Agra geek

1 341 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 341
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Agra geek

  1. 1. L’agence d’information agro-économique – Paris-Bruxelles - www.agrapresse.frSemaine du 2 avril 2012 – N° 3344 PRESSE HEBDO Présidentielle Déclarations Pac Simplifications Les candidats planchent en 2012 La campagne est ouverte du 1er avril au 15 mai devant la FNSEA et la déclaration sera Pas moins de sept candidats à l’élection présidentielle se sont présentés à plus simple Montpellier le 29 mars au matin devant quelque 1 500 personnes à l’issue du que l’an dernier. p. 15 congrès de la FNSEA. Un événement organisé par 22 organisations profes- sionnelles de l’agriculture mais en fait orchestré par la fédération des syndi- cats d’exploitants. Ce fut l’occasion, pour les candidats à l’élection des 22 avril Schmallenberg et 6 mai de valoriser la place de l’agriculture dans la société et leur program- La Russie me, soulignant l’urgence d’une amélioration de la compétitivité, voulant récon- cilier l’agriculture et l’environnement tout en prônant le développement de lèverait son toutes les formes d’agriculture. Une matinée consensuelle, chacun apportant, embargo si ce n’est une partition différente, une tonalité plus personnelle. Seule Marine Certaines origines en Le Pen choisit de jeter un pavé dans la mare en s’en prenant nommément à matière d’exportation la FNSEA et à son président, Xavier Beulin, lui reprochant de défendre les OGM. d’animaux vivants pourraient être ’un se plaisait à rappeler son passé d’agriculteur (François Bayrou), l’autre épargnées. Ovins p. 17 L mettait en garde contre la démagogie de ses adversaires (nicolas Dupont- Aignan) sans s’en priver pour autant, l’une jouait carrément la provocation (Marine Le Pen) tandis qu’un quatrième candidat insistait sur les maléfices de la Les prix finance folle ou les promesses de l’agroéquipement (Jacques Cheminade). Eva Joly assurait que les différences de point de vue entre son mouvement écologiste et les soutenus par agriculteurs n’étaient pas si grandes ; nicolas Sarkozy parlait autant comme pré- le manque sident actuel, annonçant un décret très attendu tout en disant que l’Europe « ne peut pas continuer comme ça » ; François Hollande annonçait des grands chan- Le manque d’offre au tiers agricoles de sa présidence désirée, tels celui des coûts de production, de la niveau mondial soutien les prix des ovins. p. 26 gestion de l’eau, des coûts énergétiques ou encore de la création du statut d’un groupement d’intérêt économique et environnemental. Telle fut la matinée à laquelle assistèrent pas moins de 1 500 personnes, dans le Centre grand Corum de Montpellier par un beau soleil printanier, quasi estival. 1 500 per- Après le gel, sonnes plutôt attentives, surtout face aux deux leaders des sondages, mais ne dédai- gnant pas les candidats plus modestes. une assemblée composée de congressistes la sécheresse de la FnSEA réunis la veille auxquels s’étaient joints des dizaines d’invités des 22 Dans le Centre comme organisations (1) hôtes de l’événement. dans d’autres régions, « Sur la question de la compétitivité, on reste sur notre faim », affirmait le prési- le risque de sécheresse dent de la FnSEA Xavier Beulin, remarquant que la question embarrassait la plu- est de plus en plus part des candidats, notamment lorsqu’il s’agit de traiter des charges sociales. Le probable. p. 32 président de la centrale syndicale de remarquer néanmoins une légère avancée de nicolas Sarkozy, celui-ci affirmant que si l’union européenne ne censurait pas une mesure sectorielle, l’allégement des charges d’employeurs sur les salariés perma-
  2. 2. événementSOMMAIREL’éVéNeMeNt 1 Viticulture : le marché mondial du vinPrésidentielle : les candidats donne des signes de reprise 31planchent devant la FNSeA Climatologie : en région Centre, après le gel, la sécheresse pointe 32LeADerS 11 Fruits et légumes : la Saf veut améliorer les relations dans la filière fruits et légumes 33LeS PoLitiqueS 12 Marché du sucre - Sucre : la production mondialen Politiques agricoles européennes attendue entre 173 et 177Mt en 2011-2012 34Cadre financier 2014-2020 : la réforme Bois : La FNB (bois) prône des accordsde la Pac suspendue à un compromis de réciprocité, notamment avec la Chine 35sur le budget européen 12 n Agrofournituresréforme de la Pac : Dacian Ciolos Sûreté sanitaire : les discussions sur laexprime sa différence 13 réintroduction des farines animales avancent 37traité de Lisbonne : entrée en vigueur de l’initiativecitoyenne européenne 14 AgriCuLture & SoCiété 39Déclarations Pac 2012 : une simplification n Entreprises & distributiondes déclarations Pac en ligne en 2012 15 Promotion des produits agricoles : Bruxellesn Monde veut améliorer les programmes européensSchmallenberg : la russie pourrait lever en partie de promotion 39son embargo sur les animaux vivants 17 n EnvironnementCycle de Doha : les négociateurs agricoles de l’oMC union européenne : les eurodéputés veulentcherchent à sortir de l’impasse 18 que la Pac préserve la biodiversité 41Sécurité alimentaire : aide de l’ue et appel de la FAo epandages aériens : les règles en matièrepour l’Afrique 18 d’épandage aérien changent,Sénégal : le programme économique du nouveau la polémique demeure 42président Macky Sall 20 n Santé animale 47environnement : la gestion de l’eau, une des clefs Bien-être animal : le Parlement européen demandepour lutter contre la faim 21 de limiter le temps de transport 44n Organisations professionnelles agricoles n OGMSyndicats : le procès des cotisations syndicales Mon 810 : dépôt d’un recours contre l’interdictiondébutera le 2 juillet à toulouse 22 du maïs Mon 810 en France 45LeS ProDuCtioNS 24 n Nouvelles valorisationsn Productions animales innovation : création d’une plateforme pour la valorisation des protéines végétales 46Produits laitiers : Danone crée un centre de formationen russie pour les éleveurs laitiers 24 recherche variétale : améliorer le miscanthus et le sorgho pour produire des agro-matériaux 47Jeunes bovins : la Confédération paysanne dénonceles modalités de l’aide à l’engraissement 25 n Recherche & formationovins : le prix des ovins soutenu par le manque Publication scientifique : mortalité des abeilles :de disponibilité mondiale 26 deux études mettent en cause les insecticides 48 n Sécurité alimentaire 49Volailles : belle progression des ventes françaisespour le foie gras en 2011 27 tABLeAux De BorD 50n Productions végétalesVin : La Commission « prête à discuter » AgeNDA 52des droits de plantation, mais... 29 2 AGRA Presse Hebdo – N° 3344 – Lundi 2 avril 2012 Reproduction interdite
  3. 3. événementÁ Présidentielle : les candidats planchent devant la FNSEAedito nents pourrait être étendu aux exploitants eux-mêmes. Autre engagement du président de la République, l’accord, via un décret qui devrait paraître bien-En phase ou non tôt, pour la possibilité de créer des retenues collinaires sans demande d’au- torisation en deçà de 350 000 m3 d’eau. un dossier très sensible en cettequ’est-ce qui est important pour unecatégorie socioprofessionnelle période de sécheresse annoncée, largement évoqué par le congrès de la veillecomme les agriculteurs, dans leur et abordé par la quasi totalité des candidats à l’élection présidentielle.relation avec un président de la répu- De fait, la question de l’environnement fut bien souvent au centre des pres-blique ou celui qui aspire à l’être ? tations, chacun, ou presque voulant arrondir les angles d’un sujet chatouilleuxque ce président soit « en phase » pour les agriculteurs français. Eva Joly promit qu’elle s’opposait à une « éco-avec les membres de cette catégo- logie punitive » tout en se disant convaincue que « la France n’abuse pas durie. que ce candidat comprennedevant qui il se trouve. La rencontre principe de précaution ». De quoi soulever des murmures réprobateurs, biende sept candidats à la présidentielle en deçà des protestations vigoureuses quelques moments avant, contre lesavec la FNSeA le 29 mars est inté- provocations de Marine Le Pen. Celle-ci n’avait pas hésité, choisissant la finressante à ce titre. elle a montré, par de sa prestation, à s’en prendre nommément à Xavier Beulin. Lui reprochantexemple, que Marine Le Pen n’était d’agir autant comme patron de Sofiprotéol que comme président de la FnSEA,justement pas vraiment en phase elle l’accusait de défendre l’introduction des OGM « dont les Français neavec la sensibilité de son audience.Pas parce qu’elle a attaqué de front veulent pas », soutenait-elle. « Je n’ai aucune leçon à recevoir de Mme Lexavier Beulin, défendu assez natu- Pen », lui rétorquait Xavier Beulin, regrettant l’utilisation « d’amalgamesrellement par ses confrères. on peut comme effet de tribune ».être en phase et faire de la provoc ‘.Au demeurant, la question des ogM (1) Accompagnement Stratégie - Comité de liaison des centres et associations de gestion partenaires;n’était pas le bon prétexte. Association générale des entreprises vinicoles ; Conseil national du réseau CER France ; ConseilCe qui montrait qu’elle n’avait pas nationale de l’enseignement privé ; Confédération de la Mutualité, de la Coopération et du Créditbien compris le public, c’était plutôt agricoles ; Groupama ; Mutualité sociale agricole ; Fédération nationale du Crédit agricole ; Coop deles attaques si outrées contre l’in- France ; Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France ; Fédération du négoce agricoledustrie agroalimentaire. en évoquantla « bibine Listel », Marine Le Pen ; Fédération nationale des courses françaises ; Fédération nationale des entrepreneurs des territoiresoubliait que devant elle se trouvaient ; Fédération nationale des métiers de la jardinerie ; Fédération nationale des syndicats d’exploitantsjustement des agriculteurs pour qui agricoles ; Groupement national interprofessionnel des semences et plants ; Jeunes agriculteurs ;il n’est pas dégradant de fournir le union des industriels de l’agroéquipement ; union des industries de la fertilisation ; union des indus-rosé de Listel. Des syndicalistes pour tries de la protection des plantes ; union nationale des entrepreneurs du paysage ; union nationalequi l’agroalimentaire peut être ponc- des Maisons familiales rurales d’éducation et d’orientation.tuellement un adversaire mais quisentent que ces entreprises sont plu-tôt, sur le long terme, des alliées.Au fond, eva Joly, ce jour-là, qui n’asans doute que 1% d’électeurs chezles paysans, était peut-être moins àcôté de la plaque que Marine Le Penqui en compterait 17%. egalementdéphasé, François Bayrou, lorsqu’iltenta de faire vibrer une corde sen-sible, évoquant « l’agriculteur qui, enbout de champ, ne trouve pas de voi-sin à qui parler ». on ne s’adressepas à un rassemblement de repré-sentants syndicaux comme ons’adresse au grand public. Ces repré-sentants demandaient moins del’émotion que des motions, des enga-gements d’un homme qui prétenddiriger le pays. Hervé Plagnol, rédacteur en chefReproduction interdite Lundi 2 avril 2012 – N° 3344 – AGRA Presse Hebdo 3
  4. 4. événementÁ Présidentielle : les candidats planchent devant la FNSEAFrançois Bayrou : pour des prix les plus vrais possible i on me pousse un peu je dirais que je suis pour une politique de prix les plus vrais pos- «S sible », annonce François Bayrou à plusieurs reprises. n’hésitant pas à jouer sur l’émotion de l’exploitant agricole qu’il est, le candidat centriste livrait plus un plaidoyer sur sa sensibilité agricole qu’un programme en tant que tel. Pour lui, l’agriculteur est protecteur et entrepreneur. Protecteur de l’environnement et à ce titre doit pouvoir maîtriser sa ressource en eau alors que « nous allons vers des crises pluviométriques plus importantes ». L’agriculteur entrepreneur, lui, doit voir se réduire la paperasse et les contrôles « qui sont là pour aider et pas pour bloquer ». Et François Bayrou de plaider pour une stabilisation des normes et la défense de l’organisation des producteurs. Quant aux aides Pac, il s’agit moins de subventions que de compensations pour des prix bas. C’est bien pour cela qu’il faut maintenir une régulation des marchés (on a abandonné les quotas laitiers à tort mais il ne faut surtout pas abandonner les droits de plantation viticoles), tandis « qu’il ne faut pas céder un millimètre de terrain sur le budget agricole européen ». Enfin, la fiscalité agricole « est à remettre à plat mais pas sous la pression. C’est à vous de faire des pro- positions », lance François Bayrou aux agriculteurs.Jacques Cheminade : « pas de spéculation sur ce qu’on mange » ACQuES Cheminade distingue deux types d’agriculture, l’une à forte intensité capitalistique, J exportatrice, et l’autre à circuits courts, biologique, raisonnée. Pour lui, il faut rejeter l’affir- mation selon laquelle la mise en concurrence de l’agriculture européenne est souhaitable. Et de souhaiter que l’on revienne à une politique européenne des biotechnologies, sous contrôle public, depuis la recherche jusqu’aux applications. Et le candidat « anti-finance folle » de stigmatiser les grandes banques, souhaitant mettre fin à « la spéculation sur ce qu’on mange » et demandant la séparation entre les banques de financement et les banques de détail. Mais Jacques Cheminade insiste aussi sur les promesses technologiques de l’agroéquipement, rappelant le lien entre des industries de pointe comme le spatial et les retombées pour les agriculteurs et leurs machines sou- vent plus en avance que les voitures elles-mêmes.nIcolas Dupont-Aignan : « la politique agricole détricotée » TiGMATiSAnT « la démagogie » de ses concurrents, nicolas Dupont-Aignan promet que s’il est S élu, il fera tout pour instaurer des prix rémunérateurs pour les agriculteurs. Pour le candidat souverainiste, tout le mal vient du « détricotage systématique » de la Pac, notamment depuis le « malheureux élargissement » de l’Europe aux pays de l’Est. Sous De Gaulle, qui n’hésitait pas à utiliser la politique de la chaise vide, la Pac avait été négociée de manière favorable aux intérêts de la France. Tout cela a disparu au fil des traités européens, dit-il. Et de condamner « la contrac- tualisation qui est un mensonge organisé », brandissant le contrat proposé par Lactalis à ses pro- ducteurs de lait. « Contrat de la honte, contrat de servage », dit-il, évoquant ensuite ces indus- triels « qui iront chercher du lait en Roumanie ». Avec ces pays de l’Est, on ne s’en sortira qu’en instaurant des montants compensatoires, prévoit nicolas Dupont-Aignan. 4 AGRA Presse Hebdo – N° 3344 – Lundi 2 avril 2012 Reproduction interdite
  5. 5. événementÁ Présidentielle : les candidats planchent devant la FNSEAFrançois Hollande : « installer et installer des agriculteurs » ouS devons installer et installer des agriculteurs », martèle François Hollande. Suivant pré- «N cisément la trame proposée par ses hôtes, le candidat favori des sondages du 2e tour prend l’occasion d’annoncer les chantiers à ouvrir s’il est élu. C’est d’abord relever le défi alimentaire de la planète en maintenant encore des organisations communes de marché dans le cadre euro- péen. « il ne faut pas se résigner à ce que les marchés imposent leurs règles », dit-il. Concernant les problèmes de sécheresse il faut dès maintenant une politique de long terme sur la ressource, de même qu’une politique de diversification des sources d’énergie. ce qui signifie aussi des mar- chés nouveaux pour l’agriculture. Des politiques à mener sur un, voire deux quinquennats, explique- t-il, déclenchant les sourires de l’assemblée. Et de proposer un nouveau statut pour les exploita- tions, le Groupement d’intérêt économique et environnemental, bénéficiant d’une fiscalité incitative et d’accompagnements des institutions publiques. François Hollande annonce aussi vouloir por- ter à 40% la part des produits locaux dans la restauration publique. Surtout, concernant la com- pétitivité, il estime qu’il y a bel et bien un problème de charges excessives pour les employeurs mais que la solution n’est pas un report de cette charge sur le consommateur. « Toute source de financement doit être considérée », insiste-t-il, persuadé qu’il faut « engager une réforme du mode de financement des prestations sociales ». Mais cela n’exclut pas une négociation européenne des- tinée à une harmonisation sociale. François Hollande prône aussi une démarche de filière qui passe par des contrats collectifs entre agriculteurs et industriels. Contrats qui permettent une pré- visibilité des prix et des quantités. « Je crois, moi, aux corps intermédiaires », assure-t-il. Et d’in- diquer que la création d’emplois dans l’enseignement qu’il a annoncé concerne aussi l’enseigne- ment agricole, tout l’enseignement agricole, insiste-t-il faisant allusion au public et au privé.marine Le Pen : « le libre échange est vecteur de chaos » ne prendrai pas un centime aux salariés », clamait Marine Le Pen évoquant la réduction «J e des charges sociales sur les salariés de manière à alléger les coûts du travail. C’est une Marine Le Pen volontiers provocatrice qui s’est adressée aux agriculteurs, allant jusqu’à accuser Xavier Beulin de confondre son rôle de patron de Sofiprotéol et président de la FnSEA en défendant les OGM. « Mme Le Pen n’a aucune leçon à me donner », répondait celui-ci, conscient que l’offensive de la présidente du Front national était clairement murie et préméditée. Marine Le Pen se livrait également à une critique en règle des entreprises agroalimentaires et de la grande distribution, évo- quant la « bibine de Listel » ce qui ne manquait pas de susciter de vives réactions de l’audience, mani- festement pas d’accord sur cette vision. « Pas question de brader les AoC », affirmait-elle, évoquant un « collectivisme ultralibéral » et encore ce « machin ultralibéral » que constituerait la réforme de la Pac. « Aux entreprises agroalimentaires, je demanderai des comptes », prévenait-elle.nicolas Sarkozy : « les agriculteurs ne sontpas des jardiniers » RéSiDEnT de la République sortant, nicolas Sarkozy pouvait à la fois faire campagne comme P candidat et annoncer quelques bonnes nouvelles pour les agriculteurs « qui sont des entre-Reproduction interdite Lundi 2 avril 2012 – N° 3344 – AGRA Presse Hebdo 5
  6. 6. événementÁ Présidentielle : les candidats planchent devant la FNSEA preneurs, pas des jardiniers ». Ainsi, il affirmait avoir donné son feu vert à la possibilité de créer des retenues collinaires sans demande d’autorisation dans le cas où elles représentent moins de 350 000 m3 d’eau. Faisant l’éloge de la Pac, il rappelait ses deux exigences face à l’Europe : d’une part la mise en place d’une véritable politique de gestion de l’espace Schengen (libre-circulation des personnes) ; d’autre part, la possibilité de réserver une proportion des approvisionnements en cantines publiques à des produits d’origine locale. « L’europe ne peut plus continuer comme cela », affirmait le président-candidat. Si elle ne fait rien d’ici un an, « nous le ferons nous-mêmes », affirme nicolas Sarkozy. Critiquant l’ouverture sans contrôle des frontières, il demandait : alors que les éleveurs européens respectent la traçabilité et le bien-être animal, « pourquoi faire venir de la viande de pays où le terme de traçabilité n’existe même pas et où les règles de bien-être ani- mal sont inexistantes ? » nicolas Sarkozy se félicitait d’avoir obtenu un accord pour le maintien en euros courants du budget de la Pac de même que d’avoir fait prendre des mesures (TVA emploi notamment) pour alléger les charges salariales des exploitants. Et de promettre : « Si la Com- mission européenne dit que ce n’est pas une mesure sectorielle, nous étendrons l’allègement des cotisations sociales aux exploitants non salariés ». Et de conclure par une pique à l’encontre du candidat socialiste : « Ce n’est pas nous qui voulons travailler avec les Verts ! »eva Joly : « le développement durable implique un changementde modèle » « clash » semblait devoir venir de la confrontation entre les représentants agricoles et Eva L E Joly, la candidate d’Europe-Ecologie-Les Verts. il n’en a rien été et la candidate a laissé le rôle de provocatrice à Marine Le Pen. Eva Joly a été au contraire plutôt consensuelle, justifiant tout au plus le principe de précaution et s’affirmant radicalemenrt contre les OGM, non sans provo- quer quelques murmures. Quelques murmures appuyés aussi lorsqu’elle évoqua, ironie ou incons- cience (?) être conseillée par les agriculteurs que sont René Louailhe et José Bové, oubliant qu’elle citait là deux ex-adversaires syndicalistes de la Confédération paysanne. Eva Joly s’efforçait néan- moins de « montrer nos convergences, évoquant « la bataille qualitative qui doit être gagnée après que la bataille quantitative eut été remportée ». Plus tranchée était sa position concernant la voca- tion exportatrice de l’Europe, la candidate estimant que l’uE n’avait pas vocation à nourrir le monde et citant à ce sujet, Luc Guyau, ce qui rendait dubitatifs les congressistes. 6 AGRA Presse Hebdo – N° 3344 – Lundi 2 avril 2012 Reproduction interdite
  7. 7. événementÁ Présidentielle : les candidats planchent devant la FNSEA Congrès de la FNSEAUne Europe omniprésenteen attendant le futur présidentPrécédant le grand oral des candidats à l’Elysée, le congrès de la FNSEA qui s’est déroulé les 27 et 28 marsà Montpellier aura surtout été dominé par les interventions du président Xavier Beulin et du commissaireeuropéen à l’Agriculture, Dacian Ciolos. Points phares : le budget de la Pac, la relation tumultueuse « agri-culture/environnement » et le gel. i « globalement, quand même, l’ambiance sur le terrain est nettement meilleure qu’il y a un S an, parce que dans la plupart des productions, la situation s’est améliorée », c’est du « déclin » de l’agriculture dont a parlé, le 28 mars, le président de la FnSEA, et de « barre à redres- ser », devant le commissaire européen à l’Agriculture, Dacian Ciolos, convié à un échange avec les agriculteurs en fin d’après-midi. Première inquiétude pointée par Xavier Beulin : le budget de la future Pac. « Les Anglais demandent une ristourne sur leur contribution qui n’est toujours pas traitée » et les Allemands montrent des signes « inquiétants ». « Je veux parler des élections en Sarre allemande, le week-end dernier, où Angela Merkel a perdu sa majorité – ce qui va l’obliger sans doute à recomposer sa gouvernance », a-t-il auguré. Le président de la FnSEA craint une position allemande « extrêmement rigide » non pas en matière budgétaire, mais « sur l’incapacité à prendre une décision sur la fin de l’année ». Pac : « Rien n’est gagné » Pour le commissaire européen, l’incertitude vient du Conseil et du Parlement européens qui auront à se prononcer sur la proposition budgétaire faite par le collège des commissaires européens. Le consensus autour de ce budget préconisé, « aussi consistant que possible au regard des restric- tions budgétaires », fut déjà difficile à trouver, a rappelé Dacian Ciolos. En clair, « rien n’est gagné jusqu’à la décision finale ». « Les discussions entre les ministres des Finances sont en cours. ensuite, le Parlement européen devra s’exprimer par un vote sur le budget global ». C’est seule- ment à ce moment-là qu’un travail significatif pourra  être engagé sur le contenu de la Pac. « Cela nous fait craindre que l’échéance du 1er janvier 2014 ait beaucoup de difficultés à être tenue », s’est inquiété Xavier Beulin. Marché et durabilité : des approches « complémentaires » « Produire pour le marché ne va pas à l’encontre de la bonne gestion des ressources naturelles », a poursuivi Dacian Ciolos, interpellé par un agriculteur sur l’incompatibilité des approches « mar- ché » et « durabilité ». « on doit concilier une bonne fois pour toute ces deux approches » au sein de la Pac, a-t-il insisté. Et de faire la lumière sur les 7% de zones d’intérêt écologiques, dénoncés par les agriculteurs comme une nouvelle pression foncière. « Je souhaite souligner qu’il ne s’agit pas de jachère. on n’a jamais dit qu’il s’agissait de sortir 7% des terres arables de la production pour les faire en jachère écologique ». il existe d’autres types de surfaces que des terres arables, a-t-il précisé. La Commission clarifiera dans les semaines qui viennent la question. Et quand bien même, a poussé jusqu’aux sifflets le commissaire européen, « la jachère obligatoire a existé jus- qu’en 2008, sur quelques millions d’hectares. or d’après nos statistiques, on a toujours 4,5 mil-Reproduction interdite Lundi 2 avril 2012 – N° 3344 – AGRA Presse Hebdo 7
  8. 8. événementÁ Présidentielle : les candidats planchent devant la FNSEA Le syndicalisme agricole investit les comités L orSdu huis clos qui a débuté le congrès, le 27 mars, xavier Beulin a fait part de nombreuses interpellations en matière Autre point positif : « Nous commençons à être entendus sur la difficile question du stockage de l’eau. Un décret devrait être publié dans les jours d’environnement. L’occasion rare pour lui de se qui viennent – fixant un seuil à 350 000 m3, en réjouir de points positifs en la matière. À l’initiative deçà duquel il n’y aurait pas besoin d’autorisation du Premier ministre, « dix-huit régions ont en effet pour pouvoir  investir dans une réserve d’eau déjà rencontré leur préfet, leur Dreal et leur Draaf qu’elle soit collinaire ou artificielle ». et d’ajouter : pour faire un point de situation sur l’ensemble des « Ça n’est pas un propos politique, mais je le dis au mesures qui concernent la relation passage, si le Premier ministre ne s’était pas investi agriculture/environnement ». or, ces rencontres ont lui-même, je pense que l’on serait toujours à la case abouti à une présence plus significative du départ, c’est-à-dire un beau discours signé de syndicalisme agricole dans les comités régionaux, Nicolas Sarkozy en juillet dernier, mais rien locaux etc., « là où sont prises grand nombre de derrière ». décisions importantes concernant l’agriculture ». lions d’hectares en jachère jusqu’en 2008, qui ne sont toujours pas cultivés ». Selon le commis- saire européen, la solution pour une meilleure compatibilité « agriculture/environnement » doit surtout passer par une simplification réglementaire. Et de renvoyer la balle au niveau national : « Comment peut-on expliquer que la même norme européenne puisse représenter dans un État membre, un formulaire d’une demie page et la même norme dans un autre État membre, 5, 10, voire 15 pages ». Pour mettre fin à ces excès, la Commission européenne étudie un dispositif de valorisation des états modèles. Xavier Beulin a préconisé une autre valorisation, la reconnais- sance des efforts des agriculteurs en matière d’écologie. « Nous voulons sortir d’une écologie puni- tive et dogmatique pour une écologique responsable, raisonnée. il faut aussi que l’on arrête de demander beaucoup à l’agriculture ». Situation climatique inquiétante Parmi les autres questions fortes revenues lors du congrès, la situation climatique a suscité beau- coup de réactions, en particulier le gel climatique survenu en février et en mars dans « les régions Lorraine, un bout de la Champagne-Ardenne, une partie de la Bourgogne et une partie du Centre », a précisé Xavier Beulin. un phénomène qui laisse déjà des traces : « Plusieurs centaines de mil- liers d’hectares ont dû être ressemés et d’autres vont changer de destination ». « Comment va s’appliquer la Pac sur ces surfaces ?, a interrogé le président de la FnSEA, quelles mesures envi- ronnementales? Rotationnelles ? Quels contrôles ? ». Pour les agriculteurs touchés, il s’agit en effet de faire reconnaître dans un premier temps leur situation. Mais un cas pose problème, « c’est celui des parcelles qui ne sont pas détruites à 100% » – « ce sont des grands ronds où il n’y a plus rien, mais qui ne justifient pas d’être retournés ». Comment vont-ils être interprétés par les contrôles le plus souvent satellitaires aujourd’hui ?, a interrogé Xavier Beulin. Autre questionnement sur ce même sujet autour des mesures agro-environementales (MAE) : « Des cas de force majeure sont prévus dans le règlement – ce que nous allons bien évidemment faire valoir. Mais il faut que derrière, cela permette à l’agriculteur de ressemer autre chose. Des points d’aménagements seront nécessaires ». Le président a annoncé qu’il se rendrait dans les jours qui viennent dans ces régions pour établir un point plus précis de la situation. Le congrès fut aussi l’occasion pour lui d’évo- quer le déficit pluviométrique « évident dans la plupart des régions de France » qui sévit en par- ticulier sur le grand Ouest, sur une partie du Centre et une partie du sud de la France. La cellule sécheresse a été activée, a-t-il annoncé. Les perspectives : la réforme de la fiscalité ? Lors de son dernier congrès à Saint Malo, la FnSEA avait pris l’engagement de trouver des moyens pouvant permettre de sécuriser les systèmes agricoles face à la volatilité des cours et au désen- 8 AGRA Presse Hebdo – N° 3344 – Lundi 2 avril 2012 Reproduction interdite
  9. 9. événementÁ Présidentielle : les candidats planchent devant la FNSEA gagement des pouvoirs publics sur la gestion des crises. C’est du côté de la fiscalité, abordée au cours d’une table ronde, le 28 mars, que la solution est actuellement pressentie. « une fiscalité différenciée pour celui qui transmet et celui qui s’installe », concourrait, selon le sénateur socia- liste Didier Guillaume, à notamment améliorer la succession. « L’agriculture française est l’une des plus performantes en europe, mais pas la plus compétitive, ça renvoie le débat à la fiscalité appliquée en France », a de son côté pointé l’eurodéputé uMP Michel Dantin, avant de rappeler le bémol à une éventuelle réforme : la fiscalité est plus élevée en France, aussi parce qu’on attend beaucoup du pouvoir. (RA) Réseaux sociauxSur Twitter, un « a-geek-culteur »« rend l’agriculture accessible »Adepte convaincu de Twitter, il poste aussi chaque semaine un billet sur son blog et envisage par ailleurs decréer un réseau professionnel dédié au monde agricole. Hervé Pillaud, éleveur en Vendée et secrétaire géné-rale de la FDSEA85, s’est engagé sur la voie du 2.0 depuis plus d’un an  : les 27 et 28 mars, il a « live twee-té » le congrès de la FNSEA.Pour quelle raison vous êtes-vous lancé sur Twitter? En plus d’être secrétaire général de la FDSEA85, je m’investis dans le suivi depuis près de cinq ans, de l’évolution du contenu d’un journal qui s’appelle La Vendée agricole. C’est le directeur de la rédaction qui est également le directeur de la FDSEA85 qui m’a dit l’an dernier : « il faut que tu t’engages sur Twitter, voir ce que ça donne, ce qu’est un réseau... ». Donc, au départ, j’ai simplement essayé Twitter. Et là où je me suis pris particulièrement au jeu, c’est en juin dernier, lors du G120 : j’ai eu le privilège d’y participer et c’est à cette occasion que j’ai fait du live tweet (qui signifie faire vivre l’évènement en direct via Twitter). Depuis, j’ai toujours continué.... Jusqu’à suivre et commenter le congrès de la FNSEA sur Twitter, les 27 et 28 mars. Quel estl’intérêt d’une telle démarche ? Ces informations intéressent autant les personnes du monde agricole que celles extérieures à ce monde. C’est l’avantage de Twitter : vous pouvez à la fois rendre l’agriculture accessible à ceux qui la connaissent mal, voire pas du tout, et informer ceux qui la connaissent déjà. Concernant le congrès, les agriculteurs ont bien souvent envie de savoir ce qui s’y dit ... des agriculteurs fran- çais mais aussi canadiens avec qui je suis entré en contact via Twitter. C’est l’autre avantage : le réseau ne connaît pas de frontière.Est-ce à dire que de nombreux agriculteurs utilisent Twitter? Pour le moment, il y a peu d’agriculteurs, mais beaucoup sont équipés de smartphones qui est l’outil privilégié pour tweeter. Je suis persuadé que nombreux vont y venir. Pour le moment, ils ont surtout des comptes sur Facebook. Mais ça n’a rien à voir avec Twitter : le premier se fait à titre privé, le second est en général professionnel, c’est un relais qui peut permettre en plus de se tenir informés, de sortir de l’isolement. Et ça, c’est très important, notamment pour les agricul- teurs.Reproduction interdite Lundi 2 avril 2012 – N° 3344 – AGRA Presse Hebdo 9
  10. 10. événementÁ Présidentielle : les candidats planchent devant la FNSEA Quel type d’informations tweetez-vous ? Des informations qui relèvent surtout de l’agriculture. J’ai par exemple com- menté sur Twitter l’un des concours du Salon international de l’agriculture. J’ai aussi envoyé des photos de cet évènement, comme pour le congrès de la FnSEA... Je diffuse souvent des informations syndicales, je transmets par- fois des articles que j’ai pu trouver intéressants...mais je peux aussi échan- ger sur le temps qu’il fait. il y a quelques jours, j’ai pris une photo de mes vaches dans ma prairie, simplement parce que je trouvais cela beau. Et c’est drôle, mais c’est une photo qui a beaucoup circulé. Estimez-vous que Twitter peut amener quelque chose à l’agriculture? À la FnSEA, mais ailleurs aussi, on travaille beaucoup sur le fond. Et ce tra- vail a parfois du mal à être diffusé. il y a tellement de données qui restent dans les placards... Or pour moi, l’outil le plus efficace – pour transmettre cette information –, c’est bien Twitter. Donc, oui, cela peut permettre d’écouler de l’information.En 140 mots maximum pour chaque message, vous êtes ainsi susceptible de diffuser tout ce quevous souhaitez. Vous êtes-vous fixé des règles ? Oui, je m’impose des règles déontologiques par rapport à mon propre syndicat. Par exemple, je ne retweete pas les messages des autres syndicats par exemple. C’est le cas pour d’autres comptes pour d’autres raisons. Pour autant, si je ne les retweete pas, je les suis, ce qui me permet de me tenir au courant. Par ailleurs, je suis d’une nature aussi impulsive, aussi je fais très attention à ne pas balancer des choses sous le coup de la colère. Autre règle : quand un évènement est en huis clos, je ne tweete pas là non plus. il est hors de question de divulguer les huis clos via les réseaux.Vous tenez aussi un blog ? Depuis combien de temps ? Est-ce un complément à Twitter ? Mon blog est fonctionnel depuis un an. Le cheminement est le même, ça a été au début pour essayer et puis je me suis pris au jeu. J’écris depuis longtemps des billets dans la Vendée agricole, maintenant, je les fais aussi pour mon blog. Je m’oblige à en écrire un chaque dimanche matin. Le dernier en date parlait des sons que j’aime entendre. Mais globalement c’est un blog qui parle d’agriculture. Et je mentionne sur Twitter chacun de mes nouveaux billets publiés sur mon blog, avec un lien pour y accéder.Des professions ont mis en place des réseaux sociaux qui leur sont réservés. Cela existe-t-il en agriculture? Cela existe en effet, mais ça ne fonctionne pas très bien pour le moment. J’ai une idée dans ce domaine-là que j’aimerais beaucoup voir se mettre en place. Je participe en effet à l’association AEi (Agriculture écologiquement intensive). C’est quelque chose qui va demander beaucoup d’échanges entre les agriculteurs. Et, je suis partisan de l’ouverture la plus large possible... Les réseaux sociaux peuvent servir à cela. Selon moi, ça peut être possible.Vous semblez être un a-geek-culteur assidu... Quand trouvez-vous le temps de tweeter? Tout le temps et partout. Partout, sauf au volant... Mais sinon, je ne m’impose pas de restriction. D’au- tant que j’ai deux fils, et qu’il n’y a guère que ma femme qui ne soit pas geek à la maison. nous avons cinq ordinateurs fixes, trois portables et autant de smartphones que nous sommes, j’ai aussi une plaquette. C’est quelque chose qui non seulement m’intéresse, mais me plaît. Et c’est loin d’être une addiction à une forme de relations virtuelles... Je rencontre en effet – réellement – d’autres twee- tos qui aiment, comme moi, échanger et se tenir informés. PROPOS RECUEiLLiS PAR ROSANNE ARiES Pour suivre Hervé Pillaud sur Twitter : @Herve_Pillaud, et via son blog : www.hervepillaud.blogspot.com 10 AGRA Presse Hebdo – N° 3344 – Lundi 2 avril 2012 Reproduction interdite
  11. 11. Leaders Départ de Jean-Marc Bournigal du ministère de l’Agriculture En direct de Bruxelles Jean-Marc Bournigal a été nommé président de l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agri- culture (Irstea), par décret du 23 mars, paru au J.O du 24 mars. Il quitte Echéance incertaine ainsi la direction du cabinet du ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire et est remplacé par son adjoint, Julien Steimer. A l’Irstea, Jean- La Pac nouvelle pourra-t-elle être Marc Bournigal remplace Roger Genet qui assure depuis le 7 mars la mise en œuvre début 2014 ? Jim Direction générale de la recherche et de l’innovation au sein du minis- Paice, ministre d’Etat britannique tère de la Recherche et de l’Enseignement supérieur. chargé de l’agriculture et de l’envi- ronnement, en doute, estimant même Béatrice Dingli nommée à la direction de Vivea que cette échéance est « irréaliste » Béatrice Dingli remplacera, à partir du 1er avril 2012 Jean-Jacques Lous- et devra sans doute être repoussée souarn à la direction générale de Vivéa, le fonds d’assurance formation d’un an. A mi-chemin de la prési- du secteur agricole. Béatrice Dingli est directrice générale adjointe depuis dence danoise de l’Union, constate- décembre 2012 et, depuis 2008, déléguée régionale à la délégation Sud, t-il, les Vingt-sept en sont encore à qui couvre Aquitaine, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et l’île de parler de simplification, au lieu de la Réunion. Son prédécesseur, Jean-Jacques Loussouarn, part en retraite, progresser sur les volets les plus après 37 ans passés dans les secteurs de l’agriculture et de la forma- importants de la réforme. Or, il leur tion. faudrait conclure fin 2012 pour que la réglementation de l’après-2013 puisse être mise en place dans les temps. A la difficulté de la négocia- tion agricole proprement dite s’ajoute la complexité des marchandages sur le cadre financier 2014-2020 de l’UE dans lesquels les chefs d’État et de gouvernement doivent encore se lan- cer. Co-décisionnaire, le Parlement européen n’adoptera d’ailleurs pas sa position définitive sur la réforme de la Pac tant que les données bud- gétaires ne seront pas connues. « Pas d’argent, pas de vote », a ainsi résumé le député démocrate-chrétien alle- mand Peter Jahr. Quant au libéral bri- tannique George Lyon, il a souligné ironiquement que, faute d’accord sur les finances, il faudra s’en tenir au statu quo, c’est-à-dire aux chiffres de 2013 augmentés chaque année de l’inflation, ce qui, selon lui, serait même mieux pour la Pac que le cadre pluriannuel proposé par la Commis- sion européenne... De toute façon, il n’est pas sûr non plus que les parle- mentaires « agricoles » soient, sur le plan législatif, en mesure de pré- senter leur projet dans les temps. Agra EuropeReproduction interdite Lundi 2 avril 2012 – N° 3344 – AGRA Presse Hebdo 11
  12. 12. Les politiquesPOLITIQUES AGRICOLES EUROPÉENNES Cadre financier 2014-2020La réforme de la Pac suspendueà un compromis sur le budget européenLes ministres des affaires européennes des Vingt-sept ont commencé à s’attaquer au projet de cadre finan-cier 2014-2020 de l’UE, dont ils aborderont le volet agricole le 24 avril. L’objectif est de parvenir à bouclercette négociation à la fin de l’année. Tant que les chiffres définitifs du budget ne seront pas connus, leParlement européen ne procédera pas au vote sur la réforme de la Pac. près un échange de vues sur d’autres chapitres le 26 mars, les ministres de l’UE chargés A des affaires européennes aborderont le 24 avril les volets agriculture (plafonds annuels des dépenses, redistribution des paiements directs, aide alimentaire aux plus démunis, etc.) et cohésion du cadre financier de l’Union proposé par la Commission de Bruxelles pour la période 2014-2020. À partir de la mi-mai, ils traiteront tous les éléments du dossier Les chefs d’État et de gouvernement en débattront lors de leur réunion des 28 et 29 juin, l’objectif étant de conclure les négociations à la fin de l’année. La question devait par ailleurs être examinée sans conclusion lors d’une rencontre informelle des ministres des finances les 30 et 31 mars à Copenhague. « Pas d’argent, pas de vote » Au parlement européen, la commission des budgets devrait préparer un rapport intérimaire sur le prochain cadre financier début octobre, parallèlement à des discussions informelles entre les représentants des députés et le Conseil des ministres. Les résultats de ces pourparlers seront régu- lièrement transmis, entre autres, à la commission parlementaire de l’agriculture. Cette dernière, en tout cas, considère que l’assemblée ne pourra voter sur la réforme de la pac qu’une fois qu’au- ront été agréés les chiffres définitifs du budget de l’UE pour 2014-2020 (1). « Pas d’argent, pas de vote », a ainsi résumé le démocrate-chrétien allemand peter Jahr. Faute d’accord budgétaire, l’UE s’en tiendra au statu quo, c’est-à-dire aux chiffres de 2013 augmentés chaque année de l’inflation, ce qui, selon le libéral britannique George Lyon, serait encore mieux pour la pac que le cadre financier tel qu’il est proposé par la Commission européenne... Opposition au Fonds d’ajustement à la mondialisation Lors de l’échange de vues du 26 mars des ministres des affaires européennes, une minorité – suède, Allemagne, royaume-Uni, république tchèque, slovaquie, pays-Bas, Estonie et Lettonie – s’est constituée contre le renouvellement du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation pour 2014-2020, estimant que le rôle dévolu à celui-ci relève du niveau national et pas du niveau communautaire.Or, la Commission européenne propose qu’une enveloppe pouvant aller jusqu’à 2,8 milliards d’euros soit, dans le prochain cadre financier, réservée au sein de ce fonds à des mesures éventuelles pour l’agriculture. par ailleurs, plusieurs États membres – Italie, pologne, portugal, Hongrie, roumanie, république tchèque, slovaquie, slovénie, Lettonie, Bulgarie et Malte – ont demandé que, si la macro-conditionnalité (suspension des versements de l’UE en cas de non-respect des critères de discipline budgétaire au niveau national) est appliquée aux fonds structurels, de développement rural et pour la pêche, elle doit l’être à toutes les dépenses de l’UE couvertes par le cadre financier pluriannuel 2014-2020. (FXS) (1) Voir n° 3343 du 26/03/12 12 AGRA Presse Hebdo – N° 3344 – Lundi 2 avril 2012 Reproduction interdite
  13. 13. Les politiques Réforme de la PacDacian Ciolos exprime sa différence« Le soutien financier pour l’agriculture doit inciter les agriculteurs à produire des biens publics. L’objectif n’estpas qu’en échange, ils soient abandonnés aux incertitudes insurmontables des marchés et de la nature »,estime le commissaire européen à l’agriculture qui, prenant quelque distance par rapport à ses prédéces-seurs, regrette que « les vingt dernières années (aient) été marquées par un désengagement progressif despouvoirs publics » et que « nous (ayons) renoncé à la plupart de nos prérogatives d’action sur les marchés ». ErtEs, le contexte économique et financier de l’époque « poussait à supprimer les mesures C inefficaces », mais « ce que l’on constate, c’est que nous n’avons pas mis en place de méca- nismes alternatifs », a déclaré Dacian Ciolos lors du 5e Forum pour le futur de l’agricul- ture, le 27 mars à Bruxelles. « Nous avons, avec les filets de sécurité, des traces des anciens outils, pas de véritables outils d’action pour anticiper, agir, donner les moyens aux agriculteurs de faire face à des crises de plus en plus nombreuses », a-t-il constaté, déplorant que « nous (ayons) laissé l’impression d’un désengagement, sans pour autant rendre la pac plus facile à comprendre ». « Pompiers avec un arrosoir » « Nous avons démantelé une certaine vision de la gestion encadrée des marchés. Il fallait le faire. Mais nous avons fait seulement la moitié du chemin », a estimé le commissaire européen, consta- tant que, « avec la politique agricole actuelle, nous sommes des pompiers qui travaillons avec un arrosoir ». « Nous devons repenser le rôle des pouvoirs publics, redonner de la consistance à nos outils, notamment aux paiements directs, et revoir la place des acteurs professionnels, notamment dans la gestion des marchés, a-t-il dit. Les professionnels doivent avoir les moyens de faire face aux marchés de façon durable ». « Nous devons également revoir nos règles de la concurrence pour les rendre cohérentes avec la réalité » du secteur agricole qui « n’est pas un secteur comme les autres », a ajouté Dacian Ciolos. « Il est du rôle des pouvoirs publics, avec une politique agricole et un budget public, de “réconci- lier” les attentes contradictoires des marchés et de la société », a-t-il conclu, avertissant que les pro- positions de la Commission pour la pac après 2013 ne sont « qu’un premier pas » et que « beau- coup de choses seront encore à faire après ou à côté de cette réforme ». « Encore beaucoup à faire », selon le commissaire... à l’environnement Au cours de ce Forum pour le futur de l’agriculture présidé par Franz Fischler, ancien commis- saire européen à l’agriculture, Janez potocnik, le commissaire à l’environnement, a affirmé que « l’agriculture européenne est en bonne voie pour établir des bases plus durables », mais qu’ « il reste encore beaucoup à faire avant que le travail ne soit terminé ». selon lui, « l’écologisation de la Pac représente l’approche logique – c’est ce que le public veut, c’est ce dont l’environnement a besoin et c’est ce qu’il faut aux agriculteurs pour assurer leur acti- vité sur le long terme ». pour sa part, John Atkin, du groupe syngenta, cofondateur du forum, a souligné que « l’approche excessivement prudente adoptée par l’Europe à l’égard des technolo- gies agricoles est inutile et constitue un obstacle à la réduction du déficit de productivité ». Projet d’avis du Comité des régions La commission des ressources naturelles du Comité des régions de l’UE a adopté le 26 mars un projet d’avis du socialiste français rené souchon, président du conseil régional d’Auvergne, qui souligne la nécessité d’une régulation publique des marchés agricoles. Cette prise de position surReproduction interdite Lundi 2 avril 2012 – N° 3344 – AGRA Presse Hebdo 13
  14. 14. Les politiques les propositions de réforme de la pac de la Commission européenne, qui sera présentée le 3 mai en session plénière du Comité des régions plaide aussi pour : – un réexamen des effets de la disparition des quotas laitiers et sucriers et des droits de planta- tion viticoles ; – une dégressivité des paiements directs dès 100 000 euros par exploitation (au lieu de 150 000 euros), avec un plafonnement à 200 000 euros (au lieu de 300 000 euros) ; – des mesures de verdissement qui tiennent compte des réalités agricoles et environnementales locales, élaborées en concertation avec les agriculteurs, ainsi que la reconnaissance des prairies comme « zones d’intérêt écologique » ; – l’extension des soutiens en faveur de toutes les nouvelles installations d’agriculteurs, tout en ciblant en priorité celle des jeunes ; – le maintien du couplage des aides, en particulier dans les zones soumises à des contraintes natu- relles et les zones ultrapériphériques ; – la mise en place de sous-programmes thématiques de développement rural en faveur des pro- ductions sous signes officiels de qualité et de l’agriculture périurbaine ; – le maintien du budget de la pac au moins à son niveau actuel ; – une nouvelle gouvernance, avec une forte implication des régions. (FXS) Traité de LisbonneEntrée en vigueur de l’initiativecitoyenne européenneL’initiative citoyenne, issue du traité de Lisbonne, est entrée en application le 1er avril. Greenpeace avait eurecours, avant l’heure, à ce dispositif pour demander l’interdiction de toute autorisation d’OGM tant que denouvelles méthodes d’évaluation ne seraient pas mises en œuvre. ’InItIAtIVE citoyenne est entrée en application le 1er avril. C’est une des principales innova- L tions du traité de Lisbonne – entré en vigueur en décembre 2009 – qui permet aux citoyens européens – au nombre d’un million et réparti dans au moins sept Etats membres – de sou- mettre à la Commission européenne une proposition législative (voir encadré). Greenpeace a été le premier à s’emparer de cette possibilité en présentant au mois de décembre 2010, une pétition réunissant plus d’un million de signatures demandant d’arrêter toute nouvelle autorisation de mise en culture de plante génétiquement modifiée au sein de l’Union européenne tant que des évaluations sanitaires « exhaustives, indépendantes et scientifiques » des OGM n’au- ront pas été réalisées (1). D’autres initiatives dans les starting blocks La démarche a été jugée non conforme d’une part parce qu’à l’époque elle a été présentée avant l’entrée en application officielle de l’initiative citoyenne et d’autre part, même aujourd’hui, elle ne serait pas recevable car elle ne répond pas à tous les critères techniques requis par la Com- mission (notamment les date et lieu de naissance ainsi que le numéro de pièce d’identité des signa- taires n’ont pas été collectés). La démarche de Greenpeace, qui avait été lancée suite à l’autori- sation de mise en culture de la pomme de terre transgénique Amflora de BAsF – le premier OGM autorisé depuis le Mon 810 en 1998 –, avait surtout eu pour but d’alerter la Commission, le par- lement et les États membres. Greenpeace ne compte d’ailleurs pas pour le moment relancer sa démarche, aucun nouvel OGM n’ayant obtenu le feu vert de Bruxelles depuis cette action. Mais 14 AGRA Presse Hebdo – N° 3344 – Lundi 2 avril 2012 Reproduction interdite
  15. 15. Les politiques Initiative citoyenne : comment ça marche ? E ntrée en vigueur le 1er avril 2012, l’initiative citoyenne permet à un million de citoyens 1er avril 2012 afin de pouvoir prendre les dispositions administratives nécessaires au 74 250 en Allemagne, 55 500 en France, 38 250 en Pologne, 16 500 en européens venant de sept États niveau national. Dans un premier Belgique…). Après vérification membre au minimum de temps, les organisateurs issus des déclarations de soutien et demander directement à la de sept pays de l’UE doivent examen de la requête par Commission européenne de déposer une demande la Commission européenne, celle formuler une proposition d’enregistrement d’initiative. Ils ci, si elle décide de donner suite législative. Les modalités disposent alors de 12 mois pour à l’initiative, engage une d’application ont été adoptées le recueillir un million procédure législative classique 16 février 2011, mais les États de signatures. Un minimum qui passe par un vote au membres avaient demandé un de signatures est requis pour Parlement européen et au report d’application au chaque pays (par exemple : Conseil. si les États membres ne parviennent pas à trouver un compromis sur les nouvelles modalités d’au- torisation de mise en culture des OGM au sein de l’UE (2), Greenpeace pourrait revenir à la charge avec une initiative citoyenne conforme cette fois. D’autres initiatives, dans des domaines divers et variés, attendent l’adoption définitive du dispo- sitif pour se lancer (place du nucléaire en Europe, pluralisme des media…). Une pétition comme celle plaidant pour limiter à 8 heures maximum le transport des animaux vers l’abattoir qui a réuni un million de signatures en Europe (3), pourrait également emprunter ce cadre si les ins- tances européennes ne répondent pas à cette revendication. (AG) (1) Voir n° 3279 du 13/12/2010 (2) Voir n° 3342 du 19/3/2012 (3) Voir même numéro Déclarations Pac 2012Une simplification des déclarations Pacen ligne en 2012La campagne 2012 de déclaration en ligne des demandes d’aides Pac sera ouverte du 1er avril au 15 maiinclus sous une version simplifiée. C’est ce qu’a indiqué Eric Allain, directeur général des politiques agricoles,agroalimentaires et des territoires, lors d’une conférence de presse au ministère de l’Agriculture le 28 mars.Signalant une hausse du taux de télédéclarations en France en 2011, il a détaillé les nouveautés du portail enligne « telepac », ainsi que les changements concernant le couplage des aides publiques à l’agriculture en 2012. du 1er avril au 15 mai inclus, la campagne 2012 de déclaration en ligne des «O uvERtE demandes d’aides Pac a été simplifiée », a indiqué le 28 mars Eric Allain, directeur général des politiques agricoles, agroalimentaires et des territoires. se félicitant d’un taux de « télédéclaration » atteignant les 55% en France en 2011, « soit une progression de 14 points par rapport à 2010 » il a souhaité présenter les nouveautés de la campagne 2012 de « tele- pac ». Une campagne 2012 de télédéclarations Pac simplifiée Afin de simplifier les démarches des agriculteurs lors de leurs déclarations pac sur internet, les données télédéclarées l’an dernier ont été enregistrées afin de préremplir les formulaires en ligne.Reproduction interdite Lundi 2 avril 2012 – N° 3344 – AGRA Presse Hebdo 15
  16. 16. Les politiques Autres simplifications en 2012, la suppression de la déclaration annuelle du respect des engage- ments des mesures agroenvironnementales (MAE), la fin de l’envoi d’une copie de la déclaration du parcellaire ou la possibilité de signer de façon électronique les télédéclarations. Cette simpli- fication répond notamment aux critiques de la FDsEA de la Marne qui appelle au boycott des télédéclarations cette année. « par cette action collective, la FDsEA entend montrer sa solidarité envers deux agriculteurs marnais privés de 100 % des primes 2011 pour l’un, et d’une partie des primes pour l’autre », indique un communiqué de la fédération marnaise. Ces suppressions d’aides ont fait suite à l’absence de signature électronique de la déclaration dans un cas, et de l’oubli de cocher une case dans l’autre. pourtant, Eric Allain a assuré que des dispositifs de contrôles auto- matiques des déclarations remplies par les agriculteurs avaient été mis en place afin d’éviter ce genre d’omissions. Quelques évolutions réglementaires pour les aides Pac en 2012 « Si 2011 s’est caractérisée par une stabilité réglementaire, quelques changements interviennent en 2012 », a souligné Eric Allain. Ainsi, des aides sont désormais découplées, telles celles à la transformation de fourrages séchés, du lin et du chanvre pour la production de fibres, et celles à la production de pomme de terre féculières, primes incluses. Les aides aux fruits à coques, celles spécifiques au riz, et à la production de semences ou de protéagineux, sont aussi découplées. En revanche, trois nouvelles aides couplées apparaissent en 2012 : l’aide à la qualité du tabac, celles aux légumineuses fourragères destinées à la déshydratation et l’aide supplémentaire aux protéa- gineux, ainsi que les aides destinées à l’engraissement des jeunes bovins. En outre, la fin du décou- plage de l’aide à la tomate transformée sera mise en place en 2012, a indiqué Eric Allain. Il a enfin signalé qu’en 2011, sur les 11 milliards d’euros versés au titre de la pac à l’ensemble des agri- culteurs français, plus de 8 milliards l’ont été par voie électronique. À 55%, la France atteint la moyenne européenne du taux de télédaclarations en 2011, alors que d’autres pays comme l’Ita- lie, l’Espagne ou la Hongrie, ayant rendu obligatoire la télédéclaration, sont à 100%. (FG)En bREFAide aux démunis : le Parlement demande à la Commission de se battre Interrogée par le parlement européen, la Commission de Bruxelles a assuré le 29 mars qu’elle n’abandonnerait pas son droit d’initiative pour tenter d’obtenir, malgré l’opposition de plusieurs Etats membres, le maintien au-delà de 2013 du programme communautaire de distribution de produits alimentaires aux personnes les plus démunies de l’UE (1). Devant les députés, qui crai- gnent l’abandon de cette aide, le commissaire européen Olli rehn a rappelé que, dans son projet de cadre financier de l’Union pour 2014-2020, la Commission propose d’y consacrer 2,5 mil- liards d’euros au titre de la politique sociale. Bruxelles étudie diverses options afin d’insérer le futur programme de distribution d’aliments dans la politique de cohésion, a également précisé le commissaire européen. (1) Voir n° 3338 du 20/02/12Budget : annulation de pénalités imposées par Bruxelles à quatre pays Le tribunal de l’UE a annulé le 29 mars une décision d’avril 2007 de la Commission européenne qui imposait des pénalités à quatre des dix Etats membres ayant intégré l’Union en 2004 pour avoir constitué des stocks excédentaires de différents produits agricoles avant leur adhésion au 1er mai 2004 (1). pour « couvrir les coûts de l’élimination » de ces produits, la pologne avait ainsi été tenue de verser au budget communautaire 12,449 millions d’euros, la slovaquie 3,634 mil- lions, la république tchèque 12,287 millions, la Lituanie 3,181 millions. par la suite, ces pays ont formé un recours en annulation de la décision de Bruxelles (2). Les juges estiment que les versements qui leur ont été infligés ne sont pas des contributions finan- cières prévues par l’acte d’adhésion pour couvrir les frais d’élimination des excédents, mais de 16 AGRA Presse Hebdo – N° 3344 – Lundi 2 avril 2012 Reproduction interdite
  17. 17. Les politiques simples paiements mis à la charge des nouveaux Etats membres au profit de la Communauté. Les produits en question ont pu en effet s’intégrer définitivement au marché intérieur. (1) Voir n° 3099 du 09/04/07 (2) Voir n° 3107 du 04/06/07MONDE SchmallenbergLa Russie pourrait lever en partieson embargo sur les animaux vivantsLes services vétérinaires russes ont annoncé que l’interdiction d’importation d’animaux vivants en prove-nance de l’Union européenne à cause de virus de Schmallenberg pourrait être en partie levée. Le Danemarket l’Espagne pourraient voir leurs exportations reprendre. De son côté, le bélarus a décidé de suspendre lesimportations de bétail vivant (porcs, bovins, ovins) européen. rUssIE pourrait en partie lever l’embargo imposé sur les importations d’animaux vivants L A et de matériel génétique en provenance de l’UE européenne du fait de l’épizootie de virus de schmallenberg (1). En effet, le Danemark et l’Espagne pourraient voir leurs expéditions d’animaux vivants vers la russie de nouveau autorisées. « On va reprendre les importations, mais pas de tout le monde », a en effet annoncé le chef de l’agence fédérale russe de contrôle vétéri- naire, sergueï Dankvert. « Nous allons revoir notre position pour le Danemark, ils travaillent effi- cacement », a précisé sergueï Dankvert. Les services vétérinaires danois vont être reçus par les autorités russes prochainement. Une des conditions nécessaires est la mise en place d’un système fiable de contrôle sur la sécurité des exportations. L’Espagne pourrait aussi voir ses exportations reprendre, même si aucune date n’est pour le moment précisée. Dans une lettre adressée à la ministre russe de l’agriculture, Elena skrynnik, le commissaire euro- péen John Dalli demande de rencontrer le plus vite possible les autorités sanitaires de Moscou. Il souhaite que l’agence fédérale de contrôle vétérinaire russe (rosselkhoznadzor) lui fournisse une évaluation du risque sanitaire posé par la gestion européenne de l’épidémie de schmallenberg au regard des règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). L’UE a déjà commencé à prendre des mesures correctives pour répondre aux préoccupations soulevées par les autorités russes pour justifier l’embargo (comme le non-respect des règles de documentation), précise le commissaire Dalli. Le bélarus aussi bloque les importations d’animaux européens par ailleurs, le Bélarus a annoncé qu’il allait suspendre « temporairement à partir du 23 mars les importations de l’UE de bétail à cornes et de porcs vivants, suite à la détection de nouveaux cas de maladie provoquée par le virus de schmallenberg sur le territoire des pays membres de l’UE ». Exception sera accordée aux animaux mis en quarantaine dans le pays d’origine et mis sous contrôle de vétérinaires du Bélarus. Le pays s’ajoute ainsi à la liste des États – russie en tête – qui ont fermé leurs frontières aux importations à cause du nouveau virus. (AG) (1) Voir n° 3343 du 26/3/2012, n° 3340 du 5/03/12 et n° 3342 du 19/03/12Reproduction interdite Lundi 2 avril 2012 – N° 3344 – AGRA Presse Hebdo 17
  18. 18. Les politiques Cycle de DohaLes négociateurs agricoles de l’OMCcherchent à sortir de l’impasseLors de leur première réunion depuis la Conférence ministérielle de l’OMC en décembre 2011, les négocia-teurs agricoles du cycle de Doha se sont engagés à envisager de nouvelles approches pour tenter de faireprogresser leurs travaux. ON sentiment est que, dans l’ensemble, nous sommes encore au stade de clarifier où «M en sont les choses, avant de déterminer où cela nous mènera », a admis le 22 mars l’ambassadeur néo-zélandais, John Adank, devant le groupe des négociations agri- coles de l’OMC dont il assure la présidence. « Nous devons nous écouter soigneusement les uns les autres », a-t-il demandé. C’était la première fois que ces négociateurs se retrouvaient à Genève depuis la conférence minis- térielle de décembre 2011 qui a reconnu que le cycle Doha est dans une impasse et prôné un chan- gement d’approche. selon John Adank, les divergences portent entre autres sur la question de savoir quels sont les sujets agricoles qui pourraient être agréés avant un compromis global, au titre d’une « récolte précoce », et si des décisions sont possibles dans le climat actuel. Au cours de la discussion, l’Australie a ainsi estimé que le dossier de la concurrence à l’exporta- tion – subventions, crédit, aide alimentaire, entreprises d’Etat – est mûr pour un accord précoce. Ce à quoi l’UE a répondu que tout engagement dans ce domaine reste lié à un accord sur tous les chapitres de la négociation agricole du cycle de Doha ainsi que sur le volet indications géogra- phiques des règles de propriété intellectuelle. par ailleurs, le président récemment élu du groupe de négociation de l’OMC sur un registre multi- latéral des indications géographiques pour les vins et les spiritueux, l’ambassadeur nigérian Yonov Frederick Agah, a informé les délégations, le 23 mars, qu’il tiendrait des consultations sur la manière de suivre les instructions données par les ministres en décembre. (FXS) Sécurité alimentaireAide de l’UE et appel de la FAOpour l’AfriqueLa Commission européenne a proposé le 23 mars un programme daide, dune valeur de 164,5 millions deu-ros, pour renforcer la sécurité alimentaire dans les pays du Sahel. Le même jour, la FAO a a lancé un appelurgent de 50 millions de dollars pour la Corne de lAfrique. aide de 164,5 millions deuros a été préconisée par la Commission européenne pour U nE renforcer la sécurité alimentaire dans les pays du sahel. Bruxelles, qui souligne que 15 millions de personnes risquent de souffrir de famine dans la région, a déjà mobilisé 123,5 millions deuros pour apporter une réponse humanitaire précoce à cette crise. 18 AGRA Presse Hebdo – N° 3344 – Lundi 2 avril 2012 Reproduction interdite
  19. 19. Les politiques Les soutiens de l’UE à l’Afrique subsaharienne globalement efficaces D ans un rapport publié le 28 mars, la Cour des comptes européenne juge généralement efficace l’aide, de plus de 3,1 milliards d’euros au réaction à la crise des prix alimentaires de 2007- 2008, n’a pas été conçue pour faire face à la volatilité à long terme des prix des denrées total, que l’UE a apporté sur la période 2002-2010 alimentaires.La Cour des comptes propose, entre à l’Afrique subsaharienne dans le domaine autres recommandations, que la Commission de de la sécurité alimentaire. Elle estime néanmoins Bruxelles étudie la possibilité de mettre en place un que d’importantes améliorations peuvent encore instrument permanent qui permettrait de remédier, être apportées sur plusieurs points, citant par le cas échéant, aux conséquences des crises exemple la Facilité alimentaire qui, instituée en alimentaires affectant les pays en développement. Ce nouveau programme soutiendra les systèmes nationaux existants de sécurité alimentaire gérés par les gouvernements. De plus, des initiatives d’« argent/nourriture-contre-travail » seront ren- forcées au profit des plus démunis, pour quils puissent se permettre dacheter de la nourriture, et les fermiers recevront des bons pour des semences et des engrais. En outre, ajoute la Com- mission, linformation sur la sécurité alimentaire et la nutrition sera améliorée à travers de meilleurs systèmes dalerte précoce sur la situation alimentaire. L’allocation proposée vient sajouter aux financements déjà prévus ou en cours au profit de la sécurité alimentaire dans la région, dune valeur de 208 millions deuros, portant la contribution totale de lUE à quelque 373 millions deuros pour 2007-2013. Déficit de financement De son côté, la FAO a lancé un appel urgent de 50 millions de dollars pour couvrir le déficit de financement des activités agricoles et pastorales prioritaires à déployer dans la Corne de lAfrique avant et durant la prochaine campagne de semis, coïncidant avec la saison des pluies qui sétend davril à juin. selon l’agence de l’Onu, bien que la situation dans les zones de la région victimes de la séche- resse se soit considérablement améliorée ces derniers mois, on estime que 8,1 millions dhabi- tants ont encore besoin dune assistance (Ethiopie 3,2 millions, Kenya : 2,2 millions, somalie 2,5 millions, Djibouti 180 000). Les activités durgence planifiées prévoient la distribution de semences vivrières et potagères, la création de petits périmètres dirrigation et la gestion de programmes « argent-contre-travail » pour réhabiliter les infrastructures agricoles vitales. Les initiatives concernant lélevage com- prennent le soutien à la production fourragère et le démarrage ou lintensification des campagnes de vaccination. pour 2012, la FAO lance un appel d’un montant total de 293,7 millions de dollars destinés à une combinaison dopérations durgence et de développement à plus long terme dans la Corne de lAfrique, dont 101,7 millions – moins de la moitié – ont déjà été reçus. Il reste par conséquent un important déficit de financement, dont les 50 millions requis durgence dans les trois pro- chains mois. (FXS)Reproduction interdite Lundi 2 avril 2012 – N° 3344 – AGRA Presse Hebdo 19
  20. 20. Les politiques SénégalLe programme économiquedu nouveau président Macky SallMacky Sall, 51 ans, nouveau président du Sénégal, élu le 25 mars pour un mandat de 7 ans, se propose demettre en place un programme économique qui sera marqué par un « mix » entre croissance et austérité.Réduction du train de vie de l’Etat, avec un gouvernement de 25 ministres (contre une quarantaine), et sup-pression de 15 ambassades du Sénégal à l’étranger, ainsi que des voyages en première classe, pour lesministres, et des logements conventionnés, constituent quelques aspects de ce programme qu’il a dénom-mé : « La voie de la croissance ». E programme économique de Macky sall se concentre sur 3 priorités : la jeunesse, les L femmes, et le monde rural. Il consiste à apporter une protection, des perspectives et des opportunités d’emploi. pour les jeunes, il prévoit la création de 500 000 emplois pendant 7 ans. par ailleurs, sera mis en place un fonds de garantie de 40 milliards de francs CFA  (60,79 millions d’euros) pour faciliter l’accès des femmes au crédit. Il s’y ajoute un investissement de 300 milliards de francs CFA (457,34 millions d’euros) dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de la formation professionnelle, de la recherche et de l’innovation, de la restructuration des banlieues, et de  l’aménagement du ter- ritoire, pour faire des villes un « levier » de développement. Le programme prévoit aussi la mise en œuvre d’un pacte pour la petite entreprise et les pME/pMI dans les secteurs de l’agriculture, du Btp (Bâtiment et travaux publics) et de la construction, du tourisme, des tIC (technologies de l’information et de la communication), et de la culture. Un « small Business Act » à la sénégalaise s’appuyant sur une Caisse des dépôts et consignation réfor- mée, a pour but de mener une politique favorable à la création d’entreprises, à l’investissement et la création d’emplois et de richesses. L’agriculture, moteur du développement sénégalais L’agriculture sera l’une des priorités du nouveau chef de l’Etat sénégalais, pour qui c’est dans ce secteur que se trouve le véritable « moteur » du développement, pour stimuler l’ensemble de l’éco- L’agriculture sénégalaise : plus de 70% de la population L ’AgrICULtUrE au Sénégal qui occupe plus de 70% de la population, est considérée l’eau douce et l’eau salée, appelée aussi menace d’intrusion marine, indique 2011/2012, 25 milliards de francs CFA (38,11 millions d’Euros) pour l’achat comme le moteur la FAO. Conséquence, la part de semences et d’intrants de la croissance de l’économie dans le Produit intérieur brut agricoles, il prévoyait de du pays. Elle traverse une passe (PIB) baisse chaque année. En consacrer, en 2012, 165 autres difficile, due au déficit 2004, elle représentait 17,9% milliards de francs CFA pluviomètrique chronique, du PIB. Pour faire face à  cette (251,5 millions d’euros), à à la mévente des récoltes situation, le président Abdoulaye l’aménagement de terres dans d’arachide, à la réduction Wade avait entrepris un vaste le cadre du programme des terres de culture à cause programme de développement d’autosuffisance en riz, au nord de la salinité, ainsi qu’à agricole, marqué par la et au sud, en plus du Plan retour l’acidification ou érosion éolienne mécanisation, la diversification vers l’agriculture qui a créé des sols, à l’ensablement des et la permanence des activités 24 fermes agricoles, et le soutien terres de bas-fonds, et au risque agricoles en toutes saisons. à l’entreprenariat rural qui de rupture de l’équilibre entre Après avoir investi, en a financé 1 514 projets. 20 AGRA Presse Hebdo – N° 3344 – Lundi 2 avril 2012 Reproduction interdite
  21. 21. Les politiques nomie et améliorer les niveaux de vie des sénégalais. L’objectif est d’avoir une agriculture « moderne » et suffisamment « productive » pour transformer le sénégal dans les 7 prochaines années. Le financement prévu dans ce secteur est de 2 000 milliards de francs CFA (plus de 3 milliards d’euros). pour Macky sall, le modèle économique mis en place par son prédécesseur, Abdoulaye Wade dont il a été premier ministre d’avril 2004 à juin 2007, « n’est pas suffisamment productif » pour créer les emplois et les richesses nécessaires au développement du pays. Au pouvoir depuis 2000, Abdou- laye Wade avait mis en place un vaste programme économique basé sur la construction d’infra- structures, le retour vers l’agriculture (rEVA). Il avait aussi lancé une Grande offensive pour l’abondance de la nourriture et de l’agriculture (GOAnA) qui visait à assurer l’autosuffisance ali- mentaire du pays. Macky sall prévoit la création de 6 pôles de développement économique à travers le pays, et une bourse de sécurité familiale de 100 000 francs CFA (152,44 euros) par an qui apportera un com- plément financier aux mères des familles les plus défavorisées. Quelque 250 000 familles, au moins, sont concernées par ce programme. (IC) EnvironnementLa gestion de l’eau, une des clefspour lutter contre la faimLa gestion de l’eau en agriculture devra être au cœur des discussions du sommet de la Terre Rio+20, ademandé ban Ki Moon, le secrétaire général de l’OnU, à l’occasion de la journée mondiale de l’eau le 22 mars. I NOuS n’utilisons pas l’eau de façon plus avisée dans l’agriculture, nous ne serons pas «s en mesure d’éliminer la faim et nous ouvrirons la porte à toute une série d’autres maux, notamment la sécheresse, la famine et l’instabilité politique », a prévenu le secrétaire général de l’OnU, Ban Ki Moon, à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau 2012, le 22 mars. Cette année, la journée était organisée par la FAO (Organisation des nations unies pour l’agri- culture et l’alimentation) sur le thème : « L’eau et la sécurité alimentaire ». « Au prochain Som- met de la terre Rio+20 (du 20 au 22 juin 2012 à Rio de Janeiro, NDLR), la communauté inter- nationale devra faire les liens entre la sécurité hydrique et la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans le cadre d’une économie verte », a insisté Ban Ki Moon. « Si, depuis le premier sommet de la terre à Rio, de nombreux pays ont fait de grands pas en avant dans la gestion de leurs ressources hydriques, il reste encore beaucoup à accomplir », a estimé le directeur général de la FAO José Graziano da silva. selon la FAO, les principales prio- rités pour les années à venir seront de renforcer la résilience des agriculteurs contre le change- ment climatique, d’améliorer la gouvernance de l’eau, et créer des institutions en mesure d’amé- liorer la gestion nationale et régionale de l’eau. On estime que l’agriculture est responsable de 70% de tous les prélèvements mondiaux d’eau douce et d’eaux souterraines. (AG)En bREFEtiquetage : les États-Unis en appel à l’OMC Les États-Unis font appel du jugement de l’OMC qui met en cause leur loi sur l’étiquetage de la viande (1). Attaquée par le Canada et le Mexique et connue sous la dénomination de COOL, cette législation impose la mention du pays d’origine sur la viande vendue sur le marché américain.Reproduction interdite Lundi 2 avril 2012 – N° 3344 – AGRA Presse Hebdo 21

×