Pratiques numériques des cardiologues

649 vues

Publié le

Le CESSIM a confié à Ipsos la réalisation de son baromètre digital auprès des professionnels de santé. L’étude a été réalisée de mars à juillet 2014 auprès des pharmaciens, des médecins généralistes, des cancérologues/oncologues, des cardiologues, des diabétologues /endocrinologues, des ophtalmologues et des pneumologues. Retrouvez tous les mois des informations sur l’étude, notamment sur chacune des spécialités.

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
649
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
217
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Pratiques numériques des cardiologues

  1. 1. 55% Cabinet individuel 49% Cabinet de groupe 51% 77% Hommes 23% Femmes CARDIOLOGUES Consultations en moyenne par semaine 67,6 51 ANS 47% ONT TÉLÉCHARGÉ UNE APPLICATION SUR SA TABLETTE OU SON SMARTPHONE LES PROFESSIONNELS DE SANTEÀ L’ È R E D U D I G I TA L Consommation média et pratiques numériques Terrain du 6 mars au 13 juillet 2014. 1 796 répondants au questionnaire sur les pratiques numériques. Recueil mixte téléphone + online Méthodologie Irène AIM 18 Rue PASQUIER, 75008, PARIS 01 45 01 21 37 - cessim@wanadoo.fr Conception graphique © Edouard Artus www.apoka.com Contact Obtenir des informations sur des pathologies1 2 3 S’informer sur les recommandations officielles Se tenir au courant de l’actualité médicale MOTIFS DE CONSULTATION SE CONNECTENT AU MOINS 1 FOIS PAR JOUR 64% POSSESSION SMARTPHONE 75% UTILISATION DE LEUR TABLETTE À TITRE PROFESSIONNEL 33% La presse médicale1 2 3 3 Les sites internet Les échanges avec leurs confrères Les colloques, les congrès TOP MOYENS D’INFORMATION ILS UTILISENT RÉGULIÈREMENT e-conférences, e-congrès  66% 40% INTÉRÊT POUR LES MÉDIAS ALTERNATIFS INFORMATION 33% Se sentent très bien informés sur leur spécialité Se sentent bien informés sur la recherche médicale web tv

×