Leprestige des idées

349 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
349
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Leprestige des idées

  1. 1. Le prestige des idées. Styles de pensée et dynamiquesréputationnelles Gloria Origgi CNRS – InstitutNicod ENS – EHESS origgi@ehess.fr http://gloriaoriggi.blogspot.com
  2. 2. I see the temples of the deaths and the bodies of Gods. I see the old signifiers. Walt Whitman, Leaves of Grass, 1856. C’estça ma tradition, j’enai pas d’autre J.P. Sartre (1980,dernierentretien, 10 mars)
  3. 3. La Réputation:• La réputationestune opinion favorable oudéfavorableattachéeàquelq’unouàquelque chose.• D’un point de vueépistémologique, elleestune relation entre un X (agent ou objet), uneautorité et uneévaluation. L’évaluation par l’autorité de X influence la réputation de X.
  4. 4. L’idée de réputationquej’aidéveloppée :Chaque corpus culturel (le vin, la littérature, les réseaux des citations, les systèmes de recommendations, les systèmes de notations) contient des indicateursréputationnels plus oumoinsfiables qui cristallisentl’informationsociale et historiquesurce corpus et sontutiliséscommeraccourcis (proxies) de confiance.
  5. 5. Réputationexterne vs. réputation interne• Réputationexterne: c’estunepropriétéhistorique: la réputationest la condensation des actions et transactions passées.• Réputation interne: la dynamique qui mantient le prestige àl’interiéur d’un corpus.
  6. 6. Tour de force :• Appliquermesrefléxionsdans le domaine de la réputationà la question du prestige des idées.• Créer un pont entre un débatclassique en sociologie et philosophie des sciences sur le “style de pensée” et la notion de prestige d’une idée.
  7. 7. Qu’est-que la réputationd’une idée ?• Les idéesn’ont pas de manières, ni de qualitésmorales.• Ellesn’ont pas de charisme, mêmesiellespeuventêtreportées par des autorités qui ont du charisme.• Par contre, nous attachons un certain prestige à des idées, qui influence leurdynamiqueréputationnelle interne, c’estàdirelleursurviedans des paradigmes de pensée.
  8. 8. Pourquoi ?• Parceque les idéesont un style
  9. 9. Style de pensée• Oswald Spengler: “Le style occidental”• Edmund Husserl: “Le style Galiléen : créer des modèlesabstraits de la réalité physique auxquels les scientifiquesdonnent plus de réalitéqu’au monde sensible”
  10. 10. Ian Hacking, Language, Truth and Reason: Style: what brings in the possibility of truth and falsehood.1. There are different styles of reasoning. Many of these are discernible in our own history. They emerge at definite points and have distinct trajectories of maturation. Some die out, others are still going strong.2. Propositions of the sort that necessarily require reasoning to be substantiated, have a positivity, being true or false, only in consequence of the styles of reasoning in which they occur3. Hence, many categories of possibility, of what may be true or false, are contingent upon historical events, namely, the development of a certain style of reasoning4. It may then be inferred that there are other categories of possibility that have emerged in our tradition5. We cannot reason as to whether alternative systems are better or worse than ours, because the propositions to which we reason get their sense only from the method of reasoning employed. The propositions gave no existence independent of the ways of reasoning towards them.
  11. 11. A.C. Crombie, Styles of Scientific Thinking in the European Tradition• Histoire “interne” des styles de pensée. Six styles:1. Axiomatique2. Experimental3. Hypothétique4. Taxonomique5. Probabiliste6. Géneaologique
  12. 12. Arnold Davidson, Style of Reasoning, Conceptual History and the Emergence of Psychiatry• Trouver un compromis entre la définition de style de pensée de Hacking et celled’ordre du discours, oud’episteme de Foucault :La production du discoursestà la fois controlee, sélectionnée, organisée et distribuée par un certain nombre de procedures qui ont pour role d’en conjurer les pouvoirs et les dangers, d’enmaîtriserl’événementaléatoire, d’enesquiver la lourde, la redoubtable matérialité. (L’ordre du discours : 11)
  13. 13. Quelssont les mécanismes de formation des styles de pensée ?• Heinrich Wöllflin: Renaissance et Baroque (1988): polarisation.
  14. 14. Ludwik Fleck, Genèse et développement d’un fait scientifique• Première publication : 1935.• Le livrerestelargement inconnu• Travail indépendant de la sociologie de la connaissance allemande de l’époque (Mannheim, Lukacs)• Etude de cas: la syphilis
  15. 15. Ludwik Fleck 1896-1961
  16. 16. La formation des idées• Les mots ne sont pas àl’origine des noms pour les choses et la connaissance ne repose, au moinsàl’origine, sisur des représentationsintellectuellespostérieuresouanté rieures des phénomènes, nisur la mise en adéquationd’idées avec de quelconquesfaitsextérieurs. Les mots et les idéessontàl’origine des équivalentssonores et intellectuelsd’expériencesvécues, qui sontdonnées en mêmes temps quecelles-ci. Ceciexplique la signification magique des mots et la signification dogmatique et religieuse des phrases. (p. 54)
  17. 17. Formesstylistiques des systèmesd’opinionsUnefoisformé, un systèmed’opinionsparfaitementorganisé et fermésurlui-même, possédant de nombreusesparticularités et des nombreuses relations, perduredans le temps, résistantà tout ce qui le contredit (p.55)
  18. 18. Propriétés du style de pensée1. Une remise en cause du systèmeapparaît impossible2. Ce qui ne se conforme pas au systèmereste invisible ou3. Est passé sous silence, mêmesicelaestconnu, ou encore4. Estdéclaré, au prix d’effortsconsidérables, commen’étant pas en contradiction avec le système.5. On voit, décrit et représente des états des choses qui correspondent aux vuedominantes, c’està dire qu’ils en sont pour ainsi dire les réalisations – sans que les droits des opinions opposéessoientpris en considération (p. 55-56)
  19. 19. Définition de style de pensée• Une perception dirigéeassociéeàl’assimilationintellectuelle et factuellecorrespondante de ce qui a étéainsiperçu.• Comme tout style, le style de penséerenvoieà la foisà un étatd’espritparticulier et au travail qui permet de donner corps àcetétatd’esprit: une aptitude àressentir de manièresélective et un autreàagir de manièrecorrespondante et dirigée.
  20. 20. Style et collectif de penséeCommeilappartientàunecommunauté, le style de penséesubit le renforcement social caractéristique de toutes structures sociales. Il devientunecontrainte pour les individus, ildétermine “ce qui ne peut pas êtrepenséeautrement”. Des époques entièresviventalorssous la domination de cette force contraignanteexercéesur la pensée (p. 173)
  21. 21. Foucault :Certes, si on se place au niveaud’uneproposition, àl’intérieur d’un discours, lepartage entre le vrai et le fauxn’estniarbitraire, ni modifiable,niinstitutionnel, ni violent. Maissi on se placeàuneautreéchelle, si on pose la question desavoir quelle a été, quelleestconstamment,àtraversnosdiscours, cettevolonté de vérité, letype de partagealorsc’estpeutêtrequelquechose comme un systèmed’exclusion (OD, p.16)
  22. 22. Un idéologiepartagée:• A’ l’intérieur d’un style de pensée, d’un schémaconceptuel, d’uneépistéme, on ne peutremettre en question la hiérarchie des idées, l’ordre du discours, car notre perception même de la réalité en estinfluencée.• Débatrélativisme/réalisme (Science Wars): seulement en se positionnant en déhors du style, en en dévoilantsafonctionextrathéorique nous pouvonsvoir les forces, les biais et les déterminationsculturelles de ce style. A’ l’intérieur, le partage entre cequ’onpeut dire et cequ’on ne peut pas dire estaccepté.
  23. 23. Style et réputation• Est-ilnécessaire de “sortir” du style pour l’observer?• Le style des idéesdépend des réseaux de confiance qui stabilisentleurréputationdansunecommunauté .• Les indicateursréputationnelsque nous employonssontnégotiables et engagentnotreresponsabilitéépistémique.
  24. 24. Exemple: le style de pensée de la recherchecontemporaine• Le partage entre vrai et faux dans le style de la recherchecontemporaine a un nom: peer- review.• L’autoritéquechaquechercheurattacheàcedisp ositif engage saresponablité et saconnaissance du dispositif.• Biaisdans le système, différences entre les communautésépistémiques, etc..
  25. 25. Conclusion:• Un style de penséeest un paysageréputationnelauquel on fait confiance pour des bonnesou des mauvaises raisons. On peut faire confiance aux indicateursréputationnels pour des raisons de conformisme, de comodité, de déférenceàuneautoritéqu’on ne peut pas mettre en question, d’attrait. S’intérrogersurces raisons esttoujours possible.

×