Key note presentation

950 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
950
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Key note presentation

  1. 1. Partenariat Université-Communauté : une opportunité de co-production d’actions et de co-construction de savoirs<br />Conférence régionale africaine sur le partenariat Universités- Communautés<br />UCAD II, 25-26 Mars 2011<br />Sambou NDIAYE<br />UGB de Saint-Louis<br />
  2. 2. PLAN<br />I-  La relation Université- Communauté comme espace de co-production d’actions <br />1.1. Les représentations de l’université et les tendances actuelles<br />1.2. Les initiatives à l’UCAD <br />1.3. Les initiatives à l’UGB<br />II- La recherche partenariale : une opportunité de co-construction de savoirs <br />2.1. Le fondement- les principes- les enjeux et posture épistémologique<br />2.2. Les étapes et le dispositif de réalisation d’une recherche partenariale<br />2.3. Etudes de cas de recherche partenariale : de l’utopie à la réalité<br /> <br />III- Défis et Retombées/ Conditions gagnantes de la recherche partenariale contexte africain<br /> <br /> <br />2<br />
  3. 3. 1.1. Les représentations de l’université et les tendances actuelles<br />L’université: temple du savoir, creuset de formation des intellectuels et des élites, pôle de production de connaissances scientifiques <br />Les universitaires, des scientifiques et experts disposant de connaissances solides garanties par l’objectivité, l’extériorité, la neutralité: prestige académique<br />Symbole de l’intellectualisme, de la critique tout azimuts, d’experts cloisonnés mais également une classe de privilégiés peu utiles à la société et revendiquant une connaissance supérieure, sinon la seule valable<br />3<br />
  4. 4. Des universitaires peu présents dans la vie sociale avec des connaissances trop théoriques et peu opérationnalisées<br />L’Université, symbole d’un système éducatif extraverti, rebelle et isolé des réalités sociales <br />Faible restitution/ appropriation des études faites sur les communautés <br />Effets néfastes liés à l’implantation de l’université <br />Des universités qui coûtent chères et qui forment souvent des jeunes ayant des difficultés à s’insérer dans le marché de l’emploi : adéquation formation-marché de l’emploi<br />Des universités pas encore dans les compétences transférées aux collectivités locales<br /> <br />4<br />
  5. 5. Les tendances actuelles<br /> De plus en plus, des universités qui descendent de leur piédestal pour questionner leur rapport à la société:<br /><ul><li>A travers des activités citoyennes d’utilité publique
  6. 6. En prenant conscience du questionnement sur leurs retombées par rapport à la société et aux investissements publics
  7. 7. En prenant conscience de leur incidence sur le territoire d’implantation et plus généralement sur les communautés
  8. 8. Multiplication des universités dans un même pays: compétitivité, image sociale, communication externe</li></ul>5<br />
  9. 9. Des universités de plus en plus soucieuses du rapport formation-emploi <br />Questionnements sur: recherche fondamentale et recherche appliquée, objectivité du chercheur et son engagement militant, utilisation des produits de la recherche, l’ancrage territorial des universités<br />Emergence de rapports entre:<br />milieux universitaires et collectivités locales<br />milieux universitaires et communautés locales/ société civile<br />milieux universitaires et partenaires au développement<br />milieux universitaires et milieux économiques: objet de débat sur les risques de marchandisation de la recherche universitaire et son accaparement par des intérêts particuliers<br />6<br />
  10. 10. L’enjeu de l’ancrage socio-territorial de l’université<br />La réflexion va dans le sens du rapprochement Université- territoire : <br />Le territoire dans l’université/ le territoire de l’université/ l’université du territoire<br />Les innovations induites par les chercheurs, la rentabilité externe<br />Les universités comme partie prenantes du système local d’innovations<br />Les universités transformées en entreprises ou les entreprises bénéficiant de la proximité avec la recherche développement: l’université comme incubateur d’entreprises (hébergement, appui-conseil- intermédiation…)<br />7<br />
  11. 11. 1.2. Le cas de l’UCAD : une université nationale de capitale<br />8<br />Créée en 1957 et inaugurée en 1959: formation des cadres africains en fonction des besoins du colonisateur: orientation coloniale et une vision élitiste<br />Début des années 1970: université nationale avec la politique d’africanisation du personnel, des programmes…<br />Second souffle: début années 1990 avec création de l’UGB de Saint-Louis malgré un contexte de crise et de pression des institutions financières internationales (BM et FMI) estimant l’éducation comme un secteur peu productif<br />
  12. 12. 9<br />Volonté d’autonomie de l’université sénégalaise avec des programmes innovateurs, des Centres universitaires régionaux, beaucoup d’initiatives de chaque université, la réforme du système LMD, les master professionnels, la présence d’instituts universitaires privés<br />Actuellement, nécessité d’instaurer un cadre de référence harmonisé des universités: élaboration d’une stratégie nationale de l’enseignement supérieur 2011-2015<br />Proposition de constituer à côté du conseil académique de chaque université, un conseil d’administration composé de 50% de représentants de l’extérieur de l’Université <br />
  13. 13. Les Activités Citoyennes de l’UCAD (ACU)<br />10<br />Objectifs <br />promouvoir le civisme et le sens du service communautaire chez les étudiants<br />faciliter l’accès à certains services aux communautés défavorisées<br />Activités d’appui au développement depuis 2000: Reboisement, Santé, Alphabétisation, Informatique<br />2005 à 2009: 168 apprenants alphabétisés, 151 plants, 5382 patients consultés<br />
  14. 14. Le REPAS<br />11<br />Le Réseau de Recherche Participative en Afrique au Sud du Sahara crée en 2006 au Sénégal: Etude et Recherche Participative<br />Le Projet UCAD-REPAS-BRIGHTON- ENEA: <br />Cours de renforcement des capacités: recherche participative, développement durable et micro crédit, alphabétisation, activités maraîchères, lutte antiérosive…<br />Activités de recherche participative<br />Activités d’appui au développement des communautés : territoire, OCB<br />Activités de micro crédit <br />Territoires: Pikine, Mboro, Niakhène, Yéba<br />
  15. 15. 1.3. Les initiatives à l’UGB<br />12<br />Créée en 1990: plus de 5 000 étudiants et 604 travailleurs<br /> 6 UFR, 4 instituts, 10aine de Labo de recherches <br />Centre régional de ressources communautaires multifonctionnel permettant à 16 villages environnants de pouvoir bénéficier d’un vaste programme de formation: alphabétisation, éducation à la citoyenneté, initiation TIC <br />Conseil d’Orientation sur les Relations avec les Milieux Economiques avec le Domaine d’Initiative et d’Innovation Economique (D2IE) : 20 ha du domaine de l’UGB en vue de l’installation d’entreprises de services, de production, de recherche développement, de consulting, de bureaux d’études, de formation, etc<br />Implantation d’une ferme agricole pour l’insertion socio-professionnelles des jeunes<br />
  16. 16. 13<br />La ville et ses dynamiques: un laboratoire social pour étudiants, chercheurs, laboratoires de recherche<br />L’implication des universitaires dans les projets de recherche ou dans les interventions des collectivités locales, des organismes de coopération, des acteurs sociaux…: avantages comparatif territorial<br />Animation intellectuelle, culturelle, sportive du territoire<br />Un marché de consommation courante: besoins immobiliers, en logements, en transport, en produits de consommation…<br />
  17. 17. 14<br />Renforcement capital humain local: possibilités de formation continue et de requalification pour cadres locaux: promotion socioprofessionnelle sans le coût de l'expatriation<br />Augmentation de la valeur foncière des villages: Sanar, Boudiouck et Ngallèle…<br />Mobilité ville et décloisonnement hinterland <br />Facilité accès aux soins de santé pour populations environnantes<br />
  18. 18. Synthèse <br />15<br />Dans les textes fondateurs, le rapport université –communauté n’est pas posé comme axe stratégique d’intervention<br />Des relations certaines du fait:<br /> des activités des chercheurs, des étudiants, <br />des activités d’appui aux communautés, aux organisations locales<br />Participation à des activités de part et d’autre…<br />Du recrutement du personnel local<br />Des opportunités de marché pour les prestataires locaux<br />Toutefois, pas un objectif délibéré sous tendu par une vision claire définissant les conditions d’un partenariat stratégique et durable entre université- communauté<br />
  19. 19. 16<br />En matière d’appui aux communautés, les conditions d’un partenariat ne sont pas suffisamment garanties: plutôt des activités de réalisation de projets programmes décidés par le monde universitaire avec l’appui de ses partenaires, logique souvent assistantielle de lutte contre la pauvreté<br />Les initiatives de partenariat- Université sont à l’état expérimental: elles ont besoin d’un cadre stabilisé et institutionnalisé pour prendre de l’expansion<br />
  20. 20. II- La recherche partenariale : une opportunité de co-construction de savoirs <br />17<br />2.1. Le fondement, les enjeux et posture épistémologique<br />Processus de recherche action réalisé en partenariat entre des chercheurs universitaires, des acteurs sociaux, des institutions publiques, des organismes de développement ou de coopération, des acteurs économiques <br />pour l’avancement des connaissances, systématiser un diagnostic situationnel en vue de proposer des solutions d’amélioration, proposer des nouvelles politiques, capitaliser une expérience…<br />Confrontation des savoirs tant pour coproduire de nouvelles connaissances que pour initier des actions de développement<br />
  21. 21. 18<br />Co-construction: Implication technique des communautés dans: <br />l’élaboration du projet de recherche<br />la définition des règles de partenariat et des critères d’évaluation<br />le processus de collecte de données et de suivi<br />la validation et la mise en œuvre des résultats<br />Mise en commun de connaissances, de compétences, de ressources en vue de répondre à des besoins <br />Part de besoins réels ressentis par le milieu, objectif d’amélioration des conditions de vie, d’émancipation des groupes sociaux<br />Rapport dialectique entre connaissance et action <br />Le chercheur questionnant sa pratique de recherche et son rapport à l’objet: sociologie critique<br />La relation sujet/ objet dans le processus de recherche<br />
  22. 22. Postulats de base<br />19<br />Le chercheur universitaire scientifique n’a pas le monopole de la connaissance<br />Contexte de délégitimation du savoir scientifique, de remise en question épistémologique de l'objectivisme et de refus d'une version unique de la réalité<br />La connaissance scientifique à côté d’autres formes de connaissances humaines<br />Le chercheur, un acteur de la société: les défis de distanciation, d’objectivité ne peuvent continuer à justifier son non engagement<br />Les déterminants spatio-temporels du processus de recherche scientifique : l’hypothèse de la relativité et de la complexité du fait social<br />
  23. 23. 20<br />Les acteurs sociaux sont dépositaires de connaissances pratiques tirées sur le vécu qui demandent à être systématisées et prises en compte<br />La précarité n’est pas qu’économique: l’exclusion des communautés dans les processus de production de la connaissance participe du processus d’appauvrissement symbolique <br />La formation des chercheurs en sciences sociales en Afrique n’échappe pas au biais positiviste et aux tares consubstantiels de ces sciences<br />Décalage entre paradigmes, méthodes, outils avec le cadre de référence des réalités africaines doit autoriser une inclusion plus grande des objets/ sujets à la production des connaissances<br />
  24. 24. Principes de base<br />21<br />Le partenariat: une relation durable, contractualisée et non hiérarchique entre différents acteurs partageant objectifs, responsabilités, risques et imputabilité dans la réalisation d’activités communes, autour d’une coopération conflictuelle<br />Principe d’inclusion, de délibération, d’équité, de réciprocité, de gouvernance, de co-direction et de co-gestion, participation active et démocratique<br />une plus grande démocratisation de la production du savoir<br />Un plus grand souci des modalités d’appropriation et d’opérationnalisation des connaissances, une plu s grande diffusion du savoir<br />Social accountibility<br />Acceptation de promouvoir un auto questionnement<br />Démarche participative, flexible, rétroactive<br />
  25. 25. Tableau comparatif: recherche conventionnelle et recherche partenariale <br />22<br />
  26. 26. Recherche partenariale à différencier <br />23<br />Recherche-action participative<br />Évaluation participative pratique<br />Evaluation participative transformatrice<br />Democraticevaluation<br />Empowermentevaluation<br />Recherche-action émancipatrice<br />Objectifs d’amélioration des conditions de vie, d’émancipation ou d’empowermentde groupes sociaux défavorisés , d’éducation populaire, de conscientisation populaire <br />Critères distinctifs: légitimité sociale de la connaissance, la finalité politique, degré de contrôle social du processus de recherche, place et rôle des chercheurs (experts, médiateurs, facilitateurs)<br />
  27. 27. 2.2. Les étapes et le dispositif de réalisation d’une recherche partenariale<br />24<br />
  28. 28. Dispositif de recherche partenariale : une dynamique de gouvernance<br />25<br />Le principe de co-direction<br />Instance décisionnelle de pilotage, de coordination et de gestion<br />Les chantiers thématiques de recherche partenariale<br />Les groupes territoriaux de recherche <br />Le comité de suivi et d’évaluation du processus de recherche<br />Les étudiants ou les professionnels de recherche<br />
  29. 29. 2.3. Etude de cas de recherche partenariale: de l’utopie à la réalité<br />26<br />Diagnostic participatif de la table de concertation Vivre Saint-Michel en santé, ARUC-ES/ UQAM, Montréal, Canada, 2005<br />Recherche initiée par la Fondation Centraide<br />Dés le départ, conflit de perspectives de la recherche<br />Un diagnostic institutionnel participatif<br />Une évaluation à mi parcours d’une dynamique de quartier <br />Une capitalisation d’une expérience jugée innovatrice en vue de la reproduire<br />Divergence dans le produit attendu, dans les variables d’analyse, dans le choix des cibles à enquêter <br />
  30. 30. 27<br />Séances de restitution difficile du fait des enjeux sociopolitiques de représentativité des diverses ethnies à cette instance de représentation<br />Après publication de rapports de recherche pas d’accompagnement du processus de diffusion et de réappropriation des résultats de recherche<br />Le leadership local et la question de la légitimité/ représentativité des mandataires de la communauté<br />La pression des partenaires financiers sur le document final<br />
  31. 31. -L’élaboration d’un système de gestion participative des ordures ménagères dans la ville de Rosso Sénégal, 2006<br />28<br />Recherche commanditée par une ONG de coopération décentralisée en appui à une Commune rurale <br />L’enjeu pour la communauté d’assurer: la maîtrise technique du processus de recherche et la capacité à apprécier un rapport de recherche <br />l’évaluation de la recherche porte rarement sur la méthodologie, le dispositif de partenariat et de gestion du projet<br />Le choix des parties prenantes d’une recherche partenariale<br />
  32. 32. 29<br />La participation des acteurs sociaux entre <br />domination technique des chercheurs<br />logique tutélaire des élus locaux<br />Culture institutionnelle hiérarchique des services techniques <br />Le conflit entre choix techniques et logiques locales<br />La recherche partenariale s’arrête au processus de recherche: accompagnement des communautés dans la mise en œuvre et dans l’appropriation des résultats de recherche? Dans le suivi de la mise en œuvre<br />Le coût du partenariat:<br />Retard constant<br />Coût de la sociabilité et de la construction des dynamiques partenariales<br />
  33. 33. Le diagnostic de la dynamique partenariale entre la Commune de Saint-Louis et les Conseils de Quartier, 2006<br />30<br />Commande d’une Collectivité locale <br />Mise en place d’un comité de recherche partenariale avec Elus, techniciens, chercheurs, représentants Conseil de quartier, partenaires au développement<br />Validation des termes de référence et du rapport provisoire<br />Refus de restitution élargie de l’étude et refus de validation institutionnelle par la Commune <br />Instrumentalisation des résultats de recherche par les élus de l’opposition<br />Propositions de recherche jugées trop subversives<br />Les écueils du chercheur militant, dénonciateur et piégé par la logique de victimisation des masses populaires<br />La marginalisation des chercheurs dans la mise en œuvre des résultats: utilisation sélective des résultats<br />
  34. 34. Synthèse: Défis de la recherche partenariale <br />31<br />Approche difficile à mettre en place et à maintenir: confrontation de logiques, de cultures organisationnelles, de rapport différent au savoir, à l’action, mais aussi au temps<br />Reconnaissance institutionnelle et scientifique à renforcer<br />Les conditions d’une co-construction de la recherche ne sont pas toujours garanties: le chercheur est toujours sujet et la communauté toujours objet de recherche; une logique de transfert de connaissance du milieu universitaire vers les communautés<br />Conflits d’intérêts: l’objet de recherche est à la fois sujet de recherche et sujet d’évaluation de la recherche<br />la recherche d’une relation symétrique risque de conduire à une confusion de rôles: <br />Qui est en dernier ressort le responsable du projet de recherche?<br />Qui est imputable des résultats du processus de recherche?<br />
  35. 35. 32<br />Le mode de communication des chercheurs souvent inaccessibles aux acteurs de terrain<br />Outils chercheurs lourds et complexes<br />Conflits sur les finalités, les produits de la recherche partenariale: produire des résultats de recherche versus enrichir les connaissances <br />Les acteurs des communautés juges et parties/ vulnérabilités des chercheurs aux pressions des partenaires et des communautés (complaisance)<br />Les acteurs du milieu à la recherche d’une caution universitaire et scientifique <br />
  36. 36. 33<br />Tendance à la victimisation des communautés et à prendre part de facto pour les groupes sociaux marginalisés<br />Faiblesse rigueur méthodologique, neutralité, objectivité, distance par rapport à l’action, engagement militant du chercheur<br />Degré de généralisation des résultats de recherche <br />Connaissance légitime, socialement reconnue/ connaissance scientifiquement éprouvée<br />Risque d’un double assujettissement:<br />celui des chercheurs à l’agenda des partenaires/ bailleurs <br />Celui des acteurs de la communauté à l’agenda des chercheurs<br />
  37. 37. 34<br />La légitimité, la représentativité, et l’authenticité des participants<br />La communauté n’est pas homogène: diversité de composantes ayant des intérêts et des positions pas toujours convergentes<br />La question des mandataires et le retour de l’information pour les communautés <br />
  38. 38. Synthèse : Retombées et Conditions gagnantes de la recherche partenariale <br />35<br />Accès à des données que le chercheur n’aurait pas autrement.<br />Couvre des champs de recherche soient sensibles ou inaccessibles, des cibles marginalisés<br />Enrichissement de l’expertise universitaire par l’expertise de terrain, un lieu de partage d’expertise et de stimulation et d’échanges de savoirs et de pratiques <br />Élargissement du cercle de diffusion et d’appropriation des résultats de terrain<br />Opportunité de ré interrogation de nos pratiques, de sociologie critique, <br />
  39. 39.  <br />36<br />Conditions gagnantes<br />Un objet de partenariat clair et partagé <br />Un climat de délibération et un objectif d’apprentissage<br />Une co-construction de l’objet de partenariat , des modalités, des ressources, des résultats et des indicateurs d’évaluation <br />Une cogestion dans les instances directionnelles, dans les comités de recherche<br />Une préparation en amont des modalités d’utilisation et d’appropriation des résultats<br />Respect des principes du partenariat<br />Disponibilité des diverses parties prenantes et engagement durable <br />
  40. 40. 37<br />Climat de confiance, processus de négociation continue<br />respect des compétences, des visions de chaque partie prenante<br />Appui structurant et engagement d’organismes subventionnaires pour encourager la mise en place d’équipe de recherche partenariale <br />Décision institutionnelle d’élargir les champs stratégiques d’intervention des universités: Enseignement- recherche- Service aux communautés comme 3ième composante de l’enseignement supérieur <br />
  41. 41. 38<br />Programmes spécifiques de formation destinés à la recherche partenariale, subventions pour accompagner la mise en œuvre d’équipes de recherche partenariale, systématisation des axes opérationnels de coopération Université-Communauté…<br />A quelles étapes et dans quelles activités chaque catégorie d’acteurs est le plus susceptibles d’être pertinents?<br />Les acteurs du milieu: objet de recherche, finalité de la recherche, étapes de validation <br />Le chercheur universitaire: méthodologie, la collecte et l’analyse des données, l’écriture du rapport<br />
  42. 42. Pour finir<br />39<br />Une université innovatrice autour de trois fonctions principales<br />Enseignement-formation<br />Recherche<br />Services aux communautés et aux territoires<br />Le partenariat Université-Communauté comme opportunité de co-production d’activités d’utilité publique, décloisonnant l’université et positionnant le territoire comme partie prenante <br />La recherche partenariale Université - Communauté une opportunité de co-construction de savoirs construits de l’intérieur des communautés et renouvelant la formation méthodologique<br />
  43. 43. 40<br />L’Etat les partenaires<br />Le Rectorat<br />Les Etudiants <br />mvts sociaux <br />CROUS<br />PER; PATS<br />Les territoires environnants <br />L’Université, un système multi acteurs inséré dans un environnement pluriel <br />
  44. 44. Un partenariat plus soutenu<br />41<br />Relation entre université et territoire en termes de compromis<br />Mobilisation partenaires au développement notamment coopération décentralisée<br />Articuler certaines formations avec les caractéristiques majeures du territoire<br />Validation des acquis professionnels, une opportunité de valorisation de connaissance sur le tas<br />Opérationnalisation d’un Service aux communautés<br />Des fonds de recherche pour soutenir des recherches pertinentes sur le territoire et sur ses dynamiques <br />Territoires apprenants autour d’un système local d’innovations<br />

×