lettre mensuelle BKB du mois de Février 2011

1 698 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 698
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

lettre mensuelle BKB du mois de Février 2011

  1. 1. www.bourse-maroc.forume.biz Mensuel Février 2011 ANALYSE & RECHERCHE
  2. 2. Mensuel Février 2011 Commentaire de marché 3 • Une performance biaisée par une baisse impromptue 3 • Un marché toujours en quête de profondeur 4 • L’honneur aux valeurs défensives 5 Classement du mois 7 • Screening de la liquidité de la Bourse de Casablanca 6 • Triptyque des Top 20 7 Analyse technique 8 • Une instabilité non prévue qui devrait persister 8 Aperçu économique 9 • Des nuages à l’horizon 9 Faits marquants 11 • Eco-News 11 • Nouveautés sectorielles 15 • Nouvelles de sociétés 21 • Opérations sur le capital 27 • Publication des résultats provisoires 2010 30 • Alertes sur résultats 2010 37 Sélection de valeurs BMCE Capital Bourse 38 Tableau de bord 40ANALYSE & RECHERCHE 2
  3. 3. Mensuel Février 2011 Commentaire de Marché Une performance biaisée par une baisse impromptue Après un début de mois plutôt haussier, la Bourse de Casablanca subit une correction brutale et éphémère en date du 21 février où le MASI clôture à –2,99%, suite aux craintes d’une éventuelle contagion de l’instabilité que connaissent certains pays arabes au Maroc, amplifiées par les événements du 20 février. La combinaison de ces éléments aurait induit le retrait de certains investisseurs étrangers de la cote casablancaise, suivi en cela par un semblant de mouvement de panique des boursicoteurs domestiques. Heureusement, le bon sens a rapidement repris le dessus ; les intervenants se rendant compte de l’ubuesquité de la situation eu égard à l’exception marocaine en termes d’avancée démocratique et de stabilité politique ainsi que des fondamentaux solides tant de son économie que de son marché financier. Dans ces conditions, le Moroccan All Shares Index et le Moroccan Most Active Shares Index gagnent chacun 1,72% durant le mois de février à 12 805,81 points et à 10 469,89 points respectivement. Leurs gains annuels s’élèvent, en conséquence, à +1,19% pour le MASI et à +1,30% pour le MADEX. Le BCEI 20 s’améliore, quant à lui, de 1,49% en février 2011 à 1 330,80 points, portant ses bénéfices cumulés depuis le début de l’année à +0,42%. MASI, MADEX et BCEI 20 depuis le 31/12/2010 Durant le mois de février 2011 Base 100 MASI MADEX BCEI 20 Base 100 MASI MADEX BCEI 20 110 110 108 108 106 106 104 104 102 102 100 100 98 98 96 96 94 94 92 92 90 90 31/12 5/1 10/1 15/1 20/1 25/1 30/1 4/2 9/2 14/2 19/2 24/2 31/1 5/2 10/2 15/2 20/2 25/2 Pour sa part, la capitalisation boursière se monte à MAD 585,6 Md, traitant à 18,7x et à 17,5x respectivement ses résultats prévisionnels 2010 et 2011 et offrant un Dividend Yield estimé à 3,5% en 2010. Hors immobilier, le PER du marché s’établirait à 17,8x en 2010 et à 17,1x en 2011 . E PANALYSE & RECHERCHE 3
  4. 4. Mensuel Février 2011 Commentaire de Marché Un marché toujours en quête de profondeur Côté volumétrie, le flux transactionnel mensuel se fixe à MAD 2,9 Md, en baisse de 32,2% par rapport au mois précédent (et -11,1% sur une année glissante). S’adjugeant la quasi-totalité du négoce (99,2%), le Marché Central a été principalement animé par les échanges sur les valeurs ITISSALAT AL MAGHRIB, ADDOHA, ATTIJARIWAFA BANK et BCP avec des volumes respectifs de M MAD 566,7 (19,8%), de M MAD 557,6 (19,5%), de M MAD 539,0 (18,8%) et de M MAD 358,8 (12,5%). De son côté, le Marché de Blocs abrite une seule transaction en date du 18 février portant sur le titre CNIA pour un montant de M MAD 22,0. Volumes traités au cours du mois de février 2011 M MAD 500 400 300 200 100 0 01/02 04/02 09/02 14/02 17/02 22/02 25/02 Volume MC Volume MB L’honneur aux valeurs défensives L’orientation sectorielle ressort plutôt mitigée en ce mois de février. En tête de peloton, l’indice des « Boissons » affiche une évolution mensuelle favorable de +7,15% à 11 945,83 points. Non loin derrière, le baromètre du secteur « Agroalimentaire & Production » se bonifie de 6,30% à 18 370,02 points. Pour sa part , « l’Immobilier » gagne 4,43% à 42 991,56 points. En bas du tableau et subissant l’annonce d’un profit warning sur les résultats de MED PAPER, l’indicateur de la « Sylviculture & Papiers » s’affaisse de 10,46% à 93,93 points. Dans une moindre mesure, le segment « Distributeurs » se déleste de 5,04% à 20 456,18 points. Pour leur part, les « Sociétés de portefeuille et Holdings » reculent de 2,86% à 6 897,62 points.ANALYSE & RECHERCHE 4
  5. 5. Mensuel Février 2011 Commentaire de Marché Par valeur, BRASSERIES DU MAROC s’apprécie de 14,0% à MAD 2 230,0, redressant en partie ses pertes 2010 à l’approche de la publication des résultats en mars 2011. A MAD 1 420,0, le cours de CENTRALE LAITIERE s’accroît de 10,4%, profitant du double effet du split de son cours ainsi que de la perspective d’une future OPV sur le titre. BRANOMA gagne, quant à elle, 6,7% à MAD 2 560,0, présentant les ratios boursiers suivants : des PER 2010 et 2011 de 17,2x et de 16,1x respectivement et un E P D/Y de 4,3% en 2010. A l’opposé et subissant le climat d’instabilité politique et économique en Tunisie, ENNAKL s’affaisse de 28,5% à MAD 46,5. Dans une proportion moindre, MAROC LEASING recule de 12,0% à MAD 441, suite à la publication de résultats 2010 en deçà des prévisions du Business Plan présenté lors de l’opération de fusion avec CHAABI LEASING. Enfin, OULMES perd 10,6% à MAD 635, poursuivant sa décrue entamée depuis début 2011 et ce malgré l’annonce de la cession de son activité Soda au Groupe indien RJ CORP pour M USD 100. Les plus fortes variations du mois de février 2011 ENN AKL M AR OC LEAS I NG OULM ES M ED P AP ER M EDI ACO M AROC I N VOLYS CI H AU TO HALL REBA B COM P AN Y D I AC S ALAF TAS LI F A CRED ATLAN TA WAFA AS S UR ANCE M A NAGEM AD DOHA LES I EU R CRI S TAL BR ANOM A CENTRA LE LA I TI ERE B RAS S ERI ES DU M AR OC -35% -25% -15% -5% 5% 15% 25%ANALYSE & RECHERCHE 5
  6. 6. Mensuel Février 2011 Screening de la liquidité de la Bourse de Casablanca* Volume MC+ MB Capitalisation Rang Valeur Tx de Cotation Tx de Rotation du Flottant En M MAD 1 CGI 28 842,1 30 336,4 100,0% 370,6% 2 BMCE BANK 13 818,6 41 271,2 100,0% 124,4% 3 ATTIJARIWAFA BANK 20 406,2 81 444,3 99,2% 121,2% 4 BCP 7 615,0 28 151,5 98,0% 155,3% 5 ALLIANCES 3 222,2 8 820,9 100,0% 74,2% 6 CNIA 2 798,9 5 104,9 100,0% 155,2% 7 MANAGEM 2 284,0 7 197,5 99,2% 135,2% 8 ADDOHA 10 995,0 34 350,8 99,6% 43,8% 9 MAROC TELECOM 11 338,4 140 567,3 100,0% 27,7% 10 ATLANTA 1 194,0 4 301,2 100,0% 61,7% 11 CIH 1 567,6 6 845,5 99,2% 56,9% 12 LAFARGE CIMENTS 3 401,4 34 588,8 97,2% 38,6% 13 CIMENTS DU MAROC 2 574,3 16 457,0 94,0% 47,2% 14 DELTA HOLDING 1 430,7 3 771,2 99,2% 66,5% 15 SAMIR 1 183,2 6 925,6 99,6% 30,8% 16 AUTO HALL 1 187,7 3 908,2 97,6% 47,0% 17 ENNAKL 863,0 1 395,0 90,3% 200,0% 18 CMT 1 100,1 2 687,9 92,9% 78,4% 19 SONASID 1 534,3 6 516,9 93,3% 38,7% 20 DISWAY 627,2 942,9 97,2% 101,0% 21 LABELVIE 1 259,5 2 920,7 62,7% 141,9% 22 STOKVIS 348,0 459,8 100,0% 107,7% 23 HOLCIM MAROC 1 587,0 11 367,0 90,5% 24,1% 24 COLORADO 772,0 762,3 87,3% 167,2% 25 SMI 911,0 3 454,7 86,1% 73,6%* Données à fin février 2011 sur une année glissante.ANALYSE & RECHERCHE 6
  7. 7. Mensuel Février 2011 Le triptyque des Top 20 P/E 2011E IB MAROC 6, 6x TIMAR 7, 5x ENNAKL 7, 8x DARI COUSPATE 8, 1x SAMIR 8, 5x MICRODATA 8, 7x HPS 9, 2x CARTIER SAADA 9, 2x MAGHREBAIL 9, 4x MINIERE TOUISSIT 9, 6x ALUMINIUM DU MAROC 9, 7x COLORADO 10, 6x DISWAY 10, 9x MAGHREB OXYGENE 10, 9x SNEP 11, 1x LYDEC 11, 1x EQDOM 11, 4x AUTO NEJMA 11, 5x DELATTRE LEVIVIER 11, 8x PROMOPHARM 11, 9x TOTAL MARCHE 17, 5x P/B 2011E BERLIET MAROC 0, 86x NEXANS MAROC 1, 02x CARTIER SAADA 1, 09x MED PAPER 1, 17x MAGHREB OXYGENE 1, 20x TIMAR 1, 22x SAMIR 1, 30x INVOLYS 1, 35x SNEP 1, 36x IB MAROC 1, 36x CTM 1, 43x SRM 1, 49x RISMA 1, 50x DARI COUSPATE 1, 51x DISWAY 1, 52x ALUMINIUM DU MAROC 1, 53x MAROC LEASING 1, 56x LABEL VIE 1, 56x MAGHREBAIL 1, 57x STOKVIS NORD AFRIQUE 1, 61x TOTAL MARCHE 3, 17x D/Y 2011E MICRODATA 11, 6% IB MAROC 9, 0% ENNAKL 8, 8% M2M Gr oup 8, 0% AGMA LAHLOU-TAZI 7, 9% CTM 6, 9% EQDOM 6, 4% MAGHREBAIL 6, 4% ALUMINIUM DU MAROC 6, 2% LESIEUR CRISTAL 6, 1% STOKVIS NORD AFRIQUE 6, 0% BMCI 5, 9% MAGHREB OXYGENE 5, 8% MAROC TELECOM 5, 6% HOLCIM MAROC 5, 6% PROMOPHARM 5, 5% ACRED 5, 4% HPS 5, 1% SNEP 4, 9% FENIE BROSSETTE 4, 9% TOTAL MARCHE 3, 5%ANALYSE & RECHERCHE 7
  8. 8. Mensuel Février 2011 Analyse technique Une instabilité non prévue qui devrait persister Au cours du mois de février, le MASI a connu une évolution mitigée marquée essentiellement par deux séances consécutives de forte baisse le 18 et le 21 février où il a perdu 4,13% à 12 251,66 points (soit un retracement de 61,8% de la vague haussière entamée depuis août 2010). Depuis, l’indice s’est inscrit dans un mouvement de reprise clôturant ainsi le mois de février sur une performance positive de 1,72% à 12 805,81 points. En termes de prévisions, les indicateurs mathématiques en Daily demeurent négativement positionnés ne permettant pas de confirmer la reprise enregistrée depuis le 22 février. Dans ces conditions, le MASI devrait évoluer dans les semaines à venir dans un intervalle oscillant entre 12 500 points et 12 870 points, soit -1,9% et +1,0% en terme de performance par rapport au cours du 03/03/2011. 150 Average True Range (154.629) 150 100 100 MACD (-25.9226) 0 0 105 Mom entum (98.6676) 105 100 100 95 95 MASI 2010 (12,760.00, 12,764.00, 12,716.00, 12,737.00, -79.0000) 13500 13500 (3) 13000 13000 12500 1 (1) 12500 (4) 12000 (2) 12000 11500 11500 2 11000 11000 10500 10500 10000 10000 1.5 80 1.0 70 0.5 60 0.0 50 -0.5 40 -1.0 30 April May June July August Septem ber October Novem ber Decem ber 2011 February March AANALYSE & RECHERCHE 8
  9. 9. Mensuel Février 2011 Aperçu économique Des nuages à l’horizon Evolution mensuelle du taux dutilisation des c apacités Evolution mensuelle de lIndic e des prix à la consommation de produc tion à fin janvier 2011 à fin janvier 2011 120 77% +1,7% 76% 76% 118 -1,6% 7 5% +3 ,3% -0,7% +0,0% +2 ,6 75% 116 -2,1% +0,4 % 7 4% +2,2% 7 3% 114 +2 ,0% -2,3 % 74 % -1,2 % 73% 112 +0,8% +1,4% -0,6% 71% 71% 72 % 110 +1,4% -0,3 % +0 ,0% +0,9% -0,9 % +0,2 % 71% 71% +0 ,9% -1,0%-0,6 % 108 71% 106 69% +0,0 +0 ,1% -0,1% +0 ,1% 0 ,0% +0 ,0% 104 % +0,1% +0 ,1% -0 ,1% +0 ,0% +0 ,1% +0,4% 68% 102 67% 100 65% f-10 m-10 a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o-10 n-10 d-10 j-11 f-10 m-10 a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o-10 n-10 d-10 j-11 Alimentatio n Produits No n Alimentaires Indice Général Variation de lagrégat de monnaie M3 et de ses c ontreparties Evolution mensuelle de la balanc e commerciale M AD M d M AD M d à fin janvier 2011 à fin janvier 2010 20 30 60% 15 25 55% 10 20 49 ,9% 4 9,4% 48,9% 50% 5 46,9% 4 8,3% 46 ,0% 48 ,9% 49 ,9% 15 46,8 % 47 ,4% 4 8,3% 0 45% 45,9 % 10 -5 40% 5 -10 f-10 m-10 a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o-10 n-10 d-10 j-11 0 35% f-10 m-10 a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o -10 n-10 d-10 j-11 Avoirs extérieurs nets Co nco urs à léco nomie Agrégat de monnaie M 3 Importations CAF Exportations FOB Taux de couverture Evolution des flux extérieurs à fin janvier 2011 Evolution mensuelle de lIndic e des prix à la produc tion M AD M d industrielle à fin janvier 2011 8 155 5,6% 7 150 145 +2,1% 6 1,3% -0 ,3% 140 +0,3 % -0,1% 5 +1,7% -1,2% -0,3% -1,1% 135 +1,2 % 4 +0 ,9% 130 3 125 2 +0 ,1% +0,2% +0,1% -0,1% 120 +0 ,1% -0,3% +0,2% 0,3% 0 ,2% 1 -0,2 % +0,0% -0 ,1% 115 0 110 f-10 m-10 a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o -10 n-10 d-10 j-11 f-10 m-10 a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o -10 n-10 d-10 j-11 Recettes M RE Recettes voyages IDE Industries Extractives Industries M anufacturièresANALYSE & RECHERCHE 9
  10. 10. Mensuel Février 2011 Aperçu économique Le Maroc semble toujours à l’abri d’une dégradation de ses indicateurs économiques tant ses perspectives fondamentales ressortent bien orientées. Les prévisions du Haut Commissariat au Plan rejoignent ce pronostic, estimant que l’économie marocaine devrait enregistrer une croissance de 4,6% en 2011 sous l’hypothèse d’une amélioration de 5% de la valeur ajoutée non agricole et de 2% du PIB agricole. Au volet des échanges extérieurs, la Balance Commerciale ressort en amélioration par rapport au même mois de l’année précédente, fixant le taux de couverture CAF/FOB à 49,9%. Même constat pour les transferts MRE et les recettes de voyages qui s’améliorent de 1,3% et de 10,6% par rapport à janvier 2010. En revanche, les investissements et prêts privés étrangers reculent de 6,4%, établissant les avoirs extérieurs nets du Pays à 7 mois d’importation, au même niveau qu’en 2010. L’orientation favorable de l’économie marocaine a été également confirmée par l’enquête de conjoncture de BANK AL-MAGHRIB. En effet et selon les chefs d’entreprises marocains, la production industrielle ressort en accroissement en janvier 2011 par rapport au mois précédent. Les ventes globales ont été dans l’ensemble orientées à la hausse, en liaison avec l’amélioration des écoulements tant en local qu’à l’étranger. Les pressions inflationnistes demeurent, de leur côté, globalement maitrisées, comme en atteste la légère progression de 0,2% de l’Indice des Prix à la Consommation –IPC– d’un mois à l’autre. Sur le plan monétaire, l’agrégat de monnaie M3 inscrit une hausse de 3,6%, sous l’effet de de l’amélioration de 5,1% des concours à l’économie et de 6,7% des réserves de changes. Toutefois, le spectre d’une inflation importée en raison de la flambée des cours de pétrole et des produits agricoles devrait peser sur le budget de la caisse de compensation pour laquelle l’Etat a accordé une rallonge de MAD 15 Md pour le porter à MAD 32 Md. Cette situation devrait ainsi avoir des conséquences certes positives sur le plan social, mais pourrait déboucher sur : • Soit un creusement du déficit budgétaire, imposant à l’Etat un recours plus important à l’endettement tant local qu’étranger. L’effet d’éviction au niveau domestique pourrait induire une hausse des taux d’intérêt et donc réduire l’investissement privé ; • Soit à un arbitrage au détriment de l’investissement public, un des leviers de la croissance économique du Maroc. En parallèle, la situation politique que connaissent les pays de la région semble, du moins pour le moment, altérer les intérêts économiques du Maroc à travers un fléchissement éventuel de l’activité touristique ainsi que des IDE. L’évocation de ces cas de figure ne nous empêche pas de réitérer notre confiance dans la résilience économique du Pays, comme cela a déjà été prouvé par le passé.ANALYSE & RECHERCHE 10
  11. 11. Mensuel Février 2011 Faits marquants Eco-News Un taux de croissance estimé à 3,3% en 2010 et à 4,6% en 2011 selon le HCP Selon le Haut Commissariat au Plan, l’économie marocaine aurait connu un léger ralentissement en 2010, enregistrant un taux de croissance de 3,3%, contre 4,9% en 2009 et 5,6% en 2008. Cette situation serait imputable à la baisse de 7,1% de l’activité du secteur primaire (vs. +29% en 2009), ayant été compensée par la hausse de 5% de la valeur ajoutée non agricole (vs. +1,3% seulement en 2009). L’orientation favorable du PIB non agricole serait attribuable à l’augmentation de 6,6% de la valeur ajoutée générée par le secteur secondaire (vs.-4,7% en 2009) et, dans une moindre mesure, de 4,4% de celle du secteur tertiaire (vs. 4% en 2009). Côté perspectives, l’économie marocaine devrait enregistrer une croissance de 4,6% en 2011. Les hypothèses retenues sont : • Une amélioration de 5% de la valeur ajoutée non agricole compte tenu d’un accroissement de 2,8% du PIB industriel et de 5,5% des activités de services. Leur contribution dans le PIB devraient se monter à 1,7 points et à 3,3 points respectivement ; • Une progression de 2% de la valeur ajoutée agricole sur la base d’une production céréalière moyenne de 70 millions de quintaux et d’une consolidation des performances des cultures destinées à l’agro-industrie, de l’élevage et de la pêche. Sa contribution dans le PIB devrait basculer au vert à 0,3 points, contre -1,1 points en 2010. Concernant les composantes du PIB en volume, la demande intérieure devrait progresser de 5%, à un rythme inférieur à la moyenne de 7,2% observé sur la période 2006-2009, tandis que la consommation intérieure devrait se hisser de 4,9% en volume. Toujours soutenue par l’effort d’investissement du secteur public, la Formation Brute de Capital Fixe –FBCF- devrait s’accroitre, quant à elle, de 6,5%. Au volet des échanges extérieurs, les exportations de biens et services devraient poursuivre leur dynamisme, enregistrant une progression de 7,9% face à une hausse de 6,3% des importations. Pour sa part, l’épargne intérieure devrait se situer en 2011 à 24,1% du PIB, contre 24,6% une année auparavant. Compte tenu d’une amélioration à 7,8% du PIB des transferts MRE (vs. 6,9% en 2010), l’épargne nationale devrait se chiffrer à 32% du PIB, en amélioration de 0,5 point. Sur le plan monétaire, l’agrégat de monnaie M3 devrait progresser de 9% en 2011, au lieu de 12,6% en moyenne annuelle entre 2005 et 2009 et ce, compte tenu d’une hausse de 10% des crédits à l’économie et d’une stabilité des avoirs nets.ANALYSE & RECHERCHE 11
  12. 12. Mensuel Février 2011 Faits marquants Le Maroc devrait enregistrer au terme du premier trimestre 2011 un taux de croissance de son économie de 4%. Cette progression tient compte d’une amélioration escomptée de 4,4% de la Valeur Ajoutée –VA- des activités secondaires et tertiaires et d’une stagnation de celle générée par le secteur agricole sur la base d’une campagne céréalière de 70 millions de quintaux. FITCH RATINGS : Confirmation de la note souveraine du Maroc avec une perspective stable L’agence de notation internationale, FITCH RATINGS a confirmé sa notation pour le Maroc, avec une perspective stable. Celle-ci ressort à (BBB-) pour la dette en devises. Selon l’agence, le Maroc continuerait de bénéficier de fondamentaux solides en comparaison avec les autres pays de la région. En revanche, le Royaume devrait procéder à laugmentation des dépenses sociales et des charges de compensation afin de lutter contre les inégalités sociales. La confirmation de cette note est également justifiée par la stabilité sociale et politique du Royaume, les efforts entrepris pour la réduction de la pauvreté et la lutte contre le chômage au cours des dix dernières années. CREDITS A L’ECONOMIE : Accroissement de 7,6% à MAD 621 Md à fin 2010 BANK AL MAGHRIB annonce que les crédits à l’économie marquent à fin 2010 une progression de 7,6% comparativement à une année auparavant à MAD 621 Md. Cette évolution trouve son origine dans la progression des crédits à l’équipement, lesquels affichent une amélioration de 16,9% à MAD 135,3 Md. Pour leur part, les crédits immobiliers s’améliorent de 8,7% à MAD 188,3 Md, tiré essentiellement par l’expansion des crédits à l’habitat de 12,9% à MAD 123,9 Md. De leur côté, et pâtissant d’un ralentissement de l’activité immobilière, les crédits promoteurs font du surplace et se stabilisent à MAD 63,9 Md. Les crédits de trésorerie s’affermissent, quant à eux, de 5,9% à MAD 143 Md. Enfin, les crédits à la consommation, se hissent de 8,1% à MAD 32,4 Md. En dépit d’un contexte économique moins favorable, les créances en souffrance du secteur se contractent de 3,7% à MAD 29,8, améliorant de 0,6 point le taux de contentieux d’une année à l’autre à 4,8%.ANALYSE & RECHERCHE 12
  13. 13. Mensuel Février 2011 Faits marquants INDICE DES PRIX A LA PRODUCTION : Progression à fin décembre 2010 L’indice des prix à la production a enregistré au terme du mois de décembre 2010 : • Une augmentation de 2,1% dans le secteur des «Industries manufacturières» résultant notamment de la hausse de 6,5% dans le «Raffinage de pétrole», de 0,8% dans les «Industries alimentaires» et de 0,3% dans la «Fabrication dautres produits minéraux non métalliques» et de la baisse de 1,0% dans l’Industrie du papier et du carton» ; • Une légère hausse de 0,3% dans le secteur des «Industries extractives» et ce, en raison d’une hausse de 0,5% des prix des «Autres industries extractives» et notamment le bitume dont l’indice a augmenté de 5,8% ; • Et, une stagnation dans le secteur de la «Production et distribution d’électricité et d’eau». INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS : Baisse de 2% au terme du T4 2010 BANK AL-MAGHRIB fait état au 4ème trimestre 2010 d’une croissance de 2% des prix des actifs immobiliers résidentiels d’un trimestre à l’autre et de 0,9% comparativement au 4ème trimestre 2009. Cette évolution tient compte d’une quasi-stagnation des prix des appartements et de la baisse de 1,2% et de 3,6% respectivement de ceux des villas et des maisons. En termes de volume, les ventes des biens immobiliers résidentiels immatriculés au niveau de lAgence Nationale de la Conservation Foncière, du Cadastre et de la Cartographie -ANCFCC- accusent une baisse de 16,6% à 11 240 transactions. Par région, la ville de Casablanca accapare 40,5% de l’ensemble des ventes, suivie par Marrakech avec 14,8% et par Tanger avec 11,1%. Par ailleurs, la ventilation par type d’actifs laisse apparaitre une prédominance des cessions d’appartements avec 85% des transactions et ce, dans l’ensemble des villes recensées, à l’exception d’Oujda où les ventes de maisons représentent près de 80%. IPC : Hausse de 0,2% au cours du mois de janvier 2011 selon le HCP Selon les dernières statistiques du Haut Commissariat au Plan –HCP-, l’Indice des Prix à la Consommation –IPC- affiche durant le mois de janvier 2011 une légère hausse de 0,2% et ce, comparativement au mois précédent. Cette variation résulte de la progression de 0,4% de l’indice des produits alimentaires et de 0,1% de celui des produits non alimentaires. Pour les produits alimentaires, les principales augmentations sont relatives aux «huiles et graisses» (+ 2,4%) et aux «légumes» (+1,3%). Néanmoins, les prix se replient de 3,7% pour les «poissons et fruits de mer».ANALYSE & RECHERCHE 13
  14. 14. Mensuel Février 2011 Faits marquants Par ville, les hausses les plus importantes sont enregistrées à Dakhla (+2,1%), à Laâyoune (+1,3%), à Oujda et à Tétouan (+1,0% chacun). En revanche, les prix reculent de 0,6% à Marrakech, de 0,2% à Settat et à Agadir et de 0,1% à Casablanca et à Rabat. Comparativement à une année auparavant, l’IPC s’apprécie de 2,2% suite à la hausse de 4,1% de l’indice des produits alimentaires et de 0,7% de celui des produits non alimentaires. ECHANGES EXTERIEURS : Progression de 23,2% à MAD 38,81 Md à fin janvier 2011 Les échanges commerciaux du Maroc avec l’étranger ont porté sur MAD 38,81 Md à fin janvier 2011, en accroissement de 23,2% par rapport à pareille période une année auparavant. Les exportations se sont appréciées de 19,9% tandis que les importations ont évolué de 24,9%. De facto, le déficit commercial ressort à MAD 13,14 Md (contre MAD –10,08 Md une année auparavant) et le taux de couverture passe de 51,5% à 49,4%.ANALYSE & RECHERCHE 14
  15. 15. Mensuel Février 2011 Faits marquants Nouveautés Sectorielles Monétique 158 millions d’opérations réalisées par cartes bancaires en 2010 pour un montant de MAD 139 Md Selon le Centre Monétique Interbancaire –CMI-, le nombre d’opérations par carte bancaires locales et étrangères se monte à 158 millions pour un montant de MAD 139 Md, en expansion de 17% comparativement à une année auparavant. Parallèlement, le nombre de cartes émises par les banques marocaines augmente de 13,3% à près de 7 millions, dont 6 millions de cartes pour paiement et retrait. Pour sa part, le paiement en ligne sur les sites marchands affiliés au CMI s’élargit de 182% passant de M MAD 104,5 à M MAD 295. Dans ce sillage, le nombre de transactions e-commerce progresse de 3,7x à 295 000. Banques DAMANE ASSAKANE : Expansion de 20% de la production des crédits garantis par le fonds à MAD 2 Md en 2010 La Caisse Centrale de Garantie rapporte que les crédits garantis par le fonds DAMANE ASSAKANE ont atteint un encours de MAD 10,22 Md à fin 2010 en faveur de 66 508 ménages. Pour sa part, la production s’élargit de 20% comparativement à 2009 pour se monter à MAD 2,06 Md, dont MAD 1,3 Md pour le crédit FOGARIM ; le reste étant destiné aux crédits FOGALOGE. De son côté, le montant moyen par crédit ressort en 2010 à MAD 144 000 pour le FOGARIM et à MAD 324 355 pour le FOGALOGE. Rappelons que le fonds DAMANE ASSAKANE regroupe les produits FOGARIM et FOGALOGE destinés respectivement à une population à revenus modeste et/ou irréguliers et à la classe moyenne.ANALYSE & RECHERCHE 15
  16. 16. Mensuel Février 2011 Faits marquants Automobiles VENTES AUTOMOBILES : Croissance de 9,51% à 8 615 unités à fin janvier 2011 Au terme du premier mois de l’année en cours, les ventes automobiles affichent une hausse significative de 9,51% comparativement à une année auparavant, pour s’établir à 8 615 unités vendus dont 7 410 voitures particulières (+8,54%) et 1 205 véhicules utilitaires (+15,87%). Par marque et concernant les voitures particulières, DACIA s’accapare la première marche du podium avec 1 533 véhicules vendus, soit une progression de 17,47% comparativement à fin janvier 2010. En seconde position, la marque française RENAULT voit ses écoulements reculer de 4,19% à 1 166 voitures vendues. Les marques PEUGEOT (780 unités), HYUNDAI (544 unités) et FORD (455 unités) arrivent respectivement en troisième, quatrième et cinquième position du classement à fin Janvier 2011. EQUIPEMENTS AUTOMOBILES : Hausse de 56% des exportations à fin 2010 Selon le Président de l’Association Marocaine pour l’Industrie et le Commerce de l’Automobile –AMICA-, les exportations de la filière composants et équipements automobiles seraient en hausse de 56% en 2010 pour un chiffre d’affaires de MAD 12,0 Md. Cette performance, enregistrée bien avant le lancement de la production de l’usine de RENAULT à Tanger prévue pour 2012, serait redevable aux opportunités offertes par la crise internationale. En effet, durant cette période, les professionnels du secteur ont bénéficié de l’appui des pouvoirs publics permettant de renforcer leur compétitivité au profit d’équipementiers étrangers à travers une optimisation de leurs sources d’approvisionnement. BTP Une valeur ajoutée estimée à MAD 50 Md en 2010 Le Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme estime que pour l’année 2010, la valeur ajoutée du secteur des BTP aurait atteint MAD 50 Md pour une Formation Brute du Capital Fixe –FBCF- de MAD 125,7 Md, soit 50% de la FBCF totale. Pour sa part, la consommation de ciment clôture l’exercice 2010 sur une quasi-stagnation, s’établissant à 14,57 millions. Sur une base mensuelle, la consommation de ciments marque un bond de 31% comparativement au mois de novembre pour s’élever à 1,214 millions de tonnes.ANALYSE & RECHERCHE 16
  17. 17. Mensuel Février 2011 Faits marquants Parallèlement, le nombre d’unités mises en chantier s’élargit en 2010 de 4% à 375 254, dont 211 500 unités sociales. De son côté, le nombre d’unités produites s’élève à 226 425 unités, dont 98 823 d’unités sociales. Télécoms Un taux de pénétration Mobile de 101,49% à fin décembre 2010 Les chiffres publiés par l’ANRT font ressortir un élargissement annuel de 26,4% du parc global Mobile à près de 32,0 millions de clients à fin décembre 2010 (+4,8% par rapport au T3 2010), portant le taux de pénétration au-delà de la barre psychologique des 100% à 101,49% contre 81,18% une année auparavant. 96% des clients Mobile sont en prépayé (+6,45 millions en 2010 et +1,375 millions en séquentiel). Par opérateur, et bien qu’en perte de 7,5 points par rapport à 2009, MAROC TELECOM maintient son leadership avec un total de 16,889 millions d’abonnés (+1,6 millions sur 2010 et seulement +149 000 en T4 2010), correspondant à une part de marché de 52,81%. En seconde position, MEDITELECOM affiche une part de marché de 33,74% contre 37,3% en 2009. Pour sa part et grâce à la mise en service de son activité Mobile, WANA CORPORATE gagne 11,05 points de market share annuelle sur le Mobile à 13,45%. Sur le Fixe, le parc global s’accroît en 2010 de 6,6% à 3,749 millions de clients. Le taux de pénétration s’établit ainsi à 11,9%, en hausse de près de 0,6 point d’une année à l’autre. WANA CORPORATE détient 66,72% de ce marché contre 32,83% pour MAROC TELECOM et 0,45% pour MEDITELECOM. Enfin, s’agissant d’Internet, le nombre total d’abonnés à l’ensemble des services enregistre une croissance de 57,3% à 1 866 963 connexions (+13,4% en séquentiel). Ce segment demeure dominé par l’opérateur historique qui en accapare 56%, suivi de WANA CORPORATE (29,86%) et de MEDITELECOM (14%). Sur la 3G (dont le parc affiche 1 366 472 connexions à fin 2010 contre 707 137 abonnés en 2009), MAROC TELECOM renforce de 16,5 points sa market share pour la porter à 40,18% contre 40,68% pour WANA CORPORATE et 19,14% pour MEDITELECOM.ANALYSE & RECHERCHE 17
  18. 18. Mensuel Février 2011 Faits marquants Pharmacie CONSOMMATION DES MEDICAMENTS : Une progression prévisionnelle de 6,7% à MAD 7,1 Md sur la période 2009-2014 Selon le dernier rapport du cabinet REASERCH & MARKETS relative à l’industrie pharmaceutique marocaine, la consommation de médicaments au niveau local devrait se hisser en moyenne annuelle de 6,7% sur la période 2009-2014, pour s’établir à MAD 7,1 Md en fin de période, dont une hausse de 14,8% estimée sur la seule année 2010. A plus long terme, le cabinet irlandais table sur un TCAM de 5,5% sur la période 2009- 2019 pour s’établir à MAD 8,8 Md in fine. Cette évolution devrait s’expliquer en partie par la hausse escomptée des ventes de médicaments génériques, lesquels accaparent actuellement 25% du marché (vs. un objectif à terme de 70%). Cette étude classe l’industrie pharmaceutique marocaine à la 14ème place sur la région au niveau du Moyen Orient et de l’Afrique et à la 64ème place au niveau mondial, impactée principalement par la faible consommation annuelle de médicaments par habitant. Offshoring OFFSHORING : Un chiffre d’affaires prévisionnel de MAD 12,6 Md pour les centres d’appels à horizon 2013 selon la DEPF La dernière publication de la Direction des Etudes et des Prévisions Financières –DEPF– estime que les centres d’appels –CRM- constitueraient un secteur prometteur pour le développement de l’offshoring au Maroc à horizon 2013. Dans ce sillage, le chiffre d’affaires potentiel du secteur devrait se fixer à MAD 12,6 Md dont 87% concerneraient le marché francophone. Le nombre d’emploi potentiel généré devrait s’établir, quant à lui, à près de 70 000 (dont 60 000 pour le marché francophone). Par type d’activité, l’offshoring des activités des ressources humaines et de la comptabilité-finance se positionne au second rang tandis que les services financiers délocalisés (à forte valeur ajoutée) demeurent faiblement développé par le Royaume. En terme de concurrence, le Maroc serait en compétition avec la Roumanie et la Tunisie.ANALYSE & RECHERCHE 18
  19. 19. Mensuel Février 2011 Faits marquants Tourisme Hausse de 11% du nombre de touristes à 9,3 millions à fin 2010 Au terme de l’année 2010, les arrivées touristiques s’établissent à 9,3 millions de voyageurs, soit une augmentation de 11% comparativement à fin 2009, ce qui correspond à un taux de réalisation de 93% de la vision 2010. Par marché émetteur, le Royaume Uni, la France, l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne affichent des hausses respectives de 45%, 5%, 3%, 15% et 6%. Par ailleurs, le taux d’occupation moyen des chambres a progressé de 3% comparativement à 2009, s’établissant à 44% à fin 2010. Par ville, les principales destinations touristiques du pays enregistrent des performances positives au titre de l’année. En effet, Marrakech, Agadir et Casablanca drainent à elles seules 73% du total des nuitées et affichent des croissances respectives de 15%, 8% et 10%. De même, Tanger, Fès et Rabat sont sur les mêmes tendances positives avec des taux de croissance de 14%, 1% et 10%. Enfin, la station Oujda-Saîdia affiche un taux de croissance de 35%. Sur le plan financier, les recettes générées par le tourisme se sont établies à MAD 56,1 Md, en progression de 6% comparativement à fin 2009. Phosphates Signature d’un contrat d’achat de 500 000 tonnes d’engrais chimiques par an avec la Chine à horizon 2014 Le Groupe OCP vient de signer une convention avec la société chinoise SINOCHEM CORPORATION pour l’exportation de 500 000 tonnes/an d’engrais phosphatés vers la Chine, contre 120 000 tonnes actuellement. Ce contrat, renouvelable par tacite reconduction, devrait prendre fin en 2014. Agro-alimentaire SUCRE : De nouvelles mesures adoptées pour limiter les exportations Visant à sécuriser l’approvisionnement du marché local et à limiter les exportations, le Gouvernement marocain vient d’adopter de nouvelles mesures portant sur la soumission, dans un premier temps, des exportations de sucre à une autorisation préalable pour imposer, par la suite, aux exportateurs de rétrocéder la subvention accordée pour le sucre au profit de la caisse de compensation. Les deux décisions visent à réglementer lopération dexportation du sucre après que le Gouvernement ait constaté, dans le cadre de son suivi constant de la situation de lapprovisionnement du marché national en produits alimentaires, que des quantités importantes de sucre raffiné au Maroc sont exportées à l’étranger.ANALYSE & RECHERCHE 19
  20. 20. Mensuel Février 2011 Faits marquants Pêche Reconduction de l’accord de pêche avec l’UE pour 4 ans Selon la presse économique, le Maroc a décidé de reconduire l’accord de pêche en vigueur depuis mars 2007 avec l’UNION EUROPEENNE –UE- et ce, pour une durée de 4 ans. Cet accord englobe, entre autres, les principes, règles et procédures régissant la coopération économique, financière, technique et scientifique, les conditions daccès des navires communautaires aux zones de pêche marocaines, les modalités de contrôle des pêches dans les zones de pêche marocaines et les partenariats entre entreprises.ANALYSE & RECHERCHE 20
  21. 21. Mensuel Février 2011 Faits marquants Nouvelles de Sociétés Banques ATTIJARI BANK TUNISIE : Décision de justice d’une saisie arrêt des avoirs de PRINCESSE HOLDING... Selon la presse économique, ATTIJARI BANK TUNISIE aurait obtenu une saisie-arrêt des avoirs de PRINCESSE HOLDING pour un montant de M TND 138, soit près de M MAD 803. Cette somme correspondrait à des prêts consentis par ATTIJARI BANK à la Holding et ses filiales. Rappelons que la Holding en question appartient à M. MOHAMED SAKHER EL MATERI, administrateur et détenteur via ENNAKL AUTOMOBILES de près de 2% de la banque. ...Et, Des engagements de MAD 1,8 Md (soit 9,9% du total des engagements) envers les entreprises et les personnes proches de BEN ALI De même, les engagements de la filiale tunisienne du Groupe ATTIJARIWAFA BANK envers les proches de BEN ALI s’élèveraient à M TND 319 (MAD 1,8 Md) dont M TND 200 (MAD 1,2 Md) destinés au financement de l’acquisition de 25% de l’opérateur télécom TUNISIANA par Mr SAKHER MATERI. A ce titre, la banque tunisienne précise que cette opération a été montée selon les standards régissant les project finance et bénéficie des nantissements des actions TUNISIANA. Par ailleurs, la banque ajoute que lors des revues périodiques de ses risques, elle a procédé au déclassement d’anciens crédits liés aux affaires appartenant à ces Groupes. Ces crédits portent sur un montant total de M TND 4 807 (MAD 27,8 Md), dont M TND 4 284 (MAD 24,8 Md) ont été provisionnés. Transport TANGER MED : Doublement des revenus à M MAD 682 à fin 2010 En 2010, le port de TANGER MED cumule un trafic global de 23 millions de tonnes (dont 90% de marchandises conteneurisées), soit le double du volume de 2009. En effet, 2 058 430 de conteneurs Equivalent Vingt Pieds –EVP- ont été manutentionnés en 2010, soit 70% du volume national. Tandis que le port espagnol d’Algésiras enregistre un trafic de 2,9 millions d’unités, en baisse de 20%. Selon TANGER MED PORT AUTHORITY, cette bonne performance s’explique notamment par (i) le dynamisme du trafic conteneurisé à l’échelle internationale (+10,8% par rapport à 2009), (ii) la montée en puissance progressive des 2 terminaux à conteneurs de TANGER MED (soit un taux d’utilisation de 70%) et (iii) la présence d’opérateurs maritimes importants à savoir APM TERMINALS, EUROGATE, MAERSK LINE, CMA CGM, DELMAS et MOL.ANALYSE & RECHERCHE 21
  22. 22. Mensuel Février 2011 Faits marquants Pour sa part, le trafic Import-Export enregistre une progression de 18% comparativement à 2009 avec 54 397 EVP (soit 2,6% du trafic conteneurs du port). Par ailleurs et afin de consolider ses activités, TANGER MED a intégré de nouveaux segments notamment le transport « Passagers » et « Rouliers » ainsi que le trafic des « Marchandises diverses » du port de Tanger Ville. En 2010, le trafic Détroit-Tanger a augmenté de 5,4% (sot 60% de l’ensemble du trafic du Détroit) avec 1,15 millions de passagers et 5 010 véhicules transités. Le trafic routier enregistre, quant à lui, un bond de 2,9x à 99 518 Transport International Routier –TIR-. En terme de perspectives pour l’année 2011, TANGER MED PORT AUTHORITY prévoit une forte croissance pour le trafic conteneur et une augmentation de près de 65% du trafic passagers à 2 millions de personnes. Le trafic TIR du Détroit devrait, quant à lui, se hisser de 50%. Enfin et suite à l’intégration de nouvelles activités, le port de TANGER MED devrait mettre en place en 2011 de nouveaux aménagements et services dédiés aux passagers. Electricité ONE : Obtention d’un prêt bancaire de M EUR 50 pour la construction d’une nouvelle centrale électrique de 72 MW dans la région d’Agadir Afin de renforcer les capacités énergétiques installées au Sud, l’ONE vient de signer une convention de prêt avec la SOCIETE GENERALE d’un montant de M EUR 50, destiné à financer la construction d’une centrale électrique « clé en main » de 72 MW dans la région d’Agadir. Parallèlement, et en vertu de la même convention, la filiale marocaine du Groupe SOCIETE GENERALE, devrait octroyer un prêt supplémentaire de M MAD 162 à l’ONE. Rappelons que la réalisation de ce projet a été confiée à la société allemande « MAN DIESEL & TURBO ». Pêche OMP : Lancement du concept « Sardina.ma » Selon la presse économique, l’OMNIUM MAROCAIN DE PECHE –OMP- devrait lancer à partir du 2ème trimestre 2011 un projet de distribution du poisson surgelé prêt à cuisiner, baptisé « Sardina.ma ». Nécessitant un investissement de M MAD 400, ce nouveau concept devrait concerner la commercialisation notamment de la sardine et d’autres poissons blancs préparés pour la cuisson finale. Les barquettes de poisson d’un kilogramme devraient être vendues à des prix variant entre MAD 12 et MAD 20 l’unité.ANALYSE & RECHERCHE 22
  23. 23. Mensuel Février 2011 Faits marquants Le lancement du projet se ferait dans un 1er temps à Casablanca, avec l’objectif de mettre en place 12 dépôts d’approvisionnement devant satisfaire les besoins de 240 triporteurs munis chacun d’un congélateur mobile. Agro-alimentaire KAYNA GROUP : Investissement de M MAD 150 dans une nouvelle usine de pâtes & couscous à Berrechid La presse économique rapporte qu’un nouvel opérateur intégré dans la production de pâtes alimentaires et de couscous, baptisé KAYNA GROUP, a été créé. Fruit de l’union des minotiers Mohamed ESSALHI et Rochdi BERDAI, le Groupe est spécialisé dans la production et la commercialisation (i) des pâtes alimentaires, (ii) du couscous, (iii) de la farine et (iv) de la semoule. Le Groupe compte à son actif 2 minoteries de blé (une pour le blé tendre et l’autre pour l’orge) ainsi qu’une usine de fabrication de pâtes alimentaires et de couscous. Sis à Berrechid, l’unité de production, démarrée en juillet 2010, est étalée sur une superficie de 2,5 ha et a nécessité un investissement de M MAD 150. Elle dispose d’une capacité de production de 2 400 tonnes / mois tous produits confondus (1 500 tonnes pour le couscous et 900 tonnes pour les pâtes alimentaires). Par ailleurs le Groupe détient une flotte de 16 véhicules pour la distribution des produits. Selon le Top Management, le Groupe est en cours de certification en terme d’hygiène et de sécurité alimentaire pour toutes les étapes de production (HACCP et ISO 22 000 Version 2008). En outre, KAYNA Group escompte se positionner à long terme en tant qu’opérateur important dans la production et la distribution de pâtes alimentaires, de couscous, de farine et de semoule de qualité premium tant sur le marché national qu’international. AIGUEBELLE : Un plan d’investissement quinquennal de M MAD 240 Afin de financer son plan de développement, AIGUEBELLE vient de mettre en place un plan d’investissement quinquennal portant sur un montant de M MAD 240. Cet investissement devrait permettre à la société de tripler sa capacité de production à fin 2011 et la construction d’une nouvelle usine en 2013 pour un montant de M MAD 75. Notons qu’avec un effectif de 300 personnes, AIGUEBELLE génère en 2010 un chiffre d’affaires de M MAD 160 et escompte la réalisation d’un volume d’affaires de M MAD 220 en 2011 jusqu’à atteindre M MAD 630 à partir de 2016.ANALYSE & RECHERCHE 23
  24. 24. Mensuel Février 2011 Faits marquants Immobilier PACK ENERGY : Positionnement du promoteur immobilier sur le logement social Désirant diversifier son activité, le promoteur immobilier PACK ENERGY vient d’annoncer son positionnement sur le segment social. En effet, et à travers sa nouvelle marque « LKAMAT TILILA » dédiée à l’économique, PACK ENERGY entend lancer incessamment des projets de logements sociaux à Fès (au Quartier BENSOUDA) et à Agadir (notamment à Ait Melloul). Rappelons que ce promoteur était jusque là présent sur le haut standing à travers son projet baptisé « LES COLOMBES » à Fès. Étalé sur une superficie de 8 hectares, ce projet se constitue de 69 villas, dune centaine de lots de terrains ainsi que dun espace culturel et de loisirs. ADDOHA / ALEM : Création d’une société commune pour la construction de 37 000 logements Dans le cadre de sa stratégie visant le renforcement de son activité de logements sociaux et pour profiter des mesures incitatives contenues dans la Loi de Finances 2010, ADDOHA vient d’annoncer l’approbation par le Ministère de l’Economie et des Finances et par l’Administration de la Défense Nationale –ADN- de son partenariat avec l’Agence de Logements et d’Equipements Militaires -ALEM- visant à activer le rythme d’accession à la propriété d’un logement au profit du personnel des Forces Armées Royales. A cet égard, une société commune, détenues à parts égales par ADDOHA et l’ALEM, a été créée pour la construction de 37 000 logements (dont 85% d’habitat social et 15% d’intermédiaire) répartis comme suit : 18 500 logements à Casablanca ; 10 600 unités à Oujda ; Et, 8 200 logements à Kénitra. Hors activité tertiaire et sur la base d’un prix de vente de K MAD 250 pour le logement économique et de K MAD 500 pour l’intermédiaire, cette nouvelle société disposerait d’un matelas d’activité portant sur MAD 11 Md sur la période de réalisation des projets annoncés. Automobile RENAULT : Démarrage de l’usine de Tanger en début 2012 Le PDG de RENAULT NISSAN (Carlos Ghosn) a annoncé en date du 10/02/2011 en conférence de presse le démarrage de l’activité de l’usine de Tanger en début d’année 2012 et le doublement de ses capacités de production à partir de 2013. En parallèle, le Top Management de la société a annoncé le retour de NISSAN dans le projet après l’avoir quitté sous l’impact des effets de la crise financière internationale.ANALYSE & RECHERCHE 24
  25. 25. Mensuel Février 2011 Faits marquants Rappelons, par ailleurs, que la capacité initiale de cette usine devrait être de 170 000 unités, dont 10% destinés au marché local et 90% au marché de l’export, notamment vers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Sur le plan stratégique, le Groupe français pourrait également augmenter sa présence en Afrique du Nord, à travers l’ouverture d’une autre usine en Algérie. Pharmacie COOPER PHARMA : Investissement de M MAD 200 dans sa nouvelle unité de production à Nouaceur Selon la presse économique, le laboratoire pharmaceutique marocain COOPER PHARMA aurait alloué une enveloppe globale de M MAD 200 pour la construction d’une nouvelle unité industrielle, destinée principalement à la production de médicaments anti-cancéreux. Devant être opérationnelle à fin 2012, ce nouvel investissement devrait permettre à la société de renforcer ses écoulements à l’étranger, notamment dans les pays du Moyen-Orient. En parallèle, le laboratoire pharmaceutique aurait également acquis une filiale en République Tchèque, devant servir de plateforme d’accès aux autres pays de l’Union européenne et d’Europe de l’Est. COOPER PHARMA serait également en phase de finalisation d’un partenariat avec un laboratoire basé au Chili devant aboutir à la création d’une entité conjointe spécialisée dans le domaine des anti-cancéreux et ce, pour un investissement estimé à M MAD 83,1. Signalons, enfin, que la société a réalisé à fin 2010 un chiffre d’affaires de près de MAD 1,3 Md, dont 12% à l’international. Autres SHELL : Désengagement de la distribution en Afrique Le géant pétrolier anglo-néerlandais a annoncé fin février 2011 la cession de la plupart de ses activités en aval (distribution de produits pétroliers) en Afrique dont le Maroc, au Groupe Suisse VITOL ainsi qu’au fonds d’investissements HELIOS et ce, pour un montant avoisinant les USD 1 Md. SHELL devrait néanmoins continuer de disposer de participations dans ces activités, lesquelles devraient être regroupées dans deux coentreprises. Devant rassembler les actifs de SHELL dans 14 pays africains, la première coentreprise devrait être détenue à hauteur de 80% par VITOL et HELIOS et de 20% par SHELL. Portée à 50% par SHELL et à 50% par VITOL et HELIOS, la seconde coentreprise devrait quant à elle regrouper les usines de fabrication de lubrifiants automobiles de SHELL dans 7 pays.ANALYSE & RECHERCHE 25
  26. 26. Mensuel Février 2011 Faits marquants Signalons que les carburants et autres produits pétroliers concernés par cette transaction devraient continuer d’être distribués sous la marque SHELL. Au Maroc, SHELL emploie plus de 5 000 personnes et dispose de 355 stations services. STATION MOULAY YACOUB : Retrait de la société jordanienne MAWARED de son projet d’extension Selon la presse économique, la société jordanienne MAWARED se serait retirée du projet d’extension de la station MOULAY YACOUB, filiale de CDG DEVELOPPEMENT. Portant sur un investissement de M USD 129 (MAD 1,2 Md), ce projet comprenait, pour rappel, la (i) rénovation du village en maisons d’hôtes, (ii) la transformation de l’hôtel existant SOGATOUR 4 ETOILES en deux établissements (l’un 2 étoiles et l’autres 3 étoiles) et (iii) le développement de deux nouveaux hôtels 4* et 5* pour une capacité additionnelle de 175 chambres et de 25 bungalows de luxe.ANALYSE & RECHERCHE 26
  27. 27. Mensuel Février 2011 Faits marquants Opérations sur le Capital Cession OULMES : Finalisation de la cession de l’activité soda à RJ CORP Le quotidien indien « THE ECONOMIC TIMES » se fait l’échos du rachat par RJ CORP, à travers sa filiale VARUN BEVERAGES, l’un des principaux partenaires embouteilleurs de PEPSICO, l’activité soda auprès de la société LES EAUX MINERALES D’OULMES –LEMO-. Le montant de la transaction devrait s’élever à M USD 100, soit plus de M MAD 810 contre nos estimations oscillant entre M MAD 350 et M MAD 450 (basées principalement sur le poids du segment soda dans l’activité globale de la filiale du Groupe HOLMARCOM). A travers cette opération, RJ CORP s’ouvre l’accès au marché marocain des boissons gazeuses, qui réalise un volume d’activité de USD 1 Md par an, avec une consommation par tête d’habitant de 96 bouteilles par an contre 16 en Inde. A moyen terme, RJ CORP escompte profiter des perspectives de développement qu’offre le marché africain des sodas visant un chiffre d’affaires de USD 1 Md sur les 3 prochaines années. Augmentation de capital STEELCASE MAROC : Augmentation de capital de M MAD 33 le portant à M MAD 40 Selon la presse économique, STEELCASE MAROC, filiale du leader mondial du marché de l’industrie du mobilier de bureau, a convoqué ses actionnaires en Assemblée Générale Extraordinaire en date du 7 février 2011 pour l’augmentation de son capital de M MAD 33 à M MAD 40. Cette injection d’argent frais intervient dans le cadre de la volonté de la société de reconstituer ses fonds propres et d’améliorer son rating vis-à-vis de ses créanciers. Par ailleurs, cette augmentation devrait servir au soutien du plan de développement élaboré depuis 2009. En termes d’investissements, STEELCASE MAROC prévoit d’ouvrir de nouveaux showrooms selon le concept maison « WorkLife » dans d’autres grandes villes du Royaume, à l’instar de ceux de Casablanca et de Rabat. De même pour l’usine de Mohammedia, dont la chaîne d’approvisionnement devrait être renforcée pour répondre à une demande croissante en produits du Groupe, notamment les sièges, les plans de travail, les séparations d’espace et les rangements. LESIEUR CRISTAL / CENTALE LAITIERE : Réduction de leur valeur nominal Afin d’améliorer la liquidité de leur titre et dans le sillage du changement réglementaire de la valeur nominale minimale d’une Société Anonyme, LESIEUR CRISTAL et CENTRALE LAITIERE, ont procédé courant février 2010 à la réduction de la valeur nominale de leur titre de MAD 100 à MAD 10.ANALYSE & RECHERCHE 27
  28. 28. Mensuel Février 2011 Faits marquants Programmes de rachat CDVM : Nouvelle circulaire réglementant les programmes de rachat Le CONSEIL DEONTOLOGIQUE DES VALEURS MOBILIERES –CDVM- vient de mettre en place une nouvelle circulaire régulant les programmes de rachat des sociétés cotées en Bourse et dont la date d’entrée en vigueur est le 1er février 2011. Cette réglementation a pour objet de : • Préciser l’objectif de régularisation de marché et le périmètre de la pratique ; • Renforcer la professionnalisation de la pratique ; • Et, adapter les modalités d’intervention à l’objectif de régulariser le marché notamment (i) la limitation des volumes d’intervention, (ii) l’encadrement des prix d’intervention, (iii) l’instauration de périodes d’abstention et (iv) le passage exclusif par le marché central. En terme de nouvelles règles, la circulaire exige notamment : • Le recours à une société de bourse unique qui doit disposer des moyens et de l’organisation nécessaires au programme ; • L’indépendance de la société de bourse ; • L’intervention dans le cadre du programme est limitée au Marché central ; • La suppression des prix d’intervention (minimum et maximum) fixés à l’avance ; • La limitation des volumes d’intervention à 25% des échanges quotidiens enregistrés sur le Compartiment Officiel ; • L’obtention d’une dérogation à la condition de volume en cas de situation de marché inhabituelle, établissant ainsi le plafond à 50% au lieu de 25% valable pendant les 5 séances de bourse suivant la date de l’octroi de la dérogation ; • La détermination de la période d’abstention fixée au plus tard à 10 minutes (i) avant le dernier fixing, pour les valeurs cotées au multifixing et (ii) avant le fixing de clôture, pour les valeurs cotées en continu ; • Et, la validité des ordres limitée à 1 jour. Concernant les 12 programmes de rachat en cours, le CDVM octroi un délai de 2 mois aux émetteurs afin de se conformer aux dispositions de la circulaire.ANALYSE & RECHERCHE 28

×