IllaTicciSarmiento-LA SCOLARISATION AU NUNAVIK

152 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
152
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
6
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

IllaTicciSarmiento-LA SCOLARISATION AU NUNAVIK

  1. 1. LA SCOLARISATION AU NUNAVIK « Un regard attentif » Illa Ticci Sarmiento RÉSUMÉ : La scolarisation au Nunavik est une réalité relativement nouvelle en termes généraux. Le premier contact avec l’école en tant qu’institution a été marqué par la rupture culturelle plutôt que par une adhésion au développement d’un projet, ce qui n’est pas sans répercutions sur les générations suivantes. Mais depuis, le processus d’appropriation communautaire cherche à se consolider et nous observons que la scolarisation est maintenant une réalité de plus en plus ancrée dans les mentalités. Introduction 1. Le monde Inuit 2. La scolarisation en milieu nordique 3. La remise en cause du système 4. Le pouvoir du nombre 5. Des défis à relever Conclusion Mots-clés : Nunavik, Inuit, scolarisation, décrochage scolaire, autochtones, éducation
  2. 2. Introduction La population Inuit de Québec, réside majoritairement dans 14 communautés au nord du Québec (le Nunavik). De nos jours, ces Inuit disposent d'une école primaire et secondaire dans chacune des localités de la région. Ils y utilisent l'inuktitut (la langue des Inuit) pour les trois premières années de leur scolarité. S’ajoute alors une deuxième langue d’enseignement, le français ou l’anglais. Les élèves des communautés sont les héritiers d’une riche culture ancestrale de tradition orale, qui s’exprime dans une langue propre, l’inuktitut, en ce qui nous concerne. Par ailleurs, la langue de scolarisation des élèves ainsi que les contenus d’apprentissage sont ceux du Programme de formation de l’école québécoise, bien que l’administration de l’école d’une communauté autochtone s’inscrive dans le cadre fédéral canadien de la Loi sur les Indiens1 On verra ici que depuis que le Grand Nord est d’intérêt au Canada, l’éducation des Inuit est un véritable enjeu dans les champs de compétence réclamés par plus d’un niveau de gouvernement (soient le fédéral, le provincial ou les instances locales). Les informations de type général sur les Inuit présentées au début de cet article, permettent de bien situer le Nunavik. Les étapes qui ont mené les Inuit à exercer un plus grand contrôle sur leurs institutions scolaires sont ensuite décrites. La transmission de la culture Inuit à l’école et les différences intergénérationnelles par rapport à l’éducation formelles sont aussi discutées. On ne peut passer sous silence que la situation socio-économique de la population autochtone présente des conditions matérielles et culturelles parfois difficiles aux standards valorisés par la société et l’école québécoise en général. À ce sujet, le Conseil en éducation des Premières Nations (CEPN) cite le manque de financement chronique comme étant l'une des causes principales de la non- persévérance scolaire des élèves2 1 Loi sur les Indiens (L.R., 1985, ch. I-5) 2 Voir le dossier du Conseil en éducation des Premières Nations à ce sujet. http://www.cepn-fnec.com/index_f.aspx
  3. 3. L’objectif de cet article est de partager le regard que pose une enseignante sur la réalité de l’éducation dans les communautés inuits du nord du Québec. 1.Le monde Inuit Cet article porte spécifiquement sur le Nunavik, une région dans la province de Québec, qui a été instaurée à la signature de la Convention de la Baie James et du Nord en 1975. La Société Makivik (www.makivik.org) a alors été mandatée pour gérer les affaires des Inuit du Nunavik, les Nunavimmiut. 1.1 Le Nunavik Les localités habitées du Nunavik se trouvent le long de la baie d’Hudson, du détroit d’Hudson et de la baie d’Ungava. Selon les données du recensement de 2001 (Statistiques Canada), les Inuit y représentent 90% (8695 / 9632) de la population. Les non-Inuit qui vivent au Nunavik se retrouvent surtout dans les plus grandes agglomérations, tout particulièrement à Kuujjuaq et Kuujjuarapik. Comme il n’y a pas de réseau routier reliant ces communautés, entre elles ou avec les municipalités plus au sud, elles sont relativement isolées. Les distances entre chacune sont d’ailleurs considérables. Cependant, plusieurs avions atterrissent tous les jours à Kuujjuaq, le centre administratif de la région, et à Kuujjuarapik. Dans les plus petites localités, un vol quotidien est prévu, mais, régulièrement, les conditions météorologiques ne sont pas favorables, même durant les saisons moins rigoureuses. Quand les eaux entourant la péninsule sont libres de glaces, des navires transportent, dans toutes les localités, les produits plus lourds, nécessaires à la vie moderne. Les Inuit, nomades de tradition, chérissent ces grands espaces dont ils tirent leurs ressources depuis des temps immémoriaux. Avant la sédentarisation, ils se déplaçaient selon les mouvements migratoires des animaux et vivaient de chasse, de pêche, de cueillette. Encore de nos jours, les mammifères marins, le caribou et l’omble de l’Arctique demeurent des aliments prisés. Il est quasi impossible de ne pas remarquer le branle-bas quand les animaux se pointent aux alentours d’un village. Ceux et celles qui le peuvent se préparent dans une joyeuse fébrilité et partent dès que possible à la rencontre des animaux qui leur ont manifesté leur présence. Le mode de vie nomade est très actif et, encore bien présent au Nunavik, même si les Inuit ne vivent plus
  4. 4. uniquement des ressources du territoire. L’isolement géographique favorise donc l’autosuffisance et les déplacements sur le territoire et les contacts périodiques. Ainsi, traditionnellement, le cycle des activités ramenaient les Inuit en des points précis où ils se regroupaient et séjournaient pour quelque temps à intervalle régulier. Plusieurs des municipalités du Nunavik ont été établies à de tels lieux de rencontre. Dorais (1997) fournit un portrait détaillé d’un de ces villages. Depuis la mise en place du satellite Anik, en 1972, les communautés contemporaines du Nunavik sont aussi en contact avec le reste du monde sur une base quotidienne (Alia 1999). Les Nunavimmiut utilisent les services de téléphonie, incluant la télécopie, plusieurs fois par jour et la télévision, dont les vidéos, trône dans la plupart des maisons. Le réseau de télévision des peuples autochtones (Aboriginal Peoples Television Network) a récemment remplacé la télévision locale inuit. Amirault (2001) résume l’historique de la production télévisuelle chez les Inuit. Pour sa part, Vick-Westgate (2002: 69) soutient que: One of the first issues around which the Inuit of Northern Quebec successfully organized, and through that organization redirected government plans, was telecommunications. Responding to Inuit concerns and pressure, the Canadian Broadcasting Corporation agreed in 1973 not to initiate television broadcasts in English and French in Arctic Quebec until Inuktitut language programming could be developed. Broadcasts began eight years later when they could include programs in Inuktitut. Cependant, l’image du monde moderne véhiculée dans les média influence tout particulièrement les jeunes d’âge scolaire. Contrairement à leurs parents, qui ont dû s’expatrier pour étudier, ils n’ont pas à quitter leur municipalité avant de vouloir poursuivre des études de niveau collégial ou universitaire. Ils voyagent fréquemment, mais habituellement pour de courtes périodes. Ceux et celles qui ont vécu l’expérience témoignent de leur désarroi devant la réalité (notamment dans Groupe de travail sur l’éducation du Nunavik, 1992 et Vick-Westgate, 2002). Voyons donc quelles sont les caractéristiques du milieu scolaire dans lequel les Nunavimmiut gravitent. 2. La scolarisation en milieu nordique Pendant longtemps, dans le nord, l’éducation a été l’affaire des missionnaires (anglicans, catholiques ou moraves selon les lieux). Les objectifs primordiaux des congrégations religieuses et de leurs représentants parmi les Inuit étaient de l’ordre du
  5. 5. prosélytisme. En effet, en instruisant, on cherchait surtout à convertir: l’abandon du shamanisme et l’adoption de la religion des missionnaires étaient visés. Pourtant, les activités éducatives des missionnaires se déroulaient sur place et dans la langue des Inuit puisque les religieux, esseulés, parlaient souvent l’inuktitut (Patrick & Shearwood 1999: 250). En 1928, la première école résidentielle pour Inuit ouvre ses portes. À cette époque, les très jeunes enfants doivent quitter leur communauté pour de longs séjours loin des leurs afin de recevoir une éducation formelle de base. Les liens familiaux sont alors coupés pour une génération d’Inuit qui, lorsqu’ils reviennent dans le Grand Nord ne parlent plus leur langue maternelle, était interdite au pensionnat. Des individus ont réappris l’inuktitut avec le temps, mais il s’agissait, dans la plupart des cas d’une décision personnelle. Ils et elles ont accompli ce réapprentissage d’eux-mêmes, sans soutien particulier des gouvernements qui les avaient éloignés de leur monde. Parce qu’il y avait un flou juridique en ce qui concerne les Inuit spécifiquement, les divers ordres de gouvernement se sont renvoyé la balle pendant plusieurs années, quant à savoir quel pallier devait assumer la responsabilité et assurer le bien-être des gens en milieu nordique. En 1939, la Cour Suprême a tranché la question et déclaré le gouvernement fédéral responsable des Inuit. Depuis, éduquer les Inuit chez eux, dans le Grand Nord, a pris de l’importance. Après la deuxième guerre mondiale, quand le Canada a voulu jouer un rôle sur la scène internationale, le gouvernement fédéral ne pouvait plus justifier sa politique de laisser-faire à l’égard des populations autochtones. C’est dans ce cadre que le gouvernement avait délégué sa responsabilité éducative aux congrégations religieuses. La politique globale dans laquelle cette stratégie s’inscrivait, le désintérêt (benign neglect), était tout aussi difficile à maintenir dans le contexte d’après-guerre. Donc, de 1948 à 1962 le gouvernement fédéral a établi des services de santé et des écoles dans la plupart des communautés nordiques (Dorais, 1979: 71). Par la suite, la compétition entre les paliers de gouvernement provincial et fédéral, est devenue palpable dans le nord du Québec (Nalukturuk 2006). Un système d’éducation parallèle a vu le jour en 1964, sous l’égide de la Délégation générale du Nouveau- Québec, une instance provinciale. La Commission scolaire du Nouveau-Québec, fondée en 1970, a supervisé la construction d’une école provinciale dans chacun des villages (Dorais 1979: 73).
  6. 6. The provincial system … had an embryonic program for introducing Inuktitut as a language of instruction, and introduced the concept of parent committees (Nalukturuk 2006 : 1). Dès lors, les Inuit ont pu fréquenter l’école de leur choix. La langue utilisée dans le système fédéral était l’anglais tandis qu’à l’école provinciale le français était introduit en troisième année. À la maternelle et pour les deux premières années du primaire, la langue de l’école provinciale passait par la traduction, des interprètes traduisant la langue utilisée par les enseignants vers l’inuktitut. Les parents étaient toutefois méfiants envers le gouvernement du Québec et la plupart des enfants aboutissaient à l’école fédérale (Dorais 1979: 73). Ainsi, dans les années 1970, l’anglais est devenu la langue de communication privilégiée dans le nord du Québec, et ce au détriment de l’inuktitut. Petit (2003: 224) résume succinctement : Les enfants ont perdu une bonne partie de leur langue lorsqu’ils ont commencé à aller à l’école. Tous ces facteurs ont contribué à augmenter la proportion d’Inuit à l’aise en anglais uniquement (Dorais 1979:74). La majeure partie des aînés étant pour leur part unilingues en inuktitut, un fossé entre les générations s’est creusé sur une base linguistique autant que culturelle. La modernité parlait anglais, se vivait au village, à l’école ou dans un bureau, et non pas sur les terres, en compagnie des animaux avec qui on communique en inuktitut. 2.1 Les langues d’enseignement au Nunavik De par leur position géographique stratégique et leurs contacts internationaux, les Inuit sont depuis longtemps ouverts aux approches proposées dans les agences supranationales. Ainsi, un colloque international sur l’utilisation des langues vernaculaires en éducation, tenu en 1950, a-t-il-eu des retombées concrètes au Canada: “The work of UNESCO on ’the importance of the mother tongue in basic education’ was known to an Oblate missionary working at the residential school in Chesterfield Inlet, who in 1955 condemned the federal government for the continued use of English as a medium of instruction at this school”. (Patrick & Shearwood 1999: 252-253) En effet, le curriculum ontarien avait été adopté dans toutes les écoles fédérales dans le Grand Nord canadien (Dorais 1990: 210) et pour plusieurs des fonctionnaires chargés de mettre un système scolaire en place, éducation rimait avec anglais. Patrick et Shearwood (1999: 251) rapportent l’exception qui confirme la règle:
  7. 7. “As early as 1960, R.A. Phillips of the Northern Administration Branch of the Department of Northern Affairs and National Resources proposed that Inuit children be taught in their Aboriginal language for the first two years of schooling. Furthermore, teachers should be ‘thoroughly familiar with the Eskimo language,’ as it was then called (1960 :4). To this end, Phillips called for teacher training for Aboriginal people. He argued in favour of these proposals for their ability not only to permit a smooth transition to learning in English or French but also to preserve the Inuktitut language.” Il faudra attendre 1973 pour que le système fédéral soit modifié pour faire place à la langue des Inuit (www.kativik.qc). À peu près en même temps, l’utilisation de la langue des Inuit dans les écoles relevant du gouvernement provincial a pris du galon suite à la signature de la Convention de la Baie James et du Nord québécois. Selon Dorais (1979: 74), l’inuktitut devait alors devenir la langue d’enseignement primordiale dans toutes les écoles tandis que l’anglais et le français se grefferaient au cursus scolaire à titre de langues étrangères (foreign languages). Des établissements scolaires ont été implantés graduellement dans les différentes communautés amérindiennes au Québec. C’est le cas de l’école Migwan, à Pikogan, qui a ouvert ses portes aux élèves du primaire en 1980. Les enfants de la communauté fréquentent l’établissement scolaire local et rentrent chez eux après la classe, ce qui contraste avec le vécu de leurs parents et grands-parents qui avaient fréquenté l’école résidentielle. À l’école de Pikogan, le programme d’études du ministère de l’Éducation du Québec est offert en français et, à la demande de la communauté, la langue algonquine est enseignée à raison de 30 minutes par jour. Le maintien de la langue et de la culture algonquine, d’une part, et la maîtrise de la langue française et la réussite scolaire des élèves, d’autre part, constituent les deux grandes orientations du projet éducatif de l’école Migwan aujourd’hui, ainsi que celles de la plupart des écoles des communautés autochtones. 2.2 Le système scolaire sous contrôle inuit
  8. 8. Trois ans après la signature de la Convention de la Baie James et du Nord Québécois, en 1978, les Inuit (et les Cris) ont officiellement pris leur système d’éducation en charge. La Commission scolaire du Nouveau-Québec a été scindée en deux entités autonomes, soit la Commission scolaire Kativik (pour le Nunavik) et la Commission Scolaire Crie. Les groupes conventionnés (Cris et Inuit) et les Attikameks font exception à cette règle, chacun possédant une commission scolaire unique. Pour Nalukturuk (2006: 2), la fondation de la Commission scolaire Kativik a eu des répercussions à plusieurs niveaux : “The JBNQA [la Convention de la Baie James et du Nord québécois] not only provided for the establishment of the KSB [Kativik School Board], it also gave it special responsibilities and powers to look after the specific needs of Inuit. It provided that in every community there would be an education committee, which is roughly like a parents committee in the South but with special powers. This was a gain for the Inuit who never had a say in their children’s education.” La Commission scolaire Kativik est tout de même régie par une loi du gouvernement du Québec (la Loi sur l'instruction publique pour les autochtones cris, inuit et naskapis). Conséquemment, les programmes de la Commission scolaire Kativik respectent les objectifs prescrits par le ministère de l'Éducation du Québec. Toutefois, bien que la clientèle qu’elle dessert soit principalement inuit, la Commission scolaire Kativik est une institution publique qui offre des services à tous les résidents du Nunavik. Il lui revient donc d’élaborer des programmes et du matériel didactique en inuktitut, en français et en anglais. Contrairement à la norme nationale de bilinguisme, c’est plutôt le trilinguisme qui est institutionnalisé au Nunavik, ici par l’entremise du système scolaire, mais aussi dans le cadre de la négociation actuellement en cours sur l’autonomie gouvernementale (Nulukturuk 2006 : 8; Daveluy 2004; Commission du Nunavik 2001). Gérer une politique de trilinguisme et répondre aux attentes qui en découlent constitue un défi de taille, tout particulièrement quand les ressources humaines sont à la fois limitées et dispersées sur un vaste territoire. Mais la Commission scolaire de Kativik n’en est pas à un défi près puisqu’elle exerce aussi des pouvoirs et responsabilités que n'ont pas les autres administrations scolaires. En 1988, des pouvoirs additionnels lui ont d’ailleurs été accordés par le gouvernement du Québec.
  9. 9. • Elle [la Commission scolaire Kativik] peut conclure des ententes sur l'éducation postsecondaire. • Elle peut déterminer les langues d'enseignement et le rythme d'implantation des langues secondes, le français et l'anglais, l'Inuktitut étant la langue d'enseignement première. • Elle peut conclure des ententes avec un autre établissement d'enseignement sur la prestation de cours. • Elle doit élaborer des programmes et du matériel didactique et offre une éducation élémentaire et secondaire en Inuktitut, en français et en anglais. • Le ministère de l'Éducation du Québec ne peut exercer son droit de veto sur les ordonnances de la CSK sur la culture des Inuit et l'Inuktitut. • La CSK peut établir un calendrier scolaire ou plus, selon les besoins particuliers de chaque communauté. • Elle est chargée de négocier ses propres conventions collectives avec ses enseignants, ses professionnels et ses employés de soutien. • Dans le cadre du Programme de formation des maîtres inuit, elle forme les enseignants Inuit conformément aux normes provinciales. • Elle peut établir les critères d'emploi des enseignants inuit chargés de l'enseignement de la culture et de la langue des Inuit. (www.kativik.qc) Nalukturuk (2006 : 3) en conclut : “Like other organizations controlled by Inuit, the KSB [CSK] has managed to expand its original jurisdiction over the years in order to better meet educational needs and challenges.” Cependant, à sa fondation, la Commission scolaire Kativik a établi son centre administratif dans le sud du Québec plutôt qu’au Nunavik même. À l’époque, on jugeait favorablement la proximité d’un aéroport par où les intervenant(e)s du Nunavik doivent transiter pour se rencontrer. Les services de santé et de production audio-visuelle ont aussi été centralisés dans le sud. Avec le temps, plusieurs ont douté de la valeur de cette décision. Comme le détaille Vick-Westgate (2002), la gestion scolaire à distance n’a pas favorisé l’appropriation du système par ses usagers.
  10. 10. 2.3 L’évaluation des acquis Patrick et Shearwood (1999: 258) considèrent que les événements dans le nord du Québec ont contribué à changer la donne en éducation pour les autochtones en général au Canada et que les programmes en langues autochtones qui y ont été développés servent de modèle pour l’ensemble du pays. En effet, il y a lieu de se réjouir des accomplissements dans un si court laps de temps. Il est par exemple remarquable que les deux tiers de la population âgée de 15 ans et plus aient fréquenté l’école secondaire ou postsecondaire, dont l’université (ce qui n’est pas nécessairement le cas pour d’autres groupes autochtones au pays). C’est le fait que peu d’entre eux aient réussi à obtenir un diplôme qui pose problème. Sans oublier que la fréquentation scolaire de base, de la première année au deuxième secondaire, est beaucoup plus faible qu’à l’échelle provinciale ou nationale (Statistiques Canada, recensement de 1996, dans Société Makivik Corporation 1999: 9). 2.4 La culture inuit à l’école Même si la Commission scolaire Kativik répond aux normes provinciales d’enseignement, la loi lui intime d’inclure dans ses programmes des composantes tenant compte de la spécificité culturelle du Nunavik. Ainsi, on fait appel aux aînés inuit pour l’enseignement de la survie en milieu nordique, un sujet qui fait partie intégrante du cursus scolaire. Les aînés participent à de nombreuses activités, à l’école comme telle ou à lors de sorties aux alentours des villages. Dans la pratique, il est toutefois rapidement apparu qu’il est très difficile de concilier les deux mondes en présence, et ce autant en classe que lors des séjours dans les campements. L’imposition d’un système scolaire en particulier, avec des structures et des méthodes calquées sur celles mises en œuvre chez les Qallunaat [non-Inuit], met en question la pérennité d’un mode d’apprentissage fondé sur la capacité à observer et à imiter les pratiques de ses aînés : ilitsi-(apprendre) ne renvoie pas à l’ordre du discours, mais à celui de l’expérimentation. (Petit, 2003: 207) La distinction entre l’éducation formelle et informelle chez les Inuit aide à mieux comprendre les enjeux. Targé (2003) traite de la question de la transmission des connaissances inuit dans le système d’éducation formelle, à partir de son analyse de la
  11. 11. participation des aînés dans le milieu scolaire à Arviat, au Nunavut. Elle fait bien ressortir l’impossibilité de la mission dévolue aux aînés dans le contexte scolaire. Pour plusieurs d’entre eux, il s’agit d’ailleurs de leur premier contact avec l’éducation formelle. Briggs (1998), quant à elle, décrit la socialisation traditionnelle, et toujours en vigueur, des enfants inuit. Vick-Wesgate (2002: 41) résume: “In traditional Inuit lifestyle, education was not separated from day-to-day living. It was not something you studied, it was something you did. The essence of education was getting ready to assume adult life roles. The pace varied with each child –there were no set ages for acquiring skills or precise paths that had to be followed. A child began to learn a skill when he or she began to pay attention, to notice how an adult did something and to try to imitate those actions. Successful learning was demonstrated by performance. A boy showed he had learned to hunt by bringing in game, by feeding the community. A girl was judged a woman when she could preserve food for the winter’s meals, when her boots kept her family’s feet dry, when she trimmed the wick on the oil lamp so that it provided the amount of light and heat needed in her home.” Le gouffre entre les deux mondes est illustré dans la liste des savoirs identifiés comme nécessaires pour les Inuit. Relativement peu de ces domaines sont couverts par les programmes scolaires développés dans le sud. • Knowledge of space, time, energy and matter: their theory and their application to Northern and Western technology • Knowledge of Inuit culture, art and Inuktitut, including the history of Inuit in Nunavik • Knowledge of the natural sciences • Knowledge of the social sciences, including skills to understand the economic and social structures of Inuit and Western society • Knowledge of at least one second language and academic and practical knowledge appropriate to individual needs (Vick-Westgate, 2002: 90) De plus, à l’aune de l’évaluation des instances administratives, les retombées du programme d’intégration des valeurs inuit dans le cursus scolaire sont peu probantes. Tous font face quotidiennement au choc des structures autant que des cultures dans le système scolaire, comme l’indique une institutrice de Kangirsuk:
  12. 12. The problem today is that parents are waiting for their children to learn on their own by watching and doing what their parents do, but on the other hand students are used to being taught in school and having their lessons handed to them. (Personal comment, Melissa R. 2011, Kangirsuk) 3.La remise en cause du système Dans les années 1980, un mouvement de grogne s’est fait sentir au Nunavik par rapport au système d’éducation, et ce tout particulièrement en ce qui a trait au curriculum et au maintien de l’identité inuit. Il était temps de déterminer si la Commission scolaire Kativik a bel et bien les moyens de remplir le mandat, large, admettons-le, qui lui est alloué. C’est le Groupe de travail sur l’éducation au Nunavik qui a évalué la situation. Vick-Westgate (2002) décrit en détails la démarche entreprise. Un débat houleux a émergé des consultations menées dans les communautés. Le processus Satuigiarniq (se réapproprier, reclaiming en anglais), partait du principe qu’il faut des alternatives dans les formes d’apprentissage privilégiées en enseignement au Nunavik. Le système tel que disponible était considéré privilégier une seule et unique voie, soit l’obtention du diplôme de cinquième secondaire, nécessaire pour poursuivre des études plus poussées (Vick-Wesgate, 2002: 226-227). Silatunirmut, le rapport final du Groupe de travail déposé en 1992, rend clairement compte que les Nunavimmiut ont profité de l’occasion pour utiliser une grille d’analyse qui leur est propre. Plusieurs des recommandations du Groupe de travail sont audacieuses. Le message était clair: il faut se pourvoir des moyens de nos ambitions. Au delà de la question des langues d’enseignement, les valeurs prises pour acquis dans le système scolaire on fait surface dans ce débat sur l’éducation. Tout en reconnaissant la complexité de la notion d’éducation et la pertinence de la distinction entre éducation formelle et informelle, Petit (2003) propose qu’un portrait plus conforme à la réalité ressorte quand la synthèse opérée au Nunavik est mise de l’avant, synthèse qui fait large part au syncrétisme. Elle remarque : Avec la scolarisation, c’est une parole directive et normative qui semble se substituer à des mécanismes de socialisation empreints d’une logique d’innovation et orientés vers le développement de l’autonomie individuelle (Petit, 2003: 208). C’est cette logique d’innovation qui soutient les Inuit
  13. 13. dans leur quête pour l’établissement d’un système d’éducation à leur mesure. Bien que la proportion de la population, toujours croissante, qu’ils représentent au Canada joue aussi. En fait, au début des années 1990, l’autonomie gouvernementale était ouvertement discutée entre les instances représentant les Inuit du Québec et le gouvernement provincial. Un accord cadre de négociation à ce sujet a été signé en 1994 entre ces deux parties et le gouvernement fédéral a joint la table des pourparlers l’année suivante. Puis, en 1999, la Société Makivik et les gouvernements du Québec et du Canada ont signé l’Accord politique du Nunavik. Ce nouvel accord instituait la Commission du Nunavik, chargée d’établir les bases d’une assemblée législative du Nunavik. Après le dépôt du rapport de cette commission, en 2001, la Société Makivik, le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada se sont engagé dans une négociation tripartite pour en arriver à une entente cadre afin d’établir cette assemblée législative du Nunavik. En 2003, l’entente sur la fusion de certaines institutions et la création d’une nouvelle forme de gouvernement au Nunavik a été paraphée. La Commission scolaire Kativik a été très activement impliquée dans ce processus. Elle s’est entre autres opposée aux recommandations de la Commission du Nunavik et à la publication de son rapport (Nalukturuk, 2006 : 3-5). C’est précisément l’amalgamation des institutions existantes qui pose problème pour la Commission scolaire Kativik, qui a proposé des changements au protocole mis de l’avant. Il lui importe que l’existence des comités de parents soient garantie. Si la Révolution tranquille au Québec a profondément modifié le système d’éducation (Heller 1994), l’autonomie au Nunavik semble axée sur le maintien de certains acquis autant que sur la réorganisation des structures en place. 4. Le pouvoir du nombre Dès lors qu’il est question de la scolarité chez les Autochtones, l’une des premières préoccupations a trait à l’abandon scolaire. Quelques indices comparatifs entre non- autochtones et autochtones illustrent l’ampleur du phénomène : Boyer (1999) souligne que, depuis une trentaine d'années, les taux d'abandon scolaire variaient de 30 % à
  14. 14. 40 % pour l’ensemble du Québec.3 Le ministère de l’Éducation fait état d’un taux de décrochage de 23,9 % en 1999-2000 et de 24,7 % en 2000-2001, soit presque le quart de la clientèle scolaire4 . Par ailleurs, des sources indiquent que les populations autochtones résidant dans une réserve présentent un taux d’obtention du diplôme d’études secondaires (DES) de 5,7 %, tandis que 62,5 % ont atteint un niveau de scolarité inférieur à la cinquième secondaire5 . Une partie importante de la population autochtone ne détiendrait donc pas de DES, bien qu’il soit difficile de connaître la situation réelle. En effet, comme Dumas le mentionnait en 1999, il y a peu de données accessibles qui permettent de connaître le phénomène d’abandon scolaire chez les Autochtones du Québec de manière exacte, sauf en ce qui concerne les Cris et les Inuit6 . Pierre Lepage (2002) résume bien la situation : Les Autochtones sont beaucoup moins nombreux à atteindre les niveaux d’enseignement secondaire et postsecondaire. Plus de 40 % des Autochtones n’ont pas atteint la troisième secondaire, alors que cette proportion est de 20 % pour l’ensemble des Québécois. Bien que les données à ce sujet ne soient que partielles, on observe que le phénomène du décrochage scolaire, même au niveau primaire, est très préoccupant dans la plupart des communautés autochtones. Par exemple, on rapporte dans certaines d’entre elles des taux de décrochage de 10 % dès le primaire et atteignant 50 % en troisième secondaire (p. 63).7 Bref, on peut considérer globalement que le taux de décrochage scolaire parmi les autochtones inscrits est d'environ 70 %, alors que plus de 75 % des autochtones âgés de 15 à 34 ans vivant dans les réserves n'ont pas terminé leurs études secondaires. La situation n’est toutefois pas homogène à travers l'ensemble des nations autochtones du Canada8 Les autorités des Premières Nations considèrent l’abandon scolaire des jeunes comme un phénomène particulièrement dramatique et, de ce fait, une question très préoccupante. 3 M. BOYER, Une analyse psychosociale du décrochage scolaire autochtone, Sainte-Foy, Université Laval, Faculté des sciences de l’éducation, 1999. 4 MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION DU QUÉBEC, Bulletin statistique de l’éducation, n° 25, mars 2003. 5 Bulletin statistique de l’éducation, no 30, 2004. 6 L. DUMAS, « Aperçu de la situation scolaire autochtone », Revue Rencontre, vol. 21, n° 2, 1999. p. 12-13. 7 P. LEPAGE. Mythes et réalités sur les peuples autochtones, Québec, Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, 2002. 8 ROYER et autres, L’ABC de la réussite scolaire, 1995, p. 17.
  15. 15. La prise en charge de l’éducation au niveau local constitue une avenue qui a tout de même contribué à améliorer la situation. Bien qu’au cours des trois dernières décennies, le niveau de scolarité des jeunes amérindiens et inuit se soit nettement amélioré, il demeure beaucoup à faire pour soutenir l’accès d’abord, et la réussite ensuite, aux études collégiales et universitaires. Il existe un écart important entre les Autochtones et les autres membres de la société québécoise quant à la poursuite des études supérieures9 En général, la clientèle scolaire chez les peuples autochtones croît, car les taux de natalité y sont élevés, surtout lorsque comparés à ceux obtenus à l’échelle nationale. Ainsi, au recensement de 1996, le taux de natalité pour les Inuit du Nunavik était de 30,1/1000 tandis que celui pour l’ensemble du Québec était de 11,9/1000 (Société Makivik, 1999: 7). Au moins la moitié de la population inuit est âgée de 25 ans et moins. Pour les Inuit, les classes d’âge ont donc encore une forme pyramidale non inversée : les 2962 élèves inscrits à la Commission Scolaire Kativik en 2004 représentent le tiers de la population totale du Nunavik. Avec l’implantation des écoles dans chaque communauté, la fréquentation scolaire a drastiquement augmenté. Si, en 1953, environ 5% des enfants inuit d’âge scolaire recevaient une forme quelconque d’éducation continue (Vick-Westgate, 2002: 53), la situation a bien changé. Il n’est donc pas surprenant que les élèves et étudiants aient participé pleinement au débat sur le système d’éducation au Nunavik (Vick-Westgate, 2002: 113, 124, 151-174, 221-222). Ils ont l’expérience de l’éducation formelle tout en étant conscients que des changements majeurs se sont produits en très peu de temps. Even my mother remembers seeing a white person for the first time, remembers seeing a plane for the first time, remembers going to school. She remembers that. My mother, she is just the next generation ahead from me and she used to live in a time where there was no Qallunaat. Just imagine what happened to our grandparents. (Discussion with a young student à Kuujjuaq – November 2, 2011). 9 GOUVERNEMENT DU QUÉBEC, 2001, p. 13
  16. 16. 5.Des défis à relever : Un défi important consiste à faire apprendre des contenus dans une langue que plusieurs élèves ne maîtrisent pas. Le portrait type de certains groupes d’élèves des écoles dans l’ensemble du Nunavik sur le plan de la langue première illustre cette situation : certains élèves parlent le français, bien que le niveau de langue soit différent de la langue parlée par les adultes de l’école; des enfants parlent l’inuktitut; d’autres l’anglais et l’inuktitut. Ainsi, la presque totalité des élèves dans les communautés inuit se retrouvent donc en situation d’apprentissage dans une langue seconde. Plusieurs élèves éprouvent donc des difficultés et accumulent rapidement un retard scolaire. Amener les parents à participer aux activités de l’école et à s’impliquer dans la scolarisation de leurs enfants constitue un autre défi. Il peut être difficile pour des parents de valoriser l’école et le travail scolaire de leurs enfants, à l’égard des leurs expériences scolaires personnelles qui n’ont pas été des plus heureuses dans tous les cas. La situation est compréhensible, mais on sent aussi un désir de changement. Il faut donc développer des approches et des stratégies appropriées de travail en collaboration. Bref, enseigner au primaire et au secondaire en milieu amérindien est une tâche complexe en raison d’un double mandat, qui consiste à scolariser les élèves en langue française ou anglaise tout en leur permettant de maintenir et de consolider leur identité culturelle propre, en plus de travailler à créer des liens significatifs avec les familles et la communauté. D’ailleurs, les Inuit ont un statut différent des autres enseignants compte tenu des qualifications respectives. De plus, la plupart des enseignants non Inuit restent quelques années à peine dans le Grand Nord. Comme l’illustre le film Restera, restera pas?, de Louise Lemelin, de nombreuses raisons expliquent ce fait (dont le manque de préparation aux conditions spécifiques d’enseignement dans des communautés inuit, mais aussi à la vie dans l’isolement autant social que géographique). Conséquemment, il y a peu de continuité et la plus grande partie du séjour de ces enseignants est consacrée à leur propre adaptation au milieu. La production de matériel d’enseignement approprié constitue un autre défi d’envergure. D’une part, pour l’inuktitut, il a fallu créer de toute pièce puisque très peu de matériel scolaire existait dans cette langue au Canada. Pour les programmes dans les deux autres langues, il faut adapter le contenu qui fait rarement sens au nord du 55ième parallèle. Entre autres, la relation avec les animaux étant établie sur des bases
  17. 17. différentes, la plupart des personnages et histoires généralement utilisées au niveau du primaire ne sont pas appropriées. Par exemple, les Inuit démontrent leur respect envers les animaux en maintenant leur distance face à eux plutôt qu’en adoptant une attitude familière et décontractée. Les animaux domestiques ou de compagnie constituent aussi une aberration. Coincée entre les critères provinciaux qu’elle doit respecter et la nécessité d’innover pour adéquatement combler les besoins, la Commission scolaire Kativik a pour politique de calquer le programme du ministère de l'Éducation déjà existant en anglais ou en français. (www.kativik.qc.ca). Conclusion Ce sont leurs aspirations, autant que celles de leurs parents et grands-parents, que le système d’éducation se doit d’incorporer. Pour ces élèves, l’éducation occidentale constitue parfois un choix bien assumé, mais cela demeure une matière imposée dans bien des cas. Pourtant, à ma connaissance nous ne disposons pas d’informations qui permettent de croire que les jeunes inuit se différencieraient des autres multilingues canadiens. Pour quelles raisons, les Inuit agiraient-ils autrement? Ils sont nombreux à postuler pour les emplois disponibles au Nunavik. Dans un pays officiellement occidental bilingue et une région trilingue, le diplôme de secondaire est un avantage pour ceux et celles qui réussissent à le décrocher. Il serait douteux de postuler que les Nunavimmiut ne s’en rendent pas compte. Tous ces jeunes inuit scolarisés ne voudront probablement pas renoncer aux avantages reliés à l’éducation occidentale. Ils auront d’ailleurs trimé assez dur et investi tant d’énergie dans leurs habiletés qu’il serait étonnant de les voir abandonner ces ressources, comme si de rien n’était. Du point de vue de l’enseignante qui travaille avec des élèves du secondaire, ces constats sont troublants et suscitent un questionnement à l’égard des signes avant- coureurs de l’abandon scolaire perceptibles dans le vécu scolaire des élèves. Nous avons vu que l’implantation de l’éducation formelle au Nunavik s’est déroulée dans des conditions particulières qui ont contribué, malgré tout, au maintien de l’inuktitut ainsi que de la culture Inuit. Nous avons aussi constaté que l’approche stratégique des Inuit fait face à un éventail de choix en milieu scolaire qui favorise le multilinguisme et la conservation de leur culture en tant qu’individus d’une part et celui de la société en général d’autre part. Enfin, les
  18. 18. politiques mises de l’avant par la Commission scolaire Kativik ont clairement illustré l’éducation formelle occidentale et le trilinguisme institutionnel du Nunavik. Cependant, la compréhension de la langue d’enseignement ressort comme étant une difficulté évidente. Le phénomène de décrochage scolaire chez les jeunes élèves a fait l’objet de recherche de maîtrise effectuée auprès des élèves du troisième cycle du primaire et du premier cycle du secondaire de deux communautés algonquines francophones de l’Abitibi10 . Bon nombre d’élèves interrogés, soit 29,4 % du primaire et 38,8 % du secondaire, ont indiqué ne comprendre que très peu ou pas du tout les consignes et les informations données par l’enseignante ou l’enseignant en classe. Cette difficulté de comprendre la langue française est également observable dans la pratique quotidienne de l’enseignement. Plusieurs structures et expressions de la langue française utilisées à l’école sont inconnues des élèves parce qu’absentes de leur vécu au quotidien. Ils ont du mal à interpréter les consignes et parfois, les enseignants choisissent de recourir à l’algonquin ou à l’anglais pour les aider à le faire. Il va sans dire que les difficultés de compréhension langagière éprouvées dans la communication orale se manifestent également sur le plan de l’écriture, notamment dans la compréhension du vocabulaire en usage dans les manuels scolaires. De telles difficultés rendent la tâche des enseignants plus complexe. À ce sujet, le constat de l’auteure, enseignante au secondaire va dans le même sens : les difficultés scolaires sont liées à la compréhension des mots du lexique ainsi qu’à la production écrite. Pourtant, ce faisant les Nunavimmiut inscrivent leurs caractéristiques propres dans le monde circumpolaire auquel ils appartiennent. En fait, la seule position qui semble faire consensus pour tous les Inuit porte sur la volonté d’un rapprochement du monde occidental ... We talk in Inuktitut with them [our children] and we maintain that by keeping it in school, we ensure its survival. But we also need a second language in order to be competitive ... We cannot survive only on white education. We need both, our culture in order to survive in our environment and the white culture in order to survive in the modern world. (Kangirsuk-January 26, 1991 – FM call-in). (Vick-Westgate 2002: 162) 10 M. MOWATT, Les signes avant-coureurs de l’abandon scolaire chez les élèves du 3e cycle du primaire et du 1er cycle du secondaire des communautés du Lac-Simon et de Pikogan, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, 2006.
  19. 19. Bibliographie et références ALIA, Valerie, 1999 Un/Covering the North. News, Media, and Aboriginal People. UBC Press. AMIRAULT, Marni 2001 Igloolik Isuma Productions:Turning the Camera Around. Honours thesis, Saint Mary’s University, Saint Mary’s University: Halifax, Nova Scotia. BASSE, Bjarne & JENSEN, Kirsten (eds.) The Dynamics of Contact between French Nationalism and Inuktitut in Northern Quebec. In Eskimo Languages. Their Present-Day Conditions. Majority Language Influence on Eskimo Minority Languages. Aarhus: Arkona. Pp. 69-76. BRIGGS, Jean L. 1998 Inuit Morality Play. The Emotional Education of a Three-year-old. Institute of Social and Economic Research, Memorial University of Newfoundland. Social and Bulletin statistique de l’éducation, n° 30, 2004, p. 4. COMMISSION DU NUNAVIK / NUNAVIK COMMISSION 2001. Partageons. Tracer la voie vers un gouvernement pourle Nunavik. Rapport de la Commission du Nunavik / Let us Share. Mapping the Road toward a Government for Nunavik. Report of the Nunavik Commission. Conference on Northern Studies. Edmonton : CCI Press. Pp. 162-166. DANBY, Ryan, K., RAUSCH, Jenny, CASTLETON, Heather & GILES, Audrey (eds.) Breaking the Ice : Proceedings of the 7th ACUNS (Inter)National Student DORAIS, Louis-Jacques 1997, Quaqtaq : modernity and identity in an Inuit community. University of Toronto Press. FRATERNITÉ DES INDIENS DU CANADA, La maîtrise indienne de l’éducation indienne, déclaration de principe présentée au ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien, 1972. GOUVERNEMENT DU QUÉBEC, Les Amérindiens et les Inuits du Québec : onze nations contemporaines, Secrétariat aux affaires autochtones, 2001.p13 GOUVERNEMENT DU QUÉBEC, Programme de formation de l'école québécoise, Québec, Les Publications du Québec, 2001.
  20. 20. GROUPE DE TRAVAIL SUR L’ÉDUCATION AU NUNAVIK / NUNAVIK EDUCATIONAL TASK FORCE . 1992 Silatunirmut. The Pathway to Wisdom. Final Report of the Nunavik Educational Task Force / Le chemin de la sagesse. Rapport final du Groupe de travail sur Le français et la scolarisation des Inuit du Nunavik (Canada) Daveluy 26 / 28 L. DUMAS, « Aperçu de la situation scolaire autochtone », Revue Rencontre, vol. 21, n° 2, 1999. p. 12-13. Loi sur les Indiens (L.R., 1985, ch. I-5) M. BOYER, Une analyse psychosociale du décrochage scolaire autochtone, Sainte-Foy, Université Laval, Faculté des sciences de l’éducation, 1999. M. MOWATT, Les signes avant-coureurs de l’abandon scolaire chez les élèves du 3e cycle du primaire et du 1er cycle du secondaire des communautés du Lac-Simon et de Pikogan, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, 2006. MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DU QUÉBEC, Bulletin statistique de l’éducation, n° 30, mai 2004. MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION DU QUÉBEC, Bulletin statistique de l’éducation, n° 25, mars 2003. P. LEPAGE. Mythes et réalités sur les peuples autochtones, Québec, Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, 2002. ROYER et autres, L’ABC de la réussite scolaire, 1995, p. 17. TARGÉ, Anne-Pascale 2004 Problems of the transmission of Inuit knowledge from Elders in schools". VICK-WESTGATE, Ann 2002 Nunavik. Inuit-Controlled Education in Arctic Quebec. U of Calgary Press / Institute of North America / Ktutjiniw (Nunavik’s Regional Development Council). Northern Lights Series.
  21. 21. Références électroniques COMMISSION SCOLAIRE KATIVIK / KATIVIK SCHOOL BOARD www.kativik.qc CONSEIL EN ÉDUCATION DES PREMIÈRES NATIONS http://www.cepn-fnec.com/index_f.aspx INUIT CIRCUMPOLAR CONFERENCE www.inuitcircumpolar.com INUIT TAPIRIIT KANATAMI www.tapirisat.ca JAMES BAY AND NORTHERN QUEBEC AGREEMENT AND COMPLEMENTARY AGREEMENTS www.ainc-inac.gc.ca/pr/agr/que/jbnq_e.html SOCIÉTÉ MAKIVIK CORPORATION www.makivik.org STATISTIQUES CANADA 2001 Données du recensement de 2001

×