Guide pratique de la foi 1. french. français

33 vues

Publié le

Guide pratique de la foi 1. french. français

Publié dans : Sciences
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
33
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Guide pratique de la foi 1. french. français

  1. 1. Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux Abréviations utilisées (pbsl) : paix et bénédiction sur lui (fait suite à une référence au Prophète Mohammed) (psl) : paix sur lui (fait suite à une référence à un prophète) (pse) : paix sur eux (fait suite à une référence aux prophètes) www.harunyahya.fr e-mail : contact@harunyahya.fr
  2. 2. GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- HARUN YAHYA (ADNAN OKTAR) Certes, Nous avons facilité la compréhension du Coran pour qu’il serve de rappel. Y a-t-il quelqu'un pour s'en souvenir ? (Coran, 54 : 17)
  3. 3. A PROPOS DE L’AUTEUR Adnan Oktar, qui écrit sous le pseudonyme HARUN YAHYA, est né à Ankara en 1956. Il a effectué des études artistiques à l'Université Mimar Sinan d'Istanbul, et a étudié la philosophie à l'Université d'Istanbul. Depuis les années 80, il a publié de nombreux ouvrages sur des sujets politiques, scientifiques et liés à la foi. Harun Yahya est devenu célèbre pour avoir remis en cause la théorie de l'évolution et dénoncé l'imposture des évolu- tionnistes. Il a également mis en évidence les liens occultes qui existent entre le darwinisme et les idéologies sanglantes du 20ème siècle. Les ouvrages d'Harun Yahya, qui ont été traduits en 60 langues, consti- tuent une collection de plus de 45.000 pages et 30.000 illustrations. Son pseudonyme est constitué des noms "Harun" (Aaron) et "Yahya" (Jean), en mémoire de ces deux prophètes estimés qui ont tous deux lutté contre le manque de foi de leurs peuples. Le sceau du Prophète (paix et bé- nédiction sur lui) qui figure sur la couverture des livres de l'auteur, revêt un caractère symbolique lié à leur contenu. Ce sceau signifie que le Coran est le dernier Livre d’Allah, Son ultime parole, et que notre Prophète (paix et bénédiction sur lui)) est le dernier maillon de la chaîne prophétique. En se référant au Coran et à la Sounna, l'auteur s'est fixé comme objectif d'ané- antir les arguments des tenants des idéologies athées, pour réduire au si- lence les objections soulevées contre la religion. Le Prophète (paix et bénédiction sur lui) a atteint les plus hauts niveaux de la sagesse et de la perfection morale, c'est pourquoi son sceau est utilisé avec l'intention de rapporter le dernier mot. Tous les travaux de l'auteur sont centrés sur un seul objectif : communi- quer aux autres le message du Coran, en les incitant à réfléchir à des ques- tions liées à la foi, telles que l'existence d’Allah, Son unicité, l'au-delà, et en exposant les fondations faibles et les idéologies perverses des systèmes athées. L'œuvre de Harun Yahya est connue à travers de nombreux pays, de l'Inde aux États-Unis, de la Grande-Bretagne à l'Indoné- sie, de la Pologne à la Bosnie, de l'Espagne au Brésil. Certains de ses livres sont disponibles dans les langues suivantes : l'anglais, le français, l'allemand, l'espagnol, l'italien, le portugais, l'urdu, l'arabe, l'al- banais, le chinois, le swahili, le hausa, le divehi (parlé à l'île Maurice), le russe, le serbo-croate (bos- niaque), le polonais, le malais, l'ouïgour, l'indoné- sien, le bengali, le danois et le suédois et de nombreux lecteurs du monde entier les ap- précient.
  4. 4. Ces ouvrages ont permis à de nombreuses personnes d'attester de leur croyance en Allah, et à d'autres d'approfondir leur foi. La sagesse et le style sincère et fluide de ces livres confèrent à ces derniers une touche distinctive qui ne peut manquer de frapper ceux qui les lisent ou qui sont amenés à les consulter. Ceux qui réfléchissent sérieusement sur ces livres ne peuvent plus soutenir l'athéisme ou toute autre idéologie et philosophie matéria- liste, étant donné que ces ouvrages sont caractérisés par une efficacité ra- pide, des résultats définis et l'irréfutabilité. Même s'il y a toujours des personnes qui le font, ce sera seulement une insistance sentimentale puis- que ces livres réfutent telles idéologies depuis leurs fondations. Tous les mouvements de négation contemporains sont maintenant vaincus de point de vue idéologique, grâce aux livres écrits par Harun Yahya. L'auteur ne tire pas de fierté personnelle de son travail ; il espère seulement être un support pour ceux qui cherchent à cheminer vers Allah. Aucun bénéfice matériel n'est recherché dans la publication de ces livres. Ceux qui encouragent les autres à lire ces livres, à ouvrir les yeux du cœur et à devenir de meilleurs serviteurs d’Allah rendent un service inesti- mable. Par contre, encourager des livres qui créent la confusion dans l'esprit des gens, qui mènent au chaos idéologique et qui, manifestement, ne servent pas à ôter des cœurs le doute, s'avère être une grande perte de temps et d'é- nergie. Il est impossible, pour les nombreux ouvrages écrits dans le seul but de mettre en valeur la puissance littéraire de leurs auteurs, plutôt que de servir le noble objectif d'éloigner les gens de l'égarement, d'avoir un im- pact si important. Ceux qui douteraient de ceci se rendront vite compte que Harun Yahya ne cherche à travers ses livres qu'à vaincre l'incrédulité et à diffuser les valeurs morales du Coran. Le succès et l'impact de cet engage- ment sont évidents dans la conviction des lecteurs. Il convient de garder à l'esprit un point essentiel : la raison des cruautés incessantes, des conflits et des souffrances dont la majorité des gens sont les perpétuelles victimes, est la prédominance de l'incroyance sur cette terre. On ne pourra mettre fin à cette triste réalité qu'en bâtissant la défaite de l'incrédulité et en sensibilisant le plus grand nombre aux merveilles de la création ainsi qu'à la morale coranique, pour que chacun puisse vivre en accord avec elle. En observant l'état actuel du monde qui ne cesse d'aspirer les gens dans la spirale de la violence, de la corruption et des conflits, il ap- paraît vital que ce service rendu à l'humanité le soit encore plus rapide- ment et efficacement. Sinon, il se pourrait bien que les dégâts causés soient irréversibles. Les livres d'Harun Yahya, qui assument le rôle principal dans cet effort, constitueront par la volonté d’Allah un moyen par lequel les gens attein- dront au 21ème siècle la paix, la justice et le bonheur promis dans le Coran.
  5. 5. A L'ATTENTION DU LECTEUR Dans tous les livres de l'auteur, les questions liées à la foi sont expli- quées à la lumière des versets coraniques et les gens sont invités à con- naître la parole d’Allah et à vivre selon Ses préceptes. Tous les sujets qui concernent les versets d’Allah sont expliqués de telle façon à ne laisser planer ni doute, ni questionnement dans l'esprit du lecteur. Par ailleurs, le style sincère, simple et fluide employé permet à chacun, quel que soit son âge ou son appartenance sociale, d'en comprendre fa- cilement la lecture. Ces écrits efficaces et lucides permettent également leur lecture d'une seule traite. Même ceux qui rejettent vigoureuse- ment la spiritualité resteront sensibles aux faits rapportés dans ces li- vres et ne peuvent réfuter la véracité de leur contenu. Ce livre et tous les autres travaux de l'auteur peuvent être lus indivi- duellement ou être abordés lors de conversations en groupes. Les lec- teurs qui désirent tirer le plus grand profit des livres trouveront le débat très utile dans le sens où ils seront en mesure de comparer leurs propres réflexions et expériences à celles des autres. Par ailleurs, ce sera un grand service rendu à la religion que de contri- buer à faire connaître et faire lire ces livres, qui ne sont écrits que dans le seul but de plaire à Allah. Tous les livres de l'auteur sont extrême- ment convaincants. De ce fait, pour ceux qui souhaitent faire connaître la religion à d'autres personnes, une des méthodes les plus efficaces est de les encourager à les lire. Dans ces livres, vous ne trouverez pas, comme dans d'autres livres, les idées personnelles de l'auteur ou des explications fondées sur des sources douteuses. Vous ne trouverez pas non plus des propos qui sont irrespectueux ou irrévérencieux du fait des sujets sacrés qui sont abordés. Enfin, vous n'aurez pas à trouver également de comptes-ren- dus désespérés, pessimistes ou suscitant le doute qui peut affecter et troubler le cœur.
  6. 6. Sommaire 1. Comment prend-on conscience de l'existence de Dieu ? . . . . . . . . . . . 12 2. Comment connaît-on Dieu ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 3. Quelle est la finalité de notre création ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 4. Pourquoi sommes-nous éprouvés ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 5. Comment servir Dieu ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 6. Pourquoi la religion est-elle nécessaire ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 7. Comment vivre sa religion (dîn) ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 8. Comment peut-il y avoir du sens moral sans religion ? . . . . . . . . . . . . 17 9. Qu'adviendrait-il du système social sans la religion ? . . . . . . . . . . . . . 18 10. Quels bénéfices matériels et spirituels l'observance de la morale coranique apporte-t-elle à la société ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 11. Quels avantages l'observance des préceptes coraniques procure-t-elle à la famille ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 12. Quels avantages l'observance des préceptes coraniques procure-t-elle à l'état ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 13. Quels avantages l'observance des préceptes coraniques procure-t-elle à l'art ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 14. Quels avantages l'observance des préceptes coraniques procure-t-elle au système scolaire ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 15. Quels avantages l'observance des préceptes coraniques procure-t-elle au monde du travail ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 16. Qu'est-ce qu'associer à Dieu et qu'est-ce que l'idolâtrie ? . . . . . . . . . . 27 17. Que signifie idolâtrer quelque chose ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 18. Comment est-on sauvé de l'idolâtrie ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 19. Que signifie rechercher l'agrément de Dieu au plus haut degré ?. . . 29 20. Qu'est-ce que la foi implicite ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
  7. 7. 21. Comment saurai-je laquelle de mes actions gagnera l'agrément de Dieu ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 22. Y a-t-il dans l'individu une autre voix que sa conscience ?. . . . . . . . . 31 23. Comment voyons-nous ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 24. Que signifie être un "ensemble de perceptions" ? . . . . . . . . . . . . . . . . 33 25. L'existence du monde extérieur est-elle indispensable ? . . . . . . . . . . 34 26. Sommes-nous dupes de croire à la réalité de nos perceptions, sans aucun correspondant matériel ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 27. Si les entités matérielles que nous connaissons sont en fait des perceptions, alors qu'est-ce que le cerveau ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 28. Qui ou qu'est-ce qui perçoit ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 29. Puisque ce que nous percevons comme le monde matériel n'est cons- titué que de perceptions vues par nos esprits, quelle est donc la source de ces perceptions ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 30. Comment se fait-il que Dieu englobe tout et qu'Il soit plus proche de nous que notre veine jugulaire ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 31. L'amour de Dieu n'est-il pas suffisant? La crainte de Dieu est-elle in- dispensable ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 32. Avec quelle intensité un croyant sincère doit-il craindre Dieu ? . . . . 39 33. N'importe quel lecteur du Coran peut-il le comprendre ? . . . . . . . . . 40 34. Puis-je lire le Coran tout le temps ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 35. Le Coran s'adresse-t-il à toutes les époques ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 36. Dieu a-t-Il préservé les versets du Coran jusqu'à ce jour sans aucun changement ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 37. Quels sont les miracles scientifiques du Coran ? . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 38. Existe-t-il un système de codage numérique du Coran ? . . . . . . . . . . 44 39. Comment connaît-on l'existence de l'au-delà ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45 40. La réincarnation existe-t-elle ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 8
  8. 8. 41. La mort est-elle une disparition ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 42. Que ressent-on au moment de la mort ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 43. L'univers est-il mortel aussi ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 44. Toutes les personnes qui auront vécu jusqu'au jour de la résurrection connaîtront-elles cela, ou bien seulement celles qui seront en vie à ce mo- ment-là ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49 45. Quel genre de jugement y aura-t-il le Jour du Jugement ? . . . . . . . . . 50 46. Peut-on endosser la responsabilité des péchés d'un autre ?. . . . . . . . 51 47. Les êtres humains pourront-ils compenser ce qu'ils ont fait lorsqu'ils verront la vérité dans l'au-delà ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 48. Quel genre d'endroit est l'enfer ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53 49. Que disent les versets du Coran au sujet de l'enfer ? . . . . . . . . . . . . . 53 50. Quel genre d'endroit est le paradis ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 51. Qui ira au paradis ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55 52. Qu'est-ce que la vertu véritable ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56 53. Qu'est-ce que l'amour dans le Coran ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57 54. Pour quelle raison les croyants sont-ils constamment ensemble ? . . 57 55. Quel genre de vie Dieu a-t-Il promis aux croyants dans ce monde ? 58 56. Comment invoque-t-on Dieu? Y a-t-il un lieu, un temps, et une forme précis ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 57. Dieu accepte-t-Il chaque prière ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 58. Comment se repent-on devant Dieu? Est-il suffisant de dire : "Je me repens" ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 59. Dieu accepte-t-Il tous les actes ou professions de repentir ? . . . . . . . 61 60. Puisque Dieu me pardonne si je me repens, est-il juste de penser que je peux faire n'importe quoi puis me repentir ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 61. Que doit-on changer en soi-même lorsqu'on commence à vivre sa reli- gion ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Harun Yahya (Adnan Oktar) 9
  9. 9. 62. Une fois converti à l'Islam, suis-je responsable devant Dieu des pé- chés commis dans ma vie passée ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63 63. Faut-il nécessairement expliquer les préceptes de l'Islam aux autres ?. 64 64. Dans quel sens Dieu apprécie-t-Il la patience ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 65. Que signifie "placer sa confiance en Dieu" ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 66. Qu'est-ce que la taqwa? Quels sont ceux qui ont la taqwa ? . . . . . . . 66 67. Selon Dieu, quels sont les critères de la supériorité ? . . . . . . . . . . . . . 67 68. Qu'est-ce que la méditation approfondie ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 69. Religion et science sont-elles compatibles ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 70. Quels sont les scientifiques qui croient en Dieu et en la religion ? . . 69 71. Comment remercier Dieu ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 72. Quel genre d'être est Satan ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 73. Comment Satan approche-t-il les gens? Par quelles méthodes essaie-t-il de les faire dévier de leur route ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 74. Satan possède-t-il un pouvoir indépendant ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 75. Sur qui Satan n'a-t-il aucune influence ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 76. Qu'est-ce que "la religion de l'ignorant" ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73 77. Le système adopté par la majorité est-il toujours juste ?. . . . . . . . . . . 74 78. Que doit-on faire pour renier la "religion de l'ignorant" ? . . . . . . . . . 74 79. Nous avons établi que les croyants sont sages. Quelle est la différence entre sagesse et intelligence ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 80. Quels éléments peuvent nuire à la sagesse humaine ? . . . . . . . . . . . . 76 81. Le Coran affirme que Dieu n'aime pas les arrogants. Qu'est-ce que l'arrogance, selon le Coran ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 82. D'après les préceptes coraniques, comment une personne humble doit-elle se comporter ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77 83. Suis-je responsable de mes intentions ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 84. Que signifie "la vie de ce monde est un plaisir illusoire" ? . . . . . . . . . 78 GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 10
  10. 10. 85. Quelles sont les raisons divines (hikmat) aux faiblesses humaines ? 79 86. Pour quelle raison divine d'anciennes nations sont-elles mentionnées dans le Coran ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 87. Dans quels buts les djinns ont-ils été créés ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 88. Quel genre d'êtres sont les anges ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 89. Comment peut-on définir le temps ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 90. Qu'est-ce que la relativité temporelle ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83 91. Qu'est-ce que le destin ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 92. Peut-on changer le destin décrété par Dieu ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 93. Comment la résurrection se produira-t-elle ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 94. Pourquoi la philosophie matérialiste est-elle dans l'erreur ? . . . . . . . 86 95. Comment l'univers s'est-il formé ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 96. Comment les matérialistes expliquent-ils l'esprit humain ?. . . . . . . . 88 97. Qu’affirme la théorie de l'évolution ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 98. Les affirmations des évolutionnistes au sujet de la formation de la vie sont-elles valides ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 99. Quelles sont les autres preuves qui réfutent l'évolution ? . . . . . . . . . 91 100. La théorie de l'évolution peut-elle expliquer l'apparition soudaine de la vie sur terre ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 101. Quelles fraudes les évolutionnistes ont-ils commises pour tromper le public ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 102. Y a-t-il un "homme primitif" ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 103. La formation de systèmes complexes dans les êtres vivants peut-elle être expliquée par l'évolution ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95 104. Pourquoi donc la théorie de l'évolution est-elle défendue avec tant de persistance par certains cercles alors qu'elle n'a aucune validité scien- tifique? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Harun Yahya (Adnan Oktar) 11
  11. 11. QUESTION 1 Comment prend-on conscience de l'existence de Dieu ? Les plantes, les animaux, les mers, les montagnes, les person- nes autour de soi, et tous les autres êtres microscopiques – animés ou inertes – sont des preuves manifestes de l’existence d’une sa- gesse supérieure qui les a portés à exister. De même, l’équilibre, l’or- dre et la parfaite conception présents partout dans l’univers prouvent l’existence d’un détenteur d’un savoir suprême qui les a parfaitement élaborés. Le détenteur de cette sagesse et de ce savoir est Dieu. C’est grâce aux systèmes parfaits qu’Il a créés et aux qualités impressionnantes des êtres animés ou inertes que nous prenons conscience de l’existence de Dieu. Cette perfection est mise en lu- mière dans le Coran : Il a créé sept cieux superposés, sans que tu ne voies de faille dans la création du Miséricordieux. Tourne le regard ! Aperçois-tu une quelconque brèche ? Puis, deux fois en- core, tourne le regard ! Ta vue reviendra vers toi, vaincue et épuisée... (Coran, 67 : 3-4) 12 GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1-
  12. 12. Harun Yahya (Adnan Oktar) 13 QUESTION 2 Comment connaît-on Dieu ? C’est encore la perfection de la création, partout dans l’univers, qui nous présente le pouvoir suprême de Dieu. Cependant, c’est surtout à travers le Coran, qu’Il a révélé aux hommes comme guide de la voie droite, que Dieu Se présente à nous. Dans le Coran, toutes les qualités suprêmes de Dieu nous sont révélées : Sa sagesse, Son savoir, Sa compassion, Sa miséricorde, Sa justice, Son omniprésence, Son omniscience, Son statut d’unique Possesseur et de Dieu unique des cieux, de la terre et de tout ce qui les sépare. Il est l’unique sou- verain du royaume. Il est Dieu ! Il n’y a de Dieu que Lui. Il est Celui qui connaît ce qui est caché et ce qui est apparent. Il est Celui qui fait miséricorde, le Miséricordieux. Il est Dieu ! Il n’y a de Dieu que Lui ! Il est le Roi, le Saint, la Paix, Celui qui témoigne de Sa propre véridicité. Le Vigilant, le Tout-Puissant, le Très-Fort, le Très-Grand. Gloire à Dieu ! Il est au-dessus de ce qu’ils Lui associent ! Il est Dieu ! Le Créateur ; Celui qui donne un commencement à toute chose ; Celui qui façonne. Les noms les plus beaux Lui appartiennent. Ce qui est dans les cieux et sur la terre célèbre Ses louanges. Il est le Tout- Puissant, le Sage. (Coran, 59 : 22-24)
  13. 13. QUESTION 3 Quelle est la finalité de notre création ? Voici comment Dieu nous explique le but ultime de notre création : Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent. (Coran, 51 : 56) Ce verset énonce que le but de l’existence de l’homme sur terre est uniquement de servir Dieu, de L’adorer et de gagner Son agrément. C’est pourquoi l’homme est éprouvé tout au long de sa vie sur cette terre. QUESTION 4 Pourquoi sommes-nous éprouvés ? Dans le monde, Dieu éprouve les gens pour distinguer les néga- teurs de ceux qui croient en Lui, et pour déterminer lesquels d’entre les croyants ont le meilleur comportement. Il ne suffit donc de dire : “Je crois”. Tout au long de son existence, sa foi et sa piété envers Dieu, sa persévérance dans la religion – sa persévérance à servir Dieu – sont éprouvées dans des conditions et environnements spécialement créés à cet effet. Dieu énonce cette vérité dans le verset suivant : Il a créé la vie et la mort pour vous éprouver et connaître ainsi celui d’entre vous qui agit le mieux. – Il est le Tout- Puissant ; Il est Celui qui pardonne –. (Coran, 67 : 2) GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 14
  14. 14. QUESTION 5 Comment servir Dieu ? Servir Dieu implique vouer sa vie entière selon à satisfaire Dieu. Cela consiste à s’efforcer de mener toutes ses actions de la meilleure manière possible afin de gagner l’agrément de Dieu, à craindre Dieu seul, et à orienter toutes ses pensées, toutes ses paro- les et tous ses actes vers ce but. Dans le Coran, Dieu nous apprend qu’être Son serviteur occupe toute la vie de l’individu : Dis : “Oui, ma prière, mes pratiques religieuses, ma vie et ma mort sont vouées à Dieu, le Maître des mondes.” (Coran, 6 : 162) QUESTION 6 Pourquoi la religion est-elle nécessaire ? Le premier devoir du croyant est de savoir les ordres de son Créateur et ce qui Le satisfait, Lui qui lui a insufflé l’esprit quand il n’était rien, qui l’a fait vivre, et lui a donné sa subsistance et l’a pourvu d’une bonne santé. Alors il doit passer sa vie entière à se conformer aux ordres de Dieu et à rechercher Sa satisfaction. C’est la religion qui nous enseigne le sens moral, le comportement et le mode de vie que Dieu agrée. Dieu a clairement montré dans le Coran que ceux qui se conforment à la religion seront sur la voie droite, tandis que les autres s’égareront. 15 Harun Yahya (Adnan Oktar)
  15. 15. Celui dont Dieu a ouvert le cœur à l’Islam n’est-il pas dans une lumière venue de son Seigneur ? Malheur à ceux dont les cœurs sont endurcis au rappel de Dieu ! Voilà ceux qui se trouvent dans un égarement manifeste. (Coran, 34 : 22) QUESTION 7 Comment vivre sa religion (dîn)? Ceux qui croient en Dieu et Lui obéissent humblement organi- sent leur existence en accord avec les recommandations que Dieu a faites dans le Coran. Celui qui suit les préceptes de la religion, dirige sa vie conformément aux principes justes que sa conscience lui in- spire, en abandonnant toutes les mauvaises choses que son âme (sa nafs ammara, c’est-à-dire la voix négative en lui) ordonne. Dieu af- firme dans le Coran qu’Il a crée les hommes avec la prédisposition d’expérimenter la foi et respecter les enseignements de la religion: Acquitte-toi des obligations de la religion en vrai croyant et selon la nature que Dieu a donnée aux hommes, en les créant. Il n’y a pas de changement dans la création de Dieu. Voici la religion immuable ; mais la plupart des hommes ne savent rien. (Coran, 30 : 30) GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 16
  16. 16. QUESTION 8 Comment peut-il y avoir du sens moral sans religion ? Dans les sociétés sans religion, rien n’empêche les gens de com- mettre toutes sortes d’actes immoraux. Une personne pieuse ne se laisserait jamais corrompre, ne s’adonnerait pas au jeu, ne serait pas envieuse, ou ne mentirait pas, parce qu’elle sait qu’elle aurait à en rendre compte dans l’au-delà, alors qu’une personne irréligieuse est encline à tout cela. Il ne suffit pas à un homme d’affirmer : “je suis athée, et pourtant je ne perçois pas de pot-de-vin”, ou “je suis athée, et pourtant je ne joue pas”. En effet, en l’absence de la crainte de Dieu, un tel homme ne croit pas qu’il devra rendre compte de ses actes dans l’au-delà, il risque alors d’accomplir certains de ces actes répréhensibles dans des situations données : une personne qui dé- clare, “je suis athée, mais je ne me livre pas à la fornication” peut s’y adonner dans des lieux où la fornication est considérée comme un acte normal. Sans la crainte de Dieu, quelqu’un qui prétend refuser les pots-de-vin pourrait, par exemple, dire : “mon fils est malade, il est sur le point de mourir. J’ai besoin de percevoir ce pot-de-vin pour le soigner”. Hors de l’éthique religieuse, le vol peut être légi- timé, sous certaines conditions. Ainsi, des personnes dépourvues de morale religieuse pourraient prendre des serviettes de toilette ou des accessoires de décoration dans les hôtels et centres de vacances et considérer cela comme un acte ne relevant pas du vol. Au contraire, une personne pieuse fait preuve d’une moralité sta- ble, car elle craint Dieu et n’oublie pas que Dieu connaît ses intentions aussi bien que ses pensées. Elle agit sincèrement en évitant le pêché. Harun Yahya (Adnan Oktar) 17
  17. 17. Une personne éloignée de la religion peut dire : “je suis athée, mais je sais pardonner. Je ne connais ni la haine, ni le désir de ven- geance.” Pourtant, un événement fâcheux peut l’amener un jour à perdre son sang-froid et à avoir un comportement des plus inatten- dus. Elle peut tenter de tuer ou de blesser quelqu’un, parce que le sens moral qu’elle adopte varie selon l’environnement et les condi- tions de l’endroit où elle vit. Mais quelqu’un qui croit en Dieu et en l’au-delà ne dévie jamais de ses bons préceptes, quels que soient les conditions ou l’environ- nement. Sa moralité n’est pas variable : elle est constante. Dieu fait référence à la moralité supérieure des gens pieux dans Ses versets : Ceux qui observent fidèlement le pacte de Dieu et qui ne violent pas Son alliance ; ceux qui maintiennent les liens que Dieu a ordonné de maintenir ; ceux qui redoutent leur Seigneur et qui craignent que leur compte ne soit très mau- vais ; ceux qui recherchent constamment la face de leur Seigneur ; ceux qui s’acquittent de la prière ; ceux qui font l’aumône, secrète ou publique, avec les biens que Nous leur avons accordés ; ceux qui repoussent le mal par le bien : voilà ceux qui posséderont la demeure finale. (Coran, 13 : 20-22) QUESTION 9 Qu’adviendrait-il du système social sans la religion ? Dans un environnement dépourvu de religion, la première GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 18
  18. 18. structure morale et sociale à disparaître est celle de la famille. Des valeurs telles que la loyauté, la fidélité, la déférence, l’amour et le respect, qui la soutiennent, sont totalement abandonnées. Il faut se souvenir que la famille est le fondement de la société et que, si la fa- mille s’effondre, la société la suivra. L’état et la nation mêmes n’ont plus de raison d’être puisque toutes les valeurs morales qui les sous-tendent ont été oblitérées. Par ailleurs, dans les sociétés non religieuses, personne n’a plus aucune raison de ressentir du respect, de l’amour, ou de la compas- sion pour qui que ce soit d’autre. Cela mène à l’anarchie sociale. Le riche déteste le pauvre, le pauvre déteste le riche. La colère se déve- loppe envers les handicapés ou les nécessiteux, ou bien l’agression surgit entre des nations différentes. Les travailleurs deviennent agressifs envers leurs employeurs, et les employeurs envers leurs employés ; les pères se retournent contre leurs fils, et les fils contre leurs pères. La cause de l’effusion de sang continuelle et des faits divers re- latés dans les journaux est l’absence de religiosité. Les faits divers nous mettent quotidiennement en face de gens irréfléchis qui s’en- tretuent pour des motifs tout à fait futiles. Au contraire, un homme qui sait qu’il aura des comptes à ren- dre dans l’au-delà ne peut pointer une arme sur la tête de quelqu’un d’autre et tirer. Il sait que Dieu a interdit le crime aux humains, et sa crainte de Dieu garantit son abstention de tout acte provoquant Sa colère. Ne semez pas le désordre sur la terre, après que l’ordre y a été établi. Invoquez votre Seigneur avec crainte et espoir. La miséricorde de Dieu est à la portée de ceux qui font des œuvres salutaires. (Coran, 7 : 56) La cause de la banalisation du suicide est également l’absence Harun Yahya (Adnan Oktar) 19
  19. 19. d’éthique religieuse. Celui qui se suicide commet en fait un meurtre. Par exemple, quelqu’un qui tente de se suicider parce que sa petite amie l’a quitté devrait se poser les questions suivantes : songerait-il à se suicider pour cette fille, si elle devenait infirme, ou vieille, ou si elle était soudain gravement défigurée? Bien sûr que non ! Il surin- vestit sa relation avec elle lorsqu’il la voit élégante et pleine de santé, et il associe son adoration à celle de Dieu en l’estimant plus impor- tante que Dieu, l’au-delà et la religion. Il risque la mort pour elle. Quelqu’un guidé par le Coran, en revanche, ne ferait jamais une chose pareille. Il n’y penserait pas une seconde ! Un croyant vit pour la satisfaction de Dieu et supporte patiemment les difficultés et problèmes par lesquels Dieu l’éprouve dans ce monde. Et il n’oublie pas qu’il sera amplement récompensé pour sa patience, à la fois dans ce monde et dans l’au-delà. Le vol est également une chose très banale dans les sociétés non religieuses. Un homme qui vole ne pense pas à l’ampleur des pro- blèmes qu’il cause à la personne qu’il spolie. Il dérobe à sa victime dix années de ses gains en une seule nuit, et ne se soucie pas de l’é- tendue de sa souffrance. Lorsqu’il inflige une souffrance à autrui, il peut certes ressentir des remords de conscience. Mais si tel n’est pas le cas, c’est encore plus grave : cela signifie que le voleur s’est en- durci à force de commettre toutes sortes d’actes immoraux. Dans les sociétés non religieuses, des valeurs telles que l’hospi- talité, le sacrifice pour autrui, la solidarité et la générosité disparais- sent totalement. Pour commencer, les gens ne s’apprécient pas réciproquement comme les êtres humains qu’ils sont, car ils se per- çoivent comme descendants de singes. Personne ne veut accueillir, servir, honorer ou offrir de beaux présents à quelqu’un dont il pense qu’il descend du singe. Les personnes qui partagent cette opinion ne s’apprécient pas les unes les autres. Personne ne pense à la santé, au GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 20
  20. 20. bien-être ou au confort des autres. On ne se soucie pas de blesser au- trui, pas plus que de prévenir un tel acte. Ainsi, dans les hôpitaux, des agonisants sont laissés étendus indéfiniment sur des brancards, sans que personne ne s’occupe d’eux. Ou bien encore des restaura- teurs travaillant dans une saleté extrême, dans des conditions mal- saines, ne se soucient pas des dommages qu’ils peuvent causer à la santé de ceux qui viennent manger chez eux. Ils ne pensent qu’à l’ar- gent qu’ils amassent. De nombreux exemples rendent cela manifeste dans nos vies quotidiennes. Ici, la logique dominante veut que les gens ne soient bons les uns envers les autres que s’ils peuvent espé- rer en tirer quelque profit en retour. Au contraire, selon les standards de la morale coranique, les gens s’estiment réciproquement comme serviteurs de Dieu. Ils n’at- tendent aucune faveur en retour, loin de là : ils recherchent la satis- faction de Dieu par de bonnes actions continuelles, et rivalisent entre eux dans le bien. QUESTION 10 Quels bénéfices matériels et spirituels l’observance de la morale coranique apporte-t-elle à la société ? Nous devons noter que la religion, ainsi que nous l’avons vu, est un mode de vie moral qui plaît à Dieu, et qu’Il a choisi parce qu’approprié à la nature de l’ensemble du genre humain. C’est un mode de vie débarrassé de toutes les sortes de superstitions et de mythes, et totalement sous la guidance du Coran. Harun Yahya (Adnan Oktar) 21
  21. 21. La religion crée un climat moral profond, spirituel, paisible et sûr. Le chaos de l’anarchie qui cause un grand dommage à l’état et à la na- tion prend fin grâce à la crainte de Dieu ; les gens évitent l’indiscipline et le mal. De même, ceux qui ont des valeurs morales défendent leur état et leur nation, et sont capables de tous les sacrifices. De telles personnes travaillent toujours au bien-être et à la sécurité de leur pays. Dans une société où les préceptes du Coran sont appliqués, les gens sont extrêmement respectueux les uns des autres, et chacun s’ef- force d’assurer le confort et la sécurité des autres, car la solidarité, l’u- nité et la coopération sont très importants du point de vue des principes de l’Islam. Chacun doit placer le confort et l’intérêt des autres avant soi- même. Ce qui suit est un exemple de la moralité des croyants : A ceux qui s’étaient établis avant eux en cette demeure et dans la foi ; à ceux qui aiment celui qui émigre chez eux. Ils ne trouvent dans leurs cœurs aucune envie pour ce qui a été donné à ces émigrés. Ils les préfèrent à eux-mêmes, malgré leur pauvreté. Celui qui se garde contre sa propre avidité... – ceux-là sont les bienheureux. (Coran, 49 : 9) Dans un environnement où les gens cheminent dans la crainte de Dieu, chacun travaille au bien-être de la société. Personne n’agit de manière extravagante, chacun coopère et travaille solidairement en faisant attention aux intérêts d’autrui. Le résultat de cette crainte pieuse est une société riche, avec un haut niveau de bien-être. Dans une telle société, richesse morale aussi bien que richesse matérielle prévalent. L’état de chaos, où toutes sortes d’attitudes re- belles émergent, disparaît complètement. Chacun se comporte avec retenue ; chaque problème trouve une solution adéquate. Toutes les questions sont résolues calmement. La vie s’écoule toujours dans une atmosphère paisible. GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 22
  22. 22. QUESTION 11 Quels avantages l’observance des préceptes coraniques procure-t-elle à la famille ? La loi coranique exige le respect de la mère et du père. Dieu dit dans le Coran : Nous avons recommandé à l’homme ses parents : – sa mère l’a porté extrêmement faible et il a été sevré au bout de deux ans – Sois reconnaissant envers Moi et envers tes pa- rents. Le retour se fera vers Moi. (Coran, 31 : 14) Dans un foyer où les prescriptions morales du Coran sont ap- pliquées, il n’y a ni bagarre, ni dispute, ni conflit. Un respect élevé est dévolu à la mère, au père, et aux autres membres de la famille. Tous vivent dans un environnement heureux et joyeux. QUESTION 12 Quels avantages l’observance des préceptes coraniques procure-t-elle à l’état? Dans le Coran, Dieu présente l’obéissance comme une qualité positive. Une personne appliquant les prescriptions coraniques sera entièrement obéissante et respectueuse envers l’état. Dans les sociétés islamiques, chacun travaille au bien-être de l’état et de la nation, sans se rebeller contre l’état, mais, au contraire, en lui ap- portant aide matérielle et spirituelle. Dans les sociétés fondées par des personnes pieuses, les affai- Harun Yahya (Adnan Oktar) 23
  23. 23. res judiciaires n’arrivent jamais jusqu’à la cour. Moins d’un millième des infractions commises dans les sociétés actuelles y se- raient dénombrées. Le gouvernement de l’état en est facilité. Lorsque l’état n’a pas à régler des cas d’anarchie, de terrorisme, de discorde et de meur- tre, tous ses efforts sont portés sur le développement et l’améliora- tion du pays, sur les fronts domestiques et étrangers. Il en résulte un état très puissant. QUESTION 13 Quels avantages l’observance des préceptes coraniques procure-t-elle à l’art ? Les gens qui observent les préceptes coraniques s’estiment réci- proquement et s’efforcent de se permettre réciproquement de vivre dans un environnement agréable et beau, dans le respect de chacun. Sous l’inspiration du désir du paradis, les ressources de ce monde sont entièrement utilisées à la création des atmosphères les plus plaisantes et les plus pures, qui s’adressent à l’œil, à l’oreille, et à tous les sens de la manière la plus belle. Par conséquent, l’art et l’es- thétique se développent dans tous leurs aspects. Du reste, une personne pieuse a une conscience pure. Ainsi, au- cune pression ne pèse sur son esprit et elle peut produire des œuv- res d’art belles, uniques et originales. De même, des gens qui travaillent avec le désir de plaire à d’autres personnes pieuses et de leur présenter de belles choses agissent avec sincérité et rigueur. GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 24
  24. 24. QUESTION 14 Quels avantages l’observance des préceptes coraniques procure-t-elle au système scolaire ? Tout d’abord, le fait de vivre selon les préceptes du Coran ap- porte maturité et sagesse aux enfants et aux jeunes. Le manque de sensibilité et l’indifférence caractérisant les jeunes, sont absents chez ceux qui se conforment au Coran. Il en résulte une génération d’un bon naturel, obéissante, d’esprit ouvert, altruiste et productive. Le dynamisme, l’exaltation et l’agressivité de la jeunesse sont dirigés vers de bonnes actions. Un zèle et une puissance intellectuelle consi- dérables se développent. Dans un tel environnement, les étudiants accordent une grande importance à leurs études, pas seulement pour réussir leurs examens ou échapper à la sanction, mais pour ap- porter une contribution à leur état et à leur nation. Dans les écoles, les incidents disciplinaires deviennent rarissi- mes. Un environnement scolaire très paisible, constructif et produc- tif prend forme. Une coopération basée sur l’obéissance, le respect et la tolérance se développe entre enseignants et étudiants. De même, les étudiants deviennent extrêmement respectueux et obéissants en- vers l’état et la police. Les manifestations étudiantes que l’on voit si fréquemment aujourd’hui n’auront plus lieu car leurs motivations disparaîtront. 25 Harun Yahya (Adnan Oktar)
  25. 25. QUESTION 15 Quels avantages l’observance des préceptes coraniques procure-t-elle au monde du travail ? Dans les sociétés où les gens vivraient selon les préceptes du Coran, le monde du travail sera un lieu de compréhension mutuelle, de coopération et de justice. Les employeurs se soucieront de la santé de leurs employés et maintiendront le lieu de travail au niveau sanitaire le plus élevé. Ils construiront des lieux de travail esthé- tiques et visuellement attrayants, ayant à l’esprit que les employés travailleraient dans le même environnement durant de longues pé- riodes. Ils les paieront exactement selon leur mérite. Ils ne laisseront aucun employé être maltraité. Ils se tiendront informés sur les conditions de vie des familles de chaque employé. Ils agiront avec conscience et assureront la protection des employés. Une situation où le puissant opprime le faible ne pourra jamais se développer. De même, un comportement immoral tel que la médisance ou les nui- sances jalouses aux succès d’autrui n’aura pas cours. Les relations entre employeur et employés ne seront pas basées sur l’intérêt personnel et la duperie, mais sur la coopération et sur la confiance. L’employé se souciera des intérêts de son entreprise. Il n’agira pas de manière inconsidérée, se disant : “Le patron paie pour cela de toute façon”. Il fera toujours de son mieux, ne pourra être traité injustement à cause de ses bons principes, mais sera protégé par son patron. GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 26
  26. 26. QUESTION 16 Qu’est-ce qu’associer à Dieu et qu’est-ce que l’idolâtrie ? L’idolâtrie consiste à considérer une personne, un autre être, un concept comme égal ou supérieur à Dieu, en termes d’estime, d’im- portance, de préférence ou de supériorité, et à agir selon ce juge- ment déviant. Dieu appelle cela “associer un autre dieu à Dieu”. Autrement dit, affirmer que quelqu’un ou quelque chose possède des attributs de Dieu est associer à Dieu. Dieu a proclamé dans le Coran que l’idolâtrie ne sera pas pardonnée : Dieu ne pardonne point qu’on Lui associe d’autres divini- tés ; mais Il pardonne à qui Il veut les autres péchés, car celui qui associe à Dieu d’autres divinités commet un for- fait d’une exceptionnelle gravité ! (Coran, 4 : 48) QUESTION 17 Que signifie idolâtrer quelque chose ? Dans le langage courant, idolâtrer signifie simplement vénérer certaines choses ou certains êtres. A présent, ce concept a une signi- fication beaucoup plus vaste et ne se limite pas aux temps passés. A chaque période, des gens ont attribué des associés à Dieu, adopté d’autres dieux et vénéré d’autres idoles ou des mâts totémiques. Il n’est pas nécessaire que la personne qui idolâtre quelque chose dé- Harun Yahya (Adnan Oktar) 27
  27. 27. clare “voici un dieu, et je le vénère”, ou bien se prosterne devant. Un idolâtre est avant tout une personne qui préfère quelqu’un ou quelque chose à Dieu. Ainsi, elle préfère l’approbation d’autrui à celle de Dieu, ou craint autrui comme on craint Dieu, ou aime autrui comme on aime Dieu… Dans le Coran, Dieu l’affirme : les idoles que les gens associent à Dieu ne leur seront d’aucun secours. Vous n’adorez, en dehors de Dieu, que des idoles ; vous in- ventez un mensonge. Ceux que vous adorez en dehors de Dieu ne peuvent vous procurer aucun moyen de subsis- tance. Recherchez donc vos moyens de subsistance auprès de Dieu. Adorez-le ! Soyez-Lui reconnaissants ! Vous serez ramenés vers Lui. (Coran, 29 : 17) QUESTION 18 Comment est-on sauvé de l’idolâtrie ? Pour commencer, il faut confirmer avec son cœur que Dieu est le seul dieu, que toute puissance Lui appartient. Aucun être excepté Lui ne possède le pouvoir de provoquer le bien et le mal. Une per- sonne qui affirme ces vérités voue son culte exclusivement à Dieu seul et ne Lui attribue jamais d’associé. Dieu a averti les hommes qu’ils doivent se tourner exclusivement vers Lui pour être sauvés de l’idolâtrie. Non !... C’est Lui que vous invoquerez : Il dissipera, s’Il le veut, ce dont vous Lui demandiez d’être délivrés et vous oublierez ce que vous Lui aviez associé. (Coran, 6 : 41) GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 28
  28. 28. Le changement radical dont fait l’expérience celui qui est déli- vré de l’associationnisme s’opère d’abord dans son cœur. Celui qui est sauvé de l’associationnisme voit la vie de façon différente et entre dans un état d’esprit nouveau. Jusqu’alors, il vivait sous l’em- prise de certaines idées et dans l’ignorance, en suivant ses désirs et ses obsessions ; désormais, il dirige sa vie vers l’agrément et le plai- sir de Dieu seul. QUESTION 19 Que signifie rechercher l’agrément de Dieu au plus haut degré ? Que feriez-vous si une immense inondation s’abattait sur l’en- droit où vous vivez ? Monteriez-vous au dernier étage en attendant d’être sauvé, ou bien étage par étage à mesure de la progression de l’eau ? Pour monter jusqu’au toit, utiliseriez-vous les escaliers ou l’as- censeur? Evidemment, le plus sage alors serait de choisir, parmi toutes ces possibilités, celle qui produit le résultat le plus rapide. N’importe quelle autre voie serait tout à fait hors de question. On estimerait que la personne dans cette situation aurait fait de son mieux en rejoignant le toit au moyen de l’ascenseur. C’est “choisir la meilleure voie”. Le croyant fait usage de toutes ses ressources matérielles et spi- rituelles chaque heure et même chaque seconde de sa vie en accord avec la volonté de Dieu. En agissant de la sorte, s’il est amené à faire un choix parmi certaines possibilités, il fait appel à sa sagesse et écoute sa conscience. Ainsi, il agit d’une manière qui plaît à Dieu. Cela signifie qu’il agit conformément à ce que Dieu agrée au plus haut degré. Harun Yahya (Adnan Oktar) 29
  29. 29. QUESTION 20 Qu’est-ce que la foi implicite ? N’importe qui sait de manière certaine que l’on se brûle en met- tant sa main au feu. Il n’y a pas à tergiverser. Cela signifie que l’on a la croyance implicite que le feu brûlera la main. Dans le Coran, la “croyance implicite” est évoquée en ces termes : Ceci est, pour les hommes, un appel à la clairvoyance, une direction et une miséricorde en faveur d’un peuple qui croit fermement. (Coran, 45 : 20) Avoir la foi implicite signifie croire en l’existence et en l’unicité de Dieu, au Jour de la Résurrection, à l’enfer et au paradis avec une certitude absolue, sans le moindre doute. C’est comme croire à l’existence des êtres autour de soi, ceux que l’on voit et auxquels on parle, et le savoir intuitif démontré par l’exemple du feu évoqué plus haut. La foi bâtie sur la certitude développe chez l’individu la conscience qui l’incitera à passer chaque moment de sa vie à agir selon ce qui plaît à Dieu. QUESTION 21 Comment saurai-je laquelle de mes actions gagnera l’agrément de Dieu ? Dieu inspire toujours les actions de la meilleure manière, à tra- vers la conscience de celui qui Le craint. Dans ce verset, Dieu dit : GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 30
  30. 30. O vous qui croyez ! Si vous craignez Dieu, Il vous accordera la faculté de discerner entre le bien et le mal, absoudra vos péchés et vous recevra en Sa grâce, car Il est le Détenteur de la grâce infinie ! (Coran, 8 : 29) Il ne faut pas oublier : la première voix qu’un individu entend dans son cœur est la voix de la conscience, qui l’aide à faire la diffé- rence entre le bien et le mal. C’est cette même voix qui lui dicte le comportement qui plaît à Dieu. Les gens qui craignent Dieu par- viennent à la vérité en écoutant la voix de leur conscience. QUESTION 22 Y a-t-il dans l’individu une autre voix que sa conscience ? Toutes les autres voix, à part celle de la voix de la conscience sont les “voix de l’âme” qui tentent de faire taire la conscience. L’âme corrompue (nafs ammara) essaie de toutes ses forces de nous écarter du bon comportement et de nous pousser aux mauvaises ac- tions. Elle n’agit pas très ouvertement. Elle peut avancer certaines ex- cuses qui paraissent valables. Elle peut nous amener à dire : “tout cela ne mènera à rien”. Dieu formule cette vérité dans le Coran : Par l’âme ! – par Celui qui la créa en harmonie et lui inspira son vice et sa vertu ! – (Coran, 91 : 7-9) Comme ces versets l’indiquent, l’homme est en proie au péché, mais il sait qu’il a le devoir de s’en garder. L’homme est mis à l’é- preuve dans son choix entre le bien et le mal. Harun Yahya (Adnan Oktar) 31
  31. 31. QUESTION 23 Comment voyons-nous ? Dieu vous a fait sortir du ventre de vos mères, dénués de tout savoir, et vous a donné l’ouïe, les yeux et les cœurs (l’intelligence), afin que vous soyez reconnaissants ! (Coran, 16 : 78) Le processus de la vision s’opère progressivement. Durant ce processus, des amas de lumière (photons), qui se déplacent de l’ob- jet en direction de l’œil, passent à travers le cristallin, à l’avant de l’œil, d’où ils sont projetés, à l’envers, sur la rétine, à l’arrière de l’œil. Ici, la lumière est transformée en signaux électriques transmis par les neurones à un point minuscule appelé centre de la vision, à l’arrière du cerveau. Ce signal électrique est perçu comme image par ce centre, dans le cerveau, après une série de processus. En fait, le mécanisme de la vision a lieu dans un minuscule point de la partie arrière du cerveau, totalement noire, et complètement isolée de la lumière. Quand nous disons “nous voyons”, nous percevons les effets d’impulsions qui atteignent d’abord nos yeux et ensuite notre cer- veau après avoir été transformés en signaux électriques. Ainsi, lorsque nous disons que nous voyons, notre cerveau traite des si- gnaux électriques. Qu’il s’agisse du livre que vous êtes en train de lire ou d’un paysage illimité que vous voyez lorsque vous contemplez l’horizon, tout est contenu dans ce minuscule espace. Cela est également vala- ble pour les différentes perceptions qui nous parviennent de nos au- tres sens. GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 32
  32. 32. QUESTION 24 Que signifie être un “ensemble de perceptions” ? Toutes les informations que nous avons du monde qui nous en- toure nous parviennent grâce à nos cinq sens. Le monde que nous connaissons consiste en ce que voient nos yeux, en ce que touchent nos mains, en ce que sent notre nez, en ce que goûte notre langue, et en ce qu’entendent nos oreilles. La recherche moderne révèle que nos perceptions ne sont que les réponses créées dans le cerveau par des signaux électriques. A cet égard, les gens, les couleurs, la sensa- tion de fermeté, et tout ce que nous reconnaissons et acceptons en terme de monde extérieur, ne sont que des signaux électriques qui atteignent nos cerveaux. Prenons par exemple un morceau de fruit : des signaux élec- triques se rapportant au goût, à l’odeur, à l’apparence, à la fermeté du fruit atteignent nos cerveaux via les nerfs et élaborent l’image de ce fruit. Si les nerfs qui parcourent le cerveau sont sectionnés, les perceptions relatives à ce fruit disparaissent. Ce que nous percevons comme un fruit est en fait un ensemble de perceptions qui attei- gnent nos cerveaux. Nous ne pouvons jamais établir si cet “ensem- ble de perceptions” a une réalité extérieure. Nous n’avons aucune possibilité de sortir de nos cerveaux pour nous mettre en contact : nous n’avons que nos perceptions. Harun Yahya (Adnan Oktar) 33
  33. 33. QUESTION 25 L’existence du monde extérieur est-elle indispensable ? Nous ne pouvons pas savoir si le monde extérieur existe vrai- ment. Chaque objet n’étant qu’un ensemble de perceptions et ces per- ceptions n’existant que dans l’esprit, alors, le seul monde qui existe vraiment est celui des perceptions. Le seul monde que nous connais- sons est celui qui existe dans nos esprits : celui qui est dessiné, attesté et rendu vivant ici ; celui, en bref, qui est créé à l’intérieur de nos esprits. C’est le seul monde dont nous pouvons être sûrs. QUESTION 26 Sommes-nous dupes de croire à la réalité de nos perceptions, sans aucun correspondant matériel ? Oui, nous sommes dupes de croire à la réalité de nos perceptions sans aucun correspondant matériel. C’est pourquoi nous ne pouvons jamais prouver que les perceptions observées dans notre cerveau ont des correspondants matériels. On peut concevoir que ces perceptions proviennent d’une source “artificielle”. Nous faisons souvent l’expé- rience de ce sentiment dans nos rêves, où nous vivons des événe- ments, voyons des gens, des objets et des environnements qui semblent totalement réels. Pourtant, tous ne sont que de simples per- ceptions. Il n’y a aucune différence basique entre le rêve et le “monde 34 GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1-
  34. 34. réel”, tous deux sont expérimentés dans le cerveau. QUESTION 27 Si les entités matérielles que nous connaissons sont en fait des perceptions, alors qu’est-ce que le cerveau ? Puisque nos cerveaux appartiennent au monde physique au même titre que nos bras, nos jambes, ou n’importe quel objet, ils sont aussi une perception, au même titre que tous les autres objets. Un exemple concernant les rêves éclairera davantage notre propos : imaginons que nous voyons un rêve. Dans ce rêve, nous avons un corps imaginaire, un bras imaginaire, un œil imaginaire, et un cer- veau imaginaire. Si, durant notre rêve, on nous demande : “où voyez-vous ?”, nous répondrions : “je vois dans mon cerveau.” Maintenant, à vrai dire, il n’est plus question de parler de cerveau, mais d’une tête imaginaire et d’un cerveau imaginaire. Ce qui voit les images n’est pas le cerveau imaginaire dans le livre, mais un “être” qui est bien “au-delà” de lui. QUESTION 28 Qui ou qu’est-ce qui perçoit ? Jusqu’à présent, les gens pensaient que le cerveau était chargé de percevoir. Quand nous analysons le cerveau, cependant, nous Harun Yahya (Adnan Oktar) 35
  35. 35. voyons qu’il ne contient rien, sinon des molécules de lipides et de protéines, qui existent également dans d’autres organismes vivants. Cela signifie qu’à l’intérieur de la pièce de chair appelée cerveau, il n’y a rien pour observer des images, pour constituer une conscience, ou pour créer un être que l’on appelle soi-même. Il est clair que l’être qui voit, entend et sent est d’une nature supra-matérielle. Cet être est “vivant”, et n’est ni matière, ni une image de matière. Cet être associe les perceptions devant lui en utili- sant l’image de notre corps. Cet être est l’ “esprit”. Dans le Coran, Dieu affirme : Ils t’interrogent au sujet de l’esprit. Dis : “L’esprit relève de l’ordre de mon Seigneur.” Et on ne vous a donné que peu de connaissance. (Coran, 17 : 85) QUESTION 29 Puisque ce que nous percevons comme le monde matériel n’est constitué que de perceptions vues par nos esprits, quelle est donc la source de ces perceptions ? Ainsi que nous l’avons mis en évidence, la matière n’a pas en elle-même d’existence autonome. Puisque la matière est une percep- tion, elle apparaît comme quelque chose d’”artificiel”. C’est que cette perception doit avoir été provoquée par un autre pouvoir, ce qui signifie qu’elle a été créée. Il est absolument évident qu’il y a un Créateur, qui a créé la totalité du monde matériel, lequel est une somme de perceptions, et continue Sa création sans cesse. Ce créa- GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 36
  36. 36. teur est Dieu, l’Omnipotent. Le fait que les cieux et la terre ne soient pas stables, que leur présence n’ait été rendue possible que parce que Dieu les a créés et qu’ils disparaîtront si Dieu met fin à cette création, tout cela est expliqué dans le verset suivant : Dieu maintient les cieux et la terre pour qu’ils ne s’affais- sent pas. S’ils s’affaissaient, nul autre, après Lui, ne les sou- tiendrait. Il est plein de mansuétude, Il est Celui qui pardonne. (Coran, 35 : 41) QUESTION 30 Comment se fait-il que Dieu englobe tout et qu’Il soit plus proche de nous que notre veine jugulaire ? La matière n’est composée que de sensations. Et le seul être réel et absolu est Dieu. Cela signifie que seul Dieu existe ; toute chose hormis Lui est un être fantomatique. C’est une certitude, Dieu est “partout” et englobe tout. Tout ce qui existe est une image projetée vers nous par Dieu. Comme chaque être matériel est une perception, elle ne peut voir Dieu, mais Dieu voit la matière qu’Il a créée sous toutes ses for- mes. C’est que nous ne pouvons saisir l’Etre divin avec nos yeux, mais Dieu nous a parfaitement englobés, à l’intérieur et à l’extérieur, dans des regards et des pensées. Nous ne pouvons prononcer aucun mot sans qu’Il en ait connaissance, ni même inspirer un souffle. Lorsque nous observons ces perceptions sensorielles au cours de notre vie, l’être le plus proche de nous n’est pas l’une de ces sen- Harun Yahya (Adnan Oktar) 37
  37. 37. sations, mais Dieu Lui-même. Le secret de ce verset du Coran est caché dans cette réalité : Nous avons créé l’homme ; Nous savons ce que son âme lui suggère ; Nous sommes plus proche de lui que sa veine jugu- laire. (Coran, 50 : 16) Quand l’être humain pense que son corps n’est fait que de “mati- ère”, il ne peut comprendre ce fait important. S’il prend son cerveau pour son “âme”, alors ce qu’il considère comme l’extérieur est à 20 ou 30 cm de lui. Pourtant, quand il comprend que la matière n’est rien et que tout est imagination, des notions telles que l’extérieur, l’intérieur, l’éloignement ou la proximité perdent tout leur sens. Dieu l’a englobé et Il est “infiniment proche” de lui. QUESTION 31 L’amour de Dieu n’est-il pas suffisant ? La crainte de Dieu est-elle indispensable ? Selon le Coran, l’amour véritable suscite le respect et éloigne des comportements abhorrés par Dieu. Lorsque nous regardons les vies et actions des gens qui croient que l’amour seul suffit, nous voyons que leur comportement amoureux est caractérisé par l’inconstance. Cependant, une personne qui aime Dieu sincèrement suit strictement Ses commandements, évite les choses qu’Il a prohibées et accomplit les actions qu’Il approuve. Elle montre son amour en recherchant l’agré- ment de son Seigneur à chaque instant de sa vie, par un profond respect, une confiance, une obéissance et une loyauté sans failles, envers Lui. Comme conséquence à cet amour, elle craint profondément de GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 38
  38. 38. perdre l’agrément de Dieu et d’encourir Son courroux. Toutefois, n’exprimer son amour que par des mots alors que l’on mène une vie insouciante et que l’on transgresse les lois établies par Dieu, voilà certainement une attitude très hypocrite. Dans le Coran, Dieu a or- donné à l’homme de Le craindre : Revenez repentants vers Dieu ; craignez-Le ; acquittez- vous de la prière ; ne soyez pas au nombre des polythéistes. (Coran, 30 : 31) QUESTION 32 Avec quelle intensité un croyant sincère doit-il craindre Dieu ? N’importe quelle personne consciente de l’existence de Dieu et en connaissant Ses beaux attributs craint Dieu profondément. C’est pourquoi en plus d’être infiniment compatissant et miséricordieux, Dieu est aussi le Dominateur suprême (al-Qahhar), Celui auquel il sera rendu des comptes (al-Hasib), Celui qui châtie (al-Mua’dhib), le Vengeur (al-Muntaqim), Celui qui envoie en enfer (al-Saiq). C’est pourquoi les musulmans craignent Dieu dans l’invisible ; ils savent que personne n’est à l’abri de Son châtiment. Comme ils savent qu’ils devront Lui rendre compte de tout ce qu’ils ont fait, ils évitent d’agir de manière à Lui déplaire. Nous devons toutefois ajouter que la crainte dont il est question ici a une connotation totalement diffé- rente de la crainte caractéristique des sociétés non croyantes. C’est une crainte qui apaise le croyant, le motive et le pousse à agir pour gagner l’agrément de Dieu. Voici ce que Dieu ordonne aux croyants : Harun Yahya (Adnan Oktar) 39
  39. 39. Craignez Dieu autant que vous le pouvez ! Ecoutez ! Obéissez ! Faites l’aumône ! Ce sera un bien pour vous. Ceux qui seront préservés de leur propre avarice, voilà ceux qui seront heureux. (Coran, 64 : 16) QUESTION 33 N’importe quel lecteur du Coran peut-il le comprendre ? Dieu a descendu le Coran pour guider tout le monde. C’est pour- quoi le Coran est extrêmement compréhensible et clair. Dieu y souli- gne cette caractéristique : “Une lumière et un livre clair vous sont venus de Dieu” (Coran, 5 : 15). Un autre verset clarifie cela davantage : Nous l’avons [le Coran] fait descendre en de clairs versets. (Coran, 22 : 16) A présent, pour être capable de comprendre la sagesse du Coran et d’en saisir les caractéristiques suprêmes, le lecteur doit être sincère à 100 % et penser en accord avec sa conscience. QUESTION 34 Puis-je lire le Coran tout le temps ? Le Coran est le guide principal auquel le croyant aura recours toute sa vie. Dans un verset du Coran où Dieu s’adresse aux épouses du Prophète, Il leur ordonne : “Souvenez-vous des versets de Dieu GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 40
  40. 40. et de la sagesse qui vous ont été récités dans vos maisons...” (Coran, 33 : 34) et Il exhorte tous les croyants à réciter le Coran. Comme le montre ce verset, les croyants lisent les écritures dans leurs maisons et se souviennent de leurs versets. Néanmoins, il est plus important encore de lire puis de mettre entièrement en pratique et d’observer rapidement les injonctions du Coran. QUESTION 35 Le Coran s’adresse-t-il à toutes les époques ? Dieu a descendu le Coran comme guide pour tous les mondes et tous les temps : Voici une explication claire destinée aux hommes ; une di- rection et une exhortation pour ceux qui craignent Dieu. (Coran, 3 : 138) Dans le Coran, Dieu cite des exemples puisés dans les événe- ments passés afin que les gens, tout au long des âges, prennent garde et ne répètent pas les mêmes erreurs. Aujourd’hui encore, on peut ordinairement être confronté à des événements similaires à ceux relatés dans le Coran. QUESTION 36 Dieu a-t-Il préservé les versets du Coran jusqu’à ce jour sans aucun changement ? Le Coran est protégé par Dieu. Il est parvenu jusqu’à notre Harun Yahya (Adnan Oktar) 41
  41. 41. époque sans aucun changement durant 1400 ans. Dieu nous informe de cette vérité : Nous avons fait descendre le rappel [le Coran] ; Nous en sommes les gardiens. (Coran, 15 : 9) La parole de ton Seigneur s’est accomplie en toute vérité et justice. Nul ne peut modifier Ses paroles. Il est Celui qui entend et qui sait. (Coran, 6 : 115) Ces promesses de Dieu sont suffisantes pour les croyants. Dieu nous a montré que le Coran est le livre de la vérité en y incluant des miracles scientifiques et numériques indiscutables. QUESTION 37 Quels sont les miracles scientifiques du Coran ? Bien que le Coran ait été révélé il y a 1400 ans, il contient de nom- breux faits scientifiques qui étaient absolument inconnus alors, et qui viennent à peine d’être découverts grâce aux moyens scientifiques et technologiques les plus récents. Ces faits démontrent clairement que le Coran est d’origine divine. Voici quelques-uns de ces miracles : L’expansion constante de l’univers est l’une des plus importan- tes découvertes du 20ème siècle. Dieu nous a informés de cette vé- rité il y a 1400 ans, dans le 47ème verset de la sourate adh-Dhâriyât : Le ciel, Nous l’avons construit par Notre puissance et Nous l’étendons [constamment] dans l’immensité. (Coran, 51 : 47) Le mouvement des corps célestes suivant des orbites invaria- bles a été proclamé, il y a des siècles, dans le Coran : C’est Lui qui a créé la nuit et le jour, le Soleil et la Lune ; chacun voguant dans une orbite. (Coran, 21 : 33) GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 42
  42. 42. Des propriétés intéressantes sont révélées lorsqu’on examine le vocabulaire arabe des versets qui font mention du Soleil et de la Lune. Dans ces versets, les termes siraj (lampe) et wahhaj (lampe très ardente) sont utilisés pour décrire le Soleil. Quant à la Lune, elle est décrite par le terme mounir (luisant, rayonnant). En effet, alors que le Soleil produit une énorme quantité de chaleur et de lumière résultant de réactions nucléaires internes, la Lune reflète simple- ment la lumière qu’elle reçoit du Soleil. Cette distinction est faite ainsi: N’avez-vous pas vu comment Dieu a créé sept cieux super- posés ? Il y a placé la Lune comme une lumière ; Il y a placé le Soleil comme une lampe. (Coran, 71 : 15-16) Dans le Coran, le 22ème verset de la sourate al-Hijr fait réfé- rence à la mission “fécondatrice” des vents : Nous envoyons les vents fécondants et faisons descendre du ciel une eau dont Nous vous désaltérons sans que vous disposiez de leur réserve. (Coran, 15 : 22) En arabe, le mot fécondants s’applique aux effets sur les plantes et sur les nuages. La science moderne, pour sa part, a montré que les vents ont effectivement ces deux fonctions. Le Coran insiste sur un autre miracle dans le verset suivant : Il a créé les cieux et la terre en toute vérité. Il enroule la nuit sur le jour et enroule le jour sur la nuit. (Coran, 39 : 5) Le mot arabe traduit ici par “enrouler” dans le verset ci-dessus, est youkawwir. En français cela signifie enrouler une chose autour d’une autre chose ronde. Par exemple, dans les dictionnaires en lan- gue arabe, ce mot est utilisé pour décrire l’action d’enrouler une chose autour d’une autre, de la même manière que l’on met un tur- ban. L’information donnée par ce verset au sujet de la nuit et du jour contient une information pertinente au sujet de la forme de la Terre. Harun Yahya (Adnan Oktar) 43
  43. 43. Ceci ne peut être vrai que si la Terre est ronde. Ceci signifie que le Coran, qui fut révélé au 7ème siècle, faisait déjà allusion à la ron- deur de la Terre. QUESTION 38 Existe-t-il un système de codage numérique du Coran ? Le Coran présente également un système de codage numé- rique, telle, dans les versets, l’insertion codée du nombre 19 et les nombreuses répétitions de certains mots. Répétitions de mots dans le Coran : certains mots sont répétés le même nombre de fois dans le Coran. Par exemple : 1. Le syntagme “sept cieux “ est répété 7 fois. 2. Les mots monde et au-delà sont répétés 115 fois chacun. 3. Le mot jour est répété 365 fois, tandis que lune est répété 12 fois. 4. Le mot foi (iman), sans complément de nom, est répété 25 fois dans le Coran, de même que le mot infidélité ou le syn- tagme voiler la vérité (koufr). 5. Lorsqu’on compte le verbe dire, on atteint le résultat 332. On arrive au même résultat en comptant combien de fois la phrase “ils disent” est utilisée. 6 Le mot chaytan est utilisé 88 fois. Le mot ange est également répété 88 fois. Le miracle du 19 dans le Coran : le nombre 19 apparaît dans le Coran lors d’une évocation de l’enfer : “Les gardes sont au nombre GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 44
  44. 44. de dix-neuf” (Coran, 74 : 30). Ce nombre est aussi, sous une forme codée, dans certains autres versets du Coran. Notamment : “Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.” Cette formule, que l’on trouve au début de chaque sourate, com- porte 19 lettres en arabe. Le Coran est constitué de 114 sourates ; 114 est un multiple de 19 (6 x 19). Il y a de nombreux autres multiples de 19 : Le nombre total d’occurrences du mot Allah est de 2698 (19 x 142) ; Le mot Miséricordieux est compté 114 fois (19 x 6) ; Lorsqu’on additionne tous les nombres dans le Coran (sans tenir compte des répétitions), on atteint le nombre 162.146, qui est 19 x 8534 ; La première sourate révélée a 19 versets. Les autres exemples sont innombrables. QUESTION 39 Comment connaît-on l’existence de l’au-delà ? Dieu nous fait à présent vivre dans un monde de perceptions. Dieu, qui a créé ce monde – une création si parfaite et si magnifique avec des images en trois dimensions qui ont une profondeur et qui sont pleines de couleurs et de lumière – a certainement le pouvoir de créer celui qui est bien plus beau. De même qu’Il forme une image du monde dans l’esprit hu- Harun Yahya (Adnan Oktar) 45
  45. 45. main, Dieu le transférera dans une autre dimension après sa mort et lui montrera l’image d’un environnement différent. Cette dimen- sion, dans laquelle l’homme sera intégré, sera l’au-delà. QUESTION 40 La réincarnation existe-t-elle ? La réincarnation est une superstition sans fondement. Elle est le produit de l’anxiété ressentie dans leur subconscient par certaines personnes non croyantes à l’égard de la “disparition après la mort”, ou la peur qui saisit certaines personnes de peu de foi lorsqu’elles pensent à l’au-delà, après la mort. Pour l’un ou l’autre groupe, c’est une perspective attrayante que de revenir au monde une fois encore après la mort. Dans de nombreux versets coraniques, cependant, il est établi qu’il n’y a qu’une seule vie dans ce monde, où l’homme est éprouvé. Il est également établi qu’il n’y a aucun retour au monde après la mort. Le verset suivant souligne que l’homme ne meurt qu’une fois : Ils ne goûteront plus la mort après leur première mort. Dieu les a préservés du châtiment de la fournaise. (Coran, 44 : 56) QUESTION 41 La mort est-elle une disparition ? GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 46
  46. 46. La mort n’est pas une disparition pour l’homme. C’est un trans- fert vers la demeure de l’au-delà, qui est la vérité. La mort décon- necte la relation entre le cadre de ce monde et le corps présent dans ce cadre. Quand la connexion entre le corps et l’esprit est coupée et que l’esprit entre en contact avec les images de l’au-delà, c’est le moment de la mort ; le voile qui était devant ses yeux est ôté. L’agonisant ré- alise alors que la mort, contrairement à ce qu’il pensait, n’est pas une disparition. De même qu’il commence chaque matin par s’éveiller du sommeil, il commencera sa vie dans l’au-delà, ressuscité après sa mort. Ce verset le proclame : “C’est Lui qui donne la vie et qui fait mourir. Lorsqu’Il a décrété une chose, Il lui dit : “Sois !” et elle est” (Coran, 40 : 68). Le transfert de l’homme vers l’au-delà se produit sur un seul ordre de ce type prononcé par Dieu. QUESTION 42 Que ressent-on au moment de la mort ? Ceux qui commettent des mauvaises actions comptent-ils que Nous allons les traiter comme ceux qui croient et ac- complissent les bonnes œuvres, au cours de leur vie et après leur mort ? Comme ils jugent mal ! (Coran, 45 : 21) Le Coran a décrit en détail le déroulement de la mort spirituelle de l’homme, et la différencie clairement de la mort clinique du corps. Il est établi que certains événements se produisent au mo- ment de la mort. Ils sont vus par les mourants mais non par les aut- res. Par exemple, un incroyant qui n’a pas été capable de faire une juste estimation de l’existence de Dieu semblerait être mort paisible- Harun Yahya (Adnan Oktar) 47
  47. 47. ment durant son sommeil. Mais, en réalité, son esprit, qui fait la transition vers une autre dimension éprouve une grande douleur lors de la mort. Ou, au contraire, l’esprit d’un croyant que l’on pense dans la souffrance est en fait sorti en douceur de son corps par les anges, comme cela est relaté dans les Ecritures. Les événements expérimentés respectivement par les in- croyants et les croyants durant leur mort, sont très différents. Dans le Coran, la mort des incroyants est évoquée ainsi : Leurs esprits seront pris pendant qu’on les frappera dans le dos et au visage. Ils souffriront les affres de la mort. Les anges leur apporteront la nouvelle d’un tourment éternel. Leurs esprits seront retirés de leurs corps. Alors que pour les croyants : Leurs esprits seront retirés de leurs corps en douceur. Ils seront accueillis par les anges avec bienveillance et compli- ments. Lorsque les anges prendront leurs esprits, ils leur donneront des nouvelles du paradis. QUESTION 43 L’univers est-il mortel aussi ? Dieu l’affirme : à côté de toutes les choses créées dans l’univers, l’univers lui-même mourra aussi. Tous les animaux meurent, toutes les plantes meurent, tous les gens meurent. Les planètes meurent aussi, de même que les étoiles et le soleil. Tous les êtres matériels GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 48
  48. 48. mourront le jour de la résurrection et seront anéantis. Le jour de la ré- surrection, qui apportera la mort de l’univers, sera un événement plus important que tout ce que l’homme a connu jusqu’alors. Voici com- ment cet événement est décrit dans le Coran : Mais devant cela l’homme veut rester rebelle. Il demande : “Quand donc viendra le Jour de la Résurrection ?” Lorsque la vue sera éblouie, Lorsque la Lune disparaîtra, Lorsque le Soleil et la Lune seront réunis. Ce jour-là, l’homme dira : “Où fuir ?” Mais non ! Il n’existe aucun refuge ! Ce jour-là, le retour se fera vers ton Seigneur ; Ce jour-là, l’homme sera informé de tout ce qu’il aura fait. (Coran, 75 : 13) QUESTION 44 Toutes les personnes qui auront vécu jusqu’au Jour de la Résurrection connaîtront-elles cela, ou bien seulement celles qui seront en vie à ce moment-là ? Le Jour de la Résurrection commencera par la sonnerie de la trom- pette. Dans un grand séisme et un grondement assourdissant, tous les habitants de la terre réaliseront qu’ils auront à faire face à un horrible désastre. La terre et les cieux seront déchirés et l’univers physique mourra. Aucun être vivant ne restera sur terre. Quand la trompette sonnera une seconde fois, les gens seront ressuscités et sortiront de Harun Yahya (Adnan Oktar) 49
  49. 49. leurs tombes (Coran, 39 : 39-68). Toutes les personnes créées seront témoins des événements qui se produiront après la résurrection. Cependant, Dieu affirme qu’Il maintiendra les croyants en sé- curité et en paix, et les soulagera de la crainte du Jour de la Résurrection : Ceux qui viendront en ce jour avec une bonne action rece- vront mieux encore. Ils seront à l’abri de toute frayeur. (Coran, 27 : 89) QUESTION 45 Quel genre de jugement y aura-t-il le Jour du Jugement ? Le Jour du Jugement, chacun sera jugé individuellement. Lors de la première étape du jugement, tout ce que l’on aura fait durant sa vie sera montré, sans rien y retrancher : Même si c’était l’équivalent d’un grain de moutarde et que cela fût caché dans un rocher ou dans les cieux, ou sur la terre, Dieu le présentera en pleine lumière. – Dieu est sub- til et bien informé – (Coran, 31 : 16) Rien de ce que l’on aura fait ne restera secret. On peut oublier ce que l’on a fait dans le monde durant cette vie, mais Dieu n’oublie aucune de nos actions et les présentera de- vant nous le Jour du Jugement. En même temps, la balance de la jus- tice, qui pèse les bonnes et les mauvaises actions humaines, sera apportée, et personne ne sera lésé, fut-ce le poids du plus petit atome. Pendant le jugement, l’être humain entendra, sa vue et sa GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 50
  50. 50. peau témoigneront contre lui, et tous ceux qui ont été témoins de ce qu’il a fait dans la vie de ce monde apporteront leur témoignage. Les incroyants seront conduits en enfer après un jugement redoutable. Mais les croyants auront un procès léger, après quoi ils entreront au paradis avec toute la joie et toute l’exaltation d’une grande victoire. QUESTION 46 Peut-on endosser la responsabilité des péchés d’un autre ? Dieu affirme dans le Coran que chacun devra rendre compte de ce qu’il a fait. Chacun sera amené à voir ce qu’il a fait dans le monde, un par un, et personne ne pourra aider autrui. Cette vérité est ainsi relatée dans le Coran : Nul homme ne portera le fardeau d’un autre. Si quelqu’un de surchargé (de péchés), se plaint de son fardeau, per- sonne ne l’aidera à le porter, même s’il appelle un de ses proches. (Coran, 35 : 18) QUESTION 47 Les êtres humains pourront-ils compenser ce qu’ils ont fait lorsqu’ils verront la vérité dans l’au-delà ? Ce jour-là, il sera impossible de compenser quoi que ce soit. Harun Yahya (Adnan Oktar) 51
  51. 51. Croire après la mort ne mènera personne au succès. Comme cela est également indiqué dans le Coran, le Jour du Jugement, les in- croyants supplieront qu’on leur permette de faire tout ce qui leur avait été demandé, mais plus rien ne sera accepté d’eux. Ils souhai- teront retourner vers le monde et accomplir des actions justes, mais leurs souhaits seront refusés. Lorsqu’ils réaliseront qu’il n’y a au- cune possibilité d’expiation, les incroyants ressentiront un regret in- supportable. Les sentiments de désespoir et de regret éprouvés ne seront comparables à rien de ce monde, parce que les incroyants ré- aliseront qu’ils vivront le châtiment de l’enfer pour toujours, sans le moindre espoir de s’échapper : Si tu les voyais !... Ils diront, quand ils se tiendront debout devant le feu : “Hélas ! Si nous pouvions être ramenés sur la terre pour ne plus traiter de mensonges les signes de notre Seigneur et nous trouver au nombre des croyants.” Ils parleront ainsi parce qu’on leur montrera clairement ce qu’ils cachaient auparavant. Mais s’ils étaient ramenés sur la terre, ils reviendraient à ce qui leur était interdit. Ce sont des menteurs ! Ils disent : “Seule existe notre vie de ce monde ; nous ne ressusciterons pas !” Si tu les voyais !... Leur Seigneur dira, lorsqu’ils se tiendront debout devant Lui : “Ceci n’est-il pas la vérité ?” Ils répondront : “Oui, par notre Seigneur!” Il dira : “Goûtez donc le châtiment, pour prix de votre incrédulité.” (Coran, 6 : 27-30) GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 52
  52. 52. QUESTION 48 Quel genre d’endroit est l’enfer ? Pour les incroyants, l’enfer est le lieu où toutes sortes de dou- leurs, de tourments et de punitions, qui dureront éternellement. Dans le Coran, il est dit de l’enfer : L’enfer demeure aux aguets, refuge pour les transgresseurs. Ils y demeureront pendant des siècles successifs. Ils n’y goûteront ni fraîcheur ni breuvage, hormis une eau bouillante et un pus comme rétribution équitable. (Coran, 78 : 21-26) QUESTION 49 Que disent les versets du Coran au sujet de l’enfer ? Les versets du Coran relatent qu’il y a littéralement une vie en enfer. Mais c’est une vie où toutes sortes d’humiliations, de souf- frances, de hontes, de tortures physiques et psychologiques sont éprouvées. Les normes de la vie de ce monde ne permettent pas de com- prendre le châtiment de l’enfer. Les incroyants subiront un grand châtiment à tous égards, à la fois physiquement et spirituellement. De plus, il n’y aura jamais aucune interruption ni aucune diminu- tion dans ce châtiment : Harun Yahya (Adnan Oktar) 53
  53. 53. Mais non !... Voici un brasier : il arrache les membres ; il ap- pelle celui qui a reculé et qui a tourné le dos, celui qui amassait et qui thésaurisait. (Coran, 70 : 15-18) QUESTION 50 Quel genre d’endroit est le paradis ? Le paradis est un lieu où ceux qui ont observé les règles énon- cées dans les versets du Coran, obéi à Dieu et mené leur vie en vue de Son agrément vivront éternellement dans le bonheur, et posséde- ront tout ce qu’ils veulent. Au paradis, l’homme sera capable de se réjouir instantanément de toutes les beautés auxquelles il pense et faire tout ce qu’il désire, quelque soit son désir. Le paradis contient tout ce que l’âme humaine peut désirer, tout ce qui la réjouit, et plus encore. La généreuse récompense que les croyants y recevront est re- latée dans ces versets : “Ô Mes serviteurs ! Vous ne devez avoir aucune crainte au- jourd’hui ; vous ne serez point affligés, ceux qui croient en Nos signes et sont musulmans ; entrez au paradis, vous et vos épouses, on vous y fera plaisir.” On fera circuler parmi eux des plats d’or et des coupes ; et il y aura là [pour eux] tout ce que les âmes désirent et ce qui réjouit les yeux. Vous y demeurerez éternellement. Tel est le paradis qu’on vous fait hériter pour ce que vous faisiez. (Coran, 43 : 68-72) GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 54
  54. 54. QUESTION 51 Qui ira au paradis ? ... Dieu a inscrit la foi dans leurs cœurs et Il les a fortifiés par un Esprit émanant de Lui. Il les fera entrer dans des jar- dins où coulent les ruisseaux. Ils y demeureront immortels. Dieu est satisfait d’eux, ils sont satisfaits de Lui. Tels sont les partisans de Dieu. Les partisans de Dieu ne sont-ils pas les gagnants ? (Coran, 58 : 22) Certaines autres qualités des croyants auxquels Dieu a promis le paradis sont évoquées dans les versets suivants : Ceux qui croient et qui font le bien (Coran, 2 : 25), Ceux qui craignent leur Seigneur (Coran, 3 : 15), Ceux qui maîtrisent leur colère (Coran, 3 : 134), Ceux qui ne persistent pas sciemment dans le mal qu’ils ont fait (Coran, 3 : 135), Ceux qui obéissent à Dieu et à Son prophète (Coran, 4 : 13), Ceux qui s’acquittent de la prière (çalat), qui font l’aumône (zakat), ceux qui croient aux prophètes de Dieu, les respec- tent et les assistent (Coran, 5 : 12), Ceux qui sont sincères (Coran, 5 : 119), Ceux qui font le bien (Coran, 10 : 26), Ceux qui sont humbles devant leur Seigneur (Coran, 11 : 23), Ceux qui se repentent (Coran, 19 : 60), Ceux qui respectent les dépôts confiés ainsi que leurs enga- gements (Coran, 23 : 8), Ceux qui s’acquittent de leurs prières (çalat) (Coran, 23 : 9), Harun Yahya (Adnan Oktar) 55
  55. 55. Ceux qui devancent les autres par leurs bonnes actions (Coran, 35 : 32), Ceux qui se repentent vers Dieu dans un repentir sincère (Coran, 50 : 32), Ceux qui redoutent le Miséricordieux en secret et qui re- viennent à Lui d’un cœur attendri par le repentir. (Coran, 50 : 33) QUESTION 52 Qu’est-ce que la vertu véritable ? Chaque société possède sa propre idée de la vertu. Les gens qui font l’aumône aux mendiants, qui se comportent amicalement avec les autres, essaient de les aider à résoudre leurs petits problèmes sont considérés comme des “personnes vertueuses”. Cependant, la vertu qui plaît à Dieu n’est pas un concept limité à cela. Une per- sonne véritablement “vertueuse” est quelqu’un qui croit en Dieu d’un cœur sincère et organise sa vie d’une manière que Dieu ap- prouve. Dans le Coran, Dieu a expliqué ce qu’est la vertu véritable : La piété ne consiste pas à tourner votre face vers l’Orient ou vers l’Occident. L’homme vertueux est celui qui croit en Dieu, au dernier Jour, aux anges, au livre et aux prophètes. Celui qui, pour l’amour de Dieu, donne de son bien à ses proches, aux orphelins, aux mendiants et pour le rachat des captifs. Celui qui s’acquitte de la prière, celui qui fait l’au- mône. Ceux qui remplissent leurs engagements ; ceux qui sont patients dans l’adversité, le malheur et au moment de la guerre : voilà ceux qui craignent Dieu ! (Coran, 2 : 177) GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 56
  56. 56. QUESTION 53 Qu’est-ce que l’amour dans le Coran ? Dans les sociétés qui ne vivent pas en accord avec le Coran, dif- férentes valeurs peuvent amener les gens à ressentir de l’amour et du respect les uns pour les autres ; par exemple, partager la même culture, détenir un titre, être beau ou bien habillé. Mais l’objectif es- sentiel des croyants est l’agrément de Dieu. Parce qu’ils aiment Dieu, ils éprouvent également de l’amour et de l’affection envers ce que Dieu a créé. Ainsi, ils ne pourront jamais être en bons termes avec une personne que Dieu n’agrée pas, ni ressentir de l’amour ou de l’affection pour elle. Cela est affirmé dans le Coran : Tu ne trouveras pas de gens, croyant en Dieu et au Jour der- nier, et témoignant de l’affection à ceux qui s’opposent à Dieu et à Son prophète ; seraient-ils leurs pères, leurs fils, leurs frères ou appartiendraient-ils à leur clan. (Coran, 58 : 22) QUESTION 54 Pour quelle raison les croyants sont-ils constamment ensemble ? Dans de nombreux versets du Coran, Dieu ordonne aux croyants d’être ensemble et de ne pas s’éloigner les uns des autres pour l’amour de la vie de ce monde : Attachez-vous tous fermement au pacte de Dieu, et ne vous Harun Yahya (Adnan Oktar) 57
  57. 57. divisez pas. Rappelez-vous bien les bienfaits que Dieu vous a accordés lorsque, d’ennemis que vous étiez, Il a rétabli l’union en vos cœurs et a fait de vous des frères, par un effet de Sa grâce ; de même que vous étiez sur le bord d’un gouffre infernal et Il vous en a sauvés. C’est ainsi que Dieu vous expose clairement Ses Signes, afin que vous trouviez le droit chemin. (Coran, 3 : 103) Une personne qui vit en accord avec le Coran est assurément tenue responsable d’obéir à ces commandements divins. Etre dans la compagnie des croyants est une grande bénédiction et un grand soutien pour tous les êtres humains. Par exemple, après que Dieu a donné à Moïse la responsabilité de la prophétie, Moïse a demandé que son frère Aaron soit une aide pour lui. Les croyants sont tou- jours les uns pour les autres une présence qui rappelle Dieu ; ils s’in- terdisent les mauvaises actions ou les erreurs, ils s’aident mutuellement et coopèrent de toutes les manières possibles. De même, de tous les gens, les croyants sont ceux qui ont les principes moraux les plus élevés et qui agissent toujours avec conscience. C’est pourquoi les lieux les plus paisibles sont ceux où les croyants vivent ensemble. QUESTION 55 Quel genre de vie Dieu a-t-Il promis aux croyants dans ce monde ? Dans ce monde, ceux qui croient en Dieu ont une vie belle à tous les égards, et il en sera également ainsi dans l’au-delà. Dieu an- GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 58
  58. 58. nonce à ceux qui agissent avec droiture une bonne nouvelle : ils se- ront généreusement récompensés dans ce monde aussi. Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous les récompenserons, certes, en fonction des meilleures de leurs actions. (Coran, 16 : 97) QUESTION 56 Comment invoque-t-on Dieu ? Y a-t-il un lieu, un temps, et une forme précis ? Il n’y a pas de lieu, de temps ou de manière d’invoquer Dieu. Dieu est plus proche de nous que notre veine jugulaire. Il sait et voit tout ce qui traverse nos esprits, tout ce que nous pensons, tout ce que contient notre subconscient, ainsi que tout le reste. Par consé- quent, nous pouvons appeler Dieu et demander Son aide à n’im- porte quel moment – en marchant, en travaillant, en mangeant, assis ou debout. Dieu définit ainsi l’attitude que devraient adopter ceux qui prient : Invoquez votre Seigneur, humblement et en secret. (Coran, 7 : 55) L’important est que celui qui prie doit se tourner vers Dieu seul et être sincère. Harun Yahya (Adnan Oktar) 59
  59. 59. QUESTION 57 Dieu accepte-t-Il chaque prière ? Dieu entend l’appel de chacun et répond à qui invoque Son nom. Il affirme cette vérité dans le Coran : Quand Mes serviteurs t’interrogent à Mon sujet ; Je ré- ponds à l’appel de celui qui M’invoque, quand il M’invoque... (Coran, 2 : 186) Dieu affirme dans le Coran qu’Il répond aux opprimés et aux affligés quand ils L’appellent, et pourvoit aux désirs véritables et sincères du suppliant. Il ne faut toutefois pas oublier que les gens n’identifient pas toujours ce qui est favorable et bon pour eux. Il se peut que nous pensions bonne une chose qui ne l’est pas. Comme Dieu sait que nous ne sommes pas totalement bien informés et garde tout sous Son contrôle, Il peut dans certaines occasions, refuser d’exaucer une prière, mais nous accordera une faveur plus grande le moment venu. D’autant que l’homme a été créé avec une nature irréfléchie et qu’il est parfois impatient d’obtenir tout ce qu’il désire. Dieu peut alors différer Sa réponse à une prière. Dans ce cas, l’invocateur doit être patient et attendre la volonté de Dieu. GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 60
  60. 60. QUESTION 58 Comment se repent-on devant Dieu ? Est-il suffisant de dire : “Je me repens” ? Il suffit à l’homme de dire sincèrement devant Dieu qu’il se re- pent de ses péchés et de ses erreurs, de demander pardon à Dieu et de promettre de ne plus recommencer. Dieu dit : Dieu reviendra sûrement à celui qui reviendra vers Lui après sa faute, et qui s’amendera. – Dieu est Celui qui par- donne, Il est miséricordieux. (Coran, 5 : 39) QUESTION 59 Dieu accepte-t-Il tous les actes ou professions de repentir ? Dieu accepte chaque forme sincère de repentir où le pécheur promet de ne plus répéter son erreur puis amende sa conduite. La grandeur ou la petitesse du péché ne fait aucune différence. L’important est de décider d’extirper les mauvais comportements. Le verset de Dieu concernant le repentir est le suivant : Dieu ne pardonne qu’à ceux qui font le mal par ignorance et qui s’en repentent, sitôt après. Dieu revient à eux ; Dieu est Celui qui sait et qui est juste. (Coran, 4 : 17) Harun Yahya (Adnan Oktar) 61
  61. 61. QUESTION 60 Puisque Dieu me pardonne si je me repens, est-il juste de penser que je peux faire n’importe quoi puis me repentir ? C’est une croyance extrêmement hypocrite qui mène de nom- breuses personnes à faire le mal. Dieu connaît tous les cœurs et les secrets qui y sont cachés. Dieu a annoncé qu’Il accepterait le repentir de ceux qui regrettent sincèrement leurs actes et qui corrigent leur conduite sans hésiter. Quant à ceux qui commettent des péchés en pensant “Dieu me pardonnera de toute façon”, ils devront néan- moins rendre compte dans l’au-delà de tout ce qu’ils ont fait et ils se- ront récompensés ou punis en conséquence. Mais il n’y a pas de pardon pour ceux qui font le mal jus- qu’au moment où la mort se présentant à l’un d’entre eux, il dit : “Oui, je me repens, maintenant !” Il n’y a pas de pardon non plus pour les incrédules : voilà ceux pour lesquels Nous avons préparé un châtiment douloureux. (Coran, 4 : 18) QUESTION 61 Que doit-on changer en soi-même lorsqu’on commence à vivre sa religion ? Outre l’obéissance aux commandements de Dieu et l’accom- plissement des rites du culte, le changement le plus important que 62 GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1-
  62. 62. doit opérer une personne qui entre dans la foi, est d’adopter une vie basée sur une bonne moralité, en suivant toujours la voix de sa cons- cience. Chacun aura le caractère et le mode de vie qu’il avait adoptés avant de connaître la religion. Cependant, en commençant à vivre pleinement sa religion, on devra cultiver les traits de caractère qui mènent à l’agrément de Dieu, et abandonner immédiatement ceux qui ne répondent pas aux normes coraniques ou les corriger confor- mément aux préceptes du Coran. Les véritables croyants n’ont ni vi- sions du monde, ni modes de vie, ni points de vue différents. Leur seul critère est le Coran et les seuls modèles qu’ils suivent sont les prophètes et les croyants vertueux que Dieu a cités en exemples dans le Coran. QUESTION 62 Une fois converti à l’Islam, suis-je responsable devant Dieu des péchés commis dans ma vie passée ? Avant d’être avertie, une personne est considérée comme igno- rante de la religion, sans connaissance du bien et du mal. Par consé- quent, si elle se repent, ne commet plus les mêmes péchés et les mêmes erreurs, et recherche le pardon de Dieu, elle ne sera pas tenue pour responsable de son passé honteux. Ce qui importe aux yeux de Dieu est de ne pas essayer de justifier ses erreurs et ses pé- chés. Dieu a apporté cette bonne nouvelle aux croyants : Nous effaçons les fautes de ceux qui croient et qui accom- Harun Yahya (Adnan Oktar) 63
  63. 63. plissent des œuvres bonnes et Nous les récompensons pour leurs meilleures actions. (Coran, 29 : 7) QUESTION 63 Faut-il nécessairement expliquer les préceptes de l’Islam aux autres ? Dieu estime que tous les gens sont responsables de vivre selon la religion de l’Islam. Quiconque est averti de l’existence de la reli- gion sera interrogé dans l’au-delà sur sa soumission au Coran. Par conséquent, ceux qui vivent la religion de Dieu doivent convier les autres personnes aux bons préceptes apportés par la religion, les in- viter aux comportements vertueux, les exhorter au bien et leur inter- dire le mal. Dans le Coran, Dieu adresse ce commandement : Puissiez-vous former une communauté qui prêche le bien, ordonne ce qui est convenable et interdise ce qui est répré- hensible. Ce sont ceux qui agissent ainsi qui seront les bienheureux ! (Coran, 3 : 104) QUESTION 64 Dans quel sens Dieu apprécie-t-Il la patience ? L’Islam recommande à l’homme d’être patient pour l’amour de Dieu. Un verset ordonne : “Sois patient envers ton Seigneur !” (Coran, 74 : 7) GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 64
  64. 64. L’une des qualités humaines les plus importantes, et qui est in- séparable des bons préceptes que l’on fait respecter et des bonnes actions que l’on accomplit en vue d’atteindre l’agrément de Dieu, est la patience. A présent, nous devons distinguer la patience de la “tolérance”. La tolérance est la vertu qui consiste à endurer les inconvénients dé- plaisants ou douloureux. La patience, toutefois, telle qu’évoquée dans le Coran, n’est pas une source de difficulté pour le croyant. Le croyant exerce sa patience afin de gagner l’agrément de Dieu, c’est pourquoi il ne s’afflige pas de sa patience ; au contraire, il y puise un plaisir spirituel. De même, la patience est un attribut qui couvre toutes les carac- téristiques du croyant mises en avant dans le Coran ; une personne peut être humble, généreuse, obéissante, et douée du sens du sacri- fice, mais ces qualités n’ont réellement de valeur que si elle persévère patiemment à les entretenir. Cela signifie que la patience est un attri- but qui valide tous les autres attributs du croyant et fait leur valeur. QUESTION 65 Que signifie “placer sa confiance en Dieu” ? Placer sa confiance en Dieu consiste à compter sur Lui, sachant que tout ce qui se produit sur la terre est sous Son contrôle, et que personne ne peut aider autrui ou lui causer du tort sans Sa permis- sion. Les croyants savent que Dieu est Tout-Puissant, que tout ce qu’Il désire ne se réalise que parce qu’Il lui dit : “Sois !” Ils ne per- dent jamais courage face aux difficultés. Ils savent que Dieu les ai- Harun Yahya (Adnan Oktar) 65
  65. 65. dera quoi qu’il arrive, et qu’Il les soulagera dans cette vie et dans l’au-delà. Cette conscience est une cause de leur vie intérieure se- reine et joyeuse. Tout ce qui arrive au croyant lui permet de réagir de la manière attendue par Dieu, et dans l’attente de ce qui provient de Lui. Voici comment ce grand secret compris des seuls croyants est expliqué : … Quant à celui qui craint Dieu, Dieu donnera une issue favorable à ses affaires ; Il lui accordera des dons par des moyens sur lesquels il ne comptait pas. Dieu suffit à qui- conque se confie à Lui. Dieu atteint toujours ce qu’Il s’est proposé. Dieu a fixé un décret pour chaque chose. (Coran, 65 : 2-3) QUESTION 66 Qu’est-ce que la taqwa ? Quels sont ceux qui ont la taqwa ? La taqwa » veut dire conscience, crainte de Dieu, piété, qui in- spire à la personne le respect des commandements et recommanda- tions de Dieu, et l’éloignement des pensées et actes qui y sont contraires. Les croyants qui croient avec conviction et qui font preuve d’une persévérance infatigable sont ceux que le Coran ap- pelle les “gens pieux”. Dieu nous enseigne le sens de la piété : … Emportez des provisions de voyage ; mais, vraiment, la meilleure provision de voyage est la crainte révérencielle de Dieu. Ô vous, les hommes doués d’intelligence, crai- gnez-Moi ! (Coran, 2 : 197) GUIDE PRATIQUE DE LA FOI -1- 66

×