Violences à l'école

1 129 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 129
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
377
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • En EPS  1 bagarre par trimestre toutes classes confondues
    Bilan
  • Pourquoi ce thème :
    • Élèves lycéens : âge où élèves sont en proie aux essais autour de ces stupéfiants.


    Bilan questionnaire :
    Établissement met en place des actions via CESC et infirmière, parfois par acteurs externes (police, etc.). Actions différentes selon niveau (Tle : 1er secours). Actions à titre prévention et information.
    Rôle infirmière : centralisation des choses = discussion avec les concernés, mais préviens personne pour pas aggraver cas. Met en lien avec structure externe quand nécessaire.
    Mais plus important = action au cas par cas : CPE, proviseur quand nécessaire, professeurs. Car professeurs confrontés cas :
     Élève sage en natation : arrive pas à parler…
    - Appel CPE : ramené à infirmerie (vomi dans les marche complexe…)
    - Appel parents. + direction prévenue.
    - Discussion pour comprendre : cours annulé, élèves sont allés boire rapidement (pas séquelles début cours mais fin oui…). Élève concerné adopté par famille et jugé fautif selon sa famille d’adoption récent départ sœur…
    - Pas sanction jugée nécessaire (Jérome et CPE d’accord sur ce point => idée de ne pas sanctionner plus les élèves qui se sanctionnent seuls).
    Sanctions difficile cas fumette car peuvent toujours dire que non :
    Intervention en équipe si périssable pour scolarité élève (infirmière, administration et autre enseignants).
    CPE : difficulté pour parents accepté état enfant parfois… Action parents déterminante !
    Élèves : Alcool en soirée, parfois fumette / Établissement avec beaucoup fumette : phénomène répendu dans établissement mais pas majoritaire / Élève interrogé jamais en cours sous effets… Mais connaissent collègues : raisons ? Invoquent addiction, influence pairs, pour faire rire copains,
  • Comment remédier à ces violences ?
    Exemples.

    Qu’en pense les acteurs ?
    - EPS = lieu clé : Si plus temps en EPS, programme pourrait se pencher d’avantage sur cet aspect car lien fort EPS/SPORT-santé + lieu apprentissage gestion corps et réappropriation corps.
    Oui mais : 2 prob : comment recréer conditions réelles / attention amusement de certains élèves. ATTENTION : colaboration avec autres acteurs (infirmière). Mais réelle influence ? Élèves : Serait sympa’ (plus dans optique d’amusement).
  • Violences à l'école

    1. 1. Violences à l’école CORBIN Thibaut GINON Loïc REYNIER Florian Formation M2 MEEF UFR STAPS - ESPÉ, Lyon 09/01/2015
    2. 2. CARTE CONCEPTUELLE VIOLENCE AUTO-CENTRÉEEXO-CENTRÉE Prévention Sanctions/réactions Prise de décision(s) [dans l’instant] À l’école En EPS À l’école En EPS Violences tournées envers les autres - Bagarres (entre élèves, professeurs-élèves, etc.). - Cyber-violences. Violences tournées envers soi-même - Addictions (drogues, alcool, etc.). - Scarifications. Prévention Sanctions/réactions Prise de décision(s) [dans l’instant] À l’école En EPS À l’école En EPS
    3. 3. Pourquoi la violence ? Par la force des choses : tout établissement est sujet à la violence  Etablissement “normal” : 6 bagarres  Statistiques : 14 incidents graves pour 1000 élèves collège  Cyber-violence : réseaux sociaux Nécessité de proposer des solutions :  Mutations : établissements difficiles  Missions : assurer la sécurité des élèves  Enjeux pédagogiques : laïcité, formation du citoyen Violence exo-centrée
    4. 4. Les sanctions Rappels : Prononcées par le chef de l’établissement  2010 : 24000 décisions / 17000 exclusions définitive, 4000 temporaires Constats : Journées d’exclusions temporaires = journées jeux vidéo  Vacances en plus
    5. 5. Autres propositions Travail d’Intérêt Général (TIG) :  Obtenir réparation de l’élève  Mettre en lumière la sanction : élève exclu visible  Se rapprocher de la vie d’adulte + Faire réfléchir l’élève, dissuader, diminuer le risque de récidive - Exploitation d’enfants, accord des parents, surveillance
    6. 6. Violence exo-centrée La violence en EPS - Fréquent ou non ? Bilan du questionnaire remis à différents enseignants - Quelles sanctions ? - Quelles réactions ? - Quel mode d’intervention ? - Que faire ? Engager son physique ? - Différences de sexes… comment les prendre en compte ?
    7. 7. Violence exo-centrée Comment prévenir cette violence ? - Préparer son année - Préparer son cours - Le sport scolaire comme solution ?
    8. 8. Violence auto-centrée Pourquoi ce thème ? • Élèves lycéens • Violence moins visible, mais qui font plus de ravage. Bilan questionnaire : - Existe actions qui se différencie selon niveau ; actions différenciées en fonction des acteurs. - Rôle infirmière prépondérant ! - Professeurs, CPE, parents confrontés à ces violences. • Les interdire de cours (en EPS) [difficile dans cas fumette]. • Parler aux élèves. • Travail en équipe si nécessaire. • Action facilité si parents impliqués. - Élèves : connaissent, mais n’en abusent pas.
    9. 9. Violence auto-centrée Comment remédier à ces violences ? - Faire vivre l’expérience aux élèves. Qu’en pense les acteurs de l’EPLE ? - EPS = lieu clé ! - Cours aménagé ? Oui mais…
    10. 10. Bilan - Violence : toujours présente. • Actions différentes selon types de violences : Exo-centrée : sanction car atteinte intégrité des autres. Auto-centrée : accompagnement au cas par cas. • Prévention : actions innovantes.

    ×