plus complexes une éthique, la conquête est nous nous efforçons de nous y employer avec linnovantet doivent intégrer un acte noble, qui prouve une département de lintelligence culturelle et de la recherche de linformation économique quanime avec talent leune multitude de dynamique constructive à lœuvre. général (2S) Dominique Gérard qui vient de rejoindre le Or, en France, sil est vrai que nousparamètres nécessitant sommes innovants et que nous service que jai lhonneur de diriger à Bercy.une adéquation détenons dindéniables savoir- Plus que jamais, nous devons nous organiser pour détecterpermanente aux faire, il nous faut en revanche et anticiper les mutations, afin de nous mettre dans lesspécificités du terrain. retrouver un savoir-être. Dès lors meilleures conditions pour toujours avoir un, voir plusieurs se pose la question de faire se "coups davance". Mais une telle démarche ne simprovise combiner ces deux fondamentaux pas. Elle se construit comme une stratégie qui combine pour être le plus fort possible et se déployer sur ces TOE – de nombreux domaines et sentretient en permanence. A Théâtres dOpérations Economiques  – que vous évoquez. linverse, en tant que grande Nation qui veut continuer à Or, qui mieux que larmée prouve que nous sommes encore compter sur la scène internationale, nous devons nous une grande nation ? organiser pour attirer durablement les talents et les Projetées dans des zones complexes at à risques, avec décideurs étrangers de demain au sein de nos grandes de multiples paramètres aussi bien géostratégiques, écoles et universités mais aussi de nos entreprises. Ils sont techniques, quhumains à prendre en compte, nos troupes potentiellement les meilleurs ambassadeurs de linfluence prouvent jour après jour leur formidable savoir-faire allié française dans le monde ! à un comportement sans faille. Cest ainsi, en Afghanistan Si par malheur, nous navons pas ou plus la capacité à par exemple, que nos armées confrontées à lopposition agir dans ces grandes organisations parce quelles sont farouche des Talibans ont su mener les actions de combat verrouillées par dautres puissances au service de leurs nécessaires au rétablissement de la sécurité dans les zones stratégies de conquête, alors il nous faut favoriser léclosion tribales les plus sensibles tout en gagnant la confiance des de nouvelles structures dinfluence là où elles sont utiles. populations. En montrant que nous sommes capables de nous engager Ces forces armées, dont on ne dira jamais assez le sur cette voie, nous administrerons alors concrètement remarquable travail quelles réalisent sur le terrain, font la preuve que nous avons la volonté de déployer une preuve dune exceptionnelle capacité dadaptation en authentique stratégie dinfluence, conforme à notre tous lieux et en toutes circonstances. Il me paraissait donc éthique et à notre projet politique de développement logique de reprendre cet acronyme de TOE pour ladapter économique porté par le gouvernement de la République. au domaine économique. Objectif ? Faire en sorte que nos Cest là tout à la fois une décision stratégique dintérêt entrepreneurs simprègnent de cet état desprit. A linstar général majeure affirmant une volonté qui ne vaudra que des opérations militaires, les opérations économiques si lon se donne concrètement les moyens de la mettre en deviennent chaque jour plus complexes et doivent intégrer œuvre.
  5. 5. Communication & Influence N°27 - Novembre 2011 - page 5 ENTRETIEN AVEC PHILIPPE BILGEREXTRAITS Mots et lieux de la géopolitiqueLa géopolitique, ou létude des relations entre puissance et espace"La géopolitique n’est pas née avec le terme. La géographie d’Hérodote et son explication des peuples par le climat, lacosmographie égyptienne, voire les considérations sur les vertus des sols de Sun Tse peuvent faire figure de manifesta-tions anciennes d’une sensibilité géopolitique.C’est Rudolf Kjellen qui crée le mot en 1905. Il définit la géopolitique comme la science de l’Etat en tant qu’organismegéographique, tel qu’il se manifeste dans l’espace. La géopolitique de cette époque est effectivement une géographiepolitique, une tentative d’explorer la capacité de la géographie, jusque-là discipline essentiellement descriptive, à deve-nir un outil d’analyse et de compréhension. Avec comme objectif de déterminer les enjeux d’Etats conçus comme desêtres vivants.La naissance du terme est datée : elle se fait dans le contexte intellectuel du scientisme européen de la fin du XIXe siècle,dans un monde encore vaste où les ensembles régionaux sont relativement fermés sur eux-mêmes, dans la confron-tation entre les grands empires européens, dans l’obsession de l’époque pour les constructions nationales et pour leconcept de génie propre à chaque civilisation. Au même moment, le perfectionnement des techniques d’arpentage etde cartographie militaire (grâce à l’observation aérienne) permet de fixer avec précision les frontières des Etats-nationsconsidérés comme les acteurs primordiaux de la géopolitique.Depuis, la discipline a changé. Tout d’abord parce que son ambition initiale l’a amenée à intégrer dans ses modèles desdisciplines de plus en plus nombreuses (histoire, sciences politiques, économie) et que ces apports extérieurs à la géo-graphie ont modifié à leur tour le contenu de la notion.Ensuite parce que, par un phénomène facilement observable dans l’histoire des concepts, le mot lui-même a glissé versdes significations légèrement altérées au fur et à mesure que des auteurs issus de cultures différentes se l’appropriaient.En simplifiant, le terme allemand Geopolitik induit l’idée d’une stratégie territoriale des Etats, la recherche de l’adéqua-tion entre territoire et nationalité. Le mot anglais geopolitics est plus centré sur l’idée de confrontation (le sens du motpolitics) manifestée dans et déterminée par la géographie. Le mot français géopolitique réoriente le concept vers lerapport sociétal au territoire, et serait plus proche du mot policy.Enfin, le sens de la notion a changé parce que son objet lui-même, le monde, a changé : l’ouverture des frontières, la ra-réfaction des grands conflits territoriaux, la dématérialisation et la mondialisation des échanges et des communicationsont conforté son intérêt pour d’autres acteurs que l’Etat-nation et d’autres affrontements que les guerres.Le terme de géopolitique a connu un certain déclin pendant une période assez longue, laissant la place à une approcheen termes de relations internationales appuyée sur des modèles sociologiques. Pourtant la discipline a su rebondir etelle est de retour au premier plan, justement parce qu’elle s’est renouvelée : son approche permet d’étudier le terrorismecomme les problèmes d’environnement, les conflits locaux comme les affrontements planétaires, les délocalisationscomme les pandémies."Les 100 mots de la géopolitique, sous la direction de Pascal Gauchon et Jean-Marc Huissoud, PUF, Que sais-je ?, 2008L’océan Atlantique, le berceau de l’Occident"Océan séparant l’Europe et l’Afrique de l’Amérique, vaste de 80 millions de kilomètres carrés et étendu sur 8.000 kmd’ouest en est.C’est en traversant l’océan Atlantique que l’Europe s’est engagée sur la voie de la découverte et de la domination dumonde. En témoigne le contrôle qu’ont exercé sur cet océan les Anglais au XIXe siècle, mais aussi le commerce trian-gulaire et la traite des Noirs, la colonisation et le développement des plantations pour fournir au Vieux Continent lesproduits agricoles dont il avait besoin.Au XXe siècle, l’océan Atlantique prend une autre signification : celui de la solidarité occidentale. L’atlantisme signifiequ’Européens et Américains partagent les mêmes intérêts et les mêmes valeurs face à l’URSS communiste. Preuve decette solidarité, les liens entre les deux rives de l’océan ; la route qui court du nord-est des Etats-Unis au Northern Rangeconstitue l’une des plus parcourues au monde (10 % du commerce mondial en volume, plus en valeur), les liaisons aé-riennes sont les plus importantes de la planète et le fond de l’océan abrite des câbles télégraphiques (depuis 1869) ettéléphoniques (depuis 1972) remplacés aujourd’hui par des câbles optiques.La création de l’OTAN concrétise ce fait sur le plan politique et marque, selon Alfred Grosser, la naissance de l’Occident.Mais, derrière l’apparence du partenariat, ce sont les Etats-Unis qui ont pris le contrôle de l’Atlantique, les Britanniquesn’apparaissant plus que leurs seconds dans le cadre de la relation spéciale établie entre ces deux pays. Et toute la po-litique de Washington vise à tirer l’Europe vers l’ouest pour l’arrimer aux Etats-Unis et pour l’empêcher de prendre uneautonomie trop forte ; Dean Acheson ne parlait-il pas de noyer l’Europe dans les eaux salées de l’Atlantique  ?"Les 100 lieux de la géopolitique, sous la direction de Pascal Gauchon et Jean-Marc Huissoud, PUF, Que sais-je ?, 2008
  6. 6. Communication & Influence N°29 - Janvier 2012 - page 5 ENTRETIEN AVEC FREDERIC LACAVE BIOGRAPHIEFrédéric Lacave pilote depuis août 2010 le Service de coordination politique de la ville dans ses attributions. En 2006, il est nommé sous-à lintelligence économique (SCIE) au Ministère de lEconomie, des préfet, dabord directeur de cabinet du préfet du Cher, puis chef definances et de lindustrie (Bercy). cabinet du préfet de la Région dIle-de-France, préfet de Paris.Diplômé détudes supérieures Né à Rabat au Maroc, arabisant,déconomie (université de Paris- Frédéric Lacave est un fin connaisseurDauphine) et titulaire dun Master II du Maghreb et du monde arabo-mention Economie et administration musulman. Il occupe dailleurs lespublique "Management territorial fonctions de président déléguéet gestion des collectivités locales" de lInstitut méditerranéen de(université de Lille), Frédéric Lacave coopération. Colonel (rc) de larméecommence sa carrière comme de lair, il maîtrise aussi parfaitementdirecteur des ressources humaines les arcanes du monde de la défense. Ildans une société du groupe Dumez est ainsi administrateur de lassociationFrance. Il soriente vers le service Atouts Légion, présidée de droit parpublic comme chef de cabinet du le président du Sénat, institution quipréfet en charge de la présidence de œuvre à la réinsertion professionnellela Maison de lEurope à Paris, avant de des anciens Légionnaires. Auditeur,devenir chargé de mission auprès du diplômé de lInstitut national desSecrétaire général du Conseil de Paris, hautes études de sécurité (16èmepuis directeur de cabinet du député- session nationale), Frédéric Lacavemaire du 11ème arrondissement de la est chevalier de lordre national ducapitale. Mérite, chevalier des Arts et des Lettres,Il occupe ensuite les fonctions de directeur de cabinet du maire de lIle chevalier des palmes académiques,de Saint Barthélemy (Outre-mer), avant de revenir comme délégué à chevalier du mérite agricole et médaille de bronze de la jeunesse etla coopération internationale et aux organisations internationales à la des sports.Mairie de Paris. En 2002, il rejoint le Sénat, dabord comme chef-adjoint Pour en savoir plus sur le Service de coordination à lintelligence économiquede cabinet, puis conseiller Sécurité, défense et monde combattant du (SCIE) que dirige Frédéric Lacave aux Ministères économique et financier :président du Sénat, ayant en outre les secteurs du logement et de la www.economie.gouv.fr/scieLinfluence, une nouvelle façon de penser la communication dans la guerre économique"Quest-ce quêtre influent sinon détenir la capacité à peser sur lévolution des situations ? Linfluence nest pas lillusion. Elle en est même lantithèse. Elleest une manifestation de la puissance. Elle plonge ses racines dans une certaine approche du réel, elle se vit à travers une manière dêtre-au-monde. Lecœur dune stratégie dinfluence digne de ce nom réside très clairement en une identité finement ciselée, puis nettement assumée. Une succession de"coups médiatiques", la gestion habile dun carnet dadresses, la mise en œuvre de vecteurs audacieux ne valent que sils sont sous-tendus par une lignestratégique claire, fruit de la réflexion engagée sur lidentité. Autant dire quune stratégie dinfluence implique un fort travail de clarification en amont desprocessus de décision, au niveau de la direction générale ou de la direction de la stratégie. Une telle démarche demande tout à la fois de la lucidité et ducourage. Car revendiquer une identité propre exige que lon accepte dêtre différent des autres, de choisir ses valeurs propres, darticuler ses idées selon unmode correspondant à une logique intime et authentique. Après des décennies de superficialité revient le temps du structuré et du profond. En temps decrise, on veut du solide. Et lon perçoit aujourdhui les prémices de ce retournement."Linfluence mérite dêtre pensée à limage dun arbre. Voir ses branches se tendre vers le ciel ne doit pas faire oublier le travail effectué par les racines dansles entrailles de la terre. Si elle veut être forte et cohérente, une stratégie dinfluence doit se déployer à partir dune réflexion sur lidentité de la structureconcernée, et être étayée par un discours haut de gamme. Linfluence ne peut utilement porter ses fruits que si elle est à même de se répercuter à traversdes messages structurés, logiques, harmonieux, prouvant la capacité de la direction à voir loin et sur le long terme. Top managers, communicants, stra-tèges civils et militaires, experts et universitaires doivent croiser leurs savoir-faire. Dans un monde en réseau, léchange des connaissances, la capacité àsadapter aux nouvelles configurations et la volonté daffirmer son identité propre constituent des clés maîtresses du succès".Ce texte a été écrit lors du lancement de Communication & Influence en juillet 2008. Il nous sert désormais de référence pour donner de linfluenceune définition allant bien au-delà de ses aspects négatifs, auxquels elle se trouve trop souvent cantonnée. Le long entretien que nous a trèscourtoisement accordé Frédéric Lacave va clairement dans le même sens. Quil soit ici remercié de sa contribution aux débats que propose, moisaprès mois, notre plate-forme de réflexion. Bruno Racouchot, Directeur de Comes Communication & Influence contacts N° ISNN 1760-4842 une publication du cabinet comes France (Paris) : +33 (0)1 47 09 36 99 Paris n Toronto n São Paulo North America (Toronto) : +00 (1) 416 845 21 09 Directrice de la publication : Sophie Vieillard South America (São Paulo) : + 00 (55) 11 8354 3139Quand la réflexion accompagne l’action Illustrations : Eric Stalner www.comes-communication.com

×