Réflexions sur la gouvernance des systèmes irrigués 
associés aux barrages en Afrique de l’Ouest 
Comment favoriser l’util...
Plan 
• Brève présentation de la GWI 
• Apprentissage sur les systèmes de vie des 
paysans 
• Partage d’expériences sur le...
Brève présentation de la Global Water 
Initiative (GWI) 
• Programme mondial (AC, AE, AO) 
• Vision 2012/2017: 
L’eau est ...
Approche de la GWI en Afrique de 
l’Ouest 
Contexte – Investissements des Etats dans la grande irrigation pour la sécurité...
Apprentissage sur les 
systèmes de vie 
• A travers un processus d’analyse participative, 
développer une compréhension co...
Quelques conclusions… 
1. Les choix en matière d’investissement répondent à une logique 
structurée autour d’une vision de...
3. Le décalage entre les deux logiques entraîne plusieurs 
dysfonctionnements institutionnels et techniques: des 
aménagem...
Partage d’expériences sur le foncier 
irrigué 
Vers une sécurisation foncière du paysan dans 
la riziculture à grande éche...
Des constats 
• Il y a des contraintes sociologiques sur le terrain qui peuvent freiner 
les dynamiques de production : il...
Des préoccupations 
• Certains bailleurs ont influencé les pratiques foncières sur les 
nouveaux périmètres irrigués en po...
Des recommandations 
• Immatriculer et borner tous les périmètres irrigués dans les pays au 
nom de l’Etat pour permettre ...
Des défis à relever... 
• Les enjeux associés à la maîtrise de l’eau et à l’intensification 
pour atteindre les objectifs ...
Je vous remercie 
www.gwiwestafrica.org 
www.iucn.org/gwidams 
www.dialoguebarrages.net 
jerome.koundouno@iucn.org
Gouvernance des systèmes irrigués associés aux barrages en Afrique de l’Ouest: Comment favoriser l’utilisation équitable d...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Gouvernance des systèmes irrigués associés aux barrages en Afrique de l’Ouest: Comment favoriser l’utilisation équitable de l’eau et renforcer les moyens d’existence des paysans ?

270 vues

Publié le

Réflexions sur la gouvernance des systèmes irrigués associés aux barrages en Afrique de l’Ouest Comment favoriser l’utilisation équitable de l’eau et renforcer les moyens d’existence des paysans ?

Communication de Jérôme Koundouno (UICN), Coordinateur régional GWI Afrique de l’Ouest, dans le contexte du 'Africa Water Forum' – 13 juin 2014.

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
270
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Gouvernance des systèmes irrigués associés aux barrages en Afrique de l’Ouest: Comment favoriser l’utilisation équitable de l’eau et renforcer les moyens d’existence des paysans ?

  1. 1. Réflexions sur la gouvernance des systèmes irrigués associés aux barrages en Afrique de l’Ouest Comment favoriser l’utilisation équitable de l’eau et renforcer les moyens d’existence des paysans ? Jérôme Koundouno (UICN) Africa Water Forum – 13 juin 2014 Coordinateur régional GWI Afrique de l’Ouest
  2. 2. Plan • Brève présentation de la GWI • Apprentissage sur les systèmes de vie des paysans • Partage d’expériences sur le foncier irrigué
  3. 3. Brève présentation de la Global Water Initiative (GWI) • Programme mondial (AC, AE, AO) • Vision 2012/2017: L’eau est utilisée d’une manière efficace et équitable, ce qui permet aux agriculteurs d’améliorer la sécurité alimentaire et de devenir plus résilients face aux changements grâce à une production agricole durable pour eux-mêmes, leurs communautés et le monde • Consortium GWI-AO : UICN/IIED • 5 pays : Burkina, Mali, Niger, Sénégal, Guinée • Howard G. Buffett Foundation – $1,5M/an • 2 phases depuis 2009 1. Partage des bénéfices (grands barrages) 2. Eau pour l’agriculture (systèmes de grande irrigation liés aux barrages)
  4. 4. Approche de la GWI en Afrique de l’Ouest Contexte – Investissements des Etats dans la grande irrigation pour la sécurité alimentaire : Pôles de croissance, Agropoles, Déclaration de Dakar (octobre 2013) … • Focus sur la riziculture irriguée à grande échelle • Alliances et partenariats (local, national, régional, mondial) • Valorisation des cadres de référence : CEDEAO/Directive Infra. hydr. & Foncier, Chartes de l’eau, législations nationales… • Apprentissage/études/concertations • Accompagnement/appui technique • Plaidoyer et influence des politiques nationales/régionales Amélioration des pratiques (sites existants)  Appui à l’innovation (nouveaux sites)
  5. 5. Apprentissage sur les systèmes de vie • A travers un processus d’analyse participative, développer une compréhension commune des aspirations des différentes catégories d’agriculteurs et des contraintes sur leurs moyens de subsistance et la productivité • Périmètres irrigués ciblés : barrages de Bagré (Burkina Faso), Sélingué (Mali) et Niandouba (Sénégal) • 3 équipes nationales, 1 coordination régionale, enquêtes de terrain, restitutions régionale et nationales
  6. 6. Quelques conclusions… 1. Les choix en matière d’investissement répondent à une logique structurée autour d’une vision de la modernisation de l’agriculture: une forte intensité technologique, une spécialisation de la production et la promotion de l’agrobusiness. Les exploitations familiales sont considérées comme des éléments de ce système qui ne prend pas assez en compte leur multifonctionnalité et leur vision du développement. 2. À l’opposé de celle de l’État, la logique des exploitations familiales est basée sur cette multifonctionnalité, déterminant clé de leur capacité de résilience. C’est en prenant en compte cette réalité que les modèles d’intervention pourront servir de leviers pour augmenter la production et renforcer les moyens d’existence des paysans pauvres.
  7. 7. 3. Le décalage entre les deux logiques entraîne plusieurs dysfonctionnements institutionnels et techniques: des aménagements coûteux et peu performants, l’affaiblissement du capital social local dans le processus décisionnel, l’aggravation de la situation de précarité des producteurs les plus pauvres en ressources, un système d’appui-conseil fragmenté et mal adapté aux besoins des exploitations familiales. 4. Malgré les contraintes institutionnelles et techniques qui limitent la performance des systèmes irrigués étudiés, le riz demeure une céréale stratégique pour les exploitations familiales. Toutefois, les différences dans les motivations sous-jacentes des différents types d’exploitations doivent être prises en compte : un des défis majeurs sera de voir comment permettre aux producteurs qui en ont l’ambition et la capacité de passer à l’échelle supérieure, en produisant plus et mieux. Cela passera naturellement par la suppression de la contrainte liée à l’accès au foncier.
  8. 8. Partage d’expériences sur le foncier irrigué Vers une sécurisation foncière du paysan dans la riziculture à grande échelle au Sahel Atelier régional – Bamako, les 2 et 3 juin 2014 Partenariat GWI/CILSS/ARID/ILC Identifier et valoriser des bonnes pratiques afin de renforcer la compréhension des enjeux autour du statut juridique et de la taille de la parcelle en vue de la sécurisation foncière du paysan
  9. 9. Des constats • Il y a des contraintes sociologiques sur le terrain qui peuvent freiner les dynamiques de production : il faut donc prendre en compte l’évolution des besoins des familles dans l’attribution des parcelles, notamment dans le cadre des expropriations pour cause d’utilité publique et du déplacement des PAP. • D’après l’expérience de trois barrages de la région (Bagré, Sélingué et Niandouba), il y a un lien entre l’augmentation de performance et l’augmentation de la surface exploitée sur les périmètres irrigués. • […]
  10. 10. Des préoccupations • Certains bailleurs ont influencé les pratiques foncières sur les nouveaux périmètres irrigués en posant des conditionnalités dans le financement : cela amène des situations diverses dans un même pays et des interrogations quant à la capacité des Etats à gérer sur le long terme ces nouvelles conditions non harmonisées. • La vente et la location des parcelles se pratiquent sur les périmètres irrigués de la région et de manière informelle : comment peut-on mieux réguler la spéculation foncière tout en permettant une certaine flexibilité d’accès au foncier, en permettant par exemple à certains paysans locaux d’étendre leur exploitation et à d’autres de se reconvertir à travers une location « encadrée »? • […]
  11. 11. Des recommandations • Immatriculer et borner tous les périmètres irrigués dans les pays au nom de l’Etat pour permettre l’établissement formel de titres qui sécurisent les paysans dans la durée. • Harmoniser les pratiques sur les périmètres rizicoles à l’intérieur des pays, et définir et respecter un seuil minimum pour la taille de la parcelle en fonction des réalités socio foncières et des besoins des familles en prenant en compte le nombre d’actifs et les besoins d’héritage. • Prendre en compte le genre dans la réflexion autour de la sécurisation foncière, car la riziculture est traditionnellement une activité féminine, avec les jeunes, alors que dans la pratique les parcelles sont souvent attribuées à des hommes. • […]
  12. 12. Des défis à relever... • Les enjeux associés à la maîtrise de l’eau et à l’intensification pour atteindre les objectifs de sécurité alimentaire fixés par les gouvernements nécessitent une réflexion en profondeur sur les aspects « softs » • Il est nécessaire de prendre en compte les réalités sociales du terrain dans la définition des solutions techniques. • L’Etat et les producteurs doivent s’entendre sur les objectifs et trouver des voies de collaboration constructive pour réussir à répondre en même temps aux besoins locaux et aux besoins nationaux de production alimentaire.
  13. 13. Je vous remercie www.gwiwestafrica.org www.iucn.org/gwidams www.dialoguebarrages.net jerome.koundouno@iucn.org

×