• Partagez
  • E-mail
  • Intégrer
  • J'aime
  • Télécharger
  • Contenu privé
Législation sociale - 1ère partie : sécurité sociale (synthèse)
 

Législation sociale - 1ère partie : sécurité sociale (synthèse)

on

  • 3,016 vues

Autre synthèse pour légi'

Autre synthèse pour légi'

Statistiques

Vues

Total des vues
3,016
Vues sur SlideShare
3,016
Vues externes
0

Actions

J'aime
1
Téléchargements
75
Commentaires
1

0 Ajouts 0

No embeds

Accessibilité

Catégories

Détails de l'import

Uploaded via as Microsoft Word

Droits d'utilisation

© Tous droits réservés

Report content

Signalé comme inapproprié Signaler comme inapproprié
Signaler comme inapproprié

Indiquez la raison pour laquelle vous avez signalé cette présentation comme n'étant pas appropriée.

Annuler

11 sur 1 précédent suivant

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Votre message apparaîtra ici
    Processing...
  • Enseignant dans le secondaire, je viens d'être mis en charge d'un cours de législation sociale. M'autorisez-vous à utiliser vos synthèses législation sociale afin de documenter mon cours ?
    J'estime qu'il s'agit d'un travail très efficace qui m'évitera de partir dans tous les sens, vu l'importance de la matière.
    Bien entendu je citerai mes sources.
    Merci de me le faire savoir sur mon adresse mail :
    willyrichez@skynet.be.
    Are you sure you want to
    Votre message apparaîtra ici
    Processing...
Poster un commentaire
Modifier votre commentaire

    Législation sociale - 1ère partie : sécurité sociale (synthèse) Législation sociale - 1ère partie : sécurité sociale (synthèse) Document Transcript

    • Synthèse : Législation sociale. Première partie : la sécurité sociale :Historique :La sécurité sociale des travailleurs salariés est née grâce à un arrêté de décembre 1944.Cest un organisme public créé par lEtat pour assurer un service dintérêt général. Onlappelle lONSS = Organisation National de Sécurité Sociale.La sécurité sociale des travailleurs salariés constitue un grand mécanisme deredistribution des revenus entre riches et pauvres, bien portants et malades, travailleurs,chômeurs ou invalides, jeunes et vieux.Son fonctionnement nous implique TOUS et permet de répondre aux besoins de chacun.  les plus riches cotisent plus, les plus pauvres moins de manière à ce que tout le monde ait une couverture sociale.  Cest donc un système de solidarité et de redistribution, souvent cité comme lun des meilleurs au monde.Comment fonctionne-t-il? :Chacun cotise selon ses revenus, les cotisations sont prélevées sur les salaires. Cet argentva dans un "grand pot commun" national = lONSS. Largent est ensuite redistribué auxdifférents piliers de la sécurité sociale (voir schéma).  cotisation générale et solidaire.  Sil ny avait pas de sécurité sociale, il y aurait un problème dans la société parce quil vaudrait mieux être riche en bonne santé que pauvre en mauvaise santé. Il serait indispensable de recourir aux assurances privées, avec leurs désavantages.Comparaison des 2 systèmes : Sécurité sociale Assurance privée Protège tout le monde Ne protège que ceux qui peuvent se la payer Na pas pour vocation de faire des Recherche des bénéfices par augmentation bénéfices des tarifs et sélection des risques (cest une entreprise commerciale) Les cotisations sont proportionnelles aux Primes toujours plus chères pour une salaires pour une couverture identique couverture plus étendue Exemples : allocations de chômage aux Exemples : assurance incendie, auto, pensions, soins de qualité, allocations revenus garantis, vie, obsèque,… familliales 1
    • Schéma de lONSS :Schéma à relire dans le syllabus.Abréviations :INAMI = Institut National dAssurance Maladie Invalidité.ONVA = Office National des Vacances Annuelles.ONP = Office National des Pensions.ONAFTS = Office National dAssurance Familiale pour Travailleurs Salariés.ONEM = Office National de lEmploi.CAAMI = Caisse Auxiliaire dAssurance Maladie Invalidité.CAPAC = Caisse Auxiliaire de Paiement des Allocations de Chômage.Les 5 secteurs de la sécurité sociale sont : - La maladie et maternité. - Les vacances (pour les ouvriers). - La pension. - Les enfants. - Le chômage.Tableau des cotisations :  Chez les manuels (=ouvrier) : La cotisation salariale est de 13,07%. La cotisation patronale est de 31,21%.  Chez les intellectuels (=employés) : La cotisation salariale est de 13,07%. La cotisation patronale est de 25,21% (les employés nont pas droit aux vacances annuelles).Chapitre 1 : LINAMI = Institut National de maladie-invalidité : 1. Définition : Lassurance légale maladie invalidité permet à lassuré dobtenir : - des indemnités en cas dincapacité de travail suite à une maladie ou un accident (= assurance indemnité). - Des indemnités pendant le congé de maternité (= assurance maternité). - Une intervention dans les frais médicaux, pharmaceutiques, chirurgicaux et hospitaliers pour lui et les personnes à charges (= assurance de soins de santé). 2
    • 2. Organisation :Les fonds que reçoit lINAMI sont répartis entre les Unions nationales des mutualités.On peut décider de saffilier ou non à une mutuelle. Celui qui ne le désire pas, saffilieà la CAAMI. ce sont ces organismes qui versent les interventions = organismes assureurs.3. Conditions :- Avoir cotisé à lONSS.- Avoir remis un certificat médical établi par médecin traitant au médecin conseil de la mutuelle. le bon de cotisation est établi sur une base : Valeur minimale pour un travailleur de plus de 21 ans = 4840€. Si ce nest pas le cas, il doit une cotisation complémentaire. Le certificat remis au 2e jour civil qui suit le début de lincapacité de travail. (délai prolongé au 14e jour pour louvrier et 28e jour pour lemployé). En cas denvoi tardif, le droit à lindemnité débute le 1er jour ouvrable suivant celui de lenvoi.4. Prestations des assurances maladie et maternité :  Indemnités dincapacité de travail : Un stage doit être accompli durant 6 mois (= 120 jours de travail dau moins 3h). Ce stage peut être supprimé ou sa durée modifiée par Arrêté royal. Le 1er jour ouvrable de lincapacité ne donne pas lieu à des indemnités = jour de carence. (En fonction du secteur où on travaille). 2 types dindemnités sont prévus :- indemnité dincapacité primaire = Malade pendant 1 an (après on devient invalide). 60% de la rémunération perdue.- indemnité dinvalidité = Après 1 an de maladie. 65 ou 55% de la rémunération (selon personnes à charge ou pas). ! Attention ! Le droit aux indemnités prend fin à lâge de la pension. 3
    •  Indemnités de maternité : = pendant 30jours : 82% de la rémunération. À partir du 31e jour : 75%. Au-delà de 15 semaines : 60% (= maladie! Ce nest plus un congé de maternité). Pour obtenir ces indemnités, la femme enceinte doit remettre un certificat mentionnant la date présumée de laccouchement) son employeur et à sa mutuelle. Avant la date présumée de laccouchement!5. Terminologie :  Assurance obligatoire : Chaque travailleur y est soumis grâce au paiement des cotisations salariales et patronales.  Assurance complémentaire : Service pris en charge par chaque mutuelle et proposé à lassuré moyennant une cotisation supplémentaire. Utile parce que la sécurité sociale ne couvre pas tout.  Assurance privée : Elle est contractée auprès dun assureur privé, qui est commerçant. Elle permet de compléter la protection légale.  Mutualités : Elles sont nombreuses et sont regroupées dans 5 unions nationales (chrétienne, libérale, socialiste, libre et neutre). Sy ajoutent la CAAMI et la caisse de soins de santé SNCB.  Carte SIS : Cest une carte qui permet de bénéficier des remboursements de soins de santé. Elle nous identifie auprès des organismes médicaux. Cest notre carte didentité sociale.  DMG : Dossier Médical Global = centralisation chez un médecin généraliste de nos informations médicales. Pour louvrir, il suffit de payer une consultation auprès de notre médecin. Lavantage du DMG permet déviter le double emploi et assure un meilleur suivi médical. On paie moins cher les consultations par le biais dune réduction de 30% du ticket modérateur. 4
    •  MAF :Maximum à facturer = système qui limite les frais médicaux selon les revenus duménage. Cest le plafond des dépenses en santé au-delà duquel les ticketsmodérateurs sont remboursés. (Varie selon le ménage). En général, on additionnetous les frais médicaux, si les frais excèdent le plafond, cest remboursé. Lesrevenus sur lesquels on se base pour calculer le plafond sont ceux de la 3e annéequi précède lannée en cours (En 2008 on prend ceux de 2005).  BIM :Anciennement appelé VIPO, cest le Bénéfice dIntervention Majorée. Ça permetdes remboursements plus élevés destinés aux : pensionnés, orphelins, veufs,handicapés, chômeurs de plus de 50 ans, personnes dépendant du CPAS, ayantdes faibles revenus.  Médecins conventionnés :Les médecins et les mutuelles fixent les accords médico-mutualistes qui fixentnotamment le montant des honoraires. Les médecins sont libres dy adhérer oupas = médecins conventionnés.  Médecin conseil :Cest un médecin attaché à la mutuelle qui contrôle la bonne application des règlesédictées par lAMI. Cest la mutuelles qui lenvoie chez nous (>< du médecincontrôle que lemployeur nous envoie).  Ticket modérateur :Cest la partie qui nest pas remboursée par la sécurité sociale, elle est donc à notrecharge.  Tiers payant :Mode de paiement par lequel on ne paie que le ticket modérateur lors de la visitemédicale.  Banque Carrefour de la sécurité sociale :Base de données commune à tous les acteurs de la sécurité sociale. Permet departager rapidement de linformation et de mieux gérer les dossiers. 5
    • Chapitre 2 : Office national des allocations familiales (ONAFTS) : 1. Terminologie :  Attributaire : Personne qui perçoit un salaire qui donne ainsi droit aux allocations familiales. Travail minimum de 185jours/an – 4h/jour. Ce sera dabord le père ensuite la mère.  Allocataire : Celui qui perçoit les allocations familiales. Cest la mère ou la personne qui élève lenfant.  Bénéficiaire : Lenfant. Limite dâge, 25 ans. 2. Prestations :  Allocation de naissance et dadoption : Somme unique reçue une seule fois par enfant lors de la naissance de celui-ci. Elle est également due si lenfant est mort-né ou dans le cas dune fausse couche dau moins 180 jours. On la demande à la caisse dallocations familiale à laquelle on doit remettre une attestation de grossesse. Cette demande peut se faire à partir du 6e mois de grossesse.  Lallocation est payable à partir du 2e mois qui précède la date présumée de laccouchement. On reçoit aussi une somme lors de ladoption dun enfant (même montant).  Allocations familiales : Payées à la caisse dallocations familiales à laquelle notre employeur est affilié. Les allocations dépendent : - Du nombre denfants. - De leur âge. - Circonstances particulières (orphelin, handicapé, parents chômeurs,…) Lallocation nest jamais payée pour le mois de naissance. Par la suite, elle est payée mensuellement jusquaux 25 ans de lenfant, sil est encore étudiant. 6
    • Chapitre 3 : Office National des Vacances annuelles : 1) Principe de base : Le travailleur ne peut renoncer aux vacances annuelles payées, elles sont obligatoires! Chaque travailleur peut avoir des avoir des vacances, cest un droit. Par contre, on ne choisit pas la durée de ses vacances ni le pécule, ceux-ci dépendent de lexercice de vacances = année qui précède celle de la prise de vacances. Ils sont proportionnels à la durée de travail effectué. Attention ! Les jours de vacances doivent être octroyés durant les 12 mois qui suivent lexercice! Obligatoire de les prendre avant le 31 décembre. Lemployeur est obligé dassurer au travailler une semaine de vacances continue. 2) Durée des vacances : Elle est en fonction : - Du nombre de mois de travail durant lexercice de vacances pour les employés. (2 jours/mois de service, 24 jours en semaine de 6 jours et 20 jours en semaine de 5). - Du nombre de jours de travail pour les ouvriers. Attention ! Les jours fériés, les dimanches et les jours dinactivité ne sont PAS des jours de vacances! Par contre : Le repos de grossesse, les 12 premiers mois dabsence pour cause de maladie (en régime employé). Le repos de grossesse, les 12 premiers mois dabsence pour ITRP dau moins 66% (en régime ouvrier).  sont des périodes dinactivité assimilées à des périodes de travail pour le calcul des jours de vacances!  Régime spécifique pour le premier emploi : Le jeune nayant jamais travaillé est assimilé au travailleur de lannée dexercice SI les conditions suivantes sont respectées : - Ne pas avoir 25 ans au 31 décembre de lannée dexercice. - Avoir terminé ses études au cours de lannée dexercice. - Avoir travaillé au moins 1 mois durant les vacances.  Les mois passés à lécole sont alors assimilés à des périodes de travail. Dans ce cas, le jeune bénéficiera de 4 semaines de congé comme un travailleur normal. 7
    • 3) Pécule de vacances (ne pas savoir le calculer) : Il sagit de la rémunération des jours de vacances. Les régime diffère sil sagit dun ouvrier ou dun employé :  Pécule de louvrier : - Payé par la caisse de vacances annuelles à laquelle lemployeur est affilié ou par lONVA. - Il est de 15,38% du salaire brut gagné au cours de lexercice des vacances. - Il est soumis à une retenue de 13,07%, à une cotisation de solidarité d1% et au précompte professionnel.  Pécule de lemployé : - Payé directement par lemployeur. - Il comprend : • Un simple pécule : salaire normal du mois en cours. • Un double pécule : 1/12e X 92% par mois de service au cours de lexercice de vacances.  Pécule du 1er emploi : Même problème que loctroi des jours de vacances parce que le jeune na pas encore dannée de référence dans la vie active. Pour obtenir le pécule, mêmes conditions que pour loctroi des jours. Le jeune percevra : - le pécule de vacances relatif à la période pendant laquelle il a travaillé. - Une allocation vacances-jeunes qui va compléter le pécule. Elle est de 65% du salaire et est payée par lassurance-chômage. Le jeune doit demander à son employeur un formulaire spécial à compléter pour en bénéficier.Chapitre 4 : Office national des pensions (ONP) : 1. Pension de retraite : La pension de retraite est celle dont le travailleur bénéficie grâce à ses années de travail. a) Âge : Lâge de la pension est identique pour les hommes et les femmes = 65 ans et 45 ans de carrière. Elle débute au plus tôt le 1er jour du mois qui suit celui au cours duquel le bénéficiaire atteint 65 ans. 8
    • b) Montants :  Carrière complète (45ans de travail) :- Si le conjoint a cessé ses activités professionnelles et ne perçoit pas de pension, dindemnité ou dallocations de chômage, on perçoit 75% des salaires bruts gagnés au cours de la carrière = Taux de ménage = un seul pensionné.- Dans tous les autres cas : 60% des rémunérations = taux isolé = 2 pensionnés.  Carrière incomplète :La pension est proportionnelle à la durée des activités.Ex : 37 ans de carrière Rémunérations brutes x 37/45 x 75%.2. Pension de survie :Cest celle dont bénéficie une personne grâce au travail de son conjoint.- Elle est accordée au conjoint survivant.- Débute le 1er du mois qui suit celui aux cours duquel le conjoint survivant atteint 45 ans.- Est de 80% de la pension du défunt calculée au taux ménage (75%).- Est conditionnée à une durée de mariage dau moins 1 an.Exception si :Un enfant est né du mariage.Il y a un enfant à charge lors du décès.Il y a un enfant donnant droit à des allocations familiales.Attention !Si par des mariages successifs, une personne peut bénéficier de plusieurs pensions, ellepercevra la plus élevée seulement.3. Pension complémentaire :  Quels sont les 3 piliers du secteur des pensions?- La pension légale : Cest un droit pour ceux qui ont cotisé durant leur carrière. La pension est payée par lEtat. Elle est obligatoire!! Elle est plus avantageuse que la pension complémentaire parce quon possède une assurance hospitalisation avec celle-ci. Si je meurs avant 65 ans, largent sera remis à mes enfants. 9
    • - Lassurance groupe : Elle est contractée par lemployeur pour venir compléter notre salaire. Si je meurs avant 65 ans, largent est remis à la personne de mon choix. - Lassurance revenu garanti : Cest une démarche personnelle. Elle couvre comme lassurance vie, décès, survie. On la contracte auprès dune compagnie dassurances de notre choix, elle est à titre privé. Celle-ci va prévoir un certain capital que lon recevra lors de notre pension. Elle complète la pension légale. Avantage : déduction fiscale. Si je meurs avant 65ans, largent est remis à la personne de notre choix.  Les cotisations payées sont-elles toujours destinées à la pension? Non! Les cotisations interviennent aussi en cas de décès, dinvalidité et dhospitalisation.Chapitre 5 : Office national de lemploi (ONEM) : 1) Bénéficiaires des allocations de chômage : Il faut avoir cotisé à lONSS et remplir de multiples conditions pour bénéficier de ce régime. a) Etre chômeur involontaire. b) Le chômeur doit être capable de travailler. c) Doit accepter tout emploi convenable ou formation professionnelle. d) Ne pas percevoir de rémunération (cumul interdit!). e) Être inscrit comme demandeur demploi auprès dun organisme (FOREM). f) Résider en Belgique. g) Ne pas avoir atteint lâge de la pension. h) Se soumettre à lobligation de "pointage" (procédure de contrôle). i) Avoir acquis un nombre suffisant de jour de travail. En cas de licenciement : - Il peut se faire sans raison. - On doit justifier quand cest un motif grave.  lemployé se passe de nos services : On a un délai de préavis de 3 mois avant de partir! On est encore payé et on peut sabsenter pour chercher du boulot. 10
    • Le délai de préavis varie en fonction statut :1. Ouvrier (en jour). Employé (en mois).2. De la rémunération (plus on gagne, plus la rémunération dure).3. De lancienneté (plus on est vieux, plus le délai est long).4. Du poste/grade (mieux on est placé, plus le délai est long). En cas de démission : Cest le même que le licenciement mais on na pas droit au chômage et les délais sont plus courts.  les délais de préavis sont remplacés par des indemnités compensatoires de préavis. = somme dargent donnée, équivalent de ce quon aurait gagné durant le délai de préavis. Si cest lemployeur qui a forcé la démission, il devra payer une indemnité! 2) Chômage chez les jeunes : Lorsque le jeune a terminé ses études, il peut obtenir des allocations de chômage (sil est chef de ménage) ou des allocations dattente (sil nest pas chef de ménage).  Conditions : - Être âgé de moins de 30 ans. - Avoir terminé ses études (pas forcément réussir mais avoir suivi lannée jusquau 30 juin et avoir présenté ses examens). - Accomplir un stage dattente (233jours de 18 à 26 ans et 310 jours de 26 à 30 ans).  Démarches : - Sinscrire comme demandeur demploi. - Sinscrire auprès dun organisme de paiement à la fin du stage dattente. - Se présenter au bureau de pointage de la commune pour sy inscrire et se soumettre aux obligations de "pointage". 3) Questions pratiques :  Vacances : Le chômeur a droit à 24 jours de vacances par an durant lesquels il perçoit des allocations de chômage. Il doit obligatoirement prendre 6jours consécutifs et doit mentionner ses jours sur la carte de pointage.  Travail autorisé : Un chômeur complet indemnisé ne peut exercer aucune activité pour arrondir ses fins de mois. 11
    • Il ne peut en aucun cas exercer quelque chose qui priverait un travailleur de son emploi (comme vendre ou construire). Si, occasionnellement, il exerce une activité rémunérée, il doit noircir une case de sa carte de pointage et perdra alors son allocation de chômage pour ce jour dactivité. Il peut :- exercer une activité artistique sil sagit dun hobby moyennant déclaration préalable.- Être bénévole dans une association.- Poursuivre une activité accessoire qui a déjà été exercée 3 mois avant la demande dallocation. A condition de réaliser cette activité de 7 à 18 heures en semaine. Les revenus de cette activité peuvent être cumulés avec les allocations.Chapitre 6 : les maladies professionnelles :1. Définition : Pour être considérée comme maladie professionnelle, la maladie doit avoir été causée par le travail. Néanmoins, toute maladie contractée au travail nest pas pour autant une maladie professionnelle! Une maladie a un caractère évolutif, qui peut saggraver. Un cancer de la gorge provoqué par lamiante sera considéré comme une maladie professionnelle pour un ouvrier mais pas pour un enseignant.2. Maladies officielles : Les maladies reconnues comme officielles sont reprises dans une liste. Elles donnent droit à des indemnisations. Si la maladie dont on souffre et notre lieu de travail figurent dans la liste, on est reconnu comme victime de MP. Exemples : affections pulmonaires dues à linhalation de farine ou de poussière de coton et de lin, les affections cutanées causées par la suie ou le goudron, lhépatite virale chez le personnel soignant, la surdité causée par le bruit,… Attention ! Le stress nest pas considéré comme maladie professionnelle!3. Autres maladies : En plus de la liste, il y a la reconnaissance des maladies professionnelles grâce à un dossier médical. si on prouve la maladie en lien avec le travail, on peut être indemnisé. Exemple : si je fais une dépression nerveuse à cause de mon boulot (pas de ma famille!) et que japporte la preuve, je souffre dune MP. 12
    • 4. Organisme compétent : Organisme assureur unique : le Fonds des maladies professionnelles. = établissement public auprès duquel tous les employeurs sont obligés de saffilier.5. Indemnités : Il y a deux types dindemnités :- incapacité de travail temporaire : 90% du salaire journalier moyen, payé pour tous les jours du calendrier.- incapacité de travail permanente : Remboursement des soins de santé, allocation pour assistance dune tierce personne, indemnité de décès, frais funéraires,… Chapitre 7 : les accidents du travail : 1. Définition : Laccident du travail est tout accident provoquant une lésion (dordre physique ou mentale) et survenu pendant le travail par le fait de son exécution ou sur le chemin du travail. Laccident du travail arrive soudainement, pas comme la maladie. Ils sont couverts par les assurances privées, obligatoires dans le but de protéger les travailleurs. 2. Accident du travail proprement dit : La lésion provoquée par laccident du travail ne doit pas nécessairement entraîner un accident du travail, il suffit quelle donne lieu a des soins médicaux. les dommages aux prothèses entrent aussi en compte (lunettes, dentiers cassés,…) elle peut se manifester par une maladie qui se développe suite à un événement soudain (infirmière qui se pique avec une seringue injectée -> hépatite B = accident du travail). Il importe que laccident soit la conséquence dune faute grave mais il ne peut en aucun cas être intentionnel! (non respect des consignes de sécurité). La lésion ne doit pas être due à un mauvais état de lorganisme. (qqn de cardiaque). Tout accident survenu pendant lexécution du contrat de travail est un accident du travail si on peut démontrer que lon était sous la responsabilité de lemployeur. Accidents survenus pendant les pauses et les fêtes organisées par lentreprise sont donc des accidents du travail. Pour que laccident soit un accident du travail il faut que la cause soit liée au travail. 13
    •  Preuve à rapporter : Le travailleur doit prouver 3 éléments :- lévénement soudain.- La lésion.- La survenance des faits pendant lexécution du contrat. les preuves doivent être confrontées par un dautres éléments (coordonnées des témoins, constatation des lésions par un médecin,…). En pratique, le travailleur fait une déclaration daccident à son employeur. Lemployeur doit alors signaler laccident à son assureur dans les 10jours. Si la preuve rapportée est justifiée, lassureur devra intervenir. Si celui-ci refuse, nous nous trouvons dans un cas de présomption réfragable, cest-à-dire que lassureur devra prouver que les preuves ne sont pas justifiées. 3. Accident sur le chemin du travail : Il faut 4 conditions :- Un événement soudain.- Une lésion.- Lévénement soudain a provoqué la lésion (causalité).- Laccident est survenu sur le trajet NORMAL du travail. le trajet normal du travail est celui effectué par le travailleur. Du lieu où il habite au lieu où il doit se rendre pour diverses raisons professionnelles. Ce nest pas nécessairement le plus court mais cest le moins dangereux. Des interruptions et des détours ne rendent pas le trajet anormal : • Interruption insignifiante = on nen tient pas compte. Son importance dépend de la longueur du trajet. • Interruption peu important = on nen tient pas compte sil est justifié par une cause légitime tenant aux nécessités de la vie courante! • Interruption important = on nen tient compte que sil est justifié par la force majeure (événement que lon ne peut pas prévoir). Le lieu du travail est une notion large qui recouvre :- Les endroits où se donnent des formations professionnelles.- Les lieux où se tiennent les réunions syndicales ou conseil dentreprise.- Ceux où se prennent les repas. 14
    •  Preuve à rapporter : Le travailleur doit prouver :- Lévénement soudain.- La lésion.- La survenance de laccident sur le chemin NORMAL du travail. 4. Organisme compétent : Lemployeur a lobligation de contracter lassurance loi. Cette assurance est contractée auprès dun organisme assureur de son choix (assurance privée). Le fonds des accidents du travail ninterviendra quà titre subsidiaire pour indemniser la victime si lemployeur est en défaut davoir contracté une assurance obligatoire. Dans ce cas, le FAT se retournera en remboursement contre lemployeur. 5. Indemnités : Elles se calculent en fonction du type dincapacité et de son importance :- ITT = Incapacité Temporaire Totale : égale à 100% et va (peut) évoluer.- ITP = Incapacité Temporaire Partielle : inférieure à 100% et va(peut) évoluer.- IPT = Incapacité Permanent Temporaire : égale à 100% : pas dévolution.- IPP = Incapacité Permanente Partielle : inférieure à 100% : définitive. entre les incapacités temporaires et permanentes se situe la date de consolidation des lésions. Si létat de la victime saméliore ou saggrave, un délai de révision de 3 ans permettra de reconsidérer le cas. Durant les incapacités TEMPORAIRES, les indemnités sont de 90% du salaire et dues pour tous les jours calendriers.Attention !Tous les dommages ne sont pas indemnisés! Seul le dommage physique est pris encompte (pas matériel, moral et esthétique). 6. Responsabilité civile : Les règles de responsabilité civile peuvent intervenir pour compléter lindemnisation de la victime si laccident est dû à la faute dun tiers. Lorsque cest le cas, la victime pourra bénéficier dindemnités sur base de lassurance-loi pour son préjudice physique. Elle peut faire intervenir les règles dindemnisations du droit civil pour les dommages non couverts par le droit social. Attention! On ne peut pas cumuler les indemnisations pour un dommage déterminé. 15
    • Différence entre Maladie professionnelle et Accident du travail : Maladie professionnelle Accident du travailCouverte par le Fonds des Maladie Couvert par les assurances privéesProfessionnelleObligation davoir une assurance Obligation dune assurance de notre choixobligatoireUn seul organisme assureur : FMP Nimporte quel organisme dassurance privée : FAT (nest pas un organisme assureur!) 16
    • Deuxième partie : le droit du travail : Le droit du travail régit les rapports entre travailleurs et employeurs = droit privé. Il y a beaucoup de sortes de contrats de travail : étudiant, intérimaire, domestique, représentant de commerce,… Ses caractéristiques :- Législation récente (19e siècle).- Mouvante (modifications fréquentes).- Impérative (obligatoire). Chapitre 1 : les contrats de travail : 1. Définition et caractéristiques : Définition : Le contrat de travail est un contrat par lequel une personne sengage à effectuer un travail déterminé, en échange dune rémunération. Ceci, sous lautorité de lemployeur. Caractéristiques :  Contrat bilatéral et synallagmatique : Nécessite laccord des deux parties. Chacune delle sengage à exécuter des obligations (travail et rémunération).  Lien de subordination : Caractéristique fondamentale du contrat de travail car elle permet de distinguer le travailleur "salarié" du travailleur "indépendant". 2. Règles de durée et formalisme : Le contrat de travail peut être conclu pour une durée déterminée ou indéterminée.  Contrat à durée déterminée (CDD) : Contrat solennel (doit toujours indiquer le début et la fin) qui doit être écrit! Il doit : 17
    • - Être établi pour chaque travailleur individuellement au plus tard le 1er jour de travail.- Comporter des mentions obligatoires (lieu et horaire de travail, montant de la rémunération, nature du travail,…) Si ce nest pas le cas, il y a sanction : Le contrat sera considéré comme étant à durée indéterminée. Licenciement et démission interdits sauf pour faute grave.  Contrat pour un travail nettement défini : On est engagé pour faire quelque chose de bien précis. Ce sont les mêmes consignes quau dessus en ce qui concerne lécrit. Exemple : engager un traducteur pour traduire un livre, une fois que la tâche est faite, le contrat prend fin.  Contrat à durée indéterminée (CDI) : Contrat consensuel qui ne demande pas décrit. Même si les contrats de travail ne se font presque jamais de manière verbale. Dans tous les cas, le règlement de travail fait partie intégrante du contrat. Il y a rupture du contrat si faute grave. Les démissions et licenciements sont possibles. 3. Obligation des parties : Le contrat de travail est synallagmatique, cela veut dire que les 2 parties ont des obligations réciproques :  Le travailleur doit :- Agir conformément aux ordres de lemployeur.- Exécuter le travail convenu dans les conditions convenues.- Sabstenir de tout ce qui pourrait nuire à la sécurité.- Restituer en bon état les instruments de travail et les matières premières inemployées qui lui ont été confiés.- Sabstenir de divulguer les secrets de fabrications et les affaires de lentreprise.- Sabstenir de tout acte de concurrence.  Lemployeur doit :- Donner du travail et le faire exécuter dans les conditions prévues.- Mettre à disposition du travailler les instruments et matières premières nécessaires.- Veiller à ce que le travail saccomplisse dans de bonnes conditions de sécurité et de santé.- Assurer les premiers secours en cas daccident. 18
    • - Payer la rémunération. - En fin de contrat, donner au travailler tous les documents sociaux nécessaires. 4. Suspension du contrat : Attention ! Il ne faut pas confondre suspension et rupture de contrat! Suspension RuptureExécution momentanément impossible Fin du contrat Reprend cours normalement après la Plus de possibilité de reprendre suspension Exemple de suspension de contrat : - Maladie dun travailleur. - Naissance / grossesse. - Prison. - Faillite. - Mort de lemployeur.  Examinons la maladie et le congé de maternité : a) La maternité : La maternité est protégée en droit social, elle recouvre 4 aspects :  Les travaux interdits : Étant donné que la femme porte la vie, elle doit faire attention à ce quelle fait pour ne pas nuire à sa santé ni celle du bébé. Exemple : travaux lourds et pénibles, travaux avec des produits nocifs,…  La protection contre le licenciement : La femme enceinte ne peut pas être licencié parce quelle est enceinte! Cependant, lemployeur peut la licencier pour motif grave. Cette protection commence à partir du moment où lemployeur est informé de la grossesse. Elle se termine 1 mois après le congé de maternité. Lemployeur ne peut pas licencier la femme enceinte pendant ses 15 semaines + 1 mois quelle a pour se reposer.  sil ne le respecte pas, il y a sanction :  paiement de 6 mois de rémunération par lemployeur en plus de lindemnité compensatoire de préavis. 19
    •  Le congé de maternité : Il dure 15 semaines. En cas de naissance multiple, il est prolongé de 4 semaines. Répartition des 15 semaines : - Avant laccouchement : Il y a 6 semaines avant la date présumée de laccouchement dont une obligatoire (on peut donc prendre 5 semaines après laccouchement). Pour les naissances multiples, cest 2 semaines obligatoires.  Si la mère est malade pendant la période des 6 semaines, une 16ème semaine peut être accordée à sa demande. - Après laccouchement : 9 semaines obligatoires à partir de la date de laccouchement.  Les 2 dernières semaines de repos après laccouchement sont facultatives. On peut les convertir en jours de congé (durant les 8 semaines qui suivent laccouchement). Cela permet de reprendre le travail de manière progressive.Attention !!  Si la naissance a lieu avant la date présumée et que le bébé naît durant la semaine obligatoire, la maman perd les jours.  Si la naissance a lieu après la date présumée, le repos prénatal est prolongé. Le congé (9 semaines) commence à partir de la naissance. La femme enceinte doit :  Avertir son employeur dés quelle sait quelle est enceinte.  Remettre à son employeur un certificat médical précisant la date présumée de laccouchement.  Avertir et remettre un certificat à sa mutuelle avec la date du début du congé de maternité. 20
    •  Le congé dadoption : Le congé dadoption varie selon lâge et le handicap de lenfant adopté. Sa durée est laissée au choix du travailleur du moment quil respecte le maximum autorisé. La durée maximale est doublée si lenfant adopté est atteint dune incapacité physique ou mentale dau moins 66%. Le congé doit débuter dans le 2 mois qui suivent linscription de lenfant au registre de population. Le solde non pris du congé ne peut pas être récupéré ultérieurement. Âge de lenfant : Durée du congé max : Moins de 3 ans 6 semaines Entre 3 et 8 ans 4 semaines A partir de 8 ans 0  Le congé de paternité : Le père a droit à 10 jours de congé à la naissance du bébé. Il doit les prendre dans les 4 mois calendrier qui suive le jour de la naissance. Les jours peuvent être pris-en plusieurs fois. Le père doit :- Prévenir son employeur et la mutuelle parce quil recevra un salaire complet les 3 premiers jours (par son employeur) et les 7 jours restants seront payés par la mutuelle (82% de la rémunération brute). Ces 10 jours de congé sont assimilés à des jours de travail, ils interviennent dans le pécule de vacances et de la pension.Attention !!Dans le cas du décès de la mère ou dune hospitalisation, le père peut bénéficier desjours de congé de maternité non pris par la mère.  Les indemnités : Elles sont payées par la mutuelle dés le premier jour du repos de maternité. Du 1er au 30e jour = 82% du salaire brut. Du 31e jour à la fin = 75% du salaire brut plafonné. 21
    • b) La maladie : Relire cours page 51. 5. Fin de contrat :  Le contrat peut prendre fin de différentes manières : - De commun accord = les 2 parties sont daccord, il ny a pas de problème. - Force majeur = événement imprévisible et irréversible. Exemple : incendie ou explosion de lentreprise. - Décès du travailleur. - Expiration du terme (CDD), achèvement du travail. - Volonté des parties = rupture unilatérale (une des 2 parties). Exemple : démission, licenciement, faute grave (dans ce cas, pas de préavis ni dindemnité ni de chômage). Chapitre 2 : le contrat de lemployé : 1. Clause dessai : Cette clause peut être insérée dans tout contrat de travail. Son but est de permettre aux 2 parties de sapprécier mutuellement ou dans le cas contraire, rompre la relation de travail avec un préavis réduit. La clause dessaie nest autorisée que dans des limites strictes. Formalisme : - Obligatoirement écrit. - Pour chaque travailleur individuellement. - Au plus tard au moment de lentrée en service. Durée : La durée de la période dessai dépend de la rémunération annuelle brute. Rémunération annuelle Durée minimale Durée maximale bruteInférieure à 36 355 € 1 mois 6 mois 22
    • Supérieure à 36 355 € 1 mois 12 mois  si le contrat à lessai nen précise pas la durée, elle sera d1 mois. Rupture : Pas de rupture possible durant le 1er mois lessai sauf pour motif grave.Après 1 mois Préavis de 7joursFin de lessai Préavis de 7jours sinon le contrat devient définitif  Le délai de 7 jours commence le lendemain de la notification du congé.  La sanction de la rupture pendant le 1er mois est le paiement par lemployeur dune indemnité égale au solde de la rémunération du mois + 7 jours. 2. Rupture unilatérale : La rupture unilatérale signifie la volonté dune seule des parties de rompre le contrat. Toute rupture doit se faire par écrit et préciser la durée et le début du préavis. 2 types de ruptures sont possibles :  Respect du délai de préavis ou dune indemnité compensatoire de préavis. OU  Rupture pour motif grave. a) Rupture avec délai de préavis ou indemnité compensatoire : - Elle peut émaner de lemployeur (=licenciement) ou du travailleur (=démission). - Le délai dépend de la rémunération annuelle brute et de lancienneté du travailleur (tableau donné en annexe à lexamen). - La loi impose une durée maximum pour le délai en cas de démission. - Durant le délai de préavis, le travailleur a le droit de sabsenter avec maintien de sa rémunération!  si la RAB est inférieure à 29 729€ = 2x/semaine  si la RAB est supérieur à 29 729€ = un demi jour/semaine en début de préavis. 1jour pendant les 6 derniers mois. Attention!! Ces absences doivent être justifiées! 23
    •  Le contre préavis ou préavis réduit : Il ne sapplique quen cas de licenciement. lemployé licencié qui a trouvé un nouveau travail peut partir avant la fin du délai de préavis en donnant un contre-préavis. La durée est fixée par la loi : Rémunération annuelle brute Contre-préavis Inférieure à 29 729€ 1 mois Entre 29 729 et 59 460€ 2 mois Supérieure à 59 460 € 4 mois  Modes de notification :- La remise de la main à la main = elle sort ses effets le lendemain de la remise.- Lexploit de huissier = il sort ses effets le jour de sa notification.- La lettre recommandée = elle sort ses effets le 3e jour ouvrable suivant son envoi (le samedi est un jour ouvrable).  Calcul des délais : Le délai de préavis commence le 1er jour du mois civil qui suit.Attention!- Une démission peut se faire par les 3 procédés.- Un licenciement ne peut être notifié que par exploit de huissier ou lettre recommandée.b) Rupture pour motif grave :Le motif grave = toute faute rendant immédiatement et définitivement impossible lapoursuite du contrat de travail. Il est laissé à lappréciation du tribunal : sil estime que le motif nest pas grave, lemployeur devra payer une indemnité compensatoire de préavis. Lorsquil y a motif grave, la victime peut résilier immédiatement le contrat : sans préavis, sans indemnité et avant expiration du terme éventuel.Cette rupture est soumise à un formalisme de "double-délai" :- Notification de congé = dans les 3 jours de la connaissance de la faute, lécrit nest pas obligatoire (loral suffit). 24
    • - Notification du motif = dans les 3 jours (ouvrables) qui suivent la notification du congé, lécrit (les 3 procédés) est obligatoire! Il doit être le plus détaillé possible. 25