EMAG L'assurance en mouvement Octobre 2015

1 862 vues

Publié le

Spécial Trophées de l'Assurance avec Interview de Guillaume Sarkozy, Jacques Richier, Delphine Asseraf...

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 862
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
29
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

EMAG L'assurance en mouvement Octobre 2015

  1. 1. OCTOBRE 2015 L’ASSURANCE EN MOUVEMENT SPÉCIAL TROPHÉES DE L’ASSURANCE
  2. 2. “ Les assureurs ne veulent plus rien assurer sans avoir l’assurance que le risque qu’ils garantissent est devenu inexistant. ” (Philippe Bouvard) Les marques, les dirigeants & leurs collaborateurs vivent une véritable révolution qui remet profondément en question le modèle des agences, leurs métiers, leurs méthodologies et leurs compétences. Notre proposition de valeurs s’appuie sur l’innovation, la performance, sur des expertises métiers et sur la connaissance des sujets traités. ÉDITO L’essor des nouvelles technologies crée un contexte favorable à l’innovation et à la disruption, l’assurance et l’ensemble de son écosystème n’échappant pas à cette tendance de fond. Jean-Hervé Lorenzi, Président du Pôle de compétitivité mondial FINANCE INNOVATION et Président du Cercle des économistes précisait d’ailleurs récemment « comme tous les secteurs clés de la Finance, l’Assurance est en pleine mutation. » Sous nos yeux, se déploient de multiples mutations ! La chaîne de valeur « classique » du secteur de l’assurance intègre de nouveaux services en amont, pendant et en aval du risque dans un objectif d’accompagner l’assuré de façon encore plus rapide, efficace et véritable- ment personnalisée. Certains de ces services étant apportés par les acteurs historiques de notre industrie et désormais par une multitude de nouveaux entrants. L’analyse des risques peut désormais être encore plus personnalisée et dépendre également du comportement individuel de l’assuré (Pay how you drive) et ainsi, avoir pour conséquence de réajuster le principe historique de la mutualisation des risques. D’autres façons d’être assuré émergent également aujourd’hui et permettent de développer le principe d’assurer l’usage d’un bien et plus uniquement sa propriété. La disruption de la distribution s’emballe ? Si nous nous arrêtons, un instant, sur l’acte d’achat d’assurance, la commoditisation de certains produits d’assurance, tendance qui s’opère depuis plusieurs années, accentuée par certaines évolutions réglementaires et comportementales peut avoir des effets majeurs développant également une transformation de la distri- bution de produits/services d’assurance. Une des conséquences de la commodotisation de certains produits d’assurance est un transfert massif et implicite de la souscription de l’offre d’assurance auprès de tiers distribu- teurs. Ainsi l’acte d’achat de certains produits d’assurance encore B to C, pourrait irrémédiablement et majoritairement basculer en vente B to B to C. Bon nombre de situations délèguent déjà le choix de l’offre d’assurance à un tiers, par exemple : contrat complémentaire santé en entreprise, prévoyance collective, assu- rance intégrée sur contrat voiture en LDD ou contrat Autolib, location d’appartement avec MRH choisie par le bailleur, assurances intégrées aux cartes privatives, assurances voyages,…. . Les exemples seront de plus en plus nombreux, l’assuré final, étant de fait de moins en moins l’acheteur ! Au-delà de ce constat, alors que les bureaux de tabac vendent de la banque, qu’Orange va lancer sa propre banque, que la SNCF, challengée sur le transport, se développera sur le secteur de l’assurance, Zenefits aux USA déploie massivement le freemium et offre aux entreprises, un service de cloud gratuit pour des fonc- tions de ressources humaines et gagne de l’argent en intégrant l’achat d’assurance par l’entreprise. Sous fonds de révolution numérique et d’évolution des business models, la distribution d’assurance s’engage probablement dans un mouvement qui va créer des opportunités mais aussi des menaces pour les acteurs historiques. En tout état de cause, l’industrie de l’assurance est en mouvement et est engagée dans cette révolution numé- rique. Les Trophées de l’assurance sont également le témoin de cette accélération, qui se traduit, concrètement, par 176 dossiers reçus cette année afin de concourir aux Trophées Innovations 2015. Cela témoigne, si besoin était, de l’enjeu perçu par les marques, leurs dirigeants et leurs collaborateurs. Nous vous souhaitons une très bonne lecture de ce mag « l’Assurance en mouvement », que nous avons ce mois-ci, imprimé, pour vous le remettre à l’occasion de la cérémonie des Trophées de l’Assurance. Surtout continuez toujours à nous faire part de vos commentaires ! Jean-Luc Gambey. 3 Industrie de l’Assurance : l’innovation s’accélère ! www.mouvoo.com contact : emmannuelle@mouvoo.com
  3. 3. SOMMAIRE TROPHÉES DE L’ASSURANCE : MÉTHODE & TENDANCES P.6 INTERVIEW MR. GUILLAUME SARKOZY, PRÉSIDENT DU JURY 2015 P.7 LE JURY 2015 P.8-9 TROPHÉES INNOVATION CITOYENNE & RESPONSABLE P.11 TROPHÉES INNOVATION COMMUNICATION P.13 TROPHÉES INNOVATION DIGITALE P.15 TROPHÉES INNOVATION DISTRIBUTION P.17 TROPHÉES INNOVATION MARKETING P.19 TROPHÉES INNOVATION PRODUITS & SERVICES P.21 TROPHÉES INNOVATION RELATION CLIENTS P.23 RÉSULTATS TROPHÉES DE L’ASSURÉ P.25 TOP 10 INTERNATIONAL INNOVATION AFFINITAIRE P.27 JEUNE MANAGER DE L’ANNÉE 2015 ET INTERVIEW P.29 PERSONNALITÉ DE L’ANNÉE 2015 ET INTERVIEW P.30 L’ASSURANCE EN MOUVEMENT PAR JEAN-LUC GAMBEY SE FAIRE KODALISER OU SE METTRE EN « MODE » UBER ? P.32 UNE SCÉNARISATION DÉSORMAIS INDISPENSABLE P.33 SANTÉ CONNECTÉE : ÉLECTROCHOC POUR L’ASSUREUR SANTÉ ? P.34 LA PRÉVENANCE SOCIALE : UN BUSINESS MODEL DISRUPTIF POUR LES ASSUREURS ! P.35 IDENTITÉ NUMÉRIQUE DES DÉCIDEURS : IL FAUT AGIR ! P.36 DATAFICATION, L’ASSURANCE À LA TÊTE DU CLIENT ! P.37 COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : CHRONIQUE D’UNE DISRUPTION ANNONCÉE ? P.38 L’évènement annuel de l’innovation & de la reconnaissance Les Trophées de l’Assurance remercient l’ensemble de ses soutiens ! 5
  4. 4. Guillaume SARKOZY Délégué Général de MALAKOFF MÉDÉRIC, Président du Directoire de QUATREM et Administrateur de SCOR SE. Président du Jury des Trophées de l’Assurance 2015. Guillaume Sarkozy, vous nous avez fait l’immense honneur, après Messieurs Roger Belot (en 2014), Président d’Honneur de la MAIF, et Jacques de Peretti (en 2013), actuellement Prési- dent Directeur général d’AXA Japon, d’accepter d’être Pré- sident du Jury des Trophées de l’Assurance. Quelles sont les principales raisons qui vous ont fait accepter notre sollicitation ? Depuis mon arrivée à la tête du Groupe Malakoff Médéric en 2006, j’ai inscris l’innovation au cœur de la stratégie d’entreprise. Le monde de l’assurance n’est pas réputé pour être un secteur créatif, pourtant les mutations en cours démontrent bien qu’un business model doit sans cesse se renouveler pour rester compétitif. Votre initiative est importante car elle permet de dresser un panorama des tendances et innovations sur le marché de l’assurance. Je suis très honoré que l’on m’ait proposé cette prési- dence. Malakoff Médéric est souvent récompensé lors des Trophées de l’Assurance et lors d’autres trophées existants. Il y a donc une très forte culture Innovation dans votre groupe. Pouvez-vous nous transmettre les ingrédients indispensables de votre stratégie sur l’innovation ? Quatre ingrédients me paraissent essentiels : une équipe dirigeante visionnaire, des talents capables de décrypter les besoins sociétaux et les grands bouleversements à court et moyen termes, une gestion de projet qui s’émancipe en partie des processus traditionnels et une prise de risque. Dans un certain nombre d’in- terviews, vous évoquiez la « e-santé comme une véritable opportunité d’innovations ». Pensez-vous que les Institutions de Prévoyance (ou Groupes de Protection Sociale) aient un rôle à jouer pour mettre en œuvre des solutions qui vont optimiser l’organisation des soins. L’assurance santé, dont le modèle économique est basé sur la gestion du risque, la connaissance des in- dividus et les analyses statistiques, est un des secteurs les plus impac- tés par la révolution numérique. 3,4 milliards de personnes dans le monde auront un smartphone et la moitié utilisera des applis santé mobile en 2017. Notre système de santé, jusque là centré sur une ap- proche curative, bascule progres- sivement vers un modèle plus pré- ventif voire prédictif. Ces quelques éléments illustrent des modifica- tions de notre rapport à la santé et vont entraîner des conséquences majeures sur notre métier et la redistribution du rôle des acteurs. Notre Groupe s’inscrit totalement dans cette dynamique. Le déploiement massif des technologies numériques, en particulier les objets connec- tés, le digital et le big data, participent à l’élaboration plé- thorique de nouveaux scénarios et produisent une multitude de « fantasmes ». Selon vous, ces outils au service de la transfor- mation et de nouvelles proposi- tions de valeurs vont-ils modifier significativement l’industrie de l’Assurance ? Si les assureurs ne le font pas, les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazone) le feront. Il n’y a qu’à lire la presse. C’est pourquoi, nous menons une transformation ambitieuse de notre métier pour intégrer au cœur de notre chaîne de valeur les outils de prévention, de coaching et de dépistage. Demain, nous irons plus loin, en devenant un véritable « agrégateur de services » pour orienter et accompagner nos clients dans l’offre de soins. 76 Concepteur et organisateur des Trophées de l’Assurance depuis 14 ans, nous souhaitons valoriser les innova- tions des acteurs du secteur de l’Assurance : soutenir, encourager et rendre encore plus visible l’innovation et l’ensemble de ses contributeurs. Cette année, 176 dossiers ont été réceptionnés avant le 2 juillet 2015 (date de clôture des inscriptions). Ces 176 dossiers sont présentés à un comité qui s’est réuni les 24 et 25 août 2015. Ce comité dispose d’une grille de notation identique à celle présentée au Grand Jury. 38 dossiers ont été pré-sélectionnés et adressés aux 27 membres du Jury, présidé cette année par Monsieur Guillaume Sarkozy, Délégué général de MALAKOFF MÉDÉRIC. Le Jury s’est réuni le 9 septembre dernier : Les dossiers et annexes ont été présentés dans un premier temps aux membres du Jury qui ensuite disposaient d’un temps imparti pour débattre des dossiers (catégorie par catégorie). Chaque membre du Jury attribuait une note pondérée par un coefficient sur différents items. Les membres du Jury ne pouvaient voter pour les dossiers présentés par leurs structures. « Sous la présidence de Guillaume Sarkozy, le jury a pu échanger et sélectionner les lauréats dans une ambiance propice à des délibérations de qualité. Une tâche ardue compte tenu de la qualité des dossiers présentés ! » évoque Marie-Hélène Séguy, Directeur du Développement Affinitaire de AON Risk Solutions. La réunion du Jury est un moment convivial d’échanges entre personnalités de structures différentes (assu- reurs, mutuelles d’assurance, mutuelles, institutions de prévoyance, courtiers, courtiers grossistes, assisteurs, réassureurs, fédérations, médias…), de tailles différentes et de fonctions différentes. Le Jury est en partie re- nouvelé chaque année afin que Les Trophées de l’Assurance continuent de bénéficier d’une totale impartialité. Caroline Soulet, Direction Communication Externe et Institutionnels du Groupe COVÉA précisant « le nombre et la diversité des membres du jury profitent vraiment à l’intérêt des échanges et à la neutralité des résultats ». Quelques tendances ? Cette édition des Trophées de l’assurance démontre véritablement que notre secteur est en mouvement. Un mouvement provoqué certainement par les évolutions (réglementaires, comportementales, …) et par la révolution numérique actuelle, comme le précise Patrick Degiovanni, Directeur Général Adjoint de PACIFICA qui indique « le constat d’un secteur qui se bouge et sait profiter des opportunités offertes par les outils, comme le digital, et les réglementations, comme l’ANI. ». Il n’y a guère d’ambiguïté sur l’engagement de certaines marques, de faire entrer la révolution numérique au cœur de la stratégie de la marque, et en particulier le digital. « Le secteur de l’assurance est digitalement en marche, il n’a pas attendu d’être attaqué de front pour réagir, pas si étonnant finalement… l’anticipation et la gestion des risques sont le cœur de notre métier ! » affirme Magali Noé, Chief Digital Officer de la CNP. Ce palmarès 2015 prouve, si nous en avions besoin que le monde de l’assurance est totalement entré dans l’aire du digital avec des dispositifs « à vraies valeurs ajoutées » qui permettent, en complément de la relation humaine, de déployer des services innovants en amont et en aval des sinistres. Un constat qui n’a pas échappé à Régis Prabonaud, responsable de la communication d’AGÉA « Les assureurs sont des plus imaginatifs et innovants ! Les services aux clients, la santé semblent au cœur des stratégies digitales qui n’oublient pas l’humain. On peut parler véritablement de phygital. ». Dans un écosystème en pleine évolution et devant le bouleversement des modèles d’affaires de certaines industries, les multiples services, proposés aujourd’hui et demain par les acteurs du secteur de l’assurance, seront probablement un des éléments clés, voir décisifs, pour le développement de notre industrie et l’élargissement indispensable de la chaîne de valeur de l’Assurance. TROPHÉE DE L’ASSURANCE : MÉTHODE & TENDANCES
  5. 5. Thierry GOUBY • Journaliste LA TRIBUNE DE L’ASSURANCE Anne GRADVOHL • Directeur Recherche & Développement Groupe INTERIALE Nathalie IRISSON • Responsable Communication et Relations Extérieures GEMA et Secrétaire Générale / GEMA Prévention Jean-Manuel KUPIEC • Directeur Général Adjoint en charge des Relations Extérieures OCIRP Eric LEMAIRE • Directeur de la Communication et de la Responsabilité d’entreprise AXA FRANCE et Président / ASSOCIATION AXA Prévention Hervé MASSIE • Directeur Commercial LESFURETS.COM Stephanie MOGE MASSON • Directeur des Rédactions Groupe EDITIALIS Nicolas MORTEL • Co-Fondateur et Directeur de la Publication SERONI Interactive Marie-Catherine NELTER LEMERCIER • Rédactrice en Chef de Responsabilité Civile et Assurances et Editrice LexisNexis Magali NOE • Chief Digital Officer CNP ASSURANCES Laurent OUAZANA • Président du Directoire CEO Groupe CIPRES et Secrétaire général / Syndicat 10 Régis PRABONAUD • Responsable de la Communication AGEA Marie-Hélène SEGUY • Directeur du Développement Affinitaire AON Risk Solutions Caroline SOULET • Direction Communication Externe et Institutionnel Groupe COVÉA Jean-François TRIPODI • Directeur Général CARTE BLANCHE PARTENAIRES Le jury des Trophées de l’Assurance 2015 est présidé par : Guillaume SARKOZY • Délégué Général de MALAKOFF MÉDÉRIC, Président du Directoire de QUATREM et Administrateur de SCOR SE. Les membres du Jury 2015 : Nathalie BARRE TRICOIRE • Directeur Général Adjoint AGPM (Association Générale de Prévoyance Militaire) Frédéric BOGDAN • Responsable Marketing et Communication MFA (Mutuelle Fraternelle d’Assurances) Sophie CARNEL • Directrice Vente à Distance AG2R LA MONDIALE Nathalie DANIZAN • Directeur Général EOVI Mutuelle MCD Patrick DEGIOVANNI • Directeur Général Adjoint PACIFICA, Filiale d’Assurances Dommages CREDIT AGRICOLE ASSURANCES Cécile DEMAN-ENEL • Directrice du développement RH ALLIANZ France David DUBOIS • Directeur Marketing et Développement RGA International Reinsurance Company Limited Grégoire DUPONT • Secrétaire Général ORIAS Guillaume FICHEFEUX • Directeur Marketing et Communication EUROP ASSISTANCE Pascale GALLEGO • Directeur Vie International, Europe du Sud, Moyen-Orient, Amérique Latine PARTNER RE Pierre GARCIN • Directeur Solutions Assurance NATIXIS Groupe BPCE 98 LE JURY 2015
  6. 6. 11 TROPHÉES INNOVATION CITOYENNE & RESPONSABLE ALLIANZ France « Contact » en langue des signes Solution 100% connectée qui permet au client sourd et malentendant de bénéficier des mêmes services de gestion que le client entendant MAAF Service mobile « Grave, pas grave » Conçue avec le concours du SAMU de Paris, une application qui aide l’utilisateur à détecter les situations médicales d’urgence et réagir efficacement en toutes circonstances Mutuelle Intériale Dépistage innovant de la trisomie 21  Soutien de l’étude menée par l’Hôpital Antoine Béclère (Dépistage prénatal à partir d’une simple prise de sang chez la mère)
  7. 7. 13 TROPHÉES INNOVATION COMMUNICATION ALLIANZ France La plateforme d’indemnisation dédiée aux sinistres sériels Mise en place d’un dispositif combinant numéro vert, guichet unique 24h/7 pour verser de manière rapide et équitable des indemnités aux victimes de sinistres sériels AXA France Switch by AXA #JeVeuxRentrerEn Campagne 100% mobile (jeunes 18-29 ans) axée sur des films viraux et humoristiques pour présenter le service Joker (5 retours en taxi offert/an – retour de soirée) MAIF MAG NET Magazine interne digitalisé et collaboratif qui favorise l’accès à l’information à tous et répond aux usages nomades
  8. 8. 15 TROPHÉES INNOVATION DIGITALE AFA E-Constat Auto Application officielle des assureurs Français permettant aux assurés de remplir un constat amiable en cas d’accident mettant en cause deux véhicules ALLIANZ France Solution Votre Expert vu du ciel  Utilisation des drones pour la gestion de sinistres dans des zones inaccessibles, dangereuses ou interdites d’accès et permettant d’accélérer la procédure d’indemnisation GROUPAMA Assurance habitation étudiants 100% mobile 5 minutes pour assurer son logement. L’étudiant remplit les informations clés, souscrit et paie en ligne et reçoit immédiatement son attestation d’assurance et contrat par email.
  9. 9. 17 TROPHÉES INNOVATION DISTRIBUTION NE PAS ÊTRE PRÉSENTS SUR LES MÉDIAS SOCIAUX ÉQUIVAUT À UN SUICIDE NUMÉRIQUE ! Une équipe jeune, créative, expérimentée, maitrisant parfaitement trois langues différentes et qui privilégie toujours la qualité à la quantité. Localisés aux Etats-Unis et en France, nos collaborateurs sont en proximité avec toutes les dernières innovations en matière de technologie, de stratégie sur les réseaux sociaux et de e-réputation ! Votre marque, vos dirigeants et managers, vos offres, vos promotions, vos actions, vos événements, vos enquêtes, vos récompenses, votre actualité… doivent être vus et partagés par le plus grand nombre. DÉCOUVREZ NOS PACKS ! ORT AFFINITAIRES Wizzas.com Nouveau service d’intermédiation d’assurance en achat groupé sur internet qui propose aux internautes de former une communauté dont les membres vont partager leurs besoins en assurance ALLIANZ France Tarif Express Santé Pro Un tarif en moins d’1 minute après identification de l’entreprise via son seul SIREN ou à défaut sa raison sociale et son code postal MMA L’Appli Collective Nomade Un outil dans le prolongement du travail en agence, disponible sur tablette. Il répond au besoin de mobilité des agents et permet de finaliser le processus de vente
  10. 10. 19 TROPHÉES INNOVATION MARKETING MALAKOFF MEDERIC Démarche Entreprise Territoire de Santé Services innovants aux garanties d’assurance en santé et prévoyance pour conjuguer performance de l’entreprise et bien-être des salariés MAIF Appli Assistant Visites Une application gratuite et accessible à tous, utilisable avant, pendant et après les visites lors de l’achat ou la location d’un logement afin d’éviter les mauvaises surprises AG2R LA MONDIALE Outil Prisme pour la Santé  Un outil permettant la dématérialisation et l’automatisation totale du parcours d’adhésion ANI (tarifer, signer, mettre en gestion, affilier, gérer l’envoi de la carte de tiers payant)
  11. 11. 21 TROPHÉES INNOVATION PRODUITS & SERVICES ALLIANZ France Allianz Crowdfunding Fond dédié à l’equity crownfunding pour accompagner dans le financement innovant et collaboratif de start ups. Allianz s’engage à investir le même montant que ses clients DIRECT ASSURANCE L’assurance auto connectée YouDrive Offre d’assurance automobile connectée « Pay How You Drive » permettant d’obtenir jusqu’à 50% de réduction en adoptant une conduite responsable AXA France Téléconsultation médicale  Consultation de médecine générale par téléphone avec un médecin afin d’aider le salarié à faire le point sur sa situation et lui apporter des réponses adaptées (accessible 24h/24, 7j/7 et partout dans le monde)
  12. 12. 23 TROPHÉES INNOVATION RELATION CLIENTS MALAKOFF MEDERIC Tableau de bord santé de l’assuré Service personnalisé et dynamique d’analyse des dépenses de santé de l’assuré, salarié ou individuel, conçu pour l’aider à piloter et optimiser son budget santé et son parcours de soins CARTE BLANCHE PARTENAIRES Guide des médicaments sans ordonnance Ce guide permet sur une base de 4000 références de rechercher selon 3 critères : symptôme, maladie, ou molécule, le médicament sans ordonnance correspondant au besoin SCOR GLOBAL LIFE Service de sélection en ligne à composante prédictive (SCOR Telemed)    La e-sélection permet aux assurés de réaliser leur déclaration sur internet ou dans un point de vente et d’obtenir une décision d’acceptation automatique en temps réel dans 80% des cas (assurance emprunteur, prévoyance individuelle…) afin d’aider le salarié à faire le point sur sa situation et lui apporter des réponses adaptées (accessible 24h/24, 7j/7 et partout dans le monde)
  13. 13. 25 Le « Trophée de l’Assuré » récompense un produit, un service parmi ceux pré-sélectionnés. Ce prix est décerné par un panel de particuliers. Pour l’édition des Trophées de l’Assurance 2015, les produits et services ont été présentés à 325 particuliers en face à face entre le 18 août et le 8 septembre 2015. Les produits sont présentés de façon anonymisée (marque) aux consommateurs, qui les jugent sur leur dimension innovante, leur dimension originale et leur dimension attractive. Trophée de l’Assuré « Service » Trophée de l’Assuré « Produit » AXA France Téléconsultation médicale Consultation de médecine générale par téléphone avec un médecin afin d’aider le salarié à faire le point sur sa situation et lui apporter des réponses adaptées (accessible 24h/24, 7j/7 et partout dans le monde) GROUPAMA Assurance habitation Jeunes 100% mobile 5 minutes pour assurer son logement. L’étudiant remplit les informations clés, souscrit et paie en ligne et reçoit immédiatement son attestation d’assurance et contrat par email EUROP ASSISTANCE Les solutions prévention santé, solution d’e-sante   Offre d’e-services santé pour « accompagner les individus au quotidien dans une vie en santé ». Conçue avec des professionnels de santé, 10 services proposés en selfcare, accessibles sur tous les supports digitaux (comprendre et agir pour sa santé, évaluer sa situation et s’orienter dans le parcours de soins en intégrant notamment l’utilisation des objets connectés, programme de coaching personnalisés) TROPHÉES DE L’ASSURÉ BANQUE POSTALE Prévoyance Assurance Autonomie de La Banque Postale (AALBP) Offre d’assurance dépendance apportant des garanties autour de trois axes majeurs : maintien domicile avec notamment la visite du facteur, approche intergénérationnelle avec la possibilité d’adhérer au profit d’un tiers, prise en compte de la baisse du pouvoir d’achat au moment de la retraite MAIF La Gamme Epargne Garantie Solidaire Gamme de solutions d’épargne grand public exclusivement solidaire : livrets bancaires solidaires, contrat d’assurance vie solidaire, fonds d’investissement de proximité solidaire DIRECT ASSURANCE L’assurance auto connectée YouDrive   Offre d’assurance automobile connectée « Pay How You Drive » permettant d’obtenir jusqu’à 50% de réduction en adoptant une conduite responsable
  14. 14. 1 - AFFINITEAM / COSTOCKAGE.FR (France) « Couverture contre les risques de stockage de biens » 2 - FLUO (France) « Eviter les doublons en assurances affinitaires » 3 - HYUNDAI MARINE / FIRE INSURANCE (Corée du Sud) « Assurance contre le harcèlement » 4 - INSPEER (France) « Assurance collaborative » 5 - BLABLACAR/AXA (France) « Couverture contre les risques de stockage de biens » 6 - HTC (USA) « Uh Oh » 7 - CHARRETTE ASSURANCE AVIATION (Québec) « Assurance pour les drones » 8 - SOLLY AZAR (France) « Assurer Loin » 9 - GRAS SAVOYE / SACEM (France) « SACEM Plus » 10 - AXE (Porto Rico) « Axe assure la casse des conjointes » Méthodologie TOP 10 Innovation Affinitaire : Une veille a été effectuée des innovations affinitaires en France et à l’International, réalisées entre juin 2014 et juin 2015. Les membres du bureau FG2A se sont réunis le 8 juin 2015 afin de déterminer si les dossiers « produit / service » affinitaires présentés étaient innovants de par la communication, la distribution, la promesse client, le processus de gestion, la relation client. 19 dossiers ont été retenus afin d’être présentés le 3 juillet 2015 à un jury composé de : Patrick Raffort • FG2A Arnaud Hozatte • FG2A Stéphane Savalle • FG2A / Assur n’co Frédéric Odot • Téléperformance Olivier Rindunski • Allianz / Protexia Julien Vignal • Karapass Cédric Thevenot • Gras Savoye Thierry Gouby • La Tribune de l’Assurance Le jury a noté chaque dossier selon trois critères pondérés par des coefficients : réponse à un nouveau besoin pour le prospect / client (3) – impact dans l’acte d’achat et / ou fidélisation (3) et le caractère novateur (2) 27 TOP 10 INTERNATIONNAL INNOVATION AFFINITAIRE La Fédération de tous les acteurs de l’affinitaire. Née de la volonté fédératrice de différents acteurs de la chaîne de valeur affinitaire - assureurs, courtiers, distributeurs, assisteurs, sociétés de services - et forte de plus de quarante membres, la Fédération des Garanties et Assurances Affinitaires est à vos côtés depuis 2012. Interlocuteur privilégié des autorités de contrôle et de régulation du secteur, réunissant tous les métiers et toutes les expertises du secteur affinitaire, la FG2A offre à ses membres un espace d’échange des savoirs et des bonnes pratiques. Formations, groupes de travail, petits déjeuners-débats… Retrouvez tous nos évènements et ateliers sur www.fg2a.com DÉVELOPPER INFORMER ÉCHANGER FÉDÉRER ACCOMPAGNER REPRÉSENTER COMMUNIQUER
  15. 15. 2928 Delphine ASSERAF Jeune Manager de l’année 2015 Allianz France. Delphine Asseraf, vous avez été élue Jeune Manager de l’An- née 2015. Vous succédez au palmarès du Trophée du Jeune Manager de l’Année à Amélie Oudéa-Castera, Directrice Générale Adjointe d’Axa Parti- culiers/Professionnels, Directrice Digital marque et partenariats et à Bertrand Boré, Président d’Expert & Finance. Les talents du digital sont souvent à l’hon- neur dans ce Trophée, qu’en pensez-vous ? Nous vivons une époque extraor- dinaire où les innovations techno- logiques repoussent sans cesse les contraintes techniques que nous avions il y a quelques années et forgent de nouveaux usages. L’en- jeu clé pour le secteur de l’assu- rance est d’appréhender au mieux ces changements de société et les équipes digitales peuvent naturel- lement aider nos entreprises sur ces transformations en menant de front l’accompagnement des colla- borateurs, des clients et des agents généraux. Pouvez-vous nous rappe- ler, les initiatives récentes d’Allianz dans le domaine du di- gital ? Nos initiatives s’inscrivent dans une volonté d’accompagner les nouveaux usages de nos clients : une utilisation massive du mobile au quotidien, une recherche de liberté, une volonté de proximité avec des partenaires engagés et res- ponsables. Aussi, nous améliorons tous les trimestres notre application mo- bile « Mon Allianz mobile » : aujourd’hui, il est possible de télé- charger des attestations, de décla- rer un sinistre, et depuis quelques semaines d’effectuer la déclaration de son relevé kilométrique grâce à un smartphone. L’espace privé s’est aussi considérablement enrichi ces derniers mois pour s’adapter au profil de nos clients. Par ailleurs, nos clients peuvent souscrire une assurance auto ou habitation avec l’aide d’un conseiller en ligne par chat ou par téléphone, d’un agent géné- ral ou totalement en ligne s’ils le souhaitent. Le nouveau parcours auto mis en ligne au mois de septembre permet de réaliser un de- vis personnalisé jusqu’à une sous- cription totalement dématérialisée.. Enfin, nous avons sorti notre offre de télématique « Allianz conduite connectée » accessible à tous et qui récompense les conducteurs ayant une conduite responsable. Quelles ont été, pour la mise en place de ces initiatives, vos principales difficultés ? Je parlerai plutôt de challenges ! L’enjeu est de repenser de nouveaux parcours en intégrant les défis tech- niques. Le nouveau parcours auto a été totalement réécrit avec un de- sign revu, un langage que le client comprend et … un questionnaire 30% plus court qu’avant ! Nous sommes dans une démarche de découverte : nous n’avons pas encore toutes les clés pour mesurer l’impact de ces évolu- tions de comportements sur nos offres mais nous devons tester et faire des choix en permanence et cela est particulièrement vrai dans les domaines de l’économie du partage ou des objets connectés. Le dispositif de l’élection du Jeune Manager de l’Année com- porte trois étapes dont un comité composé de décideurs du secteur puis le calcul d’un indice de visi- bilité numérique pour départa- ger les trois premiers lauréats. Pensez-vous, qu’aujourd’hui la visibilité numérique du talent des managers est indispensable ? et si oui pourquoi ? Les réseaux sociaux se sont installés dans notre quoti- dien et sont devenus de formi- dables outils pour comprendre ce qu’attendent nos clients, échan- ger avec eux, être à l’écoute de leurs attentes, donner de nouveaux leviers aux agents généraux. Il me semble majeur pour engager une nouvelle relation avec nos clients d’en comprendre les codes et donc de s’y impliquer fortement. C’est maintenant que tout commence… Nous voulions tout d’abord vous féliciter puisque vous êtes primé, parmi 176 candidatures. Vous avez reçu une distinction qui valorise votre action, votre innovation. Cela récompense votre travail, il est très important désormais de communiquer sur votre distinction ! Utiliser, en tant que lauréat, le « label » des Trophées de l’Assurance, offre une visibilité et une exposition rentable et durable sur le marché. Ce « label » constitue une réelle valeur ajoutée et renforce votre marque et la stratégie de votre entreprise. Il est indispensable de capitaliser sur votre performance. 9 RAISONS DE VALORISER VOTRE TROPHÉE Que ce soit pour votre communication interne, votre communication externe, votre site web ou pour votre stratégie de social média, votre logo lauréat des Trophées de l’Assurance est indispensable. Pour communiquer, nous mettons à votre disposition, un certain nombre de possibilités. N’hésitez pas à contacter Emmanuelle : el@lestropheesdelassurance.com VOUS DEVEZ VALORISER VOTRE TROPHÉE ! POUR VALORISER LES CAPACITÉS D’INNOVATION ET DE PERFORMANCE DE VOTRE MARQUE ! POUR VALORISER L’ENGAGEMENT ET LA PERFORMANCE DE VOS ÉQUIPES ! POUR VALORISER CETTE PERFORMANCE AUPRÈS DE VOS CLIENTS, DE VOS PARTENAIRES,... ! POUR DIFFÉRENCIER VOTRE MARQUE DE SON PÉRIMÈTRE CONCURRENTIEL ! POUR COMMUNIQUER ET STIMULER VOS ÉQUIPES, VOS RÉSEAUX,... ! POUR CRÉER SUR LES MÉDIAS SOCIAUX DU CONTENU POSITIF SUR VOTRE MARQUE ! POUR FAVORISER, ALIMENTER VOTRE RÉPUTATION ! POUR FACILITER OU CONSOLIDER DES PARTENARIATS ! POUR FAVORISER L’ACTE D’ACHAT DE VOS PARTENAIRES, CLIENTS ! Des acteurs du secteur de l’assurance « Les Talents de l’Assurance » ont été sollicités le 4 juin 2015 pour proposer des Jeunes Manager s’étant illustrées en 2014/2015. Un comité composé de 8 décideurs du secteur s’est réuni le 16 juin 2015 pour un premier vote sur 18 Jeunes managers proposés. Les 3 premiers Jeunes Manager ont été départagés selon leur visibilité digitale en juillet 2015. Un Jeune Manager, moins de 45 ans, qui entre Juin 2014 et Juin 2015 a été remarqué, par exemple pour : • Un engagement prospectif, digital, citoyen… • Une politique et/ou un projet innovant • Un parcours/une progression professionnelle • Une action/initiative • Une technique de management/ gestion innovante
  16. 16. 3130 Jacques RICHIER Personnalité de l’année 2015 Allianz France. Vous êtes, depuis 2010, Prési- dent Directeur général d’Allianz France et membre du comité exécutif du Groupe Allianz. Sans que ce soit un bilan, quelles sont les réussites de votre groupe en France et celles qui vous tiennent particulièrement à cœur ? Vous évoquez 2010 ; en 2010, les priorités étaient claires : le plan stratégique mis en œuvre en 2008 visait à « réussir la crise ». C’est ce que nous avons fait. Nous avons assaini nos fondamentaux tech- niques et financiers, et progressé suivant un plan de compétitivité très ambitieux, qui a mobilisé l’en- semble des collaborateurs Allianz. C’est une fierté d’avoir relevé ces défis ensemble, avec des hommes et des femmes investis qui nous ont permis de « réussir la crise ». A partir de 2011, notre objectif a été de « réussir notre croissance », de renouer avec le développement. 4 ans plus tard, c’est chose faite : nous avons retrouvé le chemin de la croissance dans les grandes branches de notre activité : Auto, Entreprise, et récemment MRH. En 2015, Allianz France est une entreprise en conquête sur l’en- semble de ses marchés. Elle gagne des contrats et des clients. Elle affiche des fondamentaux solides et un niveau de performance éco- nomique de qualité. Elle lance des projets innovants et a une vraie capacité d’investis- sement. C’est une réussite collec- tive ! Dans le même temps, nous avons voulu qu’Allianz France soit pleinement une entreprise de son temps. D’un côté, nous nous sommes adaptés à des change- ments réglementaires majeurs, de l’autre, nous avons intégré les nou- veaux outils que nous offre la révo- lution digitale, qui renouvelle pro- fondément notre relation au client. Alors il reste des défis : faire évo- luer l’Assurance Vie, poursuivre la transformation digitale… C’est pour cela que nous innovons sans cesse ! Mais en 2015, Allianz est une en- treprise attractive en recrutement, et résolument de son temps : leader sur les réseaux sociaux, à l’écoute de ses clients par tous les moyens à notre disposition, de la tablette à la montre connectée. Je dois dire que je suis heureux de vivre cette époque, qui nous lance beaucoup de défis, auxquels nous devons répondre rapidement, mais nous donne aussi des moyens for- midables pour réinventer notre métier d’assureur. Vous évoquiez récemment, dans un entretien dans Le Monde « Ce qui m’intéresse, c’est de transformer, de passer d’une position de challenger à un sta- tut de leader ». Que pouvez-vous nous dire de la transformation d’Allianz France ? Oui, j’ai souvent dit que nous vou- lons être un « market shaper ». Allianz est au rendez-vous du digital, mais veut aller au-delà des dividendes de la technologie : nous voulons être les architectes de ce nouveau marché. Dans son plan stratégique à échéance 2020, Allianz France a fait de l’innovation un axe direc- teur majeur de son développement. Cela s’inscrit dans une dynamique lancée il y a 2 ans. Dès 2013, nous avons créé la direction Digital & Market Mana- gement, qui réunit le Digital et la connaissance client. Notre objectif est clair : atteindre les standards de relation client que les nouveaux entrants ont placé très haut. Nous avons pris le virage du digi- tal et de l’innovation, de façon résolue. Nous l’avons abordé sous tous ses aspects : du contact avec le client à la gestion du contrat, ce qui nécessitait de former tous les collaborateurs. Pour développer le multi-accès, nous avons avancé en étroit parte- nariat avec nos réseaux commer- ciaux, leurs représentants et les salariés. En 2015, nous sommes très pré- sents sur toutes les solutions d’as- surance qui répondent aux nou- veaux besoins et usages, comme l’individualisation de l’offre, l’économie du partage et les solu- tions collaboratives. Aujourd’hui, Allianz France est une entreprise qui se prépare à vivre un XXIème siècle sur des bases saines, animée par un état d’esprit collaboratif porté par des équipes réactives, agiles, et ouvertes aux nouveaux modes de travail. Aujourd’hui, selon vous, quels sont les principaux enjeux du secteur de l’assurance et en particulier pour les assureurs ? Je crois que les 3 grands enjeux auxquels sont confrontés les assu- reurs sont souvent du même type : D’abord, la réglementation. Ensuite, l’environnement écono- mique. Enfin, les demandes des clients. Quelle que soit l’époque, les défis tournent autour de ces trois piliers ! Ceux d’aujourd’hui n’échappent pas à la règle. Côté réglementaire, nous devons apprendre à travailler selon les nouvelles exigences de Solvabi- lité II. Et inventer de nouvelles solutions pour que nos bilans continuent de justifier la rela- tion de confiance de l’assurance vis-à-vis du marché. 2015 PERSONNALITÉ DE L’ANNÉE Pour ce qui est du contexte éco- nomique, nous devons prendre en compte la volatilité des marchés, les taux qui restent durablement bas, et anticiper les risques que cela fait subir à nos bilans. Enfin, nous devons repenser la relation à nos clients dans le nou- veau contexte de la révolution digitale, leur offrir de nouvelles solutions. Confiance, innovation, agilité : Des acteurs du secteur de l’assurance « Action tank – Les Talents de l’Assurance » ont été sollicités le 4 juin 2015 afin qu’ils proposent des Personnalités s’étant illustrées en 2014/2015. Un comité composé de 8 décideurs du secteur s’est réuni le 16 juin 2015 pour un premier vote sur 20 Personnalités proposées. Les 10 premières Personnalités issues de ce vote ont été soumises au vote du Jury des Journalistes le 19 juin 2015. Une personnalité, qui entre Juin 2014 et Juin 2015 a été remarquée, par exemple pour : • Un engagement stratégique majeur • Un engagement sociétal et citoyen et/ou pour l’égalité des chances • Une prise de position, une action majeure • Un parcours professionnel/une progression professionnelle • Des résultats qui ont valeur d’exemple Le Jury des Journalistes : Pascal Beau Espace Social Européen Patrick Lelong France Info Benoit Martin La Lettre de l’Assurance Stephanie Moge Masson Groupe Editialis Marie-Catherine Neltner-Lemercier LexisNexis tout cela ne se fera qu’avec l’appui de l’ensemble des collaborateurs et de nos réseaux de distribution, et leur pleine adhésion à notre projet d’entreprise. Et nous devons le faire tout en vivant pleinement notre époque telle qu’elle est : digitale, interconnectée, de plus en plus polarisée, en anticipant les attentes qui seront celles de nos clients dans 5 ans !
  17. 17. 3332 Une scénarisation désormais indispensable ! Scénario, scénarisation, design et ingénierie pédagogique, au- tant de termes qui témoignent d’une osmose entre des domaines auparavant très cloisonnés, celui des médias, des techno- logies et de l’enseignement- apprentissage. Aujourd’hui, « normaliser » la conception de scénarios pédagogiques dans un souci particulierd’implication de « l’apprenant » afin qu’il déve- loppe une démarche active et des attitudes autonomes est indis- pensable. Il faut impérativement, que les assureurs permettent à leurs clients de virtualiser les béné- fices de leurs offres et services. Les technologies associées aux datas permettent aujourd’hui de démontrer immédiatement tout type de simulation (financière, assurance, prévention,…). Le client ainsi peut matérialiser des scénarios, se projeter dans l’ave- nir et permettre ainsi de voir les solutions concrètes pour amélio- rer certains scénarios. De plus cela crée beaucoup d’émotion chez les clients et les incite à parler d’eux. Nul doute que la scénarisation se développera massivement, dans les années à venir. Il faut utiliser ces technologies (ou- tils plus datas) pour sensibili- ser concrètement les clients. Prenons ici quelques exemples (non exhaustifs) : Les outils de simulation de santé financière. Les outils de simulation de santé financière deviennent des outils in- dispensables d’aide aux décisions. Prenons exemple sur ce que pro- pose une compagnie d’assurance canadienne. Les Canadiens peuvent obtenir leur profil individuel de santé fi- nancière, afin de les aider à com- prendre, analyser et projeter leurs situations financières. La simula- tion est agrégée par des datas et complétée par d’autres datas, par l’intermédiaire de questions spé- cifiques, portant sur les attitudes et comportements du client. Les outils fournissent au client, ainsi des scénarios utiles basés sur leurs niveaux de santé financière et pro- jettent les solutions qui s’offrent à lui. Les outils de simulation du stress et ses conséquences. Pendant des années, l’absence de définition consensuelle et le carac- tère subjectif du stress ont en effet conduit la plupart des acteurs à considérer que l’on ne pouvait pas mesurer ce phénomène. Les cher- cheurs considèrent que le stress n’est pas une maladie mais que son impact sur la santé doit proba- blement être considéré comme un facteur de risque. Dans ce cadre, la mesure du stress est probable- ment un préalable indispensable, sans avoir peur des résultats et en utilisant des instruments scien- tifiquement incontestables. Les instruments de mesure, de dia- gnostics, les grilles d’auto obser- vations existent et permettent de localiser le « stress », de projeter ses conséquences et la plupart du temps de trouver des actions efficaces. Il paraît assez structurant que les assureurs soit en capacité de soutenir le développement de ces outils, de les promouvoir. Les simulateurs de conduite. La distraction au volant est un fac- teur contributif significatif dans les accidents d’automobiles. Avec leurs horaires chargés et leurs utili- sations accrues d’appareils comme les lecteurs de MP3, les assistants numériques, les systèmes GPS, les radios et les lecteurs de disques compacts, les conducteurs distraits deviennent des conducteurs dan- gereux. Les conducteurs doivent absolument prendre conscience à quel point leurs choix et leurs fa- çons de conduire entrent en ligne de compte dans l’augmentation des risques qu’ils font courir à eux-mêmes et aux autres ainsi qu’au final dans le calcul des primes d’assurance. Il convient, là encore, de proposer l’utilisation de simulateur nouvelle génération, dans le cadre de campagnes de sensibilisation à la distraction au volant, la valeur démonstrative de la simulation étant indispen- sable. D’autres exemples de scénarisa- tion, se développent et se déve- lopperont massivement grâce à de nouveaux outils et l’utilisation de datas « publiques et privées ». Permettant en cela de vertueuses conséquences pour l’assureur et ses clients qui ainsi « com- prendront » concrètement leurs besoins d’assurance ainsi que l’offre et/ou le service proposé. Se faire kodakiser, ou se mettre en « mode » Uber ? Le déni, est souvent la première réaction : énormément de marques et de secteurs ont voulu croire qu’ils ne seraient pas impactés par de nouveaux entrants. Désormais les acteurs historiques ont raison de trem- bler. Pour certains, ils voient leur marché fondre comme neige au soleil et pour beaucoup leur rente menacée. Ceux qui ont peur aujourd’hui sont les mêmes qui se sont fait «  naspterisé  »,  «  youtu- bisé  » « netflixisé » «  amazonisé  » « googlisé  » « BlaBlaCarisé », « airbndbisé » « uberisé »,… . La liste, depuis quelque temps, à tendance à s’allonger dange- reusement pour certains acteurs historiques, et ce dans un grand nombre d’industrie : le tourisme, le cinéma, les transports, la musique, l’édition, la banque, … . Instantanéité de l’analyse de données, plateformes web, dématérialisation, désinter- médiation, nouveaux business models sont les leviers d’une nouvelle génération d’entrepre- neurs agiles et décomplexés. Ces « disrupteurs » entreprennent à coups d’innovations technolo- giques en répondant aux imper- fections du marché et en fai- sant fi des offres et des règles en place. « L’ubérisation de l’éco- nomie », contraint les entre- prises qui se réveillent soudai- nement en découvrant que leurs activités historiques risquent de disparaître, à se réinventer et devrait certainement « kodaki- ser » certains acteurs attentistes, aucun secteur ne semblant devoir être épargné. Certaines grandes marques sont contraintes de réfléchir à une parade pour ne pas se faire « kodakiser ». Au même titre que l’ubérisation est liée à un principe d’arrivée d’un nouvel entrant disruptif sur un modèle d’affaires, la kodakisation est-elle, le principe de l’échec d’un leader subissant la disruption de son mo- dèle d’affaires. La prise de conscience est en marche mais les chefs d’entreprise sont confrontés à un dilemme : conserver leur activité en se contentant d’innovations incrémentales ou se démarquer avec des innovations de rupture ? Devoir choisir entre un passé immuable ou se tourner vers un avenir incertain. Clayton Christensen, professeur à Harvard résume : « Embrasser la rupture, c’est tuer son activité sans garantie de réussir dans la nouvelle activité mais igno- rer la rupture c’est aller à une mort certaine à moyen terme ». Personne n’est à l’abri de voir surgir un jour ou l’autre dans son coeur de métier, un acteur disrup- tif. Mais, une fois le principe énon- cé, que faire ? Une des techniques consiste à se mettre soi-même en mode Uber. Même si cela est indispensable, cela sera-t-il suffisant pour éviter la kodakisation de certains ac- teurs du secteur de l’assurance ? La plupart des acteurs de ce mar- ché, au fait de tous les enjeux de leurs marchés et de toutes les technologies, « figés » dans leurs stratégies et contraints par leur histoire, leurs habitudes ou leurs principes, restent néanmoins très attentistes concernant une éven- tuelle bascule de leurs modèles d’affaires. Partant du principe que plusieurs modèles d’af- faires ne peuvent durablement coexister au sein d’une même structure, une des solutions est de déployer l’innovation de rupture dans une nouvelle structure, relativement isolée de la structure principale, et de la laisser développer son modèle d’affaire ! L’ASSURANCE EN MOUVEMENT par Jean-Luc GAMBEY.
  18. 18. 3534 Santé connectée : électrochoc pour l’assureur santé ? Bon nombre de professionnels admettent des bouleversements colossaux à venir intégrant de for- midables opportunités mais aussi de terribles menaces. Les opportunités sont celles d’améliorer la santé, la qualité des soins, de rendre l’indi- vidu éduqué, lucide et acteur de son bien-être. Les menaces peuvent être multiples : les innombrables failles de ces systèmes leurs complexités liées s’ouvrant à l’interconnexion des sous-ensembles, une défiance légitime, des actes de malveillance et de fortes interrogations sur les usages des données personnelles. Au delà de la captation des don- nées, l’interconnexion exponen- tielle de ces différents objets connectés implique une complexi- fication accrue de la structure des réseaux de communication. Les principaux enjeux techniques liés à la transmission de données sont le volume croissant de données à transmettre, la mise en conformi- té des infrastructures et l’intero- pérabilité des réseaux, la qualité de service à assurer (afin de limi- ter la perte de données et l’inter- ruption de service) et les réseaux intelligents, auto-organisés en matière de calcul, de gestion de flux et de traitement d’informa- tion. Objets connectés et Assurance : quels modèles ? On imagine facilement quels effets bénéfiques pourraient avoir ces ob- jets sur le secteur de la santé : me- sures automatisées de l’état de santé d’un patient, y compris à domicile avec des économies substantielles en termes de suivi médical, maintien à domicile de patients âgés, nou- veaux modes de gestion des patients en milieu hospitalier. Les prévisions d’impact sur l’assurance sont elles aussi significatives et permettraient par exemple de développer des modèles d’assurance basés sur l’individualisation des notations et des tarifs, grâce à des données calculées en temps réel. Cepen- dant, ce scénario se heurtera pro- bablement à certains principes structurants de mutualisation des risques. Le scénario le plus probable, à court/moyen terme est celui qui devrait améliorer la sécurité des assurés ainsi que la prévention des risques pour les assureurs. Ainsi, la prévoyance collective, par exemple, pourrait bénéfi- cier des objets connectés pour gagner en efficacité. On décomp- tait, en 2012, plus de 1,1 million de cas d’accidents du travail et de maladies professionnelles en France, correspondants à un mon- tant de prestations versé par l’Assu- rance Maladie de plus de 8 milliards d’euros. Les multiples applications devraient permettre une améliora- tion de la prévention des risques d’accidents et des maladies au tra- vail grâce à une meilleure connais- sance des assurés et de leur com- portement. Les objets connectés pourraient également permettre de réduire la durée des arrêts de tra- vail grâce à un meilleur suivi des patients et de leur observance et enfin d’assurer un retour post-arrêt de travail durable dans l’entreprise, grâce à des actions de prévention pour éviter d’éventuelles rechutes. Quels gains pour les assureurs ? Le point clé est celui de la « rentabilité et/ou du business model associé aux déploie- ments des objets connectés. A aujourd’hui, il semble se dessiner 2 hypothèses potentielles : 1 ) Incitation des assurés à utili- ser les objets connectés dans une logique préventive primaire et de réduction des risques (améliora- tion de la santé et baisse du coût des soins) associé à l’attribution de bénéfices pour l’assuré, en échange de l’accomplissement d’un certain nombre d’activités physiques. 2) Investissements, par les assu- reurs santé, dans les objets connec- tés, soit directement soit au travers de tiers. Les assureurs santé, dans ce cas, peuvent jouer un rôle im- portant dans le contrôle, l’ana- lyse et la vente des données issues des capteurs. Bien sûr, d’autres stratégies peuvent créer de la valeur, par exemple : l’orientation optimisée des assu- rés dans l’offre de soins, donner les moyens aux assurés, de deve- nir acteurs de leur propre santé, permettre une « surveillance » individuelle et partagée de leur pathologie. Il est probable que d’autres scéna- rios vont très rapidement émer- ger ! Les assureurs santé doivent, de mon point de vue, s’engager rapidement et être acteurs de cet électrochoc annoncé ! La prévenance sociale, un business model disruptif pour les Assureurs* ! J’ai résumé récemment la préve- nance sociale par la phrase suivante « la prévenance sociale permet de créer une nouvelle relation écono- mique mais vertueuse avec votre assuré et ainsi d’entretenir une relation prévenante et durable afin d’anticiper et soutenir ses potentiels momentsdefragilité». Bien sûr, j’ai pris le risque de « choquer » certains acteurs qui pourraient me reprocher de proposer et soutenir une réponse « commerciale » à une fragi- lité potentielle ou constatée, et à une de ses conséquences, la souffrance. Mais n’est-ce pas là un des rôles majeurs de l’Assu- reur* ? En France, des millions de per- sonnes sont fragilisées, que ce soit temporairement ou durablement. Dans notre monde contemporain, les faits générateurs de la fragilisa- tion peuvent être multiples et s’en- chaîner : maladie, accident, décès d’un proche, perte ou irrégularité de revenu, rupture familiale, en- dettement, handicap, dépendance, isolement, … . Les personnes fra- gilisées ne naissent pas toujours fragiles mais peuvent le devenir en fonction des conditions qui leur « tombent dessus » : elles risquent de perdent alors leurs protections les unes après les autres : protec- tion de la famille, protection de la santé, protection de l’intimité, protection de la dignité, ... . Le rôle majeur de l’Assureur est de prévoir les risques, de provisionner et de rembourser son assuré, le jour où un sinistre survient.Aujourd’hui, l’assurance remplit toujours ce rôle et va même parfois au-delà. Mais j’ai la conviction que, sans être « intrusif » ou tenir un rôle de « moralisateur », l’Assureur peut entrer dans un processus de « copilotage » vertueux et ainsi entretenir une relation préve- nante et durable avec ses assurés afin d’anticiper et de les soutenir dans les cycles de fragilité, dans les étapes « difficiles » courtes ou durables de la vie, que nous pou- vons, d’ailleurs, tous traverser. Care ou pas care ? Ce qui est très contemporain dans le concept du Care, c’est la volonté de promouvoir une société « adou- cie ». Le care, c’est le souci des autres, mais pas seulement aux plus âgés, mais à tous ceux qui sont en situation de fragilité : il peut concer- ner l’enfance, le stress au travail, les maladies professionnelles, les di- verses formes de précarité (emploi, finances, séparations..) et, évidem- ment, le grand âge. Mais « la préve- nance sociale est autre chose, car elle s’attache à déployer un modèle permettant de réduire potentielle- ment les risques de fragilité, de ses conséquences en cascade pouvant survenir et d’être présent, le mo- ment venu, pour soutenir concrè- tement l’assuré. » La prévenance sociale, une pro- messe globale de sécurisation ! La prévenance sociale, dans son modèle « Assureurs » n’est pas là pour se substituer aux politiques publiques visant à la solidarité (et dont les financements deviennent de plus en plus exsangues), ni à des initiatives individuelles ou « privées » de solidarités nationales ou locales, déjà efficientes et in- dispensables. Cependant devant l’accroissement de ces fragilités, et l’affaiblisse- ment des finances publiques, de véritables stratégies de prévenance sociale peuvent être déployées par les Assureurs et ainsi développer un service global de prévenance sociale. Pour les Assureurs cela permettrait également une proxi- mité sociale « nouvelle généra- tion » avec leurs assurés, une plus forte image solidaire concrète, une meilleure rétention de portefeuille et la création d’un modèle écono- mique disruptif. Le modèle de la prévenance sociale est d’associer UNE PROMESSE GLOBALE dont l’objet est d’être un soutien à la sécurisation de l’assuré et de sa famille. Bien sûr, me direz-vous, il existe déjà des dispositifs. Ils apportent une réponse indemnitaire (et parfois de services) et sont liés à un risque (exemple:garantiespertederevenu, garanties des accidents de la vie,…). Evidemment ces dispositifs sont indispensables. Mais la préve- nance sociale, va bien au-delà, et ce modèle novateur créerait indé- niablement une évolution notable de la chaine de valeur Assurance qui risque potentiellement d’être disruptée (comme d’autres indus- tries), si elle ne se positionne pas dans un écosystème global de sé- curisation de ses assurés. Au-delà des éléments déjà évoqués, la conjonction de l’accessibilité de certaines don- nées numériques (big data) et d’une certaine « disponibilité » de certains réseaux physiques peuvent créer les conditions de la mise en place d’un service global de prévenance sociale. D’ailleurs, le dispositif mis en place par la Banque Postale dans le cadre de son contrat Assurance Autono- mie (avec en plus pour le maintien à domicile, les visites du facteur, la prise en compte de la baisse du pouvoir d’achat avec la baisse de la cotisation de 20%, des services en préventif,…) est probablement un premier pas, qui, si il est une ré- ponse uniquement liée à la perte d’autonomie, est d’une certaine façon, dans l’esprit du modèle de prévenance sociale que j’évoque. Alors passons à l’action ! non ? *le mot Assureur est utilisé dans cet article au sens large et intègre toutes les familles du sec- teur (Assureurs, Institutions de prévoyance, Mu- tuelles d’assurance, Mutuelles 45,…..)
  19. 19. 3736 Identité numérique des décideurs : il faut agir ! L’individualisme est toxique tout comme le collectivisme ! Il s’agit de trouver un nouvel équilibre, un jeu gagnant pour l’individu et gagnant pour le col- lectif. L’individu contribue au col- lectif et sert l’intérêt général parce que c’est aussi dans son intérêt personnel. Dans l’Entreprise 1.0, le collaborateur est contraint de se dissoudre dans le collectif sans pouvoir mettre en avant la richesse de sa singularité. Dans l’Entre- prise 2.0, chacun a la possibilité de construire sa marque personnelle à partir de ses aptitudes, compé- tences et qualités et de la conju- guer avec d’autres marques person- nelles pour son propre bénéfice et celui du collectif. L’individu doit exister dans le collectif et sa contribution doit être reconnue nominativement (rattachée à lui). Mais ce n’est pas le collectif qui peut faire ce tra- vail. Chacun des membres du collectif doit se prendre en charge et devenir autonome pour faire reconnaître sa contribution. L’identité numérique permet à un individu de faire rayonner sa marque personnelle (ses talents, son expertise, ses réalisations, ses réussites,…) au sein de son orga- nisation, dans les réseaux sociaux, les communautés, les équipes ou les projets. Prendre en main son identité numérique n’est pas un luxe ou une activité élitiste mais une nécessité ! Développer son réseau pour aug- menter les opportunités, construire de la cohérence entre son iden- tité physique et virtuelle, mettre en valeur ses talents est essentiel pour quiconque souhaite promouvoir son projet professionnel, son expertise et développer sa notoriété et celle de sa marque ! De plus en cherchant à bâtir sa marque personnelle, son identité numérique, nous sommes amenés à réfléchir sur nous, nos valeurs, nos talents, nos objectifs personnels, ce que nous voulons ap- porter aux autres. Nous renforçons naturellement notre propre image et la développons avec plus de cohé- rence et de conviction. Votre talent doit également être visible on line ! Vous avez conscience qu’en tant que décideur, vous êtes important pour la communication de votre entreprise et : - qu’il convient de construire de la cohérence entre votre talent et votre image numérique, - qu’il est nécessaire de prendre l’initiative (ne pas laisser les « autres » parler à votre place), - que les décideurs sont exposés et par conséquence, leurs marques également, - que votre identité numérique doit être conforme à l’image que vous souhaitez véhiculer, - que la réputation en ligne de votre entreprise passe également par votre présence sur internet, - qu’il est impossible de se cacher dans l’espace numérique - et que la réputation constitue de- puis fort longtemps un enjeu majeur de communication ! Vous avez conscience qu’une présence numérique présente de nombreux avantages : ouverture d’opportunités, développement massif de votre réseau profession- nel, valorisation de vos expertises, visibilité de vos prises de positions, reconnaissance de votre leadership, valorisation de votre marque et gé- nération de contacts influenceurs ! Je peux vous guider dans la construction/gestion de votre identité numérique, préconiser et créer les outils nécessaires, alimenter de contenus (selon vos recommandations) vos outils, optimiser les interactions web permettant une meilleure visibi- lité de vos contenus, analyser la progression de la visibilité et de la qualité de votre identité numé- rique ! Datafication, l’assurance à la tête du client ! Jeremy allume son ordina- teur, un message apparait lors la connexion avec son fournis- seur d’accès « Compte tenu des dernières 757 heures de navigation sur l’ensemble de vos outils, de vos requêtesetdevostéléchargements, nous sommes désormais en mesure de vous proposer votre contrat d’assurance, entièrement per- sonnalisé à vos besoins. Pour voir notre proposition, cliquez ici ! » Justement, « mon assurance allait arriver à son échéance » se dit Jeremy. Il n’y a plus de hasard, cette offre d’assurance « à la tête du client », proposée à Jeremy, tient compte de 37 critères distinctifs identifiés par le fournisseur d’assurances qui, via les datas agrégées et interprétées, savait que son offre arrivait au bon moment et qu’elle avait un scoring de probabilité de correspondance de besoins de 94 %. Par ailleurs, sachant que Jeremy était également attentif, dans son acte d’achat aux évaluations des internautes ainsi qu’à la qualité de la relation clients, le fournisseur d’assurances avait « propulsé », préalablement à la proposition de l’offre, les éva- luations et scoring en question. De quoi convaincre définitivement Jeremy ! Cette assurance ultra personnali- sée, à partir de datas plus consé- quentes qu’un simple formulaire ou un entretien, a été proposée au bon moment, pour la première fois à un client internaute, sans l’avoir contacté par téléphone, lui avoir fait remplir un formu- laire ou lui avoir posé quelques questions via un conseiller. Datafication et non datafiction ! Jeremy est, comme énormément de Français, souvent connecté : sur son PC, sa tablette, sa montre, ou son mobile. Jeremy fait également par- tie de ces Français, de plus en plus matures et nombreux, qui pensent que « quitte à laisser ses traces nu- mériques », autant qu’elles lui per- mettent, plutôt que perdre du temps à rechercher, de disposer en retour d’offres qui correspondent parfai- tement à ses besoins. Aucun four- nisseur d’assurance n’avait jusqu’à présent osé sauter le pas, au simple motif du respect de la vie privée. Cette fois la ligne a été franchie, guerre concurren- tielle oblige et accords d’inter- nautes de plus en plus disposés à l’exploitation et/ou à la monétisa- tion de leurs datas ! Les assureurs s’engagent à peine dans la digita- lisation et la personnalisation du risque, que les voilà entrés de plein pied dans la datafication. Le numé- rique est à l’origine de la révolu- tion dans la collecte massive des données personnelles. Chaque jour, sans toujours le savoir (pour cer- tains), les uns et les autres nous se- mons une multitude d’informations personnelles. Ces données, récol- tées et surtout qualitativement inter- prétées sont une rente pour ceux qui les détiennent. Ce scénario « prospectif » est totalement crédible sur certains risques, cependant il sub- siste 2 inconnus : quand et qui ? Concernant le délai relatif à la réali- sation intégrale de ce scénario, j’ai la conviction que cela arrivera vite et qu’un délai de 2 à 4 ans me semble totalement crédible. La véritable question cependant est : quels sont les acteurs qui vont vendre, de cette façon, l’offre d’assurance ? A aujourd’hui, personne n’est ca- pable d’affirmer avec certitudes quel sera le fournisseur d’assu- rances qui s’engagera dans ce scé- nario et qui propulsera de cette fa- çon, cette offre d’assurance ! Est-ce l’assureur de Jeremy qui, dans le cadre d’une stratégie de fidélisation et/ou de cross selling, a agrégé les datas « client », et les datas numériques de Jeremy. Ou bien est-ce un comparateur, une compagnie d’assurances, un cour- tier, une mutuelle, ou tout sim- plement un « nouvel entrant » qui récupère, agrège, analyse et inter- prète les datas ! En un mot, qui sera le distributeur ? Les distributeurs « traditionnels », tel qu’on les connaît aujourd’hui, ou un nou- vel entrant totalement décom- plexé et agile ? La réponse à cette question, n’est pas aisée, sachant qu’il peut y avoir multitudes de réponses. Cependant, il y a quelques tendances, quelques signaux forts qui peuvent nous permettre d’avoir un début de réponse. A suivre attentivement !
  20. 20. RENDEZ-VOUS L’ANNÉE PROCHAINE POUR 38 Complémentaire santé : chronique d’une disruption annoncée ? Les NBIC, convergence des nano- technologies (N), des biotechnolo- gies (B), de l’intelligence artificielle (I) et des sciences cognitives (C) vont transformer la nature de notre économie et les entreprises qui ne s’adapteront pas, disparaîtront. Ces NBIC vont également considéra- blement bouleverser l’économie de la santé, faisant évoluer l’éco- nomie curative et collective de la santé pour aborder une écono- mie plus prédictive et préventive amenant le concept de médecine personnalisée, aujourd’hui dans toutes les bouches. Et pour cause, outre une demande de plus en plus pressante des patients, la médecine personnalisée doit permettre de ré- pondre à des enjeux économiques énormes : aujourd’hui 70 % des dépenses de santé seraient liées aux maladies chroniques. La pratique de la médecine personnalisée à base de médecine préventive, voire pré- dictive aura à terme, l’objectif de maintenir les individus en bonne santé. Un but qui ne peut être atteint sans avoir accès aux données liées à leurs activités, à leurs habitudes. « 80 % de l’état de santé d’une personne dépend d’elle-même : de son génome, de son environne- ment et de son comportement », déclarait Béatrice Falise-Mirat, polytechnicienne, médecin et délé- guée générale de Medicen qui a pour objectif de faire en sorte que l’Ile-de-France devienne une des trois régions d’excellence dans le monde en médecine personnalisée et translationnelle. Les NBIC vont ainsi considérablement boulever- ser l’ensemble des acteurs de notre santé (hôpitaux, laboratoires, mé- decins, …) et par effets de consé- quence modifier structurellement et durablement l’assurance maladie et les assurances dites « complémen- taires » santé. Les systèmes de production de soins, la médecine de ville, l’hôpital et les systèmes de prise en charge des assurances pu- bliques et privées devront s’adapter et parfois se réinventer ! Schumpeter « le nouveau ne naît pas de l’ancien, mais apparaît à côté de l’ancien et lui fait concur- rence jusqu’à le ruiner » Une révolution s’annonce ? Au- jourd’hui, même si quelques brèches ont été ouvertes pour l’adaptation des offres d’assurance complémentaires santé aux besoins spécifiques, globalement nous co- tisons solidairement sans savoir si nous allons tomber malade… . L’assureur étant aujourd’hui struc- turellement et depuis fort long- temps assis sur un modèle indem- nitaire consistant à encaisser des cotisations permettant de financer les sinistres. Cependant, les NBIC risquent de « changer la donne » et annoncent probablement l’ar- rivée de nouveaux scénarios asso- ciés à certaines disruptions du business model pour les assureurs complémentaires santé. Comme pour beaucoup d’industries, la mu- tation, la disruption d’un modèle n’est pas « chose naturelle ». Alors comment va réagir l’assurance ma- ladie ? les assureurs complémen- taires santé vont-ils se préparer à ces probables mutations ? et dans combien de temps ? est-il possible de prévoir l’arrivée de nouveaux entrants « disruptant » significative- ment la chaine de valeur de l’assu- rance complémentaire santé dans quelques années ? Certes, nous n’avons aujourd’hui que de légers signaux, venant pour la plupart de l’étranger. Mais nous devons être plus que très attentifs, à cette hypothèse de disruption annoncée, qui pourrait faire, par exemple, des assureurs complé- mentaires santé des associés, des acteurs de la préservation de notre capital santé. Ce n’est certes qu’une hypothèse, cependant, nous ne pouvons pas rester hermétiques à ce mouve- ment de fond et faire comme si rien n’évoluait. Nous devons défier nos modes de pensée, nos conventions et nous engager dans l’analyse des scénarios afin d’essayer d’être ac- teurs du changement ! Possible ? www.les-trophees-de-l-assurance.com B U
  21. 21. « Dans la continuïté de nos engagements sur l’innovation, la disruption, nous organisons le T-DAY au sein du palais Brongniard. Congrès centré sur la révolution numérique (digital, big data, objets connectés) et ses impacts majeurs dans la chaîne de valeur assurance et sur les différents scénarios de disruption de l’industrie de l’assurance. » (Emmanuelle Lambijou) TDay-Insurance.com emmanuelle@tday-insurance.com

×