Af hea csu presentation

851 vues

Publié le

On October 28, Health Systems Global (HSG)’s Translating Evidence into Action Working Group hosted a webinar on a regional initiative to empower public and private leaders in Francophone Africa with evidence and research related to universal health coverage (UHC). In response to calls for UHC reforms in the region, the African Health Economics and Policy Association (AfHEA) has trained over 45 policymakers and other stakeholders from 16 countries across Francophone Africa to address their urgent need for relevant evidence and knowledge to advance their country’s progress towards UHC. Training participants were self- or employer- financed, and came from Ministries of Health, quasi-governmental agencies (social security agencies, health insurance), or were young African researchers, analysts, and activists in civil society.

The webinar focused on how AfHEA made the wealth of evidence on financing and structuring UHC in English, accessible in French (What did policy makers need to make UHC policy and how did AfHEA get it to them successfully?) and how the training participants continue to support each other in using evidence to inform policy (Where do policymakers go for evidence or technical support and what is most useful to them?). The hour-long webinar—held in French with a separate line for simultaneous English translation—saw over 50 participants and featured four speakers.

Speakers:

Pascal Ndiaye, Health Finance and Policy Specialist, AfHEA (Moderator)
Miloud Kaddar, Senior Health Economist, World Health Organization (Panelist)
Marie Nome Essoh Lattroh, Technical Adviser, Ministry of Economy and Finance, Senegal (Panelist)
Hugues B.M. Tchibozo, Deputy Director General, National Health Insurance Agency, Ministry of Health, Benin (Panelist)
The panel included training participants (Ms. Lattroh and Mr. Tchibozo), an instructor (Mr. Kaddar), and an organizer (Mr. Ndiaye). The diverse experiences provided for a rich panel and discussion.

Major takeaways from the webinar:

The increased global focus on UHC represents an opportunity to advance policies and strategies for extending health care access to vulnerable populations across Africa.
UHC should be a medium to long term goal requiring a health systems approach and sustained engagement by all actors and stakeholders.
There is no single source of funding for UHC.
Resolving shortages and unequal distribution of the health workforce in Africa is essential for achieving UHC.
While the term “universal” signals that the entire population will be “covered,” an unanswered question is: covered with what? What benefits or interventions represent “coverage”?
The importance and diversity of the informal sector requires special attention. Policies must be based on context-specific evidence of what works.

Publié dans : Santé
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
851
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
493
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Af hea csu presentation

  1. 1. De l’évidence à la politique Les réformes de la CSU stimule la demande d’évidence en Afrique Francophone
  2. 2. Programme • Aperçu du TWG • Logistique du webinaire • Introductions des présentateurs • Présentation d'experts (25 minutes) • Questions et réponses (15 minutes) • Clôture
  3. 3. Moderatrice Elaine Baruwa Plus de 12 ans d’expérience dans le domaine des evaluations economiques et de programmes, et aussi sur le development d’outils en prix et les coûts politiques pour le financement des services de santé et les systèmes de santé au Nigeria, Haïti, Ethiopie, Lesotho, Swaziland et autres pays à faible revenu. Dr Baruwa est Conseillere Technique Principale sur la modélisation de l’assurance et de la recherche de financement de la santé. Elle a mené des évaluations économiques dans plus de 20 pays, ainsi que les travaux de suivi et d’évaluation pour la Banque mondiale et l’Institut International pour les vaccins contre le SIDA. Elle a été publié dans des revues évaluées par des pairs. Facilitateur Pascal Ndiaye Spécialiste en financement et politique de la santé Pascal est très versé dans le travail collaboratif dans le secteur de la santé pour avoir animé plusieurs réseaux multi-acteurs. Il est aussi chercheur et a réalisé plusieurs mission d’assistance technique, de formulation, de suivi scientifique ou d’évaluation de programmes de santé. Au sein de AfHEA, il est une des personnes clé et membre fondateur de l’Association. Il y occupe une fonction centrale de chargé de l’information, la communication, l’organisation des événementiels internationaux et des programmes de formation sur la Couverture Sanitaire Universelle.
  4. 4. Panelistes Miloud Kaddar Ancien conseiller principal à l’OMS, économiste de la santé avec plus de 25 ans d’expérience internationale dans l’évaluation économiques des systèmes de santé, du renforcement des capacités nationales des pays, de la formation et de la recherche appliquée et du financement de la santé et de l’assurance maladie. Il a une expérience de terrain et un réseau dans plus de 50 pays en Afrique sub-saharienne, Afrique du Nord et Moyen Orient, Europe de l’Est, Asie, Amérique Latine et Caraïbes. C’est un des fondateurs du réseau économie et système de santé au Maghreb (RESSMA) et un membre actif de l’Association Africaine d'Economie et Politique de la Santé (AfHEA). Il a publié de nombreux articles et rapports et est actuellement consultant international. Mme Gueye Ndeye Sophiétou Économiste de la santé chargée de la planification et du suivi des activités de la cellule d’appui à la couverture maladie universelle (Ex CACMU), Mme Guèye a précédemment beaucoup travaillé dans le domaine de l’assurance maladie, particulièrement celle à base communautaire. Elle a participé à l’élaboration et à la mise en œuvre de la stratégie de développement de la CMU et est membre des comités techniques chargés de certaines études notamment les coûts de prestations pour la prise en charge des soins des enfants de moins de cinq ans, la viabilité des mutuelles de santé avec l’approche.
  5. 5. Hugues Tchibozo Diplômé en Economie et Administration de la Santé sur la base de ses travaux sur «l’AMU dans les pays en développement à faible revenu : Réflexion sur la faisabilité et les difficultés potentielles de mise en œuvre en République du Bénin » M. Tchibozo a été Point Focal du Régime d'Assurance Maladie Universelle (RAMU) au Bénin où il a assuré la coordination des travaux préparatoires à la mise en place de ce Régime. Il est également Chargé de cours à l'Institut Régional de Santé Publique de Ouidah, à l'Ecole Nationale d'Administration et de Magistrature (ENAM) du Bénin et à l'Université Africaine de Développement Coopératif. Marie Nome Essoh Lattroh Démographe, Conseiller Technique en charge des secteurs sociaux au Ministère charge de l’économie et des finances Mme Lattroh est experte en intégration du genre et développement et collabore depuis une dizaine d'années avec les ministère en charge de la santé, de l’éducation, de l'emploi et de ceux qui s’occupent des populations vulnérables ou en détresse. Spécifiquement elle collecte les données et analyse leur situation en fonction des problématiques posées, pour produire des notes politiques. Panelistes (continué)
  6. 6. À propos de AfHEA
  7. 7. Objectifs des formations de AfHEA Renforcer les capacités des acteurs (décideurs politiques, organismes qui soutiennent le secteur de la santé ainsi que jeunes chercheurs africains) en vue de la formulation et de la mise en œuvre de programmes visant la Couverture Sanitaire Universelle. Plus spécifiquement, elle mettra l’accent sur:  Le contexte et les facteurs qui contribuent à une CSU.  La mise en œuvre d’une CSU, de la planification à l’opérationnalisation.  Le suivi, l’évaluation et la mesure des progrès en matière de couverture.
  8. 8. Miloud Kaddar Pascal Ndiaye Mme Gueye Ndeye Sophiétou Marie Nome Essoh Lattroh Hugues Tchibozo
  9. 9. Points essentiels: CSU en Afrique • La CSU est une œuvre de longue haleine qui demande une stratégie à moyen et à court terme. La CSU ne doit pas être gérée comme un projet avec une équipe restreinte et une approche verticale simpliste. • Il n’y pas une seule source de financement de la CSU mais une combinaison de sources et de mécanismes de financement alliant budget de l’Etat, des organismes de sécurité sociale, d’assurance maladie, de mutuelles, de financement communautaire et un soutien catalytique de la part des donateurs. • Le renforcement de la gouvernance en santé est capital pour aller vers la couverture universelle sanitaire. La transparence, la responsabilisation et la lutte contre toute forme de corruption et de gaspillage sont des exigences indispensables.
  10. 10. • La qualité des soins et pas seulement la quantité est un aspect critique pour la mise en œuvre de la couverture universelle sanitaire. Cela passe par une écoute des besoins et des réactions de la population, une bonne gestion des RH et une information de qualité des usagers des services de santé. • Le paquet de services doit être défini sur la base de données solides sur l’efficacité, l’impact et les coûts. • Les soins de santé primaires sont essentiels pour aboutir à des systèmes de santé équitables et résilients. La surveillance et la prévention des risques font parties des services essentiels. • Le secteur informel est immense en Afrique. Il faut sérieusement en tenir compte dans la CSU notamment dans la gestion des ressources humaines, l’accès aux soins et leur financement. Points essentiels: CSU en Afrique
  11. 11. • Il y a nécessité de promouvoir et d’utiliser l'innovation et la créativité pour réduire les pertes dans les systèmes de santé, libérer les énergies et accélérer les gains à tous les niveaux . • L'approche basée sur la communauté et la mobilisation de ressources domestiques est capitale pour le renforcement de l'autonomie des pays et des femmes en particulier. • La coordination des partenaires ainsi que la coopération entre les pays particulièrement sur la protection de la santé des populations et des pays fragiles est une nécessité. • L’évaluation comme norme de fonctionnement et outil de gestion à tous les niveaux permet de corriger les erreurs et de consolider les progrès dans la marche vers la CSU. Points essentiels: CSU en Afrique
  12. 12. Q & R Miloud KaddarPascal Ndiaye Mme Gueye Ndeye Sophiétou Marie Nome Essoh Lattroh Hugues Tchibozo
  13. 13. Liens et Ressources • Joindre notre groupe LinkedIn: Traduire l’évidence à l’action, un sous-groupe des Health Systems Global (Systèmes de santé globale). • Contact du groupe: heather_cogswell@abtassoc.com 14
  14. 14. www.healthsystemsglobal.org 15 Merci pour votre participation ! Complétez notre questionnaire pour nous aider à améliorer les prochains webinaires

×