Memoire de fin d'etude pour izabayo

2 434 vues

Publié le

educational health and behavior communication change

Publié dans : Santé
1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 434
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Memoire de fin d'etude pour izabayo

  1. 1. 1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET UNIVERSITAIRE UNIVERSITE LAIQUE D’IDJWI (UNILAI) B.P 2527 BUKAVU FACULTE DE MEDECINE DEPARTEMENT DE LA SANTE PUBLIQUE Par : IZABAYO Jean d’Amour Mémoire présenté et défendu en vue de l‟obtention du grade de Licencié en Santé Publique. Option: Gestion des Institutions de Santé Directeur : ASS2. Guillaume TUMUFUATE KANAGARHO Année Académique 2012-2013 ANALYSE DU COMPORTEMENT SEXUEL CHEZ LES PERSONNES QUI FREQUENTENT LES BOITES DE NUITS. « Cas spécifique de Secteur MUHOZA du District MUSANZE » (Du 1er Janvier au 30 Juin 2013)
  2. 2. i EPIGRAPHE Je dis que les jugements moraux sont normatifs car dans leurs utilisations typiques, ils sont destinés à guider notre conduite ; accepter un, on est engagé à une certaine ligne de conduite qui prescrit à quelqu'un d'autre. R. M. Lièvres (1919-2002) Philosophe britannique.
  3. 3. ii DEDICACE A notre mère MUKANDEKEZI Athanasie A notre épouse MUKANKUSI Christine A tous nos enfants : - IRUMVA Aurore Jessica - ABAYO BERWA Bright Godwill A tous nos frères et sœurs A tous nos amis et connaissances A nos collègues étudiants IZABAYO Jean d’Amour
  4. 4. iii IN MEMORIAM Notre regretté père NTIBANYURWA Joseph Martin qui nous a quitté très tôt. IZABAYO Jean d’Amour
  5. 5. iv REMERCIEMENTS Ce présent travail de mémoire qui marque la fin de notre deuxième cycle de licence n‟a pu aboutir que grâce à la conjugaison des efforts de plusieurs personnes. Qu‟il soit permis d‟exprimer notre profonde gratitude à tous ceux qui nous ont encouragé à poursuivre nos études, ceux qui nous ont accompagnés dans ce parcourt, que ce soit dans notre travail de recherche jusqu‟au terme du présent mémoire. A notre Dieu Tout puissant, qui nous a comblé de sa force et son intelligence ; Nos remerciements de gratitude s‟adressent à l‟Assistant2 TUMUFUATE KANAGARHO Guillaume pour avoir accepté de s‟investir corps et âme avec rigueur scientifique pour la direction de ce mémoire. Nos remerciements s‟adressent aux corps académique et scientifique de l‟UNILAI qui nous ont encouragé en mettant à notre disposition un enseignement de qualité. Nous tenons à remercier toutes les familles et amis qui nous ont aidé tant moralement que matériellement. A nos compagnons de lutte de deuxième licence pour le courage et l‟amour qui nous ont caractérisés durant tout ce temps de vie estudiantine. En fin que les amis, frères et sœurs dont les noms ne sont pas cités ne nous tiennent pas rigueur, nos pensées vont aussi vers eux. IZABAYO Jean d’Amour
  6. 6. v SIGLES ET ABREVIATIONS % : Pourcentage °C : Degré Celsius al : et autres DJ : Disc Jockey DVD : Digital Video Disc etc. : Et cætera (ainsi de suite) FHI: Family Health International FRW: Francs rwandais HIV/AIDS: Human Immunodeficiency Virus/Acquired Immuno Deficiency Syndrome IST : Infections sexuellement transmissibles Km2 : Kilomètre carré MINISANTE : Ministère de la Santé p. : Page STIs : Sexually transmitted Infections T.F.C : Travaux de Fin de Cycle UNILAI : Université Laïque d‟Idjwi VIH/SIDA : Virus d‟Immuno Déficience Humain/Syndrome d‟Immuno Déficience Acquise w.w.w : Word Wide Web
  7. 7. vi LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Répartition des enquêtés selon l‟âge .............................................. 35 Tableau 2 : Répartition des enquêtés selon le sexe........................................... 36 Tableau 3 : Répartition des enquêtés selon le statut matrimonial ...................... 36 Tableau 4 : Répartition des enquêtés selon le niveau d‟étude........................... 37 Tableau 5 : Répartition des enquêtés selon la profession.................................. 37 Tableau 6 : Les causes de la fréquentation massive dans les boites de nuits ... 38 Tableau 7 : Avis des répondants sur les boites de nuits .................................... 39 Tableau 8 : Catégories des personnes dans les boites de nuits ........................ 40 Tableau 9 : Les relations sexuelles dans les boites de nuits.............................. 40 Tableau 10 : Façon de la protection dans les boites de nuits............................. 41 Tableau 11 : Les effets du comportement sexuel............................................... 41 Tableau 12: Le cadre logique……………………………………………………….….50
  8. 8. vii RESUME DU MEMOIRE Nous voici à la fin de notre étude intitulé « ANALYSE DU COMPORTEMENT SEXUEL CHEZ LES PERSONNES QUI FREQUENTENT LES BOITES DE NUITS, CAS SPECIFIQUE DE SECTEUR MUHOZA (Du 1er Janvier au 30 Juin 2013)». Ainsi, les questions sur les quelles était reposé la problématique de cette recherche sont les suivantes :  Quelles sont les principales causes de la fréquentation massive des personnes dans les boites de nuits de Secteur MUHOZA du District de MUSANZE?  Quels seraient les effets du comportement sexuel dans les boites de nuits de Secteur MUHOZA du District de MUSANZE? Du côté de la problématique conçue ci-dessus, les hypothèses de notre recherche se présentent comme suit :  Les causes de la fréquentation massive des personnes dans les boites de nuits seraient entre autres : la délinquance, l‟aventure, la pauvreté, les problèmes familiaux et défoulement des certains problèmes, divorces des parents et perte des parents.  Les effets du comportement sexuel dans les boites seraient : l‟infection des IST, du VIH/SIDA, le mariage précoce, les grossesses non désirées et la pauvreté, divorce. Les résultats obtenus sont les suivants :  Nous remarquons que 36% des nos enquêtés affirment que la délinquance juvénile est la principale cause de la fréquentation massive dans les boites de nuits de secteur MUHOZA, 25% disent l‟aventure, 14% confirment la
  9. 9. viii fréquentation dans les boites de nuits avec comme ambition la pauvreté, 10% disent un lieu de refuge aux problèmes familiaux, 8% mentionnent un bon endroit pour le défoulement des certains problèmes, 4% des personnes qui fréquentent les boites de nuits sont des enfants dont leurs parents avaient divorcés et que 3% des enquêtés affirment que leurs fréquentations proviennent de la perte des parents.  Les résultats de notre recherche stipulent que 39% des enquêtés affirment l‟infection des IST comme effet du comportement sexuel dans les boites de nuits, 38% confirment l‟infection du VIH/SIDA, 8% disent que l‟effet peut surgir au mariage précoce, 7% affirment la présence des grossesses non désirées, 6% mentionnent la pauvreté comme effet du comportement sexuel dans les boites de nuits et enfin 2% disent que les boites de nuits parviennent à causer de divorce dans les foyers.
  10. 10. ix SUMMARY OF THE WORK We here are at the end of our study entitled "ANALYSIS OF THE SEXUAL BEHAVIOR AMONG PEOPLE WHO ATTEND THE NIGHT CLUBS, case study of the Sector of MUHOZA in MUSANZE District(From 1st January till 30th June 2013) ". As well, the questions on what was refitting the problematic of this research are the following:  What are the main causes of the mass attendance of persons in the nightclubs of the sector of MUHOZA?  What would be the effect of sexual behavior in the nightclubs of the Sector of MUHOZA? From the side of the problematic designed above, the assumptions of our research is presented as follows:  The causes of mass attendance of persons in the nightclubs would be between other: delinquency, the adventure, poverty, family problems and emotional release of certain problems, divorces of parents and loss of parents.  The effect of sexual behavior in the night clubs would be: the infection of STIS, HIV/AIDS, early marriage, unwanted pregnancies and poverty, divorce etc. The results obtained are the following:  We note that 36% of our investigations argue that juvenile delinquency is the main cause of the mass attendance in the nightclubs of the MUHOZA sector in District of MUSANZE, 25% say the adventure, 14% confirm the attendance in the boxes of nights with ambition as the search for the money, 10% say a place of
  11. 11. x refuge to family problems, 8% cite a good place to help with the emotions of some problems, 4% of people who attend the night-clubs are for children whose parents had divorced and that 3% of investigations affirm that their attendance comes from the loss of parents.  The results of our research stipulate that 39% of investigations affirm the infection of STIS as an effect of sexual behavior in the nightclubs, 38% confirm the infection of HIV/AIDS, 8% say that the effect can arise with early marriage, 7% say the presence of unwanted pregnancies, 6% cite poverty as an effect of sexual behavior in the night clubs and finally 2% say that they go to nightclubs because of divorce that occurred in their homes.
  12. 12. xi TABLE DES MATIERES DEDICACE....................................................................................................................... i REMERCIEMENTS.........................................................................................................iii SIGLES ET ABREVIATIONS .......................................................................................... v LISTE DES TABLEAUX ..................................................................................................vi RESUME DU MEMOIRE................................................................................................vii SUMMARY OF THE WORK............................................................................................ix TABLE DES MATIERES .................................................................................................xi 0. INTRODUCTION GENERALE .................................................................................... 1 0.1. PROBLEMATIQUE .................................................................................................. 1 0.2. HYPOTHESES DE RECHERCHE ........................................................................... 5 0.3. OBJECTIFS DE RECHERCHE................................................................................ 5 0.3.1. Objectif générale ................................................................................................... 5 0.3.2. Objectifs spécifiques ............................................................................................. 6 0.4. CHOIX ET INTÉRÊT DU SUJET.............................................................................. 6 0.4.2. Intérêt personnel ................................................................................................... 6 0.4.2. Intérêt social.......................................................................................................... 6 0.4.3. Intérêt scientifique et académique......................................................................... 6 0.5. DELIMITATION DU TRAVAIL .................................................................................. 7 0.5.1. Délimitation spatiale .............................................................................................. 7 0.5.2. Délimitation temporaire ......................................................................................... 7 0.6. SUBDIVISION DU MEMOIRE.................................................................................. 7 CHAPITRE I : GENERALITES ET CADRE THEORIQUE............................................... 8 1.1. DEFINITION DES CONCEPTS CLES.................................................................. 8 1.1.1. Analyse ................................................................................................................. 8 1.1.2. Comportement....................................................................................................... 9 1.1.3. Comportement sexuel ........................................................................................... 9 1.1.4. Boites des nuits................................................................................................... 10 1.2. CADRE THEORIQUE ............................................................................................ 10 1.2.1. Approche explicative de la sexualité des adolescents......................................... 10 1.2.2. Attitudes des adolescents ................................................................................... 11 1.2.3. Approches explicatives de la sexualité des adolescents en milieu urbain........... 12 1.2.3.1. Approche socioculturelle .................................................................................. 12 1.2.3.2. Approche socioéconomique ............................................................................. 13 1.2.3.3. Approches psychophysiologiques du comportement sexuel ............................ 14 1.2.4. Environnement et comportement ........................................................................ 17 1.2.4.2. L‟approche maturationniste .............................................................................. 18 1.2.4.2. Approches explicatives du comportement sexuel des jeunes .......................... 18
  13. 13. xii 1.2.5. L‟activité sexuelle : un moyen d‟améliorer ses conditions économiques ............. 23 CHAPITRE II : APPROCHE METHODOLOGIQUE....................................................... 25 2.1. TYPE D‟ETUDE ..................................................................................................... 25 2.1.1. Population d‟étude............................................................................................... 25 Source: Rapport annuel de Secteur MUHOZA, 2012.................................................... 25 2.1.2. MONOGRAPHIE DU SECTEUR DE MUHOZA .................................................. 26 2.1.2.2 Sol, agriculture et élevage................................................................................. 26 2.1.2.3. Education ......................................................................................................... 27 2.1.2.4. Infrastructure .................................................................................................... 27 2.1.2.5. Cadre administratif ........................................................................................... 27 2.1.2.6 Santé................................................................................................................. 28 2.2. TAILLE DE L‟ECHANTILLON ................................................................................ 28 2.3. PROCEDURES DE RECHERCHE ........................................................................ 30 2.3.1. Liste des variables............................................................................................... 30 2.4. ANALYSE DES COLLECTES DES DONNEES ..................................................... 30 2.5. INTERPRETATION DES DONNEES..................................................................... 30 2.6. CONSIDERATION ETHIQUE ................................................................................ 31 2.7. METHODOLOGIE DE RECHERCHE .................................................................... 31 0.7.1. TECHNIQUES..................................................................................................... 31 0.7.1.1. La technique documentaire .............................................................................. 32 0.7.1.2. La technique de questionnaire ......................................................................... 32 0.7.1.3. La technique d‟interview libre ........................................................................... 32 0.7.1.4. La technique d‟échantillonnage........................................................................ 32 0.7.2. METHODES........................................................................................................ 33 0.7.2.1. La méthode historique...................................................................................... 33 0.7.2.2. La méthode analytique ..................................................................................... 33 0.7.2.3. La méthode comparative.................................................................................. 33 0.7.2.4. La méthode statistique ..................................................................................... 34 CHAPITRE III : PRESENTATION DES DONNEES ET DISCUSSION DES RESULTATS ...................................................................................................................................... 35 3.1. IDENTIFICATION DES ENQUETES...................................................................... 35 Tableau 2 : Répartition des enquêtés selon l‟âge ......................................................... 35 Tableau 3 : Répartition des enquêtés selon le sexe...................................................... 36 Tableau 4 : Répartition des enquêtés selon le statut matrimonial ................................. 36 Tableau 5 : Répartition des enquêtés selon le niveau d‟étude...................................... 37 Tableau 6 : Répartition des enquêtés selon la profession............................................. 37 3.2. PRÉSENTATION DES DONNÉES ........................................................................ 38 Tableau 7 : Les causes de la fréquentation massive dans les boites de nuits .............. 38 Tableau 8 : Avis des répondants sur les boites de nuits ............................................... 39 Tableau 9 : Catégories des personnes dans les boites de nuits ................................... 40 Tableau 10 : Les relations sexuelles dans les boites de nuits....................................... 40 Tableau 11 : Façon de la protection dans les boites de nuits........................................ 41 Tableau 12 : Les effets du comportement sexuel.......................................................... 41 3.3. DISCUSSION DES RESULTATS........................................................................... 42
  14. 14. xiii 3.3.1. Les causes de la fréquentation massive dans les boites de nuits ....................... 42 3.3.2. Avis des répondants sur les boites de nuits ........................................................ 43 3.3.3. Catégories des personnes dans les boites de nuits ............................................ 43 3.3.4. Les relations sexuelles dans les boites de nuits.................................................. 44 3.3.5. Façon de la protection dans les boites de nuits .................................................. 44 3.3.6. Les effets du comportement sexuel..................................................................... 45 CHAPITRE IV : PROGRAMME DE SANTE.................................................................. 46 4.2. Identification du projet ............................................................................................ 46 4.2.1. But....................................................................................................................... 47 4.2.2. Objectif du projet ................................................................................................. 48 4.2.3. Localisation et durée du projet ............................................................................ 48 4.2.4. Nature du projet................................................................................................... 48 4.2.5. Profil juridique du projet....................................................................................... 49 4.2.6. Les bénéficiaires et acteurs du projet.................................................................. 49 4.2.7. Stratégies du projet ............................................................................................. 50 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES SELON LE DIAGRAMME DE GANT II ............. 50 BUDGET DUPROJET………………………………………………………………………52 CADRE LOGIQUE ........................................................................................................ 52 CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIOINS……………………………………………57 BIBLIOGRAPHIE………………..……………………………………..………………..…..60 ANNEXES Questionnaire Table de détermination de la taille de l‟échantillon Carte administrative du District de MUSANZE
  15. 15. 1 0. INTRODUCTION GENERALE 0.1. PROBLEMATIQUE Une discothèque ou boîte de nuit, ou plus communément en abrégé boîte ou disco, ou encore club (calque de l'anglais nightclub) est un espace de divertissement nocturne, réservé aux personnes majeures (soit 18 ans en France et dans la plupart des pays). Une discothèque se distingue généralement des bars, des pubs et des tavernes par la présence d'une piste de danse et une cabine de DJ, où ce dernier mixe un ou plusieurs styles de musique (un DJ généraliste passe plusieurs styles pour tout type de public (dance, disco, années 80, musique tropicale, etc., et autrefois (très rare aujourd'hui) slows; les autres DJs sont plus spécialisés : un genre particulier de musique electronique (par exemple house,techno, etc.), ou de hip-hop, ou reggae/ragga/dancehall (http://fr.wikipedia.org/wiki/Bo%C3%AEte_de_nuit). Depuis environ 89 ans 1900 à 1920, les ouvriers des États-Unis se réunissaient dans les honky tonks ou les juke joints pour danser sur la musique qui était jouée au piano ou par un jukebox. Pendant la prohibition américaine, les discothèques se situaient au sous-sol en tant que speakeasies (bars clandestins) illégaux. Avec l'abrogation de la prohibition en février 1933, les discothèques se développèrent, telles que le Stork Club à New York, El Morocco et le Copacabana. À Harlem, le Cotton Club et le Connie's Inn étaient des lieux très connus avec leur clientèle composée principalement de blancs. Avant 1953 et même quelques années après, la plupart des bars et discothèques utilisaient des juke-boxes ou faisaient chanter en direct des groupes de musique. Le terme discothèque semble provenir du nom d'un club situé, en 1941, rue de la Hachette à Paris. Il se peut que ce soit le personnel qui y choisissait les disques, ou peut-être y avait-il juste un juke-box à la disposition des clients. La naissance du club a un rapport avec l'Occupation et certaines interdictions imposées par les Allemands. Le concept moderne de discothèque a cependant été inventé un peu plus tard, et ailleurs : en 1953, alors qu'elle travaillait au Whisky à Gogo à Paris, Régine a décidé de peindre les lumières de toutes les couleurs, de les animer à
  16. 16. 2 la main, et de remplacer le juke-box par un double tourne-disque pouvant diffuser la musique de façon ininterrompue, et surtout sous son contrôle. Régine aura de la prédilection pour la musique animée et popularisera le cha-cha-cha. Au début des années 1960, Mark Birley ouvrit une discothèque réservée uniquement à ses membres, The Annabel's, à Berkeley Square, à Londres. Cependant, la première génération rock and roll préférait les bars et tavernes à la fois rustiques et rudimentaires aux discothèques, et ces dernières n'atteignirent pas de popularité flagrante avant les années 1970 et l'émergence du disco. L‟adolescence est une période de la vie hautement significative en ce qui concerne les nouveaux apprentissages et les découvertes amoureuses. De ce fait, elle est potentiellement synonyme de fragilité et de vulnérabilité. Les jeunes expérimentent de nouveaux comportements ; ils vivent des moments heureux, mais aussi des problèmes et des déceptions. Il arrive parfois, au sein d‟une relation amoureuse, qu‟ils commettent ou tolèrent des actes de violence sans même en être conscients, ou en croyant fermement que ce sont des preuves d‟amour ou des signes d‟engagement dans la relation. Cette violence peut être très subtile et difficile à détecter, et ce, même pour l‟entourage immédiat. Néanmoins, la gravité des séquelles pouvant découler de ces actes demeure non négligeable tant pour les auteurs que pour les victimes. C‟est pourquoi la prévention et la sensibilisation de tous les jeunes au sujet des méfaits de la violence et, par-dessus tout, des bienfaits des relations amoureuses harmonieuses et égalitaires demeurent essentielles (www.crpspc.ca, visité le 27/02/2013). Avec les vacances scolaires, les boîtes de nuit et pubs misent sur une clientèle de jeunes, incluant les mineurs. Les soirées en vue de fêter les vacances scolaires, les « afternoon parties » sont de mise pour une clientèle qui a soif de découvrir un monde qui appartient aux plus grands. Une “boîte de nuit”, comme d‟autres, défie les lois existantes en accueillant de nombreux mineurs à une fête d‟étudiants en fin d‟après- midi. « Ces fêtes sont organisées en vue de permettre à certains jeunes, qui n‟ont pas
  17. 17. 3 la permission de sortir le soir, de connaître la night life », explique Sandeep, 19 ans (GUILCHER Y. ; 1998). La scène contemporaine des danses de couple se distribue selon trois territoires distincts : ceux de l‟après-midi dansant, du bal et de la compétition. Entre ces trois ensembles existe une pluralité d‟espaces intermédiaires tels que les soirées des grandes écoles, les fêtes privées, les repas et soirées dansants. La dramaturgie spécifique de l‟après-midi dansant – qui la distingue de celle des bals traditionnels – tient de la combinaison du moment de la journée avec celui d‟un décorum appartenant traditionnellement au monde de la nuit. Le dancing propose de 15 à 19 heures l‟ambiance et le cadre d‟une boîte de nuit. Rien d‟ailleurs ne le distingue de celle-ci ; seule la tranche horaire diffère et compose un contraste saisissant : on passe brusquement de la lumière du jour à l‟ambiance de la nuit. Lumières tamisées et jeux de spots contribuent à affiner les silhouettes, occultent certaines rides et font que « les gens paraissent tous dix ans de moins que l‟âge qu‟ils ont réellement» (DORIE-APPRIL, E ; 2000). Venir au dancing constitue dans la plupart des cas une démarche solitaire et individuelle qui a pour vocation de se dissoudre dans le moment de danse à deux. Parfois, les dames viennent entre copines : les habituées initient une collègue de bureau ou une sœur. Les hommes arrivent isolément. Le moment de danse associe naturellement le plaisir de la danse et la rencontre de l‟autre. Évidemment, il s‟agit là de l‟une des traditionnelles fonctionnalités du bal. Un premier discours de surface oppose bien souvent ces deux aspects mais au fur et à mesure des entretiens, beaucoup font le récit d‟une rencontre et montrent par là-même que la danse ne se contente pas exclusivement d‟un « plaisir solitaire » (HESS, R ; 1996).
  18. 18. 4 Plus le danger est présent lorsqu‟il y a un manque de responsabilité comportementale. « Les jeunes doivent savoir avec qui ils sortent en soirée et ne doivent pas s‟aventurer à suivre un inconnu, ou même pour une fille son copain dans des lieux plus intimes, car la nuit tombée le danger est omniprésent », dit l‟adolescent. « Les garçons se déplacent en bande, ce qui crée parfois des conflits entre groupes d‟adolescents », poursuit-il. (HESS, R ; 1996). Les cabarets, les boites des nuits et autres place de distraction sont aujourd‟hui devenu un calvaire pour les jeunes de moins de 18 ans voire même plus. Ici nous allons dire que beaucoup des gens se dirigent vers les boites des nuits après avoir eu des divergences familiales et/ou dans leurs foyers respectifs ; les autres veulent se défouler des certains problèmes par le canal de l‟alcool, la danse et la musique à gogo et encore à la pauvreté pour les prostituées. Les problèmes que causent les boites de nuits sont divers et multiples. Selon Julian MELGOSA (2000, p.146), il est certain que l‟ambiance érotique généralisée et presque constante à travers la musique et les paroles des chansons, le monde juvénile invite continuellement à une sexualité qui ne se limite pas aux simples baisers et aux caresses. Devant tant de situation et d‟activités aux quelles les adolescents doivent faire face, les parents et d‟autres adultes se demandent comment les comprendre afin de le soutenir et leur apporter notre avide. Tout au long de notre recherche intitulée : « Impact du comportement sexuel chez les personnes qui fréquentent les boites de nuits, cas de secteur MUHOZA du District de MUSANZE (Du 1er Janvier au 30 Juin 2013), nous allons voir comment beaucoup des personnes se heurtent aux comportements sexuels non conformes après une longue consommation d‟alcool dans les boites de nuit. Cette étude montrera l‟effet du comportement sexuel pour ces personnes citées ci haut. Cet état de chose nous amène à nous poser plusieurs questions dont les plus retenues sont les suivantes :
  19. 19. 5  Quels sont les principales causes de la fréquentation massive des personnes dans les boites de nuits de Secteur MUHOZA du District de MUSANZE?  Quel serait l‟effet du comportement sexuel dans les boites de nuits de Secteur MUHOZA du District de MUSANZE ? 0.2. HYPOTHESES DE RECHERCHE L‟hypothèse étant définie comme « une affirmation provisoire concernant la relation entre deux ou plusieurs variables, la recherche ayant pour but de confirmer, d‟infirmer ou de nuancer cette affirmation ». Les hypothèses sont des éléments des réponses anticipées aux problèmes soulevés dans la problématique (NYIRANSABIMANA, V ; 2006). Elles sont des propositions qui nécessitent l‟infirmation ou la confirmation selon le cas. Pour élucider la recherche, nous avons émis les hypothèses suivantes :  Les causes de la fréquentation massive des personnes dans les boites de nuits seraient entre autres : la délinquance, l‟aventure, la pauvreté, les problèmes familiaux et défoulement des certains problèmes, divorces des parents et perte des parents.  L‟effet du comportement sexuel dans les boites serait : l‟infection des IST, du VIH/SIDA, le mariage précoce, les grossesses non désirées et la pauvreté, divorce etc. 0.3. OBJECTIFS DE RECHERCHE Dans ce travail, nous nous proposons vérifier l‟impact du comportement sexuel chez les personnes qui fréquentent les boites des nuits. Il s‟agit d‟une étude systématique basée sur les problèmes de vagabondage sexuel dans le secteur de MUHOZA du District de MUSANZE d‟une part et du Rwanda en particulier. 0.3.1. Objectif générale L‟objectif général de notre recherche consiste à étudier, analyser et montrer l‟impact du comportement sexuel, apporter et prodiguer de conseil chez les personnes
  20. 20. 6 qui fréquentent les boites de nuits plus particulièrement au secteur MUHOZA du District de MUSANZE. 0.3.2. Objectifs spécifiques  Identifier les causes de la fréquentation des boites de nuits ;  Déterminer l‟effet du comportement sexuel ;  Evaluer l‟impact de boites de nuits face au groupe vulnérable (cible) ;  Donner des suggestions et recommandations. 0.4. CHOIX ET INTÉRÊT DU SUJET Le choix de cette recherche n‟a pas été hasardeuse ; nous avons été épaté de phénomène de boite de nuit dans le secteur MUHOZA avec triple intérêt entre autre, l‟intérêt personnel, social et scientifique. 0.4.2. Intérêt personnel Cette étude nous permettra d‟approfondir les connaissances sur les comportements sexuels dans notre milieu d‟étude et ressortir les suggestions pragmatiques pour un changement adéquat. 0.4.2. Intérêt social Ce travail trouvera un grand intérêt car il contribuera à la vie sociale et comportement de la population du Secteur de MUHOZA et à la diminution du vagabondage sexuel au Rwanda en général et plus particulièrement dans le District de MUSANZE. 0.4.3. Intérêt scientifique et académique Ce travail répond également aux exigences incontournables de l‟enseignement supérieur et universitaire qui demande que tout étudiant qui termine le second cycle doit
  21. 21. 7 rédiger un travail dans son domaine. C‟est ainsi que ce travail constituera aussi une source d‟information pour les chercheurs ultérieurs intéressés par ce sujet. 0.5. DELIMITATION DU TRAVAIL Notre travail est axé sur l‟analyse du comportement sexuel chez les personnes qui fréquentent les boites de nuits, cas spécifique du Secteur de MUHOZA, pendant la période allant du mois de Janvier à Juin 2013 ; et il se limite dans l‟espace et dans le temps. 0.5.1. Délimitation spatiale Notre sujet s‟est focalisé sur : l‟analyse du comportement sexuel chez les personnes qui fréquentent les boites de nuits, cas spécifique du Secteur de MUHOZA en District de MUSANZE. 0.5.2. Délimitation temporaire S‟agissant de la délimitation temporaire, notre étude couvre une période allant du 1er Janvier au 30 Juin 2013, c‟est à dire une période de six mois. 0.6. SUBDIVISION DU MEMOIRE Hormis l‟introduction, la conclusion et les recommandations, notre travail est subdivisé en 4 chapitres à savoir :  Le premier chapitre traite sur les généralités;  Le deuxième chapitre sera consacré à l‟approche méthodologique ;  Le troisième chapitre concerne la présentation des données et discussions des résultats ;  Le dernier chapitre porte sur le cadre conceptuel.
  22. 22. 8 CHAPITRE I : GENERALITES ET CADRE THEORIQUE 1.1. DEFINITION DES CONCEPTS CLES La conceptualisation permet de comprendre la suite du travail, c‟est pourquoi nous la jugeons d‟être une étape très importante dans toute étude scientifique, car elle permet aussi d‟éviter la confusion aux termes qui peuvent avoir la tendance d‟être synonymes. Elle permet également la compréhension aux lecteurs. 1.1.1. Analyse Le mot analyse est employé dans différentes matières. Ces différentes significations ne partagent pas seulement le même nom, mais sont véritablement des applications spécifiques d'un concept commun.  En philosophie, l'analyse est une méthode qui s'oppose à la synthèse. Elle vise à comprendre un objet en le décomposant en ses constituants. Elle établit donc tout d'abord des critères permettant d'identifier les composants.  En mathématiques, l'analyse est une branche de cette science qui est constituée du calcul différentiel et intégral et des domaines associés.  En démographie, l‟analyse est de deux types : l‟analyse longitudinale, qui consiste à mesurer (mesure longitudinale) les phénomènes à partir d‟un événement initial où l‟on peut distinguer les générations ou les cohortes (naissances, mariages, migrations); l‟analyse transversale, qui permet de mesurer (mesure transversale) un phénomène au cours d‟une période de temps, généralement l‟année civile.  En chimie, l'analyse consiste à déterminer les constituants d'un produit, voir l'article chimie analytique.  En art plastique, l'analyse d'œuvre extrait les sens de la composition graphique et expose les références culturelles nécessaires.
  23. 23. 9  En musique, l'analyse est l'étude de la structure formelle, mélodique, harmonique et rythmique des œuvres musicales.  En psychanalyse, l'analyse est la démarche d'un patient lors d'une cure.  En organisation, l'analyse force faiblesse opportunité menace est un concept d'intelligence économique.  Au jeu d'échecs, l'analyse ou analyse post-mortem permet aux deux joueurs, à la fin d'une partie, de revoir les moments-clés de celle-ci.  En littérature, l'analyse est une méthode structurée pour étudier une œuvre : la psychocritique définie par Charles Mauron, par exemple. L'analyse littéraire s'appuie sur les connaissances psychologiques, Freud, le premier a proposé une telle analyse de Hamlet (www.wikipedia.org/wiki/analyse, visité le 24/06/2013). 1.1.2. Comportement Le terme « comportement » désigne les actions d'un être vivant. Il a été introduit en psychologie française en 1908 par Henri Piéron comme équivalent français de l'anglais-américain behavior. On l'utilise notamment en éthologie (humaine et animale) ou en psychologie scientifique. Il peut aussi être pris comme équivalent de conduite dans l'approche psychanalytique (www.wikipedia.org/wiki/comportement, consulté le 22/05/2013). Manière d'être, d'agir ou de réagir des êtres humains, d'un groupe, des animaux ; attitude, conduite : Un comportement étrange. Manière dont quelque chose fonctionne, marche, évolue dans certaines circonstances : Étudier le comportement d'un véhicule sur une chaussée glissante (www.larousse.com/en/dictionnaires/comportement ). 1.1.3. Comportement sexuel Pour certains auteurs, « le comportement sexuel désigne pour chaque individu, une configuration qui comprend un répertoire de pratiques sexuelles, un répertoire de scénarios et un répertoire de significations » (Bajos et al, 1993, p.33). Les pratiques sexuelles désignent les types de contacts corporels, non nécessairement mutuels, liés
  24. 24. 10 à l‟excitation sexuelle d‟au moins une personne ; un scénario est une série de pratiques sexuelles, réalisées dans un contexte donné avec un partenaire donné. La signification ou la représentation désigne les valeurs et fonctions attribuées, consciemment ou non, à l‟activité sexuelle. On conçoit alors que le comportement sexuel peut recouvrir un vaste champ pouvant comprendre le fantasme, le voyeurisme, la masturbation solitaire ou en groupe, les rapports sexuels avec ou sans pénétration, les rapports péno- vaginaux ou péno- anaux, les rapports génito-oraux, les rapports protégés ou non. Aussi, tous les comportements sexuels, y compris ceux des adolescents, ne se traduisent pas nécessairement par des pratiques à risque de maladie sexuellement transmise ou de grossesse non désirée. 1.1.4. Boites des nuits Une discothèque ou boîte de nuit, ou plus communément en abrégé boîte ou disco, ou encore club (calque de l'anglais nightclub) est un espace de divertissement nocturne, réservé aux personnes majeures (soit 18 ans en France et dans la plupart des pays). Une discothèque se distingue généralement des bars, des pubs et des tavernes par la présence d'une piste de danse et une cabine de DJ, où ce dernier joue de la musique variée telle que la dance, le hip hop, le rock, le reggae ou encore le pop (www.wikipedia.org/wiki/boite de nuit). visité le 27/6/2013. 1.2. CADRE THEORIQUE 1.2.1. Approche explicative de la sexualité des adolescents Les moyens pour enrayer l‟épidémie - l‟éducation et le changement des comportements – sont aussi simples à définir qu‟ils sont difficiles à appliquer ; les comportements envers le sexe et la drogue ont des bases physiologiques et des composantes sociales fortement encrées : ils sont difficiles à modifier. Hélas, la
  25. 25. 11 connaissance n‟entraîne pas toujours un changement de comportement. Malgré toutes les stratégies de réduction du risque développé ainsi que la multiplication des messages de sensibilisation sur le VIH, l‟infection constitue un véritable problème de santé publique au monde, notamment chez les adolescents. Ils constituent de nos jours la génération la plus importante de notre histoire : pourtant, bien qu‟étant la charpente de nos pays, ces derniers demeurent en mêmes temps les personnes les plus vulnérables au VIH (ADJAHOTO, E.O ; 2000). 1.2.2. Attitudes des adolescents L‟adolescence, qui vient du verbe latin adolescere qui signifie croître, est une période de la vie qui suit l‟enfance, et qui est comprise entre la puberté et l‟âge adulte. Cette transition entre l‟enfance et l‟âge adulte est marquée par des transformations corporelles et psychologiques qui causent chez l‟adolescent une certaine crise. Ces transformations peuvent induire chez ce dernier un comportement sexuel désordonné, vu le fait qu‟il cherche à s‟affirmer en tant qu‟adulte face à ceux auxquels il est désormais semblable (FLORENCE, L ; 2001).  Du point de vue corporel Le phénomène essentiel est l‟apparition de la fonction de reproduction. Le jeune adolescent subit des transformations avec notamment maturation des cellules reproductrices. Cette maturation se traduit par la présence de spermatozoïdes dans le liquide séminal chez le garçon et par la présence des premières règles chez la fille. Ces transformations s‟accompagnent de changements morphologiques : certaines concernent les organes génitaux, d‟autres constituant ce qu‟on appelle les caractères sexuels secondaires. Cette transformation physique engendre chez l‟adolescent une transformation psychologique.
  26. 26. 12  Du point de vue psychologique L‟adolescence est marquée par la réactivation et l‟épanouissement de l‟instinct sexuel, l‟affermissement des intérêts professionnels et sociaux, le désir de liberté et d‟autonomie, la richesse de la vie affective. L‟adolescent devient capable d‟aimer. Les deux composantes de l‟amour que sont l‟instinct sexuel et la tendresse s‟harmonisent et se fixent sur une personne de l‟autre sexe. C‟est l‟âge par excellence de l‟amitié et des sentiments de tous ordres, y compris les sentiments moraux, religieux et esthétiques. L‟évolution rapide du monde moderne accentue les crises de l‟adolescence. Raison pour laquelle il semble nécessaire d‟informer les adolescents sur les risques qu‟ils encourent en affichant un comportement qui peut nuire à leur avenir et à celui de leur nation. Ils doivent être susceptibles de changer d‟attitudes et d‟adopter pour celles qui mènent à un comportement à moindre risque. 1.2.3. Approches explicatives de la sexualité en milieu urbain Plusieurs approches explicatives ressortent des travaux sur les comportements sexuels des adolescents. Il s‟agit notamment des approches socioculturelles, économiques, institutionnelles et psychologiques. Les études réalisées en milieu urbain africain se sont d‟avantage orientées vers les deux premières (CEPROD ; 1996). 1.2.3.1. Approche socioculturelle L‟approche socioculturelle se fonde sur le fait qu‟on ne peut pas „‟désocialiser‟‟ l‟activité sexuelle. Elle accorde un rôle central à la construction sociale et culturelle, sans laquelle aucun désir ne peut apparaître et s‟exprimer. Ainsi, selon lui, les comportements sexuels et les circonstances dans lesquelles a lieu l‟activité sexuelle sont déterminés par les normes et les valeurs socioculturelles en matière de sexualité. Une des expressions de cette approche est la thèse selon laquelle l‟activité sexuelle des jeunes en milieu urbain s‟expliquerait par la ‟‟désorganisation sociale„‟, la faiblesse du contrôle social ou le relâchement des mœurs en matière de sexualité Cette thèse fait
  27. 27. 13 partie de la théorie générale de la modernisation, qui se fonde sur l‟affaiblissement des structures traditionnelles et le relâchement du contrôle des aînés sur les cadets. Les comportements nouveaux qui en résultent sont plus orientes vers la responsabilité familiale. Les travaux sur le contexte socioculturel de la sexualité dans une région forestière enclavée du Congo, caractérisée par la prédominance des interdits de relations sexuelles montrent que : « la détérioration des conditions économiques et du réseau de communication….a certainement été un facteur freinant la diffusion du VIH/SIDA dans les régions enclavées». S‟il est vrai que les sociétés enclavées sont privées d‟infrastructures et d‟équipements modernes (télévision, Internet, radio, DVD, roman pornographiques…), cette affirmation montre que les tabous sexuels constituaient une stratégie de prévention contre les attitudes sexuelles malsaines et désordonnée. Culturellement le désir d‟avoir des enfants est fortement enraciné chez les individus, à celui-ci s‟ajoute le poids de la société qui dicte et conditionne cet aspect de la vie. Le préservatif qui joue ainsi un rôle de contraceptif s‟oppose à la possibilité d‟avoir des enfants. D‟ou la difficulté pour la plus part des individus de développer des attitudes favorables au condom (YAOKE ; 2001). 1.2.3.2. Approche socioéconomique L‟approche économique considère les adolescents comme des acteurs dits rationnels. Cette approche se fonde ainsi sur la thèse de „‟l‟adaptation rationnelle‟‟ selon laquelle les jeunes s‟engageraient aussi dans la sexualité pour atteindre des objectifs bien précis, d‟ordre économique ou social. Dans le premier cas, on peut noter les études qui ont insisté sur le fait que les conditions économiques contribuent à l‟engagement des jeunes dans l‟activité sexuelle. Ainsi, la satisfaction des pulsions sexuelles peut aussi se faire chez les jeunes garçons en échange de cadeaux, d‟habits,
  28. 28. 14 de somme d‟argent ou d‟un travail rémunéré en faveur des jeunes filles. Dans le second cas, se retrouvent les études qui expliquent l‟activité sexuelle des jeunes, surtout chez les filles, par le mariage et la fécondité, celle-ci étant en fait une stratégie de l‟aboutissement du mariage. 1.2.3.3. Approches psychophysiologiques du comportement sexuel Le comportement sexuel est défini comme l‟ensemble des actes qui permettent le rapprochement de deux partenaires et leur accouplement. Le comportement sexuel ne se réduit pas à la copulation. L‟accouplement est précédé de préliminaire recherche de partenaires, cour, jeux, contacts et stimulations réciproques. Le comportement sexuel est régi par des facteurs internes et externes, intégrés au cours du développement et lors de l‟actualisation des comportements par le système nerveux central. Chez l‟adulte, les hormones males et femelles jouent un rôle activateur en élevant la réactivité des structures nerveuses qui contrôlent l‟expression des comportements. Parmi les facteurs externes, les messages sensoriels, issus du milieu ou du partenaire, assurent une double fonction. D‟une part, ils élèvent la réactivation générale de l‟organisme et déclenchent, dans certains cas, la sécrétion des gonadolibérines hypothalamiques (RWENGE, M ; 2000). D‟autre part, ils orientent les comportements sexuels vers des objectifs spécifiques : « tel est le cas des stimuli d‟appel et d‟identification ou des stimuli émis au cours de l‟accouplement par chaque partenaire et qui servent à synchroniser leur comportement respectif. Tous les étages du système nerveux, de la moelle au télencéphale participent au contrôle de comportements sexuels, mais, spécialement l‟hypothalamus sensible aux hormones sexuelles, recevant des informations du mésencéphale, du système limbique et du cortex préfrontal, l‟hypothalamus, est un centre d‟intégration des messages hormonaux et sensoriels. Il peut aussi déclencher par voie nerveuse des segments de comportement sexuel tels que l‟érection ou l‟éjaculation. Nous constatons que le comportement sexuel est très fortement modelé par l‟éducation, la culture, le socio économique et le psychophysiologique.
  29. 29. 15 Une hypothèse de base de la théorie freudienne, c'est que les conflits inconscients impliquent des pulsions instinctives ou des lecteurs, qui sont créés dans l'enfance. Comme ces conflits inconscients sont reconnus par le patient par le biais de l'analyse, son esprit adulte peut trouver des solutions qui étaient inaccessibles à l'esprit immature de l'enfant. Cette représentation du rôle des pulsions de la vie humaine est une caractéristique unique de la théorie freudienne. Selon la doctrine de Freud de la sexualité infantile, sexualité adulte est un produit final d'un processus complexe de développement, à partir de l'enfance, impliquant une variété de zones (zones orale, anales et génitales) ou les fonctions du corps et correspondant aux différentes étapes de la relation de l'enfant aux adultes, en particulier aux parents. D'une importance cruciale est la période œdipienne, se produisant à environ quatre à six ans, parce qu'à ce stade de développement de l'enfant pour la première fois devient capable d'un attachement affectif au parent de sexe opposé qui est similaire à la relation de l'adulte à un compagnon ; simultanément, l'enfant réagit comme un rival au parent du même sexe. Immaturité physique condamne les désirs de l'enfant à la frustration et sa première étape vers l'âge adulte à l'échec. Immaturité intellectuelle plus complique la situation, car elle rend les enfants peur de leurs propres fantasmes. La mesure dans laquelle l'enfant surmonte ces bouleversements émotionnels et à laquelle ces pièces jointes, peurs et fantasmes de continuer à vivre dans l'inconscient grandement influe sur la vie future, en particulier les relations amoureuses. Les conflits qui se produisent dans les stades de développement plus tôt sont non moins importants comme une influence déterminante, car ces problèmes représentent les premiers prototypes de telles situations humaines fondamentales en tant que dépendance sur les autres et relation d'autorité. Le comportement des parents envers l'enfant pendant ces stades du développement, est également fondamentale dans la personnalité de l'individu de moulage. Le fait que l'enfant réagit, non seulement
  30. 30. 16 à la réalité objective, mais aussi à des distorsions de la fantaisie de la réalité, cependant, complique grandement même les mieux intentionnés efforts éducatifs. Le but de préciser le nombre ahurissant d'observations interdépendants non couvert par l'exploration psychanalytique a conduit à l'élaboration d'un modèle de la structure du système psychique. Trois systèmes fonctionnels sont distinguent commodément désignés comme ça, moi et surmoi. Le premier système fait référence aux tendances sexuelles et agressives qui découlent de l'organisme, par opposition à l'esprit. Freud appelé ces tendances Triebe, qui signifie littéralement « lecteurs », mais qui est souvent incorrectement traduit par « instinct » pour indiquer leur caractère inné. Ces disques inhérents réclamer la satisfaction immédiate, ce qui est ressentie comme agréable ; le ça est donc dominé par le principe de plaisir. Dans ses derniers écrits, Freud tend plus à la conceptualisation psychologique plutôt que biologiques des lecteurs. Comment sont portés les conditions de satisfaction est la tâche du second, l'moi, qui est le domaine des fonctions telles que la perception, la pensée et la commande de moteur peut évaluer avec précision les conditions environnementales. Afin de remplir sa fonction d'adaptation, ou l'essai de la réalité, l'moi doit être capable de faire respecter le report de la satisfaction des impulsions instinctives originaires de ça. Pour se défendre contre les pulsions inacceptables, l'moi développe des moyens psychiques spécifiques, appelés les mécanismes de défense. Il s'agit de la répression, l'exclusion des impulsions de la conscience ; projection, le processus d'attribution à d'autres ses propres désirs sans accusé de réception ; et la formation réactionnelle, l'établissement d'un modèle de comportement directement opposée à un inconscient fort besoin. Ces mécanismes de défense sont mis en service chaque fois qu'anxiété signale un danger que les pulsions inacceptables originales peuvent réapparaître.
  31. 31. 17 Une impulsion d'ça devient inacceptable, non seulement en raison d'un besoin temporaire pour différer sa satisfaction jusqu'à ce que la réalité adapté conditions se retrouvent, mais le plus souvent en raison d'une interdiction imposée à l'individu par d'autres, à l'origine des parents. La totalité de ces exigences et les interdictions constitue le contenu majeur du troisième système, le surmoi, dont la fonction est de contrôler l'moi conformément aux normes intériorisées de figures parentales. Si les exigences du surmoi ne sont pas remplies, la personne peut se sentir honte ou culpabilité. Parce que, dans la théorie freudienne, le surmoi est originaire de la lutte pour surmonter le conflit œdipien, il dispose d'un pouvoir semblable à un entraînement instinctif, est en partie inconscient et peut donner lieu à des sentiments de culpabilité non justifiée par toute transgression consciente. Le moi, le devoir de servir de médiateur entre les exigences de le ça, le surmoi et le monde extérieur, n'est peut-être pas assez fort pour réconcilier ces forces en conflit. Le plus l'moi est entravé dans son développement à cause d'être empêtrée dans ses conflits précédents, appelé fixations ou complexes, ou plus, il revient aux satisfactions antérieures et modes archaïques du fonctionnement, connu comme la régression, plus grande est la probabilité de succomber à ces pressions. Incapable de fonctionner normalement, il ne peut maintenir son contrôle limité et intégrité qu'au prix de la formation de symptôme, où les tensions sont exprimées dans les symptômes névrotiques. 1.2.4. Environnement et comportement Nous avons abordé ce chapitre dans l‟optique de savoir s‟il pourrait exister un lien entre environnement et attitude sexuelle face au VIH/SIDA. Son intérêt porte sur la mise en évidence de l‟influence de l‟environnement (intérieur et extérieur) sur la formation des attitudes défavorables à la lutte contre la pandémie du VIH/SIDA. Dans la mesure où le SIDA pose un problème très complexe en psychologie : celui du comportement sexuel et que Freud (1985) place la sexualité au centre de toutes les conduites de l‟adolescent.
  32. 32. 18 Nous considérons l‟environnement de l‟adolescent comme l‟ensemble des stimulations susceptible d‟agir sur son comportement et sur son activité psychique. Ces stimulations peuvent être internes (biologiques, physiologiques, psychologiques) ou externes (sociales, culturelles, institutionnelles, économiques,…). Dans cet ensemble de stimulations, seules celles d‟ordre sexuel nous intéresserons. 1.2.4.1. L’approche maturationniste L‟approche maturationniste ne considère pas comme exclusif le rôle de la programmation héréditaire, ce qui signifie qu‟il n‟y a jamais une totale indépendance vis-à-vis des stimulations externes. Les travaux de Gesell et WALLON ; 1914 :p.96) s‟inscrivent dans ce courant. Pour eux, l‟existence d‟un ordre séquentiel fixant l‟apparition des comportements est le reflet d‟une programmation interne, semblable au processus de croissance physique. Pendant l‟adolescence, nous sommes parfois surpris de constater l‟éclosion et l‟émergence de certains comportements (sexuels) qui ne sont que le résultat de la maturation. Gesell a mis en évidence le rôle de la maturation et l‟inutilité des apprentissages précoces dans le domaine moteur par la méthode du Jumeau Témoin (les enfants soumis au pot). Pour les systémiques, le comportement est l‟expression des interactions entre l‟organisme et le milieu. 1.2.4.2. Approches explicatives du comportement sexuel des jeunes De la littérature traitant de la question, il se dégage plusieurs approches dans l‟explication de l‟activité sexuelle des adolescents. Nous en retiendrons cinq principaux dans la suite de notre travail : l‟approche biologique, l‟approche socioculturelle, l‟approche socio-économique, l‟approche institutionnelle et l'approche de genre.
  33. 33. 19  Approche biologique L'approche biologique postule que l‟activité sexuelle des jeunes résulte d‟un mécanisme purement biologique et donc naturel. Pour Freud (1905) cité par Rwenge (1995 :p.47), les types de comportements sexuels sont le résultat d‟un vif désir sexuel. Selon cet auteur, l‟activité sexuelle serait le résultat d‟une pulsion biologique que l‟individu chercherait à satisfaire à n‟importe quel prix, directement ou indirectement. Les contraintes extérieures imposées par la société seraient le cadre approprié défini par celle-ci pour réglementer toute activité sexuelle. Il ne serait pas superflu de conclure à l‟universalité de l‟expérience sexuelle, les variations n‟étant dues qu‟aux normes sociales qui régissent l‟activité sexuelle. Emboîtant le pas à Freud, Bancroft et Skakkebaek en 1978, (Udry et al en 1986) ont montré que l‟activité sexuelle est déterminée par un mécanisme hormonal naturel, donc biologique. Ces résultats sont davantage confortés par les travaux de Beach qui a montré en (1974) que l‟activité sexuelle augmente avec le niveau des hormones à l'adolescence. De ce point de vue, on pourrait conclure à une universalité de la pratique des rapports sexuels dont les seules limites seraient les contraintes extérieures imposées par la société. Les sociologues se sont élevés contre cette approche, lui reprochant de "désocialiser" en grande partie l'activité sexuelle en faisant passer pour secondaire la construction sociale et culturelle de l'activité sexuelle. Pour eux, ces relations ne devraient pas être extraites du contexte social dans lequel elles se déroulent.  Approche socioculturelle Pour les sociologues, l'engagement ou non des jeunes dans l'activité sexuelle dépend largement du milieu dans lequel ils vivent, des perceptions que la société a envers les relations sexuelles, du rôle assigné à l'activité sexuelle, des normes qui la régissent. Ils estiment que les comportements sexuels sont déterminés par les normes et les valeurs socioculturelles en vigueur. Une modification de ces normes et valeurs
  34. 34. 20 aura certainement une incidence sur le comportement sexuel des individus qui composent le corps social. De fait ils rejettent l‟approche biologique comme dans ces propos de Twa-Twa (1997): « Les sciences sociales propose que la libido ou motivation sexuelle, est généré uniquement par les processus sociaux qui remplissent la culture avec le message que le sexe est très satisfaisant et identifient l'adolescent développé à titre de participant attrayant et sexuel. Hormones sont relégués au rôle unique de produire un développement pubertaire, qui est socialement interprétée comme le signal de l'adolescent féminin et ces environnants lui qu'elle est prête à adopter le social « script » de comportement sexuel ». Ils soutiennent que les comportements sexuels et les circonstances dans lesquelles se déroule l'activité sexuelle sont déterminés par les normes et les valeurs socioculturelles en matière de sexualité. La théorie générale de modernisation tente d'expliquer les tendances sexuelles actuelles des jeunes africains. Selon elle, l'adoption de nouveaux comportements sexuels par les jeunes pourrait trouver son explication dans l'influence de la modernisation qui sape progressivement les valeurs traditionnelles en matière de sexualité. Certains auteurs parmi lesquels Gagnon et Simon (1973), Hoffert et Hayes (1987), Bozon (1994) soutiennent que la motivation sexuelle est générée par des processus sociaux, par l‟environnement et le cadre de vie. Ils n‟accordent pas un grand rôle aux hormones qui selon eux n‟interviennent que dans la croissance et la maturation des organes sexuels secondaires. Les comportements sexuels pour ainsi dire sont déterminés par les normes et valeurs socioculturelles en matière de sexualité.  Influence de la modernisation et diminution du contrôle social des aînés Dans la société traditionnelle, le développement des jeunes se fait à l‟intérieur de la structure familiale. Toute leur éducation et leur apprentissage à la vie sont assurés
  35. 35. 21 par les aînés ou les parents à qui ils doivent respect et obéissance. Le contrôle social est assuré en permanence (Kouton, 1992). Vis-à-vis de leurs fils, les parents n‟estiment s‟être acquittés de leur devoir qu‟après leur avoir donné des parcelles pour l‟implantation de leurs maisons, et après leur avoir trouvé une épouse. Pour les filles, les parents visent le mariage (Dongmo, 1981). Dans ce contexte de contrôle social serré, l‟individu est géré par la communauté qui lui dicte jusqu‟à ses conduites individuelles et interindividuelles. L‟adolescent n‟a pas le pouvoir de décision. Ce sont les parents qui concluent les unions entre fils et filles de la communauté, sans la moindre référence à leurs sentiments. De cette façon, l‟activité sexuelle, même si elle est précoce (stratégie de la plupart des sociétés africaines traditionnelles pour obtenir une progéniture élevée), est dirigée par les aînés. Aux jeunes filles pubères, il est enseigné les astuces pour tenir un mari et faire honneur à son époux. Les valeurs telles que la virginité prénuptiale, la chasteté, la soumission au mari sont enseignées aux jeunes filles. Aux garçons, l‟accent est mis sur le sens des responsabilités et sur les rôles qui leur sont dévolus par la société. Cette harmonie traditionnelle est ébranlée par l‟introduction et la diffusion de la culture des colonisateurs. Les villes, pôles d‟expérimentation de cette culture, jouent le rôle de relais entre le monde rural et le monde occidental. Aujourd‟hui, l‟individu n‟est plus sous l‟autorité du groupe vis-à-vis duquel il prend de plus en plus son indépendance.  Influence de la scolarisation La baisse du contrôle social ou des parents est aussi à mettre à l‟actif des effets négatifs de la scolarisation. Celle-ci écarte les enfants de leur milieu familial pendant plusieurs heures par jour. Le temps consacré à leur éducation par les parents se trouve ainsi réduit. Cette absence prolongée du cadre familial diminue le contrôle physique et psychologique des parents sur leur progéniture. Bien plus, en enseignant les nouveaux
  36. 36. 22 modes de pensée tels que la démocratie et la liberté, les droits de l'enfant, la scolarisation donne aux jeunes la possibilité de contester certaines valeurs et normes qu‟ils estiment appartenir à l‟ancienne époque. Parlant de la diminution du contrôle social sur les jeunes, estime que: « Ce changement peut être attribué au fait qu'instruit les jeunes désormais obtenir des connaissances de livres qui permet de contester la sagesse de l'ancienne génération. Quand bien même ils doivent se nourrir de ça ». Ces auteurs sont parvenus aux conclusions selon lesquelles l‟instruction est positivement corrélée à l‟utilisation des préservatifs alors que ce sont les personnes plus instruites qui s‟engagent plus fréquemment dans des rapports sexuels occasionnels. En contribuant à l‟augmentation de l‟âge au premier mariage, la scolarisation est aussi responsable de l‟augmentation de la prévalence de l‟activité sexuelle chez les jeunes. « La littérature sur la formation de la famille africaine suggère que l'âge au mariage est en hausse dans de nombreuses sociétés africaines, en particulier parmi les segments mieux éduqués et urbains de la population ». Dans le même temps, l‟âge au premier rapport sexuel diminue, aboutissant ainsi à une augmentation substantielle de la période d‟exposition au risque de s‟engager dans les rapports sexuels (MEEKERS, D ; 1994). «Les études relatives au début des relations sexuelles et au moment du mariage en Afrique subsaharienne documentent une hausse de l‟activité sexuelle prénuptiale sans cohabitation. » (Magnani, 1995, p.3). Tandis que l‟âge au moment des premières règles se réduit et que celui du mariage augmente, la période entre les deux s‟allonge, accroissant ainsi la période des risques d‟activité sexuelle prénuptiale (Sushuela et Renee, 1997 ; Meekers, 1998). Cette évolution purement démographique pourrait bien expliquer la recrudescence de l‟activité sexuelle chez les jeunes. Toutefois, ce procès
  37. 37. 23 négatif de la scolarisation est tempéré par d‟autres auteurs pour lesquels l‟instruction retarderait l‟occurrence des premiers rapports sexuels chez les filles. 1.2.5. L’activité sexuelle : un moyen d’améliorer ses conditions économiques Certains adolescents ont des rapports sexuels contre une gratification financière ou des cadeaux qui leur permettent de satisfaire leurs besoins matériels et financiers. L‟activité sexuelle devient alors une stratégie de survie, un moyen de se mettre à l‟abri du besoin matériel et financier. Il s‟agit des filles qui dans l‟incapacité de satisfaire leurs besoins financiers sont obligées de commercialiser leur sexe aux hommes de situation financière aisée. « Si l‟argent ne constitue pas une motivation importante pour la première expérience sexuelle, il constitue toutefois par la suite une composante majeure de leur vie affective». Ainsi les avantages financiers découlant de la multiplicité des partenaires sont cités par un nombre important de jeunes femmes âgées de 20 ans et plus (CALVES, A.E ; 1998). Au cours de son enquête, Calvès a relevé que 47 % d‟entre elles affirment qu‟elles ont plusieurs partenaires afin de satisfaire leurs besoins financiers. Cette monétarisation des rapports sexuels se fait non seulement avec des partenaires plus âgés et plus riches (relations du type "sugar dadies" ou encore "sponsors") mais aussi avec leurs jeunes copains de qui elles exigent des faveurs similaires en échange de relations sexuelles. Dans les discussions de groupe, il ressort que le phénomène de "sugar dadies" fait aussi partie des stratégies pour la recherche d‟un emploi car « …un parrain qui a souvent une bonne situation professionnelle et de nombreux contacts, peut rendre également des services à sa partenaire, comme l’aider à trouver un emploi». Les filles ne sont cependant pas les seules à recourir aux relations sexuelles de ce type pour satisfaire des besoins financiers. Les garçons sont eux aussi plus ou moins impliqués dans cette activité sexuelle rétribuée. En effet, certaines femmes un peu plus âgées se proposent d‟aider financièrement des jeunes hommes en
  38. 38. 24 contrepartie des rapports sexuels que ces derniers auront avec elles (relations du type "sugar mummies"). Bien plus, la perversité pousse certains jeunes à avoir des rapports homosexuels avec des hommes plus âgés contre une gratification financière. Rwenge a relevé en 1995 que la précarité peut aussi expliquer les rapports sexuels occasionnels des hommes car ceux-ci n‟ont pas assez de moyens pour entretenir une partenaire régulière. Dans ce cas, ils se contenteraient de relations sexuelles occasionnelles peu stables et peu coûteuses (KAPTUEL, L ; 1998). Ces données montrent bien que les conditions économiques peuvent avoir une influence sur le comportement sexuel des jeunes. Relevons que la situation économique peut agir dans un double sens : en cas d‟insuffisance des moyens financiers, les jeunes filles auront tendance à se prostituer et les jeunes garçons à avoir des rapports sexuels occasionnels ; dans le cas de suffisance des moyens financiers par contre, les jeunes filles adopteraient des comportements sexuels plus sains alors que les garçons s‟engageraient volontiers dans le multi partenariat. En somme, les contraintes économiques auxquelles font face les jeunes peuvent les pousser à se compromettre dans des relations sexuelles rétribuées. Cette dépendance économique enlève aux jeunes qui en sont les victimes le pouvoir d‟exercer un contrôle sur les modalités du déroulement de l‟acte sexuel. Ils peuvent ainsi être contraints à avoir des rapports sexuels non protégés, selon la volonté du partenaire qui exerce sa domination.
  39. 39. 25 CHAPITRE II : APPROCHE METHODOLOGIQUE 2.1. TYPE D’ETUDE Notre étude porte sur l‟analyse du comportement sexuel chez les personnes qui fréquentent les boites de nuits, elle est du type descriptif et transversal. Etude descriptive, car elle a pour but de rendre compte d‟un phénomène de santé, de son évolution ainsi que les variables apparentés au sein d‟une population cible donnée. Elle est transversale pour faire une étude d‟un problème de santé en un moment donnée. 2.1.1. Population d’étude Ensemble des habitants d'un pays, d'une région, d'une ville, etc. : la population du globe. Ensemble des personnes constituant, dans un espace donné, une catégorie particulière : La population rurale (Dictionnaire Petit Larousse, 1998). Notre population d‟étude est composée de la population entière de Secteur MUHOZA qui s‟élève à 41.195personnes dont 23.350 femmes et 17845 hommes repartis en 8625 familles. La population de Secteur MUHOZA est représentée selon les cellules tel que le démontre ce tableau N° Cellules Masculin Féminin Total % 1. KIGOMBE 4282 5120 9402 23 2. MPENGE 5406 5715 11121 27 3. CYABARARIKA 4975 5135 10110 24 4. RUHENGERI 5182 5380 10562 26 Total 17.845 23.350 41.195 100 Source: Rapport annuel de Secteur MUHOZA, 2012
  40. 40. 26 2.1.2. MONOGRAPHIE DU SECTEUR DE MUHOZA Le secteur MUHOZA est l'un des 15 secteurs qui composent le District de MUSANZE. Ce secteur est constitué par les anciens secteurs MUHOZA, Mubona, Kabaya et Gasanze qui constituaient l'ancienne ville de Ruhengeri. 2.1.2.1. Limites naturelles Est : GACACA et secteurs RWAZA Ouest : KIMONYI et secteurs MUSANZE Sud : Le secteur MUKO Nord : Secteur CYUVE Cette zone se compose d'une partie urbaine et rurale. Le secteur MUHOZA a 4 cellules administratives. Ce sont : KIGOMBE ; MPENGE ; CYABARARIKA et RUHENGERI avec 26 villages. Densité : 1725/km2 Superficie : 21.34km2 2.1.2.2 Sol, agriculture et élevage Le District de MUSANZE a en général, une aire de plancher varié de même en secteur de MUHOZA : il y a des laves de sol, de latérites et d'argile. Le secteur MUHOZA est plat, mais il y a aussi des montagnes telles que le Mont Mubona et Nyamagumba. Dans le cadre de Cyabaralika est montagneux. En ce qui concerne l'agriculture, on trouve des bananes, maïs, haricots, etc... Les zones rurales sont celles qui sont cultivables et jusqu'à maintenant, on pratique l'agriculture traditionnelle. Au sujet de l'élevage, le secteur MUHOZA a 185 vaches améliorées : frisonnes) et 447 de race
  41. 41. 27 traditionnelle. Il enregistre également 228 chèvres, 678 moutons, poules et 2283 apicultures. Le secteur MUHOZA a des flux comme Mukungwa et Mpenge Kigombe. Il y a aussi des sources d'eau. Cette zone a des fleuves temporaires comme le fleuve qui coule Muhe uniquement en saison des pluies et parfois des eaux torrentielles font des ravages. 2.1.2.3. Education Le secteur de MUHOZA a des écoles réparties comme suit : Écoles maternelles : 16 École primaire : 15 École nationale de Police: 1 Écoles secondaires: 8 Effectif des étudiants : 7887 Puéricultrices : 38 Les enseignants du primaire : 183 Enseignants du secondaire : 93 2.1.2.4. Infrastructure Le secteur de MUHOZA est traversé par une route goudronnée reliant Kigali-Rubavu, Ruhengeri-Cyanika et MUSANZE-Kinigi. Il y a aussi des routes non asphaltées qui relient les cellules de Secteur MUHOZA et aussi lient le Secteur MUHOZA avec d'autres secteurs. Ce même secteur abrite les bureaux du Province du nord, du District de MUSANZE, sept banques, cinq hôtels, 3 marchés, 4 stations de petrol, 5 agences de transport, le Bureau de l'office de police, les maisons de commerce etc... 2.1.2.5. Cadre administratif
  42. 42. 28 Comme tous les autres secteurs, le secteur MUHOZA est régi par un Conseil du secteur, qui est l'organe suprême du secteur, composé de 23 conseillers travaillant auprès du Secrétaire exécutif du secteur et 7 agents permanents responsables de différents services au sein du secteur. Il y a aussi le Conseil National de la femme et le Conseil National de la jeunesse. Il indique également le juridique des organismes, la police etc.... 2.1.2.6 Santé Hôpital: 1 Centres de santé: 1 Centres de santé privés: 3 Pharmacie privée: 4 Survivants du génocide : 573 Orphelins du génocide : 97 D'autres orphelins : 383 Désactive : 338 Handicapés mentaux : 25 2.2. TAILLE DE L’ECHANTILLON En statistique prélever un échantillon consiste à extraire un ou plusieurs indivçaus d'une population. Les renseignements obtenus sur un échantillon permettent de mieux connaître la population. Le recours à un échantillon répond en général a la nécessité pratique (manque de temps, de place, évaluation destructive d'une production...) ou économique (coût trop élevé) de s'abstraire de l'étude exhaustive de la population.
  43. 43. 29 L'acte de sélection s'appelle l'échantillonnage. Comme il s'agit en général, à partir des résultats ou mesures obtenues sur l'échantillon, d'être en mesure d'inférer des conclusions sur la population tout entière, la théorie statistique s'est intéressée aux principes d'échantillonnage garantissant la qualité des conclusions étendues :  capacité à capter la diversité du phénomène étudié ;  absence de biais ou erreur systématique ;  lien entre la taille de l'échantillon et la confiance que l'on peut accorder à la généralisation des résultats... sont quelques-unes des préoccupations de la théorie de l'échantillonnage. Pour (MUNYANKUYU S ,1997 )« Echantillonner » c‟est choisir un nombre limité d‟individus, d‟objet ou d‟événements dont l‟observation permet de tirer des conclusions applicables à la population entière à l‟intérieur de laquelle le choix est fait. Cette définition porte sur le fait de partir d‟un nombre limité d‟éléments pour tirer des conclusions applicables à l‟ensemble dans lequel ont été tirés. Pour trouver l‟échantillon, nous avons utilisé la table déterminative de l‟échantillon du professeur Alain Bouchard. Cette table stipule que quand l‟univers est fini c'est-à-dire ≤100000 personnes on prend un échantillon de 96 personnes en considérant une marge d‟erreur de 10% (BOUCHARD, A ; 1990). Puisque dans notre recherche, l‟univers est fini soit 41.195personnes. Nous avons utilisé la formule suivante : donc Avec nc = Echantillon corrigé N = Population n = Taille de l‟échantillon correspondant à 96. En appliquant cette formule pour notre cas, on trouve la taille suivante : nN nxN nc  
  44. 44. 30 967,95 291.41 720.954.3 9641.195 96195.41    x nc Personnes La taille de l‟échantillon que nous avons interrogée est de 96 personnes. Comme ça nous allons interroger 96 personnes : 3=32 personnes pour chaque boite de nuit car il y a 3 boites de nuit à savoir ; TEXAS BAR, WOODLEY ainsi que LA COLOMBE BAR. 2.3. PROCEDURES DE RECHERCHE 2.3.1. Liste des variables Les paramètres suivants ont constitué le contenue de notre étude :  Chez les personnes fréquentant les boites des nuits  L‟âge ;  Le sexe ;  Classe sociale ;  La provenance ;  Les facteurs ;  La cause ; 2.4. ANALYSE DES COLLECTES DES DONNEES Les données ont été analysées et traité en terme de pourcentage par l‟outil informatique. Ainsi, le texte a été saisi en MS WORD, les tableaux avec les graphiques par le MS EXCEL. 2.5. INTERPRETATION DES DONNEES Les données ont été présentées sous forme des tableaux et interprétées en quelques lignes. La formule statistique de l‟OMS nous a servi à beaucoup des choses.
  45. 45. 31 P = N n × 100 n : Fréquence, N : Nombre total et P : Pourcentage 2.6. CONSÇAERATION ETHIQUE Nous avons tenus au consentement éclairé et au volontarisme des enquêtés. Toutes les réponses sont restées d‟anonymat. 2.7. METHODOLOGIE DE RECHERCHE Une méthodologie est une étude systématique par observation de la pratique scientifique des principes qui la fondent de la méthode et de recherche qu‟elle utilise (NKURUNZIZA, J.P ; 2008). C‟est un ensemble de méthodes et de techniques d‟un domaine particulier. Les techniques sont des outils, les instruments de collecte des données tandis que les méthodes sont des démarches intellectuelles qui permettent aux chercheurs d‟analyser, d‟expliquer de comprendre et d‟interpréter les données et les informations recueillies (LUBULA, M ; 2013). Les méthodes et les techniques sont interdépendantes, l‟une dépend de l‟autre car on analyse des données recueillies grâce aux techniques. 0.7.1. TECHNIQUES Le mot «technique» signifie un moyen d‟atteindre un but situé au niveau des faits, des étapes pratiques. Elle implique l‟utilisation d‟outils, des machines, des gens ou d‟étapes comportant des procédés opératoires, rigoureux, définis transmissibles, susceptibles d‟être appliqués à nouveau dans les mêmes conditions, adaptés au genre de problème et de phénomène en cause. Bref, les techniques sont les outils de collecte des données (GRAWITZ, M ; 2004). Les techniques et méthodes choisies dans notre travail de recherche sont les suivants :
  46. 46. 32 0.7.1.1. La technique documentaire Elle s‟intéresse à toutes ressources écrites d‟un thème de recherche. Certains chercheurs l‟appellent « la revue de la littérature d‟un domaine ». Nous allons faire une fouille de tout ce qui est écrit ayant rapport avec notre sujet de recherche. C‟est dans ce contexte que nous allons recourir aux brochures, revues, livres, rapports, cours, mémoires, site Internet, etc. 0.7.1.2. La technique de questionnaire Cette technique consiste à élaborer un questionnaire destiné à la population cible, plus précisément à l‟échantillon de cette population en vue de répondre par écrit au questionnaire. Elle nous a aidé à recueillir les différentes idées et arguments nécessaires pour aborder le sujet avec plein succès. 0.7.1.3. La technique d’interview libre Elle consiste à des entretiens au cours desquels le chercheur interroge des personnes qui lui fournissent les informations relatives à son sujet de recherche. Cette technique va nous permettre de recueillir certaines informations nécessaires à l‟enrichissement de notre recherche. 0.7.1.4. La technique d’échantillonnage L‟échantillonnage consiste à reproduire une sorte de modèle réduit de la population à étudier afin d‟expliquer le tout par les parties subdivisées mais qui représente un bon nombre d‟individus. L‟échantillonnage est extrait d‟une population plus large appelée selon JAVEAU C. (1974 :14). « Population parente », « univers ». Pour notre travail nous avons choisi la technique d‟échantillonnage à boules de neige étant connu que l‟activité sexuelle est confidentielle.
  47. 47. 33 0.7.2. METHODES Une méthode signifie un ensemble des règles ou des procédés pour atteindre un objectif dans les meilleures conditions (temps, argent, etc.). La méthode est aussi l‟ensemble d‟énoncées (propositions) portant sur la manière dont le chercheur doit procéder pour construire une théorie visant à expliquer tels ou tels aspects de la société (GRAWITZ, M ; 2004). A fin de nous permettre de recueillir, d‟analyser et d‟interpréter les données nous avons utilisé les méthodes appropriées à notre sujet de la manière suivante : 0.7.2.1. La méthode historique C‟est une méthode qui consiste à analyser et à expliquer les faits en commençant par la genèse du fait étudié jusqu‟à la situation du jour de la recherche. Cette méthode va nous permettre de saisir et d‟interpréter les faits passés afin de mieux comprendre les faits présents et d‟envisager les perspectives d‟avenir pour les faits futurs. 0.7.2.2. La méthode analytique C‟est une méthode qui consiste à analyser systématiquement toutes les informations ainsi que les données récoltées. Cette méthode va nous permettre d‟analyser chaque élément en entrant en profondeur. Ceci va nous açaer à avoir une vision détaillée. 0.7.2.3. La méthode comparative C‟est une méthode qui conduit à l‟explication des faits dans la mesure où elle permet de déceler les origines des différences ou des ressemblances constatées entre les choses comparées.
  48. 48. 34 Grâce à cette méthode, nous allons rapprocher les éléments constitutifs des grandeurs étudiées tout au long de notre travail à savoir : comportement sexuel des personnes qui fréquentent des boites des nuits. Le professeur MULUMBATI NGASHA, affirme que « puis qu‟il faut comparer du comparable, la comparaison doit, pour être valable, porter sur les faits dont les contextes culturels ne sont pas très différents. Dans le cas contraire la comparaison donne lieu à des fausses interprétations». 0.7.2.4. La méthode statistique Toujours, selon GRAWITZ, la méthode en question consiste à « convertir les données dans les tableaux et graphiques. Elle consiste également à quantifier et chiffrer les résultats de la recherche ». Cette méthode nous aidera à quantifier et chiffrer les résultats de notre recherche.
  49. 49. 35 CHAPITRE III : PRESENTATION DES DONNEES ET DISCUSSION DES RESULTATS Dans ce chapitre, nous allons faire une présentation des données et discussion des résultats de notre étude. En considérant la taille de notre échantillon, nous avons questionné 96 personnes fréquentant massivement les boites de nuits dans le secteur de MUHOZA. 3.1. IDENTIFICATION DES ENQUETES Tableau 1 : Répartition des enquêtés selon l’âge Age Effectif Pourcentage 14-19ans 5 5 20-25ans 20 21 26-31ans 33 34 32-37ans 27 28 38 ans et plus 11 12 Total 96 100 Source: Notre enquête, mai 2013 Eu égard à ce tableau, nous constatons que 34% des nos enquêtés ont l‟âge compris entre 26-31 ans, 28% des nos enquêtés ont l‟âge compris entre 32-37 ans, 21% des personnes fréquentant les boites de nuits ont l‟âge compris entre 20-25 ans et seulement 12% des nos enquêtés ont l‟âge de plus de 38 ans. Nous avons comme constant que la fréquence la plus élevée des personnes fréquentant les boites de nuits dans le secteur MUHOZA sont des jeunes car 88% ont l‟âge compris entre 19 à 37 ans.
  50. 50. 36 Tableau 2 : Répartition des enquêtés selon le sexe Sexe Effectif Pourcentage Féminin 54 56 Masculin 42 44 Total 96 100 Source: Notre enquête, mai 2013 Partant du tableau ci haut, la majorité des nos enquêtés sont du sexe féminin soit 56% et 44% des nos enquêtés sont du sexe masculin. Le sexe féminin domine sur le masculin car les boites de nuits du District de MUSANZE sont beaucoup fréquentées par des personnes de sexe féminin que ces de sexe masculin. Tableau 3 : Répartition des enquêtés selon le statut matrimonial Statut matrimonial Effectif Pourcentage Célibataire 42 44 Marié (e) 10 10 Divorcé (e) 26 27 Veuf (ve) 18 19 Total 96 100 Source: Notre enquête, mai 2013 Après la lecture de ce tableau, nous constatons que 44% des enquêtés sont des célibataires, 27% des enquêtés sont des divorcé(e) et 19% des répondants sont des veuf(ve). Ces données nous révèlent que la plupart des nos enquêtés sont des célibataires, divorcés et veuf (ve). Nous disons à partir de cette réalité que la majorité des personnes fréquentant les boites de nuits dans le District de MUSANZE sont des célibataires, divorcé et veuf (ve) avec un pourcentage de 10% de mariés.
  51. 51. 37 Tableau 4 : Répartition des enquêtés selon le niveau d’étude Niveau d’étude Effectif Pourcentage Sans étude Niveau primaire Niveau Secondaire Niveau Universitaire 15 30 40 11 16 31 42 11 Total 96 100 Source: Notre enquête, mai 2013 En référence de ce tableau, nous constatons que 16% des nos enquêtés sont sans niveau d‟étude, 31% ont un niveau primaire, 42% des nos enquêtés ont un niveau secondaire et seulement 11% des enquêtés ont un niveau universitaire. Ces données de 31% pour niveau primaire et 42% de niveau du secondaire viennent confirmer encore les résultats du tableau n°3 qui montrent que ce sont les célibataires (adolescent) qui fréquentent en grande partie les boites de nuits dans le secteur MUHOZA du District de MUSANZE. Tableau 5 : Répartition des enquêtés selon la profession Profession Effectif Pourcentage Sans emploi 21 22 Fonctionnaires 45 47 Commerçants 17 18 Enseignants 10 10 Autres employé 3 3 Total 96 100 Source: Notre enquête, mai 2013 Eu égard à ce tableau, nous constatons que 22% des personnes fréquentant les boites de nuits sont sans emploi, 47% sont des fonctionnaires, 18% des nos enquêtés
  52. 52. 38 sont des commerçants dans la ville de MUSANZE, 10% des personnes fréquentant les boites de nuits sont des enseignants et que seulement 3% des nos enquêtés disposent d‟autres emploi. Ceci veut dire qu‟en grande partie les boites des nuits du Secteur MUHOZA du District de MUSANZE sont beaucoup fréquentés par les sans emplois, les fonctionnaires et les commerçants ; et un petit nombre d‟enseignant a fait la même chose. 3.2. PRÉSENTATION DES DONNÉES Tableau 6 : Les causes de la fréquentation massive dans les boites de nuits Question : Quels sont les causes de la fréquentation massive des personnes dans les boites de nuits du secteur de MUHOZA du District de MUSANZE? Réponses Effectif n=96 Pourcentage F M Total La délinquance juvénile L’aventure La pauvrété Les problèmes familiaux Défoulement des certains problèmes Divorce des parents Perte des parents 12 8 11 2 1 3 2 23 16 2 7 7 1 1 35 24 13 9 8 4 3 36 25 14 10 8 4 3 96 100 Source: Notre enquête, mai 2013 Considérant les données de ce tableau, nous remarquons que 36% des nos enquêtés affirment que la délinquance juvénile est la principale cause de la fréquentation massive dans les boites de nuits du secteur MUHOZA du District de
  53. 53. 39 MUSANZE, 25% disent l‟aventure, 14% confirment la fréquentation dans les boites de nuits avec comme ambition la pauvreté, 10% disent un lieu de refuge aux problèmes familiaux, 8% mentionnent un bon endroit pour le défoulement des certains problèmes, 4% des personnes qui fréquentent les boites de nuits sont des enfants dont leurs parents avaient divorcés et que 3% des enquêtés affirment que leurs fréquentations proviennent de la perte des parents. Tableau 7 : Avis des répondants sur les boites de nuits Question : Croyez-vous que les boites des nuits seraient des bons endroits pour la distraction? Réponses Effectif Pourcentage Oui Non 61 64 35 36 Total 96 100 Source: Notre enquête, mai 2013 Les résultats de ce tableau montrent que 64% des nos enquêtés confirment que les boites de nuits sont des bons endroits pour la distraction et que seulement 36% des enquêtés disent non à cette réalité. Etant donné que la plupart des nos répondants affirment que les boites de nuits seraient des bons endroits pour la distraction, nous confirmons notre hypothèse de recherche selon laquelle les causes de la fréquentation massive des personnes dans les boites de nuits seraient entre autres : la délinquance, l‟aventure, la pauvreté, les problèmes familiaux et défoulement des certains problèmes, divorces des parents et perte des parents.
  54. 54. 40 Tableau 8 : Catégories des personnes dans les boites de nuits Question : Quelles sont les catégories des personnes qui fréquentent massivement les boites des nuits dans le secteur de MUHOZA du District de MUSANZE? Réponses Effectif Pourcentage Les jeunes 62 64 Les homes adultes 21 22 Les femmes adultes 12 13 Les vieillards 1 1 Total 96 100 Source: Notre enquête, mai 2013 Partant de ce tableau, nous constatons que 64% des personnes fréquentant les boites de nuits sont les jeunes, 22% sont les hommes, 13% les femmes et seulement 1% des personnes fréquentant les boites de nuits sont les vieillards. Nous remarquons que les boites de nuits de Secteur MUHOZA dans le District de MUSANZE sont beaucoup fréquentées par les jeunes gens, les hommes et une petite minorité des femmes. Ceci stipule que la fréquentation est massive dans les boites de nuits dans cette partie de la République du Rwanda. Tableau 9 : Les relations sexuelles dans les boites de nuits Question : Avez-vous un jour eu des relations sexuelles dans une boite de nuit? Réponses Effectif Pourcentage Oui 72 75 Non 24 25 Total 96 100 Source: Notre enquête, mai 2013
  55. 55. 41 Eu égard à ce tableau, nous remarquons que nos enquêtés affirment à 75% avoir eu des relations sexuelles dans une boite de nuit dans le secteur MUHOZA et que seulement 25% disent non à cette réalité. En réalité beaucoup des gens fréquente les boites de nuits pas seulement pour la distraction, mais aussi pour les relations sexuelles (l‟immoralité). Tableau 10 : Façon de la protection dans les boites de nuits Question : Lors des relations sexuelles dans une boite de nuit, est-ce que vous utilisiez un condom ou autres préservatifs? Réponses Effectif Pourcentage Oui 81 84 Non 15 16 Total 96 100 Source: Notre enquête, mai 2013 En référence de ce tableau, nous remarquons que 84% des enquêtés affirment que les relations sexuelles sont bien protégées dans les boites de nuits et que seulement 16% des enquêtés disent non à cette réalité. La majorité des personnes fréquentant les boites de nuits utilisent souvent les préservatifs lors des relations sexuelles improvisées. Tableau 11 : Les effets du comportement sexuel Question : Quels sont les effets du comportement sexuel dans les boites nuits? Réponses Effectif n=96 Pourcentage Infection des IST 37 39 Infection du VIH/SIDA 36 38
  56. 56. 42 Mariage précoce 8 8 Grossesses non désirées 7 7 Pauvreté 6 6 Divorce 2 2 Total 96 100 Source: Notre enquête, mai 2013 Les résultats de ce tableau stipulent que 39% des enquêtés affirment l‟infection des IST comme effet du comportement sexuel dans les boites de nuits, 38% confirment l‟infection du VIH/SIDA, 8% disent que l‟effet peut surgir au mariage précoce, 7% affirment la présence des grossesses non désirées, 6% mentionnent la pauvreté comme effet du comportement sexuel dans les boites de nuits et enfin 2% disent que les boites de nuits parviennent à causer de divorce dans les foyers. 3.3. DISCUSSION DES RESULTATS 3.3.1. Les causes de la fréquentation massive dans les boites de nuits Les résultats de notre étude stipule que 36% des nos enquêtés affirment que la délinquance juvénile est la principale cause de la fréquentation massive dans les boites de nuits du District de MUSANZE, 25% disent l‟aventure, 14% confirment la fréquentation dans les boites de nuits avec comme ambition la pauvreté, 10% disent un lieu de refuge aux problèmes familiaux, 8% mentionnent un bon endroit pour le défoulement des certains problèmes, 4% des personnes qui fréquentent les boites de nuits sont des enfants dont leurs parents avaient divorcés et que 3% des enquêtés affirment que leurs fréquentation proviennent de la perte des parents. Certains enquêtés nous ont révélé comme suit : « Les boites des nuits constituent pour nous un bon endroit pour la distraction et le défoulement des problèmes familiaux, ils constituent un endroit de loisir dans le week-end surtout, mais pas nécessairement la recherche des filles ou des femmes pour la prostitution ».
  57. 57. 43 Une étude menée par THIA et MAYIMONA en 1990 stipule la plupart des personnes fréquentant les boites de nuits soit à 10% affirment qu‟ils vont dans les boites de nuits pour se défouler des problèmes familiaux et aussi à 25% confirment l‟aventure. Ces résultats coïncident avec ceux trouvés dans notre étude. 3.3.2. Avis des répondants sur les boites de nuits Tout au long de notre recherche nous avons trouvé que 64% des nos enquêtés confirment que les boites de nuits sont des bons endroits pour la distraction et que seulement 36% des enquêtés disent non à cette réalité. Etant donné que la plupart des nos répondants affirment que les boites de nuits seraient des bons endroits pour la distraction, nous confirmons notre hypothèse de recherche. Les résultats trouvés dans l‟étude menée par VANDICK et al, en 1991 montre que 65% des personnes fréquentant les boites de nuits confirment un bon endroit pour la distraction et que seulement 35% ne confirment pas cette réalité. Ces résultats sont presque les mêmes avec les nôtres. 3.3.3. Catégories des personnes dans les boites de nuits Nous constatons dans notre travail que 64% des personnes fréquentant les boites de nuits sont les jeunes, 22% les hommes, 13% les femmes et seulement 1% des personnes fréquentant les boites de nuits sont les vieillards. Nous remarquons que les boites de nuits de Secteur MUHOZA du District de MUSANZE sont beaucoup fréquentées par les jeunes gens, les hommes et les femmes. Ceci stipule que la fréquentation est massive dans les boites de nuits dans cette partie de la République du Rwanda. En 1990, SIBANDA et DUBE ont trouvé qu‟à 66% les jeunes fréquentent plus les boites de nuits, 21% les hommes et 13% les femmes. Les données trouvés par cette auteur son presque les mêmes avec ceux trouvés dans notre recherche.
  58. 58. 44 3.3.4. Les relations sexuelles dans les boites de nuits Notre étude trouve que nos enquêtés affirment à 75% avoir eu des relations sexuelles dans une boite de nuits dans le secteur de MUHOZA du District de MUSANZE et que seulement 25% disent non à cette réalité. En réalité beaucoup des gens fréquentent les boites de nuits pas seulement pour la distraction, mais aussi pour la recherche des femmes (pour les hommes) et la pauvreté pour les prostituées. La majorité des personnes fréquentant les boites de nuits confirment avoir eu des relations sexuelles occasionnelles provoquées par le fait d‟entrer dans cet endroit. Par ceci, nous confirmons que les boites de nuits encouragent la prostitution dans le secteur de MUHOZA du District de MUSANZE, car même si l‟on n‟a pas l‟envie de le faire, l‟on peut être trompé ou séduit par les comportements de personnes qu‟on y rencontre. Les études menées par GYSELS, POOL et BWANIKA en 2001 ont trouvés qu‟à 78% les personnes fréquentant les boites de nuits ont eu des relations sexuelles occasionnelles dans ce milieu. Les résultats trouvés par ces chercheurs sont presque les mêmes avec les nôtres. 3.3.5. Façon de la protection dans les boites de nuits Nous trouvons au cours de cette étude que 84% des enquêtés affirment que les relations sexuelles sont bien protégées dans les boites de nuits et que seulement 16% des enquêtés disent non à cette réalité. La majorité des personnes fréquentant les boites de nuits utilisent souvent les préservatifs lors de relations sexuelles improvisées. Une enquêté menée par LOWNDES et al, en 2000 trouve que 84% des personnes fréquentant les boites de nuits utilisent les préservatifs lors de relations sexuelles occasionnels dans les boites de nuits et que seulement 16% n‟utilisent pas le condom. Ces résultats sont les mêmes avec les nôtres.
  59. 59. 45 3.3.6. Les effets du comportement sexuel Les résultats de notre étude stipulent que 39% des enquêtés affirment l‟infection des IST comme effet du comportement sexuel dans les boites de nuits, 38% confirment l‟infection du VIH/SIDA, 8% disent que l‟effet peut surgir au mariage précoce, 7% affirment la présence des grossesses non désirées, 6% mentionnent la pauvreté comme effet du comportement sexuel dans les boites de nuits et enfin 2% disent que les boites de nuits parviennent à causer de divorce dans les foyers. Une étude menée par BEDARD, AJZEN et FISHBEIN en 1977 trouve que 39% des enquêtés affirment l‟infection des IST, 38% des personnes fréquentant les boites de nuits accusent l‟infection du VIH/SIDA comme effet du comportement sexuel dans les boites de nuits. Les résultats trouvés par ces auteurs sont les même avec les nôtres.
  60. 60. 46 CHAPITRE IV : ELABORATION DU PROJET SANITAIRE 4.1. Résumé du projet 4.1.2. Intitulé du projet : « CAMPAGNE DE SENSIBILISATION DE LUTTE CONTRE LES IST, VIH/SIDA ET COMPORTEMENT SEXUEL A RISQUE DANS LES BOITES DE NUITS DE SECTEUR MUHOZA DU DISTRICT DE MUSANZE». 4.1.3. Domaine d’intervention du projet Monde urbain sous secteur santé 4.1.4. Localisation Province : Nord District : MUSANZE Secteur : MUHOZA 4.1.5. Personne de contact IZABAYO Jean d‟Amour Téléphone +250782007533 4.1.6. Groupe cible vise par le projet La population de Secteur MUHOZA : 41195 Mais plus particulièrement les personnes qui fréquentent les boites de nuits. 4.1.7. Durée du projet Date de démarrage : 01-01-2014 Date d‟achèvement : 01-01-2015 4.1.8. Coût total du projet 43230000 FRW
  61. 61. 47 4.2. Identification du projet Parmi tous les problèmes auxquels sont confrontés aujourd‟hui les décideurs politiques, les planificateurs des programmes nationaux de lutte contre le SIDA et les éducateurs, l‟éducation des enfants et des jeunes adultes pour la santé sexuelle est l‟un de ceux qui donnent lieu aux débats les plus passionnés et qui suscitent le plus de passions. Les discussions ont fait rage : dans quelle mesure le matériel pédagogique devrait-il être explicite? Combien de place faut-il faire dans le programme à cette éducation? A quels intervalles doivent avoir lieu les cours ? A partir de quel âge faut-il les commencer ? Et l‟on a même pu demander : Pourquoi donner aux adolescents une éducation dans le domaine de la sexualité, de la santé sexuelle et des maladies sexuellement transmissibles? La majeure partie des jeunes ont donc entamé leur vie sexuelle avant d‟atteindre leur vingtième année, et au moins la moitié d‟entre eux avant l‟âge de 16 ans. Il semblerait que le recours à la contraception et la prévention des MST varient, chez les adolescents, en fonction de l‟âge de l‟initiation. La probabilité de l‟utilisation du préservatif (KRAFT, RISE & TRÆEN, 1990) et des moyens contraceptifs (FAULKENBERRY, VINCENT, JAMES & JOHNSON, 1987) est d‟autant plus grande que le début de la vie sexuelle a été plus tardif. Il est apparu qu‟une éducation dans ces domaines modifie ce schéma et qu‟elle est plus efficace si elle est dispensée avant le premier rapport sexuel. 4.2.1. But Le but principal de ce programme est de déterminer les facteurs favorisant la fréquentation massive des personnes dans le boites de nuits de secteur MUHOZA du District de MUSANZE, identifier les moyens pour lutter contre les IST, l‟infection du VIH/SIDA et lutter contre le mauvais comportement sexuel dans les boites de nuits.
  62. 62. 48 4.2.2. Objectif du projet  Objectif principal Notre objectif principal du projet est la sensibilisation de la population sur la prévention du VIH/SIDA et les comportements sexuels des jeunes dans le secteur de MUHOZA du District de MUSANZE.  Objectifs spécifiques  Sensibiliser la population à prévention du VIH/SIDA ;  Préparation et formation des équipes mobiles pour la sensibilisation de la population aux comportements sexuels non appropriés ;  Formuler les stratégies et recommandations. 4.2.3. Localisation et durée du projet Le projet aura comme rayon d‟action dans le district de MUSANZE, province du Nord, secteur MUHOZA. Les activités du projet sont soutenues par certaines associations de la place financée par FHI Rwanda. Ce projet couvrant une durée d‟une année à partir du 01/1/2014 au 01/1/2015. 4.2.4. Nature du projet Tout au long de notre réalisation, le dit projet apportera des solutions aux problèmes du comportement sexuel dans les boites de nuits du district de MUSANZE plus particulièrement dans le secteur MUHOZA. A la fin des différentes réalisations, le projet aura une grande contribution en augmentant le taux de prévention aux IST et VIH/SIDA et changement adéquat aux comportements sexuels des jeunes dans cette entité administrative.

×