IAU Sao Paulo Conference, July 25-29, 2004                                                   12th General Conference: The ...
C’est bien sûr d’abord ici que l’outil de la mobilité prend une grande importance. Comment mieuxéchanger que grâce à la mo...
comme un instrument de leur propre stratégie de développement.Permettre aux universités des régions en développement, d’ex...
de l’offre internationale de formation et de recherche, particulièrement au Sud. Est-ce un rôle pourl’AIU ?Enfin, il appar...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Sp ws1 jean dominique assié

416 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
416
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Sp ws1 jean dominique assié

  1. 1. IAU Sao Paulo Conference, July 25-29, 2004 12th General Conference: The Wealth of Diversity Parallel Workshops – Session ILa mobilité au service du développement et de la diversitéJean-Dominique Assié, Agence universitaire de la Francophonie, France.Introduction :Le thème de notre atelier met en perspective les mobilités, les programmes d’échanges et de bourses etla diversité des objectifs et des résultats constatés.La mobilité universitaire et scientifique est – ou plutôt n’est qu’- un outil.Comme tel, la mobilité peut être amenée à servir des objectifs pouvant apparaître comme différents,voire contradictoires ou même opposés.Comme tout outil, elle ne produira que les effets que l’on veut lui faire produire !La vision d’une organisation multilatérale comme l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF)est celle de la coopération, c’est-à-dire qu’elle se situe résolument au service du développement et dela diversité culturelle. Elle mobilise ses réseaux d’universités et ses partenaires en faveur de cesobjectifs parce que l’université doit être ou, dans certains lieux devenir ou redevenir un acteur majeurdu développement. Dès lors, elle place la mobilité au cœur de l’ensemble de ses actions parce qu’elleen constitue, non pas le seul outil, mais à coup sûr l’outil le plus efficace.Mon intervention portera donc sur l’usage que l’on peut faire de la mobilité universitaire etscientifique au service de ces 2 objectifs précis : le développement et la diversité culturelle.Je souhaite mettre en évidence 3 éléments : la notion de circulation (qui suppose une mobilitéorganisée et non subie), la notion de responsabilisation (et de mobilité structurant des plans et desstratégies universitaires), l’importance de diversifier les flux (pour mieux répondre à la diversité descultures et des savoirs).1.- pour une circulation des universitaires et des scientifiques, contre la fuite des cerveaux :a) diversité des savoirs et développement :Après l’ère industrielle puis, l’ère idéologique, l’humanité vient d’entrer aujourd’hui dans une sociétémondiale et globalisante dominée par l’économie et la marchandisation des échanges. Dans un mêmetemps, il est apparu nettement que, dans la compétition internationale que se livrent les acteurs de cettenouvelle société, le savoir constituait un moyen décisif pour accéder à une position dominante.Mais, si le savoir est un enjeu majeur pour les économies développées, la relation qu’il entretient avecle développement est tout aussi patente et décisive.Dans un second temps, peut-on parler DU savoir ? En d’autres termes, LE savoir est-il global ? Nedoit-on pas plutôt parler DES savoirs ? …de la diversité des savoirs comme de la diversité descultures ?...Il nous apparaît que ce qui contribue au développement, dans le cadre d’une mondialisationharmonieuse, est précisément la prise en compte de cette diversité des savoirs. La connaissance est leproduit des rencontres, des échanges de savoirs. L’échange des savoirs, c’est le dialogue des cultures.
  2. 2. C’est bien sûr d’abord ici que l’outil de la mobilité prend une grande importance. Comment mieuxéchanger que grâce à la mobilité ? : celle des chercheurs qui confrontent leurs recherches et leursméthodes, celle des étudiants qui découvrent des environnements différents, etc… (réf. au Moyen-âge).b) Mobilité et attractivitéL’on a trop souvent tendance à confondre, injustement, la mobilité scientifique avec la fuite descerveaux. Il est vrai que les deux concernent l’ensemble des pays, développés et non développés.Mais, les causes de la mobilité semblent différentes selon que l’on se situe au Nord ou au Sud :- au Nord, la mobilité est dominée par une logique de compétition,- au Sud, la mobilité est dominée par une logique de développement.A l’inverse, la fuite des cerveaux semble toujours liée au même motif majeur : celui de l’« attractivité » que ce soit pour les scientifiques du nord comme pour ceux du sud. Ce n’est donc pasla mobilité qui est la cause de la fuite des cerveaux, mais l’ « attractivité » de systèmes qui seproposent de les accueillir, bien évidemment renforcée par les problèmes de développement.Ces logiques différentes entraînent des stratégies différentes. Mais, au constat de la mondialisation, del’interdépendance des régions du monde au regard des problèmes du monde, il faut se rendre àl’évidence : ces logiques ne doivent ni s’ignorer ni se combattre. Ces logiques sont incontournables,elles gagneraient plutôt à s’harmoniser et se compléter.C’est pourquoi, il nous paraît essentiel de concevoir d’abord la mobilité universitaire et scientifiquecomme une circulation et non un flux à sens unique : la « fuite ». La circulation, c’est pouvoir accéderà des savoirs, puis retourner dans son pays d’origine pour les exploiter, puis revenir pour confronter etactualiser, puis repartir encore, etc, etc… et ce sans trop s’attacher aux durées de ces différentesétapes. C’est bien plus l’absence de retour des savoirs que les délais de ce retour qui paralysent leprocessus de développement dans les pays du Sud.La fuite, c’est être sceptique sur son avenir dan son pays, parfois même douter de l’avenir de ce pays,mais c’est surtout pour un universitaire et un scientifique, être convaincu de ne pouvoir circuler (aller,venir, revenir…) et, dès lors, de devoir saisir l’opportunité de fuir qui ne se représentera pas…On peut aller jusqu’à considérer que la mobilité, au sens de la circulation, peut contribuer à réduire lafuite des cerveaux. Cela suppose une souplesse, une facilité (sans parler de « liberté ») d’accès à desespaces différents pour les universitaires et les scientifiques.La libre - circulation ou la circulation facilitée des universitaires et des scientifiques nous paraît enconséquence devoir être un objectif politique majeur pour le développement.Mais comment faire la part entre les intentions de circulation (qui sont en matière universitaire etscientifique la grande majorité des cas) et les intentions de fuite ?Les accords de coopération entre les institutions universitaires peuvent largement aider à évaluer cessituations. Les mobilités structurant généralement la mise en œuvre de ces accords.2.- pour un Sud, acteur de son propre développementCe second point précise cette notion de stratégies. Les universités gagneront à utiliser la mobilité
  3. 3. comme un instrument de leur propre stratégie de développement.Permettre aux universités des régions en développement, d’exprimer elles-même leurs besoinsLe développement est certes l’affaire de tous. Mais il est, aussi et en premier lieu, celle du Sud.Le développement gagne lorsque le Sud est un acteur responsabilisé et légitime de son propredéveloppement. En d’autres termes, lorsqu’il s’en est approprié la responsabilité.Pour cela, l’université au Sud a un rôle majeur à jouer en contribuant à la formation des compétencesqui élaboreront des stratégies spécifiques de développement, comme celles qui les gèreront.La diversité culturelle, comme celle des savoirs, repose sur la diversité des environnements. Dès lors,les stratégies de développement varient selon les pays, les régions et les cultures. Ne pas prendre encompte cette diversité, c’est prendre le risque d’étouffer le développement.Aucun système n’est détenteur du savoir universel. Il convient donc de permettre aux universités duSud d’être en mesure d’analyser, de connaître, et de faire connaître les réalités de leur propreenvironnement, puis de le partager, d’échanger et de contribuer ainsi à l’élaboration de stratégies dedéveloppement adaptées.Mais, pour y parvenir, il faut que les universités du Sud puissent exprimer elles-même leurs besoins.La coopération, c’est les aider à le faire, à former et développer leurs compétences pour y parvenir. Cen’est surtout pas les placer sous tutelle en considérant que le savoir est unique, global et que LE savoirdes uns doit être celui des autres.La mobilité apparaît comme un support essentiel de telles stratégies de coopération, entre desinstitutions de pays différents, permettant de renforcer les capacités humaines et les compétencesscientifiques des universités du Sud.Nous appelons dans ce cadre à la multiplication des co-tutelles de thèse ou des co-directions quiconduisent les jeunes chercheurs à baigner dans un double environnement et vivront ainsi lacoopération au quotidien puisque la co-tutelle nécessite un engagement entre les institutionsuniversitaires.La mobilité doit donc être conçue comme étant au service des universités de ces pays, et de leurstratégie de développement, plutôt qu’au profit de carrières personnelles sans relation avec ces enjeux.Ce second aspect favorise au contraire la fuite des cerveaux et l’assèchement des compétences au Sud.3.- pour une diversité des flux :La mobilité se traduit aujourd’hui par 2 flux majeurs : un flux Nord-Nord qui reflète la compétitionentre les pays développés, et un flux Sud-Nord qui illustre la coopération mais en prenant le risque del’attractivité du Nord.Il est bien sûr logique et fondé que l’acquisition de savoirs entraîne la circulation d’étudiants et deprofesseurs du Sud dans les universités du Nord.Mais on peut trouver des avantages à moduler ce flux Sud-Nord : le réserver par exemple à partir d’uncertain niveau d’études, pour réduire les risques de « sédentarisation » au nord et la force del’attractivité du Nord. L’avantage le plus important consistant, pour éviter cela à renforcer la qualité del’offre de formation de bon niveau au Sud. Il est préférable de former les formateurs du Sud que lesétudiants du Sud.Il convient de souligner, sur ce point, le besoin essentiel de dresser une information (« cartographie »)
  4. 4. de l’offre internationale de formation et de recherche, particulièrement au Sud. Est-ce un rôle pourl’AIU ?Enfin, il apparaît utile d’inciter également au développement de flux complémentaires venantrenforcer les processus de développement du Sud et la prise en compte de la diversité culturelle :- Flux Nord-Sud : sur ce point, la mobilisation des diasporas scientifiques constitue un très large sujetà lui seul ; d’une façon plus générale, ce flux N-S doit viser à renforcer les échanges scientifiques etculturels en veillant à inverser des formes de « tutelle » scientifiques unilatérales et la circulation à« sens unique » du savoir (le savoir du nord vers le sud) : à promouvoir donc des mobilités derecherches, de formation mais aussi de stages.- Flux Sud-Sud : pour mutualiser et renforcer les compétences d’une même région au Sud. Il faut viserla synergie des compétences et des ressources et non la compétition entre les universités du Sud pouraccéder aux aides, parcimonieuses, du Nord. Les flux scientifiques inter-régionaux Sud-Sud sedéveloppent également car les problématiques et les environnements présentent un certain nombre desimilitudes.

×