Tgl3 bibliophiles

157 vues

Publié le

Artwork Feature, "Bibliophiles," The Good Life Magazine, France 2012

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
157
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Tgl3 bibliophiles

  1. 1. 03 BUSINESS | CULTURE | DESIGN | ARCHITECTURE | MODE | VOYAGES | LIFESTYLE | N° 3 MAI / JUIN 2012 | 5 € | www.thegoodlife.fr Le premier magazine masculin hybride : news & lifestyle NOUVEAU 300 PAGES À 360° POUR TOUT SAVOIR Good brains. DE CE QU’IL SE PASSE SUR LA PLANÈTE CEUX QUI FONT AVANCER. 5€ LE MONDE. Good factory. VISITE CHEZ LEICA. Good trips. L’INCROYABLE ÉNERGIE. DE SÉOUL. Good look. 32 PAGES MODE / DÉCO. Good toys. ESSAI DU VANDUTCH 40’. LE NOUVEAU RIVA ?. Good vibrations. MUSIQUE / PHOTO. ART CONTEMPORAIN. 3:HIKLRH=UUZUUY:?a@k@a@n@a; The Good Life a reçu le Prix de l’InnovationM 01770 - 3 - F: 5,00 E - RD Rend addict
  2. 2. GOOD VIBRATIONS GOOD ARTBIBLIOPHILES de l’artà l’ouvrageLes livres en papier, distancéspar l’e-book, sont-ils fatalementappelés à disparaître ?Confrontés à l’ère des tablettesnumériques et de la froideurplastique, un certainnombre d’artistes se posentmanifestement la question.En le transformant en œuvred’art, ils ont d’ores et déjàtrouvé de nouvelles utilitésà l’ancestral codex. 1Par Natacha Wolinski Les livres ne sont plus à lire mais à voir, peut-être impossible, un jour prochain, de ils deviennent des objets à caractère poé- planer à l’encre noire et au papier pur chif- tique, pratique, ludique ou subversif, que fon. Autrement dit, Rachael Morrison n’a les artistes reniflent, soupèsent, empilent, pas seulement un nez, elle a aussi du flair. découpent et manipulent. Détachés de Brian Dettmer est l’un des book-sculptors leur signifiant premier mais acquérant, au les plus cotés du moment. Au risque de gré des interventions, d’autres usages et provoquer quelques infarctus parmi les d’autres vertus, nos polars et nos dicos, bibliophiles, cet artiste d’Atlanta a entre- nos Poche et nos livres reliés, autrefois pris, depuis près de dix ans, d’autopsier sagement alignés dans nos bibliothèques, les ouvrages de sa bibliothèque. Le mot font désormais l’objet d’improbables n’est pas trop fort, puisque Dettmer, armé sculptures, d’invraisemblables installa- de pinces et de ciseaux de chirurgie, fore tions. L’artiste Rachael Morrison a littéralement les entrailles de diction- entrepris depuis trois ans de renifler tous naires et d’encyclopédies qu’il choisit les livres de la bibliothèque du MoMA, à pour leur épaisseur. Il crée ainsi des pics et New York. Elle consigne dans un cahier la des vallées de papier, fait apparaître des fragrance de chaque ouvrage. Notes her- sculptures labyrinthiques habilement bacées, acides ou vanillées, rien n’échappe creusées dans la pulpe même des à son investigation olfactive. La perfor- ouvrages. Avec ce travail de sape, qui mance de Rachael Morrison peut faire évoque un processus d’érosion, Brian sourire ; elle incite aussi à réfléchir. A Dettmer met brutalement au jour la 2 l’heure où plus de 20 millions de per- menace qui pèse sur les livres. « Mutiler sonnes aux Etats-Unis se sont déjà un livre est un acte violent, reconnaît-il. converties à l’e-book, cette jeune artiste Mais je compense cet acte en essayant de 1. ET 2. WAGNALIS WHEEL, américaine subodore qu’il deviendra révéler et d’amplifier le contenu qu’avait le ENCYCLOPÉDIES MUTILÉES, 2010 ; WORLD GUIDE, LIVRE MUTILÉ, 2005, BRIAN DETTMER. 3. I FOUND BUDDHA NATURE, JACQUELINE RUSH LEE, 2010. 3260
  3. 3. GOOD VIBRATIONS GOOD ART 4 5PHOTOS : BRIAN DETTMER / TOOMEY TOURELL FINE ART / PACKER SCHOPF – JACQUELINE RUSH – MATEJ KRÉN – RACHAEL MORRISON – DOYLE PARTNERS, NEW YORK 6 7 8 livre avant que je l’entaille. Par exemple, encres qui saignent des bords du livre. Elles 4. BOOK CELL, MATEJ KRÉN, 2006. quand je m’empare d’un livre d’anatomie, je suggèrent une forme de blessure. Je peux 5. ANTHOLOGIA, JACQUELINE RUSH LEE, pense à cet ouvrage comme à un corps et à aussi utiliser l’eau pour que les pages se 2008. mon intervention comme à une dissection. déforment. Une fois séchés, les livres pren- 6. ET 7. LOST AND FOUND, Quand je m’attaque à un livre scientifique nent des formes pétrifiées, comme nées d’une THE WORK OF BERN PORTER ou anthropologique, j’opère plutôt en exca- catastrophe naturelle. » Jacqueline Rush AT THE MOMA LIBRARY ET F.ART vateur. Le contenu même du livre va donc Lee agresse les livres dans un premier MAGAZINE N° 1, AUTOMNE 2010, être partie prenante du processus créatif. » temps ; elle les répare ensuite. Elle par- RACHAEL MORRISON. vient ainsi, par attentats successifs, à leur 8. LE MUSEUM OF OLD AND NEW ART, Des ouvrages cuits au four donner une seconde vie. De fait, plus rien (MONA) À HOBART, EN TASMANIE. Le livre se meurt ; achevons-le une bonne ne paraît pouvoir détruire ses étranges 9. GENIUSES, STEPHEN DOYLE. fois pour toutes et voyons ce qu’il a dans ouvrages rescapés du feu ou de la noyade. le ventre. Le credo de Brian Dettmer Avec leurs formes de cristaux, de crêtes pourrait bien s’appliquer également à Jac- neigeuses ou de rondins de bois, ses livres queline Rush Lee. Cette artiste irlandaise fossiles semblent tout droit sortis de n’y va pas non plus de main morte avec temps immémoriaux peuplés de mythes nos codex sept fois centenaires. Rush Lee, et de légendes. Ce qui fait dire à l’artiste : qui a une formation de céramiste, a eu un « En proposant de nouvelles formes, je crée jour l’idée absurde de passer un livre au de nouveaux récits. » four. Elle a stoppé la cuisson avant que Jacqueline Rush Lee parvient à la féerie l’ouvrage ne soit réduit à l’état de cen- par le biais du saccage. L’Américain Ste- dres : «J’ai récupéré un objet fragile mais phen Doyle fait preuve de plus de tact. Il stabilisé, qui ressemblait à un pâle fantôme opère en finesse. Des pages de ses livres de lui-même. » Cet autodafé partiel l’a surgissent des sculptures de papier qui ont menée à d’autres interventions tout aussi la légèreté du rêve. Dettmer creuse les radicales. Comme immerger les livres livres, Rush Lee les pétrifie ; Doyle, lui, les avant de les rôtir : « Quand je mouille des anime, à la manière des créateurs de livres livres aux tranches rosées, je suis toujours animés pour enfants. « J’ai réalisé ma pre- frappée par la poétique qui se dégage des mière sculpture de papier en 2001, à partir M 9 261
  4. 4. GOOD VIBRATIONS GOOD ART du livre La Maison du professeur, de WillaM Cather, raconte-t-il. J’ai pris chaque page, découpé chaque ligne, puis collé chaque ligne avec la suivante de façon à obtenir une sculpture cubique qui ressemblait à une mai- son. » Stephen Doyle s’est fait connaître avec la métamorphose d’un autre ouvrage fameux, L’Art de la guerre. Des pages de Machiavel, il a fait jaillir un char. « J’ai pris comme modèle un MI-A1. C’est celui qui a été employé pour envahir l’Irak. » Chacune de ses œuvres est donc le reflet fidèle de sa lecture. Mieux encore, un reflet en 3D qui témoigne pour lui de questions obses- sionnelles. « Et si les mots avaient une forme 1 physique ? Et si le langage pouvait projeter des ombres ? » Ces questions semblent de la dictature, un énorme Parthénon de d’autant plus pertinentes que la conver- 30 000 livres interdits pour marquer sion instantanée du texte en image l’avènement de la démocratie et la fin de semblait jusque-là l’apanage du monde la censure dans son pays. Cette fois-ci, en numérique. Doyle démontre le contraire demandant à une cinquantaine d’ambas- avec humour. Avec un peu de colle et sades de fournir des ouvrages, elle a voulu beaucoup d’habileté, il parvient à lier des « rassembler les pays et les hommes », phrases et créer des fantasmagories en comme elle l’explique elle-même : « Les volume comme le fait l’ordinateur, qui livres des deux premiers étages ont été dis- permet de surfer d’un lien à l’autre et de tribués aux gens. Les autres ont été donnés à faire surgir en un clic une image corrélée la bibliothèque Babel de Buenos Aires, qui au texte. « Avec mes sculptures livresques, je est devenue ainsi la première bibliothèque me moque de l’hypertexte. Un peu de brico- multilangues de la capitale. » lage artisanal, et moi aussi, je crée de Cette entreprise œcuménique et positi- nouveaux liens et je génère des images. » viste contraste avec l’œuvre tout en retrait 2 du Mexicain Marco Rountree qui, lui, Une tour de Babel de 30 000 livres replie les pages des livres, rendant ainsi Stephen Doyle n’est pas le seul à lancer leur lecture impossible. Ces ouvrages, clos des défis de papier. L’Allemande Anouk sur eux-mêmes comme des papillotes, Kruithof construit des murs avec les livres rendent compte, avec une judicieuse éco- et l’Espagnole Alicia Martín, des maisons, nomie de moyens, des conditions du histoire de signifier que le livre est le der- savoir au Mexique, où le taux de lecture nier rempart contre la barbarie. Quant à de la population est très bas. Mais au jeu l’artiste slovaque Matej Krén, il a créé, il du livre illisible, l’artiste cubain Alfredo y a deux ans, au musée d’Art moderne de Prieto remporte à l’évidence le dernier Bologne, une gigantesque tour composée mot. Au Museum of Old and New Art PHOTOS : DOYLE PARTNERTS, NEW YORK – ANOUK KRUITHOF de 90 000 livres, qu’il a baptisée Scanner. (MONA), qui a ouvert en janvier 2011 L’installation équipée de miroirs qui réflé- en Tasmanie, Alfredo Prieto a conçu une chissaient les livres à l’infini provoquait, vaste bibliothèque de 6 000 livres. Rien parmi les visiteurs, un vertige proprement de notable a priori, si ce n’est que les borgésien. Par ce jeu de miroirs, l’artiste pages de tous les ouvrages sont vierges prétendait atteindre à une démultiplica- d’écriture. Il revient à chacun d’entre tion des possibles, cette bibliothèque nous de les remplir. Alfredo Prieto a tout infinie pouvant, à sa façon, rivaliser avec compris. Les livres ne sont pas des signes l’infini du savoir numérique. L’an dernier, 3 qui courent sur l’écran de l’ordinateur. dans le cadre du Salon du livre de Buenos Les livres ne sont pas davantage des Aires, l’Argentine Marta Minujín a créé 1. ET 2. MACHIAVELLI objets qui meurent dans nos biblio- elle aussi une tour de Babel éphémère de ET UNIVERSITY, STEPHEN DOYLE. thèques. Matériels ou immatériels, les 30 000 livres, haute de 25 mètres. Cette 3. THE DAILY EXHAUST, livres sont vivants, ils se déforment et se artiste avait déjà bâti, en 1983, au sortir ANOUK KRUITHOF, 2012. reforment dans nos têtes. I 262

×