Alex. bd introduction french

151 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
151
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Alex. bd introduction french

  1. 1. PARTIE II. DOCUMENTS DE REFERENCE A. Introduction L’éducation au-delà des frontières, parfois également appelée éducation transnationale, est un phénomène qui recouvre les différentes façons dont les personnes, les cours, les programmes, voire le cadre institutionnel dans son ensemble se déplacent afin d’offrir un enseignement par delà les frontières nationales. Face à une demande toujours croissante d’enseignement supé- rieur et compte tenu de l’ampleur des opportunités qui s’offrent de tester différentes approches, il n’est guère surprenant que les discussions sur l’éducation au-delà des frontières aient proli- féré. Les responsables de l’enseignement supérieur et les décideurs politiques ressentent le besoin d’étudier et de mieux comprendre les différentes raisons qui agissent comme moteurs des activités transfrontalières, les avantages et les risques ainsi que les effets à long terme de ces développements sur le reste du système éducatif.PARTIE II. DOCUMENTS DE REFERENCE Par l’organisation de cet événement en deux parties – une Réunion mondiale des Associations d’Universités et une Conférence internationale ouverte à tous les partenaires de l’enseignement supérieur –, l’Association internationale des Universités poursuit plusieurs objectifs : • offrir un forum mondial pour étudier les tendances actuelles et les nouveaux développements de l’éducation au-delà des frontières ; • permettre aux associations nationales, régionales et internationales d’universités et d’établisse- ments d’enseignement supérieur de réfléchir sur les défis que pose l’éducation au-delà des fron- tières pour leurs membres, pour elles-mêmes et au niveau mondial ; • diffuser, soutenir et mettre en œuvre la déclaration Un enseignement supérieur de qualité au delà des frontières : déclaration au nom détablissements denseignement supérieur dans le monde entier ; • étudier et débattre sur la mise en œuvre d’autres politiques telles que les directives élaborées par l’UNESCO et l’OCDE pour s’assurer que les règles de bonne conduite sont appliquées à l’édu- cation au-delà des frontières ; • définir les mesures concrètes et les activités spécifiques qui peuvent être prises et poursuivies par les associations et les établissements sur une base individuelle ou collective pour s’assurer que les avantages de l’éducation au-delà des frontières soient maximales, notamment pour les étudiants ; • débattre sur le type de suivi et les autres activités que les associations d’universités pourraient entreprendre collectivement et possiblement avec d’autres partenaires. La Réunion mondiale des Associations La Réunion mondiale d’Associations mettra l’accent sur la façon dont l’éducation au-delà des fron- tières affecte leur travail, les nouvelles attentes qu’elle peut susciter chez leurs membres et les nou- veaux services et les nouvelles expertises qu’elle nécessitera. Les Associations pourront établir des comparaisons concernant l’ampleur du phénomène dans leurs régions et pourront débattre de quelle manière il est perçu par leurs membres. Les développements en matière de politique, la recherche, les conseils et les nouveaux services ou les services actuels pour les membres figurent 12 parmi les domaines d’action à envisager.
  2. 2. Il sera demandé aux Associations, notamment dans les Groupes de travail, de délibérer desproblèmes suivants :• la notion d’éducation au-delà des frontières est-elle comprise de la même manière ?• pourquoi les déclarations de politique et les lignes directrices débattues sur la scène internationale sont-elles nécessaires ?• quels sont les principaux défis posés par l’éducation au-delà des frontières et à qui se posent-ils ?• un système volontaire de directives et de déclarations de principes suffit-il pour s’assurer que les effets négatifs sont minimisés et les risques éloignés ?• dans quelle mesure ces cadres politiques offrent-ils une alternative pour négocier plus avant l’enseignement supérieur au sein de l’AGCS ?• qui doit être impliqué dans le développement des politiques, des stratégies ou des plans d’action PARTIE II. DOCUMENTS DE REFERENCE pour gérer l’enseignement supérieur au-delà des frontières ?La Conférence internationalePlusieurs aspects de l’éducation au-delà des frontières sont bien connus et font partie d’une tradi-tion ancienne de coopération universitaire internationale, de coopération en matière de rechercheet de renforcement des capacités pour combler les lacunes des établissements partenaires. Souvent,l’éducation au-delà des frontières est au cœur des efforts institutionnels d’internationalisation enaccentuant la réciprocité de la mobilité des étudiants et des enseignants, en établissant des pro-grammes conjoints d’enseignement et de recherche, etc. Mais bien souvent l’éducation au-delà desfrontières est développée en dehors des stratégies institutionnelles d’internationalisation et a un butfinancier plutôt qu’académique et par des établissements qui ne partagent pas le même engage-ment envers le partenariat et la collaboration. Parfois, les fournisseurs d’éducation au-delà des fron-tières peuvent contribuer à attirer des enseignants par de meilleures conditions et de meilleurs salai-res mais le font au détriment de l’éducation locale publique. Dans les situations de demandes nonsatisfaites d’accès à l’enseignement supérieur, l’éducation au-delà des frontières peut offrir uneréponse mais elle peut également exacerber des conditions déjà difficiles et même saper les politi-ques nationales de développement et de langues.Au cours de la Conférence internationale qui est ouverte à tous les établissements et aux autrespartenaires de l’enseignement supérieur, les participants étudieront les problèmes et les questionsqui touchent aux conditions optimales dans lesquelles l’éducation au-delà des frontières offre dessolutions à de vrais problèmes et quels types d’offre transfrontière sont les plus adaptés aux diffé-rents contextes. Les questions qui seront traitées pendant la Conférence par les orateurs et dans lesGroupes de travail sont les suivantes :• l’éducation au-delà des frontières doit-elle faire partie d’une stratégie institutionnelle d’internatio- nalisation ?• comment l’éducation au-delà des frontières peut-elle réconcilier l’excellence académique, le recou- vrement des coûts, les avantages mutuels et la compétitivité ? 13
  3. 3. • quels partenaires doivent être impliqués dans le développement d’une stratégie d’éducation au-delà des frontières pour l’établissement, le pays ? • les principes de la Déclaration Un enseignement supérieur de qualité au delà des frontières peuvent-ils être adoptés et mis en œuvre au niveau de l’établissement ? Peuvent-ils et doivent-ils être suivis ? • comment les recommandations des lignes directrices de l’OCDE/UNESCO peuvent-elles être mises en œuvre et suivies ? • comment les Déclarations et les Lignes directrices ou tout autre instrument réglementaire non contraignant sont-ils plus appropriés pour l’enseignement supérieur et dans quelle mesure peuvent-ils se substituer aux accords commerciaux ? • pouvons-nous – et si oui, comment – éviter la polarisation du débat entre les défenseurs de régu- lation par cadres politiques et les défenseurs du libéralisme économique où le marché et le com- merce dictent les règles ? L’AIU est convaincue que les associations d’universités à tous les niveaux et les établissements d’en- seignement supérieur pro-actifs, bien informés et motivés peuvent jouer un rôle important pour s’assurer que le leadership universitaire, les étudiants, les décideurs et les autres partenaires soientPARTIE II. DOCUMENTS DE REFERENCE conscients de l’importance de ces problèmes, comprennent les tendances et développent des poli- tiques et des programmes solides pour faire en sorte que l’éducation au-delà des frontières reste un élément positif dans les années à venir. A Alexandrie, l’AIU invite les participants à jouer un rôle actif pour faire en sorte que la communauté universitaire passe de déclarations de politique, de déclarations et de lignes directrices à des stratégies et des actions spécifiques susceptibles d’être adoptées et mises en œuvre aux niveaux institutionnel et organisationnel. Eva Egron-Polak Secrétaire générale, Directrice exécutive, AIU 14

×