lettre mensuelle BKB du mois de Novembre 2010

1 527 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 527
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
24
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

lettre mensuelle BKB du mois de Novembre 2010

  1. 1. www.bourse-maroc.forume.biz Mensuel Novembre 2010 ANALYSE & RECHERCHE
  2. 2. Mensuel Novembre 2010 Commentaire de marché 3 • Du surplace à la Bourse de Casablanca 3 • Un flux transactionnel sauvé par le marché primaire 4 • CNIA-SAADA en tête d’affiche 5 Classement du mois 7 • Screening de la liquidité de la Bourse de Casablanca 7 • Triptyque des Top 20 8 Analyse technique 9 • Une tendance toujours haussière 9 Aperçu économique 10 • Une sérénité confirmée en fin d’année 10 Faits marquants 12 • Eco-News 12 • Nouveautés sectorielles 16 • Nouvelles de sociétés 22 • Opérations sur le capital 28 • Publication de résultats trimestriels 32 Sélection de valeurs BMCE Capital Bourse 34 Tableau de bord 36ANALYSE & RECHERCHE 2
  3. 3. Mensuel Novembre 2010 Commentaire de Marché Du surplace à la Bourse de Casablanca Le bon comportement boursier de CNIA-SAADA au lendemain de son introduction en Bourse semble avoir été insuffisant pour insuffler une nouvelle dynamique de croissance à la Place de Casablanca. En effet, le Moroccan All Shares Index et le Moroccan Most Active Shares Index clôturent le mois de novembre sur des quasi-stagnation, gagnant respectivement 0,23% et 0,27% à 12 224,20 points et à 9 984,59 points. En conséquence, leurs gains depuis le début de l’année ressortent à +17,05% pour le MASI et à +17,96% pour le MADEX. Dans une proportion quasi-similaire, le BCEI 20 affiche une appréciation de 0,26% pour s’établir à 1 279,73 points, portant sa performance annuelle à +24,86%. MASI, MADEX et BCEI 20 Depuis le 31/12/2009 Durant le mois de Novembre 2010 B ase 100 Bas e 100 M ASI M ADEX BCEI 20 MASI MADEX BCEI 20 130 105 125 104 103 120 102 Phase I Phase II Phase III 115 101 110 100 105 99 100 98 95 97 29-10 01-11 04-11 07-11 10-11 13-11 16-11 19-11 22-11 25-11 28-11 Ces évolutions ont toutefois été marquées par trois principales phases à savoir : • Une première phase baissière s’étalant jusqu’au 3 novembre 2010, où le MASI, le MADEX et le BCEI 20 se délestent de 0,53%, de 0,48% et de 0,59% à 12 207,32 points, à 9 973,53 points et à 1 277,32 points respectivement ; • Une seconde étape marquée par un rebond technique allant jusqu’au 19 novembre, durant lequel, le Moroccan All Shares Index et le Most Active Shares Index se renforcent respectivement de 1,61% et de 1,60% pour se fixer à 12 326,38 points et à 10 068,50 points. Parallèlement, le BCEI 20 gagne 1,83% à 1 291,96 points ; • Et, une dernière phase de correction où le MASI et le MADEX perdent respectivement 0,83% chacun, s’établissant à des niveaux respectifs de 12 224,20 points et de 9 984,59 points. Enfin, le benchmark de BMCE CAPITAL perd 0,95% in fine à 1 279,73 points.ANALYSE & RECHERCHE 3
  4. 4. Mensuel Novembre 2010 Commentaire de Marché De son côté, la capitalisation boursière se renforce de MAD 5,4 Md par rapport au mois précédent pour se fixer à MAD 558,2 Md, profitant essentiellement de l’introduction de CNIA SAADA à la côte. A ce niveau de valorisation, le Marché traite à 18,0x et à 16,4x ses résultats prévisionnels 2010 et 2011 et offre un Dividend Yield estimé à 3,4% en 2010. Hors secteur immobilier, le P/E de la Place s’établit à 17,0x en 2010E et à 15,9x en 2011P. Un flux transactionnel sauvé par le marché primaire Brassée à 92,9% sur le Marché de Détails, la volumétrie du mois de novembre 2010 se monte à MAD 5,8 Md, en retrait de 55,1%1 comparativement au mois précédent. Retraité de l’opération relative à la cession de la participation de CAJA MADRID au profit de la SNI, le volume global ressortirait en baisse de 26,7%. Sur le compartiment central, 45,6% du volume échangé porte les valeurs CNIA-SAADA, ATTIJARIWAFA BANK et MAROC TELECOM avec des volumes respectifs de M MAD 1 156,6, de M MAD 716,9 et de M MAD 582. Le Marché de Blocs a, quant à lui, été principalement dynamisé par les échanges sur BRASSERIES DU MAROC, drainant un négoce de M MAD 344,0 (83,1%). Dans une moindre ampleur, BCP et DISWAY polarisent conjointement 16,9% du flux transactionnel pour des négoces de M MAD 58,3 et de M MAD 11,5. Volumes traités au cours du mois de Novembre 2010 M M AD 800 600 400 200 0 01-11 03-11 05-11 09-11 11-11 15-11 19-11 23-11 25-11 29-11 V o lume MC V o lume MB 1 Rappelons que le volume du mois d’octobre intégrait un bloc exceptionnel de MAD 5,0 Md relatif à la cession de la participation de CAJA MADRID (3,42%) au profit de la SNI.ANALYSE & RECHERCHE 4
  5. 5. Mensuel Novembre 2010 Commentaire de Marché CNIA-SAADA en tête d’affiche En tête d’affiche et profitant principalement de l’orientation positive du cours des valeurs SMI et MANAGEM, l’indice du secteur des « Mines» se hisse de 13,9% à 14 663,4 points. De son côté, le baromètre de « Agroalimentaires/Production » se bonifie de 7,8% à 15 542,25 points, suite à la bonne tenue des titres LESIEUR CRISTAL, UNIMER, CARTIER SAADA et COSUMAR durant le mois de novembre. Loin derrière, l’indice du secteur des « Distributeurs» prend 3,57% à 22 975,07 points, capitalisant notamment sur la hausse du cours de LABEL’VIE suite à l’annonce de son acquisition de la chaîne d’hypermarchés METRO. A contrario, et plombé par le repli du titre RISMA le secteur des « Loisirs et Hôtels » se déleste de 5,28% à 1 179,7 points. L’indice du secteur de «l’Industrie Pharmaceutique » se déprécie, quant à lui, de 3,89% à 1 995,22 points suite principalement à la baisse du cours de SOTHEMA. Enfin, le secteur des « Services aux Collectivités » recule de 3,36% à 1 771,41 points négativement impacté par les pertes accusées par LYDEC (-3,36%). Par valeur et en tête de peloton, CNIA-SAADA s’apprécie de 23,6% à MAD 1 290 comparativement à son cours d’introduction le 22 novembre 2010. A ce niveau de cours, la nouvelle recrue de la cote traite à 17,7x et à 15,3x ses capacités bénéficiaires prévisionnelles en 2010 et en 2011 et offre un rendement de dividende estimé à 1,7% en 2010. Pour sa part, LESIEUR CRISTAL s’adjuge 20,5% à MAD 1 398, portant ses gains depuis le début de l’année à +46,39%. SMI poursuit son ascension et se hisse de 19,1% à MAD 1 844, renforçant ses bénéfices 2010 à +139,48%. Au registre des baisses, INVOLYS s’allège de 17,8% à MAD 226, réduisant sa performance year-to-date à +16,55%. Pour sa part, ATLANTA s’effrite de 11,5% à MAD 77, basculant au rouge sa contre-performance annuelle à –7,92%. De son côté, RISMA s’effrite de 7,7% à MAD 276. Enfin, OULMES se défait de 6% à MAD 536 et présente les ratios boursiers suivants : Des PER 2010E et 2011P de 21,6x et 21,0x et un Dividend Yield estimé à 2,8% en 2010.ANALYSE & RECHERCHE 5
  6. 6. Mensuel Novembre 2010 Les plus fortes variations du mois de novembre 2010 INV OLY S A TLA NTA RISMA OULMES HPS SOTHEMA EQDOM IB MA ROC ENNA KL MEDIA CO MA ROC MINIERE TOUISSIT CIH COSUMA R CA RTIER SA A DA MA NA GEM LA BEL V IE UNIMER SMI LESIEUR CRISTA L CNIA SA A DA -30% -20% -10% 0% 10% 20% 30%ANALYSE & RECHERCHE 6
  7. 7. Mensuel Novembre 2010 Screening de la liquidité de la Bourse de Casablanca* Volume MC+ MB Capitalisation Rang Valeur Tx de Cotation Tx de Rotation du Capital En M MAD 1 CGI 28 985,5 31 661,8 100,0% 44,7% 2 ATTIJARIWAFA BANK 27 212,1 67 963,5 99,2% 27,3% 3 BCP 6 771,1 25 718,8 98,0% 28,6% 4 ADDOHA 11 862,1 32 791,5 100,0% 16,9% 5 BMCE BANK 10 756,6 39 654,4 100,0% 13,1% 6 ALLIANCES 3 139,6 9 196,0 100,0% 18,1% 7 MANAGEM 1 769,4 5 147,2 98,8% 27,0% 8 MAROC TELECOM 10 772,6 129 358,9 100,0% 4,1% 9 CIH 2 158,1 7 685,9 99,2% 13,9% 10 DELTA HOLDING 1 573,8 4 072,5 99,6% 20,6% 11 ENNAKL 787,9 2 089,8 100,0% 44,8% 12 CMT 1 243,3 2 485,9 92,5% 31,1% 13 CREDIT DU MAROC 4 042,1 7 536,6 54,9% 28,2% 14 LAFARGE CIMENTS 3 173,1 38 082,7 96,4% 4,8% 15 CIMENTS DU MAROC 3 027,6 17 583,1 91,3% 9,5% 16 ATLANTA 1 235,1 4 634,7 100,0% 10,7% 17 AUTO HALL 1 141,3 4 389,6 97,6% 12,7% 18 SAMIR 1 214,5 7 127,9 99,6% 7,0% 19 DISWAY 576,9 1 052,3 97,6% 28,6% 20 HOLCIM MAROC 1 645,8 11 493,3 88,1% 8,9%* Données à fin novembre 2010 sur 1 année glissante.ANALYSE & RECHERCHE 7
  8. 8. Mensuel Novembre 2010 Triptyque des Top 20 P/E 2010E B ERLIET M A ROC 4 ,5 x DELA TTRE LEVIVIER M A ROC 6 ,1x NEXA NS M A ROC 8 ,0 x M ICRODA TA 8 ,6 x DA RI COUSP A TE 9 ,1x M A GHREB A IL 9 ,1x IB M A ROC.COM 9 ,3 x M INIERE TOUISSIT 10 ,1x CA RTIER SA A DA 10 ,3 x SA M IR 10 ,9 x M A GHREB OXYGENE 11,1x TIM A R 11,2 x EQDOM 11,4 x A LUM INIUM DU M A ROC 11,6 x P ROM OP HA RM S.A . 12 ,2 x COSUM A R 12 ,4 x LYDEC 12 ,6 x A UTO NEJM A 12 ,8 x SNEP 13 ,4 x ENNA KL 13 ,4 x TOTA L M A RCHE 18 ,0 x P/B 2010E NEXANSMAROC 0, 9x BERLIET MAROC 1, 0x MAGHREB OXYGENE 1, 2x CARTIER SAADA 1, 3x MED PAPER 1, 4x CTM 1,4x INVOLYS 1,4x REALIS. MECANIQUES 1, 4x RISMA 1,5x SNEP 1, 5x MAGHREBAIL 1, 5x SAMIR 1,6x TIMAR 1, 6x BCP 1, 7x DELATTRE LEVIVIER MAROC 1, 7x TASLIF 1,7x ALUMINIUM DU MAROC 1, 8x DARI COUSPATE 1, 8x DISWAY 1, 8x IB MAROC.COM 1, 9x TOTAL MARCHE 3,3x D/Y 2010E MICRODATA 11,5% DELATTRE LEVIVIER MAROC 8,7% AGMA LAHLOU-TAZI 7,2% MAGHREBAIL 7, 1% CTM 7, 1% IB MAROC.COM 6,9% MAGHREB OXYGENE 6, 2% ITISSALAT AL-MAGHRIB 6,1% EQDOM 6,1% LESIEUR CRISTAL 6,0% COSUMAR 5,8% M2M Gr oup 5, 6% ACRED 5,6% PROMOPHARM S.A. 5,5% HOLCIM ( Mar oc ) 5, 3% CENTRALE LAITIERE 5,2% ALUMINIUM DU MAROC 5, 2% BMCI 5, 1% STOKVISNORD AFRIQUE 5, 1% AFRIQUIA GAZ 5,0% TOTAL MARCHE 3,4%ANALYSE & RECHERCHE 8
  9. 9. Mensuel Novembre 2010 Analyse technique Une tendance toujours haussière Quasi-stagnation du MASI au cours du mois de novembre ; l’indice majeur de la Place ayant évolué autour de sa moyenne mobile à 20 jours, soit entre 12 150 points et 12 320 points, pour clôturer le mois sur une légère performance de +0,23%. Le MASI amorce, toutefois, début décembre un rebond technique lui permettant de gagner 1,88% en quatre séances atteignant 12 343,15 points le 2 décembre 2010. MACD (63.1054) 100 100 0 0 100 Average True Range (86.6937) 100 105 Mom entum (102.174) 105 100 100 13200 MASI 2008 (12,415.00, 12,529.00, 12,415.00, 12,501.00, +97.0000), Tem a (12,356.74) 13200 13100 13100 13000 13000 12900 12900 12800 12800 12700 12700 12600 12600 12500 12500 12400 R 12400 12300 12300 12200 12200 12100 R 12100 12000 12000 11900 11900 11800 11800 11700 11700 11600 11600 11500 S 11500 S 11400 11400 11300 11300 11200 11200 11100 11100 11000 11000 10900 10900 10800 10800 10700 10700 10600 10600 10500 10500 10400 10400 10300 10300 10200 10200 1.5 Volum e (0), Relative Strength Index (70.4884) 1.5 1.0 1.0 0.5 0.5 0.0 0.0 -0.5 -0.5 -1.0 -1.0 0 17 24 31 7 14 21 28 5 12 19 26 2 9 16 23 30 6 13 20 27 4 11 18 25 1 8 15 22 29 6 13 June July August Septem ber October Novem ber Decem ber En termes de prévisions, le MASI devrait poursuivre sa reprise en ce début de mois de décembre s’orientant vers les 12 500 points. L’indice devrait se stabiliser à ce niveau de cours qui représente le plus haut atteint depuis octobre 2008. Une rupture à la hausse de ce seuil confortée par d’importants volumes pourrait diriger le MASI vers les 12 750 points. Au niveau des indicateurs mathématiques, ceux-ci demeurent favorablement orientés à moyen terme confortant la tendance haussière entamée depuis le mois d’août 2010.ANALYSE & RECHERCHE 9
  10. 10. Mensuel Novembre 2010 Aperçu économique Une sérénité confirmée en fin d’année Evolution mensuelle du taux dutilisation des c apac ités Evolution mensuelle de lIndic e des prix à la c onsommation de produc tion à fin oc tobre 2010 à fin oc tobre 2010 120 77% +1,7% 76% 76% 118 +3,3% 116 - 0,7% +0,0% +2,6% 75% +2,2% 114 +2,0% -2,3% 73% 73% -3,7% - 1,2% 112 72% 72% +0,3% +0,8% - 1,0% +1,4% 71% 71% 72% 110 +1,4% - 0,3% +0,0% 71% 71% +0,9% -1,0% +0,9% 71% 108 -1,6% +0,2% -0,6% -0,5% 106 69% -0,1% 0,0% +0,0% +0,0% +0,1% +0,1% 69% 104 68% +0,0% +0,4% +0,1% +0,2% -0,1% +0,1% 67% 102 100 65% n-09 d-09 j-10 f-10 m-10 a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o-10 n-09 d-09 j-10 f-10 m-10 a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o-10 Alimentation P roduits Non Alimentaires Indice Général M AD M d Evolution des flux extérieurs à fin oc tobre 2010 Evolution mensuelle de lIndic e des prix à la produc tion industrielle à fin oc tobre 2010 8 150 7 145 1,3% +0,3% - 0,1% -1,1% 6 140 +1,7% +2,1% +1,2% - 1,2% -0,3% 5 0,0% 135 - 0,3% +0,9% 4 130 3 125 -0,1% +0,1% +0,2% +0,1% - 0,1% +0,1% 2 120 -0,3% +0,2% 0,3% -0,2% +0,0% -0,5% 1 115 0 110 n-09 d-09 j-10 f-10 m-10 a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o-10 n-09 d-09 j-10 f-10 m-10 a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o-10 Recettes M RE Recettes voyages IDE Industries Extractives Industries M anufacturières Variation de lagrégat de monnaie M3 et de ses c ontreparties Evolution mensuelle de la balanc e c ommerc iale à M AD M d M AD M d à fin oc tobre 2010 fin oc tobre 2010 20 30 60% 15 25 55% 51,5% 10 49,9% 20 49,3% 48,2% 48,7% 50% 5 46,8% 46,9% 47,4% 15 46,0% 45,9% 43,4% 45% 0 42,6% 10 -5 40% 5 -10 n-09 d-09 j-10 f-10 m-10 a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o-10 0 35% n-09 d-09 j-10 f-10 m-10 a-10 m-10 j-10 j-10 a-10 s-10 o-10 Avoirs extérieurs nets Concours à léconomie Agrégat de monnaie M 3 Importations CA F Exportations FOB Taux de couvertureANALYSE & RECHERCHE 10
  11. 11. Mensuel Novembre 2010 Aperçu économique Pas de changement majeur dans l’orientation de l’économie marocaine à fin octobre 2010. Son profil de résistance semble bien tenir le cap, en dépit des craintes de récession économique qui planent à nouveau sur l’UE, principal partenaire économique du Maroc, du fait de la crise irlandaise et du manque de confiance de la part des investisseurs internationaux à l’égard de la capacité du Portugal et de l’Espagne à surmonter leurs problèmes économiques et financiers. Cette situation est, encore une fois, paradoxale au regard de la relance des commandes européennes aux industries marocaines des équipements automobiles et électroniques, signes précurseurs en principe d’une relance éminente de la consommation en Europe et, par conséquent, de ses principales économies. La dynamique des exportations marocaines est du reste, et heureusement, également dopée par la forte demande des économies émergentes, notamment des pays BRIC*, émanant des besoins de leur agriculture et de leur industrie des produits de consommation courante, profitant largement à nos écoulements de phosphates à des prix davantage vigoureux. La combinaison de ces facteurs induisent une amélioration notable des échanges extérieurs de l’économie marocaine, matérialisée par l’amélioration du taux de couverture de 5,2 points comparativement à la même période une année auparavant. En parallèle, la hausse des recettes MRE et des revenus de voyages de 7,7% et de 6,6% respectivement semble compenser la baisse des investissements et prêts privés étrangers de 0,1%, permettant de maintenir le niveau des réserves de change à MAD 188,4 Md, soit 7 mois d’importations. Sur le plan industriel, le taux d’utilisation des capacités de production ressort toujours à un niveau soutenu de 76%, dans un contexte de stabilisation de l’indice des prix à la production. En revanche, le niveau général des prix affiche une légère hausse de 0,8% durant le mois d’octobre, reflétant l’impact de l’entrée en vigueur du nouveau code de la route, ayant induit une baisse de la disponibilité des capacités de transport, face aux nouvelles sanctions en cas de non respect du tonnage règlementaire. Enfin, sur le plan monétaire, lagrégat M3 se renfonce de 5,7% en glissement annuel. Cette évolution tient compte de l’augmentation de 11% des créances sur l’économie, ayant notamment compensé le repli de 3,9% des créances nettes sur l’administration centrale, en relation avec l’amélioration de la position nette de l’administration centrale auprès de BANK AL-MAGHRIB. En un mot, la sérénité reste de mise pour l’économie marocaine à la veille de la ratification par le pouvoir législatif de la loi de finance 2011, tout aussi volontariste que celle de 2010. *Brésil, Russie, Inde et Chine.ANALYSE & RECHERCHE 11
  12. 12. Mensuel Novembre 2010 Faits marquants Eco-News RECETTES FISCALES : Légère baisse à fin septembre 2010 Selon la Direction des Etudes et des Prévisions Financières -DEPF- et au terme des neuf premiers mois de 2010, le taux de réalisation des recettes fiscales ressort à 79% dont (i) 73,6% pour les impôts directs, (ii) 84% pour les impôts indirects, (iii) 88,4% pour les droits de douane et (iv) 75,4% pour les droits d’enregistrement et de timbre. En terme d’évolution, les recettes fiscales enregistrent une légère baisse de 0,9% par rapport à fin septembre 2009. Cette évolution est imputable au repli de 14,6% des recettes des impôts directs, laquelle a été compensée par la hausse de 14% des revenus issus des impôts indirects, de 8,6% des droits de douane et de 4,2% des droits d’enregistrement et de timbre. La baisse des recettes des impôts directs s’explique par la baisse de 18,2% à MAD 29,4 Md des revenus de l’IS combinée à la contraction de 8,9% à MAD 18,4 Md des recettes de l’IR. L’augmentation des recettes des impôts indirects est attribuable, quant à elle, à la hausse de 17,9% des recettes de la Taxe sur la Valeur Ajoutée –TVA- ainsi qu’à l’accroissement de 6,3% des recettes de la Taxe Intérieure de Consommation -TIC-. BALANCE COMMERCIALE : Un taux de couverture de 74,6% à fin octobre 2010 Les dernières statistiques de l’Office des Changes font ressortir une amélioration du taux de couverture des importations par les exportations de 1,9 points à 74,6%, au terme des dix premiers mois de l’année en cours comparativement à la même période en 2009. Néanmoins, le déficit commercial s’aggrave de 6,0% pour se fixer à MAD 70,9 Md. Les exportations de biens et de services progressent, en effet, de 17,0% à MAD 208,3 Md, consécutivement à la hausse des exportations de phosphates et dérivés de 87,2% à MAD 29,3 Md. En parallèle, les exportations hors phosphates et dérivés se bonifient de 15,2% à MAD 91,8 Md, notamment grâce à l’appréciation des exportations des produits bruts d’origine minérale, animale et végétale de 85,6% à MAD 14,8 Md et l’extension des exportations des produits finis d’équipements de 28,9% à MAD 18,0 Md. Dans une moindre mesure, les importations de biens et de services s’accroissent de 14,0% à MAD 279,2 Md. En effet, les importations de marchandises, se sont chiffrées à MAD 245,6 Md, en augmentation de 13,5%. Cette situation est principalement imputable à l’élargissement des importations de pétrole de 58,5% à MAD 20,6 Md, suite à la hausse de 37,6% à MAD 4 711 / tonnes du prix moyen d’achat du baril. De leur côté, les importations hors pétrole se sont établies à MAD 225,0 Md, en expansion de 10,6%. Les autres composantes de la balance de paiement laissent apparaître des recettes touristiques en amélioration de 6,6% à MAD 47,2 Md, des revenus MRE en progression de 7,7% à MAD 45,1 Md et des IDE en appréciation de 1,7% à MAD 24,1 Md.ANALYSE & RECHERCHE 12
  13. 13. Mensuel Novembre 2010 Faits marquants En revanche, les avoirs extérieurs nets se replient de 2,2% à MAD 188,4 Md en raison du recul des avoirs extérieurs nets des autres institutions de dépôt à l’exception de ceux de BANK AL-MAGHRIB. INDICE DES PRIX A LA CONSOMMATION : Hausse de 0,8% à fin octobre 2010 Selon le Haut Commissariat au Plan –HCP-, l’indice des prix à la consommation aurait enregistré, au cours du mois d’octobre 2010, une hausse de 0,8% par rapport au mois précédent. Cette évolution tient compte d’une hausse de 1,7% de l’indice des produits alimentaires et dans une moindre mesure de 0,1% de celui des produits non alimentaires. L’augmentation des prix des produits alimentaires concerne principalement les légumes (+16,2%) et le thé (+11,5%). A l’opposé, les prix des poissons et des fruits de mer et des viandes reculent de 7,9% et de 1,7% respectivement. Par ville, les hausses les plus importantes ont été enregistrées à Fès avec +2,1%, à Marrakech avec +1,9% et à Béni Mellal avec +1,6%. En revanche, les baisses ont été constatées à Safi avec -0,4%, à Kénitra avec -0,2% et à Oujda et Laâyoune avec -0,1% chacune. Comparé au même mois de l’année précédente, l’IPC ressort en hausse de 1,8% suite à l’augmentation de 3,0% de l’indice des produits alimentaires et de 0,8% de celui des produits non alimentaires. Les variations enregistrées pour les produits non alimentaires variant entre une baisse de 0,8% pour les loisirs et culture à une hausse de 4,6% pour l’enseignement. Pour sa part, l’indicateur d’inflation sous-jacente, ressort en quasi-stagnation comparativement au mois de septembre 2010 et en progression de 0,4% par rapport au mois d’octobre 2009. INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS : Hausse des prix des appartements de 3,5% au troisième trimestre 2010 L’indice des prix des actifs immobiliers élaboré par BANK AL MAGHRIB s’apprécie de 2,4% au T3-2010 comparativement au T2-2010, tiré essentiellement par l’accroissement des prix des appartements de 3,5% sur la même période. Idem pour la variation en glissement annuel qui affiche une expansion de 2,4%. Par ville, et d’un trimestre à l’autre, Kénitra, Oujda et Casablanca arrivent en tête du classement avec des évolutions respectives de +24,1%, de +5,7% et de +1,4%. En revanche, Tanger, Agadir et El Jadida affiche les plus fortes baisses soit -6,2%, -5,4% et -1,6% respectivement. Pour sa part, le nombre de transactions s’affaisse de 16,3% au troisième trimestre 2010, par rapport à 3 mois auparavant.ANALYSE & RECHERCHE 13
  14. 14. Mensuel Novembre 2010 Faits marquants INDICE DES PRIX A LA PRODUCTION : Accroissement de 0,9% à fin octobre 2010 au niveau des industries manufacturières Au terme du mois d’octobre 2010 et selon le HCP, l’indice des prix à la production enregistre les variations suivantes : • Augmentation de 0,9% de l’indice des Industries manufacturières notamment suite à la hausse de 11,0% dans le «Travail du bois et fabrication darticles en bois», de 1,8% dans le «Raffinage de pétrole», de 0,9% dans les «Industries alimentaires» et de 0,7% dans le «Travail des métaux» ; • Contraction de 0,5% de l’indice du secteur des Industries extractives en raison de la baisse de 0,6% des prix au niveau de la branche des « Autres industries extractives » et notamment le bitume dont l’indice a diminué de 8,0% ; • Et, stagnation des prix au niveau du secteur de la « Production et distribution d’électricité et d’eau ». IDE : Le Maroc, première destination des investisseurs français dans la zone MENA A fin 2009, le rapport de l’ambassade de France fait état de 750 filiales et participations françaises au Maroc, confirmant ainsi la position du Royaume en tant que première destination des investissements directs français à la fois Afrique du Nord, au Moyen Orient et sur le continent africain. Au cours des trois dernières années, le nombre d’implantations d’investisseurs français a augmenté de 40% pour s’établir à 750, contre un taux de progression mondial de 15% pour cette même catégorie d’investisseurs. Par région, le Grand Casablanca accapare 68,4% des filiales à 513, contre 356 en 2006. En termes d’implantation, le Maroc arrive en seconde position après la Chine qui compte 2 195 implantations françaises à fin 2009 tandis qu’en volume d’investissement, le Royaume se positionne en tête d’affiche avec des flux d’EUR 8,1 Md à fin 2008, contre EUR 6,9 Md seulement pour la Chine.ANALYSE & RECHERCHE 14
  15. 15. Mensuel Novembre 2010 Faits marquants INDICE DE DEVELOPPEMENT HUMAIN : Le Maroc classé parmi les 10 pays les plus performants selon le PNUD Selon le rapport 2010 du PNUD sur le développement humain, le Maroc fait partie des 10 pays les plus performants en termes d’indices de développement humain. En tête de liste figurent le Sultanat d’Oman, la Chine, le Népal, l’Indonésie, la Tunisie, la Corée du Sud et l’Algérie. Notons que ce rapport analyse le développement humain de 135 pays (92% de la population mondiale) au cours des 40 dernières années. Les 10 pays les plus développés à l’échelle mondiale sont la Norvège, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les Etats-Unis, l’Irlande, le Lichtenstein, les Pays-Bas, le Canada, la Suède et l’Allemagne. Le Maroc arrive à la 114ème position, loin derrière la Tunisie (81) et l’Algérie (84). En bas du tableau se trouvent le Mali, le Burkina Faso, le Libéria, le Tchad, la Guinée-Bissau, le Mozambique, le Burundi, le Niger, la République Démocratique du Congo et le Zimbabwe. EMPLOI : Baisse du taux de chômage de 0,8 point à 9% au 3ème trimestre 2010 Au terme du troisième trimestre de l’année 2010 et sur une année glissante, près de 93 000 postes d’emplois ont été créés dont 36 000 en milieu urbain et 57 000 en milieu rural. Dans ces conditions, la population active en chômage recule de 7,6% à 1 million de chômeurs au troisième trimestre 2010, soit 84 000 chômeurs en moins. Le taux de chômage passe en conséquence de 9,8% à 9,0%, de 14,8% à 13,8% en milieu urbain et de 4,3% à 3,8% en milieu rural. Par tranche d’âge, la population active âgée de plus de 15 ans ressort à près de 11 millions de personnes, en hausse de 0,1% par rapport au même trimestre de lannée 2009. En revanche, le taux d’activité baisse de 0,8 point, pour se fixer à 49%. Par secteur, les créations d’emplois concernent essentiellement : • Les services avec 73 000 postes crées, en augmentation de 1,9% ; • Les BTP avec 52 000 emplois générés (+5,4%) ; • L’agriculture, forêt et pêche avec 40 000 postes (+1,0%). Toutefois, le secteur de l’industrie accuse une perte de 70 000 postes d’emploi (-5,4%) tandis que les activités mal désignées perdent 2 000 postes.ANALYSE & RECHERCHE 15
  16. 16. Mensuel Novembre 2010 Faits marquants Nouveautés Sectorielles Télecoms Poursuite de l’élargissement de la base clientèle au T3 2010 A l’issue des neuf premiers mois de 2010, le parc d’abonnés Mobile totalise 30,5 millions de clients, en progression de 21,6% comparativement à la même période une année auparavant (Vs. 27,9 millions d’usagers à fin juin 2010). En parallèle, le taux de pénétration se renforce à 96,79% contre 80,44% à pareille date en 2009 (Vs. 88,47% à fin juin 2010). Le prépayé demeure toujours prédominant avec une part de 96,3% contre 3,7% pour le post payé. Par opérateur, MAROC TELECOM consolide son leadership avec un portefeuille clients de 16,7 millions d’abonnés et une part de marché de 54,88% à fin septembre 2010 contre 60,77% une année auparavant (Vs. 57,03% à fin juin 2010). Pour sa part, MEDITELECOM enregistre une hausse appréciable de 16,3% de sa base d’abonnés à 10,7 millions établissant sa part de marché à 34,99% (Vs. 37,29% à fin juin 2010). WANA recrute, quant à elle, 2,46 millions nouveaux clients entre septembre 2009 et septembre 2010 (+1,5 millions d’abonnés par rapport à juin 2010), portant le nombre de ses abonnés mobile à près de 3,1 millions, soit une part de marché de 10,13% contre 2,51% au 30/09/2009. Sur le Fixe, le parc global s’élève à 3,7 millions d’usagers contre 3,4 millions d’abonnés en septembre 2009 (Vs. 3,68 millions de clients à fin juin 2010), élevant le taux de pénétration à 11,76% à fin septembre 2010. WANA s’approprie 66,49% de parts de marché sur ce segment contre 33,12% pour MAROC TELECOM et 0,39% pour MEDITELECOM. Le parc résidentiel s’élargit de 10,9% à 3,15 millions d’abonnés tandis que le professionnel limite sa progression à 3,1% à 398 624 lignes. Sur le résidentiel, WANA détient 77,76% du marché contre 22,24% pour l’opérateur historique alors que sur le professionnel MAROC TELECOM continue de dominer avec une part de marché de 94,16%. Le marché des publiphones ressort, quant à lui, en légère appréciation de 3,6% à 183 784 lignes. ITISSALAT AL MAGHRIB accapare 81,44% de ce segment contre 18,56% pour MEDITELECOM. Enfin et avec 1 646 967 abonnés, le parc global Internet poursuit son élargissement, gagnant 9,8% sur le T3 2010 et 57,0% comparativement à fin septembre 2009. Les parts de marché respectives des opérateurs s’établissent à 54,84% pour IAM, à 30,19% pour WANA et à 14,81% pour MEDITELECOM. Le marché du 3G enregistre une plus forte progression avec +14,4% au T3 2010 et +105,0% depuis septembre 2009 à 1 161 657 abonnés. WANA y maintient sa position de leader avec une part de 42,68% contre 36,33% pour MAROC TELECOM et 20,99% pour MEDITELECOM.ANALYSE & RECHERCHE 16
  17. 17. Mensuel Novembre 2010 Faits marquants Tourisme Accroissement des arrivées touristiques de 11% à fin septembre 2010 Au terme des neufs premiers mois de l’année en cours, le nombre d’arrivées de touristes aux postes frontières s’est accru de 11% à 7,15 millions de visiteurs par rapport à la même période en 2009. Pour leur part, les nuitées réalisées dans les établissements d’hébergement touristique classés enregistrent une progression de 11%, contre une baisse de 2,5% une année auparavant. Cette embellie s’explique par le transfert des périodes de vacances vers le mois de septembre en raison de l’avènement du mois de Ramadan en août. Enfin et selon le Ministère du Tourisme, les recettes du secteur devraient atteindre en 2010 MAD 56 Md, contribuant ainsi à hauteur de 10% au PIB. Banques Un taux de bancarisation de 49% à fin juin 2010 Selon le rapport publié par BANK AL MAGHRIB sur le système bancaire, le taux de bancarisation aurait atteint 49% à fin juin 2010 (vs 45% pour les estimations), contre 47% en 2009. Au premier semestre 2010, cette bancarisation profite de la densité du système bancaire qui compte à cette date 83 établissements dont 19 banques (6 cotées), 36 sociétés de financement, 6 banques offshore, 12 associations de microcrédit, et de 8 sociétés de transfert de fonds. En terme de parts de marché, les banques à capital privé majoritairement marocain en détiennent 62,7% pour le nombre d’agences, 54,2% pour les actifs, 64,3% pour les dépôts collectés et 57,8% pour les crédits octroyés. Quant aux banques à capital privé majoritairement étranger, ces dernières détiennent 23,9% de parts de marché en termes d’agences, 20,8% en terme d’actifs, 21,1% en terme de dépôts et 23,3% en terme de crédits. S’agissant des guichets automatiques, le Maroc en compte 4 519 à fin juin 2010, réduisant la concentration des habitants par guichets à 6 900 habitants. Rappelons par ailleurs, que selon le cabinet de conseil EXTON CONSULTING, les raisons du niveau modeste de bancarisation au Maroc résultent de : • L’absence d’utilité à ouvrir un compte bancaire ; les marocains étant imprégnés par la culture de la thésaurisation ; • Le manque de ressources financières ; • Et, la prépondérance de la culture du cash, notamment dans l’esprit de la population à faible revenu. Enfin, les perspectives du secteur semblent toujours orientées à la hausse comme en témoignent les prévisions du cabinet SIA Conseil, lequel table sur une poursuite de l’élargissement du taux de bancarisation pour atteindre 62% à horizon 2015.ANALYSE & RECHERCHE 17
  18. 18. Mensuel Novembre 2010 Faits marquants Informatique Progression de 8% des ventes d’ordinateurs à 177 590 unités à fin juin 2010 Les derniers chiffres du cabinet d’analyses International Data Corporation –IDC– font état d’une hausse de 8% des ventes d’ordinateurs, tous types confondus, à 177 590 unités au terme du premier semestre 2010. Par type de produit, les écoulements des ordinateurs portables progressent de 46%, pour s’établir à 84 432 unités écoulées, compensant les replis des ventes des ordinateurs fixes et des mini-portables de 11% et de 24% respectivement à 85 855 unités vendues et à 7 303 appareils écoulés. Il est à noter que la clientèle grand public représente 21,2% (vs. 18% à fin juin 2009) du volume des ventes globales tandis que la clientèle professionnelle accapare la part du lion avec 78,8% (vs. 82% une année auparavant) des écoulements. Pour sa part, le chiffre d’affaires du secteur s’apprécie légèrement de 2% pour se fixer à MAD 1,11 Md sur la même période, dont près de M MAD 620 (+24%) relatifs aux ordinateurs portables et M MAD 470 (-16%) générés par les ordinateurs fixes. Automobiles Repli des écoulements de 2,51% à 76 699 unités à fin octobre 2010 Au terme des dix premiers mois de l’année en cours, les ventes de voitures particulières –VP- neuves reculent de 2,51% à 76 699 nouvelles immatriculations comparativement à la même période de l’année précédente. Cette situation est imputable à la baisse de 8,9% à 25 176 voitures montées localement –CKD- notamment celles des marques CITROËN (-35,28%) et PEUGEOT (-22,65%), dont l’arrêt de production à la SOMACA est prévu pour la fin d’année en cours. De même pour les marques RENAULT et DACIA pour lesquelles les écoulements reculent de 11,95% et de 1,3% (à 14 308 unités) respectivement. En revanche, les écoulements des véhicules importés montés –CBU- enregistrent une légère progression de 0,96% à 51 523 unités. Par marque, PEUGEOT caracole en tête de liste avec un cumul de 6 011 VP (dont 658 unités en octobre 2010, soit une part de marché –PDM- de 11,67%), suivie de près par RENAULT avec 5 418 unités (dont 448 pour le seul mois d’octobre, soit une PDM de 10,52%). La coréenne HYUNDAI occupe la 3ème position avec 4 721 véhicules (soit une PDM de 9,16%). Enfin, les 4ème et 5ème places reviennent aux marques KIA et VOLKSWAGEN avec des ventes respectives de 4 658 unités (soit une PDM de 9,04%) et 4 505 VP (soit une PDM de 8,74%).ANALYSE & RECHERCHE 18
  19. 19. Mensuel Novembre 2010 Faits marquants Microcrédit Aggravation de 1,6 points du taux de créances en souffrance à 8% au titre du 1er semestre 2010 Selon les chiffres à fin juin 2010 publiés par BANK AL-MAGHRIB, le total bilan des associations de microcrédit ressort à MAD 5,9 Md, en repli de 4,8% comparativement à fin décembre 2009. Dans ce sillage, l’encours de crédit de la branche microcrédit recule de 5,0% comparativement à fin décembre 2009 à MAD 5,04 Md, tandis que le résultat net se contracte de 117,5% par rapport à fin juin 2009 pour se fixer à M MAD 7 seulement. Le taux de créance en souffrance, se détériore, quant à lui, de 1,6 points, passant de 6,4% à fin décembre 2009 à 8,0% à fin juin 2010. Pêche maritime Hausse de la production en volume de 8% à KT 866 à fin septembre 2010 Compte tenu des dernières statistiques du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, la production halieutique nationale, toutes espèces confondues, ressort à fin septembre 2010 à KT 866, en hausse de 8% comparativement à une année auparavant. En parallèle, la valeur de la production s’établit sur la même période à MAD 5,2 Md, en repli de 3% par rapport à fin septembre 2009. Pour leur part, les investissements relatifs au secteur de la valorisation des produits de mer atteignent M MAD 135, permettant la création de 838 emplois permanents et 1 208 emplois saisonniers. Signalons, enfin, que le volume des exportations des produits de la mer à fin août 2010 se fixe KT 311 (+4%), pour un chiffre d’affaires de MAD 8,3 Md (+5%). Ciments Quasi-stagnation de la consommation à fin octobre 2010 Au terme des dix premiers mois de l’année 2010, la consommation du ciment ressort en quasi-stagnation par rapport à la même période en 2009, s’établissant à 12 499 156 tonnes. Pour le seul mois d’octobre, la demande enregistre une contraction de 3,41% à 1 445 824 tonnes. Par région, les plus importantes baisses ont été relevées à Marrakech (-14%), l’Oriental (-11,24%), Tanger-Tétouan (-7,65%) et Rabat (-4%). En revanche, Casablanca et Agadir affichent des évolutions positives de 2% et de 14% respectivement.ANALYSE & RECHERCHE 19
  20. 20. Mensuel Novembre 2010 Faits marquants Energies et mines Un niveau d’exportation prévisionnel de phosphates de plus de USD 4 Md à fin 2010 L’Office Chérifien des Phosphates –OCP- table sur la réalisation en 2010 d’un chiffre d’affaires de MAD 4 Md, profitant de la conjoncture favorable notamment suite au redressement notable de la demande d’engrais à l’international, combinée à l’appréciation de la parité USD/MAD. Notons que sur les neufs premiers mois de l’année, le chiffre d’affaires à l’export de l’OCP ressort à MAD 26 Md, en progression de 83% comparativement à la même période de 2009, pour un volume global de 11,9 millions de tonnes (vs. 7,1 millions). Par type de produit, les ventes d’acide phosphorique s’établissement à MAD 10,4 Md, contre MAD 6 Md seulement une année auparavant, tandis que les écoulements d’engrais naturels enregistrent une progression de 104,4% à MAD 9,2 Md. Par ailleurs et dans le cadre de sa stratégie visant à renforcer sa production d’engrais, l’Office ambitionne de porter sa capacité d’extraction de phosphates à 50 millions de tonnes sur les 7 prochaines années. Il envisage également la création de 9 à 10 nouvelles unités d’engrais pour accroitre sa capacité de production à 10 millions de tonnes à horizon 2020, contre 3 millions seulement actuellement. Des investissements de MAD 1,6 Md pour l’exploration pétrolière en 2009 réalisés par les partenaires de l’Office National des Hydrocarbures et des Mines –ONHYM- Au titre de l’année 2009, l’ONHYM- a réalisé des investissements de M MAD 86. Pour leur part, les partenaires de l’Office ont dépassé MAD 1,6 Md en termes d’investissements en prospection minière sur une superficie de 249 694 km2. Bénéficiant des efforts soutenus de promotion auprès des sociétés pétrolières internationales, sept accords pétroliers et trois nouvelles autorisations de reconnaissances ont été conclus dont les plus importants sont les suivants : • La découverte, par CIRCLE OIL MAROC, de deux accumulations de gaz d’une épaisseur de 3,3 mètres et 2 mètres chacune dans la zone du Gharb, dans le cadre des travaux de forage d’un puits à Sebou en juin 2009 ; • La signature avec quatre compagnies britanniques et irlandaises de trois nouveaux contrats de prospection pétrolière relatifs à la réalisation d’études de travaux géologiques, géophysiques et géochimiques ainsi que l’acquisition et le traitement de lignes sismiques portant sur une superficie de 34 387,5 km² ; • Et, la conclusion avec la compagnie pétrolière irlandaise SAN LEON d’un contrat pour la conversion de sa licence de reconnaissance en licence d’exploration au sud de Zag.ANALYSE & RECHERCHE 20
  21. 21. Mensuel Novembre 2010 Faits marquants Infrastructures BEI : Octroi de prêts totalisant MAD 4,62 Md pour le secteur des infrastructures En novembre 2010, la Banque Européenne d’Investissement –BEI– a octroyé au Royaume plusieurs prêts totalisant MAD 4,62 Md dans le cadre de projets d’infrastructures. En effet, la BEI a signé une convention avec TMSA, portant sur un montant de M EUR 200 (soit MAD 2,2 Md) et devant servir au financement partiel de la première phase du projet TANGERMED II. Cette dernière, dont le coût global s’élève à MAD 7,5 Md, concerne la construction de l’ensemble des infrastructures de base du port et la réalisation d’un des deux terminaux à conteneurs à horizon 2014. Par ailleurs, un crédit de M EUR 220 (soit M MAD 2,42) a été octroyé pour le financement des travaux de l’autoroute Berrechid – Béni Mellal. D’une longueur de 172 Km, elle devrait nécessiter un budget estimé à MAD 6,04 Md hors taxes et devrait permettre de rapprocher cette zone des principaux pôles économiques du Pays. AFD : Octroi de deux nouveaux prêts au Maroc L’AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT –AFD– a octroyé courant novembre 2010 deux nouveaux prêts au Maroc totalisant M EUR 240, pour le financement de projets d’infrastructures. Le premier prêt de M EUR 220 a été accordé à l’OFFICE NATIONAL DES CHEMINS DE FER – ONCF- pour la construction de la Ligne ferroviaire à Grande Vitesse –LGV-. Le reliquat a été octroyé à l’OFFICE NATIONAL DE L’EAU POTABLE –ONEP- pour le financement de la première phase du Programme National d’Assainissement du Maroc. Ce programme devrait concerner la réhabilitation et l’extension de réseaux d’assainissement ainsi que la construction de stations d’épuration de 29 villes. Signalons qu’en 2010, l’AFD a accordé près de M EUR 298 aux projets du Maroc. BID : Renforcement des lignes de prêt au Maroc Selon la presse économique, la BID aurait signé un accord pour le financement de la dernière tranche du programme d’électrification du monde rural portant sur une enveloppe de M USD 51,7 soit près de M MAD 410. Les conventions conclues à cet effet devraient permettre de parachever le programme d’électrification rurale visant à généraliser l’accès à l’électricité en milieu rural. Rappelons que le total des engagements de la BID au Maroc sur la période 1975-2010 s’élève à USD 3,8 Md soit près de MAD 31 Md.ANALYSE & RECHERCHE 21
  22. 22. Mensuel Novembre 2010 Faits marquants Nouvelles de Sociétés Energie et Mines OCP : Probable création d’une filiale immobilière Selon la presse économique, l’OFFICE CHERIFIEN DES PHOSPHATES –OCP- serait en train de créer une filiale immobilière baptisée « SOCIETE D’AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT VERT SA ». Dotée d’un capital initial de M MAD 165, cette société serait en charge de l’aménagement d’un terrain de 450 ha appartenant au Groupe où devrait se situer la ville nouvelle verte de Rhamna. Devant nécessiter une enveloppe d’investissement de MAD 4,7 Md, les travaux de construction du projet devraient s’étaler entre 2010 et 2022. En outre, ce projet devrait générer un chiffre d’affaires prévisionnel de MAD 5,1 Md. NAREVA-IP : Banco pour la centrale à charbon de Safi Le consortium NAREVA-INTERNATIONAL POWER a été déclaré adjudicataire du projet de la centrale à charbon de Safi. Il sagit dune centrale constituée de deux nouvelles unités de production fonctionnant au charbon, dune puissance de plus de 1 300 MW. Devant entrer en service fin 2012, cette centrale devrait produire à terme 10 milliards de KWh par an, répondant ainsi à 27% de la demande globale du pays à horizon 2014. A noter que les nouvelles installations devraient utiliser les technologies du «Charbon propre», permettant, à la fois, une meilleure mise en valeur du contenu énergétique, tout en réduisant son impact sur lenvironnement. Distribution BRICORAMA : Un investissement de M MAD 12 pour l’ouverture d’un nouveau magasin à Tanger BRICORAMA, l’enseigne spécialisée dans le bricolage, la décoration et le jardinage, vient d’ouvrir son 1er magasin à Tanger. Etalé sur une superficie de plus de 1 500 m², le magasin sis à côté de METRO a nécessité un investissement de M MAD 12. BRICORAMA est une franchise française de bricolage et daménagement de la maison. Le Groupe dispose dun réseau de 176 magasins de bricolage en propre dont 83 en France, 55 au Benelux, et 3 en Espagne.ANALYSE & RECHERCHE 22
  23. 23. Mensuel Novembre 2010 Faits marquants Automobile TATA HISPANO MOTORS CARROSSERIES MAGHREB : Nouvelle plate-forme africaine du Groupe indien TATA HISPANO MOTORS CARROSSERIES MAGHREB, filiale du Groupe TATA HISPANO MOTORS en Afrique du Nord, prévoit d’ouvrir une nouvelle unité industrielle d’une capacité de 700 bus / an pour un investissement total de M MAD 100. A court terme, la filiale marocaine ambitionne de rentabiliser ses process en portant sa capacité de production de 1,7 à 2,3 unités par jour. Après une phase de consolidation de l’assemblage de véhicules en CKD, la société compte, à long terme, élargir son champ d’activité via l’importation et la commercialisation des voitures particulières, des pick-up, etc. Implantée au Maroc depuis 2005, TATA HISPANO MOTORS CARROSSERIES MAGHREB dispose actuellement d’une usine sise à Médiouna à Casablanca d’une capacité de production de 450 à 500 unités / an. Etalée sur une superficie de 12 000 m², cette unité comprend une ligne de montage pour autobus et autocars de 12 m et de 18 m de long. Avec une part de marché de plus de 60%, la société compte parmi ses principaux clients les régies de transport urbain et les opérateurs privés notamment M’DINA BUS, ALSA et AUTASA. Pour 2010, la filiale de TATA table sur un chiffre d’affaires prévisionnel de M MAD 65. Tourisme ATLAS HOSPITALITY MOROCCO : Un plan d’investissement de MAD 2 Md à horizon 2015 Afin de consolider son positionnement sur le marché, la filiale hôtelière du Groupe ROYAL AIR MAROC, ATLAS HOSPITALITY MOROCCO a annoncé son plan d’investissement de MAD 2 Md, devant porter le parc hôtelier de 17 unités en 2010 à 38 unités en 2015. Cette enveloppe devrait permettre au Groupe hôtelier de lancer une chaîne de 16 unités économiques 2 à 3 étoiles. Ces hôtels devraient se situer à l’entrée des villes de Tanger, Larache, Safi, Fès, Meknès, Marrakech, Oujda et sur les aires d’autoroute. Logistique SOFTGROUP : Diversification dans la logistique SOFTGROUP construit une plateforme logistique à Casablanca (dans la zone industrielle de Sidi Bernoussi). Étendu sur une superficie de 165 000 m2 (dont 85 000 m2 couverts), l’édifice devrait nécessiter un investissement de M MAD 500 (hors foncier) pour un achèvement du chantier prévu pour juin 2011. Fondé en 1918, SOFTGROUP fait partie des principaux Groupes nationaux de l’industrie du textile et de l’immobilier, comptant à son actif plus de 300 000 m2 de fonciers et employant plus de 2 500 personnes.ANALYSE & RECHERCHE 23
  24. 24. Mensuel Novembre 2010 Faits marquants Infrastructures DELTA HOLDING : Acquisition d’un bitumier de M MAD 100 par BITUMA BITUMA, filiale BTP de DELTA HOLDING, a acquis le premier navire spécialisé dans le transport de bitume pour une mise de M MAD 100. Fabriqué au Japon, ce bateau mesure plus de 100 mètres et est doté de tous les équipements nécessaires pour le transport de bitume pour une capacité de 4 784 tonnes. Pour accompagner ce projet, BITUMA a mis en place un réseau de terminaux de stockage à Nador, à Aïn Atiq, à Mohammedia et à Agadir d’une capacité totale de 44 000 tonnes. En outre, deux autres entrepôts sont prévus à Jorf Lasfar et à Tanger à horizon 2011. A noter que la consommation nationale de bitume s’établit à 320 000 tonnes en 2009, en hausse de 10,3% par rapport à 2008. En 2010, la demande est estimée à plus de 360 000 tonnes tandis qu’en 2015 celle-ci devrait dépasser le seuil des 440 000 tonnes. En revanche, la production de SAMIR se limite à 300 000 tonnes par an, d’où le recours à l’importation. Par conséquent, cette acquisition permettrait, dans un premier temps, de sécuriser l’approvisionnement du Maroc en bitume. Par la suite, BITUMA pourrait profiter du projet de SAMIR de doublement de sa capacité de production vers fin 2011 (devant générer un excédent de 100 000 tonnes) afin de s’orienter vers l’export dans différents pays de la Méditerranée et d’Afrique de l’Ouest. Télécoms WANA : ETISALAT pourrait prendre pieds au Maroc suite à son éventuelle acquisition de 51% de ZAIN Dans le cadre de son projet de prise de participation de 51% dans le capital de ZAIN, l’opérateur émirati ETISALAT devrait avoir un contrôle indirect sur l’opérateur national WANA. En effet, la filiale Télécoms de l’ONA-SNI est détenue à hauteur de 31% par la joint venture AJIAL-ZAIN. L’opération d’acquisition, dont le coût s’élèverait à près de USD 12 Md, soit une valeur unitaire par action de KWD 1,7 (USD 5,97), ne devrait être finaliser qu’à la fin du 1er trimestre 2011. L’opérateur koweitien devrait en contrepartie liquider ses parts dans sa filiale saoudienne du fait que ETISALAT opère également en Arabie Saoudite à travers sa filiale MOBILY dont il détient 26%.ANALYSE & RECHERCHE 24

×