Définition de la simplicité

109 vues

Publié le

Dans cette article, je vous propose une description de la simplicité tel que je la conçois.
Si vous souhaitez en savoir plus sur cette notion, n'hésitez pas à aller faire un tour sur mon blog : http://simplicite-bienetre.fr

Publié dans : Mode de vie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
109
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Définition de la simplicité

  1. 1. Qu'est-ce que la simplicité ? Selon le dictionnaire Larousse, la notion de simplicité se résume à : « Vivre sous une forme dépouillée, sans luxe ». Comme vous l'avez sans doute compris, cette définition ne tient compte que du caractère matériel de la vie c'est-à-dire sur le fait de posséder ou non des objets. Définition quelque peu réductrice, vous ne trouvez pas ? Le fait de ne pas posséder le dernier I Phone serait donc un facteur de dépouillement ? Voici plutôt ma définition de la simplicité : « une manière de vivre l'instant présent sans se soucier des éléments extérieurs tout en respectant sa personne et sa philosophie de vie ». Le monde qui nous entoure nous oblige à toujours aller plus vite, à augmenter la cadence sans pour autant se soucier des conséquences que cela aura dans le futur. La simplicité permet de prendre du recul sur les événements mais également de revenir sur l'essentiel : son bien-être. La simplicité est un art de vivre où l'on ne cherche pas à subir ce que la société cherche à nous imposer via les médias mais plutôt à reconquérir les plaisirs simples de la vie. C'est en partant de cette définition que j'ai construit un plan en 3 phases pour voir la vie d'un œil plus naturel : une consommation raisonnée, prendre du recul pour décider, agir et aller à l'essentiel et enlever le superflu. 1ère phase : rationaliser sa consommation Dans la vie de tous les jours, nous sommes poussés à acheter : la publicité, l'entourage, les magasins, tout est calculé pour que nous devenions un « homo consommationus ». Comment définir « l’homo consommationus » ? Cet individu tout droit sorti de l’ère moderne a besoin de posséder des biens matériels pour être en phase avec sa personnalité. Il suit également avec assiduité les informations à la télévision et n’hésite pas à suivre le mouvement des phénomènes populaires pour se sentir intégrer au monde. Traits de personnalité qui reviennent souvent : • il n’aime pas lire, • il ne réfléchit pas sur le sens de la vie, • il subit sa vie au quotidien en croyant faire des choix qui lui paraisse raisonnable, • il fait un travail qui ne lui convient pas ou s’arrange pour trouver des qualités à ce métier qu’il croit aimer, • il est très négatif et peu ouvert d'esprit. Je reconnais que cette vision de l’être humain est un peu réductrice mais n’y a-t-il pas un ou plusieurs traits de personnalité qui vous ressemblent ou qui ressemblent à un membre de votre entourage ? Plutôt que de subir sa vie en achetant des choses qui n’ont aucun intérêt, posez-vous les questions
  2. 2. suivantes : • Qu’est-ce que j’aime et qui me fait plaisir ? • Pour quelle activité je serai prêt à dépenser une fortune car cela m’apporte quelque chose ? • Qu'est ce qui ne m'est pas utile au quotidien ? • Ne faudrait-il pas que je commence à penser à mon futur dans certains domaines (envies, argent, investissement, travail, famille, etc.) ? Ces questions vous permettront de faire le point sur votre vie et de rationaliser votre consommation en fonction de vos envies. 2ème phase : Décider, agir et aller à l'essentiel Prendre des décisions ou agir n'est jamais simple car nous avons peur de faire un mauvais choix ou simplement de l'échec. Pourtant, il s'agit d'une manière simple de vivre sa vie. Pourquoi ? L'indécision et la procrastination sont complexes. Ce sont des situations confortables où nous n'agissons pas, mais, au fond de nous, nous culpabilisons de ne pas avoir pris une décision. Logiquement, il est tellement plus simple de trancher sur un sujet mais il faut être en phase avec soi-même pour endosser sans difficulté les conséquences de cette décision. Par exemple : Je dois choisir entre un travail sur Lille et un travail à Tokyo. Dans ce cas précis, prendre une décision à la hâte est très difficile car les conséquences des 2 choix ne seront pas les mêmes. Y'a t-il un bon ou un mauvais choix ? Non, il s'agit de VOTRE décision. Ce choix se fera en fonction de vos envies et motivations : rester dans sa région natale et près de sa famille ou découvrir un pays différent. Pour l'action, il s'agit de la même chose : si vous avez envie d'agir, agissez ! Combien de personnes abandonnent de beaux projets à cause de pensées limitantes du genre : « je n'ai pas le temps » « je ne m'en sens pas capable » « je ne suis pas un chef d'entreprise » « je vais perdre la sécurité que j'ai actuellement » Nous ne pouvons pas passer notre vie à se chercher des excuses. Une fois la décision prise, il faut agir et ne pas procrastiner. L'essentiel est de toujours avancer même si cela se fait par petites actions (méthode des petits pas). Cette capacité à reprendre votre vie en main rendra votre vie plus simple. 3ème étape : éliminer le superflu Dans notre vie de tous les jours, nous sommes débordés. Nous travaillons, nous faisons des activités, nous nous occupons de nos enfants, etc. La vie est compliquée.
  3. 3. Pour la rendre plus simple, il est important de réfléchir sur ce qui est essentiel pour vous. Par exemple : Pierre est marié et père de deux enfants en bas âge. Il est salarié (35 heures par semaine), il est bénévole à la Croix Rouge, il pratique le tennis en club, il apprend à jouer de la guitare, il bricole chez lui, il aime jouer avec ses enfants, et voyager avec sa femme. Pierre est donc débordé et sûrement proche de la crise de nerf. Pierre ne fait que subir ses multiples activités. Dès aujourd'hui il doit se poser les bonnes questions : • Quelles activités sont bénéfiques pour moi et mon bien-être ? • Quelles activités deviennent une contrainte ? • Quelles activités sont juste devenues une habitude ? C'est en se posant ces questions que Pierre a fait des choix radicaux : • Activités aimés : voyages, enfants, bricoler, • Activités contraignantes : guitare, • Activités faites par habitude : tennis, bénévole Pierre pourra ainsi conserver les activités qui lui procure du bonheur et du plaisir. Il a simplifié sa vie et il sait qu'en cas de doute, il utilisera de nouveau cette méthode dans les différents domaines de sa vie. Cette définition reprend des principes de vie simples : une consommation raisonnée, un mode de vie qui pousse à l'action et à la décision, une vie sans superflu au quotidien pour se concentrer sur l'essentiel et vivre en harmonie avec soi-même. Je ne nie pas qu'il faut y inclure une notion de richesse : «une richesse intérieure » c'est-à-dire l'accomplissement de soi, combler ses propres besoins et être plus heureux. Pourquoi ne pas essayer ?

×