ELECTIONS SENATORIALES 2014 / DEPARTEMENT DE L’AUBE 
André VILLALONGA 
Candidat 
• Ingénieur retraité 
• Conseiller Généra...
ELECTIONS SENATORIALES 2014 / DEPARTEMENT DE L’AUBE 
Mon positionnement politique 
• Un progressiste pragmatique 
Je suis ...
• La ruralité, n’est pas une image d’Epinal 
Pour beaucoup d’habitants des zones urbaines, des métropoles ou mégapoles, la...
Djamila HADDAD 
Suppléante 
C’est avec plaisir que j’ai accepté d’être la suppléante d’André Villalonga, un 
homme de terr...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Doc campagne

236 vues

Publié le

dfqf

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
236
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
108
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Doc campagne

  1. 1. ELECTIONS SENATORIALES 2014 / DEPARTEMENT DE L’AUBE André VILLALONGA Candidat • Ingénieur retraité • Conseiller Général • Canton d’Ervy le Châtel • Membre actif d’associations oeuvrant dans l’accompagnement vers l’emploi et la création d’entreprise. Par mon courrier de début août, je vous ai présenté les premiers éléments qui motivent ma candidature. Au long de ce document je vais présenter mes positions sur certains points qui pourraient être pour vous des critères de choix le 28 septembre. Tout ne sera pas dit, ni suffisamment développé, mais je pourrai répondre à toutes vos questions lors des réunions locales que je vous proposerai dans les tous prochains jours. Une candidature au service de notre département Conseiller Général d’un canton rural, je prends beaucoup de plaisir à être au service des élus et habitants du canton et j’ai beaucoup appris à leur contact. Si vous me faites l’honneur de m’élire, j’entends pratiquer la même proximité avec l’ensemble des acteurs du département. Un sénateur est avant tout un législateur au niveau national. Mais il est aussi le représentant d’un territoire. Dans cette situation, je serai attentif et vigilant sur les conséquences, pour notre département en particulier et pour tous les territoires ruraux en général, des textes et amendements présentés au Sénat. J’ai également la volonté d’être une force de proposition au sein de mon groupe parlementaire. Une carrière complète dans l’industrie, au contact permanent des réalités industrielles, économiques et sociales constitue un atout dans ce monde de politiques et de technocrates. • Avec les acteurs locaux Je n’envisage pas ce travail sans votre participation, je vous tiendrai régulièrement informés et n’hésiterai pas à vous consulter chaque fois que nécessaire. Dans tous les cas, je vous proposerai régulièrement des rencontres locales pour vous rendre compte et recevoir vos avis. Moi-même et mes assistants seront toujours joignables et à votre disposition. N’exerçant que ce seul mandat j’aurai le maximum de disponibilité possible. Au-delà des élus, j’entends également être à l’écoute et au contact de l’ensemble des acteurs sociaux économiques et de leurs représentants sans qui rien n’est possible.
  2. 2. ELECTIONS SENATORIALES 2014 / DEPARTEMENT DE L’AUBE Mon positionnement politique • Un progressiste pragmatique Je suis socialiste, ce n’est pas un secret. J’ai comme tout un chacun ma vision d’un monde idéal qui guide mes actions tout en sachant que cet idéal est un but irréalisable. Tout en suivant cette « étoile du berger » je suis avant tout un progressiste pragmatique. En d’autres termes je suis social-démocrate (ou social-libéral, ce terme ne m’écorche pas les oreilles) (1). Que ça nous plaise ou pas, nous vivons dans une économie de marché et une économie libérale, c’est une réalité qu’il faut regarder en face. Mon parcours et ma pratique professionnelle m’ont largement conforté dans cette position. Je sais que la seule façon de créer des emplois créateurs de richesses c’est de conquérir des marchés. Tendre vers le plein emploi doit être notre principal objectif. Le salaire est la forme la plus noble de redistribution des richesses, c’est du pouvoir d’achat moteur de l’économie, c’est aussi une source de recettes fiscales et sociales. Je suis avant tout un homme libre qui n’est guidé par aucune ambition personnelle (à part celle de servir) et qui défend ses opinions et valeurs sans aucune entrave. (1) Social-libéral : la justice sociale, le bien vivre ensemble sont la finalité et une économie responsable et régulée, nécessité pour atteindre les objectifs sociaux. Libéral-social : l’économie, le profit sont une fin en soi et le social n’est qu’une façon de rendre tolérable le système. Mes priorités Si vous me confiez ce mandat, tout au long de ces 6 ans j’aurai en tête 2 priorités : l’emploi et la ruralité. - L’emploi parce que le chômage est le cancer qui mine notre pays tant au niveau social qu’économique. - La ruralité dont beaucoup de grands élus ne prennent pas la mesure exacte des difficultés et souffrances de ces territoires. • L’emploi, le problème et la solution Nous sommes face à une crise sociale et économique grave et un chômage massif. Les causes : la crise internationale oui, mais surtout la désindustrialisation massive de notre pays bien antérieure à 2012. Le chômage c’est : une perte globale de pouvoir d’achat, une baisse de la consommation, moins de recettes fiscales directes et indirectes, donc un cercle vicieux. Pour tendre vers un cercle vertueux il faut des entreprises créatrices d’emplois et combatives, notamment à l’export. Des entreprises qui ne soient pas focalisées sur le profit à court terme et la spéculation. Je parle d’exportation car beaucoup d’économistes et de politiques nous bassinent avec le PIB. Ce n’est pas l’indicateur pertinent de santé économique. Je préfère de loin observer l’équilibre de la balance commerciale. Un pays qui achète plus qu’il ne vend c’est comme un ménage qui dépense plus qu’il ne gagne. Prendre des marchés à l’export, c’est dur, long et ça coûte cher. Je le sais, je l’ai fait. Mais c’est rentable ! Le pacte de responsabilité est essentiel et chaque partie doit mesurer l’absolue nécessité d’aboutir à des accords. Il faut également des incitations fiscales fortes qui : - Favorisent les entreprises qui créent des emplois, qui investissent, qui innovent, - Pénalisent celles qui n’ont que le profit comme objectif. Des mesures ont été prises mais il faut poursuivre le chantier, j’aurai des idées dans ce sens. Où sont les artisans et commerçants dans ce discours ? Leur activité est fonction du pouvoir d’achat de leurs clients ou de l’activité de leurs donneurs d’ordre. Ils sont donc victimes, au même titre que les chômeurs, d’une crise dont ils ne portent aucune responsabilité, d’où l’intérêt pour eux que la machine infernale s’arrête.
  3. 3. • La ruralité, n’est pas une image d’Epinal Pour beaucoup d’habitants des zones urbaines, des métropoles ou mégapoles, la ruralité c’est une image d’Epinal. Il est sympathique d’y passer quelques jours ou d’y avoir une résidence secondaire, ils s’y plaisent. Nous aussi, mais nous sommes également conscients des difficultés réelles auxquelles sont confrontés beaucoup d’habitants de ces territoires ainsi que les entreprises locales. La ruralité c’est aussi les exploitants agricoles, les éleveurs et les producteurs de produits du terroir. Au-delà du contexte économique général ils sont frappés de plein fouet par le réchauffement climatique avec des phénomènes météo qui perturbent gravement leur activité. Ils ont un rôle social, sociétal et économique indispensable pour le pays. L’état, le législateur et les collectivités doivent être pleinement à leurs côtés. - Au-delà des clivages politiques Défendre, soutenir les territoires ruraux n’a rien à voir avec la politique politicienne. Nous devons être capables de dépasser tous les clivages. J’espère que l’ensemble des sénateurs représentant des territoires ruraux seront solidaires sur ce sujet, au-delà des positions de leurs propres camps et de leurs intérêts locaux. Dans le cas où j’en ferai partie, je serai dans cet état d’esprit. - Pour le maintien des départements ruraux Dans l’intérêt de nos territoires, je suis favorable au maintien des départements ruraux. Le transfert de compétences, actuellement exercées par les départements, à des intercommunalités de 20 000 habitants -dans certains cas- serait une hérésie. Par exemple confier les missions de la DIDAMS aux intercommunalités : quasi impossible pour la plupart d’entre elles et plus de dépenses pour moins d’efficacité. Par ailleurs je serai favorable à la fusion de certains départements, d’une part pour limiter les distorsions d’envergures et d’autre part, à côté de grandes régions, il faut des départements de taille suffisante. Notre département • Les conditions de développement du territoire Le développement homogène d’un territoire ne s’improvise pas au jour le jour, il ne suffit pas de saisir les opportunités qui se présentent. Il faut réunir des fondamentaux et lorsqu’ils n’existent pas, les construire avec persévérance et détermination en cohérence Etat/Région/Département. - Les infrastructures Particulièrement des réseaux routiers/autoroutiers et ferroviaires modernes permettant un trafic fluide des hommes et des marchandises. Les liaisons ferroviaires se passent de commentaires. Quant à la liaison routière Troyes-Auxerre, elle est au point mort. Nous avons eu récemment, dans le département, un Ministre de l’Economie et on aurait pu espérer qu’il fasse avancer ces dossiers, mais rien. - Des moyens de communication modernes Téléphonie mobile et internet haut débit sont incontournables pour toute activité économique. L’indicateur de couverture des opérateurs de téléphonie est le pourcentage en nombre d’habitants et non pas du territoire. Puisque c’est un service public délégué, le législateur devrait se saisir du problème pour assurer l’égalité de traitement entre citoyens. Le Schéma Directeur d’Accès au Numérique décidé par le Conseil Général de l’Aube, pour la montée en débit, considère qu’il y a haut débit dès 2 Mbits soit pour un particulier le strict minimum, mais rédhibitoire pour une entreprise. - Des transports en commun pour tous Pour permettre l’accès à l’emploi, aux services et aux soins et être une alternative au « tout voiture ». La compétence transports est du ressort du Conseil Général, mais un grand nombre de nos communes ne sont pas desservies. - Une main d’oeuvre qualifiée Des structures de formations existent pour tous niveaux et tous métiers, y compris l’IUT, l’UTT, le CUT, l’ESC et dernièrement l’EPF. Mais peu de jeunes aubois franchissent le pas de l’enseignement supérieur. J’ai eu l’audace de proposer que l’assemblée départementale réfléchisse à ce problème et cherche des remèdes, aucun écho, il faut se limiter à être une chambre d’enregistrement validant les propositions du Président. - Des responsabilités locales ? Les 2 sénateurs, les 3 députés, le président du Conseil Général, le maire de Troyes sont du même bord politique depuis très longtemps. De là à y voir une relation de cause à effet, il n’y a qu’un pas. Je ne le franchirai pas, mais la question peut se poser.
  4. 4. Djamila HADDAD Suppléante C’est avec plaisir que j’ai accepté d’être la suppléante d’André Villalonga, un homme de terrain, pragmatique, avec qui je partage une vision commune de la société. Un homme qui prend en compte la très faible densité démographique et les problèmes qui en découlent. Notre binôme offre une complémentarité entre l’urbain et le rural ainsi que des expériences départementales et régionales. Par ailleurs, nous devons avoir un Sénat qui représente la société dans sa plus grande diversité (cadres, agriculteurs, employés, chefs d’entreprise, …). J’attends avec impatience nos futures rencontres pour développer mes positions. Contact : Vu le candidat - Imprimé sur papier certifié PEFC - Ne pas jeter sur la voie publique Changer la donne ! Notre département est dirigé par les mêmes élus depuis des lustres, comment peut-on imaginer le moindre changement en gardant toujours les mêmes dirigeants ? Je vous propose de commencer à changer la donne. Dans cette élection 2 candidats semblent être les favoris sur la ligne de départ, le résultat final vous appartient. Sans remettre en cause leurs qualités personnelles et leurs compétences, parlons-en. Dans tous les cas ils devraient avoir à choisir entre leurs mandats en 2017, facilitez leur la tâche. • L’un est Sénateur sortant briguant un 4ème mandat et parallèlement Président du Conseil Général qu’il dirige en monarque depuis 24 ans, cumul et enchainement constant des mandats, donc un politique professionnel. Non inscrit, il aime à se poser comme non politique mais ça ne trompe personne. • L’autre est Député, Maire de Troyes, Président de la CAT, Président de l’Association des Maires de l’Aube et futur Président de l’Association des Maires de France. Quelle boulimie de cumul ! Porté aux fonts baptismaux par l’ami Jacques qui, moins de 30 ans plus tard, en cadeau lui remit les clés de la ville de Troyes, puis lui ouvrit les portes de l’Assemblée nationale et des palais ministériels. Bizarre son désir de passer de l’Assemblée nationale au Sénat. Est-ce que le titre de Sénateur Maire sonne mieux aux oreilles ou une façon de se mettre à l’abri des tourmentes de l’UMP ? Le 28 septembre vous aurez la possibilité de modifier notre paysage politique. • Enseignante dans l’Aube • Vice-Présidente du Conseil Régional de Champagne-Ardenne En charge des Lycées et de l’apprentissage André Villalonga Candidat 4 rue du Clou - 10130 Vosnon 03 25 42 19 23 - 06 23 59 66 87 avilla10@orange.fr Djamila Haddad Suppléante 44 av. du Président Wilson - 10120 St-André-les-Vergers 06 06 71 55 47 dhaddad@cr-champagne-ardenne.fr Hélène RUELLE Assistante de campagne : 06 14 52 76 17 - helene.ruelle1@gmail.com Blog de campagne www.andre-villalonga.fr

×