Bulletin grippe INVS

538 vues

Publié le

Bilan Grippe 2014/2015 par l'INVS

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
538
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
46
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bulletin grippe INVS

  1. 1. L’InVS s’appuie sur un réseau d’acteurs pour assurer la surveillance de la grippe : médecins libéraux, urgentistes, laboratoires, réanimateurs et épidémiologistes  Epidémie forte de grippe, dominée par le virus A(H3N2)  9 semaines d’épidémie  2,9 millions de consultations pour syndrome grippal  55% de virus A(H3N2)  Impact important  Près de 30 000 passages aux urgences pour grippe  3133 hospitalisations parmi ces passages dont 47% chez les 65 ans et plus  1558 cas graves de grippe admis en réanimation  Excès de 18 300 décès toutes causes pendant l’épidémie de grippe, concernant à 90% les sujets âgés de plus de 65 ans  Cet excès de mortalité est lié à la grippe et à d’autres facteurs hivernaux  Excès de 90 000 décès également observé dans 13 des 15 pays participant à la surveillance européenne de la mortalité hivernale  Poursuite de la baisse de la couverture vaccinale des populations à risque avec 53% de personnes à risque non vaccinées contre la grippe. L’Institut de veille sanitaire, dans le cadre de ses missions de surveillance, de vigilance et d’alerte dans les domaines de la santé publique, analyse les données de la grippe issues de son réseau de partenaires et publie les indicateurs résultant de l’analyse de ces données dans ce bulletin mis en ligne chaque semaine sur son site internet. Grippe Bilan de la saison 2014-2015 0 200 400 600 800 1000 28 30 32 34 36 38 40 42 44 46 48 50 52 2 4 6 8 10 12 14 Tauxd'incidencepour100000habitants Semaine Incidence Seuil épidémique 2014 2015 22/05/2015 Taux de consultations pour syndrome grippal en médecine générale saison 2014-2015 Page 1 Bilan de la saison grippe InVS
  2. 2. 2,9 millions de consultations pour syndrome grippal Cette saison, l’épidémie de grippe, qui s’est étendue sur 9 semaines (semaine 3 à 11/2015), a été forte avec une estimation de près de 2,9 millions de consultations pour syndromes grippaux en médecine générale (Figure 1). Au pic de l’activité en semaine 06/2015, on a dénombré 834 consultations pour syndromes grippaux pour 100 000 habitants et 24% des visites de SOS Mé- decins étaient attribuées à la grippe. Comparé aux données historiques de Sentinelles et rapporté à la population, le nombre de con- sultations pour syndromes grippaux, au moment du pic ou sur l’ensemble de la période épidé- mique, est au 14eme rang des valeurs les plus élevées observées ces 30 dernières saisons, con- firmant une épidémie d’une ampleur forte (Figure 1). | Figure 1 | Réseau Sentinelles, Syndromes grippaux, France métropolitaine, semaine 19/1984 à 19/2015 Fort impact de l’épidémie chez les personnes âgées Comme à l’accoutumé, les enfants ont beaucoup consulté, avec des taux d’incidence de 7233/100 000 chez les moins de 5 ans et de 6930/100 000 chez les 5-14 ans alors que ce taux était 3 fois moindre chez les personnes de 65 ans et plus (2140/100 000). A l’inverse, ce sont les seniors qui représentent la majorité des hospitalisations pour grippe. En effet, pendant l’épi- démie, le réseau OSCOUR® a rapporté près de 30 000 passages aux urgences pour grippe tous âges confondus, dont 3 133 ont donné lieu à une hospitalisation. Parmi ces hospitalisés, - 28% appartenaient à la tranche d’âge des 65-84 ans, - 19% étaient âgés de 85 ans et plus. Ces groupes d’âge représentent respectivement 15% et 3% de la population française soit un risque d’hospitalisation multiplié par 2 pour les 65-84 ans et par 6 pour les 85 ans et plus. La proportion d’hospitalisations parmi les passages aux urgences pour grippe pendant l’épi- démie a été de 11%, alors qu’elle variait, selon les saisons, entre 6% et 9% depuis la pandémie 2009. Cette proportion est montée à 47% pour les personnes de 65 ans et plus. Cette valeur est plus élevée que celles observées depuis la pandémie (entre 33% et 41%), à l’exception de 2011 -2012, saison où le virus A(H3N2) dominait également. Epidémie d’une ampleur forte et d’une gravité importante Page 2 Bilan de la saison grippe InVS
  3. 3. Cette proportion était alors de 48%, confirmant la fragilité des personnes âgées lorsqu’elles sont infectées par le virus A(H3N2). Le fort impact de l’épidémie sur les personnes âgées s’est également retrouvé parmi les cas ad- mis en réanimation ou dans les collectivités de sujets âgés. En effet, le nombre de cas graves de grippe admis en réanimation a été très élevé (n=1558) et 48% d’entre eux étaient âgés de 65 ans et plus (Figure 2). De même, 1328 cas groupés d’infections respiratoires aigües en collectivités de personnes âgées ont été signalés cette saison, nombre le plus élevé depuis la mise en place de la surveillance en 2006 (Figure 3). Page 3 Bilan de la saison grippe InVS | Figure 2 | Taux hebdomadaire d'incidence des consultations pour syndromes grippaux et du nombre de cas graves en réanimation, semaines 40/2010 à 15/2015, en France métropolitaine 0 60 120 180 240 300 0 200 400 600 800 1000 Nombredecasgraves Tauxdeconsultationspour100000habitants Epidémie Cas graves admis en réanimation Consultations pour syndromes grippaux 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 0 50 100 150 200 250 Nombredecasgroupésd'IRA Etiologie inconnue ou autre Grippe confirmée Foyers d'IRA en collectivités de personnes âgées 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 | Figure 3 | Nombre hebdomadaire d’épisodes d’infections respiratoires aiguës en collectivités de personnes âgées, semaines 40/2010 à 15/2015, en France métropolitaine
  4. 4. Enfin, sur ces 9 semaines d’épidémie, l’excès de mortalité calculé sur l’échantillon des 1000 communes est estimé à 12 300 décès (+18%). Cet échantillon de communes permet d’enre- gistrer près de 70% de la mortalité nationale. L’estimation de la surmortalité extrapolée à l’échelle nationale (100% de la mortalité) est de 18 300 décès sur cette période (Figure 4). L’excès de mortalité s’est concentré essentiellement chez les personnes âgées de plus de 65 ans et a touché l’ensemble des régions métropolitaines. Il s’agit de l’excès de mortalité le plus élevé depuis l’hiver 2006-2007 (Tableau 1). Cet excès a également été observé dans la plupart des 15 pays1 participant au projet européen de surveillance de la mortalité (http:// www.euromomo.eu/). Il a été estimé à 90 000 décès tous âges confondus et coïncide avec la circulation du virus grippal A(H3N2) mais également avec la survenue d’autres facteurs hiver- naux. Page 4 Bilan de la saison grippe InVS Tableau 1 : Effectifs observés de mortalité et excès de mortalité estimé sur les saisons épidé- miques de grippe de 2006-2007 à 2014-2015, tous âges et chez les 65 ans ou plus 1 : Pays/régions avec excès : Belgique, Danemark, Angleterre, Pays de Gales, Ecosse, Grèce, Hongrie, Irlande, Pays-Bas, Portugal, Espagne, Suède, Suisse 2 : Ecart entre le nombre observé et le nombre attendu de décès, calculé sur les données issus des 1000 com- munes participant à la surveillance en routine (près de 70% de la mortalité nationale) 3 : Ecart entre le nombre observé et le nombre attendu de décès, extrapolé à l’échelle nationale à partir d’un re- dressement fondé sur les données issues des 1000 communes participant à la surveillance en routine Tous âges confondus 65 ans ou plus Saisons épi- démiques de grippe Durée en semaines Effectif Observé Excès2 (Sur 1000 com- munes) Excès extra- polé à la France en- tière3 Effectif Observé Excès2 (Sur 1000 com- munes) Excès extra- polé à la France en- tière3 2006-2007 7 52 077 1 286 +3% 1 919 41 657 1 385 +3% 2 068 2007-2008 9 68 644 3 020 +5% 4 508 55 194 2 966 +6% 4 427 2008-2009 10 83 601 10 166 +14% 15 173 67 988 9 339 +16% 13 939 2009-2010 10 71 346 -286 0% -427 56 146 -388 -1% -579 2010-2011 9 71 032 3 829 +6% 5 715 57 203 3 162 +6% 4 719 2011-2012 8 66 388 6 995 +12% 10 440 54 959 6 788 +14% 10 132 2012-2013 13 107 777 10 206 +10% 15 234 88 607 8 950 +11% 13 359 2013-2014 5 38 491 700 +2% 1 045 31 593 428 +1% 638 2014-2015 9 80 514 12 272 +18% 18 317 67 875 11 127 +20% 16 608 0 1 000 2 000 3 000 4 000 5 000 6 000 7 000 8 000 9 000 10 000 14-S40 14-S41 14-S42 14-S43 14-S44 14-S45 14-S46 14-S47 14-S48 14-S49 14-S50 14-S51 14-S52 15-S01 15-S02 15-S03 15-S04 15-S05 15-S06 15-S07 15-S08 15-S09 15-S10 15-S11 15-S12 15-S13 15-S14 Nombrededécès Semaines Sources : InVS-DCAR / Insee Nombre observé Nombre attendu Borne sup de l'intervalle de fluctuations Période de l'épidémie grippale Figure 4: Nombre hebdomadaire observé (noir) et attendu (rouge) de décès au cours de l’hi- ver 2014-2015, tous âges confondus, sur l’échantillon des 1000 communes suivies en routine.
  5. 5. Evolution de l’épidémie en France et dans les pays voisins Début de l’épidémie de grippe au nord-ouest de l’Europe Selon les données européennes disponibles sur le site de l’ECDC, les premiers pays touchés par l’épidémie semblent avoir été l’Angleterre et les Pays-Bas en semaine 50, suivis par la Suède en semaine 52 et le Portugal en semaine 01. Le pic des consultations a été franchi en Grande-Bretagne en semaine 02, au Portugal et en Italie en semaine 04 et en Espagne en se- maine 05, avant la France (semaine 06). En France La période épidémique 2014-2015, définie par le franchissement du seuil épidémique du ré- seau Sentinelles, s’est étendue entre les semaines 03/2015 (12 au 18 janvier 2015) et 11/2015 (9 au 15 mars 2015), soit pendant 9 semaines. Le pic d’activité a été observé en semaine 06/2015. La diffusion géographique, étudiée à partir des données de SOS Médecins, semble mettre en évidence un gradient géographique du sud vers le nord lors du démarrage de l’épi- démie et de l’ouest vers l’est lors de sa décrue (Carte 1). Carte 1 : Evolution de la part hebdomadaire des syndromes grippaux parmi les actes de SOS Médecins par région, saison 2014-2015 Page 5 Bilan de la saison grippe InVS
  6. 6. En médecine générale, 2709 patients ont été prélevés et 1 513 virus grippaux identifiés. Parmi eux : - 75% étaient des virus grippaux de type A : - 19% de virus A(H1N1)pdm09, - 55% de virus A(H3N2), - 1% de virus A non sous-typés, - 25% étaient des virus grippaux de type B. Tous les virus grippaux A(H1N1)pm09 ainsi que la majorité des virus grippaux de type B carac- térisés étaient analogues aux souches vaccinales. Par contre, parmi les virus A(H3N2), un peu moins de la moitié s’en distinguait. En conséquence, une majorité des virus grippaux circu- lant étaient couverts par le vaccin. Circulation des trois virus grippaux avec une majorité de A(H3N2) Les premières estimations de couverture vaccinale, calculées à partir des données de la CNAMTS, sont de 47% pour la population à risque, en baisse par rapport à la saison dernière (49%). Cette baisse affecte surtout les personnes de 65 ans et plus (48% versus 52% en 2013- 2014) alors qu’elle se maintient à 38% pour les populations à risque de moins de 65 ans. Dans les collectivités de personnes âgées, la couverture vaccinale des résidents était de 83%, valeur comparable à celles observées depuis 2010-11. Cette valeur élevée peut expliquer que les proportions de malades, d’hospitalisés et de décès parmi les résidents soient comparables à celles observées les années précédentes. La mise en place de mesures barrière (renforcement des mesures d’hygiène, isolement des malades, limitation des visites …) a pu également contribuer à cette protection. Enfin, la couverture vaccinale du personnel des collectivités de personnes âgées reste faible (23%), stable par rapport aux années précédentes. Couverture vaccinale encore insuffisante cette saison Page 6 Bilan de la saison grippe InVS
  7. 7. Remerciements aux réseaux de médecine ambulatoire notamment le réseau Sentinelles, les médecins de Grog-Char, SOS Médecins, aux services d’ur- gences du réseau Oscour® , aux réanimateurs et à leurs sociétés savantes (SRLF, GFRUP, SFAR), aux ARS, aux laboratoires, au CNR des virus influen- zae, aux cliniciens, ainsi qu’à l’ensemble des professionnels de santé qui parti- cipent à la surveillance de la grippe. Page 7 Bilan de la saison grippe InVS Directeur de la publication François Bourdillon Rédactrice en chef Isabelle Bonmarin Comité de rédaction Emmanuel Belchior Vanina Bousquet Christine Campèse Bruno Coignard Anne Fouillet Scarlett Georges Daniel Lévy-Bruhl Marc Ruello Sylvie Quelet Yann Savitch Contact presse Katel Le Floc’h Tél : 33 (0)1 41 79 57 54 presse@invs.sante.fr Diffusion Institut de veille sanitaire 12 rue du Val d’Osne 94415 Saint-Maurice cedex Tél : 33 (0)1 41 79 67 00 www.invs.sante.fr L’épidémie de grippe a été forte cette saison, dominée par le virus A(H3N2). L'impact en termes de mortalité chez les personnes âgées est important. Il confirme que la grippe reste une maladie grave pour les personnes à risque, notamment les seniors. La baisse de la couverture vaccinale dans cette population est inquiétante ; même si cette année l’adéquation avec les souches vaccinales n'était pas op- timale, il faut tout de même souligner que la majorité des virus grippaux cir- culant étaient couverts par le vaccin. La prévention repose sur la vaccination, et les mesures barrière (réduction des contacts avec des malades et renforcement de l’hygiène) doivent venir la compléter. Un Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), consacré au bilan final de la saison grippale 2014-2015, sera publié au mois d’octobre prochain par l’InVS et ses partenaires.

×