• Partagez
  • E-mail
  • Intégrer
  • J'aime
  • Télécharger
  • Contenu privé
Webdoc, L'arborescence et les questions de scenarisation
 

Webdoc, L'arborescence et les questions de scenarisation

on

  • 13,111 vues

Le webdoc sert avant tout à raconter une histoire! Il est temps pour les photojournalistes et les professionnels de l’image de s’emparer des nouveaux outils narratifs qu’offrent le web. Cette ...

Le webdoc sert avant tout à raconter une histoire! Il est temps pour les photojournalistes et les professionnels de l’image de s’emparer des nouveaux outils narratifs qu’offrent le web. Cette serie de slides a été réalisée pour supporter un cours sur la narration durant l’atelier “webdoc” a l’EMI-CFD en Mars 2011.

Statistiques

Vues

Total des vues
13,111
Vues sur SlideShare
8,027
Vues externes
5,084

Actions

J'aime
12
Téléchargements
232
Commentaires
3

23 Ajouts 5,084

http://www.scoop.it 3984
http://www.gholubowicz.com 458
http://www.o2creation.org 174
http://webdoc.bnsa.aquitaine.fr 154
http://www.therabbithole.fr 131
http://chewbahat.tumblr.com 67
http://workshopavenue.net 51
http://www.canal37.tv 10
http://www.pearltrees.com 8
http://apps.webdoc.com 7
https://si0.twimg.com 7
http://gholubowicz.com 7
http://www.linkedin.com 5
https://twitter.com 5
http://canal37.tv 4
http://www.knowtex.com 4
http://www.twylah.com 2
http://webcache.googleusercontent.com 1
http://www.alertize.com 1
https://web.tweetdeck.com 1
http://translate.googleusercontent.com 1
http://feeds.feedburner.com 1
https://www.linkedin.com 1
Plus...

Accessibilité

Catégories

Détails de l'import

Uploaded via as Adobe PDF

Droits d'utilisation

© Tous droits réservés

Report content

Signalé comme inapproprié Signaler comme inapproprié
Signaler comme inapproprié

Indiquez la raison pour laquelle vous avez signalé cette présentation comme n'étant pas appropriée.

Annuler

13 sur 3 précédent suivant Publier un commentaire

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Votre message apparaîtra ici
    Processing...
  • J'ai trouvé vos slide 38 et 40 extrêmement pertinentes et jamais vues ailleurs. Par contre, vous passez à mon sens à côté de la définition du terme 'documentaire'...
    Are you sure you want to
    Votre message apparaîtra ici
    Processing...
  • présentation magnifique, merci!
    Are you sure you want to
    Votre message apparaîtra ici
    Processing...
  • Bien fait.
    Are you sure you want to
    Votre message apparaîtra ici
    Processing...
Poster un commentaire
Modifier votre commentaire

    Webdoc, L'arborescence et les questions de scenarisation Webdoc, L'arborescence et les questions de scenarisation Presentation Transcript

    • NARRATION& ARCHITECTUREpar Gerald HOLUBOWICZ@gholubowicz www.gholubowicz.com
    • “Storytelling revealsmeaning withoutcommitting the errorof defining it.”Hannah  Arendt,  Poli0cal  theorist  &  philosopher  
    • Videossur Internet
    • Qu’est ce que leDocumentaireInteractif ?
    • Le documentaire interactif(i-doc) sert avant tout àraconter une histoire!
    • Utiliser des outils narratifsnouveaux pour les créateurs!
    • Le  Documentaire  Interac0f  résulte  de  la  combinaison  de  textes,  d’images  photographiques,  de  vidéo,  de  sons  et/ou  de  graphiques  présentés  via  un  site  internet  selon  une  structure  non  linéaire,  interac0ve,  dans  lequel  l’informa0on  est  complémentaire  et    non  redondante.  DÉFINITION
    • ON  ENTEND  PAR  “NON  LINÉAIRE”  :    •  Une  structure  narra0ve  flexible    •  Une  structure  dans  laquelle  le  lecteur  peut  naviguer  à  travers  les  éléments  de  l’histoire  et  y  entrer  par  différents  points  d’accès  indépendants  les  uns  des  autres.    NON LINÉAIRE
    • ON  ENTEND  PAR  “  INTERACTIVE  ”:    •  La  possibilité  offerte  à  l’u0lisateur  d’influer  sur  le  cours  narra0f  de  l’histoire  directement  ou  indirectement.    INTERACTIVE
    • On  entend  par  “NON  REDONDANT”:    •  La  complémentarité  de  tous  les  éléments  d’informa0on  présent  dans  l’objet  mul0média.      •  Chaque  par0e  de  l’histoire  est  racontée  par  un    ensemble  hétérogène  de  médiums  différents  mais  assemblés  pour  former  un  «  tout  »  homogène.  NON-REDONDANT
    • Un idoc c’est donc+INTERACTIVITÉ
    • Narrationtrame&structure
    • Linéraire  Non-­‐linéaire  Non-­‐lineaire  en  constella0on  Principales tramesnarratives3
    • NarrationLINEAIRE
    • NARRATION DE TYPELINÉAIRE  •  Un  seul  point  d’entrée,  une  seule  fin.    •  Un  seul  chemin  narra0f    •  Des0né  à  un  spectateur  ou  une  audience  (passif)    •  Linéaire  ne  veut  pas  dire  simple  ou  simpliste  
    • NarrationNON-LINEAIREMENU
    • NARRATION DE TYPENON-LINÉAIRE    •  Plusieurs  points  d’entrée,  une  fin  (ouverte,  fermée,  semi  ouverte)      •  Une  narra0on,  différents  embranchements  &  extensions    •  Menu  servant  de  point  nodal  à  la  naviga0on.    •  Des0né  à  un  public  (ac0f)    •  Non  Linéaire  ne  veut  pas  dire  déconstruit!    
    • NarrationNON-LINEAIRE {constellation}
    • NARRATION DE TYPENON-LINEAIRE {CONSTELLATION}    •  Parcours  mul0ples,  pas  de  fin  déterminée  •  Pas  de  chemin  narra0f  précis,  différents  rôles.    •  Des0né  à  un  public  engagé  •  Très  grande  variabilité    
    • Point de VueP.O.V & FOCALISATION
    • Subjec0f  (première  pers)  Troisième  personne  Omniscient  Principaux pointsde vue3
    • POINT DE VUE (P.O.V)  •  L’histoire  prend  place  dans  un  lieu  et  un    espace-­‐temps  précis.  •  Ou  va  se  situer  le  public  dans  cet  espace?    •  Ce  sera  le  point  de  vue  qui  le  déterminera.  •  Le  regard  porté  sur  les  évènements,  les  personnages,  les  lieux  découleront  directement  de  ce  point  de  vue.  
    • p.o.v subjectif- Le public incarne le héro, traverse l’histoire en interagissantdirectement avec son environnement.- Adopté dans les ARG (Alterne Reality Games) ou danscertaines fictions, hérité des livres dont vous etes le héro.- Difficile à mettre en œuvre dans le documentaire, mais plusfacile dans l’écriture d’un web documentaire du fait de sa dimensioninteractive.
    • p.o.v 3emepersonne
    • p.o.v omniscient- Communément utilisé dans les documentaires relatant des faitshistoriques- Permet d’embrasser l’ensemble d’une situation sans que ne soitcaché des éléments narratifs déterminant.- Permet un certain « détachement » du public avec le sujet et uneapproche plus analytique.- Il implique une compréhension plus large de la problématique.
    • focalisationToutes les histoires ont leur héro.Raconter l’histoire du « Héro » captive le lectorat, permetl’identification et l’empathie et facilite l’accessibilité au fondnarratif (le message délivré).Votre effort premier doit se porter prioritairement sur larecherche de personnages principaux.Ce sont eux qui guideront le public en incarnant les enjeux de laproblématique explorée.
    • ScénarisationARC,Tension&structure
    • L’arc narratif reflète la succession d’évènements qui se dérou-le dans le temps et dont l’enchaînement va conduirele(s) personnage(s) principal(aux) à une issue heureuse oumalheureuse.Cet arc narratif est complété par la tension narrative quidonne la profondeur dramatique de l’histoire.arc narratif
    • Phénomène qui survient lorsque l’interprète d’un récit estencouragé à attendre un dénouement.Cette attente caractérisée par une anticipation teintée d’in-certitudeLa tension narrative est considérée comme un effet poétiquequi structure le récit.C’est l’aspect dynamique ou la «force » de ce que l’on a cou-tume d’appeler une intrigue.” (Baroni 2007)tension narrative
    • Larc narratif structure votre projet en luidonnantun deroule,la tension narrative ajoute la profondeurdramatique.Pour résumer
    • Une histoire est en fait le récitde la confrontation dunpersonnage poursuivant unobjectif intime,
    • structure de larc narratifAu théâtre, au cinéma, dans la littérature l’arc narratif se structure en3 ACTES distincts.Le premier, le second et le troisième acte se distinguent radicalementles uns des autres, chacun remplissant une fonction très précise dansla construction de l’histoire rapportée.Une histoire n’est pas le simple portrait d’un personnage, ni ladescription d’une situation donnée ou d’un phénomène sociétal ouculturel, pas même le seul exposé d’un point de vue.
    • debut finacte 2acte 1 acte 3
    • Que sont ces trois actes ?Acte 1 : Le début installe la problématique du/des protagoniste(s).Présente le but de l’histoire. Pose le pivot dramatique.Acte 2 : Le milieu expose les forces opposées au personnageprincipal. C’est aussi le moment du retournement.Acte 3 : La fin révèle si oui ou non le personnage atteint son but etexplique éventuellement pourquoi. C’est la résolution.
    • EXEMPLEEXEMPLE
    • debut finacte 2acte 1 acte 3TemoignagesLepivot>unmembredelafamillesefaittirerdessusquestion: Pourquoi?Deroule&retournementLadestruction du tis-su familial alissue dushooting-aftermathquestion:comment survivre?Commentcontinuer?0.5410.52climaxresolutionLa viecontinue.reponse:Life goes on,changementduPOVpivot
    • Les embranchements narratifsViennent se greffer sur la ligne narrative principale.Complètent les informations contenu dans le idoc.Proposent de nouveaux points de vue a travers différents mediums.Doivent etre positionnés avec attention pour ne pas surcharger lanarration.Peuvent reprendre eux meme une mini structure en 3 temps.
    • climaxdebut fin
    • EXEMPLEEXEMPLE
    • climaxsequencedintrosequenceconclusiondead-endembranchementsLepivot>unmembredelafamillesefaittirerdessusquestion: Pourquoi?pivotembranchementLepivot>decouvertedun bidonville{embranchementVous etes decouvertcest fini.
    • Le débutElément capital de la narration!!!C’est le moment qui pose la problématique abordée dans le film.C’est à ce moment qu’on captive ou pas le public.C’est au début qu’on donne le ton.Sur internet plus qu’ailleurs qu’un bon début est capital!DIX SECONDES SEULEMENT POUR CONVAINCRE L’AUDIENCE
    • Un bon débUt:1. Accroche l’audience en créant un point d’intérêt fort!Une accroche demande de l’attention de la part du public, place uncontexte, un espace-temps et une unité géographique.2. Etablit la thématique du film et le point de vue défendu.C’est le point de départ sur lequel l’ensemble du film est construit.3. Crée un élément de surprise ou de curiosité auquel le public vas’accrocher. Un élément qui va donner envie d’aller plus loin et decomprendre la problématique.4. Montre le changement ou ce que pourrait être le changement àl’issue du film.
    • Le miLieuLa partie principale, celle dont le déroulement sera le moinsécrit à l’avance.Lemilieu doit conserver:> une forme de coherence> un rythme> une force de propos> de l’information> un sens de progression
    • à Garder à lesprit1. Le concept, l’idée, la pensée de base.Le dénominateur commun de toutes les séquences c’estl’histoire! Chacune d’entre elles sont reliées par ce fil rouge.2. L’action relie les séquences entre elles. Dans une mêmeunité de temps et de lieu, l’action des scènes doivents’enchaîner correctement.3. Le lieu ou le temps servent aussi de liant entre les séquencespour permettre leur articulation.
    • 4. Les personnages identifient la séquence.Généralement, on change de personnages à chaque fins deséquences.5. L’atmosphère enfin procure un sens d’unité à la séquence:Une fête foraine et un enterrement n’ont pas les mêmesatmosphères et ne peuvent a priori pas faire partie de la mêmeséquence.
    • Le Rhythme et Le tempoLe RythmeLe rythme est conditionné par la longueur des séquences.Il est important de varier la longueur des séquences pourdonner du rythme au film.Le tempoLe Tempo c’est le niveau d’activité au sein même d’uneséquence.Une séquence de plans dépeignant un lac au petit matin n’au-ra pas le même tempo qu’une séquence de plans pris pendantune manif.
    • Linéarité et non-LinéaritéLa narration peut être soit linéaire soit non-linéaire.Soit la chronologie des évènements est préservée.Soit elle est bouleversée pour aider la narration.La non-linéarité du récit permet de retarder l’apparitiond’évènements, de renverser l’ordre chronologique de lanarration, ou de ménager un suspens.
    • La finLa fin du film est aussi importante que le début.> Le début accroche le public, la fin lui permet de retenir cequ’il vient de voir.> La fin est en général une redite du cœur de l’histoire, uneaffirmation de la problématique et une tentative de réponse.Deux types De fin existent:Fermée & Ouverte
    • Fin FermeeRépond à l’ensemble des questions évoquées durant le film.La curiosité du public est satisfaite.Fin OuverteUne fin ouverte en revanche laisse une ou plusieurs questions sansréponse, appelant du même coup analyse et commentaire de lapart du public.Le “Climax” désigne le point culminant du film, peu avant la fin.C’est le moment ou un changement se produit, ou une révélationest faite, ou un basculement de problématique s’opère.L’idéal est de faire progresser l’histoire tout au long du film vers ce“Climax” puis de terminer en faisant tomber la pression.
    • LintrigueL’intrigue d’une histoire est le point de convergence verslequel toutes les séquences se dirigent dans un enchainementinévitable.Toute histoire a besoin d’une intrigue! Même un documentaire.Peu importe qu’il ne soit pas sophistiqué, c’est lui qui va faireavancer l’histoire vers le dénouement (Climax)L’intrigue c’est un peu comme “la Force”.Elle unifie et tient l’histoire en un tout unique.Cest La CoLonne vertebraLe du fiLm!!!
    • écrire pour le regardEcrire un script Documentaire ne se résume pas à aligner desfaits pour en faire sortir une vérité.gardez en tete ces conseils:> Montrez, ne décrivez pas!> Utilisez l’action et le mouvement quand c’est possible.> Soyez Visuellement pertinents.> Soyez Emotionnellement pertinents.Utilisez la photo à ce moment!!> Travaillez l’ambiance de votre production.
    • Les outilsles softwares
    • xmind www.xmind.netFREE
    • FREEfreemind http://freemind.sourceforge.net
    • Merci…