Introduction rq exercer

1 378 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 378
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
338
Actions
Partages
0
Téléchargements
22
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Introduction rq exercer

  1. 1. Recherche MéthodesIntroduction à la recherchequalitativeIsabelle Aubin-Auger, Alain Mercier, Laurence Baumann, Anne-Marie Lehr-Drylewicz, Patrick Imbert, Laurent Letrilliart et le groupe de recherche universitaire qualitative médicale francophone : GROUM-Fexercer 2008;84:142-5. isabelleaubin@club-internet.frRésumé. Étudier et explorer les soins primaires dans toute leur complexité nécessite dedisposer de plusieurs méthodes de recherche et d’une multitude de techniques de recueil dedonnées. La recherche qualitative est particulièrement appropriée lorsque les facteursobservés sont difficiles à mesurer objectivement. Cette approche est utilisée depuisquelques années dans la recherche en médecine générale, mais sa progression est lente.C’est un terme générique qui regroupe des perspectives diverses en termes de bases théo-riques, de techniques de recueil et d’analyse des données. La recherche en soins primairespeut combiner les méthodes qualitatives et quantitatives. Quelles que soient les méthodes Mots-clésutilisées, la démarche est pas à pas, rigoureuse, avec des critères fiables de validité interne Recherche qualitativeet externe. Méthode ThéoriesIntroduction scientifiques ». En fait, le recours à une relationnels des soins. La démarche fait méthode de recherche, qu’elle soit quan- référence aux modèles culturels et à laLa complexité des soins primaires titative ou qualitative, relève d’une culture vécue.requiert de disposer de plusieurs même démarche scientifique avec élabo-méthodes de recherche et d’une multi- ration d’une hypothèse, d’une question Historiquetude de techniques de recueil de et d’une méthode adaptée pour ydonnées1. Les outils quantitatifs de répondre. Le choix de la méthode L’histoire de la recherche qualitativel’épidémiologie et des essais randomisés dépend de la question de recherche. Les remonte aux années 19202. Les anthro-sont connus et bien décrits. Cependant, deux types de méthodes sont complé- pologues et les sociologues ont été lesils ne permettent pas de répondre à la mentaires et peuvent se succéder dans un premiers à mener des recherches sur destotalité des questions soulevées par même programme de recherche. phénomènes humains dans leur environ-l’exercice quotidien. La recherche quali- La recherche qualitative est particulière- nement naturel et d’un point de vuetative peut aider à combler ce manque. ment appropriée lorsque les facteurs holistique.D’abord utilisées dans les sciences sociales observés sont subjectifs, donc difficiles à Depuis les années 1950, le marketinget humaines, les méthodes qualitatives ont mesurer. utilise les techniques de recueil delongtemps été victimes d’une image néga- Les applications en sont très concrètes, données spécifiques à la recherche quali-tive et qualifiées « d’insuffisamment plus particulièrement pour les aspects tative, comme les entretiens et les Note de la rédaction. Ce premier article inaugure une série de publications destinées à encourager la recherche en médecine générale. Jusqu’à la fin 2009, exercer, la revue française de médecine générale, publiera dans chaque numéro un article méthodolo- gique dans le champ quantitatif ou qualitatif. Le premier est une introduction à la recherche qualitative simple et didactique. L’objectif de cette série est d’initier les jeunes (ou les récents) chercheurs aux outils méthodologiques fondamentaux pour conduire des travaux scientifiques. Les généralistes ont très souvent des idées de recherche très originales et innovantes mais pèchent par une insuf- fisance de formation aux méthodes. Si la question de recherche est pertinente mais que la méthode pour y répondre est inadaptée, biaisée, insuffisante ou mal conduite, le résultat est toujours une déception lorsqu’il est confronté à l’exigence des comités de lecture. La méthode, c’est comme le vélo, cela s’apprend. Avec cette série d’articles, exercer souhaite sensibiliser ses lecteurs aux règles incontour- nables de la méthode en recherche et susciter des vocations de chercheur car la discipline en a besoin.142 exer cer la r evue française de médecine générale Volume 19 N° 84
  2. 2. Méthodes Recherche Recherche quantitative Recherche qualitative il est toujours possible de rédiger une Questions plutôt biomédicales Plutôt adaptée à l’étude de phénomènes sociaux question de recherche de manière à ce Mesure, quantifie des variables Explore l’existence et la signification de ces que la seule approche méthodologique phénomènes adaptée soit qualitative6. Relations causales entre des variables Compréhension du contexte Cette méthode permet aussi d’explorer mesurables Étude des sujets dans leur environnement les émotions, les sentiments des patients, Teste des hypothèses Crée des hypothèses ainsi que leurs comportements et leurs Déductive Inductive expériences personnelles. Elle peut contribuer à une meilleure compréhen-Encadré 1. Différences entre recherche quantitative et qualitative sion du fonctionnement des sujets et desd’après Paul Van Royen et al.2 interactions entre eux. À ce titre, la recherche qualitative est particulière- ment adaptée à la recherche en méde-focus groups. C’est à partir des années aussi survenir dans les suites des acci- cine générale, car elle permet un abord1990 que les chercheurs en santé se sont dents de la voie publique. Les questions : plus élargi de la compréhension de laapproprié ces méthodes. Le terme « Quelle est la prévalence du syndrome santé et des déterminants des soins.MESH (MEdical Subject Headings, PTSD dans une patientèle de médecine Ce type de recherche nécessite desthésaurus international servant de base générale ? » ou « Combien de PTSD ne dispositions humanistes, de la curiosité,d’interrogation dans Medline) de sont pas diagnostiqués ? » nécessitent de l’imagination et de la créativité, maisrecherche qualitative est apparu dans une approche quantitative. De son côté, aussi un sens de la logique, la capacité àMedline en 2003. la question « Quels sont les obstacles à reconnaître la diversité ou la régularité l’identification du PTSD dans une d’un phénomène. patientèle de médecine générale ? » seraDéfinition de la explorée avec une approche qualitative. De façon plus générale, la recherche Démarche utilisée enrecherche qualitative qualitative permet de répondre auxLa recherche qualitative est parfois questions de type « pourquoi ? » ou recherche qualitativedéfinie en référence ou en opposition à « comment ? ». De son côté, la recherche La démarche peut être décrite commela recherche quantitative3. En réalité, il quantitative essaie aussi de répondre au une démarche pas à pas et rigoureusen’y a pas opposition mais complémenta- « pourquoi ? » (quels sont les facteurs de (figure 1). Comme dans n’importe quelrité entre les deux, car elles n’explorent risque ?) quand il s’agit d’étudier un lien type de recherche, le travail préalable estpas les mêmes champs de la connais- de causalité, mais d’une manière statis- de faire le point sur le sujet étudié parsance (encadré 1). La recherche qualita- tique, alors que la recherche qualitative une revue de la littérature.tive ne cherche pas à quantifier ou à s’intéresse particulièrement aux détermi- L’étape suivante est primordiale etmesurer, elle consiste le plus souvent à nants des comportements des acteurs consiste à définir la question derecueillir des données verbales (plus (comprendre) plutôt qu’aux détermi- recherche de façon la plus précise etrarement des images ou de la musique) nants des maladies (compter). claire possible.permettant une démarche interprétative. Par son approche compréhensive, la La population à étudier est largementC’est un terme générique qui regroupe recherche qualitative permet d’explorer échantillonnée afin d’explorer la plusdes perspectives diverses en termes de le lien entre la « vraie vie » du clinicien et grande diversité possible du thèmebases théoriques, méthodes, techniques la « science dure ». Par exemple, seule la étudié. C’est cette diversité qui est lade recueil et analyse des données. moitié des patients dépressifs vus en source de la richesse des données. LaPremier exemple : la prescription d’un soins primaires sont concernés par les méthode qualitative la plus pertinentetraitement antibiotique. Dans l’otite référentiels5. Pourquoi ? La recherche est ensuite choisie selon la nature de lamoyenne aiguë du jeune enfant, un travail qualitative a ici toute sa place pour question de recherche.quantitatif peut mesurer l’efficacité d’un explorer et expliquer ce type de décalage Cette deuxième étape porte sur le choixmédicament versus placebo, alors qu’un entre référentiels et pratiques médicales. méthodologique théorique (encadré 2).travail qualitatif peut étudier les raisons La troisième étape consiste à choisir laqui amènent les praticiens à prescrire des technique de recueil de données.antibiotiques dans les infections respira- Pourquoi faire de la D’autres articles leur seront prochaine-toires présumées virales4. ment consacrés (encadré 3). S’il s’agit deDeuxième exemple : le syndrome de recherche qualitative ? données verbales, un enregistrement eststress post-traumatique (PTSD ou post La réponse la plus fréquente à cette souhaitable, après accord des inter-traumatic stress disorder), décrit initiale- question est que son utilisation est dictée viewés. Les enregistrements sont ensuitement dans les conflits armés et qui peut par la question de recherche. Cependant, intégralement retranscrits afin d’êtreVolume 19 N° 84 exer cer la r evue française de médecine générale 143
  3. 3. Recherche Méthodes Le recueil de données s’arrête lorsque la Thème de recherche lecture du matériel n’apporte plus de nouveaux éléments. C’est la saturation. Entre l’analyse et le recueil des données le processus est continu et la découverte Question de recherche d’éléments imprévus dans un premier guide d’entretien peut amener à modi- Bibliographie fier celui-ci pour les entretiens ulté- Étude de cas rieurs. De même, l’hypothèse initiale Méthodologies Théorie ancrée peut être modifiée selon les données Ethnographie Phénoménologie recueillies. Méthode qualitative Interactions entre la recherche qualitative Technique de recueil Méthode d’analyse Technique d’analyse et quantitative des données des données des données La recherche en soins primaires peut combiner les méthodes qualitatives et quantitatives qui s’enrichissent mutuel-Figure 1. Démarche qualitative d’après Paul Van Royen et al.2 lement. Les moyens de les combiner sont multiples3. Une recherche qualita- tive peut précéder une recherche quan- titative en générant des hypothèsesanalysés. Bien qu’il existe d’autres tech- pour appréhender les données. Si le pour produire et/ou tester les itemsniques, le choix se tourne le plus souvent choix se porte sur la « grounded theory », d’un questionnaire quantitatif. Symé-vers des entretiens individuels ou des le codage est ouvert, toujours centré par triquement, un travail quantitatif peutentretiens de groupes, autrement appelés la question de recherche. À la lecture des faciliter une recherche qualitative enfocus groups. Des guides d’entretiens plus retranscriptions, le texte est codé, frag- identifiant les sujets participants àou moins structurés selon la technique ment par fragment, et réarrangé en une l’approche qualitative. Les deux typeschoisie sont élaborés au préalable. liste de catégories faisant émerger les de recherches peuvent être utilisésLes entretiens individuels sont plus thèmes principaux. Ce travail nécessite ensemble pour obtenir une approchechronophages mais permettent d’aborder de lire et de relire les données pour iden- plus large et plus riche.des sujets plus délicats. Par exemple, les tifier les thèmes et catégories sous-perceptions par les médecins des tendus par des phrases ou des comporte- Exemple de recherche qualitative précé-barrières liées à la différence de sexe ments. Des concepts sont définis, une dant une recherche quantitative9.entre le patient et le médecin quand il cartographie des différents registres est Question de recherche : les expériencesfaut aborder la sexualité7. dressée et des associations sont recher- personnelles de maladie chez les méde-De leur côté, les entretiens de groupes chées. Une théorie explicative peut alors cins ou les étudiants en médecineont l’avantage d’être interactifs et de être envisagée puis construite à partir des peuvent-elles avoir une influence sursusciter une dynamique de groupe inté- données. l’empathie et les soins prodigués ulté-ressante, en amenant les différents inter-venants à s’engager et à s’expliquer surleurs choix. Par exemple, l’exploration Phénoménologie Compréhension de l’essence de l’expérience des gens et desdes obstacles au dépistage du cancer phénomènes.colorectal8. Étude de cas Investigation de phénomènes contemporains dans leur contexte de vie.La dernière étape consiste à analyser les Ethnographie Immersion du chercheur dans la vie des sujets étudiés et place dudonnées. Plusieurs niveaux peuvent être phénomène étudié dans le contexte social et culturel.identifiés. Le premier consiste à se Biographie Chronologie d’expériences de vie.familiariser avec les données à lalumière de la question de recherche. Le « Grounded Méthode spécifique développée par Glaser et Strauss (1967) dont letravail de codage est manuel ou recourt theory » ou propos est de construire la théorie à partir des données recueillies. théorie ancrée Parfois utilisée de façon plus générique pour désigner la constructionà des logiciels appropriés (NVivo ou théorique faite à partir de l’analyse des données qualitatives.HyperResearch, par exemple). Plusieursapproches théoriques sont utilisables Encadré 2. Différents concepts méthodologiques en recherche qualitative144 exer cer la r evue française de médecine générale Volume 19 N° 84
  4. 4. Méthodes Recherche Techniques de recueil de données ConclusionMéthodes Groupe nominal : 8 à 12 personnes sont réunies. Première étape :de consensus relevé des points principaux du sujet travaillé. Une échelle de Lickert La recherche qualitative est particulière- est ensuite renseignée par les participants pour chacun des items. ment adaptée à certains types de ques- Les réponses sont regroupées et permettent une hiérarchisation de chaque item. tions de recherche en soins primaires. Méthode Delphi : les participants ne se réunissent jamais. Souvent opposée à la recherche quantita- Pas de limitation de nombre et de lieu. Toutes les discussions tive, elle en est complémentaire, avec une sont faites par Internet ou par courrier postal. richesse qui lui est spécifique, et elle peut Analyse de documents lui être combinée de multiples façons.Recherche action Cercle de qualité (problème, objectif, action, évaluation). Comme toute recherche, elle doit être l’aboutissement d’une démarche scienti- Entretiens fique rigoureuse. Pour y parvenir, lesStructurés Guide d’entretien structuré. critères de validité interne et externeSemi-structurés Questions à réponses ouvertes. peuvent lui être appliqués avec desApprofondis 1 ou 2 points étudiés de façon très détaillée. modalités spécifiques. Les questions sont initiées à partir de ce que dit l’interviewé.De groupe 8 à 10 personnes rassemblées autour d’un sujet avec un animateur(focus groups) et un observateur.Encadré 3. Les différentes techniques de recueil de données Référencesrieurement aux patients ? Un bras quali- le plus important est la rigueur à tous les 1. Jones R, Britten N, Culpepper L et al. Oxfordtatif a consisté en des entretiens indivi- niveaux, de la méthode à la présentation textbook of primary care. Volume 1 : Principles and concepts. Oxford University Press 2005.duels avec des enseignants, des médecins des résultats, en passant par l’analyse 2. Van Royen P. Cours d’introduction à lanouvellement qualifiés et des médecins complexe des données. recherche qualitative. Institut médecine tropi-seniors pour explorer comment leurs La validité interne consiste à vérifier si cale de Bruxelles, décembre 2007.expériences personnelles de maladie les données recueillies représentent la 3. Pope C, Mays N. Qualitative research inavaient pu influencer leurs attitudes réalité. Une des façons d’y parvenir est health care. Third edition. Oxford : Blackwell Publishing 2006:1-150.professionnelles. Un bras quantitatif a de recourir à la technique de triangula- 4. Attali C, Amade-Escot C, Ghadi V et al.consisté à recueillir, par questionnaire, tion des sources et des méthodes. La Infections respiratoires présumées virales :les antécédents médicaux des étudiants triangulation permet de comparer les comment prescrire moins d’antibiotiques ?et les a corrélés avec leurs résultats aux résultats obtenus à partir d’au moins Résultats de l’étude PAAIR. La Revue du prati- cien médecine générale 2003;601:155-60.examens et à un autoquestionnaire deux techniques de recueil de données 5. Gallo JJ, Coyne JC. The challenge of depres-anxiété/dépression. (exemple : entretiens et observations), sion in late life. Bridging science and service in ou plus simplement d’au moins deux primary care. JAMA 2000;284:1570-2. sources de données (exemple : entre- 6. Corbin J, Strauss A. Basics of qualitative research. Third edition. Los Angeles : SageCritères de scientificité tiens avec étudiants et enseignants). Publications 2007:1-312.en recherche Les résultats de l’analyse sont soumis 7. Hinchliff S, Gott M, Galena E. GPs’ percep- aux acteurs qui ont participé à laqualitative recherche pour les corroborer. Dans un tions of gender-related barriers to discussing sexual health in consultation. A qualitative« La valeur d’une recherche scientifique est second temps, les résultats sont study. Eur J Gen Pract 2004;10:56-60.en grande partie dépendante de l’habileté confrontés aux données de la littérature 8. Aubin-Auger I, Mercier A, Baumann- Coblentz L et al. Identifier les obstacles audu chercheur à démontrer la crédibilité de qui avaient sous-tendu l’élaboration dépistage du cancer colorectal et envisager lesses découvertes. »10 des premières hypothèses. moyens de les surmonter. Hémobstacle : uneLes critères d’évaluation de la « scienti- La validité externe consiste à généraliser étude qualitative. exercer 2008;80:4-7.ficité » de la recherche qualitative sont les observations recueillies à d’autres 9. Woolf K, Cave J, Mc Manus IC, Dacre JE. « It gives you an understanding you can’t getdiversement décrits. Les avis sur la ques- objets ou contextes. Pour ce faire, from any book. » The relationship betweention sont très contrastés. Certains sont l’échantillon utilisé doit être ciblé et medical students’ and doctors’ personal illnesspartisans de l’utilisation des mêmes représentatif de la problématique. Sa experiences and their performance : a qualita-critères que ceux de la recherche quanti- description la plus exacte et précise tive and quantitative study. BMC Med Educ 2007;7:50-8.tative, d’autres s’y opposent formelle- possible est souhaitable lorsque les 10. Drapeau M. Les critères de scientificité enment arguant que les concepts sont trop travaux qualitatifs sont publiés ou recherche qualitative. Pratiques psychologiquesdifférents3. Au bout du compte, le point présentés en congrès. 2004;10:79-86.Volume 19 N° 84 exer cer la r evue française de médecine générale 145

×