Estudo para implantação do "Plan Bocage"

436 vues

Publié le

Avaliação e proposta de manutenção dos "bocages" / campos fechados compostos por aléias e outros elementos florestais.

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
436
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Estudo para implantação do "Plan Bocage"

  1. 1. CSP EA 2009 1 ETUDE D’ENVIRONNEMENT SUR LA COMMUNE DE BUSSIERES (COTE-D’OR) EN VUE D’APPLIQUER LE PLAN BOCAGE DU CONSEIL REGIONAL DE BOURGOGNE Option Agriculture et Environnement 2009 BRUYS Agathe FAYCAL Hamadou GUIMARAES OROFINO Gabriela MEYNIER Elodie Enseignant : Philippe ROYER
  2. 2. CSP EA 2009 2 ETUDE D’ENVIRONNEMENT SUR LA COMMUNE DE BUSSIERES (COTE-D’OR) EN VUE D’APPLIQUER LE PLAN BOCAGE DU CONSEIL REGIONAL DE BOURGOGNE BRUYS Agathe FAYCAL Hamadou GUIMARAES OROFINO Gabriela MEYNIER Elodie Enseignant : Philippe ROYER
  3. 3. CSP EA 2009 3 Remerciements Nous tenons tout d’abord à remercier le Conseil Régional de Bourgogne d’être à l’origine du projet «Plan Bocage et Paysages » et de financer notre travail. Nous remercions ensuite les membres du conseil municipal de la commune de Bussières, et tout particulièrement Madame Viviane Lautrey, conseillère municipale et commanditaire du projet. Puis un grand merci à tous les habitants de la commune de Bussières pour leur accueil. Nous remercions aussi le restaurant « le Rendez-vous des Chasseurs » de nous avoir accueillis et réchauffés lors de nos sorties sur le terrain d’étude. Merci beaucoup à Madame Chantal Ducourtieux pour nous avoir aidé pendant toute la réalisation du projet, pour nous avoir fait partager ses astuces et pour son aide précieuse pour les cartes. Merci de nous avoir aidé à préparer nos sorties sur le terrain et de nous avoir accompagné. Enfin, nous remercions spécialement Monsieur Philippe Royer, tuteur et représentant de l’ENESAD dans ce projet, pour sa présence et ses explications. Merci pour l’accompagnement tout au long de l’élaboration de ce document, pour les connaissances apportées sur le thème du bocage et pour le partage de sa passion de l’environnement. ENESAD OPTION EA 2008-2009 CSP 13 MARS 2009
  4. 4. CSP EA 2009 4 Sommaire INTRODUCTION 1 1. Le contexte ......................................................................................................................... 6 1.1. Qu’est-ce qu’un bocage ? ........................................................................................... 6 1.2. Historique ................................................................................................................... 8 1.3. Bussières et le « Plan Bocage et Paysages » .............................................................. 8 2. Méthodologie ................................................................................................................... 11 2.1. Description du territoire ........................................................................................... 11 2.2. Le terrain .................................................................................................................. 12 2.3. Cartographie ............................................................................................................. 14 2.4. Définition des indicateurs et de l’indice bocage ...................................................... 15 3. Résultats ........................................................................................................................... 19 3.1. Résultat de l’inventaire des ensembles de haies ....................................................... 19 3.2. Calcul de l’Indice Bocage ........................................................................................ 41 4. Propositions d’implantation de haies ............................................................................... 42 4.1. Deux projets d’implantation ..................................................................................... 42 4.2. Méthode de calcul pour la comparaison des projets ................................................ 43 4.3. Diagnostic/ conclusion sur le territoire .................................................................... 46 CONCLUSION 43 BIBLIOGRAPHIE 44 ANNEXES 46
  5. 5. CSP EA 2009 5 Introduction La CSP (ou Confrontation à une Situation Professionnelle) est pour nous, étudiants en troisième année de formation d’ingénieur à l’ENESAD, un exercice intéressant puisqu’il est une occasion de travailler sur une problématique réelle. C’est un entraînement à la vie professionnelle inséré au sein de notre formation d’étudiants. Pour mener à bien cet exercice, nous avons travaillé à quatre étudiants sous la coordination de Philippe Royer. La première caractéristique de la CSP est donc l’aptitude à travailler en groupe. Nous avons dû faire preuve de rigueur et d’organisation afin de se répartir les tâches de façon efficace. Nous avons aussi exercé notre créativité pour proposer des éléments de réponses, en accord avec la demande du commanditaire du projet (la commune de Bussières) et sur le thème de la continuité écologique (soulevé par le « Plan Bocage et Paysages » du Conseil Régional de Bourgogne). L’initiative et l’autonomie ont aussi été des compétences nécessaires au bon déroulement de l’exercice. Afin de disposer des informations nécessaires, nous avons suivi un protocole précis et logique. Nous avons commencé par une phase de réflexion et de recherche bibliographique sur le thème du bocage. Nous avons ensuite rigoureusement planifié un travail de terrain, ainsi qu’un travail de cartographie le plus exhaustif possible, pour rendre compte de l’état des lieux de la commune de Bussières en termes d’occupation du sol et de paysage. Les aspects méthodologiques et pratiques de la démarche ont été très enrichissants. Aussi, le contact avec les commanditaires, et l’échange avec le monde professionnel en général, ont été très formateurs. Enfin nous avons analysé et synthétisé les informations obtenues, afin de proposer dans ce rapport les éléments de réponses souhaités. Problématique Le bocage créé initialement pour les besoins de l’agriculture, est devenu aujourd'hui un patrimoine communautaire, investi de nouvelles fonctions sociales et environnementales: rôles paysager, hydraulique, biologique, et historique. Cet héritage du passé est lourd à porter par les agriculteurs, qui sont en difficulté structurelle face à une société fortement exigeante pour la conservation du bocage. Construire un projet durable comme l'envisage la commune de Bussières demande donc l’investissement de tous les acteurs en partant d’éléments objectifs. Par conséquent, la gestion et l’amélioration du bocage ne peuvent s’inscrire qu'à terme dans un projet global. Appréhender ses principales caractéristiques au travers d’une étude constitue un point de départ nécessaire, ainsi qu’une référence en vues d’actions futures à entreprendre. A cet effet, l'étude répondra aux questions suivantes: - Quel est l'état du bocage et particulièrement de sa densité? - Quelles sont les zones prioritaires d’actions d’aménagement du bocage? Les réponses à ces questions reposeront sur un inventaire exhaustif du maillage bocager, et sur la prise en compte de la valeur multifonctionnelle du bocage (amélioration de la qualité de l'eau, biodiversité, paysage, énergie). Cette étude ne pourra donc se concevoir sans un travail de terrain et une concertation avec les acteurs locaux concernés, en l'occurrence les élus, propriétaires, exploitants agricoles, etc. Leurs préoccupations et leurs attentes en matière de bocage seront ainsi prises en compte, ce qui permettra une meilleure appropriation des conclusions et facilitera la mise en place d'une éventuelle phase opérationnelle. La première partie sera un rappel sur le bocage et sur la commune de Bussières. Ensuite nous exposerons les aspects méthodologiques de notre travail, avant de présenter les résultats de notre inventaire des haies et de leur intérêt biologique. Enfin, la dernière partie présentera nos propositions d’implantation de haies sur le territoire de la commune.
  6. 6. CSP EA 2009 6 1. Le contexte Le bocage est une composante essentielle du patrimoine national français, et fait partie intégrante du paysage bourguignon. Il occupe la majeure partie de l’espace rural de la région, avec près de 40 000 km de haies qui jalonnent le territoire. Dans le souci de préserver ce patrimoine, le Conseil Régional de Bourgogne a initié le « Plan Bocage et Paysages » dans le cadre de ses politiques environnementales. Depuis 2005, il organise chaque année un appel à projet afin d’encourager des initiatives de plantation et de restauration de trames bocagères s’inscrivant dans une réflexion globale d’aménagement du territoire. C’est dans ce contexte que la commune de Bussières voudrait répondre à cet appel à projet. 1.1. Qu’est-ce qu’un bocage ? Le bocage est une « région où les champs et les prés sont enclos par des levées de terre portant des haies ou des rangées d’arbres » (définition du Petit Larousse). Le bocage se caractérise par la présence de haies boisées autour de parcelles de prairies et de culture. Le réseau bocager a été façonné par l’Homme au Moyen-Age et est très dépendant des activités agricoles. En Bourgogne, 4 types principaux de haies sont identifiés (Figure 1): - haies basses, entretenue « au carré », d’une hauteur de 2 à 2,50 mètres, - haies basses comprenant des arbres (soit 1 à 4 arbres par 100 m, soit plus de 5 arbres par 100 m), - haies arbustives moyennes ou hautes, - haies arbustives moyennes ou hautes comprenant des arbres (soit 1 à 4 arbres par 100 m, soit plus de 5 arbres par 100 m). On peut aussi noter les haies rivulaires (bordant les cours d’eau), qui présentent diverses structures se rapprochant des 4 types précédents. Haie basse « au carré » Haie basse avec 1 à 5 arbres par 100 m Haie arbustive moyenne ou haute Haie arbustive moyenne ou haute avec + de 5 arbres par 100 m Figure 1 : Différents types de haies
  7. 7. CSP EA 2009 7 Le bocage et les haies remplissent 5 grandes fonctions : - les haies créent un lieu d’habitat, de refuge, de voie de déplacement pour la faune et la flore sauvages. Elles jouent ainssi un rôle de corridor écologique, indispensable à la préservation de la biodiversité, - elles participent à la régulation et à l’épuration des eaux ainsi qu’à la protection des sols (Figure 2), Source : ALTERRE Bourgogne Figure 2 : Effet des haies sur l’eau et le sol. - elles permettent d’atténuer les contraintes climatiques (barrière contre le vent, abris pour la pluie, etc.), - elles occupent un rôle majeur dans le maintien des équilibres biologiques : création d’une synergie entre les haies et la production agricole (Figure 3), Une fonction oubliée (!) La biodiversité de la haie en synergie avec la production agricole Piste de recherches futures  Champs de 150 m de large bordés de haies 75 m maximum Réservoir d’antiprédateurs (auxiliaires) Prédateurs des cultures Source : P. ROYER Figure 3 : Synergie entre les haies et la production agricole.
  8. 8. CSP EA 2009 8 - le réseau de haies participe à la construction de l’identité du territoire. Sa conservation est un enjeu pour la viabilité des territoires, la pérennité de l’agriculture et la qualité des paysages. L’identité du territoire passe sa traduit aussi par une économie s’appuyant sur les caractéristiques paysagères (Produit AOC ou labels par exemple), - les haies participent enfin à la production de biens et de services (agroforesterie, production fruitière, etc.). L’intérêt des haies dépend de leur état, de leur qualité écologique, déterminée par leur gestion, mais aussi par leur place dans la mosaïque agricole et dans la structure du réseau qu’elles peuvent former. 1.2. Historique Les haies sont présentes en Bourgogne depuis le Moyen-Age. Elles ont été construites notamment pour délimiter les propriétés, protéger le bétail en l'occurrence les bovins, et enfin protéger les cultures contre les animaux en bordure de forêt. En effet, ce dispositif empêchait les animaux d’accéder aux parcelles cultivées. A la fin du XIX siècle, les bocages bourguignons se structurent à la faveur de l'évolution des pratiques agricoles. En effet, l'amélioration des techniques culturales d'une part et le développement de l'élevage d'autre part ont entraîné la transformation des terres cultivées en prairies permanentes. Les haies permettent non seulement de cloisonner ces prairies mais aussi, jouent le rôle de clôture pour matérialiser les propriétés suite à la redistribution des terres. Les bocages ont atteint leur apogée entre 1900 et 1950. Cette époque a été marquée par un exode rural sans précédent. Par conséquent, les terres cultivées ont été reconverties en prairie permanente favorisant l'extension du bocage. Les haies fournissent du bois de chauffage et éventuellement du bois d'oeuvre. Elles servent surtout à contenir les animaux dans la prairie. Leur configuration résulte de l'empreinte des activités agricole sur le paysage. Depuis les années 1950, les remembrements, l'évolution des techniques agricoles et la diminution de l’élevage laitier ont fait disparaître en moyennes 40% de linéaire de haies en Bourgogne, en dépit des efforts consentis pour assurer leur pérennité. 1.3. Bussières et le « Plan Bocage et Paysages » C'est à la lumière de ce constat que la commune de Bussières souhaiterait répondre à l'appel à projet «Plan Bocage et Paysages» initié par le Conseil Régional de Bourgogne. Cette démarche s'inscrit dans une tendance générale de prise en compte des enjeux environnementaux tant au niveau national que mondial. A travers ce projet, la commune de Bussières envisage que l’étude puisse atteindre les objectifs suivants:  une caractérisation physique et biologique du territoire,  un état des lieux des éléments structurant le maillage bocager comprenant un état et un examen de leur dynamique dans le temps,  une définition des besoins en termes d'amélioration du bocage au travers d'actions concrètes et quantifiées. La commune de Bussières se trouve en Côte-d’Or dans la région de Bourgogne (Figure 4).
  9. 9. CSP EA 2009 9 Figure 4 : Localisation de la Bourgogne et de la Côte-d’Or Le département de la Côte-d’Or se compose de six pays dont le Pays Seine-et-Tilles (Figure 5) situé au nord de l'agglomération dijonnaise englobant le canton de Grancey-le- Château, Is-sur-Tille, Saint-Seine-l'Abbaye et Selongey. Il comprend 61 communes dont la commune de Bussières. Figure 5 : Localisation du Pays Seine-et-Tilles La commune de Bussières représente une superficie de 6,3 km² avec une population de 42 habitants en 2005 soit une densité de population de 6,7 habitants/km². Bussières reste un territoire essentiellement rural, bien que la proximité d’Is-sur-Tille, voire celle de Dijon, soient perceptibles. La polyculture et l'élevage caractérisent son agriculture. Située sur le Seuil de Bourgogne, ses paysages de forêts et de vallées témoignent de ses richesses naturelles et patrimoniales. Sur cette commune, deux types de zones protégées sont rencontrées (Figure 6) : - site Natura 2000 des Massifs forestiers et vallées du Chatillonnais (FR2612003). Bussières
  10. 10. CSP EA 2009 10 Le réseau Natura 2000, réseau écologique européen, vise à protéger les espèces et les habitats menacés et/ou remarquables. Nous sommes ici en Zone de Protection Spéciale (ZPS) qui consiste à l’inventaire des territoires présentant un intérêt communautaire pour la survie des oiseaux sauvages rares, migrateurs ou menacés (Annexe I). Une zone forestière du site de Bussières possède trois espèces d’oiseaux forestiers les plus rares de Bourgogne : la Cigogne noire, l'Aigle botté et la Chouette de Tengmalm. L'effectif principal pour la Bourgogne de cette dernière espèce niche au sein de cette zone. On note par ailleurs des populations importantes de pics : Pic mar, Pic cendré, Pic noir. - ZNIEFF de type II de la Forêt de Cussey et Marey. Les Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Floristique et Faunistique (ZNIEFF de type I ou de type II) permettent ici de mettre en évidence des grands ensembles naturels riches et peu modifiés, ou qui offrent des potentialités biologiques importantes. L’intérêt repose alors soit sur l’équilibre et la richesse de l’écosystème soit sur la présence d’espèces de plantes ou d’animaux rares et menacées. Figure 6 : Zones écologiques protégées sur la commune de Bussières
  11. 11. CSP EA 2009 11 2. Méthodologie La démarche consiste à identifier les descripteurs les plus adaptés pour caractériser de manière générique les paysages du territoire d'étude en se basant sur des éléments représentatifs et qualitativement bien renseignés par l’approche terrain et ainsi passer d’une approche descriptive à une approche quantitative. La confrontation des descripteurs à nos propres observations permet de valider leur pertinence et intérêt. Cette approche permet de prendre en compte le paysage dans son ensemble. Il s’agit d’appréhender la diversité interne du paysage de la zone d'étude mais aussi de proposer un maillage bocager pour répondre à la mise en place d'un plan bocage. 2.1. Description du territoire L’objectif de ce travail était de connaître l’état du bocage existant, de caractériser ses relations avec le milieu et de déterminer les évolutions et les facteurs explicatifs des dynamiques observées. Il s’agit de faire une typologie du bocage ainsi que des modes d’entretiens actuels et d’imaginer les scénarios d’évolution possibles. A cet effet, nous avons défini les éléments constitutifs du paysage bocager : - maillage de haies vives, muret, murget, talus, - prairies, arbres isolés, cultures, bosquets, forêts, - réseau hydrographique, - réseau d’infrastructures (routes, chemins d’exploitation). L’inventaire s’est organisé selon différentes grandes phases: - recueil d’information au laboratoire, - inventaire sur le terrain, - analyse et validation des résultats. La réalisation de notre travail a été basé sur les photos aériennes à 1/67000 de l'année 2002; la carte IGN à 1/25000 et sur divers rapports d'études. La première étape a consisté à prendre connaissance des travaux publiés sur le bocage en Bourgogne notamment ceux d'Alterre Bourgogne. Elle nous a aussi permis de prendre connaissance du territoire à travers les photos aériennes, le plan du cadastre et la carte IGN. Ces cartes nous ont permis d'identifier, de vérifier et de préciser la répartition des différents éléments du territoire à recenser. Le territoire communal a été découpé en 6 zones en fonction des chemins principaux pour permettre une répartition du travail en groupe (figure 7). Le travail sur le terrain s’est déroulé sur deux journées (le 13 et le 20 janvier 2009). Nous sommes répartis en trois équipes de deux personnes, et chaque équipe s’est occupé de deux zones.
  12. 12. CSP EA 2009 12 2.2. Le terrain Le travail de terrain mené sur la base de nombreux parcours choisis a permis de confirmer, d'enrichir et de préciser les contours des paysages. Une fiche a été conçue pour évaluer les éléments constitutifs du paysage bocager (figure 8). La fiche jointe présente 3 exemples : un élément surfacique (terre labourée) et deux éléments linéaires (chemin et haie). Pour les éléments surfaciques, seule l’occupation du sol est renseignée dans la fiche. Pour les éléments linéaires, il est utile de renseigner la longueur de l’élément, sa largeur et sa hauteur (ou sa profondeur selon les cas). Ces informations sont notées dans les colonnes bleues. Des colonnes spécifiques aux haies (représentées en vert), regroupent des informations indispensables pour le calcul des indices biologiques que nous détaillons dans la suite du rapport. Enfin des données spécifiques aux chemins et aux routes sont notées dans les colonnes représentées en jaune dans la fiche jointe.
  13. 13. CSP EA 2009 13 A l’occasion des sorties sur le terrain, un travail de documentation photographique a aussi été réalisé permettant la constitution d’un fonds riche d’environ 400 photos. Les photographies ci-dessous présentent les principaux éléments que nous avons recensés : - Herbage: prairie permanente - Pelouse sèche: - Arbre isolé: - Bosquet: - Haie naissante: - Haie haute: - Murget: - Muret:
  14. 14. CSP EA 2009 14 - Chemin: - Route: - Ruisseau: - Talus: - Fossé : 2.3. Cartographie La collecte de données et les études de terrain nous ont permis d’obtenir une vision précise du territoire. Nous avons pu réaliser plusieurs cartes représentant les principales caractéristiques de l’espace communal : - carte de l’occupation des sols (présentant les types de cultures, les forêts et bosquets, ainsi que les zones humides) (Annexe II), - carte des chemins et des ruisseaux (Annexe III), - carte des haies, des bosquets et des forêts (éléments constitutifs de la trame verte) (Annexe IV). Ces différentes cartes, les photographies ainsi que les fiches de terrain ont permis de dresser un état des lieux du bocage de la commune de Bussières.
  15. 15. CSP EA 2009 15 2.4. Définition des indicateurs et de l’indice bocage Définition des ensembles Nous avons considéré comme « un ensemble », des linéaires, ou successions de haies connectés entre eux que ce soit grâce à un bosquet ou une forêt appelés alors « connecteurs » (Genton et al., 2006). Pour ce faire nous avons parfois dû regarder en dehors des limites de la communes pour s’assurer de la dite connexion existante ou non. Ces ensembles constituent une continuité écologique « ligneuse » (appelée trame verte) qui correspond à ce que l’on recherche en finalité. Cette notion « d’ensemble » correspond au premier indicateur utilisé pour déterminer l’intérêt biologique de la zone étudiée. Définition de la notion de brin et de connexion Il existe, d’après l’OREB (2001), 5 types de connexions établies selon une typologie qui rend compte de la complexité (figure 9). Cet indicateur permet de caractériser la complexité du maillage bocager. La typologie des connexions est basée sur le nombre de haies présentes au niveau de chaque intersection : - la connexion en L assure les liens entre deux haies, - la connexion en T assure les liens entre trois haies, - la connexion en X assure les liens entre quatre haies, - la non-connexion en O représente une haie « cul-de-sac », - On définit aussi les connexions B (ou F), qui assurent les liens entre une haie et un Bosquet (ou une Forêt). Figure 9 : Représentation schématique des différentes connexions et non-connexions (BAUDRY, 1999) Exemples d’ « ensemble de haies » et illustration des notions de « brin » et de « connexion » : T O O O O L X T Un ensemble à 1 brin et à 2 connexions 0 Un ensemble à 2 brins, 2 connexions 0 et 1 connexion L Un ensemble à 5 brins, 2 connexions 0 et à 4 connexions L B ou F
  16. 16. CSP EA 2009 16 Remarques : Nous avons considéré, lorsque qu’un chemin traversait une haie, que celle-ci restait connectée malgré les quelques mètres de coupure. Définition de la valeur biologique de la stratification des haies La valeur biologique de la stratification des haies se traduit par le volume de végétation. Ce volume représente la somme des volumes de tout le linéaire de haies en prenant en compte la stratification. Effectivement les haies plus importantes en termes de structure se voient attribuer un coefficient plus élevé sensé représenter de potentielles niches écologiques plus importantes pour certaines espèces d’oiseaux et d’insectes. On attribut ainsi à chaque strate un coefficient représentant une surface arbitraire. Ces coefficients sont détaillés sur la figure 9b. Figure 9b : Coupe transversale de haie à triple stratification, proposition des surfaces attribuables à chaque strate (BEQUAIN, 2004). Un ensemble à 10 brins, 2 connexions 0, 1 connexion T, 3 connexions B et à 6 connexions L Bosquet (Connecteur) Un ensemble à 11 brins, 1 connexion 0, 3 connexions T, 2 connexions F, 1 connexion X et à 3 connexions L Ha1-4 Ha5+ Hh Hb Surface = 10 Surface = 4 Surface = 8 Surface = 1
  17. 17. CSP EA 2009 17 Définition de la valeur biologique des connexions Les intersections sont des points clé de l’organisation des réseaux bocagers. Elles assurent la continuité des flux entre les haies, et ont souvent des caractéristiques environnementales particulières. La richesse spécifique en plantes, invertébrés ou oiseaux est souvent plus importante dans les réseaux aux connexions complexes que le long des haies (CONSTANT et al., 1976 ; LACK 1988). Ainsi ont été attribués de façon empirique à chaque type de connexion des coefficients de valeur écologique. Ces derniers sont d’autant plus élevés que les connexions sont complexes : - connexion 0 = « cul-de-sac » = 1 - connexion en L = 3 - connexion en T = 5 - connexion en X = 7 - connexion B ou F = 9 L’Indice de valeur biologique des connexions (appelée aussi « indice maillage ») résulte de la somme de toutes les connexions détectées sur le site d’étude en attribuant pour chaque type de connexion ce coefficient de valeur écologique. Définition de l’Indice Bocage (IB) (BARRAU, 1999) L’Indice Bocage intègre les différents indicateurs décrits précédemment décrivant la structure des haies à savoir : - la longueur de la haie, - la stratification de la haie, - les connexions. La formule de l’IB est la suivante : IB = Remarque : La division par le linéaire total permet de donner moins de poids au linéaire pris en compte dans le volume de la végétation. Avec : Volume de végétation = [(Lin.Hb x 1) + (Lin. Hh x 8) + (Lin.Ha1-4 x 4) + (Lin. Ha5+ x 10)] Avec : Lin.Hb : Linéaire de haie basse Lin. Hh : Linéaire de haie haute Lin.HA1-4 : Linéaire de haie comprenant de 1 à 4 arbres Lin.HA5+ : Linéaire de haie comprenant plus de 5 arbres On notera que les haies que nous avions caractérisées comme « naissantes » seront : - comptabilisées en tant que haies basses si elles sont insérées entre des haies basses ou hautes, - non comptées si elles ne sont insérées entre des haies basses ou hautes. Indice de valeur biologique des connexions = [(Nb.0 x 1) + (Nb.L x 3) + (Nb.T x 5) + (Nb.X x 7) + [Nb.B x 9] + [Nb.F x 9] Volume de végétation x Indice de valeur biologique des connexions Linéaire total
  18. 18. CSP EA 2009 18 Linéaire total : il correspond, quant à lui, au linéaire du réseau bocager connecté en faisant abstraction de la stratification. C’est la raison pour laquelle le linéaire total est inférieur à la somme des linéaires Hb + Hh + Ha1-4 + Ha5+. Il faut noter que certaines haies ne rentrent pas dans ce calcul de linéaire total. Ces haies sont souvent à l’intérieur de parcelles et leur qualité peut être discutée car elles sont souvent détériorées par la présence des animaux pâturant à l’intérieur de la parcelle. Cependant elles pourraient être prises en compte pour la nouvelle implantation si une situation particulière en faisait ressentir l’utilité. Cet Indice Bocage est alors ramené à 100 ha de Surface Agricole Utile (SAU).
  19. 19. CSP EA 2009 19 3. Résultats Dans cette partie nous nous efforcerons de faire un inventaire précis des haies existantes sur le territoire communal, et de caractériser l’intérêt biologique de ces haies. Pour ce faire, nous avons suivi la construction des indicateurs déjà mis en place par les travaux existants nous permettant d’établir l’Indice Bocage. 3.1. Résultat de l’inventaire des ensembles de haies Au moment de notre état des lieux nous avons pu identifier 10 ensembles non connectés entre eux nommés par des lettres de A à J. Nous avons volontairement exclu les bosquets isolés ainsi que les haies isolées intra-parcelle (car ces éléments n’entrent pas dans la construction de la continuité écologique que l’on cherche en finalité). Nous avons schématisé chacun de ces ensembles de façon simple, en représentant les bosquets et les brins de haies avec un code de couleurs adapté. Les brins de chaque ensemble sont ensuite caractérisés dans un tableau décrivant : - les dimensions du brin, - sa structure (haie haute, haie basse, etc.), - les types de connexions qui lient le brin aux autres éléments, - ses particularités. Ce tableau s’appuie sur les informations relevées sur le terrain grâce à la fiche support décrite dans le paragraphe précédent. Des photos viennent enfin illustrer les données consignées sur les schémas d’ensemble et dans les tableaux. Cet inventaire va nous permettre par la suite d’avoir tous les éléments nécessaires au calcul de l’Indice Bocage, qui traduit l’état biologique des haies et leur continuité écologique.
  20. 20. CSP EA 2009 20 Schéma de l’ensemble A
  21. 21. CSP EA 2009 21 Tableau de l’ensemble A (Brins 1 à 10) Brin N° 1 Brin N° 2 Brin N° 3 Brin N° 4 Brin N° 5 Brin N° 6 Brin N° 7 Brin N° 8 Brin N° 9 Brin N° 10 Dimensions (en m): Longueur : 113 150 233 100 153 107 67 467 80 100 Largeur : 2 1,5 0,7 1 0,7 1,5 1,5 2 à 5 3 0,5 Hauteur : Structure Hh Hh Hb Hb, Ha 1- 4 Hn Hb Hn Hb + Hh, Ha1-4 Hh, Ha1- 4 Hn Connexions O, F O, F F, O F, T T, B F, T T, B O, T F, L F, L Particularité 50 m NC 70m NC 100m NC 7m NC 15 m NC 20m NC Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographie de l’ensemble A (Brins 1 à 10) Brin N° 8
  22. 22. CSP EA 2009 22 Tableau de l’ensemble A (Brins 11 à 20) Brin N° 11 Brin N° 12 Brin N° 13 Brin N° 14 Brin N° 15 Brin N° 16 Brin N° 17 Brin N° 18 Brin N° 19 Brin N° 20 Dimensions (en m): Longueur : 200 533 200 140 333 67 487 300 400 267 Largeur : 0,8 6 0,5 2 2 0,8 ,5 à 1,2 0,5 2 2 Hauteur : 0,9 6 2 2 Structure Hn Hh, Ha5+ Hn Hh Hh, Ha1- 4 + Hb Hh, Ha1- 4 Hh, Ha1-4 + Hn + Hb Hn Hb, Ha1- 4 Hb Connexions O, L L, B B, O O, F F, F F, L L, F L, L B, O B, L Particularité 6+5+7m NC Avec Murget, talus et fossé Haie naissante petite, nombreuses zones NC Ruisseau Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographie de l’ensemble A (Brins 11 à 20) Brin N° 13
  23. 23. CSP EA 2009 23 Tableau de l’ensemble A (Brins 21 à 30) Brin N° 21 Brin N° 22 Brin N° 23 Brin N° 24 Brin N° 25 Brin N° 26 Brin N° 27 Brin N° 28 Brin N° 29 Brin N° 30 Dimensions (en m): Longueur : 400 267 247 67 213 200 133 33 67 67 Largeur : 6 1 3 3 1 3 2 5 Hauteur : 8 5 5 1 6 1,5 4 Structure Hh, Ha1- 4 Hb, Ha1- 4 Hb Hh, Ha1- 4 Hh Hb Hh, Ha1- 4 Hb Hb, Ha5+ HB, Ha1- 4 Connexions B, L F, F L, O L, L L, T O, T T, L L, B O, L L, B Particularité Ruisseau Clôture Clôture Ruisseau Ruisseau talus Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographie de l’ensemble A (Brins 21 à 30) Brin N° 21
  24. 24. CSP EA 2009 24 Tableau de l’ensemble A (Brins 31 à 40) Brin N° 31 Brin N° 32 Brin N° 33 Brin N° 34 Brin N° 35 Brin N° 36 Brin N° 37 Brin N° 38 Brin N° 39 Brin N° 40 Dimensions (en m): Longueur : 433 200 230 67 133 200 600 67 267 300 Largeur : 2 2 1 4 1 6 2 2 2 1 Hauteur : 1,5 5 0,5 5 1 8 3 4 2 2 Structure Hb, Hn Hh Hb, Hn Hh, Ha1-4 Hb, Hn Hh, Ha5+ Hb, Ha5+, Hn Hb Hn, Ha1- 4 Ha1-4, Hn, Hb Connexions O, B O, L L, T O, T B, T B, 0 0, B 0, B B, L L, L Particularité fossé, talus, muret clôture bosquet clôture muret talus fossé Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographies de l’ensemble A (Brins 31 à 40) Brin N° 32 Brin N° 39 Brin N° 40
  25. 25. CSP EA 2009 25 Tableau de l’ensemble A (Brins 41 à 50) Brin N° 41 Brin N° 42 Brin N° 43 Brin N° 44 Brin N° 45 Brin N° 46 Brin N° 47 Brin N° 48 Brin N° 49 Brin N° 50 Dimensions (en m): Longueur : 67 47 53 100 33 93 33 60 80 67 Largeur : 2 2 2 1 2 2 1 1 3 1 Hauteur : 10 10 10 2 1 1 10 1 Structure Hh, Ha5+ Hh, Ha5+ Hh, Ha5+ Hh Hh, Ha5+ Hh, Ha1- 4 Hh, Ha5+ Hh, Ha5+ Hh, Ha5+ Hn Connexions 0, T T, L L, T 0, T T, L L, L L, T T, T T, T O, T Particularité buis buis buis muret muret muret Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographies de l’ensemble A (Brins 41 à 50) Brin N° 41 Brin N° 43 Brins N° 45 et N° 44 Brin N° 50
  26. 26. CSP EA 2009 26 Tableau de l’ensemble A (Brins 51 à 60) Brin N° 51 Brin N° 52 Brin N° 53 Brin N° 54 Brin N° 55 Brin N° 56 Brin N° 57 Brin N° 58 Brin N° 59 Brin N° 60 Dimensions (en m): Longueur : 80 133 66 67 47 133 67 67 93 53 Largeur : 1 1 2 6 6 2 Hauteur : 10 6 6 1,5 6 6 2 1,2 Structure Hh, Ha1- 4 Hh, Ha5+ Hh, Ha5+ Hh, Ha1- 4 Hh, Ha1- 4 Hb Hn Hn Hb, Ha1- 4 Hb Connexions O, T O, L L, L L, O L, L O, T L, T T, O T, L T, L Particularité Buis talus Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographies de l’ensemble A (Brins 51 à 60) Brin N° 51 Brin N° 53 Brin N° 54 Brin N° 59
  27. 27. CSP EA 2009 27 Tableau de l’ensemble A (Brins 61 à 70) Brin N° 61 Brin N° 62 Brin N° 63 Brin N° 64 Brin N° 65 Brin N° 66 Brin N° 67 Brin N° 68 Brin N° 69 Brin N° 70 Dimensions (en m): Longueur : 233 167 133 67 233 153 67 53 87 167 Largeur : 1,5 15 8 10 2 2 4 Hauteur : 1 6 12 10 4 6 2 2 Structure Hb, Ha1- 4 Hh Hh, Ha5+ Hh, Ha1- 4 Hh, Ha5+ Hb Hb, Ha1-4 Hh, Ha1- 4 Hb, Ha5+ Hb Connexions L, L L, L L, O O, B B, L T, B O, T T, L L, O L, B Particularité 6 NC talus,grand muret murget talus sur le muret a cote du muret talus,murget murget talus murget Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographies de l’ensemble A (Brins 61 à 70) Brin N° 61 Brin N° 67 Brin N° 68 Brin N° 70
  28. 28. CSP EA 2009 28 Tableau de l’ensemble A (Brins 71 à 80) Brin N° 71 Brin N° 72 Brin N° 73 Brin N° 74 Brin N° 75 Brin N° 76 Brin N° 77 Brin N° 78 Brin N° 79 Brin N° 80 Dimensions (en m): Longueur : 33 33 67 60 133 333 240 200 47 333 Largeur : 4 2 5 5 5 1 1 Hauteur : 6 1 8 8 10 Structure Hb Hh, Ha1- 4 Hh, Hn Hb, Ha1- 4 Hh, Ha1- 4 Hh, Ha1- 4 Hh, Ha5+ Hh, Ha1- 4 Hb, Ha1- 4 Hb, Ha1- 4, Hn Connexions O, B B, O B, O B, O O, B B, L L, O B, B B, O O, L Particularité 3 m NC talus murget talus talus Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographies de l’ensemble A (Brins 71 à 80) Brin N° 73 Brin N° 76 Brin N° 77
  29. 29. CSP EA 2009 29 Tableau de l’ensemble A (Brins 81 à 90) Brin N° 81 Brin N° 82 Brin N° 83 Brin N° 84 Brin N° 85 Brin N° 86 Brin N° 87 Brin N° 88 Brin N° 89 Brin N° 90 Dimensions (en m): Longueur : 47 47 47 47 200 109 133 67 67 67 Largeur : 4 Hauteur : 8 Structure Hb, Ha1- 4 Hn, Ha1- 5 Hh, Ha1- 4 Hh, Ha1- 4 Hn Hh Hb, Ha1- 4 Hh Hh Hh, Ha1- 4 Connexions L, T T, F O, T O, F F, F F, F L, F O, F F, O O, F Particularité cours d'eau cours d'eau Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographies de l’ensemble A (Brins 81 à 90) Brin N° 81 Brin N° 84 Brin N° 87
  30. 30. CSP EA 2009 30 Tableau de l’ensemble A (Brins 91 à 96) Brin N° 91 Brin N° 92 Brin N° 93 Brin N° 94 Brin N° 95 Brin N° 96 Dimensions (en m): Longueur : 100 167 100 400 133 633 Largeur : 0,5 0,5 1 5 2 Hauteur : 10 Structure Hn Hn Hb, Ha1- 4 Hb, Ha1- 4 + Hn Hh, Ha5+ Hn Connexions F, L L, T F, F F, O L, B L, O Particularité 3+5+7 m NC Connecté au bosquet Talus Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographie de l’ensemble A (Brins 91 à 96) Brin N° 96
  31. 31. CSP EA 2009 31 Schéma de l’ensemble B Tableau de l’ensemble B Brin N° 1 Brin N° 2 Brin N° 3 Dimensions (m): Longueur : 120 280 230 Largeur : 2 2 Hauteur : 6 2 Structure Hh Hb, Ha1-4 Hh Connexions O, L O, L O, L Particularité 3 m NC Avec fossé Sur talus Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographie de l’ensemble B Brins N° 2 et N° 3
  32. 32. CSP EA 2009 32 Schéma de l’ensemble C Tableau de l’ensemble C Brin N° 1 Brin N° 2 Brin N° 3 Dimensions (m): Longueur : 80 147 460 Largeur : 7 4 7 Hauteur : 8 8 Structure Hh, Ha5+ Hh + Hn Hh, Ha5+ Connexions T, O T, O T, O Particularité Avec murget Avec muret, haie naissante après coupe Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographies de l’ensemble C Brins N° 1 et N° 3 Brin N° 2
  33. 33. CSP EA 2009 33 Schéma de l’ensemble D Tableau de l’ensemble D Brin N° 1 Brin N° 2 Brin N° 3 Brin N° 4 Brin N° 5 Dimensions (m): Longueur : 105 170 200 73 167 Largeur : 2 2 3 2 2 Hauteur : 6 1 1 Structure Hh, Ha1-4 Hh Hh, Ha1-4 Hn Hn Connexions B, O O, L L, O B, L B, L Particularité Mare à proximité Avec fossé Avec talus Au nord du chemin Au nord du chemin Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographies de l’ensemble D Brins N° 1 et N° 2 Brin N° 5
  34. 34. CSP EA 2009 34 Schéma de l’ensemble E Tableau de l’ensemble E Brin N° 1 Dimensions (m): Longueur : 190 Largeur : 3 Hauteur : 6 Structure Hh Connexions B, O Particularité Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographie de l’ensemble E Brin N° 1
  35. 35. CSP EA 2009 35 Schéma de l’ensemble F Tableau de l’ensemble F Brin N° 1 Brin N° 2 Brin N° 3 Dimensions (m): Longueur : 47 100 150 Largeur : 3 5 4 Hauteur : 4 6 Structure Hh Hh Hh, Ha1-4 Connexions B, O B, B B, O Particularité Prunelliers Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographie de l’ensemble F Brin N° 2
  36. 36. CSP EA 2009 36 Schéma de l’ensemble G Tableau de l’ensemble G Brin N° 1 Brin N° 2 Brin N° 3 Dimensions (m): Longueur : 53 40 467 Largeur : 3 2 5 Hauteur : Structure Hh, Ha5+ Hh Hh, Ha1-4 Connexions T, O T, B T, O Particularité Avec muret Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographies de l’ensemble G Brin N° 1 Brin N° 3
  37. 37. CSP EA 2009 37 Schéma de l’ensemble H Tableau de l’ensemble H Brin N° 1 Dimensions (m): Longueur : 247 Largeur : Hauteur : Structure Hh, Ha5+ Connexions B, O Particularité Avec murget Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographie de l’ensemble H Brin N° 1
  38. 38. CSP EA 2009 38 Schéma de l’ensemble I Tableau de l’ensemble I Brin N° 1 Dimensions (m): Longueur : 233 Largeur : 4 Hauteur : 15 Structure Hh, Ha5+ Connexions B, O Particularité Avec murget et talus Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographie de l’ensemble I Brin N° 1
  39. 39. CSP EA 2009 39 Schéma de l’ensemble J
  40. 40. CSP EA 2009 40 Tableau de l’ensemble J Brin N° 1 Brin N° 2 Brin N° 3 Brin N° 4 Brin N° 5 Brin N° 6 Brin N° 7 Brin N° 8 Brin N° 9 Brin N° 10 Dimensions (m): Longueur : 160 100 280 220 120 120 150 120 147 247 Largeur : 3 2 2 2 2 Hauteur : 0,8 0,2 15 6 5 Structure Hh Hh Hh, Ha1-4 +Hn Hn Hn Hh, Ha5+ Hh, Ha5+ Hh, Ha5+ Hh Hh, Ha1-4 Connexions O, F O, F L, F L, L L, O B, O B, B B, T T, O T, O Particularité Côté nord du chemin Côté sud du chemin, fauché à partir du bois Que des arbres Murget Avec une source Légende du tableau : Hn = Haie naissante Hb = Haie basse Hh = Haie haute NC = Non connecté (interruption dans une haie) Ha1-4 = Haie avec entre 1 et 4 arbres pour 100m Ha5+ = Haie avec plus de 5 arbres pour 100m O = connexion nulle L = connexion en L T = connexion en T X = Connexion en X B = Bosquet F = Forêt Photographies de l’ensemble J Brin N° 1 Brin N° 7 Brin N° 8 Brin N° 9
  41. 41. CSP EA 2009 41 Cet inventaire fait ressortir quelques particularités du bocage actuel, à savoir la présence de buis qui est assez remarquable et à conserver. En effet, en plus d’être une espèce mellifère, ses feuilles fournissent un abri très convoité par la faune, particulièrement durant l’hiver de par ses feuilles persistantes. Autre point à mettre en valeur est le fait que l’ensemble A est déjà très étendu grâce à ces nombreuses connexions qui le mènent jusqu’à la moitié de la commune. Alors qu’à l’inverse, d’autres ensembles sont très petits ne regroupant qu’un seul brin. On notera aussi la présence de nombreuses haies naissantes réparties un peu partout qui témoignent l’arrêt de l’entretien de limites de parcelles sous les clôtures qui ne demandent qu’à être renforcées. 3.2. Calcul de l’Indice Bocage IB = Résultats pour le territoire communal : Indicateurs (HOLTHOF, 2007) Etat actuel Ensembles bocagers 10 Nombre de brins 126 Linéaire de tous les brins 20591 Nombre total de connexions 188 Valeur biologique de toutes les connexions 930 Nombre de bosquets isolés 22 Volume de végétation 170 939 IB = = 7 721 pour une SAU de 453 ha (RGA, 1988) Cet indice bocage ramené pour 100 ha de SAU s’élève à 1 700. En comparant cette valeur aux résultats obtenus en 2006 pour le plateau du Chatillonnais (GUILBAUD, 2006) on se rend compte que notre commune possède déjà un fort maillage bocager (1 700 contre 400). D’après le tableau 1, le bocage de notre commune est défini comme « Bocage lâche » car possédant déjà une densité de 46 m /ha de SAU (20 591 / 453 = 46). De plus les densités données dans ce rapport concernant le plateau du Chatillonnais / Espaces de grandes cultures caractérise le bocage comme quasi absent, de l’ordre de 20 m / ha de SAU ce qui est beaucoup plus faible que ce que possède Bussières. Le nombre de connexions est aussi quant à lui plus important avec 42 connexions pour 100 ha comparé aux 30 recensées pour le secteur. Cependant ce bocage peut encore être amélioré, et des implantations de nouvelles haies peuvent être proposées. Nous verrons ainsi dans la partie suivante ces propositions. Volume de végétation x Indice de valeur biologique des connexions Linéaire total 170 939 x 930 20 591
  42. 42. CSP EA 2009 42 4. Propositions d’implantation de haies Les bocages, avec leurs haies, sont des paysages emblématiques de notre patrimoine, rassemblant à la fois des caractéristiques écologiques et culturelles. Ils méritent donc d'être gérés à ce double titre. Définir les principes d'aménagement ou de gestion c'est se donner les moyens de conserver, restaurer et faire évoluer les caractéristiques écologiques productives et culturelles. Il faut aménager en pensant collectivement le devenir du bocage, et éventuellement donner à la haie une autre fonction notamment de production de bois de chauffage. 4.1. Deux projets d’implantation Afin d’améliorer la trame bocagère existante dans la commune, nous avons proposé deux projets entrant dans la logique du « Plan Bocage et Paysages » concernant l’implantation des haies dans le territoire. Le premier projet met l’accent sur la continuité de la trame verte du territoire, tandis que la deuxième proposition a des fonctions paysagères et sociales pour la commune. Dans les deux projets, la proposition d’implantation de haies au milieu ou entre les parcelles est évitée, car ces haies sont moins susceptibles d’être acceptées par les propriétaires. Les segments de haies proposés sont reportés sur la figure 10 ci-contre intitulée « Propositions d’implantation de haies » et leurs fonctions seront décrites dans les tableaux suivants. Projet 1 : Trame verte Le projet « Trame verte » est la proposition qui contient les segments de haies considérés essentiels pour une continuité écologique et pour reconstituer un bocage dans la commune (suivant le 1er principe). Ce projet a pour objectif principal de relier les haies, bosquets et forêts à travers la commune de façon à établir une trame verte dans le territoire, en complétant le maillage bocager déjà existant. Les haies suggérées contribueront ainsi à une diminution du nombre d’ensembles isolés. Les segments ont été restreints aux limites parcellaires et uniquement le long des chemins. L’application du projet « Trame-verte » permettra de constituer une continuité biologique entre les deux zones de fort intérêt naturel de la commune. Une connexion sera faite entre les massifs forestiers et vallées du Chatillonnais (le Bouchot - site Natura 2000 situé dans la partie nord-ouest de la commune) et la forêt de Cussey et Marey (Bois de Nachot - ZNIEFF localisée au sud-est de Bussières). Les haies suggérées, au-delà d’un important rôle écologique pour la biodiversité de la commune, auront aussi d’autres fonctions pour les exploitations agricoles (brise vent, auxiliaires des cultures, etc.), citées et classifiées par segment dans le tableau 4. Une valeur a été ajoutée par niveau d’importance de chaque segment et varie de un signe « plus » (+) à trois signes « plus » (+++). Projet 2 : Randonnée Avec un but plutôt paysager, d’agrément, ce projet permettra aux habitants et visiteurs de la commune de profiter des circuits de randonnée agréables autour du village. Les haies proposées dans le projet « randonnée » seront implantées le long des routes et des chemins, et auront surtout des fonctions de délimitation des parcours de randonnée créés. Les segments de haies sont présentés dans la carte de propositions en figure 10.
  43. 43. CSP EA 2009 43 Plusieurs parcours de randonnée sont possibles au départ du centre du village et peuvent être choisis selon la disponibilité du randonneur. Certains chemins de promenade auront une partie ou la totalité de leur retour par les communes voisines. Par exemple, si le segment 1 est choisi pour commencer une randonnée, le retour peut s’effectuer sur la commune de Busserotte-et-Montenaille. Si c’est le 4 qui est choisi, le retour peut se faire par Fraignot-et-Vesvrotte. 4.2. Méthode de calcul pour la comparaison des projets Afin de comparer l’intérêt des deux propositions nous avons rempli un tableau pour chaque projet. Ces tableaux rassemblent les différentes fonctions des haies (ARMENGOL et al., 2009) : - fonctions environnementales, - fonctions agronomiques, - autres services rendus. Au sein de chacune de ces fonctions, nous pouvons apprécier l’intérêt que peut avoir l’implantation d’un nouveau brin. Ces appréciations se caractérisent par l’attribution d’une note allant de 0 à trois +. Il faut noter que ces attributions sont établies à l’aide des annotations reportées dans le tableau 2 ci-contre. Une fois ces notes attribuées, des calculs nous permettent d’obtenir des valeurs permettant la comparaison entre les deux projets. Les indicateurs biologiques énoncés précédemment permettent eux aussi de nous aider à comparer les projets. Exemple de calcul avec le tableau 3: Nombre de segments : de 1 à n  Valeur intérêts = Σ1n nombre de (+) par colonne par intérêt x longueur du segment Exemple : Valeur Intérêt pour autres services rendus = 3 (+) x 650 + 5(+) x 960 + 6 (+) x 380 + 5(+) x 770 = 12880  Total = Σ1n nombre de (+) par colonne x longueur du segment Exemple : Total du projet = 26 (+) x 650 + 28 (+) x 960 + 21 (+) x 380 + 27 (+) x 770 = 72 550  Part des intérêts dans le projet = Somme intérêt / total x 100 Exemple : Pourcentage pour autres services rendus = 12880 / 72 550 x 100 = 17,75 %
  44. 44. CSP EA 2009 44 Tableau 3 : Exemple de calcul de l’intérêt d’un projet fictif Comparaison de nos projets L’implantation de nouvelles haies nous permettrait, quel que soit le projet choisi, de diminuer le nombre d’ensembles. Ce qui traduit bien notre volonté de trame écologique accomplie. . Les tableaux 4 et 5 regroupent les fonctions avec l’attribution des notes (de 0 à +++) pour chaque segment proposé (comme vu précédemment avec le tableau 3). La figure 11 est un radar montrant la part (en pourcentage) de chaque intérêt pour les deux projets. Environnementaux Autres services Agronomiques Projet 1 Projet 2 Figure 11 : Radar des intérêts pour les deux projets. Intérêts Segment 1 Segment 2 Segment 3 Segment 4 Somme intérêts Pourcentage intérêts + +++ +++ +++ Alimentation +++ +++ +++ +++ Mellifère +++ +++ +++ +++ Cynégétique +++ +++ +++ +++ Habitat +++ +++ +++ +++ Trame verte +++ +++ +++ +++ Elément associé à la haie +++ ++ ++ + + + + + + +++ ++ +++ ++ +++ +++ +++ 650 960 380 770 16900 26880 7980 20790 72550 100% Ecran vis-à-vis de l'eau Biodiversité Intérets environnementa ux Intérêts agronomiques Autres services rendus Antiérosive Brise vent : élevage Brise vent : culture Auxiliaires de cultures Anti congére Paysager Agrément Marquage de limite de territoire Longueur (métres) Longueur x somme des (+) par segment 54 910 4 760 12 880 17,75% 6,56% 75,69%
  45. 45. CSP EA 2009 45 Les deux projets proposés sont relativement équivalents au niveau intérêt agronomique. Mais c’est par rapport aux intérêts environnementaux et services rendus que la différence se fait sentir.  Projet 1 « Trame verte » : Ce projet se compose de 17 segments représentant 1 852 m de haie à implanter soit une augmentation de prés de 9 % du linéaire (voir figure 12). Il permet de relier entre les 10 ensembles pour n’en former plus qu’un (voir figure 13). De plus, la diminution du nombre de haies finissant en « cul-de-sac » (passant de 63 à 46) est un objectif qui a aussi pu être atteint grâce à la continuation de ces haies présentant ces types de connexions. Prés des trois quarts des intérêts sont environnementaux (voir figure 11). En effet, nous nous sommes efforcés dans ce scénario de créer ou renforcer les corridors écologiques, ce score était donc attendu. Notons que parfois seulement des « trous » sont à combler à l’intérieur même d’une haie déjà existante comme par exemple le segment 15.  Projet 2 « randonnée » : Ce projet se compose de 12 segments représentant 7 693 m de haies à implanter soit une augmentation de 37 % du linéaire, ce qui est relativement élevé (voir figure 12). Le nombre d’ensemble passe ici de 10 à 5 (voir figure 13). Quoi que relativement important (58,42 % sur la figure 11), l’intérêt environnemental de ce projet est moindre et se caractérise plutôt par son intérêt « autres services rendus » (20,60 % comme le montre la figure 11), qui est plus de deux fois plus important que pour le projet précèdent (en particulier les segments 1 et 7 qui permettent de marquer très significativement la limite de territoire). De plus, ces nouvelles haies permettront d’agrémenter le paysage en se positionnant le long des chemins ou à proximité visuelle des grands axes de communication (segment 3, 5 et 6), permettant en même temps un effet anti-congère. Linéaire total 0 5000 10000 15000 20000 25000 30000 Avant Projet 1 Projet 2 mètres Figure 12
  46. 46. CSP EA 2009 46 Nombre d'ensembles bocagers 0 2 4 6 8 10 12 Avant Projet 1 Projet 2 Figure 13 4.3. Diagnostic/ conclusion sur le territoire La commune de Bussières présente une forme allongée bien particulière (qui s’explique peut-être grâce à l’histoire de la commune), et des grands ensembles paysagers que nous avons schématisés sur la figure 14. Le territoire communal possède des grands massifs forestiers, plus ou moins reliés entre eux, parfois par des massifs extérieurs à la commune (représentés en vert sur la figure 14). Des zones de prairies contenant encore un réseau bocager important (haies ou bosquets) sont présentent principalement dans les vallées (en bleu pâle). De manière globale, ces éléments sont assez bien connectés entre eux. En revanche, sur les plateaux, ces éléments ont pour la plupart disparu pour laisser place à des zones de grandes cultures (ou openfield), qui sont des zones « vides » en terme bocager (en jaune). Nous avons défini 10 ensembles bocagers pour réaliser notre inventaire du territoire communal. En termes d’aménagement, c’est un nombre très faible. Cela traduit le fait que la continuité écologique (ou trame verte) est globalement de bonne qualité. Le projet « Trame verte » que nous avons proposé permet, avec seulement quelques haies supplémentaires judicieusement placées, de connecter tous ces ensembles et donc d’obtenir une trame continue sur toute la commune. Il reste cependant ces zones céréalières « vides », où le bocage est morcelé voire inexistant. Recréer une trame qui traverserait ces grandes zones ne comporterait pas un fort intérêt en termes de continuité. En effet, comme nous venons de le noter, les éléments de bocages sont bien connectés dans les zones de prairies, et la trame globale est de bonne qualité. Il faut donc considérer ces zones d’openfield en termes de paysage. C’est pourquoi avec notre projet « Randonnée », nous avons proposé une implantation de haies à caractère paysager le long des chemins, pour créer des parcours agréables pour les promeneurs.
  47. 47. CSP EA 2009 47 Conclusion Lors de notre travail d’inventaire, nous avons constaté que la commune de Bussières présentait au final un maillage bocager en bon état. Les éléments constitutifs de ce bocage sont peu éloignés les uns des autres, il n’est donc pas nécessaire d’implanter un linéaire important de haies pour créer une trame verte continue. Un travail mené par VIANA E SILVA (2008) démontrait le peu d’intérêt de planter des haies dans des zones déjà très bocagères, contrairement aux zones d’openfield. A Bussières, le contexte est particulier avec des portions de territoire encore bocagères qui coexistent avec des territoires totalement dépourvus de haies. Un plan Bocage appliqué à l’une ou l’autre des situations bocagères de cette commune aura des résultats forts différents sur l’évolution des implications de qualité du bocage. Les haies sont dans l’ensemble très hautes et très larges, ce qui témoigne d’un faible entretien. Cela peut être un avantage par rapport à leur fonction de biodiversité. La présence de buis dans un grand nombre de haies est une richesse supplémentaire du maillage bocager de la commune, qu’il faut de préférence préserver. Malgré la présence d’un maillage bocager de bonne qualité, le territoire communal présente aujourd’hui des grandes zones de « vide » en termes de haies. Comme nous l’avons expliqué dans notre projet « Randonnée », l’implantation de haies dans ces zones de culture aurait plus un intérêt paysager que biologique. On peut insister ici sur le caractère social du bocage. Rétablir les haies qui ont été supprimées redonnerait à la commune son identité dans le contexte de la Bourgogne, qui est une région en partie bocagère. L’ensemble des résultats et des propositions présentés dans ce rapport ne sont que les prémices de la mise en place du « Plan Bocage et Paysages » sur la commune de Bussières. Nos propositions sont maintenant à la disposition du conseil municipal, et restent à approfondir. Un engagement de la part du Conseil Régional et des acteurs locaux sera nécessaire à la suite du projet. Ce travail sera poursuivi par Mme Ducourtieux et M. Royer au printemps. Ils dresseront notamment une liste des espèces végétales présentes sur la commune. Le travail que nous avons réalisé dans le cadre du « Plan Bocage et Paysage » s’est limité aux limites communales. Mais il est important de prendre en compte en parallèle les éléments présents sur le territoire des autres communes. Cette réflexion sur le bocage serait plus intéressante et valorisable si on l’élargissait à l’échelle d’une communauté de communes, d’un canton, d’un pays. Au final, nous dressons un bilan positif du travail accompli. Cependant, plusieurs aspects de la démarche auraient pu être améliorés. Pour commencer, le travail en phase hivernale n’a pas facilité notre étude. En hiver, la végétation est très peu développée et la reconnaissance des différentes espèces est parfois impossible. Ensuite, le travail d’inventaire et la réalisation des nombreuses cartes nous ont demandé beaucoup de rigueur et de temps. Avec le temps dont nous disposions, nous nous sommes donc contentés de proposer des emplacements pour l’implantation de haies. Nous n’avons pas pu approfondir la structure des haies à implanter, avec une liste d’espèces adaptées (pour cela, il nous aurait fallu travailler au printemps et avoir plus de temps pour dresser un inventaire des espèces présentes). Enfin, nous n’avons pas eu l’occasion d’entrer en contact avec les différents acteurs locaux. Par la suite, un échange entre l’ENESAD et ces acteurs sera nécessaire pour la bonne continuité du projet. Malgré quelques aspects qui auraient pu être améliorés, nous gardons une très bonne impression de la Confrontation à une Situation Professionnelle. C’est un exercice très
  48. 48. CSP EA 2009 48 enrichissant, qui nous a permis de développer un grand nombre de compétences : la capacité à réfléchir dans une situation réelle, l’aptitude à travailler en groupe, l’autonomie et l’esprit de synthèse. Nous avons aussi acquis beaucoup de connaissances sur le thème de la continuité écologique et de l’intérêt biologique du bocage. Dans ces conditions, nous avons beaucoup apprécié de travailler sur ces thématiques.
  49. 49. CSP EA 2009 49 Bibliographie ARMENGOL A., BARBOTTE A., BOUTIN A., LACOEUILHE A., POSTEC E.(2009). Etude Préalable pour l’établissement d’un plan bocage dans la commune d’Orgeux. ENESAD. Dijon, France. 55 p. BAUDRY J., BUREL F., Ecologie du paysage : concept, méthodes et applications, Editions Tec & Doc, 1999,p. 95, 238. BARRAU S., GUILLET A., LECUS C., MARY E., MONTEIL F. (2000). Mise en place d’un dispositif de suivi de l’évolution des bocages en Bourgogne. ENESAD. Dijon, France. 24 p. BEQUAIN C., DIDIER C., LABORDE C., LEHALLIER V., WULLENS M. (2004). Le bocage bourguignon : Validation de l’Indice Bocage Faisabilité de l’utilisation de photos aériennes orthonormées lues sous SIG en vue de calcul de l’IB. ENESAD. Dijon, France. 69 p. FOUTEL C., GUILBAUD S-P. (2006) Promouvoir l’arbre et la haie en Bourgogne. CRPF, FRC, Vol.1 : Rapport d’études, 336p. GENTON C., LABATUT L., LACOSTE J., LAPIE C., VOUILLON S. (2005). Contribution à l’expertise du plan bocage 2005. ENESAD. Dijon, France. 70 p. HOLTHOF M., LARUE C., POIRSON A. (2007). Mise en place de Plan Bocage sur les communes de Tart-le-Haut, Tart-le-Bas et Tart-l’Abbaye (21). ENESAD. Dijon, France. 27 p. LACK P.C. (1988). Hedge intersections and breeding bird distribution in farmland. Bird Study, 35 : 133-136. Observatoire Régional de l’Environnement de Bourgogne, 2001. Les bocages en Bourgogne : Présentation et résultats du dispositif d’observation des évolutions des bocages en Bourgogne. Rapport technique. OREB, Dijon : Vol. 2, 95 p. VIANA E SILVA H. (2008). Analyse de l’efficacité du Plan Bocage de Bourgogne à partir de trois cas. ENESAD. Dijon, France. 20 p.
  50. 50. CSP EA 2009 50 Annexes Annexe I : Liste des espèces d’oiseaux remarquables présentes dans la ZPS. Annexe II : Carte d’occupation des sols. Annexes III : Carte des chemins et des ruisseaux. Annexe IV : Carte des haies et des forêts.
  51. 51. CSP EA 2009 51 Annexe I Source : DIREN Bourgogne Espèces d’oiseaux remarquables présentes dans la ZPS Aigle botté (Hieraaetus pennatus) Reproduction. Alouette lulu (Lullula arborea) Reproduction. Autour des palombes (Accipiter gentilis) Résidente. Bécasse des bois (Scolopax rusticola) Reproduction. Bondrée apivore (Pernis apivorus) Reproduction. Busard cendré (Circus pygargus) Reproduction. Busard Saint-Martin (Circus cyaneus) Résidente. Chouette de Tengmalm (Aegolius funereus) Résidente. Cigogne noire (Ciconia nigra) Reproduction. Engoulevent d'Europe (Caprimulgus europaeus) Reproduction. Grand-duc d'Europe (Bubo bubo) Reproduction. Martin-pêcheur d'Europe (Alcedo atthis) Résidente. Milan royal (Milvus milvus) Reproduction. Pic cendré (Picus canus) Résidente. Pic mar (Dendrocopos medius) Résidente. Pic noir (Dryocopus martius) Résidente. Pie-grièche à tête rousse (Lanius senator) Reproduction. Pie-grièche écorcheur (Lanius collurio) Reproduction. Torcol fourmilier (Jynx torquilla) Reproduction.
  52. 52. CSP EA 2009 52 Annexe II Annexe III
  53. 53. CSP EA 2009 53 Annexe IV
  54. 54. CSP EA 2009 54

×