UNIVERSITÉ DE GRENOBLE
 
SCIENCES PO GRENOBLE
 
 
Hugo Gelas 
 
Les liens ​entre ​ la consommation de divertissement aud...
 
 
 
 
   
1 
UNIVERSITÉ DE GRENOBLE
 
SCIENCES PO GRENOBLE
 
 
Hugo Gelas 
 
 
 
 
 
Les liens entre la consommation de divertissement ...
À​ ma mère, 
 
 
 
 
 
 
 
 
« Be undeniably good. No marketing effort or social media buzzword can 
be a substitute for t...
Remerciements
 
Je tiens à remercier, 
 
Pascal Clouaire — et Daniel Bouillot, que je ne peux considérer que comme un binô...
 
Mes Bro’s, dans le Gers, amis de petite enfance et toujours meilleurs amis. Toujours là                             
mal...
 
Sommaire
 
 
Introduction 
 
Partie 1 : Acheter ce qu’on regarde — une transformation des usages possible grâce à       ...
Introduction
 
Les experts des médias disent que l’industrie audiovisuelle subit des changements                     
sans...
Avec son application « Instant vidéo », le service propose des émissions et des films à la                                ...
côtoyaient des produits et des marques. Les marques ont vite saisi l’intérêt d’apparaître                         
égaleme...
Ainsi, les consommateurs pourraient connaître, visionner, et acheter ce qu’ils voient dans                       
leurs éc...
Le monde du e­commerce peut­il s’intégrer dans les usages de consommation de                       
divertissement audiovi...
Partie 1 : Acheter ce qu’on regarde — une transformation
des usages possible grâce à Internet.
 
Le simple fait de s’intér...
I - La progression commune du divertissement audiovisuel et du e-commerce
dans l’environnement digital du consommateur.
 
...
 
Évolution des ventes en ligne de 2006 à 2015 aux États unis, Bureau du recensement Américain, mai 2015. 
 
Cependant, to...
« ​Le rythme ultrarapide du changement dans le paysage numérique a installé chez le                         
consommateur ...
 
Moyenne mondiale des intentions de recherche de produits en ligne dans les 6 prochains mois, ​e­commerce                ...
 
2) l’acheteur en ligne un internaute motivé, tendance jeune.
 
Dans les études, il apparaît que si les achats en ligne d...
 
La génération y fait plus de 50 % de la proportion totale des achats en ligne. ​Ecommerce : Evolution or                ...
 
Les appareils les plus utilisés par les acheteurs en ligne en fonction de leur position géographique,                   ...
Par contre, l’utilisation du téléphone mobile est la plus forte au Moyen­Orient/Afrique, avec                         
55 ...
également le streaming, car celui­ci leur donne plus de contrôle sur le visionnage ou une                             
mei...
 
• Email/messages/échange avec des amis sur l’émission la série ou le film (54 % des                             
smartph...
 
Les foyers équipés de la SVOD adoptent la technologie, The total audience report, Q4 2014, Nielsen                      ...
 
A) E-commerce et second écran : deux domaines qui se côtoient déjà.
 
Le consommateur de 2015 exige des marques de l’omn...
site du produit. Ils le font même quand le programme a repris ​», a déclaré Jura Liaukonyte,                              ...
seule corrélation négative est venue de contenu publicitaire axée sur l’imagerie, il réduit le                           
...
Les publicités dites informationnelles et basées sur l’émotion ou le storytelling réduisent le                         
tr...
Est ce que la télévision déclenche des ventes en ligne ? Si oui, comment cela se                             
manifeste ? ...
des annonces qui expliquent le produit, le prix et les informations de la marque pour aider les                           ...
sur Twitter augmentent le nombre de téléspectateurs, notamment quand ils contiennent du                       
contenu inf...
Partie II - Looklive - shop what you watch : Une proposition
concrète pour définitivement intégrer le monde du
commerce da...
I- Intelligence artificielle et choix humains — une combinaison gagnante pour
relier ces deux univers.
 
Si l’intelligence...
 
Les deux amis se retrouvaient fréquemment pour aborder les problématiques relatives à                       
leurs métie...
d’un réseau social hollandais nommé ​Hyves​. Ils se retrouvent aujourd’hui dans l’aventure                       
Looklive...
l’idée et la compréhension de tous les enjeux du problème posé. Le système qui résulte de                               
c...
 
Organigramme de l’entreprise Looklive 
 
 
36 
 
 
­ Contexte financier.  
 
Premièrement, nous allons comprendre pourquoi le financement est nécessaire.                ...
Une fois que la première version du produit s’avère prometteuse. L’entreprise s’approche                       
d’investis...
D’autre part, des discussions sont en cours avec Intel , qui souhaite soutenir Looklive.  41
Ces apports financiers permet...
 
Il n’y a pas non plus de partenariats avec les distributeurs, les détaillants ou les marques.                           ...
mûri. Il est désormais possible pour une PME de construire ses bases techniques sur le                             
Web sé...
aboutir ce genre de projets, si jamais ils aboutissent un jour. Les coûts en matière de                               
rec...
sites d’informations, les réseaux sociaux, les blogs, ou les vidéos. Dans le code de ces                             
page...
Dans un monde Internet submergé d’informations, il faut essayer par tous les moyens de                           
rappeler...
site. La vidéo attrape l’attention de l’utilisateur du site. Le choix du contenu est là pour le                           ...
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble

518 vues

Publié le

Les liens entre le divertissement numérique et le e-commerce aus Etats-Unis

Publié dans : Commerce de détail
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
518
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
19
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mémoire - Hugo gelas - M2 transmedia - Sciences-Po Grenoble

  1. 1.   UNIVERSITÉ DE GRENOBLE   SCIENCES PO GRENOBLE     Hugo Gelas    Les liens ​entre ​ la consommation de divertissement audiovisuel et le  e­commerce aux États­Unis.      2015  Sous la direction de Pascal Clouaire               
  2. 2.             1 
  3. 3. UNIVERSITÉ DE GRENOBLE   SCIENCES PO GRENOBLE     Hugo Gelas            Les liens entre la consommation de divertissement audiovisuel et le  e­commerce aux États­Unis.                    2015  Sous la direction de Pascal Clouaire     2 
  4. 4. À​ ma mère,                  « Be undeniably good. No marketing effort or social media buzzword can  be a substitute for that.” ­  Anthony Volodkin, Hype Machine founder            3 
  5. 5. Remerciements   Je tiens à remercier,    Pascal Clouaire — et Daniel Bouillot, que je ne peux considérer que comme un binôme.                              Merci, pour le temps et l’aide qu’ils m’ont consacrés. Pour ce mémoire, mais surtout, pour                              ces deux années de Master. Depuis deux ans pile, ils me guident dans l’univers tâtonnant du                                Transmedia avec passion et enthousiasme. Avec patience aussi. J’ai adoré ces deux                        années.    Christopher Archer, mon boss, gourou illuminé tout droit sorti de la série « ​Silicon Valley »​.                            Son inventivité frénétique m’a poussé à explorer des domaines inconnus. Pour certains, ils le                            seront restés. Merci de m’avoir fait confiance. Merci de m’avoir donné les responsabilités                          professionnelles qui me permettent d’écrire ce mémoire.     Wale Gdabamosi­Oyenkanmi, mon précédent maitre de stage, dont la vitesse d’esprit égale                        celle d’une Formule 1. En mode Sebastian Vettel, pas Romain Grosjean. Il m’a appris à                              toujours avoir un temps d’avance. Il m’a transmis sa rigueur, ses méthodes de travail, son                              efficacité. Lui aussi, je le remercie de m’avoir fait confiance et envoyé à Looklive.     Le corps enseignant et professionnel rencontré dans ce master pour ses conseils, ses                          références, et sa patience. Un Big ­up pour Frederic Merlos, Morgan Bouchet, et Corinne                            Denis.     Mes camarades de promo, bien sûr, qui m’ont donné matière à rire, vraiment et souvent.                              Nous avons partagé des projets scolaires, mais pas seulement. La cohésion a toujours été le                              mot d’ordre. Marion, Paul, Hugo, Bertille, Simon, Coralie, Arthur, Quentin, Alexandre, Chloé,                        Magali, Élise, Robin... Merci. Je voudrais adresser une mention spéciale à Léo pour ses                            conseils avisés et tranchants pendant la rédaction de ce mémoire.   4 
  6. 6.   Mes Bro’s, dans le Gers, amis de petite enfance et toujours meilleurs amis. Toujours là                              malgré les kilomètres et les années au compteur. Maxime, Adrien, Vincent, Clément, Ouet,                          Damien, Simon, Thomas, Marc, J­B, Baptiste. Ils arrivent toujours à me donner le sourire, et                              à me rassurer pendant les moments de doute. Ils me font échapper aux banalités du                              quotidien. La vie est vraiment une aventure avec eux.    Ma famille, mes anciens collègues de Darewin, mes coéquipiers du rugby, et tous ceux qui                              font que je ne m’ennuie pas.     Ma maman, surtout elle. Elle est ma première supportrice. Dans notre milieu on dirait que                              c’est une Hard­core fan. Comme les autres Hard­core fans, elle est exigeante. Mais c’est ce                              qui me fait progresser et devenir une meilleure personne. C’est elle qui a su me transmettre                                l’enthousiasme nécessaire à la rédaction de ce mémoire. Merci pour le soutien, la confiance,                            l’énergie.       5 
  7. 7.   Sommaire     Introduction    Partie 1 : Acheter ce qu’on regarde — une transformation des usages possible grâce à                              Internet.    I ­ La progression commune du divertissement audiovisuel et du e­commerce dans                        l’environnement digital du consommateur.  À )  Les tendances du e­commerce, une croissance linéaire et efficace.  B) La consommation de divertissement audiovisuel, toujours plus de numérique.      II ­ Les points de rencontre entre le divertissement audiovisuel et le e­commerce : Le stade                                expérimental.  A) E­commerce et second écran : deux domaines  qui se côtoient déjà.  B)  Une relation de complémentarité, qui installe des tendances pour le futur.      Partie II ­ Looklive ­ shop what you watch : Une proposition concrète pour définitivement                              intégrer le monde du commerce dans celui du divertissement audiovisuel.    I­ Intelligence artificielle et choix humains — une combinaison gagnante pour relier ces deux                            univers.  A) La création de Looklive : une histoire d’amitié et de complémentarité.  B) Une expérience utilisateur novatrice qui veut s’intégrer dans les usages du                        consommateur.    II ­ La promotion du concept Looklive : un procédé indispensable pour en faire un outil viable.  A) Des campagnes stratégiques et créatives, toujours sur les supports digitaux.  B) Des résultats chiffrés encourageants, mais qui s’essoufflent.    Conclusion   Bibliographi​e  Table des matières  Sélection Musicale            6 
  8. 8. Introduction   Les experts des médias disent que l’industrie audiovisuelle subit des changements                      sans précédent. Et ils ont sûrement raison. Mais pourquoi aujourd’hui est­il différent du milieu                            des années 1980, et l’augmentation des réseaux câblés ? Pourquoi aujourd’hui est­il                      différent du moment de la montée des services par satellite et des services de                            télécommunication  qui ont créé de nouvelles sources de diffusion dans les maisons ?    Le contenu numérique devient la norme   La télévision se réinvente. Encore. Plus de quarante 40 % des foyers américains                          avaient accès à un service de SVOD (Subscription Video On Demand — Vidéo à la                              demande) à la fin de l’année 2014 . Dans ces foyers, on consomme les programmes en                             1 majorité sur une T.V connectée. Mais surtout, on regarde en moyenne 50 minutes                          supplémentaires de programmes par jour . Paradoxalement, l’attention des spectateurs est                   2 de plus en plus fragmentée. D’une part, ils changent de supports : téléphone, tablette,                            ordinateur. D’autre part, ils se déplacent sur différents médias : réseaux sociaux,                        messageries instantanées, jeux, ou applications de rencontre.     Dans cet environnement, des géants apparaissent. Selon les derniers chiffres annoncés en                        juillet 2015, le service de vidéo en ligne Netflix compte désormais plus de 65 millions                              d’abonnés . Parmi eux, plus de 50 millions sont aux États­Unis. Juste derrière Netflix, c’est                           3 un géant du e­commerce qui pointe le bout de son nez : Amazon.     1  Nielsen Institute,  « THE TOTAL AUDIENCE REPORT, Q4 2014. », s. d, p.1. 2014  2  Ibidem  3  Nicolas Jaimes, JDN, « Netflix : un CA en hausse de 20% et près du double de nouveaux abonnés recrutés. »  Consulté le 17 juillet 2015.     7 
  9. 9. Avec son application « Instant vidéo », le service propose des émissions et des films à la                                  location ou à l’achat. Ils sont 13 % des Américains à avoir souscrit à ce service (contre 36 %                                      pour Netflix). Mais Amazon est avant tout un géant du e­commerce. C’est le plus gros site                                commerçant des États­Unis, avec un chiffre d’affaires de plus de 20 milliards de dollars au                              premier trimestre 2015. Ce secteur du e­commerce ne cesse de progresser. Les ventes                          augmentent, mais les commerçants cherchent toujours de nouveaux leviers pour les                      stabiliser ou proposer de nouvelles expériences a leurs utilisateurs. Les acteurs se                        bousculent. De plus en plus, les sites qui arrivent à s’imposer dans ces secteurs sont ceux                                qui proposent les meilleures ergonomies, mobiles, adaptatives. Amazon est l’exemple parfait.                      Justement, si Amazon s’intéresse de près à l’industrie du divertissement aujourd’hui, c’est                        que les liens entre les deux mondes sont étroits.     Les marques, les célébrités, et le commerce : des liens qui durent.   Les liens entre le divertissement audiovisuel et la publicité existent depuis l’invention                        de la télévision. Les publicités avaient différents messages pour différents buts : soigner son                            image de marque, vendre un produit ou impressionner visuellement. Les premières                      annonces télévisées ont été diffusées aux États­Unis dans les années 1940, elles ne                          représentaient alors qu’un volume de 3 % de la totalité des dépenses publicitaires, mais déjà                              170 millions de dollars. Très tôt, les marques ont eu le réflexe d’associer des personnalités                              publiques ou des personnages de fictions à des produits, pour stimuler les ventes. Elles ont                              investi de plus en plus d’argent. Dès les années 50, des célébrités telles que Ronald Reagan                                pour le savon Boraxo, James Dean pour la sécurité routière, ou Buster Keaton pour la bière                                Simon ont forcé leurs talents de comédiens pour séduire les consommateurs américains.     Les célébrités ont très vite pris leurs marques dans les publicités pour devenir de véritables                              égéries. Mais au­delà des publicités, elles apparaissaient déjà dans les écrans des                        téléspectateurs, tout simplement dans la grille de programmes. Là aussi, les célébrités                        8 
  10. 10. côtoyaient des produits et des marques. Les marques ont vite saisi l’intérêt d’apparaître                          également dans cette grille de programmes grâce au placement de produit.     Le placement de produit est une technique de publicité qui utilise la mise en avant d’un                                produit dans différents supports, généralement audiovisuels ; par exemple la mise en avant                          d’un modèle de voiture dans un film ou une série télévisée. Le placement de produit est un                                  moyen complémentaire aux moyens de communication traditionnels. Les annonceurs                  cherchent à faire parler de leur marque, soit en exposant directement celle­ci, soit par                            l’intermédiaire de leur produit. C’est pourquoi en général, on parle de placement de marque                            plutôt que de placement de produit. On utilise d’ailleurs le terme de branded integration deal                              (« contrat d’intégration de marque ») . 4   La publicité a beaucoup évolué au fil du temps. Mais les publicitaires ont toujours recours à                                l’association d’une marque ou d’un produit particulier à une figure, une égérie, un                          personnage emblématique pour amener la population à consommer. Pour se faire, ils                        passent un contrat dans lequel l’entreprise et la célébrité ont toutes deux certaines clauses à                              respecter. La star, par sa simple présence, va favoriser la mémorisation de la publicité et                              donc du produit tout en lui apportant une certaine caution.     E-commerce et divertissement audiovisuel, des points de connexion de plus en plus nombreux   Aujourd’hui la télévision n’est plus le seul support de visionnage. Ils se sont multipliés,                            et les marques apparaissent plus que jamais dans l’univers digital du consommateur.                        Cependant, celui­ci est tellement submergé d’informations qu’il est parfois difficile de les                        identifier. Mais la technologie avance et des ordinateurs permettent aujourd’hui d’analyser,                      trier, et classer des nombres astronomiques d’informations.   4 Bressoud, Étienne, et Jean­Marc Lehu. « Le placement de marques dans les films. Panorama, modalités                                d’exécution et efficacité. » ​La Revue des Sciences de Gestion, Direction et Gestion​, n​o​  233 (septembre 2008).  9 
  11. 11. Ainsi, les consommateurs pourraient connaître, visionner, et acheter ce qu’ils voient dans                        leurs écrans, en un clic. C’est l’ambition de certaines entreprises dont Looklive fait partie. Le                              slogan de cette start­up hollandaise est « shop what you watch » — (​achetez ce que vous                                  regardez​.) Dans le développement de ce mémoire, nous étudierons comment l’entreprise                      essaye de s’intégrer dans l’univers digital qui sépare aujourd’hui le e­commerce, du                        divertissement audiovisuel. La tâche n’est pas aisée et le projet reste « expérimental ». Pour                              cela, Looklive part d’un postulat : les gens ont envie d’acheter ce qu’ils voient dans leurs                                différents écrans. Ils regardent des séries et des films. Ils regardent aussi des photos, sur                              leurs ordinateurs, leurs téléphones et leurs tablettes. Ils voudraient également connaître les                        produits qu’ils voient sur ces photos. Comme ils en ont envie, il suffit de bâtir la technologie                                  qui leur permettra de le faire.      Dans un premier temps, Looklive se positionne comme une offre disruptive qui veut créer un                              nouvel usage de consommateur. Cependant, rien ne garantit que le concept fonctionnera.                        Dans tous les cas, l’exécution devra être parfaite. Dans un deuxième temps, Looklive se                            positionne en tant que partenaire des marques et des diffuseurs. Si la multiplication des                            supports peut effrayer les annonceurs dans la mesure où ils perdent l’attention des                          spectateurs, elle peut aussi les rassurer en offrant une nouvelle opportunité de communiquer                          pour la marque. Cette opportunité est peut­être même plus pertinente, car elle engage plus le                              spectateur.     Problématique.   L’évolution de la consommation audiovisuelle sur les supports numériques est en train                        de révolutionner la façon dont sont produits les contenus de divertissement. En même temps,                            l’achat de produits en ligne ne cesse d’augmenter grâce aux mêmes supports numériques.                          Les liens entre les marques et le contenu audiovisuel de divertissements ont toujours été                            présents. Cependant, de nouvelles opportunités se présentent grâce à Internet.     10 
  12. 12. Le monde du e­commerce peut­il s’intégrer dans les usages de consommation de                        divertissement audiovisuel ?    Pour répondre à cette problématique, nous étudierons, dans une première partie les                        tendances qui animent le e­commerce et le divertissement audiovisuel. Nous verrons d’abord                        quels sont les nouveaux usages de ces plates­formes, et en quoi ils modifient les habitudes                              de consommation précédentes. Ensuite, nous verrons comment ces deux univers sont liés et                          quelles sont les interactions qui leur permettent d’être complémentaires.    Dans une deuxième partie, nous nous focaliserons sur une étude de cas, celle de la                              start­up Looklive, dont l’ambition est de proposer aux consommateurs d’acheter ce qu’ils                        voient dans leurs différents écrans. Ça sera l’occasion de présenter le fonctionnement de                          l’entreprise et d’étudier les problématiques qui se posent pour atteindre cet objectif. Nous                          verrons comment Looklive arrive à fournir une proposition concrète aux consommateurs et                        nous étudierons la réception de cette proposition par les consommateurs. Enfin, nous                        verrons au­delà du défi technologique, comment Looklive essaye de diriger une                      communication pertinente pour élargir sa base de clients, à la fois vers les consommateurs,                            mais aussi vers les marques et les diffuseurs.       11 
  13. 13. Partie 1 : Acheter ce qu’on regarde — une transformation des usages possible grâce à Internet.   Le simple fait de s’intéresser au divertissement audiovisuel pose la question de sa                          transformation. Le passage de la télévision analogique à la télévision numérique qui est en                            cours  est une des plus grosses évolutions audiovisuelles jamais connues.  5 La diffusion numérique améliore considérablement la qualité de l’image télévisée. Elle profite                        également des techniques de compression pour multiplier les programmes disponibles, tout                      en offrant une véritable interactivité au téléspectateur.  Les améliorations de ces services incitent les consommateurs à évoluer en même temps que                            la technologie. Les nouvelles interfaces de navigation sont numériques, et intelligentes. Elles                        proposent des expériences plus intuitives et étendent le champ des possibles pour les                          téléspectateurs.     Côté e­commerce, pour la première fois en 2014, les consommateurs en Asie pacifique ont                            dépensé plus en ligne que dans le commerce traditionnel . Cette zone géographique devient                         6 en conséquence le plus gros marché de e­commerce dans le monde. Cette année­là, les                            ventes en ligne ont atteint près de 525 millions de dollars, rien que dans cette région. À titre                                    de comparaison, les ventes en ligne ont atteint environ 480 millions de dollars aux États­Unis                            . Il n’en reste que cette tendance est mondiale et se vérifie sur tous les continents. La                                 7 croissance vient principalement du développement rapide du téléphone mobile. Le mobile se                        propage dans les pays développés, mais d’autant plus dans les pays en plein                          développement. Les marques s’adaptent assez bien en proposant des prix qui rencontrent                        une demande, un mode de fonctionnement efficace, différents modes d’achat et différents                        mode de livraison.    5 Cette transformation est en cours à l’échelle mondiale. Bien qu’une grande partie en soit achevée dans des pays                                      développés. C’est un procédé qui tend à se généraliser dans le monde entier.  6 « Global B2C Ecommerce Sales to Hit $1.5 Trillion This Year Driven by Growth in Emerging Markets ­ eMarketer.                                        » Consulté le 15 août 2015.   7  ​Ibidem  12 
  14. 14. I - La progression commune du divertissement audiovisuel et du e-commerce dans l’environnement digital du consommateur.   L’univers digital du consommateur est de plus en plus marqué par la mobilité. Premièrement,                            l’Internet mobile nous a libérés des contraintes d’une connexion filaire. En plus, il offre tout                              simplement un moyen d’accès à Internet à des centaines de millions de personnes à travers                              le monde. Deuxièmement, les téléphones mobiles ne font pas que prolonger l’utilisation                        d’Internet, comme ils seraient utilisés avec des connexions fixes. Le mobile offre de                          nouvelles fonctionnalités complémentaires avec tous les appareils portables intelligents.                  Dans les habitudes de consommations mondiales, de plus en plus d’opérations se font via le                              mobile: visionnage, paiement, communication… C’est d’ailleurs ces opérations qui                  permettent au monde du divertissement numérique et du e­commerce de se développer si                          rapidement.      À​) Les tendances du e-commerce, une croissance linéaire et efficace.   Le e­commerce est un déjà un gros business et il continue de grossir tous les jours. Les                                  estimations de croissance de emarketer prévoient que les ventes e­commerce dans le                        monde entier ont atteint près 1500 millions de dollars en 2014. Ce chiffre est 20 % supérieur                                  à celui de 2013.      13 
  15. 15.   Évolution des ventes en ligne de 2006 à 2015 aux États unis, Bureau du recensement Américain, mai 2015.    Cependant, toutes les catégories du e­commerce ne sont pas égales. Les catégories                        d’e­commerce les plus populaires sont sans surprise, des biens non consommables et des                          produits liés au divertissement. Dans le dernier rapport Nielsen , la moitié des répondants au                           8 sondage en ligne souhaitent acheter des vêtements ou faire des réservations aériennes ou à                            l’hôtel à l’aide un dispositif en ligne dans les six prochains mois . Autres catégories                           9 croissantes dans le shopping en ligne comprennent les e­book , les billets pour des                            événements sportifs , ou encore les produits et les jouets (pour ne citer qu’eux). Les                              intentions de dépense des individus ont augmenté de plus de 10% depuis 2011.      Le marché en ligne pour l’achat de produits du quotidien et autres produits consommables                            est relativement petit, mais commence lui aussi à augmenter considérablement. Au­delà de                        l’acte d’achat en ligne , le numérique est une plate­forme de recherche et d’engagement de                              plus en plus importante .    8 Nielsen, est un groupe ​hollandais​, spécialiste de l'​édition professionnelle et de la mesure d'audience en                                  télévision​, ​radio​, ​presse écrite​, ​internet​ et téléphonie mobile.   9 ​Nielsen institute, ​“​Ecommerce : evolution or revolution in the fast moving consumer goods world.” Nielsen                                institute, AUGUST 2014    14 
  16. 16. « ​Le rythme ultrarapide du changement dans le paysage numérique a installé chez le                          consommateur un état d’esprit d’exploration et d’aventure quand il s’agit d’achats en ligne »​,                          a déclaré John Burbank, Président des initiatives stratégiques Nielsen » » . ​« Les                     10 consommateurs veulent des bons produits, à des bons prix, et les options apparemment                          sans limites dans l’environnement virtuel offrent des nouvelles opportunités pour les                      commerçants et les consommateurs .    1) Hôtel, avion, divertissement, mode : produits stars du e-commerce aux États-Unis   Quand il s’agit d’acheter des vêtements, des billets de spectacles, des livres, des jouets, ou                              des réservations pour des vols ou des hôtels, les consommateurs ont généralement quelque                          chose de spécifique à l’esprit. Pour ces opérations, il y a souvent une corrélation entre la                                recherche en ligne et le shopping. Ces liens étroits entre la navigation en ligne et l’achat                                d’articles sont ceux qui ont le plus haut taux de conversion. Dans ces domaines, entre 35%                                et 46% des internautes qui recherchaient un produit ont fini par l’acheter .  11   Comme indiqué , les gens sont plus enclins à acheter des produits non consommables en                              ligne . Mais certains ont des taux de conversion inférieurs. Certains produits sont plus                            favorables à l’achat en magasin qu’en ligne. Parmi eux, les équipements électroniques , les                            mobiles, le matériel informatique, les logiciels, les voitures, ou motos. Ces produits sont                          parfois chers  et requièrent un essai ou un conseil avant l’achat.     10 ​Nielsen institute, ​“​Ecommerce : evolution or revolution in the fast moving consumer goods world.” Nielsen                                institute, AUGUST 2014  11  Ibidem  15 
  17. 17.   Moyenne mondiale des intentions de recherche de produits en ligne dans les 6 prochains mois, ​e­commerce                                : evolution or revolution in the fasto moving consumer goods world. Nielsen institute, August 2014      Moyenne mondiale des taux de conversion entre la recherche et l’achat, classe par produit, ​Ecommerce :                                Evolution or Revolution in the fasto moving consumer goods world. Nielsen institute, August 2014  16 
  18. 18.   2) l’acheteur en ligne un internaute motivé, tendance jeune.   Dans les études, il apparaît que si les achats en ligne dépendent beaucoup des produits, ces                                achats dépendent aussi beaucoup de ceux qui les font. Ils ont tendance à être jeunes et à                                  avoir une utilisation du numérique bien développé.     ­ Caractéristiques sociales des acheteurs    Les « millenials » ou génération y (21­34 ans) sont un groupe démographique très                       12 convoité par les commerçants dans presque tous les secteurs, et le commerce électronique                          ne fait pas exception. Cette tranche d’âge a grandi dans l’ère du numérique, donc sans                              surprise, elle achète aussi en ligne. Cette génération déclare à 53 % avoir l’intention de                              faire un achat en ligne dans les 6 prochains mois. Dans la génération X (35­49 ans), ils sont                                    environ 28% à avoir l’intention de faire un achat en ligne dans les 6 prochains mois . Quant                                    aux baby­boomers (50­64 ans), ils sont environ 10 %. La génération silencieuse (âge 65+)                            contribue à environ 2%.  12 ​La génération Y regroupe des personnes nées approximativement entre le début des ​années 1980 et le début                                    des ​années 2000​. D'autres termes équivalents existent, dont enfants du millénaire ou les diminutifs GenY et Yers.                                  Les ​Américains utilisent également l’expression ​digital natives ou net generation pour pointer le fait que ces                                enfants ont grandi dans un monde où l'​ordinateur personnel​, le ​jeu vidéo et ​Internet sont devenus de plus en plus                                        importants.  17 
  19. 19.   La génération y fait plus de 50 % de la proportion totale des achats en ligne. ​Ecommerce : Evolution or                                        Revolution in the fasto moving consumer goods world. Nielsen institute, August  2014    Avec une pléthore d’appareils connectés à Internet à choisir, les consommateurs ne                        manquent pas de moyens pour naviguer et acheter en ligne. Dans le monde entier,                            l’ordinateur reste le dispositif privilégié pour la navigation en ligne et l’achat. Ensuite vient le                              téléphone mobile qui connaît d’ailleurs une forte augmentation. Dans les marchés en                        développement, le mobile est souvent le premier dispositif d’accès à Internet.   18 
  20. 20.   Les appareils les plus utilisés par les acheteurs en ligne en fonction de leur position géographique,                                Ecommerce : Evolution or Revolution in the fasto moving consumer goods world. Nielsen institute, August                              2014.    ­  Caractéristiques géographiques des acheteurs.     L’Amérique du Nord (84 %), l’Amérique latine (82 %) et l’Asie­Pacifique (81 %)                          comptent les plus grands pourcentages de répondants qui utilisent un ordinateur pour                        acheter en ligne dépassant la moyenne mondiale de 80 %. Les Européens répondants                          viennent juste en dessous du chiffre global avec 78 %. Au Moyen­Orient et en Afrique,                              l’utilisation de l’ordinateur est moins fréquente avec 60 % de répondants qui utilisent un                            ordinateur pour acheter en ligne.   19 
  21. 21. Par contre, l’utilisation du téléphone mobile est la plus forte au Moyen­Orient/Afrique, avec                          55 % des répondants. C’est­à­dire 11 % de plus que la moyenne mondiale qui est de 44 %.                                    De même, l’utilisation du téléphone mobile est très populaire en Asie­Pacifique (52 %) et en                              Amérique latine (48 %). Un tiers des répondants européens (33 %) et plus d’un quart (27 %)                                  des Nord­Américains utilisent leurs téléphones mobiles pour faire des achats.     Les tablettes sont actuellement moins populaires que d’autres dispositifs. Pourtant leurs                      caractéristiques de portabilité et de grand écran sont propices à l’achat en ligne.     B) La consommation de divertissement audiovisuel, toujours plus de numérique.   Un autre rapport de L’Interactive Advertising Bureau (ou IAB) traite de la relation des                           13 consommateurs au divertissement audiovisuel : ​The Changing TV Experience: Attitudes and                      Usage Across Multiple Screens​. Dans cette étude, nous apprenons qu’un américain sur trois                          en dessous de 18 ans possède soit une télévision connectée, soit un outil connecté qui                              diffuse du contenu vidéo vers sa télévision. Parmi eux, près de 38 % passent plus de 50 %                                    de leur temps de visionnage à consommer du contenu qui vient d’Internet.     1) de plus en plus de contenu disponible en ligne.   La moitié des possesseurs de télévision connectée préfère diffuser du contenu                      Internet sur leurs télévisions, car ces plates­formes sont moins intrusives, notamment au                        niveau de la publicité. En même temps, ils sont plutôt satisfaits de leur expérience de                              visionnage. Ils sont 76 % à exprimer qu’ils préfèrent le streaming en ligne . Ils préfèrent                             14 13 ​L’Interactive Advertising Bureau (ou IAB) est une organisation regroupant les acteurs de la publicité sur Internet                                  et dont le but est de développer des ​normes​, mener des recherches, et fournir un soutien juridique aux acteurs de                                        l'industrie qu'elle représente.  14 ​Le streaming (terme anglais, de stream : « courant », « flux », « flot »), flux direct, flux, lecture en continu, lecture                                                en transit ou diffusion en mode continu, désigne un principe utilisé principalement pour l'envoi de contenu en «                                    direct » (ou en léger différé).  20 
  22. 22. également le streaming, car celui­ci leur donne plus de contrôle sur le visionnage ou une                              meilleure sélection de programmes personnalisés.     Dans l’univers de la T.V connectée, les utilisateurs regardent au moins une fois par mois les                                éléments suivants :    • Plus des ¾ regardent du contenu venant de Netflix ou YouTube.    • Près de la moitié regarde des séries télévisées, Amazon, ou des vidéos venant de portails                                comme A.O.L, Google, ou Yahoo.     • Environ ⅖ regardent des vidéos sur Hulu .  15   2) de plus en plus d’appareils   Selon le rapport, 78 % des Américains utilisent simultanément un autre appareil tout                          en regardant la télévision traditionnelle. La navigation sur Internet est l’activité la plus                          populaire à travers les dispositifs. Les smartphones s’imposent comme le deuxième écran                        prédominant. Plus de deux tiers (69 %) des utilisateurs de smartphones mènent                        régulièrement des activités sur leur téléphone mobile lorsqu’ils regardent la télévision, et 84                          % le font tous les jours. En outre, plus de la moitié des propriétaires d’ordinateurs et de                                  tablettes regardent la télévision. Les possesseurs d’ordinateurs le font tous les jours, et 65 %                              des propriétaires de tablettes le font  avec la même fréquence.    Une partie importante des utilisateurs de smartphones, tablettes, et ordinateurs exécutent                      des tâches liées à la télévision en elle même, ou aux publicités. Ils utilisent leurs appareils                                pour :   15 ​Hulu est un ​site Web gratuit de ​vidéo à la demande qui propose également des services de ​partage de vidéo​. Le                                            site est une ​entreprise commune​ de ​NBC Universal​, ​21st Century Fox​ et ​The Walt Disney Company​.  21 
  23. 23.   • Email/messages/échange avec des amis sur l’émission la série ou le film (54 % des                              smartphones, 37 % des tablettes, 38 % des ordinateurs)    • Rechercher des informations sur le spectacle, le film, ou l’acteur (49 %, des smartphones,                              43 % des tablettes, 44 % des ordinateurs)    • Lire ou poster sur les réseaux sociaux pour parler du film, de la série ou des personnages.                                    (42 % des smartphones, 31 % des tablettes, 33 % des ordinateurs)    • Rechercher des commentaires sur un produit/service indiqué dans une publicité (37 % des                            smartphones, 40 % des tablettes, 40 % des ordinateurs)    • Diffuser sur les médias sociaux à propos d’une publicité (34 % des smartphones, 28 % des                                  tablettes, 26 % des ordinateurs)    Les résultats de l’étude confirment que multiscreening est à la hausse globale, avec 40 %                              des utilisateurs de smartphones qui déclarent qu’ils ont une activité accrue de multiscreening                          durant l’année écoulée.    22 
  24. 24.   Les foyers équipés de la SVOD adoptent la technologie, The total audience report, Q4 2014, Nielsen                                Institute, 2015.   II - Les points de rencontre entre le divertissement audiovisuel et le e-commerce : Le stade expérimental.   L’étude mondiale « Commerce Connecté » par DigitasLBi révèle une croissance dans                        l’utilisation des devices connectés, dont les objets connectés, et une hausse du social                         16 commerce ; poussant les retailers à personnaliser l’expérience shopping pour augmenter les                      ventes. Les attentes du consommateur connecté en 2015 sont claires : multiscreen, social                          shopping et personnalisation . Ces composantes sont les essentielles de la nouvelle                     17 expérience retail . 18 16  Anglicisme : ​Appareil​ en Français  17 « Les attentes du consommateur connecté 2015 : multi­screen, social shopping, personnalisation. Les                          composants essentiels de la nouvelle expérience retail. » ​DigitasLBi​. Consulté le 15 août 2015.  18 ​Le ​commerce de détail est le maillon final de la chaîne de ​distribution​. Il se distingue ainsi du ​commerce en gros​.                                            L'activité est double : Achat des ​produits auprès d'un ​fournisseur​, d'un ​producteur ou d'un ​importateur​, soit                                directement ou par l'intermédiaire d'un ​grossiste​. Revente de la marchandise à l'unité ou par petite quantité à un                                    client​ dans un magasin, une boutique ou ​par correspondance​ à l'aide d'un catalogue ou d'un site internet.    23 
  25. 25.   A) E-commerce et second écran : deux domaines qui se côtoient déjà.   Le consommateur de 2015 exige des marques de l’omni­channel et du multiécran, lui qui                            aujourd’hui utilise en moyenne 5 devices au quotidien (2,8 en 2014). Le mobile est la pierre                                angulaire entre off & online : « Ce nouveau consommateur veut gagner du temps et de                                l’argent, et avoir plus de choix. Le mobile le lui permet. » déclare Vincent Druguet, DGA ­                                  Chief marketing & innovation manager, DigitasLBi.   19   1) L’augmentation des appareils et l’augmentation des ventes, des phénomènes liés.   Les « seconds écrans » — smartphones et tablettes — utilisés par les téléspectateurs                            sont souvent craints par les marqueteurs. Ils seraient un moyen pour les consommateurs                          d’éviter la publicité télévisée. Cependant une étude universitaire a démontré une forte                        corrélation entre l’utilisation de ce second écran et les achats en ligne. Les internautes                            multitâches visitent le site Web d’un produit pendant ou après une publicité télévisée avant                            de potentiellement faire un achat.    Les chercheurs de Cornell, Harvard et l’Université de San Diego, Californie, ont suivi le trafic                              des sites de rencontres, des sites de voyage, des entreprises de télécommunications, des                          détaillants (y compris Amazon, JC Penney et Overstock.com), et d’un trio de chaînes de                            fabricants de pizza. Sur une échelle de 1.300 annonces télévisées qui ont été diffusés, le                              nombre d’internautes au augmenté de 100.000 sur  20 sites pendant les pauses publicitaires.     « ​Nous avons constaté un nombre important d’internautes multitâches qui sont motivés par                          les publicités télévisées, ils recherchent des informations où se rendent directement sur le                          19 ​Digitas LBI qui fait partie de Publicis Groupe, est une agence globale de marketing et technologie. C’est le                                      resultat de la fusion entre Digitas et LBI en fevrier 2013.  24 
  26. 26. site du produit. Ils le font même quand le programme a repris ​», a déclaré Jura Liaukonyte,                                  professeur adjoint d’économie l’École d’économie de Cornell.     2) Les différentes typologies de messages des annonces télévisées.   — Information consultation  — Action focus  — Emotion focus  — Imagery Focus    Cette même étude « Télévision Publicité et achats en ligne," a étudié quatre types                            d’annonces :    • « Action­focus » : Les annonces qui fournissent une offre d’une durée limitée ou tentent                                d’encourager l’action spécifique.     • « Information­consultation » : Les annonces qui expliquent le produit, le prix et les                              informations de la marque pour aider les spectateurs à évaluer une offre.     • « Emotion­focus » : Les annonces basées sur du storytelling, des histoires, de la créativité,                                ou de  l’humour pour attirer l’attention et engager les téléspectateurs.    • « Imagery­focus » : Les annonces qui fournissent la stimulation sensorielle, y compris                            l’imagerie visuelle évocatrice.    Les tactiques d’action­réflexion ont été trouvées pour augmenter le trafic directement sur le                          site et les achats connexes. Les publicités Information­consultation et Emotion­focus                    réduisent le trafic sur le site, mais augmentent le nombre de visiteurs qui achètent. Ils                              attribuent cette l’augmentation a « l’efficacité de la recherche des consommateurs. » La                          25 
  27. 27. seule corrélation négative est venue de contenu publicitaire axée sur l’imagerie, il réduit le                            trafic sur le site et n’augmente pas les recherches « peut­être, car il décourage les                                consommateurs de détourner leur attention loin de la télévision. »    En conclusion, les chercheurs ont écrit, « les gestionnaires de marque doivent faire face à                              deux effets concernant les internautes multitâches. D’une part, le multitasking peut                     20 détourner l’attention des consommateurs loin de la publicité. D’autre part, les appareils                        portables peuvent permettre une réponse plus immédiate et mesurable que la publicité                        traditionnelle. »    B) Une relation de complémentarité, qui installe des tendances pour le futur.   1) L’influence positive du cross-média sur le comportement des consommateurs.   La consommation de différents médias en même temps concurrence l’attention des                      téléspectateurs pour la publicité. Cependant cette consommation peut aussi faciliter la                      réponse immédiate et mesurable pour certaines publicités. L’étude « ​Télévision Publicité et                      achats en ligne » couvre un ensemble de données estimé à 3,4 milliards de dollars dépensés                              par près de 20 marques. Elle mesure le trafic des sites des marques et les transactions                                effectuées sur ces sites. Il s’agit de comprendre si et comment la publicité télévisée influence                              des changements dans les achats en ligne. À titre de comparaison, l’étude utilise les                            données des compétiteurs dont les publicités ne sont pas diffusées à la télévision. Les                            résultats indiquent que la publicité télévisée a une influence sur les achats en ligne, mais                              que le contenu de la publicité joue un rôle clef. Les publicités qui incitent le consommateur à                                  agir augmentent directement le trafic du site Web et aussi les ventes.  20 ​Multitasking est un terme anglophone qui prend sa source dans l’ingénierie informatique, désignant un type de                                  système d’exploitation capable de traiter en même temps plusieurs programmes informatiques. Il a ensuite été                              décliné pour s’appliquer à l’humain, il désigne désormais le fait de pratiquer plusieurs activités en même temps et                                    plus précisément d’utiliser plusieurs moyens de communication de manière simultanée.  26 
  28. 28. Les publicités dites informationnelles et basées sur l’émotion ou le storytelling réduisent le                          trafic sur le site Web tout en augmentant simultanément les achats, avec un effet net sur les                                  ventes qui est positif pour la plupart des marques.  Ces résultats impliquent que les marques qui cherchent à attirer l’attention des internautes                          multitâches doivent choisir leur message avec attention.    Avec le temps les ordinateurs sont devenus plus petits et plus puissants, en même temps la                                consommation de la télévision et d’Internet ont augmenté rapidement. De nombreuses                      études ont constaté l’apparition d’une consommation multitâche chez les consommateurs de                      médias. Parmi celles­ci une étude Nielsen affirmait que 34 % de l’usage global d’Internet se                              déroulait en même temps que le visionnage de la télévision . En même temps, le visionnage                             21 de la télévision n’a pas baissé. Les Américains la regardent toujours environ 5 heures par                              jour. En réalité, le temps passe devant la télévision et le temps passé sur Internet est sont                                  corrélés.  (Nielsen 2011.)    On pourrait donc penser que la télévision peut engager efficacement les acheteurs en ligne.                            Mais le multitasking incite­t­il les consommateurs de médias à interagir avec la télévision ou                            au contraire détourne­t­il leur attention de la télévision ?    De nombreux sondages démontrent que les interactions sont possibles. En 2012, Nielsen a                          constaté que 27 % des téléspectateurs américains ont indiqué rechercher un produit en ligne                            après l’avoir vu dans une publicité télévisée. En 2013, Ofcom indiquait que 16 % des                              téléspectateurs britanniques avaient cherché des informations sur un produit ou posté des                        commentaires sur les réseaux sociaux à propos d’une publicité télévisée .  22   21  Nielsen Institute, THE CROSSPLATFORM REPORT QUARTER 1, 201  22  Chadwick, Andrew. ​The Hybrid Media System: Politics and Power​. Oxford University Press, USA, 2013.    27 
  29. 29. Est ce que la télévision déclenche des ventes en ligne ? Si oui, comment cela se                              manifeste ? Une recherche récente (Zigmond and Stipp 2010 , 2011; Lewis and Reiley                       23 2013 ) a utilisé des données sur la recherche en ligne pour démontrer que les moteurs de                               24 recherche comme Google et Yahoo répondent quasi instantanément aux publicités                    télévisées. Cependant, a notre connaissance, aucune recherche n’avait essayé d’établir un                      lien  entre le contenu diffuse a la télévision et le trafic sur les sites Internet des produits.     Cette étude de l’université d’Harvard établit que les achats en ligne répondent à la publicité                              télévisée. En outre, elle examine comment ces effets dépendent des caractéristiques de la                          publicité, comme son contenu, sa longueur, son placement dans l’espace publicitaire.     Au final, que retenir de cette étude ? D’une part, que la diffusion d’une publicité a une                                influence sur les achats en ligne ! D’autre part, que le contenu de cette publicité joue un rôle                                  clef.     2) Message pertinent et facilite d’accès : Les composantes essentielles d’une stratégie cross-média réussie.   Les publicités qui poussent le consommateur à agir ou qui fournissent une offre limitée dans                              le temps augmentent  directement le trafic sur le site de la marque concernée.      Les publicités qui se concentrent sur l’émotion, l’image de marque ou le storytelling                          n’augmentent pas le trafic sur le site Internet de la marque. Cependant, ces publicités                            augmentent le nombre d’acheteurs. C’est­à­dire que ces consommateurs rechercher un                    produit dans leur moteur de recherche et passer a l’acte d’achat directement via des                            détaillants. Le processus est le même concernant les publicités informationnelles : il s’agit                          23 Graakjaer, Nicolai. ​Analyzing Music in Advertising: Television Commercials and Consumer Choice​. Routledge,                          2014.  24  ​Ibidem  28 
  30. 30. des annonces qui expliquent le produit, le prix et les informations de la marque pour aider les                                  spectateurs à évaluer une offre. Elles aussi augmentent le nombre d’achats en ligne.   Les publicités très visuelles basées exclusivement sur l’image ont tendance à réduire le trafic                            sur le site Web, a priori, elles découragent les consommateurs de détourner leur attention de                              l’écran principal qu’est la télévision.    Si cette étude était la première dans le genre, d’autres études ont déjà traité de l’influence de                                  la publicité en ligne. Dans leur étude « Comparing the Relative Effectiveness of Advertising                            Channels: A Case Study of a Multimedia Blitz Campaign ” (Etude de l'efficacité des                         25 publicites multimédia : Le cas d’une campagne multimedia intensive), Kalyan Raman et                        Prasad A. Naik ont deja demontré que multiplier les points de contact avec le consommateur                              via email, la television, ou le mobile augmentait le taux de ventes a court terme.  Dans la même veine, d’autres études ont révélé une synergie positive sur les ventres entre le                                fait de faire de la publicité à la télévision et sur d’autres médias au même moment (Kolsarici                                  and Vakratsas 2011 , Naik and Peters 2009 ) 26 27   Mis bout à bout, ces constats tendent à prouver que l’effet exponentiel du cross­média existe                              bel et bien. Cependant, les chercheurs commencent seulement à comprendre comment le                        contenu d’un médium peut influencer le comportement des utilisateurs sur d’autres médias. Il                          y a déjà 10 ans, Godes et Mayzlin ont démontré que les discussions en ligne à propos des                                    nouveaux programmes de télévision influençaient la note de ces programmes une fois qu’ils                          étaient diffusés. En fait, le bouche­à­oreille dans les conversations en ligne reflète assez bien                            les tendances dans les avis des spectateurs, en général. Plus récemment, Gong et coll.                            (2014) a conçu une expérience sur le terrain pour mesurer l’impact des tweets et retweets                              sur notes d’un programme de télévision. Ils ont constaté que les messages promotionnels                          25 Graakjaer, Nicolai. ​Analyzing Music in Advertising: Television Commercials and Consumer Choice​. Routledge,                          2014.  26 Roberto, Christina A., et Ichiro Kawachi. ​Behavioral Economics and Public Health​. Oxford University Press,                              2015.  27 Klapdor, Sebastian. ​Effectiveness of Online Marketing Campaigns: An Investigation into Online Multichannel                          and Search Engine Advertising​. Springer Science & Business Media, 2013.    29 
  31. 31. sur Twitter augmentent le nombre de téléspectateurs, notamment quand ils contiennent du                        contenu informationnel reweete par des influenceurs.     Le présent document est également inspiré par les travaux antérieurs sur la publicité directe                            de réponse. Un exemple dans ce domaine est Tellis et coll. (2000) , ils ont mesurés                             28 comment les possesseurs de téléphone ont réagit a a des publicités pour un nouveau service                              médical. Parmi les nombreuses constatations, les résultats ont montré que la publicité a                          augmenté de manière significative le nombre d’appels, mais que son effet diminue                        rapidement après une ou deux heures. Chandy et coll. (2001) ont étendu ce travail pour                             29 examiner l’influence des publicités attrayantes sur les consommateurs. Les publicités                    informatives et émotionnelles étaient toutes les deux efficaces pour générer des appels                        téléphoniques. Cependant  le contenu informationnel était le plus efficace.       28 Kirchberger, Sarah. ​Assessing China’s Naval Power: Technological Innovation, Economic Constraints, and                        Strategic Implications​. Springer, 2015.  29  Ibidem  30 
  32. 32. Partie II - Looklive - shop what you watch : Une proposition concrète pour définitivement intégrer le monde du commerce dans celui du divertissement audiovisuel.   En prenant compte des tendances développées dans la première partie, des                      entreprises se montent pour essayer d’intégrer le monde du e­commerce à celui du                          divertissement audiovisuel. Parmi ces entreprises, Looklive, une start­up fondée aux                    Pays­Bas sera l’objet de notre étude dans cette partie. Looklive n’est pas la seule entreprise                              à essayer de faire ce lien, mais c’est la seule qui a la prétention d’utiliser l’intelligence                                artificielle. D’autres concurrents proposent d’identifier des vêtements dans des séries et des                        films, mais dans leurs développements, ils n’ont pas choisi d’informatiser et d’automatiser                        ces procédés . Spylight, une autre entreprise dont l’ambition est de proposer aux                       30 spectateurs ce qu’ils voient à l’écran est basée aux États­Unis, dans la Silicon Valley.                            SpyLight permet d’acheter ce que vous voyez dans les émissions de télévision les films,                            mais pas sur les photos de célébrités. Comme Looklive, Spylight permet d’explorer la                          garde­robe de différents personnages de fiction. Spylight propose également des produits                      similaires et moins chers.   Une autre entreprise nommée « The Take » propose aussi aux utilisateurs d’acheter le                            contenu qu’ils voient à l’écran. Cependant, The Take se focalise sur les films. Ces deux                              principaux concurrents de Looklive identifient et indexent la plupart du contenu                      manuellement. Ainsi, les ressources humaines et financières nécessaires sont plus                    importantes. De plus, l’exactitude des produits trouvés n’est pas réellement fiable. Looklive                        n’a pas ce problème, car elle confie une partie de ce processus à des robots. C’est                                l’intelligence artificielle qui fait la moitié du travail.     30  ​ Voir analyse competitive en annexe  31 
  33. 33. I- Intelligence artificielle et choix humains — une combinaison gagnante pour relier ces deux univers.   Si l’intelligence artificielle fait la force de Looklive, elle ne suffit pas. En effet, les robots                                peuvent avoir des intuitions basées sur des analyses statistiques, mais peuvent aussi faire                          des erreurs. En cela, l’association avec des êtres humains permet une certaine                        complémentarité.     A) La création de Looklive : une histoire d’amitié et de complémentarité.   Cette association entre l’intelligence artificielle et les capacités humaines n’est pas le                        fruit du hasard. L’histoire a démarré grâce aux compétences de différents spécialistes du                          monde de la télévision et de l’intelligence artificielle. Nous allons voir que c’est une histoire                              d’amitié et de complémentarité qui a permis de créer le concept.     1) une anecdote de copains au service de la création d’un concept.   Christopher Archer, cofondateur et CEO de Looklive, a passé 6 années à gérer les                           31 opérations de vente en ligne pour le plus grand fournisseur de télévision par câble du monde,                                Liberty global. L’autre cofondateur et CTO , Gerbert Kaandorp a passé ses 10 dernières                         32 années professionnelles en tant que CTO pour Backbase . Backbase créé des portails                       33 Internet pour la plupart des grandes banques d’Europe.   31 ​Un directeur général,(en ​anglais : chief executive officer ou CEO) est le salarié qui occupe le rang le plus élevé                                          dans la ​direction d'une organisation, que ce soit une entreprise, un organisme à but non lucratif ou une entité                                      publique ou parapublique.  32 ​Le directeur de la technologie (CTO, pour Chief Technology Officer en anglais) est un employé chargé de                                    s'occuper de la direction des questions scientifiques et techniques au sein d'une organisation. Essentiellement, un                              directeur de la technologie est responsable de la transformation d'un capital (monétaire, intellectuel ou politique)                              en capital technologique qui aidera l'entreprise dans la poursuite des objectifs.  33 ​Backbase est une société de logiciels , fondé aux Pays­Bas en 2003 , qui a des bureaux à Amsterdam, Atlanta                                          et New York et à Londres . Les produits de base sont des plates­formes d’expérience client ( Backbase CXP ) et                                          Backbase engager ( une solution bancaire numérique ) .    32 
  34. 34.   Les deux amis se retrouvaient fréquemment pour aborder les problématiques relatives à                        leurs métiers. Christopher est un spécialiste des séries télévisées, il en consomme plus que                            de raison. Plusieurs fois, dans l’exercice de ses fonctions, il a reçu des messages de la part                                  des téléspectateurs. Dans nombreux de ces mails, les gens demandaient des informations                        sur les vêtements qui apparaissaient dans les séries. Ils voulaient savoir quelle était la                            marque du vêtement, de quelle collection il faisait partie ou encore où ils pouvaient se le                                procurer. De plus, Christopher est marié à une Hollandaise avec qui il partage la passion                              des séries télévisées. Il s’avère que sa femme est aussi très intéressée par la mode et fait                                  partie de cette audience qui désire connaître les informations sur les vêtements qui                          apparaissent à l’écran. C’est quand Christopher a abordé ce thème avec Gerbert que l’idée                            de Looklive a germé. En effet, Gerb était persuadé de pouvoir bâtir un système d’intelligence                              artificielle qui pourrait reconnaître les vêtements qui apparaissent à l’écran.     La problématique posée et leur expérience commune les ont poussés à se réunir pour créer                              Looklive.  Ils ont donc quitté leurs fonctions pour construire cette nouvelle aventure.    L’université d’Amsterdam et Hyves.    Looklive représente un défi technique qui nécessite les développeurs de logiciels                      d’intelligence artificielle les plus expérimentés. L’équipe de développeurs informatiques est                    gérée par le COO , Jasper Wognum (Anciennement Hyves et TMG ) . Elle est composée                           34 35 programmateurs de logiciels qui étaient tous des amis à l’université d’Amsterdam. Ils font                          tous partie de la même promotion du Master en Intelligence artificielle de l’Université                          d’Amsterdam. Parmi eux, de nombreux ingénieurs informatiques sont des anciens collègues                      34 ​Le directeur de l'exploitation (aussi appelé, directeur des opérations (DOP) est un membre de l'équipe de                                  direction d'une ​entreprise​. Dans cette fonction, il doit assurer la direction du périmètre de production qui lui est                                    confié. Pour réussir sa mission, des ressources productives (compétences humaines, matérielles, logicielles, etc.)                          lui sont allouées. Il en a la gestion et le management des activités.  35 ​Le Telegraaf Media Groep NV ( TMG ) ( Euronext : TMG ) est une société de médias et d'édition néerlandaise .                                              Elle est active dans la presse quotidienne, magazines et Internet.    33 
  35. 35. d’un réseau social hollandais nommé ​Hyves​. Ils se retrouvent aujourd’hui dans l’aventure                        Looklive.    Hyves est un site Web de réseautage social localisé aux Pays­Bas, principalement composé                          de membres et visiteurs néerlandais, concurrent d’autres sites Web tels que Facebook et                          MySpace. Hyves est fondé en 2004 par Raymond Spanjar et Floris Rost van Tonningen. Le                              service est disponible en néerlandais et en anglais. En mai 2010, Hyves recense plus de                              10,3 millions d’inscriptions. Ce nombre correspond presque au deux tiers de la population                          néerlandaise (à plus de 16 millions en 2010), mais il implique des doubles comptes et des                                comptes inactifs. Avec la concurrence de Facebook, le site s’est changé en plate­forme de                            jeux en ligne dès fin 2013. Ainsi, de nombreux développeurs informatiques ont quitté le                            navire pour se retrouver dans une nouvelle aventure : celle de Looklive.     2) Contexte   Objectif de base    Fondée à Amsterdam, aux Pays­Bas par un Canadien et un Hollandais, Looklive a été                            construit pour être un produit véritablement international dès sa création.    Looklive combine le shopping et le divertissement en ligne dans un même univers.                          L’entreprise se veut une plate forme sur laquelle les utilisateurs peuvent voir toutes leurs                            émissions préférées, découvrir comment les personnages sont habillés — et ensuite, acheter                        exactement les mêmes vêtements.    Raccorder les téléspectateurs aux produits, aux spectacles, à des personnages, des scènes                        ou des marques nécessite d’innover technologiquement. Les fondateurs du site ont étudié                        les nécessités techniques depuis deux ans. C’est le temps qu’il a fallu entre la création de                                34 
  36. 36. l’idée et la compréhension de tous les enjeux du problème posé. Le système qui résulte de                                ce processus a été nommé « Kitt ».    Looklive permet à ses utilisateurs d’identifier presque chaque vêtement, paires de                      chaussures, ou même accessoires difficiles à trouver comme des bijoux. À plus long terme,                            Looklive ambitionne de récolter toutes les informations qui apparaissent dans les différents                        écrans des consommateurs : localiser une scène, reconnaître un produit, identifier les                        personnages. Ainsi Looklive veut devenir une sorte de bibliothèque géante d’informations                      accessibles aux consommateurs.    Pour faire simple, si vous avez vu un produit sur une célébrité, dans une émission populaire                                ou une série T.V, vous le retrouverez sur Looklive, en peu de temps. Il suffit d’appuyer sur                                  pause, d’activer votre application ou de cliquer dans votre explorateur. Ensuite il faudra                          sélectionner  le produit, choisir le meilleur prix et renseigner vos données de livraison.        35 
  37. 37.   Organigramme de l’entreprise Looklive      36 
  38. 38.     ­ Contexte financier.     Premièrement, nous allons comprendre pourquoi le financement est nécessaire.                  Looklive a commencé grâce au « bootstrapping », « le processus de financement d’un                      démarrage à travers les économies des fondateurs ». De nombreuses start­ups Internet ont                        démarré grâce au bootstrapping avant de trouver des investisseurs. Par exemple, Facebook,                        MailChimp  et AirBnB . 36 37   Chaque fois qu’une entreprise obtient un financement, elle donne une part d’elle­même. Plus                          les financements sont importants, plus la société abandonne de ses parts. Ce morceau de                            l’entreprise s’appelle « l’équité ». Tous les investisseurs qui donnent de l’argent à l’entreprise                            pour son développement deviennent des copropriétaires.     L’idée de base derrière l’équité est la séparation d’un gâteau. Lorsqu’une entreprise démarre,                          le gâteau est petit. Les fondateurs possèdent donc 100 % d’un petit gâteau. Lorsque                            l’entreprise accueille un investissement extérieur et se développe, le gâteau devient plus                        grand. Ainsi, les fondateurs de l’entreprise ne possèdent plus la totalité du gâteau, mais                            simplement une part. Cependant, cette part du gâteau aura toujours une superficie plus                          grande que l’entièreté du gâteau initial. Lorsque l’entreprise Google est devenue publique,                        Larry et Sergey possédaient 15 % du gâteau chacun. Mais ces 15 % étaient une petite                               38 39 tranche d’un très gros gâteau.    36 ​MailChimp est un fournisseur de services de marketing par courriel , fondée en 2001. Il dispose de 7 millions                                        d'utilisateurs qui envoient collectivement plus de 10 milliards de courriels par le service chaque mois.  37 ​Airbnb est une ​plateforme communautaire de location et de réservation de logements de particuliers fondée en                                  2008 par les américains​Brian Chesky​ et Joe Gebbia.  38 ​Larry Page est un ​informaticien ​américain​, cofondateur du ​site internet et ​moteur de recherche ​Google avec                                   Sergueï Brin  39 ​Sergey Brin est un ​informaticien et ​entrepreneur ​américain d'origine ​soviétique​, cofondateur avec ​Larry Page de                                la société ​Google​.  37 
  39. 39. Une fois que la première version du produit s’avère prometteuse. L’entreprise s’approche                        d’investisseurs. Ce sont les investisseurs qui vont donner une certaine valeur à l’entreprise                          en achetant un certain nombre de part. À titre d’exemple, s’ils décident que 10 % de                                l’entreprise ont une valeur de 100.000 euros, cela veut dire que les 100 % de l’entreprise                                valent 10 fois plus, c’est­à­dire 1.000.000 d’euros.      Le premier tour d’investissement s’appelle série A. Il donne une durée de vie à l’entreprise                              selon ce qu’elle dépense par mois, ou ce qu’elle a prévu de dépenser en fonction de                                nouvelles ressources humaines ou matérielles. À la suite de cette série d’investissements,                        soit l’entreprise obtiendra un second tour d’investissements appelés série B qu’il lui permettra                          de survivre encore, soit les investisseurs estiment que l’entreprise ne sera jamais viable et                            arrêtent d’injecter de l’argent. Dans ce cas de figure, l’entreprise mourra. Dans le dernier cas                              de figure, l’entreprise a fait ses preuves et décide d’ouvrir ses fonds au public. Dans ce cas                                  de figure, tout un chacun pourra acheter des parts dans l’entreprise moyennant argent. Ces                            actionnaires deviendront alors proportionnellement copropriétaires de l’entreprise.      En juin 2015, Looklive vient de clôturer un tour d’investissements à hauteur de 2,5                            millions d’euros auprès de deux investisseurs. Le premier investisseur est l’ancienne                      entreprise dans laquelle travaillait Christopher Archer : Liberty global. Liberty global est une                          entreprise internationale de télécommunications dont le siège est au Royaume­Uni ; c’est un                        leader mondial de la télévision par câble et satellite et un fournisseur d’accès à Internet.                              L’autre investisseur, Volta venture, est un investisseur à capital­risque. Les investisseurs en                        capital risque (appelés « capital­risqueurs » ou venture capitalists) apportent du capital, ainsi                          que leurs réseaux et expériences à la création et aux premières phases de développement                            d’entreprises innovantes ou de technologies considérées comme à fort potentiel de                      développement et de retour sur investissement. Parmi les succès récents les plus connus du                            capital­risque, on peut par exemple citer Google aux États­Unis et Skype  en Europe. 40   40 ​Skype est un ​logiciel gratuit qui permet aux utilisateurs de passer des appels téléphoniques et vidéo via Internet,                                      ainsi que ​le partage d'écran​.  38 
  40. 40. D’autre part, des discussions sont en cours avec Intel , qui souhaite soutenir Looklive.  41 Ces apports financiers permettent à Looklive d’envisager sereinement le futur en travaillant                        sur le développement du produit et de la recherche/développement. Ainsi Looklive devrait                        pouvoir embaucher de nouveaux employés. De plus, cet apport financier sert aussi de                          caution morale et crédibilise le concept.     2) l’identification des produits — un procédé mécanique et automatisé, seulement en partie.   Comment est­il possible identifier les produits ? La réponse est courte. « Kitt » . C’est                          le nom du robot qui fournit des informations sur le produit. Il analyse toutes les données                                rattachées au contenu et en déduit le produit demandé. Cependant, il propose un choix à                              l’être humain qui prendra la décision finale. Looklive veut que le processus pour identifier                            un produit soit un mélange d’une partie informatique et d’une partie humaine. Les éditeurs                            de contenus qui travaillent pour Looklive n’ont pas besoin d’inscrire manuellement les                        personnages, les célébrités, ou les vêtements. Ils doivent valider l’intuition de Kitt. L’intuition                          de Kitt, elle, est capable de reconnaître les acteurs, les marques, la relation entre les                              marques et les personnages, les  tendances, les styles, et les couleurs.     Quant aux partenariats avec les producteurs ou créateurs de costumes pour identifier la                          garde­robe, ils n’existent pas. Christopher Archer, qui a passé les six dernières années de sa                              carrière dans un des plus gros groupes audiovisuels du monde a déjà travaillé avec des                              acteurs majeurs dans l’industrie du divertissement. Avec son expérience, Looklive a une                        vision claire des complexités de l’écosystème qu’est la télévision. Le choix qui a été fait est                                celui de l’indépendance vis­à­vis des sociétés de production. Looklive ne fait pas de                          partenariat avec les  producteurs ou les créateurs de costumes pour identifier les produits.   41 Intel Corporation est une entreprise ​américaine cofondée en ​1968 par ​Gordon Moore​, ​Robert Noyce et ​Andrew                                   Grove​. Elle est le premier fabricant mondial de ​semi­conducteurs si on se base sur le chiffre d'affaires. Elle                                    fabrique des microprocesseurs — c'est d'ailleurs elle qui a créé le premier ​microprocesseur ​x86 —, des ​cartes                                  mères​, des ​mémoires flash​ et des ​processeurs graphiques​ notamment.  39 
  41. 41.   Il n’y a pas non plus de partenariats avec les distributeurs, les détaillants ou les marques.                                Looklive dispose d’une offre commerciale différente pour chaque interlocuteur, qu’il soit un                        producteur de contenu, un distributeur de contenu, un opérateur de câble et OTT, une                            marque, ou un détaillant en ligne. Si ces acteurs disposent d’une plate­forme d’affichage en                            ligne, qu’il s’agisse d’un site Internet, d’une application, d’un site mobile ou d’un hébergeur                            de vidéos, ils peuvent intégrer le Widget Looklive.    LookLive Technology & Le Web sémantique    LookLive Technology est construit sur le graphe du Web sémantique . Proclamé la                       42 prochaine évolution du Web par son créateur, Tim Berners­Lee , le Web sémantique est                         43 plus intelligent. Les informations ne sont pas seulement stockées, mais comprises par les                          ordinateurs. Ensuite, c’est le rôle des ordinateurs de comprendre comment les indexer                        intelligemment. Puis, d’apporter à l’utilisateur ce qu’il désire vraiment. D’après la définition de                          Tim Berners­Lee, le Web sémantique (contrairement au Web actuel qui est vu comme un                            Web syntaxique) permettra ​« de rendre du contenu sémantique venant de ressources Web,                          interprétables, non seulement par l’homme, mais aussi par la machine. »    Le Web sémantique, cherche à faire en sorte que les outils utilisés par l’être humain ne                                puissent plus juste afficher les requêtes, mais puissent aussi les automatiser. Le but est de                              transformer la masse ingérable des pages Web en un gigantesque index hiérarchisé.    Le procédé est semblable à la façon dont Facebook a construit le graphe social, reliant                              toutes les informations au sein de votre communauté au sens large. Berners­Lee a passé les                              dernières années à essayer de conduire ce mouvement. À partir de 2013, la technologie a                              42 ​Le Web sémantique, ou toile sémantique, est un mouvement collaboratif mené par le ​World Wide Web                                  Consortium​ (W3C) qui favorise des méthodes communes pour échanger des données.  43 ​Timothy John Berners­Lee, ​KBE​, né le ​8 ​juin ​1955 à ​Londres​, est un citoyen britannique, principal inventeur du                                      World Wide Web​ (WWW) au tournant des années 1990.  40 
  42. 42. mûri. Il est désormais possible pour une PME de construire ses bases techniques sur le                              Web sémantique    Beaucoup considèrent le Web sémantique comme une combinaison de l’intelligence                    artificielle et de la cognition humaine. Quand les ordinateurs ont commencé à créer de                            nouvelles informations, nous avons assisté à un changement du « Web de documents » au «                                Web de données ». Le but du Web sémantique d’​aider l’émergence de nouvelles                          connaissances en s’appuyant sur les connaissances déjà présentes sur ​Internet​.     Looklive essaie de construire un concept disruptif. Le défi auquel Looklive fait face est                            celui de construire une technologie nouvelle, et unique. Cette technologie unique devra servir                          à créer un nouveau marché pour l’industrie de l’entertainment. Looklive recherche donc des                          profils atypiques dans ses équipes. Évidemment, Looklive recherche des personnes                    expérimentés, qui connaissent le milieu de l’intelligence artificielle et du divertissement.                      Cependant l’entreprise recherche aussi des profils frais qui n’ont pas d’idées reçues sur les                            tâches à accomplir, et ainsi pourront participer à l’innovation technologique avec un regard                          neuf.     a ) la technologie du product finder  — un procédé automatise    Pour l’instant, la technologie qui permettrait de reconnaître des vêtements dans des                        images n’existe pas. Partout dans le monde des chercheurs se penchent sur le sujet . Grâce                             44 aux évolutions technologiques, ils font des progrès. Cependant, il est impossible à l’heure                          actuelle de déterminer un vêtement précis dans une image. Si un personnage porte un gilet                              noir, les robots sauront reconnaître que c’est un gilet noir. Pour l’instant, ils ne sont pas                                capables de déterminer, la marque, la taille ou la collection du gilet. Au travers des                              différentes recherches en cours, on estime qu’il faudra une vingtaine d’années pour faire                          44 Benoit, Marine. « Applis de « sourcing » : la mode du prêt­à­scanner. » ​Le Monde.fr​, 16 janvier 2015, sect. M le                                        mag.     41 
  43. 43. aboutir ce genre de projets, si jamais ils aboutissent un jour. Les coûts en matière de                                recherche sont importants. Cette recherche ne sera donc financée que si les résultats en                            valent la peine.     Looklive utilise une partie de ses ressources humaines et matérielles pour essayer de faire                            avancer la reconnaissance visuelle. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un projet à part entière dans                              l’entreprise, les ingénieurs informatiques gardent un œil sur l’avancement de la technologie                        et la façon dont ils pourraient l’utiliser. Cette partie de Recherche et développement sert                            essentiellement à faire de la prospective. Il s’agit d’anticiper comment Looklive pourra utiliser                          et faire évoluer la technologie.     À ce stade Looklive utilise une méthode différente pour identifier les vêtements. Cette                          méthode n’est pas basée sur la reconnaissance visuelle, cependant elle utilise l’intelligence                        artificielle. Looklive ne reconnaît pas les produits dans les images à proprement parler.                          Looklive est capable d’analyser les plates­formes digitales qui hébergent ces images.                      Chaque support numérique est composé d’un code contenant des informations, des                      données. Looklive est capable d’analyser ce code pour identifier les personnages, les                        marques et les vêtements.    Prenons un exemple concret. Un internaute surfe sur le site Web du dailymail . Il est                             45 intéressé par un article concernant la chanteuse américaine Beyonce . Dans cet article il y a                             46 une description de la robe de Beyonce qui comprend la couleur, le modèle, et la marque.                                Cependant, cet article ne fait pas le lien vers un site ou il est possible d’acheter la même                                    robe. C’est là que Looklive intervient.    Les ingénieurs ont construit un robot qu’ils nomment « product finder » (un                          identificateur de produit). Ce product finder parcours les pages Internet qui hébergent les                          45 ​Le Daily Mail est un ​journal ​britannique publié depuis ​1896​. Il est deuxième en nombre de ventes quotidiennes                                      en ​Grande­Bretagne​, juste après ​The Sun​. l'un des quotidiens en langue anglaise les plus diffusés dans le monde.   46 ​Beyoncé est une ​chanteuse​, ​auteure­compositrice­interprète​, ​danseuse et ​actrice ​américaine​. En décembre                        2014, elle dénombre plus de 170 millions d'albums vendus dans le monde.  42 
  44. 44. sites d’informations, les réseaux sociaux, les blogs, ou les vidéos. Dans le code de ces                              pages Web, le product finder reconnaît les informations. Il identifie donc qu’il s’agit sur cette                              page de Beyonce, d’une robe, de la marque de la robe, et du modèle. D’autre part le Product                                    finder parcourt les pages de sites de e­commerce, des détaillants et connecte les premières                            informations aux secondes. Ainsi le product finder délivre un résultat qui associe l’image                          analysée a un produit présenté sur un site Internet de e­commerce.     b) Le rôle des éditeurs de contenus.     Au final ce sont les éditeurs de contenus qui décideront de ce qui est publié sur le site                                    et l’application. Ils doivent déterminer si le résultat que propose le robot est consistant et si le                                  produit propose correspond effectivement a l’image. Parfois la science ne vaut pas l’œil                          humain, surtout à l’heure où les vêtements sont customisés et réadaptés par ceux qui les                              portent. Ainsi, il faut donc confier une tâche de vérification à ces éditeurs de contenus.                              Justement, ces vêtements sont parfois customisés ou il s’agit parfois de pièces uniques.                          Dans ce cas le robot ne pourra jamais délivrer un résultat consistant. Il sera capable de                                reconnaître le produit, ses caractéristiques, mais il ne proposera aucun lien pour acheter le                            produit. Dans ce cas l’éditeur de contenu peut tout de même présenter le produit, mais il                                devra indiquer pourquoi le produit n’est pas disponible . Il peut s’agir d’une rupture de stock,                             47 d’un produit qui n’est pas encore sorti, d’un produit exclusif, ou d’un produit qui a été modifié                                  ou customise après sa vente. Ces données doivent tout de même être présentées dans la                              mesure ou le consommateur veut savoir s’il pourra acheter le produit dans les semaines qui                              viennent. Il sera alors l’occasion de lui rappeler grâce à un email ou une alerte sur son                                  application.    B) Une expérience utilisateur novatrice qui veut s’intégrer dans les usages du consommateur.   47  Voir annexe “commerce display”  43 
  45. 45. Dans un monde Internet submergé d’informations, il faut essayer par tous les moyens de                            rappeler l’existence du concept aux consommateurs. C’est une des composantes qui a fait le                            succès de Facebook à ses débuts. Les utilisateurs étaient toujours avertis par un email                            lorsqu’ils avaient une interaction sur le site. Cet avertissement poussait les utilisateurs à                          revenir sur le site et à interagir à leur tour. Ce système d’email est toujours présent, mais a                                    été supplanté par le système des notifications qui rythme la vie de tous nos téléphones                              mobiles.     Pour rester en contact avec les utilisateurs, Looklive utilise leurs données. En effet, quand                            les utilisateurs s’inscrivent sur le site, Looklive récupère des informations les concernant.                        D’une part, ces informations seront utilisées pour personnaliser le produit au goût du                          consommateur. On lui demande en effet de fournir des informations sur les personnalités et                            les marques qu’il apprécie . Ensuite il verra apparaître ces personnalités et ces marques,                         48 car il les apprécie. Il s’agira alors de lui proposer des nouveautés pour qu’il suive de plus en                                   49 plus de contenu et donc qu’il fournisse de plus en plus d’informations.     1) Les produits Looklive : des interfaces différentes qui s’adaptent aux appareils   Le site Internet ​www.looklive.com    Looklive est un site Internet avec un design très visuel basé sur une navigation                            intuitive. Les images sont grandes, et la quasi­totalité de l’interface est cliquable. Le site                            reprend cependant quelques codes institutionnels des sites de e­commerce. Le logo se                        trouve par exemple, en haut à gauche de la fenêtre Internet. La barre de recherche est au                                  centre . L’arrière­plan de la page d’accueil est une vidéo pour donner plus de dynamisme au                             50 48 L’utilisateur fournit ces informations en suivant le fil d’actualite de ces célébrités ou ces marques sur le site ou                                        l’application Looklive.  49 Les nouveautes seront etablies en fonction de la popularite de la marque ou de la celebrite dans la base de                                          donnee Looklive.   50 Andrieu, Olivier, Charles Barat, Murielle Cahen, Jean­Marc Herellier, Michelle Jean­Baptiste, Philippe                        Jean­Baptiste, et Patrick Puillandre. ​Développer son activité e­commerce: Ouvrage numérique PDF​. NATHAN, s.                          d.  44 
  46. 46. site. La vidéo attrape l’attention de l’utilisateur du site. Le choix du contenu est là pour le                                  rassurer en lui montrant des éléments qu’il est supposé reconnaître .  51     Capture d’écran de la page d’accueil du site Internet. La plus grande partie en arrière­plan est une vidéo                                    animée. ​www.looklive.com    51  Il s’agit des célébrités les plus populaires sur le site et de leurs dernières apparitions   45 

×