Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec.
Carole Fiset, agente d’éducation et de coopér...
Exemple d’une politique contre la discrimination, le harcèlement discriminatoire et psychologique
Commission des droits de...
Exemple d’une politique contre la discrimination, le harcèlement discriminatoire et psychologique
Commission des droits de...
Exemple d’une politique contre la discrimination, le harcèlement discriminatoire et psychologique
Commission des droits de...
Exemple d’une politique contre la discrimination, le harcèlement discriminatoire et psychologique
Commission des droits de...
Exemple d’une politique contre la discrimination, le harcèlement discriminatoire et psychologique
Commission des droits de...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Exemple politique contre_la_discrimination

409 vues

Publié le

1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Lettre ouverte à tous les hommes de bonne volonté : Notre appel vise à interpeller vos consciences aux fins de mettre de coté vos antagonismes et vos égoïsmes étroits. Vous unir pour un seul objectif, celui de constituer une force tranquille de lutte contre la dilapidation des richesses nationales ainsi que le patrimoine de notre pays, héritage des générations futures. L’Algérie arrosée du sang de ses martyrs, mérite mieux que son sort actuel. Le combat le plus noble, le plus humain et certes le plus difficile, qui vous incombe tous et qui s’impose aujourd’hui plus que jamais avec évidence est d’harmoniser vos diversités pour les rendre complémentaires et utiles dans les circonstances du moment. L’Algérie appartient à tous les Algériens, n’en déplaise aux émules de ‘‘L’Algérie de PAPA’’ et autre nostalgiques du ‘‘Paradis Perdu’’, des colons, caïds et BACHAGHAS de l’Algérie Française. Le but moral et spirituel recherché est de semer les graines de l’espoir dans le cœur de nos enfants désemparés et souvent guidés vers la violence pour se faire entendre. Et pourtant ils savent que la réalité ne les laissera pas tranquilles. Et pourtant ils persistent à ne rien faire qui puisse inverser le cours des choses. Et pourtant ils continuent sur la voie de l’idéologie la plus ringarde et la plus arriérée. Ce n’est pas parce que nous sommes le jour d’après poisson d’avril qu’il faut nous prendre pour des cloches ! Quand un pouvoir en est réduit à un tel usage de la diversion sur les grands dossiers de corruption en ce moment, la fin du règne est proche !
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
409
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
19
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Exemple politique contre_la_discrimination

  1. 1. Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec. Carole Fiset, agente d’éducation et de coopération, mars 2008 Logo de l’entreprise L’entreprise XYZ Inc. « EXEMPLE » D’UNE POLITIQUE CONTRE LA DISCRIMINATION ET LE HARCÈLEMENT DISCRIMINATOIRE ET PSYCHOLOGIQUE de L’ENTREPRISE XYZ INC. Avril 2008 1. POURQUOI UNE POLITIQUE CONTRE LE HARCÈLEMENT ! 3 2. LA POLITIQUE VISE À 3 3. ENGAGEMENT DE L’ENTREPRISE 3 4. LE HARCÈLEMENT C’EST QUOI ? 3 5. À QUI S’ADRESSE LA POLITIQUE ? 4 6. COMMENT CONTRER LE HARCÈLEMENT ? 4 7. COMMENT FONCTIONNE LA PROCÉDURE ? 4 8. QUI PEUT DÉPOSER UNE PLAINTE ET COMMENT LE FAIRE ? 4 9. COMMENT SE PASSE L’ENQUÊTE ? 5 10. GRADATION DES MESURES DISCIPLINAIRES 5 11. QUELS SONT LES RECOURS POUR LA VICTIME ? 5 ANNEXE 6
  2. 2. Exemple d’une politique contre la discrimination, le harcèlement discriminatoire et psychologique Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec. Page 2 sur 6 Carole Fiset, agente d’éducation et de coopération, avril 2008 POUR UN MILIEU DE TRAVAIL SANS DISCRIMINATION L’entreprise XYZ Inc. instaure cette politique dans le but d’assurer un milieu de travail sans discrimination. Cette politique s’applique dans la totalité des activités de l’entreprise, non seulement dans sa gestion interne mais aussi dans ses relations d’affaires avec ses partenaires, ses fournisseurs, ses clients et dans tous ses liens contractuels.
  3. 3. Exemple d’une politique contre la discrimination, le harcèlement discriminatoire et psychologique Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec. Page 3 sur 6 Carole Fiset, agente d’éducation et de coopération, avril 2008 1. POURQUOI UNE POLITIQUE CONTRE LE HARCÈLEMENT ! 1.1. Parce que le harcèlement1 discriminatoire et psychologique, en milieu de travail, ne respectent pas les droits de la personne. C’est pourquoi, l’Entreprise XYZ Inc. s’engage à prendre les moyens nécessaires, pour assurer le respect des droits de la personne, tel que prévu à la Chartre des droits et libertés de la personne du Québec, à la Loi sur les normes du travail et toute autre loi ou règlement. 2. LA POLITIQUE VISE À 2.1. Assurer un climat de travail sans harcèlement. 2.2. Prévenir des comportements de harcèlement. 2.3. Informer le personnel de leur responsabilité, pour le maintien d’un climat de travail sans harcèlement. 2.4. Fournir le support interne aux personnes victimes de harcèlement. 2.5. Mettre en place les moyens pour faire cesser les comportements de harcèlement. 3. ENGAGEMENT DE L’ENTREPRISE XYZ INC. 3.1. La direction s’engage à ne tolérer aucune forme de harcèlement, qu’il soit discriminatoire ou psychologique, sexuel, racial ou basé sur tout autre motif de discrimination. 3.2. La direction s’engage à protéger tous les membres de son personnel, victime de harcèlement, par des moyens internes d’aide et de recours. Ceci est valable en milieu de travail, que le harcèlement provienne de l’intérieur ou de l’extérieur de l’entreprise. 3.3. La direction s’engage à ne pas révéler, par souci de confidentialité, les noms des personnes impliquées ou concernées par la situation de harcèlement, à moins que ce soit nécessaire pour une enquête ou pour l’application de mesure disciplinaire. 3.4. La direction s’engage à assurer la protection de la victime de harcèlement, contre les conséquences négatives découlant de la situation ou contre toute forme de vengeance. 3.5. La direction s’engage à prendre des mesures disciplinaires contre l’auteur du harcèlement. 4. LE HARCÈLEMENT C’EST QUOI ? 4.1. On reconnaît le harcèlement par des paroles, des actes et des gestes répétés ou non, qui sont offensants ou méprisants et qui ont des effets négatifs, notamment sur la santé psychologique ou physique d’un membre du personnel. Le harcèlement est une atteinte à la dignité, à l’honneur et à la réputation d’une personne et entraîne un milieu de travail nuisible. 4.2. Si une personne, dans le cadre de son travail, se fait harceler à cause de sa race, de sa couleur, de son sexe, de son orientation sexuelle, de son état civil (marié, conjoint de fait, lien familial), de son âge, de sa religion, de ses convictions politiques, de sa langue, de son origine ethnique ou nationale, de sa condition sociale ou d’un handicap, elle subit un harcèlement discriminatoire. 1 Dans cette politique, le terme harcèlement inclut le harcèlement discriminatoire et psychologique.
  4. 4. Exemple d’une politique contre la discrimination, le harcèlement discriminatoire et psychologique Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec. Page 4 sur 6 Carole Fiset, agente d’éducation et de coopération, avril 2008 5. À QUI S’ADRESSE LA POLITIQUE ? 5.1. La politique s’applique aux relations entre gestionnaires et employé(e)s ainsi qu’aux relations entre employé(e)s. 5.2. Tout le personnel de l’entreprise incluant le personnel de la direction et les actionnaires est lié et visé par cette politique. 6. COMMENT CONTRER LE HARCÈLEMENT ? 6.1. En informant le personnel sur ce qu’est le harcèlement en milieu de travail; 6.2. En développant la vigilance de tout le personnel face aux manifestations du harcèlement ; 6.3. En établissant une procédure interne de traitement des plaintes; 6.4. En formant le personnel responsable de l’application de la politique. 7. COMMENT FONCTIONNE LA PROCÉDURE ? 7.1. Le personnel de la direction compose le comité de traitement des plaintes. Ces personnes sont chargées de recevoir et de traiter les plaintes: Monsieur Gérard XYZ vice président, madame Jeannette XYZ, directrice administrative, madame Marianne XYZ directrice de la production et monsieur Jean- Paul XYZ, directeur de la logistique du transport. 7.2. Selon le cas, l’une ou l’autre des propositions suivantes peut être appliquée : 7.2.1. La direction délègue, à une personne externe le mandat d’enquête, en soutien au comité de traitement des plaintes ; 7.2.2. Le comité de traitement des plaintes peut demander un soutien du personnel de première ligne (tel qu’une personne hispanophone…), non impliqué dans la plainte, pour intervenir plus rapidement. 7.2.3. Un membre du comité de traitement des plaintes qui serait visé par une plainte, doit être exclu de la procédure de traitement de cette même plainte. 8. QUI PEUT DÉPOSER UNE PLAINTE ET COMMENT LE FAIRE ? 8.1. Toute personne qui se croit victime de harcèlement peut s’adresser à l’une des personnes chargées du traitement des plaintes à l’interne. 8.2. Toute personne qui souhaite déposer une plainte ou toute personne à qui on reproche du harcèlement, peut se faire accompagner par une personne de son choix. 8.3. Une plainte doit être déposée par écrit et être signée par la victime. Une plainte verbale peut être reçue et consignée par écrit, mais elle doit être signée par la victime. 8.4. La plainte décrit les événements (actes, gestes, paroles…) qui sont reprochés à la personne « harcelante ». La personne chargée du traitement de la plainte peut aider la victime à écrire sa plainte. 8.5. La personne chargée du traitement de la plainte fera une intervention rapide pour faire cesser le harcèlement. Des mesures sont mises en place pour remédier à toute autre forme de harcèlement. 8.6. En tout temps, la personne chargée du traitement des plaintes favorisera la médiation en visant une entente écrite à la satisfaction des deux parties. Cette entente peut contenir des mesures comme une lettre d’excuse, la mutation de la personne « harcelante » ou toute autre mesure jugée appropriée.
  5. 5. Exemple d’une politique contre la discrimination, le harcèlement discriminatoire et psychologique Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec. Page 5 sur 6 Carole Fiset, agente d’éducation et de coopération, avril 2008 8.7. Toute plainte pour harcèlement discriminatoire ou psychologique doit être déposée au plus tard dans un délai d’un an après le dernier événement de harcèlement. 9. COMMENT SE PASSE L’ENQUÊTE ? 9.1. Au moment de l’enquête, la personne qui fait enquête, reçoit la version des deux parties. Elle peut aussi entendre des témoignages et offrir une médiation. 9.1.1. Aucune personne ayant, un lien direct ou indirect avec la victime ou la personne à qui on reproche le harcèlement ne peut mener l’enquête. 9.1.2. Il est obligatoire d’appliquer et de maintenir une confidentialité dès la réception d’une demande pour le traitement d’une plainte. 9.1.3. Toute personne appelée à témoigner durant l’enquête peut être accompagnée d’une personne de son choix. 9.2. Durant l’enquête, la victime est assurée : 9.2.1. Que sa plainte n’apparaîtra pas à son dossier d’employé(e) ; 9.2.2. Qu’elle recevra toute l’information relative à sa plainte incluant le rapport d’enquête; 9.2.3. Qu’elle sera tenue informée des correctifs ou des mesures disciplinaires prises par l’employeur, si la plainte est justifiée. 9.3. Durant l’enquête, la personne à qui le harcèlement est reproché, est assurée : 9.3.1. Qu’elle sera informée qu’une plainte a été déposée contre elle et qu’elle recevra copie de cette plainte ; 9.3.2. Qu’elle disposera d’une semaine pour répondre au contenu de la plainte écrite qui lui sera fournie au moment de l’avis verbal ; 9.3.3. Qu’elle sera informée du rapport d’enquête et des correctifs ou des mesures disciplinaires, si la plainte est justifiée. 9.4. Après l’enquête, la personne chargée de l’enquête fait des recommandations à l’employeur. 10. GRADATION DES MESURES DISCIPLINAIRES 10.1. Suite aux recommandations de la personne qui a fait enquête, l’employeur applique ou fait appliquer les correctifs2 ou les mesures disciplinaires qui s’imposent auprès de la personne « harcelante », en protégeant la victime de tout acte de vengeance et de discrimination. En aucun cas la victime ne peut être mutée contre sa volonté. Pour être mutée, la victime doit en faire la demande formelle. 10.2. Ces mesures peuvent être une lettre d’excuse, la mutation de la personne « harcelante », la réparation des dommages causées à la victime…la suspension et le congédiement de la personne « harcelante ». 11. QUELS SONT LES RECOURS POUR LA VICTIME ? La victime peut : 11.1. Porter plainte auprès de l’employeur3 . 11.2. Déposer une plainte à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, si elle croit subir du harcèlement discriminatoire. 11.3. Déposer une plainte auprès de la Commission des normes du travail, si elle juge que le harcèlement qu’elle subit est psychologique. 11.4. Recourir aux services du consulat, pour les travailleurs étrangers. 2 En fonction des politiques administratives reliées à la gestion des ressources humaines et de la gravité des actes reprochés. 3 Comité de traitement des plaintes de harcèlement.
  6. 6. Exemple d’une politique contre la discrimination, le harcèlement discriminatoire et psychologique Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec. Page 6 sur 6 Carole Fiset, agente d’éducation et de coopération, avril 2008 ANNEXE Exemples de différentes manifestations de harcèlement : • caricatures, graffitis; • blagues, plaisanteries, insinuations tendancieuses, commentaires humiliants, paroles offensantes; • remarques désobligeantes, insultes, injures; • isolement, omissions blessantes, attitudes méprisantes, rebuffades; • dissuasion de postuler sur un poste, de rechercher une promotion; • vandalisme ou dommages à la propriété de la victime (sa voiture, ses vêtements, ses instruments de travail) ou des lieux mis à sa disposition (casier, bureau, etc); • voies de fait ou autres agressions. Exemples de conduites de harcèlement sexuel : • des demandes de faveurs sexuelles non désirées; • des attouchements; • l’affichage de matériel dégradant ou pornographique (ex : calendrier de personnes nues sur les lieux de travail); • des remarques, des insultes, des plaisanteries, des commentaires, des blagues à caractère sexuel; • des promesses d’avancement ou de promotion reliées à l’obtention de faveurs sexuelles (chantage); • de l’intimidation, des menaces, des représailles, un refus d’emploi ou de promotion, un congédiement ou d’autres conséquences négatives associées à des faveurs sexuelles non obtenues. En général, le harcèlement discriminatoire ou sexuel signifie des actes répétés. Toutefois, un seul acte grave qui engendre des effets négatifs peut aussi être du harcèlement.

×