Le transport de demain

541 vues

Publié le

Des solutions innovantes au service des usagers. Présentations de nos projets eFuture, Scoop@f, EcoDRIVER

Publié dans : Sciences
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
541
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le transport de demain

  1. 1. Le transport de demain Des solutions innovantes au service des usagers Quel que soit le mode ou le véhicule utilisé, le transport fait partie des actions de la vie quotidienne. Les attentes et besoins actuels et futurs de nos concitoyens en termes de mobilité, de sécurité et de sûreté des transports, de diminution des émissions polluantes ou de la congestion font partie des thématiques de recherche de l’Ifsttar. En voici quelques projets : eFuture SCOOP@F EcoDRIVER
  2. 2. eFuture Le véhicule qui allie l’efficience énergétique à la sécurité de la conduite Une stratégie de contrôle intégrée des ac-tionneurs a été mise en oeuvre pour pren-dre en compte les différents problèmes rencontrés au niveau de la sécurité, du confort, de l’efficience énergétique et de la transition entre les différents modes de fonctionnement (3 modes de fonctionnement ont été développés pour ce prototype : sécurité, efficience énergétique et conduite dynamique à la demande du conducteur). Les fonctions d’aides à la conduite ont ensuite été redéveloppées pour prendre en compte ces différents aspects et une unité de décision a été programmée pour intervenir entre les aides à la conduite et le conducteur. En plus des aspects techniques, le projet porte sur l’évaluation du comportement du conducteur qui doit apprendre à gérer une optimisation dynamique de la consommation énergétique. Résultat de ce projet, le véhicule eFuture intègre les dernières technolo-gies pour réaliser les optimisations sta-tiques et dynamiques du comportement du véhicule avec comme objectifs prin-cipaux la sécurité et l’efficience énergé-tique : de nombreux composants ont ainsi été redéveloppés. Deux véhicules prototypes permettant ces optimisations ont été réalisés. Les transitions entre les différents modes de fonctionnement ont été définies et intégrées, ainsi que l’unité de décision et les stratégies de contrôle. Une aide à la conduite innovante Dans le cadre du projet eFuture, l’Ifsttar est intervenu sur le développement et l’intégration de la perception de l’envi-ronnement proche (fonctions de détec-tion de voies et de détection d’obstacles) à l’aide de caméras et d’un radar, et de l’environnement lointain (connaissance de la route au-delà de la portée des cap-teurs). Ces approches ont été réalisées à partir d’une cartographie numérique intégrant des éléments liés à la sécurité et aux aides à la conduite de type ACC (Adaptive Cruise Control) optimisant ainsi la consommation et la régénération d’énergie que le véhicule soit seul dans son environnement ou en interaction avec d’autres. Le projet eFuture a pour objectif de préparer la prochaine génération de véhicules électriques en créant un prototype permettant d’optimiser son efficience énergétique sans compromettre la sécurité de conduite. Cette optimisation est effectuée à la fois au niveau de chaque composant et aussi de façon globale. Financements : 7e PCRD - Programme Cadre de Recherche et Développement - 7 Millions d’euros ont été attribués au projet e-Future. Partenaires du projet : INTEDIS, TMETC (Tata Motors European Technical Centre), HELLA, Milljobil, WIVW, Ifsttar.
  3. 3. SCOOP@F Focus sur le projet SCOOP@F Comment ça marche ? Plusieurs sites pilotes en France ac-cueillent le projet. Les routes et les véhicules communiqueront en utilisant des réseaux sans fils, à l’aide : • des bornes et des récepteurs wifi ins-tallés en bord de route et dans les vo-itures. • des réseaux publics de communication cellulaires. Ainsi, les véhicules communiqueront aux routes et aux autres véhicules équipés, des informations sur les obstacles ren-contrés, leur position, leur vitesse… Le conducteur, recevra via une tablette installée sur le tableau de bord les dif-férentes alertes. Les données émises par les voitures et captées par les bornes seront retransmises aux gestionnaires routiers qui pourront s’en servir pour connaître le trafic et intervenir plus effi-cacement sur les incidents. Ce système permet aussi d’améliorer la sécurité des agents intervenant sur les routes : par exemple, en cas d’inter-vention ou de chantier, une alerte sera donnée à tous les véhicules équipés pour signaler leur présence. Les partenaires associés au projet • le Ministère de l’Ecologie, du Dévelop-pement durable et de l’Energie • les Collectivités (Région Bretagne, Communauté d’agglomération de Rennes, Communauté urbaine de Bordeaux, Conseils généraux des Côtes d’Armor, du Finistère, d’Ille et Vilaine, de l’Isère) • les gestionnaires du réseau routier national (SANEF, Direction des routes Atlantique, Ile de France, Ouest) • les constructeurs automobiles (Renault, PSA) • les centres d’études, organismes de recherche et universitaires (CEREMA,IFSTTAR, Université de Reims) Pour un financement global d’environ 20 millions d’euros, le projet SCOOP@F devrait permettre d’équiper 3 000 véhicules sur près de 2 000 km de routes et rues. Le ministère en charge des transports coordonne un projet français de déploiement pilote de systèmes de transport intelligent (STI) coopératifs. Lancé en 2014, ce projet, appelé SCOOP@F, présente les objectifs suivants : • Modifier en profondeur toute la chaîne d’intervention et de gestion du trafic, ainsi que l’information routière, • Remplacer les nombreux équipements dynamiques (panneaux à messages variables, caméras, boucles de comptage…), • Offrir un meilleur service à l’usage et optimiser les coûts pour les gestionnaires des routes, • Permettre à l’industrie automobile française de préparer les véhicules de demain.
  4. 4. EcoDRIVER Les smartphones s’offrent une éco-conduite Réduire la consommation d’énergie et les émissions de CO2 induites grâce aux smartphones et tablettes, telle est l’ambition de l’application nomade développée par l’Ifsttar pour ecoDriver. « Si vous réduisez votre vitesse de 20 km/h sur cette autoroute, vous écon-omiserez 1 litre de carburant sur les 100 km à venir », « Evitez les freinages brusques » ou « Anticipez pour freiner le moins possible »... Voilà le genre de con-seils que pourrait bientôt vous donner votre smartphone. Ces conseils adaptés à la situation se-raient le fait d’une application destinée à améliorer votre conduite, en écono-misant du carburant, et sans sacrifier à la sécurité routière. Ce logiciel dévelop-pé par l’Ifsttar utilisera le GPS et l’ac-céléromètre du smartphone pour obtenir les informations de position, déduire la vitesse du véhicule et relever les ac-célérations. « Cette application destinée aux smartphones Android ne nécessite aucune connexion avec le véhicule », indique Guillaume Saint-Pierre, chargé de recherches, « contrairement aux sys-tèmes embarqués (performants mais payants) qui disposent des informations issues des capteurs du véhicule ». Or, les chercheurs souhaitent que leur ap-plication demeure gratuite pour tous les conducteurs européens. Selon le calen-drier fixé, cette application devrait être disponible en 2015 après une phase de tests en conditions réelles de 6 mois qui se déroulera en 2014. Olivier Orfila, res-ponsable scientifique de ce projet pour l’Ifsttar, précise que « les résultats de ces essais seront comparés à ceux ob-tenus avec des systèmes embarqués dans des véhicules légers, thermiques et électriques, mais aussi des poids lourds et des bus hybrides. Cette appli-cation intègre le vaste projet européen ecoDriver qui vise à la réduction de 20 % des émissions de CO2 du transport rou-tier ».
  5. 5. L’IFSTTAR, c’est quoi ? L’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux, né au 1er janvier 2011 de la fusion de l’INRETS et du LCPC, est un Etablissement public à caractère scientifique et technologique (EPST) placé sous la tutelle conjointe des ministères chargés du développement durable et de la recherche. L’Institut a pour mission de réaliser, de piloter, de faire effectuer et d’évaluer des recherches, des développements et des innovations dans les 6 domaines suivants : • le génie urbain, • le génie civil et des matériaux de construction, • les risques naturels, • la mobilité des personnes et des biens, • les systèmes et les moyens de transports et leur sécurité, • les infrastructures, leurs usages et leurs impacts. • En quelques chiffres :

×