Charte et défis...

234 vues

Publié le

Conférence 18e Journées annuelles de santé publique

Publié dans : Alimentation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
234
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Lorsque l’on m’a approché pour cette présentation, j’ai mentionné que les actions que nous posions à Drummondville n’ont pas eu comme prémisse la santé publique mais bien un développement harmonieux de notre communauté ayant comme objectifs une préoccupation de notre environnement social, urbain et environnemental.
  • À Drummondville, les choix de lieux et de produits de consommation ainsi que les pratiques d’achat se sont grandement diversifiés. Dans un objectif de développement durable, il fallait songer à doter les quartiers périphériques de commerces et de services de proximité afin de répondre au besoin des résidents et d’assurer un meilleur environnement. C’est pourquoi, à l’instigation de Commerce Drummond, la Ville de Drummondville s’est doté en 2009 d’une Charte de développement commercial qui guide ses actions dans le développement de l’armature commerciale de Drummondville.

    Le principe : créer un milieu de vie qui permet aux habitants d’avoir accès aux biens et services essentiels en adoptant les transports alternatifs. (éviter le tout à l’auto/privilégier marche, vélo, covoiturage, etc)

  • Un peu d’histoire:
    Une idée européenne
    fusions
    refonte du règlement d’urbanisme
    transformations de la fonction commerciale, revitalisation de deux centres commerciaux
    le centre-ville comme milieu de vie
    s’inscrire dans le développement durable, réduction des déplacement automobile, meilleur environnement, économie sur nos infrastructures
    Les enjeux
    un développement harmonieux respectueux de l’environnement
    les réponses adéquates aux demandes des consommateurs, les gammes, les fuites
    l’identification des potentialités de développement commercial
    bien définir le choix des lieux (évitement de l’étalement urbain), des formats (densification), des vocations et développer aux bons endroits
  • Le commerce de proximité : commerce de détail réalisé par des points de vente indépendants le plus souvent et situés à proximité du domicile des consommateurs où l’on peut faire l’achat de biens et services courants; c’est le type de biens et de services de consommation que le client a l’habitude d’acheter fréquemment et rapidement avec un minimum de risque et d’effort. Ex. : La vente au détail d’épicerie (avec ou sans boucherie), de fruits et légumes, de la viande (boucherie, charcuterie fine), de médicaments et d’articles de soins personnels (pharmacies), centre de santé, nettoyeurs, etc. Leur assortiment ainsi que leurs conditions de vente – en particulier les biens – sont étudiés pour supporter un achalandage de quartier. Une desserte de quartier regroupe de 3 à 10 commerces pour une clientèle d’environ 6 000 personnes. Plusieurs opinions ont cours quant à la superficie des commerces, quant à moi, quand l’offre répond à la demande, la superficie s’adapte aux besoins des consommateurs.

    PRINCIPE NO 2 de la Charte
    DÉVELOPPER UNE FONCTION COMMERCIALE DE PROXIMITÉ
    Il s’agit de renforcer la fonction de proximité dans les quartiers dépourvus ou mal desservis en commerces de proximité. Il s’agit de répondre aux besoins des résidents des quartiers en produits de consommation courante.
    Si la tendance du commerce de proximité ne saute pas nécessairement aux yeux, il représente l'avenir.
  • Environnement: croissance de la population, évolution démographique, étalement urbain, activité économiques génératrices d’emplois, l’accès aux secteurs commerciaux, les disponibilités foncières

    l’offre commercial: le développement des grandes surfaces, les indices de vente, la concentration géographique, les tendances au centre-ville (détail-services)

    la consommation des ménages: marché de la consommation annuel, la proportion de consommation versus le marché du Québec, répartition du budget de consommation des ménages par famille de produits, les comportements d’achats, la fidélisation de la clientèle et le taux de fuite

    L'industrie est en train de s'ajuster. Avec l'explosion du commerce en ligne, les magasins qui ont pignon sur rue n'ont souvent pas le choix de diminuer leur superficie et de se démarquer en offrant un service plus personnalisé au client.

    La croissance démographique observée à Drummondville depuis 2001, et les prévisions jusqu’en 2025 permettent d’envisager une croissance de population dépassant les 6 %. À terme, il faudra développer des commerces de proximité dans les zones de 6 000 personnes et plus.

    La prospective territoriale: les secteurs commerciaux, les projets domiciliaires, la fonction de services

    La fragmentation et la réduction de la taille des ménages a aussi des impacts sur les niveaux et le type de dépenses. Le vieillissement de la population est l’un des faits marquants de l’évolution sociodémographique récente du Québec.

  • Répondre efficacement aux besoins quotidiens : offre de desserte locale et création de liens sociaux, établissement de commerces de biens et services courants, proximité des services afin de donner plus d’autonomie aux résidents, ce type d’action favorise la santé de la population. (pour autant que les aménagements le permettent!)
  • Des chaînes comme Walmart et IGA ont déjà commencé à ouvrir des magasins plus petits. Aux États-Unis, comme les consommateurs ne peuvent pas aller tous les jours au centre commercial, il s’est développé aux cours des dernières années un nouveau type de format commerciale, surtout au niveau de l’alimentaire, plus petit et plus près du domicile des consommateurs.

    Selon Paquin Recherche et Associés, Walmart a bien compris ce phénomène et son attention se porte maintenant sur des magasins de 40 000 pieds carrés, 15 000 pieds carrés et même plus petits! Walmart a actuellement une vingtaine de magasins Walmart Express, d'une taille de 12 000 à 15 000 pieds carrés. Walmart apprécie les résultats de ces magasins Express et planifie maintenant ouvrir environ 120 magasins de ce type cette année. Dans deux types de localisation : zones urbaines denses, où Walmart ne peut mettre un plus gros magasin supercentre, et les zones rurales, où le potentiel de marché ne justifie pas un magasin d'un plus gros format.

    La compagnie teste aussi un magasin de l'ordre de 2 500 pieds carrés de surface de ventes (environ 5 000 pieds carrés pour le bâtiment). Le premier a ouvert en mars dernier, et c'est encore officiellement un test. C'est donc un maxi-dépanneur moderne, une mini épicerie de base et un restaurant. Encore ici, les prix sont égaux aux supercentres, et ces magasins sont
    principalement des magasins d'alimentation, avec produits frais, une pharmacie et un dépanneur.
  • Signe que le concept de proximité dans le domaine commercial, gagne du terrain, le géant canadien de l'alimentation Sobeys prévoit de son côté investir 100 M$ d'ici cinq ans pour le déploiement des nouvelles bannières IGA express et IGA mini. De petites épiceries de moins de 5000 pieds carrés ouvertes 24 heures sur 24. Le premier IGA mini au Québec a d'ailleurs ouvert ses portes à Magog en février dernier.
  • Au hit-parade des arguments opposés par les développeurs, on trouve le plus souvent, dans cet ordre, la conjoncture économique, le revenu moyen de la population, la compétition, la complexité administrative supposée des municipalités (zonage, usage, PIIA, CCU).

    Notre façon de faire: analyser séduire, contrer l’argumentation négative, faciliter le processus d’implantation, accompagner tout au long de la démarche, recruter et faciliter les prise de décisions.

    La recherche d’une vocation ou l’exploitation d’une thématique commerciale n’est pas un luxe. Au contraire, l’évolution des différentes formes urbaines dédiées au commerce de détail doivent privilégier une identité claire. Les concepts de découverte et d’expérience sont alors à leur plus haut niveau.

    Ce n’est pas le fruit du hasard si la recherche d’une thématique ou d’une dominante commerciale fait l’objet de beaucoup d’efforts. L’absence d’identité, la confusion due à une variété de commerces non complémentaires et le mélange très hasardeux de qualité de produits de bas et de moyen de gamme représentent autant de motifs qui vont fragiliser une destination commerciale.

    Il faut prendre le temps de bien comprendre la dynamique du consommateur pour le marché desservi par le projet. Ici, l’exercice de conception du bilan commercial s’avère non seulement utile, mais nécessaire pour assurer une mixité idéale et axée sur les besoins réels des clientèles visées.

    Commerce Drummond a développé cette expertise de marché et l’applique rigoureusement à chacun de ses projets. Les bénéfices d’une telle démarche se justifient d’eux-mêmes : une clarté de l’offre commerciale, un taux d’adoption rapide du promoteur, un taux de pénétration de marché accéléré pour le détaillant locataire , une réponse adéquate aux consommateurs et une valeur immobilière soutenue.
  • Géographiquement bien desservi par l’alimentaire
  • Ainsi, depuis 2009 l’offre en dessertes de proximité a pratiquement doublé et l’offre alimentaire a triplée.

    Merci de votre attention.
  • Charte et défis...

    1. 1. Bâtir un environnement alimentaire sain et durable dans nos collectivités - 24 novembre 2014 DRUMMONDVILLE Charte de développement commercial outil d’orientation et de développement durable de la fonction commerciale
    2. 2. La Charte de développement commercial, dévoilée en 2009 a mis la table pour orienter le développement commercial de la Ville de Drummondville. Issu d’un long processus de diagnostics et de consultations, elle définit les grands axes de développement commercial durable, tout en planifiant des projets d’aménagement adaptés aux attentes et aux besoins de la population, et ce selon les objectifs et principes généraux du Plan d'urbanisme. Elle traite du devenir de toutes les activités appartenant au commerce de détail et de service.
    3. 3. Pourquoi une Charte de développement commercial ? • Un peu d’histoire • Les enjeux qui ont conduit à l’idée (fusions municipales, croissance rapide, vocation des quartiers) de mieux développer afin d’essayer de diminuer le tout à l’auto Les axes de préconisation en lien avec le développement durable • La consolidation et la diversification des dessertes commerciales existants • Le confortement et la création des dessertes de proximité • La structuration économique et spatiale des dessertes secondaires • Le positionnement des grandes surfaces et redéfinition des dessertes régionales Les bénéfices concrets aujourd’hui
    4. 4. Les objectifs en lien avec le développement durable et l’aménagement du territoire ÉCONOMIQUE attractivité commerciale, concurrence, développement des entreprises et de l’emploi, équilibre entre les formes de commerce; STRATÉGIQUE renforcement du rayonnement du commerce local, globalement et par zones commerciales. ENVIRONNEMENTAL intégration urbaine du commerce, développements plus économes en déplacements et en consommation d’énergie, développement durable par la réutilisation des bâtiments existants; SOCIAL garantir l’accès de la population à la consommation et aux services de proximité;
    5. 5. Les critères • l’environnement • l’offre commercial • la consommation des ménages • la perspective économique • la densité commerciale • l’évolution démographique • l’évolution du marché de la consommation en volume • l’évolution potentielle du marché commercial • les fuites commerciales • la perspective territoriale
    6. 6. Le confortement et la création des dessertes de proximité dans un objectif de développement durable • donner au commerce de proximité les moyens de répondre efficacement aux besoins quotidiens et à leur évolution structurelle • Éviter le tout à l’auto, favoriser les modes de transport alternatifs (transport en commun, marche, vélo, etc.) • Réaffirmer le centre des quartiers dans leurs fonctions de dessertes de proximité.
    7. 7. Tendances aux petits formats
    8. 8. Tendances aux petits formats
    9. 9. Résultats à Drummondville • Convaincre des promoteurs en immobilier commercial à investir • Convaincre des promoteurs commerciaux à s’établir • Accompagner les promoteurs tout au long du processus
    10. 10. Centre-ville • Début des année 2000 perte du dernier alimentaire • 2002 recrutement de deux grandes surfaces alimentaires
    11. 11. Secteur Saint-Charles • Offre alimentaire pratiquement inexistante • 2009 recrutement d’un promoteur en immobilier commercial
    12. 12. Secteur Lemire • Offre alimentaire inexistante • 2010 recrutement d’une entreprise commerciale
    13. 13. Secteur Marconi • Offre alimentaire inexistante • 2015 établissement d’une entreprise alimentaire
    14. 14. EN BREF… La Charte de développement commercial est un outil de base qui nous aide à développer l’appareil commercial afin d’éviter des effets déstructurant sur le tissus urbain et social (développement harmonieux respectueux de l’environnement), et ce, en l’adaptant aux besoins et attentes de la population.

    ×