COMMERCIAL, MARKETING& communicationUNE STABILISATION DU SECTEUREVOLUTION DU MARCHE et changementsur les pratiques de recr...
nicolas f.Directeur commercialIntervenant depuis une dizaine d’années dans l’univers desnouvelles technologies, je suis au...
0 A 3 ans 3 A 5 ans 5 A 8 ans > 8 ansGRANDE CONSOMMATIONChef de secteur CHR / RHF 22 / 30 26 / 36 32 / 38 36 / 42Chef de s...
0 A 3 ans 3 A 5 ans 5 A 8 ans > 8 ansMULTIMEDIAWebmaster / Webdesigner 25 / 32 28 / 40 35 / 52 NSContent producer / CR 27 ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Etude de Rémunération Nationale Hays - Commercial, Marketing & Communication

801 vues

Publié le

La nouvelle Etude de Rémunération Nationale Hays réalisée en partenariat avec Cadremploi est à présent disponible. Découvrez la partie Commercial, Marketing & Communication de notre étude 2013. Un autre secteur vous intéresse ? Découvrez notre étude dans son intégralité sur le site hays.fr : http://bit.ly/11rgvYO

Publié dans : Carrière
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
801
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude de Rémunération Nationale Hays - Commercial, Marketing & Communication

  1. 1. COMMERCIAL, MARKETING& communicationUNE STABILISATION DU SECTEUREVOLUTION DU MARCHE et changementsur les pratiques de recrutementLa tendance globale observée en 2012 est un retour à une prise derisque mesurée dans les recrutements de fonctions commerciales.La recherche de compétences en Marketing & Communication n’aquant à elle quasiment pas évoluée depuis l’année dernière. Aprèsune année d’embellie en 2010, le secteur renoue avec la tensionrencontrée durant l’année 2011. Le constat le plus tangible réside dansl’allongement, tant en termes de durée qu’en termes d’étapes, desprocess d’évaluation. Cette tendance est symptomatique d’un retourà une prise de risque mesurée de la part des employeurs, et celamême pour des candidats commerciaux dits « jeunes confirmés » (plusou moins 3 ans d’expérience). Là où un processus de recrutementne nécessitait que deux voire trois entretiens (avec les Responsableshiérarchiques et les Ressources Humaines), il n’est pas rare qu’ilse décompose aujourd’hui en cinq étapes. En effet, une pratiquedevient plus en plus courante : associer au processus d’évaluationles collaborateurs d’autres services susceptibles de travailler avec lanouvelle recrue. Les compétences et expériences seules ne suffisentplus. Il faut non seulement que la communication soit bonne avecle supérieur hiérarchique direct, mais aussi que le Commercial fassepreuve d’une excellente capacité d’adaptation vis-à-vis de la cultured’entreprise et soit de surcroît adoubé par ses pairs.Evolution des politiques de remunerationLes disparités sont toujours aussi marquées en fonction destypologies d’entreprises. Il est important de distinguer la taille (PME,ETI - Entreprises de Taille Intermédiaire, multinationales) et les secteursd’activités (FMCG, High-Tech, Industrie, Service). Les entreprises dusecteur High-Tech (éditeurs de logiciels, constructeurs, intégrateurs)ont davantage tendance à proposer des salaires attractifs à leurs cadrescommerciaux en raison de la complexité des offres à vendre.Ces mêmes Commerciaux peuvent ainsi souvent espérer doubler leurrémunération globale grâce aux bonus. L’Industrie, au senslarge, a toujours tendance à proposer de bonnes opportunités auxcandidats disposant d’une double compétence (techniqueet commerciale) même si les perspectives de rémunération variableexcèdent très rarement les 20 %. Pour les acteurs de la GrandeConsommation, les salaires sont toujours autant régis par des grillesbien définies et corrélées à la valeur du diplôme du candidat (lesdiplômés du Top 20 ESC auront toujours la cote). Les entreprises dansce secteur sont par conséquent moins souples quant à la négociationde la rémunération. Enfin, les sociétés étrangères souhaitant sedévelopper en France rémunèrent davantage leurs collaborateursdans le but de maximiser leur adhésion et leur investissement dansle projet d’entreprise.Néanmoins, un fait récurrent peut être observé au sein d’entreprisesdisposant d’une force de vente étoffée à l’échelle nationale : il existe demoins en moins de différences entre les rémunérations fixes pratiquéesen Ile-de-France et celles en régions. Conséquence directe : pour unemême entreprise, il est souvent plus difficile de recruter un Commercialà Paris qu’à Lille ou à Lyon. La volatilité des bons Commerciaux en Ile-de-France n’est par conséquent pas prête de s’estomper.QUELLE VISION POUR L’AVENIR ?Pour la seconde année consécutive, 2012 a été synonyme destabilisation et de croissance mesurée (soit à peine 1,5 % d’augmentationdes recrutements de cadres commerciaux). Si certains secteurscréent l’illusion d’un plus grand dynamisme, comme c’est le cas parexemple pour l’e-Commerce, 2013 ne dérogera vraisemblablement pasà cette tendance. Les recruteurs devraient être toujours autant à l’affûtde cadres commerciaux capables de conquérir de nouveaux clientstout en sachant les fidéliser sur le long terme, car le clivage chasseur /éleveur tend peu à peu à s’atténuer.Par ailleurs, il semble primordial de souligner la pénurie constantede profils commerciaux présentant une formation d’Ingénieur ou deTechnicien (complétée par un diplôme ESC) et maîtrisant parfaitementl’anglais, voire une ou deux autres langues supplémentaires. S’ilss’avèrent moins nombreux, ces derniers en sont d’autant plusrecherchés. Il est en effet particulièrement difficile de pourvoir un postede Commercial dans l’Industrie et le secteur IT car les compétencesrequises allient formation technique et talent commercial, le tout dansun environnement où les enjeux commerciaux s’internationalisent.Technico-commerciaux et Ingénieurs d’affaires sont des perles rares et,sur un marché où la concurrence entre candidats est forte, cette doublecompétence sera toujours une garantie d’emploi en 2013.ETUDE DE REMUNERATION NATIONALETENDANCES GENERALES DU RECRUTEMENT ET DES REMUNERATIONS EN 201344Pour la seconde année consécutive,2012 a été synonyme de stabilisationet de croissance mesurée. Si certainssecteurs créent l’illusion d’un plus granddynamisme, comme c’est le cas par exemplepour l’e-Commerce, 2013 ne dérogeravraisemblablement pas à cette tendance.
  2. 2. nicolas f.Directeur commercialIntervenant depuis une dizaine d’années dans l’univers desnouvelles technologies, je suis au cœur d’une perpétuellemutation, tant au niveau de l’innovation qu’au niveau dutissu économique qui se crée autour de ce secteur. Nousretrouvons aujourd’hui des applications software dans laplupart des produits de grande consommation, d’outilscommerciaux ou encore d’optimisation de processus. Lesnouvelles technologies et leurs évolutions peuvent avoirdes effets aussi bien soudains que stables, sur le planéconomique, mais aussi sur la société dans sa globalité.
  3. 3. 0 A 3 ans 3 A 5 ans 5 A 8 ans > 8 ansGRANDE CONSOMMATIONChef de secteur CHR / RHF 22 / 30 26 / 36 32 / 38 36 / 42Chef de secteur GMS / GSS 24 / 32 30 / 38 36 / 40 42 / 45Directeur régional NS 42 / 50 52 / 60 58 / 68Directeur national des ventes NS NS 55 / 70 70 / 90Directeur commercial NS NS 70 / 95 90 / 130 +Compte clé GMS / GSS / KAM 35 / 45 45 / 60 60 / 80 80 / 90Chargé détudes 26 / 35 35 / 40 42 / 52 52 / 58Chef de produit 30 / 40 38 / 50 50 / 65 65 / 70Chef de groupe NS 52 / 60 65 / 75 75 / 90Responsable merchandising 30 / 38 37 / 43 43 / 55 55 / 63Responsable trade marketing 28 / 36 36 / 42 42 / 50 52 / 60Category manager 35 / 42 43 / 52 52 / 62 60 / 70Directeur marketing NS 45 / 65 60 / 95 90 / 120 +HIGH-TECHCommercial sédentaire 20 / 28 28 / 38 33 / 40 42 / 46Ingénieur commercial 25 / 40 38 / 55 45 / 60 55 / 80Ingénieur daffaires / Grands comptes NS 45 / 65 55 / 85 70 / 95Responsable ventes indirectes / Channel sales NS 45 / 60 65 / 80 75 / 110 +Responsable BU / Chef des ventes NS 55 / 70 70 / 85 85 / 100Directeur commercial NS 65 / 80 80 / 100 90 / 140Chef de produit 32 / 40 42 / 52 52 / 58 58 / 65 +Responsable marketing & communication NS 38 / 44 44 / 56 58 / 70 +Directeur marketing NS 40 / 60 55 / 80 75 / 120 +INDUSTRIETechnico-commercial sédentaire 18 / 25 26 / 35 35 / 42 42 / 45Ingénieur / Technico-commercial 22 / 32 32 / 45 35 / 47 55 / 66Ingénieur commercial / Ingénieur daffaires 28 / 40 40 / 55 45 / 60 60 / 70Directeur de compte / KAM NS 45 / 65 65 / 80 85 / 100Responsable de marché NS 42 / 50 50 / 75 72 / 95Chef de zone export 32 / 38 40 / 58 50 / 75 70 / 90Directeur commercial NS 55 / 80 70 / 90 90 / 130 +Chef de produit 30 / 35 35 / 45 45 / 65 45 / 70Directeur marketing NS 45 / 65 60 / 90 85 / 120 +COMMERCIAL & MARKETINGCommercial & Marketing Grilles de remunerationETUDE DE REMUNERATION NATIONALETENDANCES GENERALES DU RECRUTEMENT ET DES REMUNERATIONS EN 201346=
  4. 4. 0 A 3 ans 3 A 5 ans 5 A 8 ans > 8 ansMULTIMEDIAWebmaster / Webdesigner 25 / 32 28 / 40 35 / 52 NSContent producer / CR 27 / 32 30 / 38 37 / 51 NSGraphiste offline / online 24 / 28 25 / 32 33 / 45 NSChef de projets multimédia 24 / 35 32 / 40 38 / 50 NSPlanneur stratégique web 34 / 48 46 / 68 NS NSDirecteur de clientèle web 30 / 46 45 / 65 NS NSResponsable marketing online 32 / 45 44 / 60 55 / 75 NSResponsable e-commerce - Activités online NS 47 / 63 60 / 85 NSSERVICESCommercial sédentaire 18 / 28 25 / 38 28 / 40 NSAttaché / Délégué / Ingénieur commercial 22 / 35 27 / 43 32 / 50 NSIngénieur daffaires grands comptes NS 30 / 48 45 / 70 60 / 80Chef des ventes / encadrement NS 40 / 53 53 / 70 65 / 85Directeur régional NS 48 / 60 60 / 75 75 / 85 +Directeur des ventes NS 55 / 70 70 / 90 90 / 110 +Directeur commercial NS 65 / 85 80 / 110 95 / 130 +Directeur marketing NS 40 / 60 50 / 75 70 / 95 +NB : les rémunérations présentées ci-dessus concernent lIle-de-France. Celles pratiquées dans les autresrégions peuvent être jusquà 10 % inférieures. Les rémunérations présentées ci-dessus intègrent une partie variable déterminée par l’atteinte des objectifs.Cette partie peut représenter jusquà 50 % du fixe pour les rémunérations du secteur High-Tech et les Editeursde logiciels. Pour les autres secteurs, cette même partie représentera entre 20 % et 40 % du salaire fixe. 0 A 3 ans 3 A 5 ans 5 A 8 ans > 8 ans

×