Théorie des Organisations
Introductions
•

La théorie des organisations est une branche des sciences de gestion. Les
scien...
Histoire du porte commande
• Il était une fois un dirigeant d’une chaîne de restaurant
qui, malgré un niveau salarial supé...
Histoire du porte commande
1.

2.

3.

4.

Le rapport du sociologue pointa un problème de nature sociologique: en passant ...
Histoire du porte commande
•
•
•

•

Fasciné par ces analyses, le dirigeant de la chaîne de restaurant
commanda une étude ...
THEORIE DES ORGANISATIONS
INTRODUCTION
Une théorie multidisciplinaire
sociologie

économie

Théorie des
Organisations

psy...
THEORIE DES ORGANISATIONS
Henry Mintzberg dans « le Management » :
« Nous sommes nés dans le cadre d’organisations
et se s...
THEORIE DES ORGANISATIONS
définition
ORGANISATION= système d'action collective
1.dont le problème majeur consiste à défini...
THEORIE DES ORGANISATIONS
ICEBERG ORGANISATIONNEL

Aspe cts forme ls
(ce qui e st v isible
ou pate nt) :
-Buts
-Technologi...
THEORIE DES ORGANISATIONS
ÉPOQUE

THÉORIE/CONCEPT/MODÈLE

AUTEURS

. 1910

•
•

Le mouvement scientifique
Les principes ad...
THEORIE DES ORGANISATIONS
ÉPOQUE

1960

1970

1980

1990

THÉORIE/CONCEPT/MODÈLE

AUTEURS

•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•

La dimen...
L’école classique des organisations (1900-1930 )
Contexte conjoncturel :
•




•
•
•

Révolution industrielle 18ème-19e...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

1 module introduction à la théorie des organisations

2 478 vues

Publié le

Introduction a la theorie des organisations

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 478
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
40
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

1 module introduction à la théorie des organisations

  1. 1. Théorie des Organisations Introductions • La théorie des organisations est une branche des sciences de gestion. Les sciences de gestion se définissent comme une science de l’action utilisant les méthodes et résultats des autres sciences pour conduire les organisations. A l’instar des sciences de gestion, la théorie des organisations puisent son corpus théorique et pratique des méthodes et résultats de la psychologie, biologie, économie, sociologie, etc.… • Cette hétérogénéité n’est pas problématique car la plupart des théories sont partielles puisqu’elles n’étudient qu’un aspect des problèmes organisationnels. Bien souvent ces théories aux approches différentes se révèlent complémentaires et enrichissent la compréhension des organisations. Ainsi, un aspect de l’organisation pourra être étudié sous plusieurs prismes. • il n’existe donc pas une seule approche de l’organisation car il y a une grande diversité des formes d’organisation, d’où une grande variété des approches possibles pour les étudier.
  2. 2. Histoire du porte commande • Il était une fois un dirigeant d’une chaîne de restaurant qui, malgré un niveau salarial supérieur à la moyenne du secteur et des conditions de travail satisfaisantes, constatait des relations exécrables entre gérants, cuisiniers et serveuses, un absentéisme constant et une rotation élevée du personnel. • Ne sachant comment y remédier, il décide de faire appel à plusieurs consultants: un sociologue, un psychologue, un anthropologue et un économiste. • Après deux semaines d’observation, les quatre consultants constatèrent que c’était aux heures de pointe que tension et crise atteignaient leur apogée. Ils remirent leur rapport au dirigeant de la chaîne pour expliquer la nature des problèmes observés.
  3. 3. Histoire du porte commande 1. 2. 3. 4. Le rapport du sociologue pointa un problème de nature sociologique: en passant les commandes, les serveuses hurlaient des ordres aux cuisiniers ce qui est inconcevable puisque qu’une personne à statut faible ne peut ordonner des choses à un statut socialement supérieur sans remettre en cause la structure existante. Le rapport du psychologue affirma que le problème était de nature psychologique. Une fine analyse suggérait que le gérant représentait la figure du père, les cuisiniers celles des frères et les serveuses celles des sœurs. Dans une culture où il est rare que les sœurs donne t des ordres et dirigent leurs frères, la crise était inévitable puisque la structure des de la personnalité de chacun était perturbées et remises en cause. Le rapport de l’anthropologue décela un problème d’essence anthropologique. Il mit en exergue le comportement des cuisiniers dicté par un système culturel de valeurs basées sur la croissance et le développement du restaurant car ils en bénéficiaient directement en salaires et prestige. A contrario, la plupart des serveuses ne travaillaient que pour compléter un revenu familial et n’avaient que peu d’intérêt économique à la croissance du restaurant tant que les conditions de travail étaient satisfaisantes. Ce système de valeurs périphériques dominant un système de valeurs centrales, la crise était inévitable. Le rapport économique visa un problème d’origine économique. La situation d’équilibre monopolistique mettant face à face un seul demandeur de commandes, le cuisinier, à une offre atomisée de serveuses multiples étaient constamment en instabilité quand périodes de pointe et périodes de calme alternaient. Afin de rétablir un équilibre stable, il convenait soit d’atomiser la demande (le cuisinier) soit de concentrer l’offre et d’agréger les serveuses pour obtenir un monopole bilatéral.
  4. 4. Histoire du porte commande • • • • Fasciné par ces analyses, le dirigeant de la chaîne de restaurant commanda une étude supplémentaire aux consultants qu’il chargea d’établir une solution concrète aux problèmes rencontrés. Le sociologue conseilla de remplacer la transmission orale des ordres par un système anonyme de transfert d’informations: un porte commande était l’outils le plus approprié. Le psychologue conseilla de dépersonnaliser les rapports entre individus par l’intermédiaire d’un objet tel un porte commande. L’anthropologue considéra que l’harmonisation de la hiérarchie des systèmes de valeurs au groupe passait par l’introduction d’un intermédiaire entre chacun des sous-groupes: un porte commande suffirait. L’économiste, pour agréger les demandes des serveuses, conseilla l’installation d’un porte-commande. La morale de cette histoire montre que plusieurs approches théoriques peuvent aboutir à des analyses complémentaires et préconiser des actions similaires.
  5. 5. THEORIE DES ORGANISATIONS INTRODUCTION Une théorie multidisciplinaire sociologie économie Théorie des Organisations psychologie droit
  6. 6. THEORIE DES ORGANISATIONS Henry Mintzberg dans « le Management » : « Nous sommes nés dans le cadre d’organisations et se sont encore des organisations qui ont veillé à notre éducation de façon, à ce que plus tard, nous puissions travailler dans des organisations. […] Et, notre dernière heure venue, ce seront encore des organisations qui s’occuperont de nos funérailles ».
  7. 7. THEORIE DES ORGANISATIONS définition ORGANISATION= système d'action collective 1.dont le problème majeur consiste à définir des modes de coopération efficaces entre ses membres 2.articulé autour d’une structure hiérarchique et traversé par de multiples jeux de pouvoir 3.caractérisé par la poursuite de certains objectifs 4.qui doit faire face à un contexte particulier et établir avec lui des relations durables
  8. 8. THEORIE DES ORGANISATIONS ICEBERG ORGANISATIONNEL Aspe cts forme ls (ce qui e st v isible ou pate nt) : -Buts -Technologie -Structure -Politiques et procédures -Produits -Res s ources Aspe cts informe ls (ce qui e st plus caché ou late nt) : -Perceptions -Attitudes -Sentim ents -Valeurs -Interactions inform elles -Norm es du groupe Du Sys tèm e Form el
  9. 9. THEORIE DES ORGANISATIONS ÉPOQUE THÉORIE/CONCEPT/MODÈLE AUTEURS . 1910 • • Le mouvement scientifique Les principes administratifs Frederic Taylor Henri Fayol 1920 • Les principes de la bureaucratie Max Weber • L’école des relations humaines • • • La dynamique de groupe Les premières études sur le leadership Le conditionnement classique Elton Mayo, Fritz Roethlisberger et Bill Dickson Kurt Lewin Ronald Lippitt et Ralph White Ivan Pavlov 1940 • • • • La théorie des besoins (motivation) Le conditionnement opérant La psychanalyse La théorie du leadership fondée sur le comportement Abraham Maslow Burrhus Frederic Skinner Sigmund Freud Ralph Stogdill 1950 • • • • • La théorie bifactorielle (motivation) La psychologie humaniste Le stress Le système sociotechnique La théorie de la décision Frederick Herzberg Carl Rogers Hans Selye Eric Trist James March et Herbert Simon 1930
  10. 10. THEORIE DES ORGANISATIONS ÉPOQUE 1960 1970 1980 1990 THÉORIE/CONCEPT/MODÈLE AUTEURS • • • • • • • • • • • La dimension humaine de l’organisation La structure organisationnelle et l’environnement La grille de gestion (styles de leadership) Le modèle comportemental du leadership Le modèle contingent du leadership La théorie de l’expectative (motivation) Le stress (perspective cognitive) La personnalité de type A Le pouvoir et le leadership Les impératifs technologiques La théorie de l’équité (motivation) Douglas McGregor Tom Burns et George Stalker Robert Blake et Jane Mouton Robert Tannenbaum Fred Fiedler Victor Vroom Richard Lazarus George Friedman et Rosenman John French et Bertran H. Raven Joan Woodward Stacy Adams • • • • • • • • • La dynamique de la bureaucratie La théorie de la dépendance des ressources La théorie des objectifs La culture organisationnelle La théorie de l’excellence Les avantages compétitifs Le concept de la qualité totale Le concept de la créativité La psychanalyse organisationnelle Michel Crozier Jeffrey Pfeffer et Gerald Salanick Edwin Locke et Gary Latham Edgar Schein Tom Peters et Robert Watterman Michael Porter Edward Demings et Joseph Juran Edward De Bono Manfred Kets de Vries • • • • La planification stratégique Le leadership transformationnel Le concept d’organisation apprenante L’intelligence émotionnelle Henry Mintzberg Bernard Bass Peter Senge Daniel Goleman
  11. 11. L’école classique des organisations (1900-1930 ) Contexte conjoncturel : •    • • • Révolution industrielle 18ème-19eme: concentration des moyens de production favorisent l’émergence de la société industrielle et du machinisme. L’usine, lieux de création des richesses, suppose des changements de valeurs: Le secteur industriel attire une main d’œuvre agricole nombreuse, peu adaptée à la production technique et qu’il va falloir intégrer. Accumulation du capital: naissance de la bourgeoisie industrielle Individualisme et scientisme (foi que la science va résoudre tous les problèmes existentiels et de société). C’est dans ce contexte que l’école classique se développe dans 2 directions : Inspiration managériale (Taylor, Fayol). Inspiration sociologique (Weber: la bureaucratie).

×