Algorithme FOCAL - Innovateur T

3 822 vues

Publié le

FOCAL est un outil permettant de visualiser des pistes de solutions non intuitives en réponse à un problème économique, social ou sociétal. Focal est un outil qui permet de se représenter le complexe et par là-même de s'y repérer.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 822
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 617
Actions
Partages
0
Téléchargements
32
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Algorithme FOCAL - Innovateur T

  1. 1. Innovateur T Incubating Business Transformers ALGORITHME DE L’OUTIL FOCAL NOUVELLE VERSION (V2) Outil développé par Dominique Vian et Christophe Sempels www.innovateur-t.com
  2. 2. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) • Toute entreprise ou institution est souvent confrontée à des problèmes qui lui paraissent impossibles à résoudre. Le plus souvent, cette impossibilité est le fait d’un niveau de contexte relatif au problème qui n’offre pas de moyen d’action pour le résoudre. • FOCAL est une méthode analytique permettant d’identifier un niveau de contexte approprié sur lequel se positionner pour dégager de nouveaux moyens d’action cognitivement distants permettant de résoudre un problème initial à priori impossible à résoudre dans le niveau de contexte initial • FOCAL aide par conséquent les personnes à appréhender la complexité d’une situation donnée pour mieux s’y repérer FOCAL
  3. 3. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) • FOCAL est fondé sur : o L’effectuation (Sarasvathy, 2001) o La quasi-décomposabilité des systèmes complexes (Simon, 1996) o La combinaison de ces deux cadres (effectuation et quasi- décomposabilité - Sarasvathy and Simon, 2000) o Le sensemaking (Weick, 1995) CADRES THÉORIQUES
  4. 4. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) UN OUTIL POUR DISCERNER DES MOYENS ET DES EFFETS NON INTUITIFS Qui suis-je ? Que sais-je ? Qui je connais ? Que puis-je faire ? Interaction avec des parties prenantes Engagement effectual des parties prenantes (ou absence d’engagement) Moyens disponibles ici et maintenant Effets / champs d’actions possibles Processus effectual simplifié (adapté de Sarasvaty, 2008) Un problème initial dans un contexte donné FOCAL
  5. 5. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) DECOUVERTE DE FOCAL PAR L’EXEMPLE
  6. 6. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) L’ALGORITHME COGNITIF DE FOCAL PREMIÈRE ÉTAPE : SPÉCIFICATION DU CONTEXTE INITIAL Qui suis-je ? XEROX, division photocopieurs Que fais-je ? Fabrication et vente de photocopieurs = CONTEXTE DE NIVEAU 1
  7. 7. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) EXEMPLE : XEROX Contexte de niveau 1 : Fabrication et vente de photocopieurs Qui sont les parties prenantes clés (PP) ? • Clients B2B, distributeurs, concurrents Quels sont les problèmes ? • Les brevets expirent  plus de différenciation fondée sur les produits • Saturation des marchés  concurrence intense compressant les prix + besoin de développer le marché de remplacement (générant un manque de pertinence pour les clients, p.ex. en raison d’une incitation à pratiquer l’obsolescence programmée) • Coût des composants en hausse • Les clients veulent réduire les coûts Conséquences directes des problèmes et informations complémentaires détenues en lien avec ces conséquences ? • Rien à ajouter à ce stade Que puis-je faire pour résoudre les problèmes à ce niveau de contexte • Rien d’autre que les réponses classiques et peu satisfaisantes du type marketing ou pression sur les fournisseurs • Non durable et insatisfaisant Raison d’être du contexte 1 : Faire des copies de documents
  8. 8. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) REPRÉSENTATION VISUELLE DU CHANGEMENT DE CONTEXTE Contexte niveau 1 Fabrication et vente de photocopieurs Contexte de niveau 2 : Copie de documents
  9. 9. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) EXEMPLE : XEROX Contexte de niveau 2 : Copie de documents Qui sont les parties prenantes clés (PP) ? • Clients B2B, distributeurs, concurrents Quels sont les problèmes ? • Volonté du client de minimiser à la fois les coûts d’investissement et les coûts de fonctionnement (maintenance, consommables, …) Conséquences directes des problèmes et informations complémentaires détenues en lien avec ces conséquences ? • Les clients préfèrent toujours des coûts de fonctionnement aux coûts d’investissement • De nouvelles formes contractuelles permettent de transformer des coûts d’investissement en coût de fonctionnement (p.ex. le leasing) • Le leasing permet de conserver la propriété des machines • La rétention de la propriété permet d’implémenter une logique d’économie circulaire (elle-même fondée sur l’éco-conception) pour minimiser les coûts de production et par conséquent les frais de leasing Que puis-je faire pour résoudre les problèmes à ce niveau de contexte • Proposer un contrat de leasing permettant la rétention de la propriété et l’organisation d’un système d’économie circulaire, source d’économie en termes de coûts de production pour Xerox et donc une baisse du coût de fonctionnement pour les clients MAIS : l’incitation à vendre autant de contrats de leasing que possible demeure (tension avec la volonté de minimiser les coûts de fonctionnement pour le client) // consommables en dehors du périmètre d’actions Raison d’être du contexte 2 : Gérer des documents
  10. 10. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) REPRÉSENTATION VISUELLE DU CHANGEMENT DE CONTEXTE Contexte niveau 1 Fabrication et vente de photocopieurs Contexte de niveau 2 : Copie de documents Contexte de niveau 3 : Gestion documentaire
  11. 11. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) EXEMPLE : XEROX Contexte de niveau 3 : Gestion documentaire Qui sont les parties prenantes clés (PP) ? • Clients B2B, spécialistes de la dématérialisation, spécialistes en business re-engineering Quels sont les problèmes ? • Volonté de minimiser le coût de fonctionnement d’une solution de gestion documentaire Conséquences directes des problèmes et informations complémentaires détenues en lien avec ces conséquences ? • Minimiser des coûts de fonctionnement présuppose que ces coûts soient préalablement correctement identifiés et évalués • Cette identification met en évidence 1) que la gestion documentaire est liée aux comportements des individus et aux processus de l’entreprise et 2) que la gestion des documents physiques coûte plus cher que la gestion des documents dématérialisés dès que le volume devient important Que puis-je faire pour résoudre les problèmes à ce niveau de contexte Proposer une solution intégrée de gestion documentaire démarrant par un audit sur les coûts globaux liés à cette ligne de dépenses et fondée sur un mode de contractualisation garantissant des économies financières pour le client (facile à commercialiser) Solution satisfaisante au regard des problèmes de départ, fin du processus
  12. 12. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) PRESENTATION DE L’ALGORITHME COGNITIF DE FOCAL
  13. 13. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) L’ALGORITHME COGNITIF DE FOCAL PREMIÈRE ÉTAPE : SPÉCIFICATION DU CONTEXTE INITIAL Qui suis-je ? Que fais-je ? Qui satisfait le(s) besoin(s) des bénéficiaires ? Que fait-il ? CONTEXTE DE NIVEAU 1 =
  14. 14. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) L’ALGORITHME COGNITIF DE FOCAL Contexte de niveau 1 : l’espace du problème Qui sont les parties prenantes clés (PP) ? • Liste des parties prenantes opérant dans ce niveau de contexte Quels sont les problèmes ? • Formulation des problèmes liés à ce niveau de contexte. Ceux-ci s’expriment sous forme de faits établis. • Etape clé car les problèmes et les connaissances détenues sur ces problèmes guident la remontée vers des contextes de niveau supérieur. • Il faut se focaliser sur les problèmes prioritaires dans ce niveau de contexte et ne pas tomber dans le travers de la liste à la Prévert Conséquences directes des problèmes et informations complémentaires détenues en lien avec ces conséquences ? • Formalisation d’une conséquence directe d’un ou plusieurs problèmes énoncés • A partir de ces conséquences, il est possible de chaîner un raisonnement en intégrant des informations complémentaires à valeur ajoutée en rapport aux problèmes à résoudre. Que puis-je faire pour résoudre les problèmes à ce niveau de contexte • Au sein de l’espace du problème susmentionné, avons-nous des moyens d’action pour résoudre en tout ou en partie les problèmes rencontrés ? • Le cas échéant, ces moyens d’action sont-ils satisfaisants pour résoudre les problèmes ? Si oui, une solution satisfaisante a été trouvée. Si non, il faut poursuivre en modifiant l’espace du problème. Cela se fait via un questionnement sur une raison d’être du contexte actuel. • Si plusieurs raisons d’être coexistent, il faut choisir celle qui est la plus fortement corrélée avec les problèmes initiaux (voir ci-après) Raison d’être du contexte 1 = contexte de niveau 2
  15. 15. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) IDENTIFIER UNE RAISON D’ÊTRE • Les raisons d’être sont multiples. Elles peuvent aller d’une spécification très factuelle (ex. la raison d’être d’une machine à café est de produire une boisson chaude) à une spécification très conceptuelle (produire du plaisir, donner de l’énergie, permettre de voyager dans sa tête en fonction des origines du café, …) • Chaque raison d’être renvoie à un espace des possibles, plus ou moins large en fonction du niveau de spécification retenu (produire une boisson chaude permet de produire du thé, du chocolat chaud, des soupes, … // produire du plaisir peut s’atteindre par une infinité de moyens autres que le café, pouvant nous emmener très loin de l’univers initial) • En cas d’hésitation entre plusieurs raisons d’être possibles, la plus pertinente est celle qui est en lien le plus direct avec les problèmes initiaux du niveau 1. Dans ce cas, un couplage fort est toujours privilégié par rapport à un couplage faible entre raison d’être et problèmes initiaux.
  16. 16. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) L’ALGORITHME COGNITIF DE FOCAL Contexte de niveau 2 : nouvel espace du problème Qui sont les parties prenantes clés (PP) ? • Liste des nouvelles parties prenantes opérant dans ce nouveau niveau de contexte Quels sont les problèmes ? • Formulation des problèmes liés à ce nouveau niveau de contexte. Ceux-ci s’expriment sous forme de faits établis. Conséquences directes des problèmes et informations complémentaires détenues en lien avec ces conséquences ? • Formalisation d’une conséquence directe d’un ou plusieurs problèmes énoncés • A partir de ces conséquences, il est possible de chaîner un raisonnement en intégrant des informations complémentaires à valeur ajoutée en rapport aux problèmes à résoudre. Que puis-je faire pour résoudre les problèmes à ce niveau de contexte • Si OUI : stop, fin du processus • Si NON : sur la base des informations complémentaires identifiées : o soit on monte au niveau supérieur de contexte en interrogeant une des raisons d’être (cfr. ci-avant) o soit on spécifie un nouveau sous-ensemble du nouvel espace de problème Soit : Raison d’être du contexte 2 = contexte de niveau 3 Soit : Sous-ensemble du contexte 2 = contexte de niveau 1.2
  17. 17. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) Contexte de niveau 1.2.1. REPRÉSENTATION VISUELLE DU CHANGEMENT DE CONTEXTE Contexte de niveau 2 Contexte de niveau 1.2 Contexte initial de niveau 1 (devient le contexte 1.1) Remontée 1 (raison d’être) Redescente 1 (un sous-ensemble du contexte 2 Redescente 2 (un sous-ensemble du contexte 1.2
  18. 18. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) CAS PARTICULIER • Dans certains cas, la spécification d’un sous-ensemble peut conduire à repositionner le sous-ensemble ainsi défini comme englobant l’ensemble initial. Cela traduit dans ce cas le choix d’une raison d’être du contexte initial trop générique • Exemple • Contexte de niveau 1 : machine à café • Une raison d’être : contribuer au plaisir • Contexte de niveau 2 : contribution au plaisir • Le travail d’analyse fait ressurgir un besoin de spécification sur le niveau de contexte « partage d’un moment convivial autour d’un café », qui est bien un sous-ensemble du contexte 2 • Allons voir la représentation visuelle…
  19. 19. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) REPRÉSENTATION VISUELLE DU CHANGEMENT DE CONTEXTE Contexte 1.1 Machine à café Contexte 2 : contribution au plaisir Contexte 1.2 partage d’un moment convivial autour d’un café FAUX Contexte 1 Machine à café Contexte 3 : contribution au plaisir Contexte 2 partage d’un moment convivial autour d’un café VRAI Car la machine à café est une occurrence du contexte « partage d’un moment convivial autour d’un café »
  20. 20. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) CE CAS PARTICULIER NOUS APPREND… • Que vos problèmes sont sans doute trop diffus et insuffisamment focalisés sur les problèmes prioritaires à résoudre • En identifiant ces problèmes prioritaires, il devrait apparaitre que le contexte « contribution au plaisir » est insuffisamment corrélé à cette liste restreinte de problèmes
  21. 21. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) MISE EN GARDE • FOCAL requiert un bon niveau de connaissance de la situation analysée (Qui suis-je ? Que sais-je ? Qui je connais ?) • FOCAL nécessite d’être utilisé au moins à deux personnes pour partager des représentations. En effet, chaque carte cognitive¹ est une représentation du réel qui a vocation à être discutée avec d’autres personnes, notamment pour affiner la sémantique des termes utilisés. Il n’est pas facile, ni efficace, de l’utiliser sans interagir avec d’autres personnes. ¹ carte cognitive du type carte de catégories
  22. 22. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) EXEMPLE ADDITIONNEL – L’ENERGIE ACCESSIBLE POUR LES PERSONNES EN SITUATION PRECAIRE
  23. 23. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) PREMIÈRE ÉTAPE : SPÉCIFICATION DU CONTEXTE INITIAL Qui suis-je ? Un citoyen désireux de trouver une solution innovante pour fournir une énergie bon marché à des personnes précaires Qui satisfait le(s) besoin(s) des bénéficiaires ? Les distributeurs d’énergie Que fait-il ? De la distribution d’énergie CONTEXTE DE NIVEAU 1 =
  24. 24. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) CONTEXTE DE NIVEAU 1 Contexte de niveau 1 : Distribution d’énergie Qui sont les parties prenantes clés (PP) ? • Les distributeurs d’énergie, les opérateurs de réseau, les clients B2B et B2C Quels sont les problèmes ? • Le prix de l’énergie augmente (+30% d’augmentation prévue selon la CRE dans les 3 ans à venir) • Le nombre de personnes en situation de précarité énergétique augmente Conséquences directes des problèmes et informations complémentaires détenues en lien avec ces conséquences ? • Echapper à l’énergie fossile (dont la pression des coûts des combustibles crée la volatilité des prix) • Les énergies renouvelables sont peu ou pas dépendantes du coût et de la disponibilité des combustibles • Produire sa propre énergie renouvelable peut aider à réduire le coût de l’énergie sur le long terme Que puis-je faire pour résoudre les problèmes à ce niveau de contexte • Organiser un groupement collectif pour négocier les prix à la baisse  marge limitée et instable Raison d’être du contexte 1 : alimenter les équipements en énergie
  25. 25. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) REPRÉSENTATION VISUELLE DU CHANGEMENT DE CONTEXTE Contexte niveau 1 Distribution d’énergie Contexte de niveau 2 : Alimentation des équipements en énergie Conséquences directes des problèmes et informations complémentaires détenues en lien avec ces conséquences ? • Echapper à l’énergie fossile (dont la pression des coûts des combustibles crée la volatilité des prix) • Les énergies renouvelables sont peu ou pas dépendantes du coût et de la disponibilité des combustibles • Produire sa propre énergie renouvelable peut aider à réduire le coût de l’énergie sur le long terme Les informations complémentaires nous permettent de voir qu’au sein de l’espace « alimentation des équipements en énergie », une composante clé est la production d’énergie. Au sein de ce sous-espace, la production peut s’opérer via les énergies fossiles ou via les énergies renouvelables. Voulant se soustraire du fossile, nous pouvons en déduire que le sous-espace pertinent est celui de la production d’énergie renouvelable.
  26. 26. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) 1.2.1. Production d’énergie renouvelable REPRÉSENTATION VISUELLE DU CHANGEMENT DE CONTEXTE Contexte de niveau 2 : Alimentation des équipements en énergie 1.2. Production d’énergie 1.1. Distribution d’énergie
  27. 27. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) CONTEXTE DE NIVEAU 1.2.1 Contexte de niveau 1.2.1 : Production d’énergie renouvelable Qui sont les parties prenantes clés (PP) ? • Les producteurs d’équipements d’énergie renouvelables, les producteurs d’énergie, les financeurs, les installateurs, les guichets énergie Quels sont les problèmes ? • Le prix des équipements de production d’énergie renouvelable est inaccessibles pour les personnes en situation de précarité (impossibilité p.ex. de financer un parc de panneau solaire) Conséquences directes des problèmes et informations complémentaires détenues en lien avec ces conséquences ? • Il faut faire baisser le prix de ces équipements • Le mouvement « Do it yourself » (DIY) a publié des plans, des schémas et des vidéos pour produire des panneaux solaires ou des éoliennes à un coût très bas comparativement à de l’équipement professionnel (p.ex. moins de 50 EUR pour un panneau solaire) Que puis-je faire pour résoudre les problèmes à ce niveau de contexte • Trouver des méthodes de financement innovantes (très complexe compte tenu de la faible solvabilité des personnes précaires) Solution non satisfaisante Occurrence du contexte 1.2.1. : Production d’énergie renouvelable en DIY
  28. 28. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) 1.2.1. Production d’énergie renouvelable REPRÉSENTATION VISUELLE DU CHANGEMENT DE CONTEXTE Contexte de niveau 2 : Alimentation des équipements en énergie 1.2. Production d’énergie 1.1. Distribution d’énergie 1.2.1.1. Production d’énergie renouvelable en DIY
  29. 29. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) CONTEXTE DE NIVEAU 1.2.1.1 Contexte de niveau 1.2.1.1 : Production d’énergie renouvelable en DIY Qui sont les parties prenantes clés (PP) ? • Les communautés DIY, les retraités professionnels motivés pour aider des jeunes à développer leurs compétences, jeunes sans emploi désireux d’acquérir des compétences, déchetteries municipales Quels sont les problèmes ? • Besoin de trouver des matières premières, de la force de travail, des compétences et des machines pour fabriquer les équipements de production d’énergie renouvelable Conséquences directes des problèmes et informations complémentaires détenues en lien avec ces conséquences ? • Les déchetteries municipales sont remplies de déchets pouvant être reconvertis en matières premières productives • Des jeunes sans emploi peuvent être motivés à l’idée de participer à un projet leur donnant un rôle et des compétences • Des retraités peuvent être motivés pour coacher ces jeunes • Les FabLab peuvent fournir, en tout cas initialement, les machines nécessaires à la fabrication des équipements Que puis-je faire pour résoudre les problèmes à ce niveau de contexte • Monter une communauté de personnes qui vont transformer les ressources disponibles dans les déchetteries municipales en équipements de production d’énergie renouvelable DIY et les installer chez les personnes précaires • Lancer une opération de crowdfunding pour démarrer le projet • Se faire payer sur les économies réalisées par les foyers précaires lors de la mise en place de l’équipement (logique du tiers-investisseur) Solution satisfaisante au regard des problèmes de départ, fin du processus
  30. 30. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) EXEMPLE ADDITIONNEL – LA VENTE DE PESTICIDES
  31. 31. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) L’ALGORITHME COGNITIF DE FOCAL PREMIÈRE ÉTAPE : SPÉCIFICATION DU CONTEXTE INITIAL Qui suis-je ? Une société de production et de vente de pesticides Que fais-je ? Fabrication et vente de produits phytosanitaires = CONTEXTE DE NIVEAU 1
  32. 32. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) CONTEXTE DE NIVEAU 1 Contexte de niveau 1 : Fabrication et vente de produits phytosanitaires Qui sont les parties prenantes clés (PP) ? • Agriculteurs, concurrents, régulateurs (traduisant les attentes de la société civile), ONG et associations environnementales, presse, centres de recherche, fabricants et vendeurs de matériels d’épandage de pesticides Quels sont les problèmes ? • Les pesticides génèrent des externalités négatives importantes pour la santé des sols et des personnes  la régulation se durcit, les professionnels et les opinions publiques sont sensibilisés • Les revenus du fabricants de pesticides sont directement liés à la quantité de pesticides pulvérisés dans les champs  tension avec la règlementation visant à réduire la quantité de produits phytosanitaires et à promouvoir une agriculture plus durable • L’équipement est coûteux pour les agriculteurs, leurs coûts fixes explosent et les fragilisent  besoin de contrôle des coûts Conséquences directes des problèmes et informations complémentaires détenues en lien avec ces conséquences ? • Nécessité de se dégager de la nature volumique du modèle économique des fabricants Que puis-je faire pour résoudre les problèmes à ce niveau de contexte • Encourager l’agriculture raisonnée ou bio est impossible en raison de la nature volumique du modèle économique directement dépendant des quantités épandues Raison d’être du contexte 1 : protéger les cultures
  33. 33. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) REPRÉSENTATION VISUELLE DU CHANGEMENT DE CONTEXTE Contexte niveau 1 Fabrication et vente de produits phytosanitaires Contexte de niveau 2 : Protection des cultures
  34. 34. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) CONTEXTE DE NIVEAU 2 Contexte de niveau 2 : Protection des cultures Qui sont les parties prenantes clés (PP) ? • Agriculteurs, concurrents directs, concurrence de substitution (insecte, protection physique, …), régulateurs (traduisant les attentes de la société civile), ONG et associations environnementales, presse, centres de recherche, fabricants et vendeurs de matériels d’épandage de pesticides Quels sont les problèmes ? • Les agriculteurs veulent minimiser à la fois les coûts de protection et les risques de parasitage (toute destruction des cultures engendre une baisse des revenus) Conséquences directes des problèmes et informations complémentaires détenues en lien avec ces conséquences ? • Les pesticides ne sont pas l’unique solution de protection des cultures (piégeage sexuel, introduction de prédateurs des parasites, protection physique, …) • Etre coincé dans un modèle économique volumique n’incite pas au passage d’une technologie à une autre • Une innovation contractuelle peut permettre au fabricant de pesticide de se dégager des contraintes volumiques Que puis-je faire pour résoudre les problèmes à ce niveau de contexte Proposer une solution intégrée de protection des cultures facturée à l’hectare protégé ou sur la base d’un objectif de taux de perte acceptable (avec un système de bonus-malus)  L’usage de pesticide devient un coût qui doit être minimisé  Toute alternative moins coûteuse est intéressante (p.ex. service écologique gratuit) et est supportée par une nouvelle stratégie R&D Solution satisfaisante au regard des problèmes de départ, fin du processus
  35. 35. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) EXEMPLE ADDITIONNEL – EQUIPEMENT AUDIOVISUEL DES ECOLES
  36. 36. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) L’ALGORITHME COGNITIF DE FOCAL PREMIÈRE ÉTAPE : SPÉCIFICATION DU CONTEXTE INITIAL Qui suis-je ? Une entreprise qui vend, installe et maintient des équipements audiovisuels pour les écoles Que fais-je ? Vente, installation et maintenance d’équipements audiovisuels pour usage pédagogique = CONTEXTE DE NIVEAU 1
  37. 37. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) CONTEXTE DE NIVEAU 1 Contexte de niveau 1 : Vente, installation et maintenance d’équipements audiovisuels pour usage pédagogique Qui sont les parties prenantes clés (PP) ? • Ecoles (essentiellement le service achat), fabricants d’équipements, autres professions (p.ex. électriciens) Quels sont les problèmes ? • Le prix des équipements diminue (a été divisé par 3 en 3 ans)  le chiffre d’affaires et les marges déclinent • Une concurrence intense a été renforcée du fait de professions proposant des équipements qui sont entrées dans le marché • Pas de différenciation autour de produits tous fabriqués en Asie • Impossibilité de transformer en valeur monétaire le service délivré (conseils à l’utilisation et études techniques, …) • Pas d’encouragement à maximiser la durée de vie des produits Conséquences directes des problèmes et informations complémentaires détenues en lien avec ces conséquences ? • Le maintien d’un modèle économique viable et durable est compromis Que puis-je faire pour résoudre les problèmes à ce niveau de contexte • Rien Raison d’être du contexte 1 : Favoriser de bonnes pratiques d’enseignement
  38. 38. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) REPRÉSENTATION VISUELLE DU CHANGEMENT DE CONTEXTE Contexte niveau 1 Vente, installation et maintenance d’équipement audiovisuel pour usage pédagogique Contexte de niveau 2 : Développement de bonnes pratiques d’enseignement
  39. 39. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) CONTEXTE DE NIVEAU 2 Contexte de niveau 2 : développement de bonnes pratiques d’enseignement Qui sont les parties prenantes clés (PP) ? • Ecoles (services achats, professeurs, étudiants), fabricants d’équipements, spécialistes en sciences de l’éducation et en techniques d’animation Quels sont les problèmes ? • La mise à disposition d’un équipement, aussi performant soit-il, ne garantit pas son appropriation par l’enseignant. En l’absence d’appropriation, aucun impact sur la qualité de la pédagogie et en corolaire considération par l’établissement d’un investissement sans valeur ajoutée avérée et évaluée Conséquences directes des problèmes et informations complémentaires détenues en lien avec ces conséquences ? • Il faut accompagner les professeurs dans leur bonne appropriation du matériel et pouvoir évaluer de cet accompagnement l’impact sur la qualité de la pédagogie • La seule appropriation de l’équipement ne suffit pas. Les professeurs doivent plus fondamentalement développer de nouvelles approches pédagogiques. • De nouveaux partenariats autour de l’excellence pédagogique et dans la mise en place de communautés de pratiques entre enseignants seraient profitables à tous Que puis-je faire pour résoudre les problèmes à ce niveau de contexte Proposer une offre intégrée incluant l’accompagnement, la promotion et l’évaluation de l’excellence pédagogique grâce à l’innovation technologique et pédagogique  L’équipement n’est plus le cœur de la proposition de valeur  Une forte coopération avec des écoles ainsi qu’avec des partenaires externes peut être profitable Solution satisfaisante au regard des problèmes de départ, fin du processus
  40. 40. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) EXEMPLE ADDITIONNEL– RECHERCHE D’ACTIVITES ATTRACTIVES DANS LE GRAND NORD
  41. 41. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) L’ALGORITHME COGNITIF DE FOCAL PREMIÈRE ÉTAPE : SPÉCIFICATION DU CONTEXTE INITIAL Qui suis-je ? Un entrepreneur passionné d’art et du grand nord qui a relié ses deux passions en développant des activités d’exposition extérieure de sculptures sur glace Que fais-je ? Exposition extérieure de pièces artistiques sculptées dans la glace = CONTEXTE DE NIVEAU 1
  42. 42. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) CONTEXTE DE NIVEAU 1 Contexte de niveau 1 : Exposition extérieure de pièces artistiques sculptées dans la glace Qui sont les parties prenantes clés (PP) ? • Artistes, médias, amoureux de l’art Quels sont les problèmes ? • Etant donné le réchauffement climatique, il peut pleuvoir dans le grand nord même en hiver. Cette fâcheuse expérience a été celle de l’entrepreneur à l’occasion d’une exposition, qui a détruit l’ensemble des œuvres Conséquences directes des problèmes et informations complémentaires détenues en lien avec ces conséquences ? • Multiplier les expositions à l’extérieur n’est pas une solution pérenne puisque toutes les œuvres d’art ont été entièrement détruites par la pluie peu avant l’ouverture de l’exposition. • Une exposition de pièces artistiques sculptées dans la glace peut être envisagée dans un espace couvert Que puis-je faire pour résoudre les problèmes à ce niveau de contexte • Rien Raison d’être du contexte 1 : présenter des pièces artistiques sculptées dans la glace au public dans le grand nord
  43. 43. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) REPRÉSENTATION VISUELLE DU CHANGEMENT DE CONTEXTE Contexte niveau 1 Exposition extérieure de pièces artistiques sculptées dans la glace Contexte de niveau 2 : Présentation de pièces artistiques sculptées dans la glace au public dans le grand nord
  44. 44. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) CONTEXTE DE NIVEAU 2 Contexte de niveau 2 : présentation de pièces artistiques sculptées dans la glace au public dans le grand nord Qui sont les parties prenantes clés (PP) ? • Artistes, médias, amoureux de l’art, loueur de salles ou chapiteaux , équipementiers de production de froid Quels sont les problèmes ? • La location d’un espace couvert et de sa climatisation renchérit le coût, pouvant aller jusqu’à remettre en cause la tenue de l’évènement Conséquences directes des problèmes et informations complémentaires détenues en lien avec ces conséquences ? • Louer un espace climatisé n’apparait pas être une solution viable • Il existe des solutions de froid naturel (p.ex. l’igloo) Que puis-je faire pour résoudre les problèmes à ce niveau de contexte • Construire un igloo géant pour accueillir les œuvres MAIS le coût de construction est difficilement recouvrable par la seule activité d’exposition Raison d’être du contexte 2 : proposer une expérience dans un environnement de froid extrême
  45. 45. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) REPRÉSENTATION VISUELLE DU CHANGEMENT DE CONTEXTE Contexte niveau 1 Exposition extérieure de pièces artistiques sculptées dans la glace Contexte de niveau 2 : Présentation de pièces artistiques sculptées dans la glace au public dans le grand nord Contexte de niveau 3: Proposition d’une expérience dans un environnement de froid extrême
  46. 46. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) CONTEXTE DE NIVEAU 3 Contexte de niveau 3 : proposition d’une expérience dans un environnement de froid extrême Qui sont les parties prenantes clés (PP) ? • Artistes, médias, amoureux de l’art, fabricants d’igloos, organisateurs d’évènements, solutions d’hébergement et de restauration, … Quels sont les problèmes ? • Une expérience fondée exclusivement sur la présentation de pièces artistiques construites dans la glace est insuffisante pour rentabiliser la construction d’un igloo de grande dimension (niche trop étroite) Conséquences directes des problèmes et informations complémentaires détenues en lien avec ces conséquences ? • Une diversification peut s’opérer pour enrichir l’offre expérientielle • Elle doit permettre de sortir d’une niche pour toucher un public beaucoup plus vaste Que puis-je faire pour résoudre les problèmes à ce niveau de contexte • Construire un hôtel de glace accueillant notamment des pièces artistiques construites dans la glace, mais offrant aussi un ensemble de prestations hôtelières et gastronomiques élargies (ice bar, ice restaurant, …) Solution satisfaisante au regard des problèmes de départ, fin du processus
  47. 47. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) BIBLIOGRAPHIE • Sarasvathy S.D. (2001), “Causation and Effectuation: Toward a theoretical shift from economic inevitability to entrepreneurial contingency”, Academy of Management Review, Vol. 26, N° 2, P. 243-288. • Sarasvathy, S.D., Simon, H. A. (2000), “Effectuation, near-decomposability, and the creation and growth of entrepreneurial firms”, First Annual Research Policy Technology Entrepreneurship Conference, University of Maryland. • Simon, H. A. 1996. The architecture of complexity. Sciences of the Artificial, 3rd Edition, Cambridge, MIT Press. • Weick, K.E. (1995), Sensemaking in organizations, Thousands Oaks, London: Sage Publications.
  48. 48. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) LECTURES ADDITIONNELLES RECOMMANDEES • Silberzahn P. (2014), Effectuation : Les principes de l’entrepreneuriat pour tous, Pearson Edition. • Vian D. (2013), ISMA360, la boussole de l’entrepreneur innovateur, de boeck Edition • Julien F. (2005), Conférence sur l’efficacité, Presses Universitaires de France
  49. 49. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) OUTIL PROPOSÉ PAR INNOVATEUR T INNOVATEUR T contribue à la transition des institutions et des entreprises vers des modèles agiles, durables, innovants et créatifs. Sa mission est de de former toute personne ayant une vocation à transformer l’environnement dans lequel elle évolue, pour qu’elle devienne capable de porter cette transformation dans un monde complexe et incertain. Pour plus d’information : www.innovateur-t.com
  50. 50. Dominique Vian - Christophe Sempels (V2) Cette licence permet de remixer, arranger, et adapter notre œuvre, même à des fins commerciales, tant que l’on nous accorde le mérite en citant nos noms et que l’on diffuse les nouvelles créations selon des conditions identiques. Cette licence est souvent comparée aux licences de logiciels libres, “open source” ou “copyleft”. Toutes les nouvelles œuvres basées sur les nôtres auront la même licence, et toute œuvre dérivée pourra être utilisée même à des fins commerciales. LICENCE D’UTILISATION

×