1
151 millions d’euros de CA
22 millions de visiteurs uniques/mois
25 millions d’annonces en ligne …
Trimestrieloctobre-no...
40
Concevoir un site Internet est une chose... Mettre en orbite un site web adapté aux
contraintes, aux besoins et au marc...
41
concevoir des sites Internet sans se soucier de la visibilité des entreprises clientes sur
Internet dans la durée. Au-d...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Article Informations entreprise_ICARICE

87 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
87
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Article Informations entreprise_ICARICE

  1. 1. 1 151 millions d’euros de CA 22 millions de visiteurs uniques/mois 25 millions d’annonces en ligne … Trimestrieloctobre-novembre-décembre2015.France5€,Belgique/Luxembourg5,50€,Suisse10CHF,DOM6,90€,ZoneCFA:3000CFA,Canada:7,95$Can Une autre lecture de l’économie - n°158 InformationsEntreprise Rencontre avec Antoine Jouteau, directeur général Grande foir’fouille, gros pactole 3’:HIKMKD=[UZUUU:?a@b@f@s@k"; M02036-158-F:5,00E-RD La pub Passe au format XXL Biotechnologies Du «pain béni» pour l’innovation comme pour l’investissement Financements alternatifs industriels Nouveaux leviers de croissance ? Le burn-out La crise de nerfs législative
  2. 2. 40 Concevoir un site Internet est une chose... Mettre en orbite un site web adapté aux contraintes, aux besoins et au marché de chaque client tout en l’accompagnant sur le long terme pour optimiser sa visibilité et lui permettre d’augmenter son chiffre d’affaires en est une autre. De prime abord, on aurait tendance à penser que toutes les sociétés de développement de sites Internet agissent de cette manière. Pourtant, force est de constater qu’aujourd’hui sur le marché français, il n’en est rien. C’est tout du moins ce qu’estiment Guellel Kozzi et Jean-Marc Roit. « À ce jour, il n’existe aucun créateur de sites Internet incluant dans son offre du conseil sur la stratégie à adopter pour le web, un suivi rigoureux des performances de l’activité, un accompagnement sur le long terme pour faire évoluer le référencement et le site selon les nouveaux objectifs du chef d’entreprise et des nouvelles contraintes du marché » confient les deux fondateurs. Et de préciser : « Lorsque nous approchons nos différents prospects, notre mission est claire : il s’agit de répondre à une problématique au regard de leurs objectifs. Notre rôle consiste également à les éduquer vis-à-vis des comportements des consommateurs d’aujourd’hui afin de leur proposer un site web en phase avec les usages de ces derniers. Nous conseillons chaque prospect vers l’offre la plus adaptée à ses différents besoins. Nous pouvons parfois même déconseiller l’offre e-commerce pour différentes raisons. Chez Icarice, nous développons avec chaque entreprise un partenariat qui s’établit sur toute la durée de vie de l’entreprise. Nous souhaitons développer une relation intime pour les connaître et les aider à travers le temps à atteindre différents objectifs ». Il faut dire que Guellel Kozzi et Jean-Marc Roit ont largement étudié la question. En France début 2015, il existait 164 000 sites Internet marchandsactifs,dont0,5%(800)réalisaient67%despartsdemarché.Lequelmarché s’établissait à près de 57 milliards d’euros en 2014. Résultat des courses : il existe à ce jour près de 110 000 sites marchands réalisant un chiffre d’affaires de moins de 30 000 euros par an. Or, la moitié d’entre eux n’atteignent pas 10 transactions par mois. « La plupart des dirigeants de PME-PMI possèdent peu de connaissances sur le monde de l’Internet. Ils sont donc réticents à l’idée d’investir dans une solution sur laquelle ils n’ont aucune compétence technique pour en assurer l’entretien. C’est pourquoi nous avonsprisunparti :celuidelesaccompagneràtraversunabonnementcompletpropre à chacune de nos trois offres. Lequel abonnement permet d’assurer un référencement évolutif, mais offre également la possibilité pour le dirigeant de faire évoluer son site Internet sans surcoût et sans limitation (modifications esthétiques, intégration de contenus etc). Notre équipe procédant à toutes les modifications demandées afin d’alléger la charge de travail du chef d’entreprise dans l’optimisation de son site », tient à souligner Guellel Kozzi. Et Jean-Marc Roit d’ajouter : « En effet, pour permettre à un site de disposer d’une visibilité permanente sur Internet, il est indispensable de faire évoluer son référencement. Google a ainsi mis en place des robots dont le but est de contrôler les sites, de les classer ou de les déclasser si les nouvelles règles de référencement venaient à ne pas être respectées. De plus, le géant américain fait fréquemment évoluer ses techniques afin de fournir un résultat plus représentatif des recherches effectuées par les internautes. C’est lui, avec ses 94 % de parts de marché, quifixelesnormes !D’oùlanécessitéabsolued’instaureruneveillepourresterinformé desdernièresrèglesimposéesparlemoteurderecherches.Cequenousfaisonspourle compte de nos clients ». Tous « responsives » ! Mais les deux fondateurs le savent... S’il est aujourd’hui devenu essentiel de comprendre les besoins réels des chefs d’entreprises pour leur permettre d’élargir leur portefeuille de clients, de communiquer efficacement, d’accroître leur vente et de développer de nouvelles activités, il convient par ailleurs de s’adapter au us et coutumes des internautes. Des internautes qui ont également, en fonction de leur âge, largement tendance à consulter des sites Internet sur tablettes et smartphones. Aujourd’hui, deux connexions sur trois s’effectuent à partir d’un terminal mobile. D’où l’importance, dès le départ, de concevoir des sites sur-mesure certes (c’est là le leitmotiv des équipes d’Icarice), mais aussi « responsives » (qui possèdent une version mobile spécifiquement élaborée pour s’adapter à l’ergonomie des différents supports de connexion que constituent les téléphones mobiles et les tablettes). Ce, d’autant plus que Google (depuis la mise en application de la règle du 21 avril 2015) précise que tous les sites Internet qui ne seraient pas « responsives » seront automatiquement déclassés en termes de référencement sur la version mobile du moteur de recherches. Parallèlement à cela, Guellel Kozzi et Jean-Marc Roit n’en démordent pas. Si nombreuses sont les entreprises à rencontrer des difficultés, c’est bien parce que, selon les deux dirigeants, celles-ci n’ont pas été capables de s’adapter au changement de comportement des consommateurs. «  Le nombre de foyers français disposant d’Internet n’a cessé d’augmenter depuis l’an 2000. Selon l’INSEE, 12 % des Français déclaraientavoirunaccèsàInterneten2000.Ilsétaient54%en2007et78%en2014. Aujourd’hui,lesconsommateursutilisentInternetpourrecevoiretenvoyerdese-mails, se connecter à leur compte bancaire en ligne ou pour rechercher des informations. Ils utilisent Google pour se renseigner, comparer le prix de produits et effectuer des achats. Or, les comportements en question s’avèrent purement ignorés par de nombreux dirigeants. Voilà pourquoi un certain nombre d’entreprises se retrouvent aujourd’hui en difficulté ». Partant de ces constats, les collaborateurs d’Icarice (25 à ce jour) ont décidé de proposer trois typologies d’offres. Lorsque les deux premières respectivementnommées« Essentielle »et« Premium »concernentlacréationdesites Internet vitrines, la troisième dénommée « Professionnelle » consiste à concevoir des sites Internet de e-commerce. « Notre première offre s’oriente vers les jeunes sociétés ou les associations qui souhaitent simplement communiquer sur leur activité. L’offre Premium, quant à elle, est la plus populaire. Elle s’adresse aux sociétés PME/PMI, mais également aux organisations de plus grandes tailles - lesquelles disposent de besoinsparticuliers-quisouhaitentdévelopperleuractivitéefficacementsurInternet. L’offre Professionnelle de son côté, se révèle très spécifique dans la mesure où elle concerne les entreprises envisageant de vendre efficacement sur Internet. Une étude minutieuse du marché nous permet de valider ou non l’intérêt d’un tel site pour les entreprises », expliquent les deux dirigeants. Écoute, conseil, analyse du besoin et de l’environnement client, prix attractifs et concurrentiels… Vous l’aurez compris, chez Icarice la technique - même si elle s’avère primordiale - ne fait pas tout ! L’humain, le suivi et l’accompagnement constituent des valeurs essentielles. Originaire de Pau et désormais également implantée en région parisienne, cette start-up dynamique mise donc sur ces différents aspects pour se démarquer d’une concurrence accrue et faire preuve d’innovation dans un marché qui, reconnaissons-le, à plutôt tendance à Développement de sites web L’art & la manière Fondée en 2014 par Guellel Kozzi et Jean-Marc Roit, la société Icarice – dont le nom a été choisi en référence au personnage d’Icare dans la mythologie grecque – s’est fixé pour ligne de conduite d’accompagner les dirigeants des TPE, PME et PMI dans le développement de leurs activités sur Internet. L’objectif ? Leur permettre de gagner en visibilité et en performance dans une logique, pour elles, de retour rapide sur investissement. De quel accompagnement est-il question ? Pour quelle approche les deux dirigeants ont-ils choisi d’opter et dans quel contexte ? On fait le point. TECHNOLOGIESON EN PARLE...
  3. 3. 41 concevoir des sites Internet sans se soucier de la visibilité des entreprises clientes sur Internet dans la durée. Au-delà de cela, Guellel Kozzi et Jean-Marc Roit ont choisi de jouerlacartedelacompétitivité,delatransparenceetdel’honnêteté !Ce,notamment d’unpointdevuetarifaire.Cesderniersestimantquebonnombredeleursconcurrents conçoiventdessitesInternetàdesprixparticulièrementélevéssansétablir,ensuite,de partenariat sur toute la durée de vie de l’organisation cliente. Et les deux fondateurs de conclure : « Notre vision repose sur le fait que, dans un avenir proche, il n’y aura plus de distinction entre le e-commerce et le commerce traditionnel. Ne pas vendre en ligne signifiera refuser la mise en concurrence, ce qui entrainera le dépôt de bilan desentreprisesàcaused’unmanquedecompétitivité ».Responsablesonvousdit !g >Guellel Kozzi >Jean-Marc Roit

×