Education

123 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
123
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Education

  1. 1. 52 FRANCE - AMÉRIQUE OCTOBRE 2014 DOSSIER ÉDUCATION mag-octobre (1)-new.indd 52 1/21/15 1:47 PM
  2. 2. OCTOBRE 2014 FRANCE - AMÉRIQUE 53 DOSSIER ÉDUCATION L a population française aux États-Unis a augmenté de 35% ces quinze dernières années. Le profil des Français qui s’expatrient s’est diversi- fié. Hier, l’expatriation était synonyme de foyers aisés avec des Français détachés par leur entreprise. Les frais de leur vie quotidienne – logement, éducation des enfants – étaient le plus souvent pris en charge par leur employeur. La nouvelle génération d’expatriés est plus jeune, et plus précaire : pour eux, les établissements privés français, à l’enseignement de qualité mais aux coûts de scolarité exorbitants, ne sont pas tou- jours une solution envisageable. Soucieux de l’éducation de leurs enfants, certains Français ont décidé de prendre les choses en main et de créer des programmes d’enseignement pour répondre à leurs propres besoins. À New York, le mouvement du bilinguisme dans les écoles publiques a commencé dés 2007, avec l’ouverture de la première classe d’immer- Aux États-Unis, l’avenir de la langue française passe par le bilinguisme De la Californie à la Floride, de l’Utah au Minnesota, l’enseignement du français n’a cessé de progresser aux États-Unis ces dix dernières an- nées. Les programmes bilingues français-anglais se multiplient dans les écoles publiques américaines, grâce à des familles françaises et améri- caines convaincues des bénéfices du bilinguisme, et avec le soutien de politiques locales favorables à cet apprentissage. Gaétan Mathieu mag-octobre (1)-new.indd 53 1/21/15 1:47 PM
  3. 3. 54 FRANCE - AMÉRIQUE OCTOBRE 2014 sion à Brooklyn. À la rentrée 2014, sept écoles publiques new- yorkaises dispensent des cours en français et anglais pour des élèves de primaire1 , ainsi que l'école à Charte (école publique gratuite gérée par le secteur privé) de Harlem, la NYFACS. Deux collèges2 proposent également des programmes bilin- gues depuis la rentrée de 2014. « La crise et la hausse des prix du loyer à Manhattan conduisent les Français à emménager à ­Brooklyn et à s’accommoder des écoles publiques », explique Fabrice Jaumont, attaché à l'Éducation de l'ambassade de France à New York. L’EXPÉRIENCE NEW-YORKAISE L’école publique de Carroll Gardens, PS 58, est la pionnière de ce mouvement à New York. Elle a ouvert ses portes grâce à EFNY (Éducation Française à New York), une association de parents d'élèves. La méthode en deux temps d’EFNY a fait ses preuves et sert aujourd’hui de modèle : les parents démontrent aux directeurs d’école qu’il se trouve suffisamment de familles intéressées, puis l’ambassade intervient en seconde instance avec un appui logistique et politique qui rend crédible la de- mande des parents d’élèves. « Beaucoup de familles françaises ont constaté que la création de programmes bilingues por- tés par des groupes de parents rencontraient un grand succès à New York et se sont dit ‘pour- quoi pas chez moi’ », explique Fabrice Jaumont. En partenariat avec The Down- town/Midtown French-English Dual-Language Program Pa- rent Groups – qui regroupe 150 familles, EFNY, et la maternelle La Petite École –, l’ambassade de France aux États-Unis a pré- senté en 2013 une feuille de route à tous les parents intéressés par la création de programmes bilingues. Un document dispo- nible sur internet et régulière- ment consulté. « Je reçois des appels de parents de tous les États-Unis, et même d’expatriés français habitant dans d’autres pays étrangers. Des familles italiennes et japonaises m’ont contacté car elles sont fascinées par la réussite des programmes bilingues français à New York », se réjouit Fabrice Jaumont. « J’essaie de les guider à distance, en m’adaptant à la logique de chaque État ». LA CALIFORNIE SUIT LE MOUVEMENT Partie de la Côte Est, la vague du bilinguisme dans les écoles publiques atteint la Californie. À Glendale, dans la ban- lieue nord-est de Los Angeles, un programme porté par une mère de famille française, Muriel Gassan, a ouvert en 2012. Seul établissement à proposer un programme d’immersion en français dans une école primaire publique de la région, la Franklin Magnet School attire de nombreux Français de Los Angeles, qui n’hésitent pas à faire une heure de trajet, matin et soir, pour conduire leur enfant à l’école. « Avant de présenter le dossier au district de Glendale, j’ai pris contact avec parents et enseignants à l’origine des programmes bilin- gues à New York pour récolter des conseils », explique Muriel Gassan. Arrivée en 1998 à Los Angeles, cette native du Pays basque a d’abord créé en 2009 l’association Frenchip. Cette association a regroupé cent cin- quante parents souhaitant que leur enfant parle le français et l’anglais, mais dans l’incapacité de payer les frais de scolarité des écoles privées bilingues. « Auparavant, les parents voulaient à tout prix suivre le programme de l’Éducation nationale française dispensés par les établissements privés parce qu’ils envisageaient de rentrer en France un jour. Aujourd’hui, ils sont nombreux à rester aux États-Unis et les bourses scolaires de l’État Comment fonctionne un programme bilingue ? Il existe différents modèles de programmes bilingues, parfois appelés classes d’immersion, aux États-Unis. Ce- lui de l’Utah et de nombreuses écoles à travers les ­États-Unis suit la méthode dite du 50/50, avec la moitié des cours en anglais et l’autre moitié dans la langue visée. Il n’y a aucune règle concernant la langue d’apprentissage de certaines matières. Dans l’Utah, par exemple, les mathématiques et les sciences sociales sont enseignées en français en CE2, puis en anglais en CM1 et CM2. Dans d’autres programmes, les enfants commencent l’école avec 10 à 20% des matières enseignées dans leur langue maternelle. Et, plus l’enfant grandit, plus les classes se déroulant en anglais deviennent importantes, jusqu’à atteindre 50% du temps d’enseignement. DOSSIER ÉDUCATION mag-octobre (1)-new.indd 54 1/21/15 1:47 PM
  4. 4. OCTOBRE 2014 FRANCE - AMÉRIQUE 55 DOSSIER ÉDUCATION mag-octobre (1)-new.indd 55 1/21/15 1:47 PM
  5. 5. 56 FRANCE - AMÉRIQUE OCTOBRE 2014 français ne sont plus suffisantes pour inscrire leur enfant dans leprivé», témoigne Muriel Gassan. Le programme de Glendale accueille aujourd’hui 72 enfants, dont la moitié sont Français. Cent cinquante familles sont sur les listes d’attente, preuve de l’engouement mais également du manque de structures d’ac- cueil. « Beaucoup de Français habitent dans l’Ouest de Los Angeles, autour de Santa Monica. Certains d’entre eux ont dé- ménagé à l’est pour pouvoir inscrire leurs enfants à Glendale. Il existe maintenant une forte communauté autour de l’école », poursuit Muriel Gassan. L’ouverture de ces classes d’immer- sion gagne toute la région. Une preschool d’immer- sion en français, Le Jardin des enfants, a ouvert ses portes au printemps 2014 à Glendale. Il s’adresse aux enfants âgés de deux ans et demi à cinq ans. Deux autres programmes bilingues en preschool pourraient ouvrir à la ren- trée 2015 dans l’ouest de Los Angeles, où la commu- nauté française est encore plus dense. D ans le New Jer- sey, le Minne- sota, le Colo- rado, l’Alaska, la Floride, et la Géorgie, des programmes bilingues soutenus par des familles françaises et des consulats devraient éclore dans les années à venir. À ­Arlington, voisine de Washington D.C., Aude Rabault tente de créer un programme, sur le mo- dèle de ceux de New York. « Des familles françaises, canadiennes, belges, maro- caines et américaines sont partantes ». Les motivations sont les mêmes que dans le reste des États-Unis. « Pour moi, le lycée privé Rochambeau (ndlr : À Bethesda, dans la ban- lieue de Washington D.C.) n’est pas une option : trop cher et je ne reçois aucune aide de mon employeur pour payer les frais d’ins- cription. De plus, avec mon mari américain, nous n’envisageons pas de retourner en France et je ne pense pas qu’il soit indis- pensable que ma fille de trois ans suive le cursus français. En revanche, je regretterais qu’elle ne soit pas exposée à la langue française ailleurs qu’à la maison. Les programmes bilingues me semblent la solution idéale ». L’UTAH, NOUVEL ELDORADO DU BILINGUISME Les Américains de- viennent plus nombreux à percevoir les bienfaits de l’apprentissage d’une seconde langue dès le plus jeune âge. Beaucoup optent pour l’espagnol ou le mandarin, mais le français reste appré- cié. Pour comprendre cet engouement récent pour le bilinguisme aux États- Unis, il faut se rendre dans l’Utah, deuxième État où le nombre d’enfants appre- nant le français est le plus élevé du pays, après la Louisiane. Dans cet État, plus connu pour sa com- munauté mormone que pour ses écoles d’immer- sion, 3 000 élèves de 5 à 12 ans apprennent chaque jour le français. Parmi eux, moins de 10% sont ­français. Ces chiffres étonnants résultent d’une politique éducative locale. En 2008, le Sénat de l’Utah a voté la loi 80 inti- tulée ­Critical Languages ­Program allouant des fonds pour l’ouverture de programmes bilingues en chinois, espagnol et français. L’objectif était de lancer 100 classes d’immersion pour 30 000 enfants d’ici à 2015.­ DOSSIER ÉDUCATION À Brooklyn, le bilinguisme protège la francophonie À Bed-Stuy, un quartier défavorisé de New York, la principale de l’école publique PS 3, Kristine Beecher, a ouvert à la rentrée 2014 un programme bilingue en Kindergarten (grande section de maternelle) pour attirer les familles francophones du quartier. L’école, qui voyait ses inscriptions baisser année après année, envisage déjà d’ouvrir un niveau supplémentaire tous les ans, jusqu’au 5th grade (CM2), et d’augmenter ainsi son nombre d’élèves et son budget. Avant d'ouvrir ce pro- gramme français, l'école a consulté les parents sur leur intérêt pour ce type d'apprentissage et sur le choix de la langue qui devrait être enseignée. « Nous avons beaucoup d'élèves qui parlent le bengali, mais ce n'est pas une langue internatio- nale. Avec une communauté Ouest et Nord-Afri- caine grandissante à Bed-Stuy, le français s'est imposé. Ces familles souhaitent que leurs enfants parlent bien le français lorsqu'ils se rendent dans leur pays d’origine », affirme Steven Mohney, pro- fesseur à PS 3. L’ambassade de France, ravie de l’ouverture de ce programme pour le rayonnement de la francophonie, a offert au programme $5 000 pour l’achat de livres en français. mag-octobre (1)-new.indd 56 1/21/15 1:47 PM
  6. 6. OCTOBRE 2014 FRANCE - AMÉRIQUE 57 Objectif atteint dès la rentrée 2014, puisque 118 programmes bilingues dont 14 en français (ndlr : Plus de la moitié des pro- grammes sont anglais-espagnol) ont été créés en six ans. « De- puis 2006, le gouverneur Jon Huntsman souhaitait développer l’apprentissage du mandarin et de l’arabe, des langues parlées dans les pays émergents », explique Gregg Roberts, coordinateur des programmes d’immersion pour le département d’éducation de l’Utah. « Légiférer semblait être la meilleure voie pour créer une multi- tude de programmes bilingues. Au départ, il ne devait y avoir que le chinois et l’espagnol, mais ayant appris le français à l’école et étant convaincu que c’est une langue utile, j’ai demandé à ce qu’on intègre le français à la loi ». Pour Gregg Roberts, le bilin- guisme est vital à la survie économique de l’Utah, un État qui n’a aucune frontière avec un pays étranger. « Le projet est d’éduquer nos enfants pour qu’ils soient compétents dans un monde global. À l’âge adulte, ils ne seront plus seulement en compétition sur le marché de l’emploi avec les étudiants californiens ou new- yorkais mais aussi avec les étudiants chinois et français ». À la mention des quelques sceptiques des programmes bilingues de l’Utah qui soutiennent que l’État a voté cette loi dans le seul but de favoriser le prosélytisme mormon, Gregg Roberts sourit. « Si cela avait été le cas, on l’aurait fait il y a des dizaines d’années. L’Église n’a rien à voir avec la création des programmes bilin- gues. Mais il est certain que la tradition de l’envoi de mission- naires à travers le monde a permis une meilleure compréhension des apports du bilinguisme auprès des parents de l’Utah ». P our Jean-Claude Duthion, attaché à l'Éducation de l’am- bassade de France à Washington D.C., l’intérêt réel des habitants de l’Utah pour les langues étrangères, a faci- lité le développement des programmes bilingues dans DOSSIER ÉDUCATION mag-octobre (1)-new.indd 57 1/21/15 1:47 PM
  7. 7. 58 FRANCE - AMÉRIQUE OCTOBRE 2014 l’État. « Les enjeux sont ceux de l’État, pas ceux d’une com- munauté religieuse. L’Utah a seulement mis a profit l’expertise des Mormons sur l’enseignement des langues. Ce n’est pas un hasard si l’une des meilleurs écoles de langues est Brigham Young University à Provo ». Selon lui, l’Utah et New York sont deux États modèles du bilinguisme aux ­États-Unis, bien que leur approche soit opposée. « À New York, ce sont des familles françaises qui ont approché des directeurs d’établissements publics en leur demandant d’ouvrir des classes bilingues. La demande venait d’en bas. À l’inverse, dans l’Utah, la demande vient d’en haut. L’État a compris que le bilinguisme était dé- terminant pour l’accès des élèves aux grandes universités et à des emplois compétitifs. Les deux méthodes sont des réussites ». L’initiative de l’Utah, lancée il y a six ans, fait école aux ­États-Unis. Des responsables du département d’Éducation du Wyoming, de la Caroline du Nord, de l’Arkansas, et de Rhode Island se sont rendus dans l’Utah pour étudier ces programmes bilingues et les copier. La Géorgie, un des premiers États à se renseigner sur ce modèle, a ouvert deux programmes bilingues en français à Atlanta à la rentrée 2013. Le Delaware a créé l’an dernier des programmes en chinois et en espagnol. « On espère que des classes d’immersion en français vont bientôt ouvrir », précise Jean-Claude Duthion. « Mais il faut prou- ver à l’État que beaucoup d’échanges économiques se font en français et qu’il existe un réel intérêt pour les jeunes Améri- cains à apprendre cette langue ». LE BILINGUISME AIDE-T-IL À PENSER ? « Taught English by being taught English ». La proposition 227, adoptée en 1998 par la Californie et toujours en applica- tion aujourd’hui, visait sans les nommer les programmes bilin- gues anglais-espagnol. Craignant que les classes d’immersion en espagnol n’empêchent les immigrés hispanophones de bien parler l’anglais, l’État avait mis un frein aux programmes bilingues. Mais, les nombreuses études récentes vantant les bénéfices du bilinguisme ont remis en cause le maintien de la loi. Les ­Californiens devront se prononcer sur sa révocation le 8 novembre 2016, lors du vote pour l’élection présidentielle. Il est aujourd’hui admis que la flexibilité cognitive des enfants bilingues développe leur capacité de raisonnement, leur créa- tivité et leur ouverture d’esprit. Il semble que le cerveau d’un enfant bilingue soit plus apte à faire plusieurs choses à la fois, et à mieux hiérarchiser les informations. T out comme l’activité physique développe les muscles, l’apprentissage d’une seconde langue et sa pratique sti- muleraient-ils la matière grise ? Une étude menée en 2011 sur 450 patients par Ellen Bialystok, professeure de psychologie de l'Université York, à Toronto, a conclu que le bilinguisme retardait de trois à cinq ans les symptômes liés à Alzheimer. « Les patients bilingues ont été capables de mieux vivre avec la maladie », affirme-t-elle. Une autre étude, conduite en 2013 par l'Institut Nizam des sciences médicales à ­Hyderabad en Inde, et publié dans Neurology en est arrivée aux mêmes conclusions. « Parler plus d'une langue paraît induire un meilleur développement de la zone du cerveau responsable du raisonne- ment et de l'attention, qui pourraient contribuer à protéger les individus de la démence ». A utant de bienfaits que les Américains, pragmatiques, apprécient. « Dans certains cas, l’intérêt pour le bi- linguisme en français est lié à la réussite des élèves. Dans des villes comme Milton, ­Massachusetts, et Edina, Minnesota, les programmes bilingues sont proposés à des communautés de milieux favorisés. Grâce à ces pro- grammes, de nombreux élèves ont des taux de réussite éle- vés aux examens et accèdent aux universités les plus cotées des États-Unis », révèle l’étude Révolution bilingue pour la communauté francophone de New York de Jane F. Ross, pro- fesseur à New York University, spécialiste de l’héritage de la langue française, et Fabrice Jaumont. Selon cette étude, la réussite scolaire se vérifie à New York, où les écoles bilin- gues s’adressent à une communauté plus hétérogène. « Bien que confidentielles [les statistiques] prouvent que les enfants enrôlés dans ces programmes double langue depuis la grande section maternelle ont atteint une moyenne de plus de 80% lors des épreuves d’anglais et de mathématiques, moyenne deux à trois fois plus élevée que celle des enfants monolingues scolarisés dans les écoles de New York City ». LES LIMITES DE L’EXPANSION DU BI- LINGUISME : MANQUE DE MOYENS ET DE PROFESSEURS Optimiste sur l’avenir du français aux États-Unis, l’attaché à l'Éducation de l'ambassade de France reste mesuré. « Vu de Paris, on croit que tout le monde veut parler le français aux DOSSIER ÉDUCATION mag-octobre (1)-new.indd 58 1/21/15 1:47 PM
  8. 8. OCTOBRE 2014 FRANCE - AMÉRIQUE 59 États-Unis. Après l’article du New York Times sur la révolu- tion bilingue à New York, la presse française affirmait que la langue de Molière était à la mode. Ce n’est pas le cas. On ne s’arrache pas encore des mains les dictionnaires français dans les librairies ! ». La demande est tout de même exponentielle. Les listes d’attente pour les programmes bilingues ont atteint des records en 2014 : 500 familles n’ont pas pu mettre leur en- fant dans une classe d’immersion en Louisiane, 150 à Glendale, 328 dans le Montgomery County, Maryland. B ien des obstacles freinent encore le développement des classes d’immersion en français. À Los Angeles, la Richland Avenue Elementary School espérait ou- vrir un programme bilingue à la rentrée 2014. Mais le district de Los Angeles a rejeté la demande de l’établisse- ment, arguant que l’école ne pouvait prouver sa pérennité sur le long terme. Pour Muriel Gassan, qui a œuvré à l’ouverture d’un programme bilingue dans la banlieue de Los Angeles, certains districts sont plus difficiles à convaincre que d’autres. « À Glendale, il y avait des programmes d’immersion en co- réen, italien, et allemand. Le district, qui avait l’expérience des programmes bilingues, était très intéressé par l’ouverture d’un programme autour d’une nouvelle langue ». Autre dis- trict difficile, celui de Fairbanks, une ville de 32 000 habitants dans l’Alaska, où la Française Magali Philip se bat depuis 2012 pour l’ouverture d’une charter school. « Le district de Fair- banks ne nous a jamais aidés à mobiliser les parents. L’État d’Alaska avait proposé de nous accorder un budget ridi- cule si nous n’avions pas au moins 150 élèves, ce qui est un chiffre impossible à atteindre pour une ville comme Fairbanks. DOSSIER ÉDUCATION mag-octobre (1)-new.indd 59 1/21/15 1:47 PM
  9. 9. 60 FRANCE - AMÉRIQUE OCTOBRE 2014 DOSSIER ÉDUCATION Je garde espoir que les mentalités des gens sur le bilinguisme vont évoluer ». Dernière difficulté pour Magali Philip, trouver un professeur français certifié par l’État d’Alaska. « Quand vous êtes dans une grande ville, c’est plus facile d’attirer des professeurs français. Mais en Alaska… La solution serait qu’une loi soit votée comme en Utah. Cela permettrait l’envoi de professeurs de France ». D e fait, des accords ont été signés avec les académies de ­Bordeaux, Grenoble, Nancy-Metz, Créteil et Poitiers, per- mettant aux enseignants de ces aca- démies d’être certifiés pour enseigner le français dans l’Utah. « L’État a mis ses réglementations administratives en cohérence avec sa volonté politique », se félicite Jean-Claude Duthion, attaché à l'Éducation de l’am- bassade de France à Washington D.C. « On ne peut pas aller la fleur au fusil demander à une administration américaine de changer sa loi et d’autoriser les professeurs non certifiés et de forcer un partenariat avec la France. Seule une volonté politique du département d’éducation de l’État peut faire évo- luer la loi. Dans le district de Miami Dade, par exemple, des professeurs non certifiés sont autorisés à enseigner ». Autre obstacle, la concurrence avec d’autres programmes de langues. À Fairfax, en Virginie, le programme d’immersion de l’école élémentaire Herndon va fermer ses portes en 2019, le temps que les élèves qui suivent actuellement l’enseignement anglais-français achèvent leur scolarité dans l’établissement. Le programme sera remplacé par des classes d’immersion en espagnol, malgré la mobilisation de parents francophones et américains pour sauver le programme en français. Une déci- sion prise par la directrice, Ann Gwynn, afin d’adapter l’offre de son établissement à la demande de la communauté locale. Les enfants hispanophones, qui comptent pour 40% de la po- pulation de l’école aujourd’hui, représentaient seulement 2,5% des élèves inscrits en 1988 lorsque le programme français avait été lancé. Pour justifier sa décision, la principale s’est appuyée sur le fait que, lors des neuf dernières années, 46% des élèves qui ont commencé le programme d’immersion en français ne l’ont pas poursuivi jusqu’à son terme : plus les élèves avan- çaient dans leur scolarité, plus les classes se désemplissaient. Nombreuses sont les villes où le manque de fonds reste le principal obstacle à l’enseignement bilingue. « Les livres et les ressources coûtent chers. À PS 58, chaque enfant consomme cinquante livres par an. En l’absence d’un appui parallèle, un don, un fonds privé, les budgets des petits villes ne sont pas suffisants », explique Fabrice Jaumont. « À Brooklyn, on a pu créer ces programmes parce qu’ils aidaient des écoles en perte de vitesse, qui fermaient des sections monolingues parce que des familles partaient. Le programme bilingue ne remplaçait pas un programme monolingue ». L’ouverture de nouvelles classes permet d’augmenter le nombre d’élèves dans une école, et offre la possibilité à l’établissement d’obtenir un budget plus conséquent du département d’éducation de l’État. « Avant l’arrivée des programmes bilingues, PS 58 avait 350 élèves. Aujourd’hui, l’école en compte 900 dont 300 inscrits dans le programme français. Mais il n’est pas toujours facile de convaincre les directrices que le français reste une langue utile ». À New York, avec 22 000 enfants francophones, 60 programmes bilingues supplémentaires pourraient être créés estime Fabrice Jaumont. « Les services culturels de l’ambas- sade ont levé de l’argent pour acheter des livres, former des professeurs, organiser des séminaires de formation. Mais il reste à se tourner vers le privé pour continuer à développer les classes d’immersion. Il faut des mécènes qui croient au bilinguisme ». D epuis quelques mois, l’attaché à l'Éducation de l'ambassade de France s’est lancé un nouveau défi : revitaliser le français dans des régions historique- ment liées à la France. « La présence francophone est forte dans le Maine, même si elle est un peu oubliée. Il faut ramener la nouvelle génération vers le français », précise-t- il. Il souhaiterait aussi développer des programmes d’immer- sion en milieu rural à la frontière canadienne. « Je suis allé à Plattsburgh, au nord de l’État de New York où j’ai vu des Qué- bécois passer la frontière canadienne, juste pour se rendre au mall. J’ai vu des clients parler français et des vendeurs qui ne comprenaient pas et qui répondaient en anglais. Si on extrapole ce genre de situation, on mesure le potentiel pour le bilinguisme. Dans cette ville, on voit déjà de nombreux pan- neaux en français et en anglais. La présence du constructeur aéronautique canadien Bombardier est aussi un argument pour développer des programmes d’immersion en français. » Il reste à convaincre les Américains que le bilinguisme n’est pas réservé aux immigrés et enfants d’immigrés francophones. Que l’appui vienne d’un homme politique francophile, ou de parents américains attachés à apprendre le français à leurs en- fants, le développement massif de l’enseignement de la langue française aux États-Unis dépend avant tout des Américains. ■ 1. PS 58, PS 84, PS 110, PS 133, PS 20, PS 3, et PS/IS 76 (par ordre chronologique d'ouverture, de la plus ancienne à la plus récente). 2. MS 51, et MS 256. mag-octobre (1)-new.indd 60 1/21/15 1:47 PM

×