Histoires-deHistoires-de-Paris.fr
- Histoires de place Le cimetière des innocents
Aujourd’hui, place Joachim du Bellay
- Vue du cimetière des innocents en 1600 -
A l’origine, dans ce qui n’était encore qu’un faubourg de Paris au
tout début du Moyen Age
Suivant les règles des romains,...
Il se retrouve dans la ville lors de l’élaboration des remparts par
Philippe Auguste à la fin du XIIe siècle
A proximité d...
-Dessin de Charles Louis Bernier en 1780 –
-Dessin de Charles Louis Bernier en 1780 –
La gestion du cimetière
Le chapitre de Saint Germain avait en charge la gestion du cimetière.
C’est lui qui donnait alors ...
Au cours de son histoire, une trentaine de paroisses ont utilisé le
cimetière des innocents
- Extrait du plan de Truchet e...
Le plan du cimetière
Porte Saint
Eustache

Eglise des
Saints
Innocents
Cimetière

Charnier des lingères
Porte Saint
Germai...
Quatre charniers entouraient le cimetière (1/2)
A l’Est , côté rue Saint Denis, le charnier de la Vierge,
Au Nord, côté ru...
Quatre charniers entouraient le cimetière (2/2)
A chaque arcade correspondait une concession.
Les charniers étaient égalem...
L’arcade de Nicolas Flamel

Nicolas Flamel fit réaliser la décoration d’une arcade dans le cimetière des innocents dans le...
La danse macabre
Suite à l’assassinat de Louis d’Orléans, frère de Charles VI le fou, par Jean
sans Peur, duc de Bourgogne...
-Dessins de Charles Louis Bernier en 1780 –
-Dessins de Charles Louis Bernier en 1780 –
-Le préchoir –

- La chapelle Pomereux –
-Dessins de Charles Louis Bernier en 1780 –
-La statue de la mort –

- Tour Notre Dame du bois -
L’église des saints innocents
-Intérieur en 1700 dessin de Machy –

-Ruine de l’église –
L’église des saint innocents
Bâtie d’abord pour l’oraison aux fidèles venant visiter les sépultures, elle
comportait quatr...
La destruction du cimetière des innocents
Au cours du XVIIIe siècle, de nombreuses plaintes de la part des riverains furen...
Histoires-deHistoires-de-Paris.fr

http://www.histoires-de-paris.fr/cimetiere-innocents/
http://www.histoires-de-paris.fr/...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Cimetière des innocents - Histoires de paris

2 688 vues

Publié le

Le cimetière des innocents, cimetière populaire aux 15 siècles d’histoire et de mythes

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 688
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 668
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cimetière des innocents - Histoires de paris

  1. 1. Histoires-deHistoires-de-Paris.fr - Histoires de place Le cimetière des innocents Aujourd’hui, place Joachim du Bellay
  2. 2. - Vue du cimetière des innocents en 1600 -
  3. 3. A l’origine, dans ce qui n’était encore qu’un faubourg de Paris au tout début du Moyen Age Suivant les règles des romains, les premiers parisiens enterraient leurs morts le long des grandes routes et dans les jardins. L’emplacement des innocents fut alors utilisé à cet usage. Sous son premier nom, le cimetière des champeaux, à l’extérieur de la ville à ses origines, il dépendait du bourg Saint Germain. Une chapelle dédiée aux innocents avaient construite. reconstruite. Détruite lors des invasions barbares de 886, elle fut ensuite reconstruite.
  4. 4. Il se retrouve dans la ville lors de l’élaboration des remparts par Philippe Auguste à la fin du XIIe siècle A proximité des halles attirant les foires et les marchands, et étant un lieu d’asile, le cimetière attirait lles prostituées et brigands. Des animaux venaient aussi y es chercher nourriture. Aussi, Aussi, Philippe Auguste décida d’entourer le cimetière d’une haute enceinte et de nuit. faire fermer les portes la nuit. NB : au fil des siècles les riverains continuèrent de se plaindre des mauvaises rencontres faites autour du cimetière Autour du cimetière se dégageait aussi une odeur pestilentielle. A noter qu’il restait un lieu saint et un évêque de Paris avait souhaité en 1492 que dans son tombeau à Notre Dame on y rajouta de la terre du cimetière. Selon la légende la terre des Saints Innocents était tellement pourrissante qu’un corps y disparaissait en neuf jours
  5. 5. -Dessin de Charles Louis Bernier en 1780 –
  6. 6. -Dessin de Charles Louis Bernier en 1780 –
  7. 7. La gestion du cimetière Le chapitre de Saint Germain avait en charge la gestion du cimetière. C’est lui qui donnait alors les concessions à perpétuité. Les corps étaient amenés à l’église des Saints Innocents. L’office des morts s’y déroulait et se terminait au préchoir. Suivant la richesse du défunt le corps était inhumé soit dans une tombe soit dans la fosse. Le fossoyeur, qui logeait à proximité, percevait les droits de sépulture avait aussi pour responsabilité de veiller à l’ouverture et à la fermeture des portes du cimetière.
  8. 8. Au cours de son histoire, une trentaine de paroisses ont utilisé le cimetière des innocents - Extrait du plan de Truchet et Hoyaux 1552 - Paroisse Hôpital Cimetière des Innocents
  9. 9. Le plan du cimetière Porte Saint Eustache Eglise des Saints Innocents Cimetière Charnier des lingères Porte Saint Germain Rue de la Ferronnerie Porte Saint Jacques
  10. 10. Quatre charniers entouraient le cimetière (1/2) A l’Est , côté rue Saint Denis, le charnier de la Vierge, Au Nord, côté rue aux fers, le Vieux charnier A l’Ouest, côté rue de la Lingerie, le charnier des écrivains, Au Sud, côté rue de la Ferronnerie, le charnier des lingères Il s’agissait en fait de galeries ou portiques, composées d’arcades, construites contre le mur autour du cimetière où on déposait dans les combles les ossements et couvertes d’un toit de tuile. On gérait ainsi le manque de place dans ce cimetière où au moins 25 générations de parisiens furent inhumés. Ce sont les bourgeois parisiens, en qualité de mécènes individuels, qui ont financé leur construction.
  11. 11. Quatre charniers entouraient le cimetière (2/2) A chaque arcade correspondait une concession. Les charniers étaient également utilisées par des écrivains, lingères qui y tenaient boutiques. Sous ces arcades peintes et renommées (arcade de Nicolas Flamel, Danse macabre…), de nombreux ouvrages de dévotion étaient vendus. Afin de permettre l’agrandissement de la rue de la Ferronnerie, le charnier des lingères fut détruit puis reconstruit en 1669. Il s’agissait en fait de la mise en œuvre d’une décision prise plus d’un siècle auparavant par Henri II et que l’assassinat d’Henri IV coincé par la circulation rue de la Ferronnerie n’avait pas accéléré.
  12. 12. L’arcade de Nicolas Flamel Nicolas Flamel fit réaliser la décoration d’une arcade dans le cimetière des innocents dans le charnier des écrivains (coté rue de la Lingerie). Cette arcade était au cœur du mythe de Nicolas Flamel, l’alchimiste car le secret de la pierre philosophale y aurait été décrite.
  13. 13. La danse macabre Suite à l’assassinat de Louis d’Orléans, frère de Charles VI le fou, par Jean sans Peur, duc de Bourgogne en 1407, son oncle le duc de Berry commandé une fresque en réparation : la danse macabre.
  14. 14. -Dessins de Charles Louis Bernier en 1780 –
  15. 15. -Dessins de Charles Louis Bernier en 1780 – -Le préchoir – - La chapelle Pomereux –
  16. 16. -Dessins de Charles Louis Bernier en 1780 – -La statue de la mort – - Tour Notre Dame du bois -
  17. 17. L’église des saints innocents -Intérieur en 1700 dessin de Machy – -Ruine de l’église –
  18. 18. L’église des saint innocents Bâtie d’abord pour l’oraison aux fidèles venant visiter les sépultures, elle comportait quatre nefs avec quatre portes percées sur la façade occidentale (Deux furent ensuite bouchées). On pouvait aussi entrer par un couloir venant de la rue Saint Denis et par une sud. porte latérale vers le sud. Parmi ces quatre nefs, trois seulement étaient séparés par des piliers. Côté rue Saint Denis, deux absides avaient été établies et côté Sud, on retrouvait la chapelle Saint Michel . Un chemin de ronde la séparait du cimetière
  19. 19. La destruction du cimetière des innocents Au cours du XVIIIe siècle, de nombreuses plaintes de la part des riverains furent enregistrées concernant l’ insalubrité du cimetière. Des enquêtes furent diligentées, notamment par le Parlement de Paris qui saisit deux médecins de l’Hôtel Dieu et un apothicaire pour établir des préconisations qui restèrent sans effet. En 1780, suite à l’effondrement de murs dans les caves de maison rue de la Lingerie, le cimetière fut fermé. Les charniers furent démolis en 1785 et les matériaux utilisés pour le Louvre. Les échoppes adossées au charnier coté rue aux fers furent détruites alors. L’église fut détruite en 1786. Les tombeaux et épitaphes furent transférés à Saint Jacques de la Boucherie. Sur cet emplacement, le marché des innocents fut institué.
  20. 20. Histoires-deHistoires-de-Paris.fr http://www.histoires-de-paris.fr/cimetiere-innocents/ http://www.histoires-de-paris.fr/cimetiere- Sources bibliographiques : ◦ Dufour Valentin, Etude sur le cimetière et le charnier des innocents. Paris 1874 ◦ Arrêt du Conseil d’Etat du 20 novembre 1785 ordonnant la destruction des échoppes adossées au cimetière des innocents ◦ Thouret M. Rapport sur les exhumations du cimetière et de l’église des Saints Innocents 1789 Crédits photo : Bibliothèque Nationale de France, INHA

×