AIU : CONSTRUIRE UNE COMMUNAUTÉ MONDIALE DE            L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR    ÉBAUCHE D’UN PLAN D’ACTION POUR 2008-20...
•     Développer le financement externe de projets, et à travers l’augmentation des bénéfices et          des activités, c...
6.    Réinventer des structures de gouvernance et des méthodes de gestion qui soient          adaptées à l’enseignement su...
De façon générale, l’AIU continuera d’agir conformément à son engagement en matière decollaboration et de partenariat avec...
•     Collaboration dans l’enseignement supérieur : réponses locales dans un contexte          global, 12ème conférence su...
Ces efforts viseront à consolider et démontrer l’efficacité de la contribution des EES en vue d’atteindreles objectifs de ...
source d’information thématique qui met également en avant les activités de l’AIU. Parmi les thèmes àvenir, plusieurs d’en...
à établir un contact direct avec le secteur des affaires publiques ou le personnel chargé descommunications dans chaque ét...
institutionnelle. Une série de visites d’étude sur le thème de l’apprentissage sont réalisées par lesdirecteurs des établi...
de l’expansion des Membres dont le rôle est de préconiser des stratégies visant à accroître le        nombre de Membres. C...
ré-évaluées et redéfinies pour s’assurer qu’elles correspondent à l’expertise et aux capacités requises.Le recours à des m...
pour qu’elles soient soumises à discussion lors de leur première réunion en décembre2008.                                 ...
AIU – Proposition de Budget pour 2008-2012                                                                                ...
être introduite que dans le cadre de la rationalisation proposée pour 2010, trois ans après le dernierajustement.b) Outre ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Utr. plans proposed for the future vf

401 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
401
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Utr. plans proposed for the future vf

  1. 1. AIU : CONSTRUIRE UNE COMMUNAUTÉ MONDIALE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ÉBAUCHE D’UN PLAN D’ACTION POUR 2008-2012A. IntroductionEn tant qu’association globale regroupant des universités, des organisations d’universités et d’autresétablissements d’enseignement supérieur aux niveaux national, régional et international, l’objectifglobal de l’AIU est d’être au service de ses Membres en continuant de s’impliquer dans lesquestions actuelles importantes liées à l’enseignement supérieur et en offrant desservices de qualité. Le Plan d’action proposé par l’Association internationale des Universités (AIU)pour les quatre prochaines années se base sur un certain nombre de postulats et de constantes clésqui ne sont pas près de changer. Par ailleurs, ce Plan d’action n’est en aucun cas gravé dans la pierrecar l’AIU doit conserver sa flexibilité pour répondre aux nouveaux besoins, réagir aux opportunités etse montrer proactive lorsque cela est nécessaire. Les responsables élus de l’AIU (Président, Vice-présidents et Membres du Conseil administratif) ont réellement l’opportunité d’influencer l’orientationde l’Association et les activités qu’elle entreprend, dans le cadre de sa mission et de son mandat quiété renouvelé en 2006.Parmi les constantes qui sont à la base du travail de l’Association, les éléments suivants doivent êtremis en évidence : • les établissements d’enseignement supérieur, à travers leurs responsables et autres cadres dirigeants, représentent la cible principale du travail de l’AIU ; • être au service des Membres (établissements, organisations) et offrir à ces derniers une valeur ajoutée représentent une des principales motivations ; • besoin de se concentrer sur quelques priorités seulement, en adéquation avec les besoins des Membres, l’expertise et les ressources de l’AIU ; • s’engager à promouvoir les valeurs sur lesquelles l’AIU a été fondée ; • respecter le partenariat traditionnel avec l’UNESCO et s’engager fortement en matière de collaboration aux côtés des différents acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche ; • responsabilité de produire des résultats de grande qualité vis-à-vis de ceux qui apportent leur soutien à l’Association, comme par exemple la Sida/SAREC.Au cours des quatre dernières années, le Conseil d’administration a convenu d’une méthodologie quel’AIU peut appliquer au moment de choisir ses priorités. Dans la mesure où le prochain Plan d’actionest davantage élaboré dans le détail, cette approche sera une nouvelle fois utilisée. Les objectifsspécifiques qui seront poursuivis sont : • Continuer d’augmenter le nombre de Membres de l’AIU en termes quantitatifs et qualitatifs, en consolidant la nature inclusive de l’Association au niveau géographique et en travaillant en concertation pour que l’Association soit aussi représentative que possible de la diversité et de l’excellence des établissements d’enseignement supérieur à travers le monde. • Donner la priorité absolue aux thèmes qui revêtent de l’importance pour les établissements d’enseignement supérieur et se concentrer sur les sujets pour lesquels un forum global dédié au débat et à l’échange d’expériences est susceptible d’apporter innovation et amélioration, afin de s’efforcer de rester à l’avant-garde des défis émergents. • Mettre l’accent sur des activités qui offrent un champ d’action pour le développement de services dédiés aux Membres et pour l’implication directe des Membres. • Continuer de jouer un rôle central permettant de faciliter la création d’un espace global de l’enseignement supérieur dédié au dialogue et au réseautage parmi les organisations d’enseignement supérieur. • Consolider la coopération, la solidarité et toutes les actions conduisant à l’évaluation et la mise en œuvre de réformes qui renforcent la qualité et la disponibilité de l’enseignement supérieur et réduisent les inégalités entre les individus, les établissements et les systèmes. -1- 13e Conférence générale de lAIU, Réunions sur les affaires de lAIU, juillet 2008
  2. 2. • Développer le financement externe de projets, et à travers l’augmentation des bénéfices et des activités, consolider et accroître le nombre de Membres de l’Association.Le Plan d’action proposé ne présente pas une section spécifique dédiée à l’expansion des Membres,bien que les objectifs poursuivis à l’avenir par l’AIU soient tous liés au fait de conserver et d’accroîtrela satisfaction et la collaboration des Membres. Une section sur les services dédiés aux Membres etaux campagnes de recrutement visant à augmenter le nombre de Membres serait quelque partredondante dans la mesure où ceci représente une préoccupation permanente pour l’AIU. Le Présidentde l’AIU, les Membres du Conseil et l’ensemble du personnel en chef du Secrétariat s’engagent àpromouvoir l’expansion des Membres. La plupart des activités présentées dans ce document sont liéesà la concrétisation de cet objectif et serviront à consolider les efforts visant à l’atteindre. Enfin, dans lecadre de la structure de gouvernance de l’AIU, il est proposé de transformer le Comité permanent duConseil dédié aux adhésions en un Comité consacré à l’expansion des adhésions.B. Choix stratégiques – Priorités thématiques/politiques, partenariats et activités 1. Répondre aux défis importants liés aux politiques d’enseignement supérieurL’AIU collecte continuellement des informations et développe sa base de connaissances concernant lesdéfis, les transformations et les opportunités multiples ainsi que les contextes en rapide évolutionauxquels sont confrontés les établissements d’enseignement supérieur et les instituts de recherche àtravers le monde.Le Plan d’action 2008-2012 doit répondre à un certain nombre de ces défis et opportunités, si tant estqu’ils soient intéressants et utiles pour les Membres de l’AIU. C’est aussi la responsabilité de l’AIUd’identifier et dalerter la communauté de lenseignement supérieur sur des thèmes émergentssusceptibles de revêtir de l’importance pour les responsables de l’enseignement supérieur dans lefutur.Dans le désordre, et pas nécessairement par ordre de priorité, les 10 thèmes ou défis politiquesprésentés ci-dessous semblent préoccuper tout autant les décideurs que les responsablesd’établissements d’enseignement supérieur. L’importance relative de chaque défi peut différer selon lecontexte local, national ou régional mais aucun de ces thèmes ne pourra être ignoré bien longtempsdans la mesure où tous les pays aspirent à jouer un rôle actif dans la société du savoir. L’AIU, bienqu’elle n’ait pas la capacité de répondre à toutes ces préoccupations, a concentré et continuera deconcentrer son action sur certains de ces thèmes.Thèmes/défis politiques 1. Augmenter les taux de réussite en termes de participation dans l’enseignement supérieur pour un ensemble de la population plus large/plus représentatif, notamment à travers lutilisation des technologies de l’information et de la communication et par la diversification des modes pédagogiques ; 2. Préserver ou développer la grande qualité de l’enseignement, de l’apprentissage et de la recherche au niveau des établissements et des systèmes ; 3. Trouver des modèles efficaces d’investissement financier dédié au développement et/ou à l’amélioration, éléments nécessaires pour répondre aux deux objectifs cités ci-dessus, en procédant notamment à la différenciation des missions ; 4. Offrir un enseignement supérieur pertinent et s’investir dans des activités de recherche qui répondent aux objectifs de société liés au développement durable ; 5. Obtenir le soutien et la reconnaissance de l’opinion public pour ces réalisations en affichant une profonde responsabilité et en initiant des mesures et des rapports liés à l’assurance-qualité, tout en améliorant la diffusion de l’information et le système des classements qui comparent ce qui est vraiment comparable et reflètent mieux les missions des différents établissements ; -2- 13e Conférence générale de lAIU, Réunions sur les affaires de lAIU, juillet 2008
  3. 3. 6. Réinventer des structures de gouvernance et des méthodes de gestion qui soient adaptées à l’enseignement supérieur et qui répondent à une époque de changement rapide ; 7. Équilibrer, dans leurs efforts d’internationalisation et au niveau national, la tendance liée à une plus grande compétitivité et une plus grande concurrence entre les différents établissements d’enseignement supérieur en s’investissant dans le domaine de la coopération, du renforcement des capacités, en s’attachant à réduire les inégalités et à favoriser l’apprentissage mutuel, en particulier dans le cadre des partenaires des pays en développement ; 8. Agir en tant que forums modèles dédiés à l’apprentissage, à travers le dialogue interculturel et la citoyenneté démocratique en vigueur ; 9. Construire et promouvoir des liens multiples et dynamiques avec la société (le monde du travail, de l’art et de la culture) ; 10. Rester créatif, innovant et critique de façon constructive en réaffirmant les valeurs fondamentales liées à la liberté académique et l’autonomie institutionnelle, valeurs qui ne peuvent qu’être préservées à travers la concrétisation responsable des objectifs mentionnés ci-dessus.Chacun de ces domaines politiques peut constituer un vaste programme d’activités à lui seul. Par lepassé, l’AIU a répondu à certains de ces thèmes et il se peut que l’Association continue de s’appuyersur ces efforts. Par ailleurs, étant donné les changements qui émergent dans l’enseignementsupérieur, il se peut que le Président, le Comité exécutif et le Conseil d’administration déterminentqu’un changement de priorités est nécessaire au regard des nouveaux thèmes. Dans ce cas, ilincombera également aux responsables de l’AIU de déterminer quelles anciennes prioritésthématiques peuvent et doivent être mises de côté.Comme exposé au cours de l’exercice de planification stratégique entrepris en 2005-2006, le Conseild’administration de l’AIU, au moment de faire des choix quant aux différentes priorités, cherchera lesréponses satisfaisantes aux questions stratégiques suivantes : - Un dialogue global ajoutera-t-il de la valeur au débat ? - L’AIU peut-elle développer une activité alliant réflexion et action et produisant des résultats concrets ? - L’AIU a-t-elle la capacité d’agir et l’expérience pour le faire ? 2. Partenariats sur la scène mondiale de l’enseignement supérieurL’AIU concentre son action sur la scène mondiale de l’enseignement supérieur, composée d’unnombre toujours plus croissant de diverses entités (associations, réseaux, alliances, liguesd’universités, etc.). Ces groupes existent ou sont formés aux côtés de réseaux d’universitaires ou dechercheurs individuels qui s’organisent également aux niveaux national, régional et international.L’AIU a reconnu cette évolution et cherché à devenir un forum pour faciliter le dialogue entre lesprincipales associations d’enseignement supérieur nationales et internationales (accueillir lesassociations en tant que Membres titulaires de l’AIU depuis 2000 et organiser des réunions globalesbiennales depuis 2005). Au cours des quatre prochaines années, l’AIU développera une stratégie àlong terme visant à favoriser la collaboration avec les associations d’universités, plus particulièrementau niveau régional. Cette initiative sera nécessaire pour que l’action de l’AIU soit plus efficace dans lecadre du développement dynamique des mouvements d’intégration régionale en Europe liés auprocessus de Bologne mais aussi dans d’autres régions du monde, y compris l’Amérique Latine etl’Afrique qui s’efforcent également de créer des espaces régionaux d’enseignement supérieur.Un grand nombre dassociations régionales d’universités sont Membres titulaires de l’AIU et profite detous les avantages et de tous les droits liés à l’adhésion, y compris siéger au Conseil d’administration.La politique en matière d’associations régionales et nationales a consisté à éviter toute concurrencepossible en focalisant toujours sur la nature globale des Membres de l’AIU. Dans les quatre ans àvenir, le Conseil d’administration déterminera de quelle manière l’AIU pourra faciliter la coopérationinterrégionale et/ou développer des projets dans des régions spécifiques en vue de concrétiser tout lepotentiel lié à l’adhésion d’associations régionales et nationales. -3- 13e Conférence générale de lAIU, Réunions sur les affaires de lAIU, juillet 2008
  4. 4. De façon générale, l’AIU continuera d’agir conformément à son engagement en matière decollaboration et de partenariat avec d’autres entités en croyant fermement en l’action collective pouratteindre des résultats. Dans les années à venir, l’AIU axera également son travail sur l’élaborationd’une stratégie claire visant à consolider ces activités que seule une association globale peutoffrir (enquêtes globales, collecte de données à travers le monde, organisation de débatscomplètement internationaux) et développer les collaborations qui : a) offrent davantage d’opportunités aux Membres ; b) font avancer la connaissance, la réflexion ou la représentation sur l’une des priorités thématiques de l’AIU ; c) ont le potentiel d’augmenter le nombre de Membres de l’AIU et/ou les ressources d) permettent à l’AIU d’accroître sa visibilité et son impact.L’importance croissante de ce type de partenariats a été intégrée dans la liste des actions planifiées.Ces actions sont présentées ci-après. 3. Actions de l’AIU – équilibrer la réussite des activités en cours et introduire des actions innovantesNonobstant l’attente qui laisse à penser que les responsables de l’AIU nouvellement élus exercerontune influence sur les activités que l’AIU poursuivra sur la période 2008-2012, il existe plusieursinitiatives dont la planification est déjà bien avancée. Des activités régulières sont également en cours,telles que les publications de matériel de référence qui continueront d’être mises en œuvre, bien quedes changements pussent être évidemment introduits comme cela a été le cas dans un passé récent.Ces activités en cours ou planifiées sont présentées dans un premier temps, suivies de plusieursactions ou idées possibles qui seront par la suite soumises à discussion au Conseil d’administrationdans les premières années de son mandat. Comme il a été déjà déclaré, la ré allocation desressources ou la mise en œuvre de nouvelles ressources seraient nécessaires pour accepter lamajorité des nouveaux projets. Il pourrait donc s’avérer nécessaire de cesser certaines activités envue d’envisager de nouvelles initiatives. i. Organiser des réunions, des conférences et jouer le rôle de forumRassembler les Membres de l’AIU aussi souvent que possible continue d’être une priorité , dans lamesure où ces événements donnent un sens concret et tangible à l’adhésion, offrent de nouvellesopportunités de réseautage et enrichissent la base de connaissances de l’Association.Trois événements organisés par l’AIU sont déjà programmés : • 3ème réunion globale des associations, co-organisée avec l’ANUIES dans les locaux de l’Universitaires de Guadalajara, 20-23 avril 2009, thème proposé : Associations, réseaux et alliances : comment appréhender l’espace global de l’enseignement supérieur en devenir. • Conférence internationale annuelle 2009, accueillie par l’Université de Notre Dame de Louaize, Tripoli, Liban, 3-6 novembre 2009, Le rôle des universités dans la promotion du dialogue et de la compréhension interculturels. • Conférence internationale annuelle 2010, accueillie par l’Université Mykolas Romeris, Vilnius, Lituanie, 20-24 septembre 2010, thème à déterminer.En outre, des réunions de travail en plus petit comité seront organisées pour faire avancer le travailde l’AIU sur différents thèmes comme l’accès équitable, l’éducation pour tous et d’autres thèmesémergents, y compris éventuellement la gouvernance institutionnelle et le renforcement des capacitésdans le domaine de l’éducation consacrée à la recherche (voir section sur le Fonds d’innovation).D’autres opportunités verront également le jour à travers le partenariat avec l’AIU ou le co-parrainaged’autres événements. Plusieurs initiatives sont déjà planifiées de la manière suivante : -4- 13e Conférence générale de lAIU, Réunions sur les affaires de lAIU, juillet 2008
  5. 5. • Collaboration dans l’enseignement supérieur : réponses locales dans un contexte global, 12ème conférence sur l’enseignement supérieur en Amérique du Nord organisée par la CONAHEC, 6-8 octobre 2009, Monterrey, Mexique • Connections globales – Impacts locaux : Meilleures pratiques, modèles et politiques liées à l’enseignement supérieur transfrontalier, The Observatory o, Borderless Higher Education, Rouyaume Uni, Université de Nottingham, Ministère malais de l’enseignement supérieur, octobre 2009, Kuala Lumpur, Malaisie.Compte tenu de l’intérêt continu et d’une mobilisation de l’AIU pour une plus grande implication del’enseignement supérieur et de la recherche dans le développement durable, l’Association cherchera àjouer un rôle actif et constructif dans le cadre de la Conférence mondiale sur l’éducation en vue dudéveloppement durable, organisée par l’UNESCO à Bonn en Allemagne du 31 mars au 2 avril 2009. Lethème de cette conférence est Aborder la deuxième moitié de la décennie des Nations Uniespour l’éducation en vue du développement durable.Enfin, l’AIU s’est engagée à être un partenaire et un collaborateur actif en vue de la conceptualisationet de la réalisation de la Conférence mondiale de l’UNESCO sur l’enseignement supérieur+10, programmée du 6 au 8 juillet 2009 à Paris. Dans le cadre du thème général, Les nouvellesdynamiques de l’enseignement supérieur en vue du changement et du développementsociétaux, cette conférence offrira une grande opportunité à l’AIU de représenter la voix de sesMembres dans les différentes discussions thématiques. ii. Représentation, déclarations de politique/déclarations de principesServir de voix collective et s’exprimer sur des sujets d’importance et d’intérêt globaux en vue dudéveloppement de l’enseignement supérieur et de la recherche est une responsabilité que l’AIUassume depuis de nombreuses décennies. L’AIU continuera de promouvoir ses déclarations depolitique existantes et les valeurs qu’elles renferment, bien que l’Association se concentrera désormaissur l’approbation finale de la déclaration de politique intitulée : Accès équitable, succès et qualitédans l’enseignement supérieur et sur la création et le lancement d’activités de suivi qui peuventtransformer cette déclaration en ressources utiles dédiées aux EES.Le Secrétariat développe un projet à soumettre à des donateurs externes qui permettrait à l’AIU, auxcôtés d’experts institutionnels, de mettre au point un instrument d’auto-évaluation lié à l’accès et larétention institutionnels, tel un outil de diagnostic permettant d’évaluer et/ou d’établir des politiques,des programmes et des services institutionnels élaborés pour améliorer leur performance actuelle envue d’intégrer avec succès des étudiants issus de groupes sous-représentés.Il est prévu que la Conférence mondiale de l’UNESCO sur l’enseignement supérieur + 10 offre à l’AIUune occasion importante de présenter son travail sur ce sujet et d’espérer que la Déclaration soitlargement approuvée et/ou que son fondement soit intégré aux résultats de cet événement.Un autre domaine de priorité dans lequel la fonction représentative de l’AIU sera exercée à l’avenirconcerne les liens entre l’enseignement supérieur et les autres niveaux d’études, plus particulièrementl’éducation de base et l’éducation primaire, élément central du programme global des Nations Uniesintitulé Éducation pour tous. S’appuyant sur la collecte de données initiales et sur lesrecommandations d’une réunion d’experts organisée par l’AIU en 2007, l’Association a formé ungroupe de référence international qui aidera le Secrétariat dans la prochaine phase de cette initiative.Les actions prévues comprennent : - sensibilisation (brochure/prospectus) - octroi de ressources utiles et organisation d’un forum interactif (Portail consacré à l’échange d’informations) - opportunités liées au renforcement des capacités (réunions, ateliers de travail, bases de données relatives à la bonne pratique, experts). -5- 13e Conférence générale de lAIU, Réunions sur les affaires de lAIU, juillet 2008
  6. 6. Ces efforts viseront à consolider et démontrer l’efficacité de la contribution des EES en vue d’atteindreles objectifs de l’EPT ainsi que les objectifs du millénaire pour le développement basés sur l’éducation. iii. Recherche, analyse et information sur les développements des poltiques d’enseignement supérieura) Internationalisation de l’enseignement supérieurLa principale raison d’être de l’AIU depuis sa création est de promouvoir la coopération internationale,l’apprentissage mutuel et la solidarité. Un tel engagement s’est naturellement traduit par uneconcentration majeure sur l’internationalisation de l’enseignement supérieur et les différentes formesde cette activité devenue de plus en plus importante à travers le monde. Au cours de la période 2008-2012, l’AIU réalisera la 3ème enquête globale sur l’internationalisation de l’enseignement supérieur.L’AIU a formé un Groupe de travail composé d’experts internationaux pour l’aider à élaborer lequestionnaire relatif à cette troisième enquête, en s’appuyant sur les deux précédentes enquêtes quise sont révélées extrêmement intéressantes et précieuses. Il est prévu que la collecte des donnéesdébute et s’achève à l’automne 2008, que les données soient analysées début 2009 et que le rapportsoit publié dans le courant de cette même année. Le rapport sera largement diffusé en 2010.b) la revue de l’AIU - Higher Education PolicyHigher Education Policy, revue indépendante évaluée par des pairs et publiée par l’AIU, regroupantdes analyses d’universitaires sur le thème de l’enseignement supérieur, continuera de fournir à sesMembres et à la communauté académique et politique au sens beaucoup plus large une recherche degrande qualité sur une variété de sujets. Publié tous les trimestres, HEP, revue thématique etcomparative de la scène internationale, s’appuie sur un réseau d’experts au sein de son Comitéconsultatif de rédaction et accueille les propositions de chercheurs et d’universitaires du monde entier.En général, les thèmes abordés par les chercheurs dont les rapports seront conservés pour êtrepubliés dans HEP sont susceptibles d’être trouvés dans la liste des thèmes politiques présentés plustôt dans ce document (Section B.1). Pour l’année à venir (vol. 21 et 22), au moins deux numérosspéciaux sont prévus : un sur la mondialisation (rédacteurs Ka Ho Mok et Rosemary Deem) et un surla situation hommes/femmes et enseignement supérieur (rédacteur Louise Morley).L’objectif à long terme de Higher Education Policy est de maintenir sa position de revue renomméespécialisée dans l’enseignement supérieur international abordant des questions de politique, degouvernance et de gestion. Cette revue continuera de s’adresser aux universitaires, aux responsablesinstitutionnels, aux conseillers d’orientation et aux administrateurs à tous les niveaux del’enseignement supérieur. Le rédacteur en chef de la revue tentera, avec l’aide du Comité consultatifde rédaction, d’accroître le nombre et d’améliorer la qualité des manuscrits proposés. Dansl’ensemble, les taux de proposition sont satisfaisants (étant donné les limites du nombre de pages etle nombre de numéros spéciaux) mais la qualité pourrait être quelque peu supérieure.En outre, en collaboration avec le rédacteur en chef de la revue et Palgrave MacMillan, Ltd., il estenvisagé d’accroître de façon significative les efforts de commercialisation de la revue et de réalisermême encore plus de progrès en ce qui concerne la mise à disposition en ligne des contenus en vuede générer des revenus. En dépit d’une période plutôt difficile pour les revues universitaires, HEP amaintenu ses niveaux de vente et enregistré des hausses de revenus grâce à l’exploitation en ligne.c) Prix de l’essai de rechercheDans les quatre années à venir, au moins deux concours du Prix de l’essai de recherche AIU/PalgraveMacmillan seront organisés et les thèmes seront déterminés par le rédacteur en chef et le Conseild’administration de l’AIU. Le Secrétariat, qui souhaiterait qu’au moins un de ces prix aborde desthèmes liés à l’accès et au succès, conformément aux importantes priorités thématiques en coursinitiées par l’Association, conseille vivement d’associer le Prix aux autres activités de l’AIU.d) Autres sources d’information de l’AIUL’AIU continuera de proposer des points de vue et des informations avisées du monde entier sur lespolitiques, les tendances et les nouveaux thèmes liés à l’enseignement supérieur et ce de plusieursmanières. Le bulletin d’information AIU Horizons, publié quatre fois par an, continuera d’être une -6- 13e Conférence générale de lAIU, Réunions sur les affaires de lAIU, juillet 2008
  7. 7. source d’information thématique qui met également en avant les activités de l’AIU. Parmi les thèmes àvenir, plusieurs d’entre eux sont présentés ci-après mais il se peut que d’autres thèmes soientégalement considérés. Comme pour dautres activités de l’AIU, la construction de synergies combinéeaux initiatives entreprises ou aux événements organisés par l’AIU, peuvent avoir un impact sur lasynchronisation de certains thèmes. - Vol. 14 n°2 (septembre 2008) : l’enseignement supérieur et la recherche répondant aux impératifs locaux et mondiaux, soulignant les résultats et les moments clefs de la Conférence générale ainsi que toutes les décisions entérinées, y compris les élections. - Vol. 14 n°3 et n°4 (décembre 2008) : fusions et rationalisation dans l’enseignement supérieur, appliquées sous différentes formes et dans différents pays, sera étudié pour informer de certains des processus utilisés et des résultats atteints (à la fois bonnes et mauvaises nouvelles).Il se peut que d’autres numéros d’AIU Horizons comprennent les thèmes suivants : - Évaluer les résultats de l’apprentissage dans l’enseignement supérieur - Appréhender l’espace global de l’enseignement supérieur - Le monde des blogs en enseignement supérieurAu cours des quatre prochaines années, l’AIU étudiera la possibilité d’avoir recours à un supportpublicitaire de premier choix en vue de compléter les ressources disponibles pour la production d’AIUHorizons, dont le tirage est estimé à environ 2 500 exemplaires et qui est proposé gratuitement. Ladécision de mettre à disposition une version électronique du bulletin d’information, initiative en traind’être testée à l’heure actuelle, continuera d’être envisagée.e) Site Internet de l’AIULe site Internet de l’AIU, largement consulté et ouvert à tous, continuera d’être régulièrement mis àjour et ajusté à mesure que les projets et les activités arriveront à terme et que de nouveauxprogrammes seront développés. L’AIU étudiera la faisabilité, la valeur et le coût de réinstallation aucas où elle ne serait plus hébergée par le serveur de l’UNESCO, partiellement ou totalement, en vued’obtenir la capacité d’offrir des services améliorés (davantage d’interactivité, de bases de données,de sections réservées aux Membres). Ceci peut devenir non seulement souhaitable mais égalementnécessaire, dans la mesure où la politique de l’UNESCO concernant l’accès ouvert à son serveurévolue. L’AIU étudiera la possibilité d’héberger son site Internet sur un serveur du secteur privé oupeut-être sur le serveur d’un établissement membre de l’AIU souhaitant coopérer avec l’Association.De nouveaux outils, tels que le portail sur l’EPT et l’enseignement supérieur, seront ajoutés et d’autrespossibilités seront également étudiées. L’accès en ligne aux publications de référence de l’AIU (voirsection 5 ci-dessous) pourrait accroître le nombre d’usagers du site et pourrait s’avérer bénéfique ence qui concerne l’expansion des Membres.f) Le Bulletin électronique de l’AIULe Bulletin électronique de l’AIU, guide mensuel faisant état de ce qui est nouveau et intéressant surInternet en matière d’enseignement supérieur et de recherche à travers le monde, continuera d’êtreenvoyé 10 fois par an tous les 1er du mois à tous les abonnés. Le Bulletin électronique de l’AIUreprésente l’un des premiers outils de ce type et même si un certain nombre d’outils d’information demême nature sont en train de voir le jour, il reste l’instrument le plus détaillé préparé par des non-journalistes. Le Bulletin électronique de l’AIU offre un aperçu du monde à la fois bref et détaillé, quipermet à chaque lecteur de prendre connaissance rapidement de l’ensemble des informations ou desélectionner plus spécifiquement les sujets qui l’intéressent. Ce bulletin permet à la fois de remonter àla source Internet originale et d’offrir une brève description des contenus.Au cours des quatre prochaines années, l’AIU s’efforcera d’accroître la contribution des Membresde l’AIU dans tous ces instruments d’information et de communication. À cet égard, l’AIU cherchera -7- 13e Conférence générale de lAIU, Réunions sur les affaires de lAIU, juillet 2008
  8. 8. à établir un contact direct avec le secteur des affaires publiques ou le personnel chargé descommunications dans chaque établissement ou organisation membre.Enfin, une enquête des Membres de l’AIU sera réalisée, concernant l’ensemble des instruments decommunication de l’Association, pour déterminer à quel point ces outils sont connus et utiles. iv. Plate-forme d’information sur les systèmes, les établissements et les pouvoirs de l’enseignement supérieur à travers le mondeParmi les nombreuses entités qui composent la sphère de l’enseignement supérieur, l’AIU a construitsa réputation en éditant l’International Handbook of Universities. L’AIU s’appuiera sur cet ouvragehistorique mais entrera davantage de plain-pied dans l’ère des technologies de l’information en : - remplaçant l’International Handbook of Universities par le CD-Rom bien plus détaillé du World Higher Education Database (WHED), avantage offert à tous les Membres de l’AIU en règle ; - concentrant ses efforts sur la facilitation de la mise à jour en ligne par les fournisseurs d’information, que ce soit le personnel des ministères ou d’autres autorités compétentes dans divers pays, ou par les établissements d’enseignement supérieur ; - renouvelant l’accord avec l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) pour offrir une version actualisée de l’information sur les systèmes d’éducation en français ; - préparant la 5ème et peut-être la 6ème édition du Guide to African Higher Education; - élaborant des approches spécifiques pour collecter et diffuser des informations sur les pays en provenance desquels il est difficile d’obtenir des informations actualisées ; - menant avec Palgrave Macmillan Ltd. une étude de faisabilité sur la création d’un groupe consultatif d’experts dont l’objectif est d’apporter son aide pour améliorer de façon continue ces sources de référence. Ce groupe aidera l’AIU à positionner les publications de référence dans un contexte à l’intérieur duquel les nouveaux produits, à la fois gratuits et commerciaux, se développent continuellement pour fournir des informations sur l’enseignement supérieur.Le rôle de plate-forme d’information incarné par l’AIU englobe également la mise à dispositiond’informations bibliographiques sur l’enseignement supérieur. L’AIU dispose d’un important centre dedocumentation de référence et coordonne la Base de données bibliographique internationale surl’enseignement supérieur (HEDBIB), disponible en ligne. Le directeur du centre de documentationprendra sa retraite à la fin de l’année 2008 après une longue carrière au sein de l’AIU. L’AIU saisiracette opportunité pour reconsidérer l’avenir du centre de documentation, les besoins des Membres etde la communauté au sens large au regard des informations bibliographiques et du rôle que l’AIUdevrait jouer dans la diffusion du savoir universitaire sur l’enseignement supérieur. Le Conseild’administration de l’AIU mais également l’UNESCO s’engageront dans cette réflexion comme il est decoutume historiquement. Ainsi, la direction du centre de documentation et l’offre de servicesbibliographiques font partie de l’accord plus général sur le Centre d’information de l’AIU/UNESCO surl’enseignement supérieur signé en 1989. v. Renforcement des capacités et soutien aux Membres de l’AIUa) LEADHERIndirectement, toutes les activités de l’AIU sont destinées à contribuer au renforcement des capacitésdes établissements qui entreprennent des réformes ou de ceux qui cherchent des solutions face auxdéfis qu’ils rencontrent. Cependant, par le passé, l’AIU n’a pas offert de soutien spécifique ni directaux établissements, à une ou deux exceptions près comme par exemple l’atelier de travail organiséen 2006 avec et au profit de l’Université d’Addis Abeba en Ethiopie. Le programme dudéveloppement du leadership pour la réforme institutionnelle dans l’enseignementsupérieur (LEADHER), lancé en 2007, est donc un nouveau projet que l’AIU proposera au cours destrois prochaines années. Tous les efforts seront consentis pour non seulement maintenir leprogramme mais également le développer et ajouter différents aspect à son application.Le programme LEADHER offre des bourses sur la base d’une compétition annuelle ouverteexclusivement aux Membres de l’AIU. Les bourses sont allouées aux établissements qui ont développédes projets de partenariat Nord-Sud ou Sud-Sud sur un aspect spécifique lié à la réforme -8- 13e Conférence générale de lAIU, Réunions sur les affaires de lAIU, juillet 2008
  9. 9. institutionnelle. Une série de visites d’étude sur le thème de l’apprentissage sont réalisées par lesdirecteurs des établissements participants et constituent ainsi le cœur de chaque projet departenariat. Des rapports sur les façons dont ces visites d’étude répondent au changementinstitutionnel sont collectés par l’AIU et contribueront à améliorer la compréhension de l’Association ausujet des défis rencontrés par ses Membres. Ces rapports permettront d’orienter la position de l’AIUau regard de l’application de certaines solutions et permettront plus généralement à l’Association dedévelopper des services et des projets supplémentaires plus conformes aux exigences.En ce qui concerne le programme LEADHER envisagé sur les quatre prochaines années, l’AIU seconcentrera sur les éléments suivants : - Gestion et suivi solides du programme ; - S’assurer que les leçons retenues par les bénéficiaires des bourses puissent profiter àd’autres ; - Développer d’autres dimensions, comme notamment la création possible d’un réseau d’individus ayant participé aux visites LEADHER, avec l’organisation d’un atelier de travail destiné aux bénéficiaires des bourses LEADHER en vue de partager des expériences au-delà de leurs partenariats ; - Collecte de fonds pour élargir le programme dans son ensemble ou développer des sous- programmes spéciaux axés sur des domaines de réforme plus précis.b) Fonds d’innovationLa proposition de bourses, soumise par l’AIU à l’Agence suédoise pour le développement international(Sida) pour 2008-2010, comprend une nouvelle opportunité permettant à l’AIU d’accroître sa capacitédans le cadre de discussions politiques axées sur la recherche. Le Fonds d’innovation représente unfinancement modeste (20 000 Euros par an) destiné à permettre à l’AIU de jouer un rôle plus proactifen mobilisant les efforts de recherche sur les nouveaux thèmes ou les questions émergentes quiconcernent l’enseignement supérieur et la recherche, en particulier dans les établissements des paysen développement. Choisir les sujets sur lesquels travailler et décider de la manière d’orienter chaqueactivité liée au Fonds d’innovation incombent à l’AIU. À cet égard, deux thèmes ont d‘ores et déjà étéabordés par le Comité exécutif. Ils sont présentés ci-après :- La nature changeante de la gouvernance institutionnelle au sein des EES ;- Les développements des programmes doctoraux et leur impact sur la formation dans le domaine dela recherche.Les modalités spécifiques relatives à la manière dont ces thèmes peuvent être abordés et auxrésultats recherchés par l’AIU doivent encore être finalisées. Cela dit, le Fonds d’innovation offre àl’AIU une bonne opportunité de mobiliser ses Membres en vue d’étudier des questions d’intérêtcommun et d’importance future, en particulier pour les établissements des pays en développement.C. Gouvernance, gestion, opérations et budget de l’AIU i. Structures de prise de décisionL’AIU repose sur plusieurs niveaux de prise de décision dans l’optique de planifier et d’appliquer sonprogramme d’activités. - La Conférence générale approuve les principaux objectifs stratégiques que l’Association cherchera à atteindre, les règles constitutionnelles qui régissent ses opérations et les Déclarations majeures prononcées au nom de l’Association. - Le Président et le Conseil d’administration identifient, débattent et approuvent les objectifs, les stratégies, les projets spécifiques, les principales lignes d’action ou les positions politiques adoptés par l’Association, de même que les aspects pratiques liés à l’application de règles nouvelles ou modifiées en matière d’opérations. - Dans la plupart des cas, les discussions du Conseil se basent sur les recommandations du Comité exécutif (composé du Président, de quatre Vice-présidents et de la Secrétaire générale) qui se réunit deux fois par an et qui participe plus directement à l’élaboration des stratégies et des réflexions nécessaires pour que l’AIU puisse faire des choix. - Au sein du Conseil, deux Comités permanents font également partie de la structure de gouvernance : un Comité financier présidé par le Trésorier de l’AIU (un des Vice-présidents) dont le rôle est de superviser les opérations financières de l’Association et un Comité chargé -9- 13e Conférence générale de lAIU, Réunions sur les affaires de lAIU, juillet 2008
  10. 10. de l’expansion des Membres dont le rôle est de préconiser des stratégies visant à accroître le nombre de Membres. Ces deux comités émettent des recommandations au Conseil.Ce travail est soutenu par le Secrétariat qui prépare toute la documentation générale pour faciliter lesdiscussions et permettre au Conseil de prendre des décisions de façon efficace. Le Secrétariatapplique les actions approuvées et rapporte au Comité exécutif et au Conseil d’administration lesprogrès réalisés. ii. Groupes consultatifs d’expertsPour compléter l’expertise et élargir les liens avec les Membres de l’AIU, des Groupes de travaild’experts, comités consultatifs ou groupes de référence, sont établis de manière ad hoc et leur rôleest de se concentrer sur des domaines spécifiques. L’AIU forme également des comités deprogrammes et des comités logistiques au moment de planifier des conférences ou des réunions pourgarantir que la collaboration avec l’établissement hôte soit aussi efficace que possible.Il est proposé de poursuivre cette approche au cours des quatre prochaines années, avec la créationde Groupes de travail ou de Groupes d’experts dont le rôle sera de conseiller le CA et le Secrétariatsur les principales priorités thématiques ou sur des projets spécifiques au moment de leur adoption.Certains de ces groupes sont présentés ci-après : • Groupe de travail sur l’accès équitable et le succès dans l’enseignement supérieur • Groupe de travail pour la 3ème enquête globale sur l’internationalisation de l’enseignement supérieur • Groupe de référence pour guider le projet de l’AIU lié à l’EPT et à l’enseignement supérieur • Comité de sélection du Programme LEADHER • Jury du Prix de l’essai de recherche AIU/Palgrave • Comité consultatif sur les ouvrages de référence de l’AIU • Petits Groupes de travail en charge des « initiatives spéciales »Les Groupes de travail en charge des « initiatives spéciales » auraient une fonction consultative,travaillant avec le Secrétariat et rapportant leurs actions au Conseil. Ces groupes sont proposés envue d’aider au développement ultérieur d’un certain nombre d’activités ou de services potentiels quinécessiteront des conseils et une réflexion plus approfondie. Il est notamment prévu les initiativessuivantes : a) possible création d’une Maison internationale des universités/de l’enseignement supérieur à Paris, permettant aux Membres intéressés d’installer leurs représentants à Paris sans avoir à gérer les désagréments liés à l’implantation d’un bureau. b) l’élaboration d’une stratégie permettant à l’AIU de développer l’interaction avec ses Membres et d’ainsi surmonter deux faiblesses persistantes. Premièrement, une grande partie de la communauté de l’enseignement supérieur est assez peu au courant des activités de l’AIU dans la mesure où les chefs du secrétariat sont les principaux points de contact du Secrétariat avec les Membres de l’Association. Deuxièmement, l’AIU connaît assez peu les Membres de l’Association puisque les chefs du secrétariat sont souvent trop occupés pour communiquer avec le Secrétariat. En élargissant les points de contact à d’autres bureaux au sein des EES, par exemple les bureaux internationaux, les bureaux des affaires publiques, le bureau de recherche piloté par le Vice-président et en invitant ces parties prenantes à participer de façon appropriée à nos Groupes de travail, il peut être possible de répondre à ces deux aspects. c) l’initiation d’un ou deux nouveaux projets/activités avec des organisations partenaires, l’étude d’échanges possibles de personnel avec des organisations partenaires et des affectations provisoires ou des congés sabbatiques des Membres de l’AIU qui font partie du corps enseignant. iii. Personnel de l’AIULe personnel du Secrétariat de l’AIU reste composé d’un petit nombre d’employés (l’équivalent de16 employés à temps plein) et a peu de chances d’augmenter de façon significative à moins que denouveaux projets financés par des moyens externes voient le jour et qu’ils garantissent d’agrandir lasuperficie des bureaux. Cependant, étant donné le changement des priorités thématiques et ledéveloppement d’activités dans le cadre de projets, il se peut que des orientations spécifiques soient - 10 - 13e Conférence générale de lAIU, Réunions sur les affaires de lAIU, juillet 2008
  11. 11. ré-évaluées et redéfinies pour s’assurer qu’elles correspondent à l’expertise et aux capacités requises.Le recours à des membres du personnel et des consultants intérimaires, pour venir suppléer lesmembres du personnel permanent, sera également plus fréquent en vue d’assurer l’expertise requise.Cette expertise peut s’appliquer spécifiquement à des thèmes liés à l’enseignement supérieur ou à desdomaines tels que la conception de projets et/ou la collecte de fonds.Comme on peut le voir à travers le nombre croissant de Groupes de travail et de comités, l’orientationmajeure consistant à accroître l’implication des Membres représentera un enjeu essentiel lorsdes quatre prochaines années. Le processus concernera d’abord les Membres du Conseil maisl’objectif est d’aller bien au-delà. L’AIU se doit de développer et d’améliorer les façons par le biaisdesquelles les établissements et les organisations membres peuvent interagir et s’impliquer dans letravail de l’AIU. Il s’agit d’un objectif stimulant compte tenu de la charge de travail déjà lourdeassumée par les responsables de l’enseignement supérieur. Il s’agit pourtant d’un impératif pour l’AIUsi elle souhaite rester pertinente et visible à l’égard de ses Membres. iv. FinancesLe tableau 1 présente la proposition budgétaire pour 2008-2012. Il offre une perspectivefinancière réaliste bien que légèrement conservatrice. Les cotisations continueront de constituer lesocle des revenus de l’AIU, bien que l’Association cherchera continuellement à obtenir des subventionsde la part d’agences donatrices comme la Sida et des financements accordés par des Fondations etd’autres organisations dans le cadre de projets.L’AIU propose de modifier de deux façons la structure des cotisations pour les quatre années à venir : a) Les 12 catégories actuelles de cotisations (une matrice composée de 3 catégories liées au PNB et de 4 catégories liées au nombre d’étudiants inscrits) seront rationalisées en 6 catégories. Les 3 catégories relatives au PNB seront conservées mais seulement 2 catégories relatives au nombre d’étudiants inscrits seront maintenues. Le Conseil d’administration déterminera la spécificité de ces catégories. b) Afin de rester en adéquation avec les tendances inflationnistes, il se peut que l’AIU augmente les cotisations d’un pourcentage modeste.Comme par le passé, des efforts seront consentis pour générer des revenus (hausse des ventes despublications, revenus possibles générés par la publicité, parrainages, etc.), tout en limitant les coûts.Compte tenu du nombre de Groupes de travail proposés, l’AIU devra accroître sa capacité etintensifier l’usage des TIC en vue d’organiser des réunions de petits groupes. La technique de latéléconférence ne sera pas choisie car ceci n’a jamais été le cas par le passé et que cette méthodepeut uniquement permettre d’envisager une perspective de réussite limitée. En revanche, les réunionsen tête à tête ont généralement été nécessaires pour consolider la capacité des petits groupes et leurpermettre de travailler ensemble au-delà des différences linguistiques et culturelles.D. ConclusionL’AIU a introduit un grand nombre de nouvelles activités, augmenté le nombre de ses activités etrécemment élargi son assistance. Cette orientation se poursuivra à l’avenir. Par ailleurs, il est peuprobable que les quatre prochaines années permettent à l’AIU de pousuivre simplement sa route« comme à l’accoutumée ». La notion de « stabilité ou de statu quo » implique aujourd’hui la notionde changement rapide continu, ce qui demande à l’Association d’agir et de réagir vite face aux défis etaux opportunités. À cet égard, le Plan d’action proposé dans ce rapport expose simplement lesgrandes lignes du projet et offre un aperçu de ce que l’AIU est en train de planifier. Il existe denombreuses opportunités pour introduire de nouveaux projets et des projets innovants, bien que cesinitiatives soient susceptibles d’être introduites au détriment de certaines autres activités qui serontachevées voire mises de côté pendant un moment.La Conférence générale est invitée à considérer avec attention ce Plan d’action et faire part de sesréactions et de ses commentaires immédiatement ou plus tard par écrit. Ce document sera disponibleen ligne après la Conférence générale, de façon à ce que les Membres de l’AIU qui n’auraient pasassisté à la Conférence d’Utrecht puissent étudier ce Plan d’action et ainsi apporter également leurscommentaires. Toutes les réactions reçues au cours des trois prochains mois serontcommuniquées au Président et au Conseil d’administration de l’AIU nouvellement élus - 11 - 13e Conférence générale de lAIU, Réunions sur les affaires de lAIU, juillet 2008
  12. 12. pour qu’elles soient soumises à discussion lors de leur première réunion en décembre2008. - 12 - 13e Conférence générale de lAIU, Réunions sur les affaires de lAIU, juillet 2008
  13. 13. AIU – Proposition de Budget pour 2008-2012 En Euros 1000 1 2 3 4 Budget Budget Budget Budget 2009 2010 2011 2012TOTAL DES RECETTES 1572 1742 1657 1857TOTAL DES DÉPENSES 1572 1742 1657 1857 Solde 0 0 0 0 RECETTES 1572 1742 1657 1857COTISATIONS (a) 940 (a) 960 (a) 980 (a) 1020AUTRES RECETTES (b) 632 (b) 782 (b) 677 (b) 837 Unesco (location de bureaux) 72 72 72 72 Publications 80 80 80 80 Contrats et subventions 310 360 300 310 Conferences et Réunions 100 200 150 300 Divers 70 70 75 75 DÉPENSES 1572 1742 1657 1857PERSONNEL (c) 970 (c) 1000 (c) 1030 (c) 1060 Salaires 660 680 700 720 Consultants 20 20 20 20 Charges sociales 290 300 310 320CONSEIL DADMIN. (d) 50 45 45 (d) 55PROGRAMME DACTIVITÉS (e) 382 (e) 522 (e) 402 (e) 557 Information, Communication et Études 15 15 15 15 Groupes de travail, Conférences et Réunions 267 407 282 437 Publications/Traductions 70 70 75 75 Voyages 30 30 30 30FRAIS GÉNÉRAUX (f) 155 (f) 160 (f) 165 (f) 170 Location de bureaux 72 72 72 72 Communication 25 25 25 30 Dépenses de bureau/ impressions 21 23 25 25 Équipement 15 17 18 18 Maintenance 6 7 8 8 Hospitalité 3 3 4 4 Audit 7 7 7 7 Charges bancaires 4 4 4 4 Divers 2 2 2 2AUTRES CHARGES (g) 10 (g) 10 (g) 10 (g) 10CONTINGENCE 5 5 5 5Notes : Résultat cumulé positif estimé au 30 septembre 2008, 558 000 Euros de ce montant, 200 000 sont sur un compte de réserve.Notes explicatives concernant les budgets proposés pour 2009-2012RECETTESa) On sattend à ce que les cotisations continuent à augmenter lentement en fonction de la nouvellestructure mise en oeuvre en 2007, de la rationalisation proposée pour 2010 et de laugmentationhabituelle de lannée de la Conférence générale (2012). Une majoration des cotisations ne pourra - 13 - 13e Conférence générale de lAIU, Réunions sur les affaires de lAIU, juillet 2008
  14. 14. être introduite que dans le cadre de la rationalisation proposée pour 2010, trois ans après le dernierajustement.b) Outre le soutien en nature de lUNESCO sous forme de loyer offert dont la valeur monétaire estestimée et incluse dans les recettes, les autres recettes du budget général de lAIU proviennent dessources suivantes:-Publications: vente de Higher Education Policy et des anciens ouvrages dans la série des Issues,vente des ouvrages de référence dont le CD-Rom, ventes directes du Internationalization GlobalSurvey Report.-Contrats et subventions dont celles de la Swedish International Development Agency (Sida), delUNESCO et autres. Cette ligne budgétaire comprend le financement du Secrétariat et desprogrammes de lAIU à destination des membres dans le cadre du projet LEADHER ou du FondsdInnovation. Les sommes ci-dessus sont celles dont lAIU sera susceptible de disposer et dont lesprojets sont déjà en cours de développement.-Conférences et réunions que lAIU organisera ou co-organisera au cours des quatre prochainesannées au Mexique, au Liban, en Lithuanie ou ailleurs. La plupart des recettes générées par lesconférences et les réunions sont contrebalancées par les dépenses.-Recettes dintérêts, bénéfices dûs aux taux de change et recettes provenant des cotisations desannées précédentes.DÉPENSESLes dépenses de lAIU sont divisées en 4 grandes catégories: Personnel, Réunions du ConseildAdministration, Programmes dActivités et Frais généraux.c) Les dépenses de personnel comprennent une augmentation annuelle denviron 3% et uneaugmentation annuelle denviron 3% en charges sociales payées par lAIU en tant quemployeur enFrance. Elles ne comprennent pas une augmentation du personnel auxiliaire, bien que larestructuration des postes actuels pourrait conduire à plus de personnel et/ou à un plus grand recoursà des consultants.d) LAIU couvre les frais des réunions annuelles du Conseil et des réunions semestrielles du Comitéexécutif. Bien que certaines dépenses soient compénsées par les conférences internationales qui setiennent en même temps, les réunions à Paris (2009, 2012) coûtent plus cher.e) Les dépenses du Programme dActivités englobent le travail lié à la production des publications delAIU (publications de référence et HEP), à la communication (E-Bulletin, AIU Horizons) et aux étudestelles que le Internationalization Global Survey Report. Elles englobent également le coût dachat deces publications que les membres reçoivent dans le cadre de leurs avantages. La préparation desconférences et des réunions, ainsi que les travaux des Groupes de Travail et le développement de toutnouveau projet sont compris dans cette ligne de budget, tout comme les ressources que lAIU met àdisposition de ses membres sous forme de subventions octroyées aux bénéficiaires du projetLEADHER. Les voyages du personnel de lAIU sont également comp ris dans le budget du ProgrammedActivités.f) Le soutien en nature de lUNESCO pour le loyer a été estimé au même niveau que lannée dernière.Les autres frais généraux comprennent les frais de maintenance de linfrastructure et decommunication, de traductions, dimpression et les fournitures de bureau.g) LAIU travaille en Euros mais toutes les recettes et les dépenses ne sont pas dans cette monnaie;les pertes de change et les charges des années précédentes sont comprises dans ces dépenses. - 14 - 13e Conférence générale de lAIU, Réunions sur les affaires de lAIU, juillet 2008

×