Gabriela Scurtu
MES
ENVOLS
2e édition
Illustrés avec des toiles de
Dan Scurtu
Ce petit album est une nouvelle version d’un volume déjà diffusé en ligne
(http://issuu.com/gabrielascurtu/docs/mes_envols...
À MES LECTEURS
Envie de dire
Des choses insignifiantes
Des fois même aberrantes…
Plaisir de décrire
- Pour qui a le courag...
JEUX
Texte sibyllin
Esprit lutin
Sourire câlin
Peur cabotine
Solitude chagrine
Douceur angevine
Mots anodins
Plaisirs béni...
RÊVERIE
L’éclat d’un sourire qui illumine
ton visage
La sagesse renfermée dans un célèbre
adage
La saveur exquise d’un mys...
LES MOTS
Ses mots -vers et musique
ensoleillés-
sont des joyaux de l’été,
perles dans de l’or enchâssées.
Dans l’air limpi...
DÉPARTS
Tu es parti
Mon regard te suit
Jusqu’à la ligne de l’horizon
Où tout s’efface
Où tout se mêle
Jour, nuit, présence...
PLUIE
La pluie vient frapper à ma
fenêtre
de ses doigts effilés
humides et frais.
Elle effleure mon visage
friand de cares...
SOUFFLES
Un souffle d’impatience
ravive ma conscience
d’etre maintenant ici
d’appartenir à un monde
d’un jour à l’autre pl...
PEINDRE
J’ai peint ton sourire
Avec les couleurs de l’arc en
ciel
J’ai peint ton regard
Avec les couleurs de la mer
Bleu, ...
DE LA VIE AVEC IRONIE
La vie est belle comme une ritournelle
la vie est triste come un vieil artiste
la vie est brève comm...
PLUIE D’ÉTÉ
Une pluie fraiche d’été
qui lave nos péchés
une pluie rapide
pour une pensée limpide
une pluie argentée
qui me...
DU BONHEUR AVEC DÉTACHEMENT
Détresse, infortune, tristesse
espérance, foi, confiance
balancement, involontairement,
sans r...
NOTRE PENSÉENotre pensée vagabonde, incapable de
s’arrêter
mystérieuse comme une Joconde,
une pensée qui refait le monde,
...
CRI
Qui entend votre cri muet
seul au milieu de l’indifférence
parlant avec les pierres froides
ou regardant un ciel vide ...
OÙ SONT LES ANGES?
Où sont les anges
qui veillent sur tout?
hymnes et louanges
pour leur gloire étrange!
Où se cachent-ils...
LES ANGES SONT PARTOUT
Les anges sont partout:
dans la forme d’un nuage
derrière un avenant visage
dans la pensée d’un ami...
DERRIÈRE UN REGARD
Tes yeux - deux lagunes
et le monde vient de naitre dans leur profondeur
et le monde vient de renaitre ...
RÊVE D’AUTOMNE
Ciel bas et lourd
Pluie d’automne
Froide et monotone …
Atmosphère diluvienne
Images baudelairiennes
Ciels b...
LE BRUIT DES VAGUES
La vie est un océan de bruits, permanent
remous
Un monde agité, tempétueux, sens dessus
dessous…
Quoiq...
RÊVE BLANC
Rêve blanc
champs blancs
nuages blancs.
L’univers est blanc
blanc de pureté
d’espoir inavoué.
Blancs les dieux ...
LA VIE SANS MUSIQUE
Peut-on concevoir un monde sans musique?
oh, je ne pense pas aux murmures des
ruisseaux
ni aux ravissa...
ROUGE
Lave rouge
se déverse sur le monde
boulversant nos vies,
étouffant tous les cris.
Pantelants, nous nous
endormons
da...
Un aveu, à la fin de ce petit volume que j’ai
écrit avec mon cœur pour mes lecteurs virtuels :
tous les petits textes date...
Mes envols (2)
Mes envols (2)
Mes envols (2)
Mes envols (2)
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mes envols (2)

675 vues

Publié le

Vers et peinture

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
675
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mes envols (2)

  1. 1. Gabriela Scurtu MES ENVOLS 2e édition Illustrés avec des toiles de Dan Scurtu
  2. 2. Ce petit album est une nouvelle version d’un volume déjà diffusé en ligne (http://issuu.com/gabrielascurtu/docs/mes_envols/0) et contenant aussi de nouveaux petits poèmes écrits depuis lors. Merci à mon amie Maria Alexandrescu Vianu qui a eu l’idée d’éditer la première version de mon volume et s’en est chargée de la techno rédaction. Merci aussi à mon fils Dan pour les illustrations tirées de son monde où il s’évertue de reproduire et de transfigurer la beauté de la nature. Je remercie également mes lecteurs potentiels pour l’œil indulgent qu’ils jetteront sur mes tentatives de m’évader dans la fiction.
  3. 3. À MES LECTEURS Envie de dire Des choses insignifiantes Des fois même aberrantes… Plaisir de décrire - Pour qui a le courage de lire - Le cheminement d’une pensée Son parcours zigzagué Des fois même déraisonné… Le tout avec la volupté De la volubilité… Merci mes amis d’accepter D’être mes confidents attitrés
  4. 4. JEUX Texte sibyllin Esprit lutin Sourire câlin Peur cabotine Solitude chagrine Douceur angevine Mots anodins Plaisirs bénins Jeux enfantins…
  5. 5. RÊVERIE L’éclat d’un sourire qui illumine ton visage La sagesse renfermée dans un célèbre adage La saveur exquise d’un mystérieux breuvage Et les accords imaginaires Le vieux piano solitaire Le parfum du foin humide Le souffle du vent dans la steppe aride Le susurre du ruisseau Ou les vocalises des oiseaux La douceur d’une caresse Et l’oubli dans l’ivresse La beauté éclatante La lumière fulgurante D’un horizon inconnu Ont pour moi un goût de déjà vu Mais encore jamais connu Je rêve sans trêve...
  6. 6. LES MOTS Ses mots -vers et musique ensoleillés- sont des joyaux de l’été, perles dans de l’or enchâssées. Dans l’air limpide ils ont un instant vibré … avant de se poser sur le beau laurier, prêts à le glorifier. Alors je m’élance vers le laurier je ramasse les mots vivifiés j’en refais le précieux collier! Mes mains brillent de l’éclat des perles qui sur nous maintenant déferlent.
  7. 7. DÉPARTS Tu es parti Mon regard te suit Jusqu’à la ligne de l’horizon Où tout s’efface Où tout se mêle Jour, nuit, présence, absence Douleur et joie Désespoir et foi … Tu es parti Mon train part aussi Le dernier train Jours sans lendemains …
  8. 8. PLUIE La pluie vient frapper à ma fenêtre de ses doigts effilés humides et frais. Elle effleure mon visage friand de caresses oh! tant de tendresse… Les gouttes qui emperlent mes joues sont brûlantes et salées… salées comme la mer et amères … comme la lassitude de la solitude.
  9. 9. SOUFFLES Un souffle d’impatience ravive ma conscience d’etre maintenant ici d’appartenir à un monde d’un jour à l’autre plus immonde. Un souffle sec se pose sur mon coeur ravivant ma douleur de ne rien savoir de ne rien pouvoir … Un souffle de zen apporte le confort de la quiétude de l’oubli et d’un profond ennui.
  10. 10. PEINDRE J’ai peint ton sourire Avec les couleurs de l’arc en ciel J’ai peint ton regard Avec les couleurs de la mer Bleu, vert, gris-fer… Je peindrai ma faiblesse Avec les couleurs de la détresse …
  11. 11. DE LA VIE AVEC IRONIE La vie est belle comme une ritournelle la vie est triste come un vieil artiste la vie est brève comme un joli rêve la vie est dure comme une armature et légère… puisque mensongère. À quoi donc rime « tant qu’il y a de la vie il y a de l’espoir »? sinon à un empressé et brutal au revoir? et comment se conjugue mentir? oh, non, cela pourrait tout anéantir s’autoanéantir et la beauté de la vie ternir oui, car la vie est belle … comme un sac- poubelle? ou comme une représentation idéelle? Conjuguons les verbes de la vie :Conjuguons les verbes de la vie : avoir, être aimer … désirs inassouvis…avoir, être aimer … désirs inassouvis… aimons la vie!aimons la vie! aimons la rudesse de l’hiver autant queaimons la rudesse de l’hiver autant que la joie de l’étéla joie de l’été aimons avec démesure, sans sobriétéaimons avec démesure, sans sobriété aimons la vie!aimons la vie! avant qu’elle ne s’en aille sans préavis…avant qu’elle ne s’en aille sans préavis…
  12. 12. PLUIE D’ÉTÉ Une pluie fraiche d’été qui lave nos péchés une pluie rapide pour une pensée limpide une pluie argentée qui me laisse désappointée. Je me sens abandonnée comme si le destin voulait m’éprouver éprouver mon amour de la vie mon élan vers la souffrance d’autrui ma compréhension pour ce monde d’un jour à l’autre plus immonde… Mais voilà, la pluie a cessé mes pensées s’en sont allées vers d’autres rivages exempts de tous ces ravages qui meurtrissent nos cœurs en quête d’un havre de douceur.
  13. 13. DU BONHEUR AVEC DÉTACHEMENT Détresse, infortune, tristesse espérance, foi, confiance balancement, involontairement, sans répit … immortel récit éternel jeu du destin glorieux ou anodin dessus dessous dessous dessus sans trêve, poignant rêve… Dessus, ô, combien peut-on être indolents des moments précieux gaspillant passant indifférents à la beauté du monde agités des passions qui s’élèvent par ondes… dessous, se déclenche le déclic et l’on passe sa vie à l’alambic vers le ciel on dirige son regard le regard est hagard et le ciel pour notre prière n’a pas d’égard. « Il n’y a pas de bonheur sans avoir connu le malheur » pourrait devenir « bonheur inconditionnel » intentionnel et rationnel fait du tout et de rien un peu aérien, neuf ou ancien comme le susurre du ruisseau ou les vocalises des oiseaux … cherchons donc le petit bonheur avant de devenir d’ennuyeux raisonneurs!
  14. 14. NOTRE PENSÉENotre pensée vagabonde, incapable de s’arrêter mystérieuse comme une Joconde, une pensée qui refait le monde, reine absolue de la contrariété. Don précieux et volage, aimant jeux et faufilages elle descend au tréfonds de nous-mêmes, ou s’élance vers de lointains rivages reine absolue des extrêmes. Souvent elle se pose sur un souvenir futile se plaisant dans une tiède médiocrité d’autres fois elle embrasse des idées subtiles, reine absolue de l’ubiquité. Notre pensée, notre être idéal, innée ou précieusement cultivée, elle est nous, notre intériorité, reine absolue de l’art de dissimuler.
  15. 15. CRI Qui entend votre cri muet seul au milieu de l’indifférence parlant avec les pierres froides ou regardant un ciel vide et inquiet? mais quand le ciel s’anime traversé par des fulgurances sublimes tout devient incandescent l’âme s’envole vers le transcendent là ou les pierres parlent et dansent et votre cri et les pierres entonnent à l’unisson la plus pharamineuse des chansons.
  16. 16. OÙ SONT LES ANGES? Où sont les anges qui veillent sur tout? hymnes et louanges pour leur gloire étrange! Où se cachent-ils quand leurs messages n’arrivent pas à nous? illusions et louanges pour ces êtres étranges! Pourquoi se cachent-ils, ces êtres indélébiles? on dit que pour pleurer… ou pour mieux nous protéger? Amour et louanges pour ces anges étranges!
  17. 17. LES ANGES SONT PARTOUT Les anges sont partout: dans la forme d’un nuage derrière un avenant visage dans la pensée d’un ami ou les accords d’une symphonie. Lorsque notre étoile nous incite à atteindre la compréhension tacite de notre destinée dans cet univers de ses règles - justes ou de travers - c’est l’ange qui nous enveloppe de sa chaleur, nous ravissant à l’immédiat suborneur nous souriant avec des yeux d’étincelles nous promettant la vie éternelle ou nous abandonnant aux mêmes doutes aux mêmes questions, à la même déroute…
  18. 18. DERRIÈRE UN REGARD Tes yeux - deux lagunes et le monde vient de naitre dans leur profondeur et le monde vient de renaitre dans leur calme tiédeur, dans un balancement de vagues, brise mélancolieuse ou tempête ravageuse, danse envoûtante ou frénésie arrogante. Un monde d’énigmes dont je n’ai pas la clef, trésors ensevelis dans l’abime de tes yeux baignés dans une douce lumière se dévoilant à chaque battement de paupières, regard teinté des couleurs de la mer, bleu - vert - gris fer… Folle espérance bâtie sur l’inconsistance d’une rêverie incessante, telle une soif ardente, promesse fulgurante d’un bonheur qui me hante… visions entrevues dans un battement de paupières - rideaux sur deux fenêtres baignées dans la lumière qui appelle et qui éloigne, qui aveugle et qui m’empoigne.
  19. 19. RÊVE D’AUTOMNE Ciel bas et lourd Pluie d’automne Froide et monotone … Atmosphère diluvienne Images baudelairiennes Ciels brouillés Paysages mouillés … Mon regard s’est alors tourné Vers l’infini des cieux - Avec magnificence reflété Dans le gris-bleu-vert de tes yeux - Avec le fol espoir d’y trouver Tout l’éclat, toute la splendeur D’un impossible possible bonheur…
  20. 20. LE BRUIT DES VAGUES La vie est un océan de bruits, permanent remous Un monde agité, tempétueux, sens dessus dessous… Quoiqu’assourdis par le bruit de vagues Leur balancement insidieusement nous drague Et l’abime nous appelle, profondeurs obsessionnelles.
  21. 21. RÊVE BLANC Rêve blanc champs blancs nuages blancs. L’univers est blanc blanc de pureté d’espoir inavoué. Blancs les dieux de la paix blancs des dieux de la guerre les vrais maitres de la terre…. Rêve blanc rêve hagard jeux de mots ringards …
  22. 22. LA VIE SANS MUSIQUE Peut-on concevoir un monde sans musique? oh, je ne pense pas aux murmures des ruisseaux ni aux ravissantes vocalises des oiseaux ou au souffle du vent nous apportant ses échos … mais à un monde où Bach se tairait à jamais nous laissant esseulés, sans émotions, révélations, sans consonances, assonances ou dissonances… car la musique est tout cela est bien plus, un pur miracle, de notre esprit immortel l’éternel habitacle.
  23. 23. ROUGE Lave rouge se déverse sur le monde boulversant nos vies, étouffant tous les cris. Pantelants, nous nous endormons dans la braise vivifiante pour nous réveiller dans un monde purifié.
  24. 24. Un aveu, à la fin de ce petit volume que j’ai écrit avec mon cœur pour mes lecteurs virtuels : tous les petits textes datent des années 2014 et 2015 et sont issus du désir de m’évader de mes préoccupations de jusqu’alors. Les «événements» qui ont dernièrement surgi dans ma vie, le choc, la peur qu’ils ont engendrés, mais aussi l’espérance, ont sans doute influé sur mon état d’âme et sur la façon et surtout le besoin de m’exprimer. Comme une expiation, une catharsis, un appel vers la lumière... Les événements extérieurs, «la marche» toujours plus agitée du monde actuel y sont aussi pour quelque chose.

×