PFE Harilanto RAKOTOVAO - EMEN 2014

122 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
122
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

PFE Harilanto RAKOTOVAO - EMEN 2014

  1. 1. TRAVAIL DE FIN D’ETUDE POUR L’OBTENTION DU DIPLOME D’INGENIEUR EN AGRONOMIE Option : ECOLOGIE ET MANAGEMENT DES ECOSYSTEMES NATURELS Présenté et soutenu publiquement par : Mr RAKOTOVAO Harilanto Nandrianina Devant le jury composé de : Président : Mr. CHTAINA N. (Enseignant chercheur à IAV Hassan II, Rabat) Rapporteur : Mr. SEHHAR E. A. (Enseignant chercheur à IAV Hassan II, Rabat) Examinateur : Mr MHAMDI A. (Enseignant chercheur à l’IAV Hassan II, Rabat) Examinateur : Mr El MASTOUR A. (Ingénieur Général au Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification) Septembre 2014 ELABORATION D’UNE BASE DE DONNEES POUR L’IDENTIFICATION DES CHIROPTERES DU MAROC
  2. 2. II Dédicace : Je dédie ce modeste travail à : A mes parents et à ma sœur ; A toute ma famille de l’IAV ; A mes collègues de l’EMEN ; A toute la communauté malgache au Maroc. RAKOTOVAO Harilanto Nandrianina
  3. 3. III REMERCIEMENTS A Dieu tout puissant, A travers ces quelques lignes, je tiens à exprimer ma profonde reconnaissance et mes sincères remerciements à toutes les personnes qui m’ont aidé, conseillé et soutenu tout au long de la réalisation de ce travail. Je témoigne de ma gratitude envers : Monsieur CHTAINA Noureddine, Enseignant chercheur à l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, qui m’a fait l’honneur de présider cette soutenance malgré ses multiples responsabilités, Monsieur SEHHAR EL Ayachi, Enseignant chercheur à l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, qui m’a proposé ce sujet et à qui je dois l’encadrement de ce travail, Monsieur MHAMDI Allal, Enseignant chercheur à l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, qui a accepté d’examiner ce travail, Monsieur EL MASTOUR Abdellah, Ingénieur Général au Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification, qui a bien voulu siéger parmi les membres du Jury et d’examiner ce travail. Mes remerciements vont également aux professeurs du département des Ressources Naturelles et Environnements, qui ont contribué à ma formation. Je tiens aussi à remercier mes collègues et amis qui m’ont été d’une grande aide. Enfin, je ne saurai terminer sans remercier profondément mes parents et toute ma famille pour leur prière, soutien infaillible et encouragement incessant. RAKOTOVAO Harilanto Nandrianina
  4. 4. IV Résumé : Une nouvelle base de données sur les chiroptères présents au Maroc est présentée dans ce travail. Cette base de données comporte une clé de détermination des chauves-souris présentes au Maroc, les caractéristiques de chaque espèce et leur répartition géographique. Les espèces sont : Rhinopoma microphyllum, Rhinopoma hardwickii, Taphozous nudiventris, Nycteris thebaica, Rhinolophus ferrumequinum, Rhinolophus hipposidero, Rhinolophus euryale, Rhinolophus mehelyi, Rhinolophus blasii, Hipposideros caffer, Asellia tridens, Myotis mystacinus, Myotis emarginatus, Myotis nattereri, Myotis capaccinii, Myotis blythii, Pipistrellus pipistrellus, Pipistrellus kuhlii, Pipistrellus savii, Pipistrellus rueppellii, Nyctalus leisleri, Nyctalus lasiopterus, Eptesicus isabellinus, Otonycteris hemprichii, Barbastella barbastellus, Plecotus austriacus, Miniopterus schreibersii, Tatarida teniotis et Tadaroda aegyptiaca. Mots-clés : Maroc, Chiroptères, clé de détermination et distribution. Abstract: A new data bank of Chiroptera from Morocco is presented in this study. This data bank includes a determination key of bats, characteristics for each species and their geographical distribution in Morocco. Species are: Rhinopoma microphyllum, Rhinopoma hardwickii, Taphozous nudiventris, Nycteris thebaica, Rhinolophus ferrumequinum, Rhinolophus hipposidero, Rhinolophus euryale, Rhinolophus mehelyi, Rhinolophus blasii, Hipposideros caffer, Asellia tridens, Myotis mystacinus, Myotis emarginatus, Myotis nattereri, Myotis capaccinii, Myotis blythii, Pipistrellus pipistrellus, Pipistrellus kuhlii, Pipistrellus savii, Pipistrellus rueppellii, Nyctalus leisleri, Nyctalus lasiopterus, Eptesicus isabellinus, Otonycteris hemprichii, Barbastella barbastellus, Plecotus austriacus, Miniopterus schreibersii, Tatarida teniotis, and Tadaroda aegyptiaca. Keywords : Morocco, Chiroptera, distribution and determination key.
  5. 5. V ‫نقدم‬‫في‬‫هذا‬‫العمل‬‫قاعدة‬‫بيانات‬‫جديدة‬‫على‬‫هذا‬‫في‬‫المغرب‬.‫وتحتوي‬‫هذه‬‫القاعدة‬‫على‬‫مفتاح‬‫تحديد‬‫الخفافيش‬‫الموج‬‫و‬‫دة‬‫في‬ ،‫المغرب‬‫خصائص‬‫كل‬،‫نوع‬‫و‬‫توزيعهم‬‫الجغرافي‬.‫األنواع‬‫هي‬: Rhinopoma microphyllum, Rhinopoma hardwickii, Taphozous nudiventris, Nycteris thebaica, Rhinolophus ferrumequinum, Rhinolophus hipposidero, Rhinolophus euryale, Rhinolophus mehelyi, Rhinolophus blasii, Hipposideros caffer, Asellia tridens, Myotis mystacinus, Myotis emarginatus, Myotis nattereri, Myotis capaccinii, Myotis blythii, Pipistrellus pipistrellus, Pipistrellus kuhlii, Pipistrellus savii, Pipistrellus rueppellii, Nyctalus leisleri, Nyctalus lasiopterus, Eptesicus isabellinus, Otonycteris hemprichii, Barbastella barbastellus, Plecotus austriacus, Miniopterus schreibersii, Tatarida teniotis et Tadaroda aegyptiaca. ‫الكلمات‬‫المفتاح‬:،‫المغرب‬‫الخفافيش‬،‫مفتاح‬‫تحديد‬‫و‬‫توزيع‬‫الجغرافي‬
  6. 6. VI SOMMAIRE : INTRODUCTION..................................................................................................15 Partie I : Etudes bibliographiques..........................................................................17 I. Présentation des chiroptères :....................................................................18 1. Caractéristiques:.....................................................................................19 a. Le vol : ................................................................................................19 b. L’écholocation : ..................................................................................20 c. Le comportement et la vie en société :...............................................21 i. Reproduction : .................................................................................21 ii. Migration : ....................................................................................22 iii. Hibernation :.................................................................................23 2. Les chauves-souris et leur milieu :........................................................23 a. Les chauves-souris et les insectes :....................................................23 b. Les chauves-souris et l’agriculture : ..................................................23 c. Les chauves-souris et les plantes : .....................................................24 d. Les chauves-souris en tant que vecteurs de maladies : .....................24 II. Les Chiroptères du Maroc :.......................................................................25 1. Famille : RHINOPOMATIDAE ...........................................................25 a. Rhinopoma microphyllum (Grand Rhinopome) : .............................25 b. Rhinopoma hardwickii (Petit Rhinopome) :......................................26 2. Famille : EMBALLONURIDAE..........................................................27 a. Taphozous nudiventris (Taphien à ventre nu) :.................................27 3. Famille : NYCTERIDAE ......................................................................28 a. Nycteris thebaica (Nyctère de Thébaïque) : ......................................28 4. Famille : RHINOLOPHIDAE...............................................................29 a. Rhinolophus ferrumequinum (Grand rhinolophe) :...........................30 b. Rhinolophus hipposideros (Petit rhinolophe) :..................................30 c. Rhinolophus euryale (Rhinolophe Euryale) :....................................31 d. Rhinolophus mehelyi (Rhinolophe de Mehely) : ..............................32
  7. 7. VII e. Rhinolophus blasii (Rhinolophe de Blasius) :...................................33 5. Famille : HIPPOSIDERIDAE...............................................................34 a. Hipposideros caffer (Phyllorhine de Cafrerie):.................................34 b. Asellia tridens (Trident du désert): ....................................................35 6. Famille : VESPERTILIONIDAE..........................................................36 a. Myotis mystacinus (Murin à moustaches) :.......................................36 b. Myotis emarginatus (Murin à oreille échancrée) : ............................37 c. Myotis nattereri (Murin de Natterer): ................................................38 d. Myotis capaccinii (Murin de Capaccini): ..........................................39 e. Myotis blythii (Murin du Maghreb):..................................................40 f. Pipistrellus pipistrellus (Pipistrelle commun) : .................................41 g. Pipistrellus kuhlii (Pipistrelle de Kuhl): ............................................42 h. Pipistrellus kuhlii deserti :..................................................................43 i. Pipistrellus savii (Pipistrelle de Savi):...............................................43 j. Pipistrellus rueppellii (Pipistrelle de Ruppell): .................................44 k. Nyctalus leisleri (Noctule de Leisler):...............................................45 l. Nyctalus lasiopterus (Grande Noctule):.............................................46 m. Eptesicus isabellinus (Sérotine Isabelle):......................................47 n. Otonycteris hemprichii (Oreillard d'Hemprich): ...............................48 o. Barbastella barbastellus (Barbastelle d'Europe):...............................49 p. Plecotus austriacus (Oreillard de Tenerife): ......................................50 q. Miniopterus schreibersii (Minioptère de Schreibers):.......................51 7. Famille : MOLOSSIDAE......................................................................52 a. Tatarida teniotis : ................................................................................53 b. .................................................................................................................53 c. Tadarida aegyptiaca :..........................................................................54 Partie II : Matériels et méthodes............................................................................55 I. Collecte des données et élaboration de la clé de détermination : ............56 1. La carte de répartition et les données biométriques pour chaque espèce : ...........................................................................................................56
  8. 8. VIII 2. L’ancienne clé de détermination des chiroptères au Maroc : ..............57 3. La nouvelle clé de détermination des chauves-souris du Maroc :.......59 II. Création du site web pour l’exploitation de la base de données :............61 1. Présentation de Wampserver :...............................................................61 a. WAMP : ..............................................................................................61 b. Les données enregistrées dans MySQL :...........................................61 2. Création du site web sur Joomla : .........................................................64 Partie III : Résultat .................................................................................................65 La clé de détermination : ...................................................................................66 1. L’algorithme de la clé de détermination :.............................................66 2. Description des critères : .......................................................................73 a. La queue :............................................................................................73 b. La feuille nasale :................................................................................73 c. Le tragus :............................................................................................73 d. Les mesures corporelles : avant-bras, les doigts et le pied. ..............74 e. L’oreille :.............................................................................................75 f. L’incisive supérieure : ........................................................................75 I. Présentation et utilisation de la base de données :....................................76 1. Les menus : ............................................................................................76 a. La page d’accueil :..............................................................................76 b. La liste des espèces et la description de l’espèce :............................76 c. L’utilisation de la clé de détermination : ...........................................80 d. La répartition géographique : .............................................................81 Partie IV : Discussions et Conclusion...................................................................82 I. Valorisation des résultats :.........................................................................83 II. Conclusion : ...............................................................................................83 III. Recommandations : ...............................................................................84 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES :............................................................85 WEBOGRAPHIE:..................................................................................................87 ANNEXES : ...........................................................................................................88
  9. 9. IX LISTE DES ABREVIATIONS :  AB : longueur de l’avant-bras  CITES : Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction  CMS : Content Management System  D3 : 3ème doigt  D4 : 4ème doigt  D5 : 5ème doigt  E : envergure  HTTP : Hypertext Transfer Protocol  III_1phalange_*1 : longueur de la première phalange du troisième doigt  III_2phalange_* : longueur de la deuxième phalange du troisième doigt  III_métacarpe_* : longueur du métacarpe du troisième doigt  IUCN : International Union for Conservation of Nature  IV_1phalange_* : longueur de la première phalange du quatrième doigt  IV_2phalange_* : longueur de la deuxième phalange du quatrième doigt  IV_métacarpe_* : longueur du métacarpe du troisième doigt  L(T + C) : Longueur de la tête plus celle du corps  LAMP : Linux Apache MySQL PHP  longueur_TC_* : longueur du museau à l’anus  LP : longueur du pied  LT : longueur du tibia  MERS : Middle East respiratory Syndrome  PHP : Hypertext Preprocessor  PP : Pied Postérieur  SARS : Severe Acute Respiratory Syndrome  V_1phalange_* : longueur de la première phalange du cinquième doigt  V_2phalange_* : longueur de la deuxième phalange du cinquième doigt  V_métacarpe_* : longueur du métacarpe du troisième doigt  WAMP : Windows Apache MySQL PHP  WWW : World Wide Web 1 (_*) : _min et _max
  10. 10. X LISTE DES TABLES : Tableau 1 : Les trois niveaux de la clé de détermination d’Aulagnier et de Thévenot dans l’ouvrage « Catalogue des mammifères sauvages au Maroc » en 1986 ........................................................................................................................59 Tableau 2 : Nom des données enregistrées dans la table espèce de la base de données et leurs types ............................................................................................63 Tableau 3 : Nom des données enregistrées dans la table famille de la base de données avec leurs types........................................................................................63
  11. 11. XI LISTE DES FIGURES : Figure 1 : Schéma représentant les différentes parties de la chauve-souris (source : http://www.terrenature.ch) .....................................................................19 Figure 2: photo de Rhinopoma microphyllum (Source : geres-asso.org) ............26 Figure 3: Carte actualisée de la répartition géographique au Maroc du Rhinopoma microphyllum. Les points représentent la répartition spatiale..........26 Figure 4 : photo de Rhinopoma hardwickeii (source : naturalia- environnement.com)...............................................................................................27 Figure 5 : Carte actualisée de la répartition géographique du Rhinopoma hardwickeii au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. ...............27 Figure 6 : Photo de Taphozous nudiventris (source: www.biolib.cz)..................28 Figure 7 : Photo de Nycteris thebaica (source: geres-asso.org)...........................29 Figure 8 : Carte actualisée de la répartition géographique du Nycteris thebaica au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale.....................................29 Figure 9 : Photo de Rhinolophus ferrumequinum (source : www.biolib.cz).......30 Figure 10 : Carte actualisée de la répartition géographique du Rhinolophus ferrumequinum au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale...........30 Figure 11 : Photo de Rhinolophus hipposideros (source : www.biolib.cz).........31 Figure 12 : Carte actualisée de la répartition géographique du Rhinolophus hipposideros au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale...............31 Figure 13 : Photo de Rhinolophus euryale (source : www.flickr.com) ...............32 Figure 14 : Carte actualisée de la répartition géographique du Rhinolophus euryale au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale........................32 Figure 15 : Photo de Rhinolophus mehelyi (source: zmmu.msu.ru)....................33 Figure 16 : Carte actualisée de la répartition géographique du Rhinolophus mehelyi au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. ......................33 Figure 17 : Photo de Rhinolophus blasii (source : www.flickr.com) ..................34 Figure 18 : Carte actualisée de la répartition géographique du Rhinolophus blasi au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale.....................................34 Figure 19 : photo de Hipposideros caffer (source : www.biodiversityexplorer.org) .............................................................................35 Figure 20 : Carte actualisée de la répartition géographique de l'Hipposideros caffer au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. .........................35 Figure 21 : photo de Asellia tridens (source: www.biolib.cz) ............................36 Figure 22 : Carte actualisée de la répartition géographique de l'Asellia tridens au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale..........................................36 Figure 23 : photo de Myotis mystacinus (source : www.biolib.cz) ......................37
  12. 12. XII Figure 24 : Carte actualisée de la répartition géographique du Myotis mystacinus au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale.....................................37 Figure 25 : Photo de Myotis emarginatus (source : www.biolib.cz) ...................38 Figure 26 : Carte actualisée de la répartition géographique du Myotis emarginatus au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. ..............38 Figure 27 : photo de Myotis nattereri (source : www.biolib.cz)..........................39 Figure 28 : Carte actualisée de la répartition géographique du Myotis nattereri au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale.....................................39 Figure 29 : photo de Myotis capaccinii (source : fr.wikipedia.org).....................40 Figure 30 : Carte actualisée de la répartition géographique du Myotis capaccinii. Les points représentent la répartition spatiale.......................................................40 Figure 31 : photo de Myotis blythii (source : www.biolib.cz)..............................41 Figure 32 : Carte actualisée de la répartition géographique du Myotis blythii au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale..........................................41 Figure 33 : photo de Pipistrellus pipistrellus (source : www.biolib.cz)..............42 Figure 34 : Carte actualisée de la répartition géographique du Pipistrellus pipistrellus au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. ................42 Figure 35 : photo de Pipistrellus kuhlii (source : www.biolib.cz).......................42 Figure 36: Carte actualisée de la répartition géographique du Pipistrellus kuhlii au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale.....................................42 Figure 37 : photo de Pipistrellus kuhlii deserti (source : fr.wikipedia.org) ........43 Figure 38 : Carte actualisée de la répartition géographique du Pipistrellus kuhlii deserti au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale.........................43 Figure 39 : photo de Pipistrellus savii (source : www.treknature.com)..............44 Figure 40 : Carte actualisée de la répartition géographique de Pipistrellus savii au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale.....................................44 Figure 41 : photo de Pipistrellus rueppellii (source : www.biolib.cz) ................45 Figure 42 : Carte actualisée de la répartition géographique du Pipistrellus rueppellii au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale....................45 Figure 43 : photo de Nyctalus leisleri (source : www.biolib.cz) .........................46 Figure 44 : Carte actualisée de la répartition géographique du Nyctalus leisleri au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale.....................................46 Figure 45 : photo de Nyctalus lasiopterus (source : zmmu.msu.ru) ....................47 Figure 46 : Carte actualisée de la répartition géographique de Nyctalus lasiopterus au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale..................47 Figure 47 : photo de Eptesicus isabellinus (source : www.biolib.cz)..................48
  13. 13. XIII Figure 48 : Carte actualisée de la répartition géographique d’Eptesicus isabellinus au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale.................48 Figure 49 : photo de Otonycteris hemprichii (source : www.eurobats.com) ......49 Figure 50 : Carte actualisée de la répartition géographique d'Otonycteris hemprichii au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale..................49 Figure 51 : photo de Barbastella barbastellus (source : www.biolib.cz)............50 Figure 52 : Carte actualisée de la répartition géographique de Barbastella barbastellus au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale................50 Figure 53 : photo de Plecotus austriacus (source : www.planet-mammiferes.org) .................................................................................................................................51 Figure 54 : Carte actualisée de la répartition géographique de Plecotus austriacus au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale...................51 Figure 55 : photo Miniopterus schreibersii (source : eurobats.com)...................52 Figure 56 : Carte actualisée de la répartition géographique de Miniopterus schreibersii au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. ...............52 Figure 57 : photo de Tadarida teniotis (source : www.eurobats.com)................53 Figure 58 : Carte actualisée de la répartition géographique de Tadarida teniotis au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale.....................................53 Figure 59 : photo de Tadarida aegyptiaca (source : lifedesk.bibalex.org) .........54 Figure 60 : Carte actualisée de la répartition géographique de Tadarida aegyptiaca. Les points représentent la répartition spatiale...................................54 Figure 61 : Exemple de la portion de la queue libre et incluse ...........................73 Figure 62 : figures du tragus pour différents genres.............................................73 Figure 63 : quelques exemples pour la mesure de l'avant-bras............................74 Figure 64 : figures illustrant les mesures sur la main et le pied...........................74 Figure 65 : photo de l'incisive supérieure (différence entre bicuspide et unicuspide) .............................................................................................................75 Figure 66 : Photo de la page d'accueil...................................................................76 Figure 67 : L’affichage de la liste des espèces .....................................................77 Figure 68 : Les critères de choix pour le bouton "Rechercher des espèces" .......78 Figure 69 : La description de l’espèce, cas du Rhinopoma microphyllum ..........79 Figure 70 : Exemple de questionnaire pour la clé de détermination....................80 Figure 71 : Exemple d’utilisation du menu répartition géographique affichant les espèces présentes dans la région d’Ich..................................................................81
  14. 14. XIV ANNEXES : Annexe 1: Carte de découpage topographique du maroc au 1 : 100 000 ............89 Annexe 2 : Présentation de la région du Maroc oriental dans la carte de découpage topographique au 1 : 100 000..............................................................90 Annexe 3 : Les mesures morphométriques des espèces.......................................91
  15. 15. 15 INTRODUCTION Animal sauvage, considéré comme une mammifère sans importance dans la vie humaine mais contribuant à la préservation de l’équilibre écologique est le « chiroptère » communément connu par l’appellation de « chauve-souris ». En raison de sa vie cachée, c’est-à-dire habitations dans les grottes, les troncs d’arbres ou les bâtiments abandonnés, et de leur vie nocturne, les chauves- souris sont en général négligées par l’homme. Si l’on ne considère que le Royaume, ces mammifères font l’objet d’un « grand massacre » dans la pharmacopée traditionnelle telle que la sorcellerie et dans la dégradation de leur milieu naturel. Cependant, d’après de nombreuses études effectuées, un rôle considérable dans la régulation de la population d’insectes leur est attribué. Sachant que, en une nuit, une chauve-souris moyenne peut consommer entre 400 et 600 moustiques. Au Maroc, il existe une trentaine d’espèces de chauve-souris tous insectivores, désignées par ses habitants « Tair el Lile », « Ouatouate », « Saht et Lile » ou « Fartoutou ». Au Maroc, les mammifères sauvages sont au nombre de 106 espèces et dont les 30 espèces appartiennent à l’ordre des Chiroptera. Cet ordre est assez important car il est le second ordre le plus représenté après l’ordre des Rodentia avec 32 espèces. Sur le plan international, on compte de nombreuses actions de protection des chauves-souris :  Depuis 1979, la convention de Bonn pour la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage, et la convention de Berne relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe.  l’Accord relatif à la conservation des chauves-souris en Europe (Eurobats) a été adopté en 1991 et mis en vigueur en 1994.  En 1992, en Europe, la directive « Habitat – Faune – Flore » demande aux pays de la Communauté européenne la protection de
  16. 16. 16 toutes les espèces de chiroptères, ainsi que la désignation de zones spéciales de conservation pour les 12 espèces. Sur le plan national, le Maroc à réaliser de nombreux efforts en matière de conservation des chauves-souris via le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification par :  La signature et la ratification de conventions Internationales relatives à la protection de la faune sauvage dont les chiroptères, en l’occurrence : la Convention sur le Commerce International des Espèces de la Faune et de la Flore Sauvages Menacées d’extinction (CITES), la Convention de Bonn sur les Espèces Migratrices de la Faune Sauvage (CMS), la Convention de Berne, la Convention sur la Diversité Biologique.  La mise en place d’une loi interne relative à l’application de la CITES.  La conservation des chiroptères à travers l’application du Dahir du 1923 sur la police de la chasse.  La définition et la mise en œuvre d’un réseau national d’aires protégées qui contiennent des habitats d’espèces de chauves-souris.  La participation aux efforts internationaux en matière de conservation de chiroptères notamment aux travaux et réunions de l’accord EUROBATS. Le travail a pour but d’élaborer une base de données sur les chauves- souris existantes au Maroc. La base de données est composée des trois principaux volets suivants :  Clé de détermination des chauves-souris du Maroc,  Fiche de renseignement par espèce  Carte de répartition géographique par espèce. Une fois les informations recueillies, la base de données sera exploitée dans une interface web afin de la rendre plus accessible, facilitant ainsi le partage d’informations. Le travail a été subdivisé en deux grandes parties : une première partie qui concerne la collecte des données et l’élaboration de la clé de détermination et une deuxième partie axée sur l’aspect informatique et l’élaboration du site web.
  17. 17. 17 Partie I : Etudes bibliographiques
  18. 18. 18 Les mammifères du Maroc ont fait l’objet d’étude et d’un effort particulier depuis une cinquantaine d’année. La première étude de l’ensemble date de 1932 quand est paru l’ouvrage de CABRERA : « Los Mamifèros de Marriecos ». Et depuis, nombreuses études plus ou moins limitées ont été publiées. I. Présentation des chiroptères : L’ordre des Chiroptera, appartient au superordre des Lausariatheria, infra- classe des Placentalia, clade des Eutheria, sous-classe des Theria, Classe des Mammalia, sous-embrachement des Vertebrata, Embranchement des Chordata et du règne Animalia. Les chauves-souris font partie de l’ordre des mammifères volants, regroupant les seuls mammifères capables du vol actif. Ce dernier est possible grâce à une fine membrane alaire ou patagium située entre les doigts des membranes antérieurs démesurément allongés, à l’exception du pouce (Aulagnier et Al., 1986). Généralement connue comme étant des insectivores, cette portion représente 70 % des chauves-souris, juste trois espèces se nourrissent de sang et le reste est frugivore ou nectarivore. Au Maroc, on n’a que les chauves-souris insectivores appartenant au sous-ordre des microchiroptères.
  19. 19. 19 1. Caractéristiques: La figure ci-dessous indique les différentes parties de la chauve-souris : Figure 1 : Schéma représentant les différentes parties de la chauve-souris (source : http://www.terrenature.ch) a. Le vol : L’aptitude au vol étant due à la présence du patagium, une membrane qui est rempli de peau contenant un grand nombre de vaisseaux sanguins, de nerfs et de muscles. Cette membrane ; plus fine que celle des oiseaux s’étend sur la membrane postérieure, elle permet à l’animal de faire des manœuvres plus rapides et plus efficientes (faible consommation en oxygène pour la même taille et même type de vol). Du fait de l’épaisseur assez fine, les ailes sont assez délicates, cependant, le tissu qui les constitue est parmi ceux qui se régénèrent le plus rapidement dans tout le règne animal (Roberts, 2006 ; Irwin, 1997). La forte vascularisation intervient aussi dans la régulation thermique durant le vol. En raison de l’aplatissement de la section transversale et de la faible teneur en minéraux tels que le calcium près de leurs extrémités, les os des doigts de la membrane antérieure sont plus flexibles que ceux des autres mammifères.
  20. 20. 20 La surface des ailes est aussi équipée de récepteurs tactiles sur les petites bosses appelés cellules de Merkel, comme celles rencontrées sur le bout des doigts humains. Ces zones sensibles sont différentes chez les chauves-souris, et chaque bosse a un petit poil en son centre la rendant encore plus sensible, lui permettant de détecter et de collecter des informations sur la circulation de l’air sur ses ailes et de voler plus efficacement. Pour les espèces qui utilisent leurs ailes pour capturer les proies, leur membrane présente un type supplémentaire de capteur, sensible à l’étirement de la membrane et avertit l’animal si un insecte frappe les ailes (Calhoun, 2004). b. L’écholocation : L’écholocation, peut être décrite comme un sonar biologique, utilisé par plusieurs animaux pour se localiser. L’animal émet un son dans son environnement puis reçoit les échos de ce son par rapport aux différents objets de son entourage. Les chauves-souris ne sont pas les seuls animaux à se servir de l’écholocation mais aussi d’autres animaux comme : certains oiseaux, les odentoceti regroupant les baleines à dents, les dauphins,… Pour le cas des chiroptères, ce sont les microchiroptères qui sont capables de l’écholocation, ils sont de petite taille, nocturnes, insectivores, les yeux petits et les oreilles bien développées. L’écholocation leur est vitale pour la navigation et pour la chasse des proies même dans des lieux complètement sombres. La nuit, les insectes sont plus nombreux car il y a moins de prédateurs et de ce fait, les chauves-souris ont moins de concurrents et aussi peu de prédateurs. Ils génèrent les ultra-sons par le larynx et émettent les sons à travers la bouche, rarement par le nez comme le cas des Rhinolophidae (chauves-souris fer à cheval). L’interprétation de l’écho réfléchissant par le tragus (un lambeau de chair sur l’extérieure de l’oreille) permet à l’animal d’estimer et d’évaluer l’élévation des objets de son entourage (Muller, 2004). La fréquence de l’ultrason varie de 11 kHz à plus de 200 kHz : l’oreille humaine étant sensible aux fréquences comprises entre 20 Hz à 20.000 Hz. A part l’utilisation de l’écholocation pour la navigation et la recherche de nourriture, la chauve-souris l’utilise aussi comme moyen de communication entre les individus d’une même population. Cela est possible car l’ultrason émis par l’animal peut différencier une population, un individu d’une population
  21. 21. 21 donnée, une espèce donnée et même le sexe de l’animal. L’odorat joue un rôle important dans la reconnaissance interspécifique, des parents et des individus qui se rencontrent dans les populations restreintes ou dans de petits habitats. De ce fait, certains auteurs suggèrent l’écholocation comme la meilleure façon de communiquer entre eux (Silke et Al., 2010). c. Le comportement et la vie en société : La plupart des microchiroptères sont nocturnes et sont actives au crépuscule. Le vol est rare durant la pluie du fait du phénomène d’interférence pouvant perturber l’écholocation empêchant ainsi les chauves-souris de localiser avec précision leurs proies. Une grande partie immigre sur des centaines de kilomètres pour atteindre des tanières d’hibernation en hiver, alors que certaines espèces passent la mauvaise saison2 en dormance, éveillées et se nourrissent d’insectes que le temps ou la nature leur permet. La vie en société est l’un des aspects le plus marquant dans la vie des chauves-souris, cependant, cette structure sociale diffère d’une espèce à un autre ; elle peut être une vie solitaire, une petite communauté et une grande colonie. i. Reproduction : La reproduction chez les chauves-souris repose dans la plupart des cas sur les femelles. Elles doivent faire coïncider la naissance de leurs progénitures avec l’abondance de la nourriture et de favorables conditions écologiques. Selon les espèces, les chauves-souris peuvent avoir 1 à 3 portées annuellement, mais restent conditionnées par la disponibilité des ressources et les conditions dans les cavernes. La gémellité n’est habituelle que chez les pipistrelles et les noctules. Le contrôle de la période de mise bas est donc primordial pour la survie de l’espèce. La femelle utilise une variété de stratégie pour maitriser le timing de la grossesse et de la mise bas, comme : 2 Mauvaise saison : période durant laquelle, les conditions climatiques sont défavorable aux chauves-souris et ne lui offre pas assez de ressources pour survivre.
  22. 22. 22 i) un retard de la fertilité durant lequel, le sperme est conservé dans son appareil reproductif durant des mois jusqu’à ce que les conditions soient propices, ii) un retard de la nidation, où l’œuf fécondé reste libre dans l’appareil reproductif jusqu’à de meilleures conditions pour la mise bas et l’élevage d’un nouveau-né, iii) dans une autre stratégie, la fécondation et la nidation ont lieu mais le développement du fœtus est retardé durant cette période. Une explication de ces phénomènes est le contrôle hormonal du cycle reproductif (Krishna et Al., 2011). ii. Migration : La migration est considérée comme un déplacement saisonnier d’une population animal vers une région pour éviter les conditions climatiques défavorables et/ou pour chercher de meilleures conditions énergétiques. Elle est plus fréquente chez les oiseaux et les poissons et moins fréquent chez les amphibiens, reptiles et mammifères. Cependant, un nombre considérable de chauves-souris, tant des régions tropicales que des régions subtropicales, effectuent des déplacements saisonniers importants entre deux habitats. Pour les chauves-souris des régions tempérées, on peut avoir : les chauves-souris sédentaires qui hibernent et se nourrissent sur un rayon de 50km, des migrations régionales où l’espèce parcourt environ 100 à 500 km entre les gîtes d’été et les gîtes d’hiver, et les chauves-souris migratrices de grande distance avec plus de 1000 km parcourue entre les gîtes d’été et les gîtes d’hiver. Concernant les chauves-souris des régions tropicales, le comportement de la migration est moins fréquent et n’est jamais associé à l’hibernation. Les espèces migrent habituellement le long de gradients de ressources alimentaires ou les régions avec des ressources éphémères saisonnières. On peut citer, en Afrique, la famille des Ptéropodidés incluant Eidolon helvum, Myonycteris torquata, et Nanonycteris veldkampit ; des chauves-souris frugivores, qui migrent jusqu’à 1500 km de la forêt équatoriale vers la savane boisée pour se nourrir des éclats saisonniers des fruits.
  23. 23. 23 iii. Hibernation : L’hibernation est le processus physiologique particulier qui affecte un groupe particulier de mammifères et de rares oiseaux. Les animaux de petite taille doivent équilibrer la dépense d’énergie à travers le mouvement, la thermorégulation et d’autres processus physiologiques. Avec leurs faibles gains d’énergie, les chauves-souris en font partie. Quand la température diminue et la nourriture se fait rare, pour combattre la perte d’énergie, les chauves-souris ralentissent leurs fonctions corporelles. Cela se fait en diminuant la température limite de la thermorégulation, les chauves-souris réduisent leur métabolisme en diminuant, voire en en arrêtant la production de chaleur, le battement du cœur peut diminuer considérablement de 300 – 400 pouls par minute à 10 pouls par minute selon les espèces et la température extérieure. Pour la plupart des microchiroptères, l’hibernation se produit quotidiennement pour quelques heures, quelque en soit la saison, selon les conditions météorologiques. Quand les températures deviennent trop froides, les espèces se dirigent vers les zones abritées comme les grottes ou l’intérieur des bâtiments et entrent dans un sommeil prolongé et qui peut durer quelques jours à quelques semaines. 2. Les chauves-souris et leur milieu : a. Les chauves-souris et les insectes : Etant des insectivores, la majorité des chauves-souris jouent un rôle majeur dans la prédation d’insectes ravageurs et nuisibles. La présence d’une colonie de chauves-souris peut réguler considérablement la population d’insectes nuisibles d’une région. On peut citer l’exemple de l’université de Floride (Gainesville – USA), qui après de sévère invasion de moustiques dans les années 1990, a décidé d’installer une bat house capable de réfugier 200 000 chauves-souris. En mai 1998, environ 70 000 chiroptères occupaient le bat house et chassant chaque nuit à peu près 60 millions d’insectes (Wikipedia, 2014). L’installation d’un bat house a permis d’éviter l’utilisation d’insecticide, ce qui est moins économique. b. Les chauves-souris et l’agriculture : De nombreuses études ont démontré que les chauves-souris contrôlent le nombre des insectes ravageurs des cultures et donc transitivement du rendement. En Thaïlande, l’espèce de chauves-souris (Tadarida plicata) contrôle un parasite du riz (Sogatella furcifera) qui contribue à la sécurité alimentaire du pays. La
  24. 24. 24 perte due à ce parasite est estimée à environ 2.900 tonnes par an, soit la nourriture de 26.200 personnes en une année (Wanger et Al., 2011). c. Les chauves-souris et les plantes : La frugivorie est un régime alimentaire rencontré tant chez les microchiroptères que les mégachiroptères. Elle regroupe les chauves-souris se nourrissant du jus sucré des fruits. Les fruits préférés par les chauves-souris frugivores sont les plus charnus et les plus sucrés ; et pas particulièrement durs ou odorés. Pour extraire le jus du fruit, l’animal le décroche de l’arbre et le ramène dans son perchoir pour pouvoir le consommer. Ensuite, il les écrase et se nourrit jusqu’à assouvir sa faim. Par cette alimentation, l’animal contribue grandement à la dissémination des semences et à l’expansion géographique des plantes. On peut citer l’exemple des chauves-souris de la famille des Pteropodidae ou les roussettes qui sont responsables de la formation d’environ 80% de la canopée dans les Iles Samoa (Scanlon et Al., 2014). D’autres chauves-souris sont nectarivores, s’alimentant du nectar des fleurs. Les espèces se sont adaptées morphologiquement à ce régime alimentaire en ayant par exemple un museau allongé, de longues pattes extensibles couvertes en soies fines qui les aident à se nourrir de fleurs et de plantes particulières. En se nourrissant, les nectarivores dispersent dans l’air les pollens ce qui constitue un rôle important dans la pollinisation de nombreuses plantes. d. Les chauves-souris en tant que vecteurs de maladies : Comme d’autres mammifères, les chauves-souris peuvent aussi être des vecteurs de maladies, de virus et de zoonoses. Dans le temps, en Afrique, ils sont parmi les vecteurs de l’Ebola ; en Australie, la Lyssavirus australienne d’où on sort le virus de la rage et le Hendra appartenant au genre de l’Henipavirus qui est un virus potentiellement mortelle chez les animaux et les humains ; en Asie du Sud-est le Nipah, un virus au genre de l’Henipavirus ; dans la péninsule arabique le coronavirus du MERS ; et en Chine le SARS (Arnold, 2014). Cependant, pour le Maroc, tous les chiroptères sont insectivores et ne présentent pas une menace sur la transmission des maladies.
  25. 25. 25 II. Les Chiroptères du Maroc : Les études sur les chauves-souris du Maroc restent assez limitées. Sur la première revue des mammifères du Maroc, Cabrera (1932) signale huit espèces de chauves-souris appartenant à trois familles. En 1951, grâce à d’autres observations et de recherches, Panouse rapporte deux fois plus d’espèces de chiroptères que celles mentionnées par Cambera et avec 5 familles. Ainsi, le Maroc renferme 7 familles dans l’ordre des Chiroptera avec 30 espèces de chauves-souris (Aulagnier et Thévenot, 2006). Le tout est accompagné par un catalogue des chiroptères du Maroc avec une description de chaque famille et des espèces y dans ce dernier. La carte actualisée sur la répartition géographique des chauves-souris au Maroc est obtenue par la superposition de la carte de répartition faite par Aulagnier et Thévenot en 1986 et la carte de répartition des chauves-souris dans le Maroc oriental faite par Dieuleveut T. et Al en 2010. Selon la liste rouge de l’UICN, six espèces du Maroc sont considérées vulnérables et ont un risque élevé d’extinction. Ces espèces sont : Barbastella barbastellus, Myotis blythii, Myotis capaccinii, Myotis emarginatus, Rhinolophus euryale et Rhinolophus mehelyi 1. Famille : RHINOPOMATIDAE Descriptions de la famille :  De petite taille, la longueur du corps est comprise entre 5 à 6 cm et le poids entre 6 à 14 g,  la queue est longue, presque aussi longue que le corps tout entier ; et presque entièrement libre du patagium (la membrane de l’aile) ;  la feuille nasale est petite et arrondie,  une bande de peau sur le front joint les oreilles. Deux espèces au Maroc : Rhinopoma microphyllum et Rhinopoma hardwickii. a. Rhinopoma microphyllum (Grand Rhinopome) : Le Grand Rhinopome est une espèce de taille moyenne avec une oreille triangulaire de bonne taille et un oreillon dépassant le tiers du pavillon (Aulagnier et Thévenot, 1986).
  26. 26. 26 Origine de l’espèce : Paléarctique, Afrotropical et Indomalais. Figure 2: photo de Rhinopoma microphyllum (Source : geres-asso.org) Figure 3: Carte actualisée de la répartition géographique au Maroc du Rhinopoma microphyllum. Les points représentent la répartition spatiale. b. Rhinopoma hardwickii (Petit Rhinopome) : Le Petit Rhinopome ressemble grandement au Grand Rhinopome mais de petite taille et avec une queue relativement plus longue (Aulagnier et Thévenot, 1986). La queue, longue et fine ressemble vaguement à celle des souris, d’où son nom en anglais « Lesser mouse-tailed bat ».
  27. 27. 27 Origine de l’espèce : Paléarctique, Indomalais et Afrotropical. Figure 4 : photo de Rhinopoma hardwickeii (source : naturalia- environnement.com) Figure 5 : Carte actualisée de la répartition géographique du Rhinopoma hardwickeii au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. 2. Famille : EMBALLONURIDAE Description de la famille :  Généralement de couleur brune ou grise,  la queue est courte et se projette à travers la membrane de la queue, de sorte que celle-ci forme une gaine. Une seule espèce présente au Maroc : Taphozous nudiventris. a. Taphozous nudiventris (Taphien à ventre nu) : La queue traverse l’uropatagium3 et y apparait en relief. Le museau est court et conique, les yeux séparés par une dépression et les lèvres inférieures 3 Partie du patagium reliant les pattes arrière entre elles.
  28. 28. 28 terminées par deux phalanges nues séparées par un sillon (The IUCN Red List of Threatened Species, 2004). La fourrure du ventre et du dos n’atteint pas la queue (Dietz, 2005). Origine de l’espèce : Paléarctique, Indomalais, Afrotropical Figure 6 : Photo de Taphozous nudiventris (source: www.biolib.cz) 3. Famille : NYCTERIDAE Description de la famille :  Une grande fente parcourt le centre de leur visage entre les yeux sur les narines,  de larges oreilles,  la feuille nasale est complexe,  la queue se termine par une forme en T formée à partir de cartilage,  la fourrure est de couleur brune, grise et rougeâtre. Une seule espèce au Maroc : Nycteris thebaica. a. Nycteris thebaica (Nyctère de Thébaïque) : Le Nyctère de Thébaïde est caractérisé par un profond sillon frontal qui s’étend à partir des narines jusqu’à la base de l’oreille, de forme ovale, très grande et réunies à leur base par une fine membrane (Aulagnier, Thévenot, 1986).
  29. 29. 29 Origine de l’espèce : Afrotropical et Paléarctique Figure 7 : Photo de Nycteris thebaica (source: geres-asso.org) Figure 8 : Carte actualisée de la répartition géographique du Nycteris thebaica au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. 4. Famille : RHINOLOPHIDAE Descriptions de la famille :  Le tragus est absent,  la queue est plus courte ou de même longueur que les pattes postérieures,  les sons de l’écholocation sont audibles comme un sifflet par un détecteur de chauves-souris. On compte 5 espèces au Maroc : Rhinolophus ferrumequinum, Rhinolophus hipposideros, Rhinolophus euryale, Rhinolophus mehelyi et Rhinolophus blasii.
  30. 30. 30 a. Rhinolophus ferrumequinum (Grand rhinolophe) : Le Grand rhinolophe Fer à cheval ou Greater Horseshoe Bat est une chauve-souris de grande taille, au pelage dorsal brun assez foncé, la tête plus claire, le ventre et la poitrine de couleur beige (Aulagnier et Thévenot, 1986). La feuille nasale est composée d’une pointe sur la partie supérieure et d’un fer à cheval sur la partie inférieure. L’écholocation est comprise entre 69 kHz à 83 kHz. Par rapport aux autres espèces de sa famille, chez les grands Rhinolophes, la première prémolaire de la mâchoire supérieure dépasse la rangée de dents, alors que, chez les autres espèces, cette prémolaire est très petite ou absente. Origine de l’espèce : Paléarctique et Indomalais. Figure 9 : Photo de Rhinolophus ferrumequinum (source : www.biolib.cz) Figure 10 : Carte actualisée de la répartition géographique du Rhinolophus ferrumequinum au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. b. Rhinolophus hipposideros (Petit rhinolophe) : Le Petit rhinolophe est parmi les plus petites espèces de chauves-souris au monde. La base de leur fourrure est de couleur grise claire, la face dorsale brune-foncée, la face ventrale grise, l’oreille et la membrane de l’aile sont de couleur gris-brun claire. Ils peuvent bien voir malgré leurs petits yeux.
  31. 31. 31 Origine de l’espèce : Paléarctique. Figure 11 : Photo de Rhinolophus hipposideros (source : www.biolib.cz) Figure 12 : Carte actualisée de la répartition géographique du Rhinolophus hipposideros au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. c. Rhinolophus euryale (Rhinolophe Euryale) : Le Rhinolophe Euryale diffère des autres Rhinolophes par la forme de la feuille nasale où le fer à cheval est étroit, les bords de la partie supérieure de la selle sont parallèles et la lancette affecte la forme d’un triangle isocèle (Aulagnier et Thévenot, 1986). La fourrure est moelleuse, avec une base gris claire, la face dorsale est gris-brune avec parfois une légère teinte rougeâtre, et la face ventrale est gris-blanche ou blanc-jaune.
  32. 32. 32 Origine de l’espèce : Paléarctique. Figure 13 : Photo de Rhinolophus euryale (source : www.flickr.com) Figure 14 : Carte actualisée de la répartition géographique du Rhinolophus euryale au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. d. Rhinolophus mehelyi (Rhinolophe de Mehely) : Le Rhinolophe de Mehely est une espèce de taille moyenne, la fourrure est relativement épaisse, à la base de couleur gris-blanc, l’oreille et patagium sont de couleur gris-brune, le pelage ventral presque gris et le pelage dorsal gris. Origine de l’espèce : Paléarctique.
  33. 33. 33 Figure 15 : Photo de Rhinolophus mehelyi (source: zmmu.msu.ru) Figure 16 : Carte actualisée de la répartition géographique du Rhinolophus mehelyi au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. e. Rhinolophus blasii (Rhinolophe de Blasius) : C’est une espèce de taille moyenne avec une fourrure duveteuse dont la base des poils est presque blanche (Wikipédia, 2014). Le pelage dorsal est de couleur gris brun, parfois avec une teinte lilas, alors que le pelage ventral est presque blanc. Origine de l’espèce : Paléarctique, Afrotropical et Indomalais.
  34. 34. 34 Figure 17 : Photo de Rhinolophus blasii (source : www.flickr.com) Figure 18 : Carte actualisée de la répartition géographique du Rhinolophus blasi au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. 5. Famille : HIPPOSIDERIDAE Descriptions de la famille :  Feuille nasale est composée d’une feuille en forme de fer à cheval en avant, diverses feuilles accessoires et une feuille verticale,  La couleur varie du rougeâtre à grisâtre et brun à presque noir. Au Maroc, on compte la présence de deux espèces : Asellia tridens et Hipposideros caffer. a. Hipposideros caffer (Phyllorhine de Cafrerie): Il est recouvert de poils longs, qui peuvent être gris ou dorés de couleur orange vif. Les ailes sont brunes et la fourrure généralement plus pâle à la face inférieure du corps. Elles ont de grandes oreilles arrondies, avec un antitragus bien développé et la feuille nasale en forme de fer à cheval, avec une petite projection distinctive de chaque côté (Wikipédia, 2014).
  35. 35. 35 Origine de l’espèce : Afrotropical et Paléarctique Figure 19 : photo de Hipposideros caffer (source : www.biodiversityexplorer.org) Figure 20 : Carte actualisée de la répartition géographique de l'Hipposideros caffer au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. b. Asellia tridens (Trident du désert): Le trident du désert est une espèce d’assez grande taille au pelage de couleur variable, brun clair à roux. Elle se caractérise par la lancette de la feuille nasale qui est élargie et porte trois pointes (Aulagnier et Thévenot, 1986).
  36. 36. 36 Origine de l’espèce : Paléarctique et Afrotropical. Figure 21 : photo de Asellia tridens (source: www.biolib.cz) Figure 22 : Carte actualisée de la répartition géographique de l'Asellia tridens au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. 6. Famille : VESPERTILIONIDAE Descriptions de l’espèce :  Les oreilles faisant saillie au-delà du sommet de la tête,  La deuxième phalange du troisième doigt n’est pas spécialement allongée (jusqu’à environ deux fois la longueur de la première phalange). Au Maroc, c’est la famille la plus représentée avec 17 espèces de chauves- souris. a. Myotis mystacinus (Murin à moustaches) : Le Murin à moustaches est une espèce de petite taille, avec un pelage brun foncé, le tragus droit, la membrane interfémorale courte, le pied petit, l’oreille de taille moyenne et la face pourvue de longs poils qui dissimulent en partie le museau de forme conique (Aulagnier et Thévenot, 1986).
  37. 37. 37 Origine de l’espèce : Paléarctique. Figure 23 : photo de Myotis mystacinus (source : www.biolib.cz) Figure 24 : Carte actualisée de la répartition géographique du Myotis mystacinus au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. b. Myotis emarginatus (Murin à oreille échancrée) : Le Murin à oreille échancrée se caractérise par la présence d’une profonde échancrure sur la bordure externe de l’oreille, un tragus long et effilé, un éperon court et la bordure de la membrane interfémorale pourvue de poils clairsemés. Le pelage ventral est de couleur roux claire et brun rougeâtre pour le pelage dorsal.
  38. 38. 38 Origine de l’espèce : Paléarctique. Figure 25 : Photo de Myotis emarginatus (source : www.biolib.cz) Figure 26 : Carte actualisée de la répartition géographique du Myotis emarginatus au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. c. Myotis nattereri (Murin de Natterer): Le Murin de Natterer est une espèce avec des ailes pâles, une fourrure brune à blanc grisâtre sur la face inférieure, la fourrure dorsale courte et dense allant de la tête au corps est brun grisâtre, et la partie ventrale est de couleur gris blanchâtre. Cette espèce diffère des autres espèces de sa famille par le bord libre de la membrane interfémorale froissée et bordée de poils raides et courbés.
  39. 39. 39 Origine de l’espèce : Paléarctique. Figure 27 : photo de Myotis nattereri (source : www.biolib.cz) Figure 28 : Carte actualisée de la répartition géographique du Myotis nattereri au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. d. Myotis capaccinii (Murin de Capaccini): Le Murin de Capaccini est une espèce de taille moyenne, de grands pieds et les narines plus importantes que les autres espèces du genre Myotis. Les poils sont gris foncé à la base, avec un gris léger sur le côté dorsal et ventral.
  40. 40. 40 Origine de l’espèce : Paléarctique. Figure 29 : photo de Myotis capaccinii (source : fr.wikipedia.org) Figure 30 : Carte actualisée de la répartition géographique du Myotis capaccinii. Les points représentent la répartition spatiale. e. Myotis blythii (Murin du Maghreb): Le Murin du Maghreb est une espèce de grande envergure, au pelage brun avec des nuances variées, les oreilles de longueur moyenne et le museau conique assez fin.
  41. 41. 41 Origine de l’espèce : Paléarctique. Figure 31 : photo de Myotis blythii (source : www.biolib.cz) Figure 32 : Carte actualisée de la répartition géographique du Myotis blythii au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. f. Pipistrellus pipistrellus (Pipistrelle commun) : C’est une espèce de petite taille, avec un pelage brun variant dans le ton. Les oreilles sont courtes, triangulaires et séparées à leurs bases.
  42. 42. 42 Origine de l’espèce : Paléarctique Figure 33 : photo de Pipistrellus pipistrellus (source : www.biolib.cz) Figure 34 : Carte actualisée de la répartition géographique du Pipistrellus pipistrellus au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. g. Pipistrellus kuhlii (Pipistrelle de Kuhl): L’espèce présente généralement un liseré blanc net sur les membranes alaires. L’incisive supérieure externe est très petite et l’incisive interne ne possède qu’une seule pointe. Origine de l’espèce : Paléarctique, Afrotropical, Indomalais. Figure 35 : photo de Pipistrellus kuhlii (source : www.biolib.cz) Figure 36: Carte actualisée de la répartition géographique du Pipistrellus kuhlii au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale.
  43. 43. 43 h. Pipistrellus kuhlii deserti : Origine de l’espèce : Paléarctique. Figure 37 : photo de Pipistrellus kuhlii deserti (source : fr.wikipedia.org) Figure 38 : Carte actualisée de la répartition géographique du Pipistrellus kuhlii deserti au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. i. Pipistrellus savii (Pipistrelle de Savi): C’est une espèce de petite taille, le pelage dorsal constitué de poils foncés à extrémité claire et l’incisive supérieure externe est plus longue que la moitié de l’incisive interne (Aulagnier et Thévenot, 1986). Le visage, les oreilles et les membranes alaires sont noires, le poil au-dessus de la tête et du corps est brun foncé et la surface inférieure est pâle. La queue est arrondie et un peu plus longue par rapport aux autres espèces.
  44. 44. 44 Origine de l’espèce : Paléarctique, Indomalais et Afrotropicale. Figure 39 : photo de Pipistrellus savii (source : www.treknature.com) Figure 40 : Carte actualisée de la répartition géographique de Pipistrellus savii au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. j. Pipistrellus rueppellii (Pipistrelle de Ruppell): Le Pipistrelle de Ruppell se caractérise par le pelage dorsal brun, les poils plus foncés à leur base, la fourrure ventrale blanc pur, la membrane alaire pâle, et les membres et la queue apparaissent sombres par contraste (Aulagnier et Thévenot, 1986). L’incisive supérieure interne est long et présente clairement deux pointes.
  45. 45. 45 Origine de l’espèce : Paléarctique, Afrotropical. Figure 41 : photo de Pipistrellus rueppellii (source : www.biolib.cz) Figure 42 : Carte actualisée de la répartition géographique du Pipistrellus rueppellii au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. k. Nyctalus leisleri (Noctule de Leisler): C’est une espèce de taille moyenne, et légèrement plus petite que les autres espèces du genre Nyctalus. La face, les oreilles et les ailes sont noires ; la fourrure de couleur brun, plus sombre à leur base ; et les parties en dessous des membres sont poilues. L’oreille est courte et arrondie avec un tragus en forme de champignon (Aulagnier et Thévenot, 1986).
  46. 46. 46 Origine de l’espèce : Paléarctique et Indomalais. Figure 43 : photo de Nyctalus leisleri (source : www.biolib.cz) Figure 44 : Carte actualisée de la répartition géographique du Nyctalus leisleri au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. l. Nyctalus lasiopterus (Grande Noctule): Le Grand Noctule se diffère des autres espèces par sa grande taille uniquement. La fourrure dorsale varie du brun-rougeâtre à un brun sombre, l’oreille courte et élargie, et le tragus court et en forme de champignon (Aulagnier et Thévenot, 1986). Origine de l’espèce : Paléarctique.
  47. 47. 47 Figure 45 : photo de Nyctalus lasiopterus (source : zmmu.msu.ru) Figure 46 : Carte actualisée de la répartition géographique de Nyctalus lasiopterus au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. m. Eptesicus isabellinus (Sérotine Isabelle): C’est une espèce de taille moyenne. Les oreilles sont arrondies et plus hautes que larges ; le tragus est pointu ; les deux dernières vertèbres caudales sont libres ; et le pelage est de couleur isabelle (Aulagnier et Thévenot, 1986).
  48. 48. 48 Origine de l’espèce : Paléarctique et Indomalais. Figure 47 : photo de Eptesicus isabellinus (source : www.biolib.cz) Figure 48 : Carte actualisée de la répartition géographique d’Eptesicus isabellinus au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. n. Otonycteris hemprichii (Oreillard d'Hemprich): L’Oreillard d’Hemprich est une espèce avec des oreilles assez larges pouvant atteindre 40 mm ; reliées sur le front par une petite bande de peau ; le tragus est long mais, brusquement rétréci vers la pointe. C’est une chauve-souris de grande taille, la dernière vertèbre dépasse l’uropatagium, et le pelage est claire : beige sur la face dorsale et blanc sur la face ventrale.
  49. 49. 49 Origine de l’espèce : Paléarctique. Figure 49 : photo de Otonycteris hemprichii (source : www.eurobats.com) Figure 50 : Carte actualisée de la répartition géographique d'Otonycteris hemprichii au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. o. Barbastella barbastellus (Barbastelle d'Europe): C’est une espèce avec un nez court, de petits yeux, un tragus long et effilé, et de larges oreilles réunies à leurs bases. La fourrure est foncée mais avec des poils clairs sur le bas du dos (Aulagnier et Thévenot, 1986).
  50. 50. 50 Origine de l’espèce : Paléarctique. Figure 51 : photo de Barbastella barbastellus (source : www.biolib.cz) Figure 52 : Carte actualisée de la répartition géographique de Barbastella barbastellus au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. p. Plecotus austriacus (Oreillard de Tenerife): Ils sont de grandes tailles ; les oreilles réunies à leurs bases, longues, et avec des plis distinctifs.
  51. 51. 51 Origine de l’espèce : Paléarctique. Figure 53 : photo de Plecotus austriacus (source : www.planet-mammiferes.org) Figure 54 : Carte actualisée de la répartition géographique de Plecotus austriacus au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. q. Miniopterus schreibersii (Minioptère de Schreibers): L’espèce se caractérise par : un museau court, un front très bombé et une fourrure douce et veloutée. Les oreilles sont courtes, de forme presque losangique avec un petit tragus (Aulagnier et Thévenot, 1986).
  52. 52. 52 Origine de l’espèce : Paléarctique et Afrotropical. Figure 55 : photo Miniopterus schreibersii (source : eurobats.com) Figure 56 : Carte actualisée de la répartition géographique de Miniopterus schreibersii au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. 7. Famille : MOLOSSIDAE Description de la famille :  La queue s’étend jusqu’à la moitié au-delà de la membrane étroite de la queue,  La partie inférieure de la marge postérieure de l’oreille possède des lobes prononcés,  La feuille nasale est absente,  La queue est incluse complètement dans la membrane élargie de la queue à l’exception de la dernière ou des deux dernières vertèbres.
  53. 53. 53 a. Tatarida teniotis : Origine de l’espèce : Paléarctique et Indomalais. Figure 57 : photo de Tadarida teniotis (source : www.eurobats.com) Figure 58 : Carte actualisée de la répartition géographique de Tadarida teniotis au Maroc. Les points représentent la répartition spatiale. b.
  54. 54. 54 c. Tadarida aegyptiaca : Le molosse d’Egypte est de couleur marron chocolat, pelage ventral légèrement blanc à la base des poils et légèrement brun pour la partie dorsale. Doté d’une grande lèvre, queue proéminente, fourrure douce, dense et courte. Origine de l’espèce : Paléarctique et Afrotropicale. Figure 59 : photo de Tadarida aegyptiaca (source : lifedesk.bibalex.org) Figure 60 : Carte actualisée de la répartition géographique de Tadarida aegyptiaca. Les points représentent la répartition spatiale.
  55. 55. 55 Partie II : Matériels et méthodes
  56. 56. 56 I. Collecte des données et élaboration de la clé de détermination : En 1932, Cabrera a affirmé la présence de 8 espèces de chauves-souris au Maroc. De nombreuses recherches ont été effectuées après Cabrera mais ne couvrant pas tout le territoire marocain. Ce n’est qu’en 1986 qu’Aulagnier et Thevenot publient l’ouvrage « Catalogue des mammifères sauvages du Maroc » qui cite la présence de 29 espèces de chiroptères dans le Maroc. Une vingtaine d’année après la sortie de ce livre, Benda, Ruedi et Aulagnier publient en 2004 de nouvelles données sur la distribution des chauves-souris au Maroc : « New data on the distribution of bats (Chiroptera) in Morocco ». Ils viennent actualiser les données sur la répartition géographique des espèces dans le Maroc pour 24 espèces. Cependant, la mise à jour de la liste des mammifères sauvages du Maroc, publiée en janvier 2006 statue la présence de 30 espèces de chauves- souris dans le pays. Vu le mode de vie nocturne et assez discret des chauves-souris, les études sur le terrain s’avèrent assez coûteuses et nécessitent du temps. Ainsi, nous nous sommes limités à l’exploitation des résultats des travaux déjà effectués au Maroc. Aulagnier et Thévenot ont déjà proposé une excellente clé de détermination en 1986.Cependant, actuellement, cette clé nécessite quelques rectifications et corrections du fait que le nombre de familles et d’espèces de chauve-souris identifié a augmenté. 1. La carte de répartition et les données biométriques pour chaque espèce : La carte de répartition de chauves-souris présente au Maroc est une carte qui signale la présence ou l’absence de l’espèce dans une région donnée. Les régions ont été prises dans la grille de découpage topographique à 1 : 100 000 du Maroc, soit un total de 297 régions (Annexe 1). La carte a été numérisée sur Arc gis 10.1 puis exportée en photo sous un format PNG. Les données de répartition de chaque espèce ont été obtenues des documents suivants : « Catalogue des mammifères sauvages du Maroc » (Aulagnier S. et Thévenot M., 1986), « New data of distribution of bats (Chiroptera) in Morocco » (Benda et Al., 2004) et « Nouvelles données sur la répartition des Chiroptères dans les Maroc orientale » (Dieuleveut et Al., 2010). Les deux premiers documents cités ci-dessus concernent tout le territoire marocain et servent à l’élaboration de la carte de répartition des espèces pour
  57. 57. 57 tout le Maroc à l’exception de la région du Maroc oriental où les données sur la répartition des espèces proviennent du dernier document. L’annexe 2 nous renseigne sur l’étendue de la région du Maroc oriental dans la grille de découpage topographique à 1 : 1 000 000. A part la carte, d’autres informations existent pour les espèces : les mesures biométriques, l’origine géographique de l’espèce et son statut actuel par rapport à la liste rouge de l’UICN. Les mesures biométriques sont classées en trois catégories :  les mesures du doigt : pour le 3ème , 4ème et 5ème doigt, il y a la longueur du métacarpe, de la première phalange et de la seconde phalange.  les mesures corporelles : la longueur de l’avant-bras, du corps, de l’oreille, de la queue, du pied postérieur, de la mandibule et la largeur byzigomatique.  la formule dentaire. La disponibilité des donnés pour chaque espèce est différente, on peut avoir un intervalle ou une valeur unique ou même aucune information concernant l’espèce. Une description de chaque famille de chauve-souris est disponible sur le site web à développer. 2. L’ancienne clé de détermination des chiroptères au Maroc : Dans l’ouvrage « Catalogue des Mammifères sauvages du Maroc » publié par Aulagnier et Thévenot en 1986, ils ont proposé une clé de détermination de tous les mammifères sauvages au Maroc. Cependant, de 1986 à aujourd’hui, il y a eu certains changements sur l’effectif. La clé d’Aulagnier et de Thévenot procède en deux étapes pour l’identification de l’espèce. On déterminera en premier la famille à laquelle appartient l’espèce, ensuite pour chaque famille, il y aura plusieurs critères pour identifier l’espèce.
  58. 58. 58 Cette clé met en évidence trois niveaux biens distincts (Tableau 1) :  1er niveau : l’ordre des chiroptères,  2ème niveau : la famille,  3ème niveau : l’espèce. En 2006, une mise à jour des mammifères sauvages du Maroc a été publiée par Aulagnier et Thévenot. Ces derniers ont mis un certain nombre de changements sur la liste des mammifères tant sur les familles que sur les espèces. Pour la famille des Nycteridae, Emballonuridae, Rhinolophidae et Vesperilionidae, la liste de 1986 reste intacte. Cependant, pour la famille des Molossidae, une espèce a été ajoutée à la liste : le Molosse d’Egypte (Tadarida aegyptica) ; la famille des Hipposideridae a été ajoutée dans la liste avec deux espèces : Hipposideros caffer (Phyllorhine de Cafrerie) et Aselia tridens (Trident du désert), ces deux espèces qui auparavant figuraient dans la famille des Rhinolophidae.
  59. 59. 59 Tableau 1 : Les trois niveaux de la clé de détermination d’Aulagnier et de Thévenot dans l’ouvrage « Catalogue des mammifères sauvages au Maroc » en 1986 Ordre Familles Espèces CHIROPTERA Rhinopomatidae Rhinopoma microphyllum Rhinopoma hardwickeii Nycteridae Nycteris thebaica Emballonuridae Taphozous nudiventris * Rhinolophidae Rhinolophus ferrumequinum Rhinolophus hipposideros Rhinolophus euryale Rhinolophus mehelyi Rhinolophus blasii Hipposideros caffer Asellia tridens Vespertilionidae Myotis mystacinus Myotis emarginatus Myotis nattereri Myotis capaccinii Myotis blythii Pipistrellus pipistrellus Pipistrellus kuhlii Pipistrellus savii Pipistrellus rueppellii Nyctalus noctula * Nyctalus leisleri * Nyctalus lasiopterus Eptesicus serotinus Otonycteris hemprichii Barbastella barbastellus Plecotus austriacus Miniopterus schreibersii Molossidae Tadarida teniotis * : les espèces absentes dans la clé de détermination d’Aulagnier et Thévenot, 1986 3. La nouvelle clé de détermination des chauves-souris du Maroc : La nouvelle clé de détermination se base sur trois principaux documents : la clé de détermination d’Aulagnier et Thévenot (1986), l’ «Illustrated
  60. 60. 60 identification key to the bats of Europe » de Christian Dietz et Otto von Helversen (2004) et « Mémo pour la détermination des chauves-souris en hiver » de Nyssen et Al. (2008). La nouvelle clé de détermination sera en premier lieu tirée de l’ancienne clé de détermination d’Aulagnier et Thévenot (1986). Même si, cette dernière passe l’identification de la famille avant d’arriver à l’identification de l’espèce, on ne tiendra pas compte de la famille dans la nouvelle clé de détermination. Les critères de choix seront des critères morphologiques comme la longueur de l’avant-bras, la forme du feuille nasale, la longueur de la queue, la forme de la prémolaire, … Les observations sont donc inoffensives pour l’animal. Pour la famille des Molossidae, avant on avait juste une espèce dans cette famille : Tadarida teniotis(le molosse de Cestoni), il suffisait d’identifier la famille et on obtient l’espèce. Toutefois, une autre espèce (Tadarida aegyptiaca : Molosse d’Egypte) a été ajoutée à cette famille dans la mise à jour des mammifères sauvages du Maroc. Il a donc fallu ressortir de nouveaux critères pour discerner les deux espèces.
  61. 61. 61 II. Création du site web pour l’exploitation de la base de données : Une fois, toutes les données recueillies et la clé de détermination élaborées, les informations ont été stockées dans une base de donnée afin qu’on puisse les exploiter sur un site web. Pour ce faire, nous avons utilisé Wampserver qui est une plateforme de développement web. 1. Présentation de Wampserver : Wampserver est une plateforme de développement web de type WAMP, permettant de faire fonctionner localement les scripts PHP. Ce n’est pas un logiciel proprement dite mais un environnement comprenant deux serveurs (Apache et MySQL), un interprétateur de script (PHP), et phpMyAdmin pour l’administration Web des bases MySQL. La version utilisée est : Wampserver 2.5 avec MySQL version 5.6.17, PHP version 5.5.12 et Apache version 2.4.9. a. WAMP : C’est l’acronyme de Windows Apache MySQL PHP, qui est un néologisme basé sur LAMP. Cette dernière désigne les logiciels libres pour la construction de sites Web. Les rôles de ces 4 composants sont les suivants :  Windows : assure l’attribution des ressources aux autres composants.  Apache : est le serveur web « frontal », il est « devant » tous les autres et répond directement aux requêtes du client web. C’est le serveur HTTP le plus populaire du World Wide Web (WWW).  MySQL : Stocke toutes les données d’application. Il est parmi les logiciels de gestion de base de données les plus utilisés au monde.  PHP : c’est le langage script pour la logique. b. Les données enregistrées dans MySQL : MySQL est un système de gestion de bases de données relationnelles (SGBDR), c’est parmi les logiciels de gestion de base de données le plus utilisé au monde pour les applications web principalement et en concurrence avec Oracle, Informix et Microsoft SQL Server.
  62. 62. 62 Pour notre cas, MySQL nous a permis d’enregistrer les informations concernant la répartition géographique et les mesures biométriques sur les espèces ; ce sont ces informations qu’on a par la suite présenté dans le site web. Deux tables ont été introduites dans la base de donné de MySQL, une table espèce pour les informations concernant les espèces et une table famille pour la famille. Le tableau 2 montre les données enregistrées dans la table espèce. Le tableau 3 montre les données enregistrées dans la table famille.
  63. 63. 63 Tableau 2 : Nom des données enregistrées dans la table espèce de la base de données et leurs types Nom Type Remarques id_espèce int (11) Clé primaire id_famille int (11) logueur_tc_min, longueur_tc_max, longueur_queue_min, longueur_queue_max, longueur_pied_posterieur_min, longueur_pied_posterieur_max, longueur_oreille_min, longueur_oreille_max, longueur_avant_bras_min, longueur_avant_bras_max, longueur_condylobasale_min, longueur_condylobasale_max, largeur_bizygomatique_min, largeur_bizygomatique_max, longueur_mandibule_min, longueur_mandibule_max, hauteur_coronide_max, hauteur_coronide_min, III_metacarpe_min, III_metacarpe_max, III_1phalange_min, III_1phalange_max, III_2phalange_min, III_2phalange_max, IV_metacarpe_min, IV_metacarpe_max, IV_1phalange_min, IV_1phalange_max, IV_2phalange_min, IV_2phalange_max, V_metacarpe_min, V_metacarpe_max Float formule_dentaire, nom_scientifique, nom_vernaculaire, origine, menace varchar(40) Description de l’espèce text photo_identite, repartition varchar(50) Tableau 3 : Nom des données enregistrées dans la table famille de la base de données avec leurs types Nom Type Remarques id_famille int(11) Clé primaire nom_famille varchar(40) Description_famille text On trouve 4 types de données : float, text, varchar() et int(11).  text : fait référence au stockage de texte de grande capacité,  varchart() : des données textes mais dont le nombre de caractères supportés est équivalent au chiffre dans la parenthèse,  float : concerne les chiffres avec un degré de précision après virgule inférieur et égal à 24,  int(11) : fait référence à un chiffre entier.
  64. 64. 64 Les données : « photo identité » et « répartition » sont de type texte alors qu’ils devraient faire référence à des fichiers de format image, le type texte indique l’emplacement relatif de la photo dans le site web. Pour la table espèce, id_especeest la clé primaire qui est unique pour chaque espèce et id_famille est la clé secondaire qui correspond à la famille à laquelle appartient l’espèce. Pour la table famille, id_famille est la clé primaire et est unique pour chaque famille. Une espèce n’appartient qu’à une et une seule famille mais une famille peut avoir une ou plusieurs espèces. 2. Création du site web sur Joomla : Joomla est un système de gestion de contenu (Content Management System en anglais), CMS qui est un logiciel web pour la création en toute facilité un site internet dynamique. Joomla est un CMS Open Source distribué sous Licence CNU/CPL. Il permet donc la construction d’un site web aussi simple que possible mais toujours avec le maximum de fonctionnalité. Dans notre cas, on a créé plusieurs articles4 qui seront affichés dans des pages web, nous aurons 4 menus :  Accueil : présentation du site, de l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II et des chauves-souris.  La liste des espèces de chauves-souris présentes au Maroc et les caractéristiques de chaque espèce (mesures, formule dentaire, carte de répartition, …).  La clé de détermination des chauves-souris  La grille de découpage des cartes topographique du Maroc au 1 : 100 000 reproduite sur Google Map.  Contacts : pour informer l’administrateur du site sur d’éventuelles rectifications et remarques. 4 Morceau de contenu composé de texte (HTML), avec éventuellement des liens vers d’autres ressources.
  65. 65. 65 Partie III : Résultat
  66. 66. 66 La clé de détermination : 1. L’algorithme de la clé de détermination : La clé de détermination des chauves-souris est une clé simple basée sur des caractères morphologiques externes. Toutes ces mesures et caractères morphologiques prises ne sont valables que, sur un individu adulte et a accompli complètement sa croissance. Chez les individus juvéniles :  les os ne sont pas encore complètement ossifiés,  les épiphyses sont bien visibles dans les articulations des doigts à travers une lumière de fond,  les articulations sont longues et tendues,  les os des doigts encore cartilagineux, et  même si les os des doigts se sont complètement ossifiés, les plaques de croissances près des articulations apparaissent légèrement cartilagineuses. La clé se présente comme une succession de questions à choix multiple.
  67. 67. 67
  68. 68. 68
  69. 69. 69
  70. 70. 70
  71. 71. 71
  72. 72. 72
  73. 73. 73 2. Description des critères : a. La queue : La queue est l’appendice qui prolonge la colonne vertébrale de la plupart des mammifères, elle est assez remarquable chez les chauves-souris. Elle peut être incluse dans la membrane interfémorale ou la dépasser largement. Portion de la queue libre Famille : Molossidae La queue incluse Famille : Vespertilionidae Figure 61 : Exemple de la portion de la queue libre et incluse b. La feuille nasale : La feuille se situe au-dessus de la lèvre supérieure et a en effet une forme plus ou moins régulière d’une espèce à une autre. De forme et de taille très variables selon les espèces, elle peut être présente ou absente chez certaines familles. c. Le tragus : La forme et la taille du tragus peuvent être importantes pour la différenciation de nombreuses espèces. Noctule Pipistrelle Myotis Figure 62 : figures du tragus pour différents genres
  74. 74. 74 d. Les mesures corporelles : avant-bras, les doigts et le pied. L’avant-bras doit être mesuré à partir d’une aile repliée, à partir du coude au poignet. Figure 63 : quelques exemples pour la mesure de l'avant-bras Les mesures des doigts (1ère phalange, 2ème phalange et métacarpe du 3ème, 4ème et 5ème doigt) et du pied (pied postérieur, tibia,..) sont des paramètres assez utiles pour l’identification des chauves-souris. Figure 64 : figures illustrant les mesures sur la main et le pied
  75. 75. 75 e. L’oreille : Les oreilles peuvent être séparées ou réunies à leur base sur la tête. Oreilles séparées Oreilles réunies f. L’incisive supérieure : L’incisive supérieure peut être unicuspide ou bicuspide. Incisive supérieure unicuspide Incisive supérieure bicuspide Figure 65 : photo de l'incisive supérieure (différence entre bicuspide et unicuspide)
  76. 76. 76 I. Présentation et utilisation de la base de données : 1. Les menus : a. La page d’accueil : La page d’accueil présente un texte de bienvenue avec quelques explications pour l’utilisation du site et à gauche les menus du site. Figure 66 : Photo de la page d'accueil b. La liste des espèces et la description de l’espèce : Ce menu affiche la liste des espèces : le nom scientifique sur une colonne, le nom français sur une autre colonne et une dernière colonne affiche le degré de menace de l’espèce si elle y figure dans la liste rouge de l’UICN (Figure 67). Le nom scientifique de l’espèce est cliquable pour que l’on puisse afficher les descriptions de l’espèce choisie (Figure 69). On peut aussi utiliser le bouton « Rechercher une espèce » en bas de la liste des espèces pour chercher des espèces selon 3 critères : l’origine Les menus
  77. 77. 77 géographique et/ou la vulnérabilité de l’espèce selon la liste rouge de l’UICN et/ou la famille de l’espèce (Figure 68). Figure 67 : L’affichage de la liste des espèces
  78. 78. 78 Figure 68 : Les critères de choix pour le bouton "Rechercher des espèces"
  79. 79. 79 Figure 69 : La description de l’espèce, cas du Rhinopoma microphyllum
  80. 80. 80 c. L’utilisation de la clé de détermination : La clé est présentée comme une succession de formulaires avec des choix multiples. Elle suit le cheminement d’idée dans la clé de détermination. Figure 70 : Exemple de questionnaire pour la clé de détermination
  81. 81. 81 d. La répartition géographique : En cliquant sur une région, on peut y afficher les espèces présentes dans cette région. Figure 71 : Exemple d’utilisation du menu répartition géographique affichant les espèces présentes dans la région d’Ich
  82. 82. 82 Partie IV : Discussions et Conclusion
  83. 83. 83 I. Valorisation des résultats : Le travail a abouti à :  l’élaboration d’une clé de détermination des chauves-souris propre au Maroc,  le collecte des informations concernant chaque espèce (répartition géographique, description de l’espèce, les mesures biométriques et une photo de l’animal), et  les caractéristiques distinctives de chaque famille. Pour valoriser ces données, on les a enregistrées dans une base de données MySQL et que l’on peut par la suite rendre accessible à tous dans un site web. Ce site web présente :  la liste des espèces et leurs caractéristiques,  la clé de détermination sous forme de formulaire avec une succession questions à choix multiples, et  une reproduction sur Google Map de la grille de découpage à 1/100 000 des cartes topographiques au Maroc afin de voir les espèces présente dans une région donnée. Les visiteurs du site web peuvent signaler le responsable du site pour toute éventuelle modification ou rectification. II. Conclusion : Le Maroc compte 30 espèces de chauves-souris parmi les 1200 espèces présentes dans le monde, et représente 28 % de la faune mammalienne sauvage du Maroc qui suit l’ordre des Rodentia. Les principaux traits qui en ressortent de ce travail sont les suivants : La carte de répartition géographique : les travaux effectués au Maroc sur la répartition géographique ne sont pas récents et se basent en général sur des observations anciennes citées dans la bibliographie. Cependant, les connaissances sur les chiroptères du Maroc sont régulièrement améliorées sans toutefois être homogènes. Les données de répartition se concentrent plus sur les régions du nord et la partie Saharienne du Maroc, elles manquent largement d’informations car il n’y a pas eu assez de travaux de recherche sur cette région.
  84. 84. 84 La clé de détermination n’est pas infaillible et peut présenter quelques inconvénients, les mesures se basent sur le standard de l’espèce qui peuvent différer selon la saison, l’état physiologique de l’animal et son âge. Les chauves-souris peuvent êtres vecteurs de maladie zoonose, transmettant une maladie dans leur environnement. La contamination d’une maladie de l’animal à l’homme peut être de plusieurs natures (morsure, aliment contaminé, contact avec les excréments des chauves-souris…). Cependant, le Maroc ne possède que les espèces insectivores alors la transmission se fait par l’incursion de l’homme dans les habitats des chauves-souris. III. Recommandations : Les pays européens, ayant déjà compris l’importance des chauves-souris, insistent sur leur protection. Au Maroc, cette prise de conscience tarde encore à voir le jour. Pour ce faire, nous suggérons :  La participation active à la mise en œuvre du plan directeur des aires protégées dont plusieurs sites abritent des habitats de chauves- souris ; est demandée à toutes les parties concernées (secteur public, secteur privé et ONG) par les aires protégées du Maroc.  La valorisation touristique des grottes/habitat de chauves-souris, doit se faire sans la destruction de ces biotopes garantie pour la survie de ces chiroptères.  la restauration des habitats naturels et la construction de nouveaux habitats artificiels,  l’approfondissement des recherches scientifiques sur les chauves- souris du Maroc, et  la sensibilisation de la population sur l’importance des chauves- souris.
  85. 85. 85 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES :  Arnold C., 8 février2014 : “Hordes of deadly diseases are lurking in bats and sometimes jumping to people. Can we prevent a major pandemic, asks Carrie Arnold”. NewScientist : 44 – 48.  Aulagnier S. et Michel Thévenot., Janvier 2006 : “Mise à jours de la liste des mammifères sauvages du Maroc”. Go-South Bull (2006), 3 : 6 – 9.  Aulagnier S. et Thévenot M., 1986 : « Catalogue des mammifères sauvages du Maroc ». Imprimerie El Maârif Al jadida – Rabat, p : 26.  Benda P., Ruedi M., Aulagnier S., 2004 : « New data of the distribution of bats (Chiroptera) in Morocco ». Vespertilio8 : 13 – 44.  Dietz C. et Von Helversen O., 15 décembre2004 : “Illustrated identification key to the bats of Europe”.  Dietz C., 21 décembre2005 : « Illustrated identification key to the bats of Egypt » .  Dieuleveut T., Lieron V., Hingrat Y., 2010 : « Nouvelles données sur la répartition des Chiroptères dans le Maroc oriental (année 2007 à 2009) ». Bulletin de l’Institut Scientifique, Rabat, section Sciences de la Vie, 2010, n° 32 (1) : 33 – 40.  Irwin N., Mars 1997 : “ Wanted DNA samples from Nyctimene or Paranyctimene Bats ”. The New Guinea Tropical Ecology and Biodiversity Digest 3: 10.  Krishna A., Bhatnagar K. P., 2011 : “Hormones and reproductive cycles in Bats”. Hormones and Reproduction of Vertebrates, Volume 5 – Mammals : 240 – 289.  Melissa Calhoun, Décembre, 2005 : “Bats Use Touch Reception on Wings to Fly, Catch Prey, Study Finds”.  Muller R., 2004 :”A numerical study of the role of the tragus in big brown bat”. JASA 116 : 3701 – 3715.  Nyssen P., Gathoye J., San Martin G., décembre 2008 :”Mémo pour la determination des chauves-souris en hiver”. Plecotus.  Roberts W.C., Octobre,2006:“Facts and ideas from anywhere”. Baylor University. Medical Center, 19: 425–434.
  86. 86. 86  Scanlon A. T., Petit S., Tuiwawa M., Naikatini A., 2014 : « High similarity between a bat-serviced plant assemblace and that used by humans ». Biological Conservation 174 : 111 – 119.  Silke L., Voigt-Heucke, Michael Taborsky, Dina K.N. Dechmann, 2010 : “ A dual function of echolocation : bat use echolocation calls and unfamiliar individual”. Animal Behaviour 80: 59 – 67.  Teeling E. C. et Al., 28 janvier2005 : “A molecular phylogeny for bats illuminates biogeography and the fossil record”. Science 307, 579 – 584.  Wanger T. C., Darras K., Bumrungsri S., Tscharnkte T., 2014 : « Bat pest control contributes to foot security in Thailand ». Biological Conservation 171 : 220 – 223.
  87. 87. 87 WEBOGRAPHIE:  The IUCN Red list of Threatened Species, 2004 : ”Taphozous nudiventris”, www.iucnredlist.org/details/21462/0.  Wikipedia, 2014 : “Chiroptera”, http://fr.wikipedia.org/wiki/Chiroptera.  Wikipedia, 2014 : “Nycteridae”, http://en.wikipedia.org/wiki/Nycteridae.  Wikipedia, 2014 : “Rhinolophidae”, http://en.wikipedia.org/wiki/Rhinolophidae.  Wikipedia, 2014 : “Sac-winged bat ”, http://en.wikipedia.org/wiki/Emballonuridae.  Wikipedia, 2014 : ”Emballonuridae”, http://en.wikipedia.org/wiki/Emballonuridae.  Wikipedia, 2014 : “Blasius’s horseshoe bat”, http://en.wikipedia.org/wiki/Blasius%27s_horseshoe_bat.  Wikipedia, 2014 : “Hipposideros caffer”, http://en.wikipedia.org/wiki/Sundevall%27s_roundleaf_bat. .
  88. 88. 88 ANNEXES :
  89. 89. 89 Annexe 1: Carte de découpage topographique du maroc au 1 : 100 000
  90. 90. 90 Annexe 2 : Présentation de la région du Maroc oriental dans la carte de découpage topographique au 1 : 100 000
  91. 91. 91 Annexe 3 : Les mesures morphométriques des espèces  Rhinopoma microphyllum : Formule dentaire : 1/2I, 1/1C, 3/3M = 28 dents Les doigts (mm) : Troisième doigt Quatrième doigt Cinquième doigt  Métacarpe : 48.5  Première phalange : 9  Seconde phalange : 14  Métacarpe : 37  Première phalange : 14.5  Seconde phalange : 12  Métacarpe : 42.5  Première phalange : 10.5  Seconde phalange : 10 Mesures corporelles (mm):  Mesure de l'avant-bras : 69.5  Longueur du museau à l'anus (tête - corps) : 70  Longueur de la queue : 65  Longueur du pied postérieur : 13  Largeur byzigomatique : 12.6  Longueur de la mandibule : 14.1 à 14.6  Rhinopoma hardwickii Les doigts (mm): Troisième doigt Quatrième doigt Cinquième doigt Métacarpe : 31 à 42 Première phalange : 7 à 9 Seconde phalange : 14 à 17 Métacarpe : 27 à 33 Première phalange : 10 à 13 Seconde phalange : 8 à 11 Métacarpe : 31 à 37 Première phalange : 9 à 10 Seconde phalange : 6 à 9 Mesures corporelles (mm):  Mesure de l'avant-bras : 48 à 61  Longueur du museau a l'anus (tête - corps) : 49 à 61  Longueur du condylobasale : 17.6  Longueur de l'oreille : 16 à 19  Longueur de la queue : 55 à 69  Longueur du pied postérieur : 12 à 13  Largeur byzigomatique : 10.5  Longueur de la mandibule : 11.8  Taphozous nudiventris : Formule dentaire : 1/2I, 1/1C, 2/2P, 3/3M = 30 dents  Mesures corporelles (mm):  Mesure de l'avant-bras : 70 à 75
  92. 92. 92  Longueur du museau a l'anus (tête - corps) : 83 à 93  Longueur de l'oreille : 20 à 23  Longueur de la queue : 27 à 34  Nycteris thebaica : Formule dentaire : 2/3I, 1/1C, 1/2P, 3/3M = 32 dents Les doigts (mm) : Troisième doigt Quatrième doigt Cinquième doigt  Métacarpe : 34 à 37.5  Première phalange : 23 à 24.5  Seconde phalange : 23 à 27  Métacarpe : 35 à 39  Première phalange : 11.5 à 14.5  Seconde phalange : 11 à 12.5  Métacarpe : 34 à 38  Première phalange : 13 à 14.5  Seconde phalange : 11 à 13.5 Mesures corporelles (mm) :  Mesure de l'avant-bras : 42 à 46.5  Longueur du museau a l'anus (tête - corps) : 41 à 51.5  Longueur du condylobasale : 19 à 20.5  Longueur de l'oreille : 26 à 29  Longueur de la queue : 48 à 57  Longueur du pied postérieur : 9 à 11.5  Largeur byzigomatique : 10.5 à 11.5  Longueur de la mandibule : 13 à 13.5  Rhinolophus ferrumequinum : Les doigts (mm) : Troisième doigt Quatrième doigt Cinquième doigt  Métacarpe : 35 à 42  Première phalange : 17 à 20  Seconde phalange : 28 à 11.5  Métacarpe : 37 à 44  Première phalange : 10 à 11.5  Seconde phalange : 17 à 20  Métacarpe : 39 à 43.5  Première phalange : 12 à 14  Seconde phalange : 13 à 17 Mesures corporelles (mm) :  Mesure de l'avant-bras : 53 à 57  Longueur du museau à l'anus (tête - corps) : 52 à 60  Longueur du condylobasale : 22.5 à 23  Longueur de l'oreille : 18 à 22  Longueur de la queue : 30 à 38  Longueur du pied postérieur : 9 à 11
  93. 93. 93  Largeur byzigomatique : 11.5 à 12  Longueur de la mandibule : 14.5 à 16  Rhinolophus hipposideros : Les doigts (mm) : Troisième doigt Quatrième doigt Cinquième doigt  Métacarpe : 20 à 25  Première phalange : 3 à 13  Seconde phalange : 15 à 19  Métacarpe : 19 à 28  Première phalange : 6 à 7.5  Seconde phalange : 11 à 13  Métacarpe : 23 à 26  Première phalange : 7 à 9  Seconde phalange : 11 à 15 Mesures corporelles (mm) :  Mesure de l'avant-bras : 21 à 39  Longueur du museau à l'anus (tête - corps) : 30 à 47  Longueur du condylobasale : 15 à 16  Longueur de l'oreille : 14 à 18  Longueur de la queue : 20 à 24  Longueur du pied postérieur : 7 à 8  Largeur byzigomatique : 7 à 8  Longueur de la mandibule : 9 à 10  Rhinolophus euryale : Les doigts (mm) : Troisième doigt Quatrième doigt Cinquième doigt  Métacarpe : 20 à 36  Première phalange : 9 à 15  Seconde phalange : 17 à 28  Métacarpe : 20 à 38  Première phalange : 5.5 à 8  Seconde phalange : 11 à 19  Métacarpe : 22 à 38  Première phalange : 8 à 12.5  Seconde phalange : 9 à 13 Mesures corporelles (mm) :  Mesure de l'avant-bras : 37 à 50.5  Longueur du museau à l'anus (tête - corps) : 42 à 48  Longueur de l'oreille : 11 à 17.5  Longueur de la queue : 17 à 20  Longueur du pied postérieur : 8 à 10
  94. 94. 94  Rhinolophus mehelyi : Les doigts (mm) : Troisième doigt Quatrième doigt Cinquième doigt  Métacarpe : 33 à 38  Première phalange : 14 à 15  Seconde phalange : 27 à 31  Métacarpe : 34 à 40  Première phalange : 6 à 9  Seconde phalange : 17 à 20  Métacarpe : 36 à 40.5  Première phalange : 11 à 12.5  Seconde phalange : 11 à 13 Mesures corporelles (mm) :  Mesure de l'avant-bras : 48 à 52  Longueur du museau à l'anus (tête - corps) : 48 à 60  Longueur du condylobasale : 18 à 21  Longueur de l'oreille : 19 à 22.5  Longueur de la queue : 21 à 31  Longueur du pied postérieur : 9 à 12  Largeur byzigomatique : 10 à 11  Longueur de la mandibule : 12 à 13.5  Rhinolophusblasii : Les doigts (mm) : Troisième doigt Quatrième doigt Cinquième doigt  Métacarpe : 30 à 31  Première phalange : 14.5 à 15.5  Seconde phalange : 26.5 à 27.5  Métacarpe : 32 à 32.5  Première phalange : 8.5 à 9  Seconde phalange : 16  Métacarpe : 34 à 34.5  Première phalange : 10.5 à 11.5  Seconde phalange : 12 à 16.5 Mesures corporelles (mm) :  Mesure de l'avant-bras : 45.5 à 46.5  Longueur du condylobasale : 16.8 à 0  Longueur du pied postérieur : 10 à 10.5  Largeur byzigomatique : 9.5 à 9.6  Longueur de la mandibule : 12.7 à 12.8  Hipposideros caffer : Formule dentaire : 1/2I, 1/1C, 2/2P, 3/3M = 30 dents Les doigts (mm) : Troisième doigt Quatrième doigt Cinquième doigt  Métacarpe : 31 à 32  Métacarpe : 30 à 31  Métacarpe : 27 à 29
  95. 95. 95  Première phalange : 13 à 14  Seconde phalange : 15 à 15.5  Première phalange : 9 à 10  Seconde phalange : 8 à 9  Première phalange : 12 à 13  Seconde phalange : 9.5 à 10 Mesures corporelles (mm) :  Mesure de l'avant-bras : 43 à 46  Longueur du museau à l'anus (tête - corps) : 44 à 55  Longueur du condylobasale : 14 à 14.5  Longueur de l'oreille : 13 à 14  Longueur de la queue : 22 à 28  Longueur du pied postérieur : 7 à 7.5  Largeur byzigomatique : 8.5 à 9  Longueur de la mandibule : 10 à 10.5  Asellia tridens : Formule dentaire : 1/2I, 1/1C, 1/2P, 3/3M = 28 dents Les doigts (mm) : Troisième doigt Quatrième doigt Cinquième doigt  Métacarpe : 36 à 39  Première phalange : 13 à 17  Seconde phalange : 16 à 18  Métacarpe : 35 à 37  Première phalange : 11 à 13  Seconde phalange : 8 à 9  Métacarpe : 29 à 32  Première phalange : 14 à 15  Seconde phalange : 9 à 11 Mesures corporelles (mm) :  Mesure de l'avant-bras : 49 à 55  Longueur du museau à l'anus (tête - corps) : 45 à 56  Longueur du condylobasale : 18 à 20  Longueur de l'oreille : 16 à 18  Longueur de la queue : 20 à 26  Longueur du pied postérieur : 8 à 9  Largeur byzigomatique : 10 à 11  Longueur de la mandibule : 12 à 14

×